Version classiqueVersion mobile

Métamorphose(s)

 | 
Jackie Pigeaud

La métamorphose d’un genre : de l’épigramme à l’énigme, l’exemple de Symphosius

Étienne Wolff

Texte intégral

  • 1 G. Garbugino, Enigmi della « Historia Apollonii regis Tyri », Bologna, Pàtron, 2004, p. 67. M. Ber (...)
  • 2 G. Garbugino, Enigmi della « Historia Apollonii regis Tyri », p. 71 ; M. Bergamin, Aenigmata Sympo (...)
  • 3 Ainsi en dernier lieu M. T. Vitale, « Gli enigmi di Simposio e le citazioni dei grammatici », Stud (...)
  • 4 Ainsi M. J. Muñoz Jiménez, « Algunos aspectos de los Aenigmata Symphosii. Título, autor y relación (...)

1L’identité de Symphosius est problématique. Son nom apparaît, avec des variantes orthographiques1, dans les incipit de la préface et de l’œuvre (Aenigmata Symphosii ou des formules équivalentes) et dans les deux premiers vers de la préface (Haec quoque Symphosius de carmine lusit inepto./Sic tu, Sexte, doces, sic te deliro magistro. Cependant ces vers ne sont sans doute pas d’origine2). Si les critiques admettent dans leur majorité que Symphosius désigne l’auteur3, d’autres veulent y voir un élément du titre, qui signifierait « devinettes de banquet », ce qui est la destination affichée du recueil4.

  • 5 M. Schanz et C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur IV, 2, München, C. H. Beck, 1920, p. 74 (...)
  • 6 Plusieurs d’entre elles ont été reprises dans l’Historia Apollonii regis Tyri, roman anonyme antér (...)
  • 7 C’est la pièce 286 dans la numérotation de A. Riese, Anthologia Latina I, 1, Lipsiae, Teubner, 2e (...)
  • 8 G. Garbugino, Enigmi della « Historia Apollonii regis Tyri », p. 70 et 73-75.

2La date des Aenigmata ne soulève pas moins d’interrogations. L’œuvre doit être postérieure à 419, puisque dans un passage des Quaestiones in Heptateuchum (4, 45) Augustin se plaint du manque de spécialistes de l’énigme dans la culture latine, ce qu’il ne ferait vraisemblablement pas si Symphosius, sans doute Africain comme lui5, avait déjà publié ses énigmes, qui ont connu une certaine notoriété6. D’autre part, ces énigmes ont été transmises par l’Anthologie latine7, composée autour de 533-534. Ceci donne une fourchette assez large, le deuxième quart du ve siècle étant l’hypothèse chronologique la plus vraisemblable8.

3Le recueil est précédé d’une préface de 17 vers, où l’auteur explique fictivement les circonstances de l’œuvre : il prétend avoir composé ces énigmes en improvisant lors d’un banquet des Saturnales. Au topos de l’improvisation (cf. les préfaces aux livres I et III des Silves de Stace), il ajoute celui de la prière d’indulgence pour l’ebria Musa. Bref, il revendique la légèreté, mais il ne faut pas forcément le suivre à la lettre.

  • 9 Nouvelle histoire de la littérature latine, t. V, p. 286-287. M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. (...)

4La collection comporte 100 énigmes, chiffre que reprendra Aldhelm (+ 709). Il n’est pas exclu cependant qu’elle en ait eu à l’origine seulement 99, étant apparemment organisée, peut-être sous l’influence du Gryphus ternarii numeri d’Ausone, autour du nombre 3 (chaque énigme est constituée de 3 vers, des hexamètres dactyliques)9.

  • 10 Graphium, ce qui permet une paronomase implicite avec griphus, « énigme ».

5Il s’agit bien d’une collection structurée, dont le commencement et la fin semblent se rapporter à l’œuvre elle-même : aux instruments de l’écriture littéraire, stylet10 et calame, évoqués au début (énigmes 1 et 2), répondent en conclusion le sommeil (énigme 99) et le tombeau, associé à l’immortalité (énigme 100, monumentum, qui se présente comme une épitaphe et joue aussi sur le sens du mot comme « œuvre d’art »).

  • 11 Il s’agit sans doute d’une pierre précieuse servant de sceau, qui vient par association d’idées ap (...)
  • 12 Le dernier hexamètre de 11 (neige) disait de la neige qu’elle était destinée à faire des fleuves m (...)
  • 13 Cet ensemble sur les animaux se clôt sur un cas particulier, le centaure (39), être hybride qui ét (...)
  • 14 Le principe de l’association d’idées y transparaît néanmoins. L’ivoire (49), produit précieux venu (...)
  • 15 Quelques sous-ensembles sont perceptibles dans cette série : ainsi 61-64 (ancre, pont, éponge, tri (...)
  • 16 L’authenticité de cette énigme 96, habituellement récusée, est admise par M. Bergamin, « I “mirabi (...)

6L’ordre des énigmes obéit également à un plan, ou du moins distingue-ton des ensembles. Les énigmes 1-6 (stylet, calame, bague avec une pierre11, clé, chaîne, tuile) sont des objets ; 7-11 (fumée, nuage, pluie, glace, neige) renvoient à des réalités physiques fugaces ou mouvantes ; 12-13 (fleuve et poisson, navire) sont entraînées par association d’idées12 ; 14-39 désignent des animaux13 ; 40-48 des plantes ; 49-53 (ivoire, foin, meule, farine, vigne) forment un ensemble hétéroclite14 ; 54-81 sont des choses liées au travail humain15 ; 82-85 (vin aromatisé, vin changé en vinaigre, pomme, jambon) des boissons et aliments ; 86-91 (marteau, pilon, strigile en bronze, bains, dé, argent) des choses encore ; 92-95 (la femme qui mettait au monde des jumeaux, le soldat goutteux, le borgne vendant de l’ail, le funambule) sont des personnes marquées de quelque particularité ; 96, énigme mathématique, est sans doute un ajout postérieur16 ; 97-100 (l’ombre, l’écho, le sommeil, le tombeau) évoluent du reflet de la vie vers l’absence de vie.

  • 17 Le lien se fait par le thème du chant : personne ne loue celui de la grenouille (19, 3 : cumque ca (...)
  • 18 Le pavot (40) a un seul pied très long (sa tige), la mauve (41) en a plusieurs en rang (ses feuill (...)
  • 19 À la ressemblance de forme entre le fruit de la gourde et le bulbe de l’oignon s’ajoute un lien st (...)
  • 20 Les deux fleurs sont souvent associées dans les descriptions antiques.
  • 21 Ces deux objets pointus présentent en outre une affinité phonique (hamus-acus).
  • 22 Les deux premiers vers de 59 explicitent le lien : Non sum compta comis et non sum compta capillis (...)
  • 23 Les quatre roues comme les barreaux d’une échelle sont des éléments identiques qui ne se rencontre (...)
  • 24 La femme enceinte de jumeaux avait en elle trois âmes, deux d’entre elles l’ont quittée. Le soldat (...)
  • 25 Ces deux plantes sont souvent associées à des titres divers dans les textes latins, voir Cicèron, (...)

7Les énigmes vont souvent deux par deux à l’intérieur d’une série : ainsi 1 et 2 (stylet et calame), 4 et 5 (clé et chaîne), 10 et 11 (glace et neige), 19 et 20 (grenouille et tortue17), 40 et 41 (pavot et mauve18), 43 et 44 (gourde et oignon19), 45 et 46 (rose et violette20), 47 et 48 (encens et myrrhe), 51 et 52 (meule et farine), 54 et 55 (hameçon et aiguille21), 56 et 57 (sandale et clou de sandale), 58 et 59 (cheveu et balle22), 60 et 61 (scie et ancre, qui mordent avec leurs dents), 68 et 69 (vitre et miroir), 71 et 72 (puits et canalisation en bois, qui enferment l’eau), 77 et 78 (roues et échelle23), 82 et 83 (vin aromatisé et vin changé en vinaigre), 86 et 87 (marteau et pilon), 88 et 89 (strigile en bronze et bains), 90 et 91 (dé et argent), 92 et 93 (la femme qui mettait au monde des jumeaux, le soldat goutteux24). Le principe de l’association d’idées, auquel nous avons déjà fait allusion, explique parfois le passage d’un sujet à un autre : ainsi la mauve (41) est suivie de la bette (42), autre nourriture modeste25 ; la clepsydre, dont l’eau coule pendant que les paroles coulent (70, 3 : ipsa fluens dum uerba fluunt), amène le puits et la canalisation en bois, qui contiennent ou contraignent l’eau (71 et 72), ceux-ci entraînant à leur tour l’outre, pleine d’air (73) ; la chaux, échappée des flammes (75, 1 : Euasi flammas, ignis tormenta profugi ; la chaux s’obtient par la calcination de la pierre à chaux), amène le silex, qui contient le feu (76, 1 : Semper inest intus, sed raro cernitur ignis).

  • 26 Dentibus insanis ego sum qui uinco bidentes. Certains manuscrits portent uidentes : on connaît la (...)
  • 27 La relation étymologique entre l’animal et le fleuve est établie par Varron, De lingua Latina, V, (...)
  • 28 Ce mode de fécondation, plus souvent attribué aux cavales, est aussi mentionné pour des tigresses (...)

8En général (neuf exceptions : 12, 29, 62, 72, 76, 77, 89, 94, 95), les sujets des énigmes s’adressent au lecteur à la première personne, ce qui les anthropomorphise. Les trois vers fournissent à celui-ci un ou plusieurs indices pour trouver la réponse (qui est de toute façon donnée dans les lemmata ou titres). Ces indices sont de nature très diverse : le plus souvent il s’agit d’une définition ou d’une description, mais formulée en termes obscurs, ou par une allusion indirecte, ou avec un jeu de mots ; il est donc plus ou moins difficile d’arriver à la solution. Ainsi le calame (2, harundo) est à la fois la nymphe Syrinx, l’instrument de musique et le roseau pour écrire. La vipère (15) est caractérisée par le fait que les vipereaux tuent leur mère en naissant (ce miracle biologique est mentionné pour la première fois par Hérodote 3, 109). La souris (25) porte le même nom qu’un consul de Rome (P. Decius Mus). La grue (26) écrit une lettre dans le ciel (le vol des grues est censé former un u/v, cf. Martial IX, 12 (13), 7) et lutte contre un ennemi de petite taille (allusion au motif de la guerre des grues et des Pygmées, qui remonte à Iliade III, 3-7). La corneille (27) vit neuf vies (les Anciens lui prêtaient une longévité particulière, voir e. g. Pline, H. N. VII, 153). Pour le pou (30) est reprise la devinette fameuse posée par de jeunes pêcheurs à Homère (voir par exemple Anthologie Palatine IX, 448). Le taureau (32) est l’amant d’une reine (allusion à Pasiphaé), une montagne de Cilicie (le Taurus), une constellation dans le ciel et un animal sur la terre. Le loup (33) de ses dents triomphe des bidentes, c’est-à-dire des brebis qui ont leur double rangée de dents26. La chèvre (35) est la nourrice de Jupiter (allusion à Amalthée). Le porc (36) devient un dieu si on lui enlève une lettre (logogriphe ; la réponse est Orcus). Le tigre (38 ; en fait la tigresse) est un fleuve27 et se fait féconder par le vent28. La myrrhe (48) est définie par allusion à la légende de Myrrha. La pierre (74) a été sauvée des eaux (il y a un problème de texte, mais l’allusion à la légende de Deucalion ne fait pas de doute) et devient une créature volante si on lui enlève une lettre (logogriphe ; la réponse est apis). Le balai (79) est mundi magna parens, ce qui signifie qu’il est le père de la propreté mais suggère aussi, dans la mesure où il est fait de bois et de brindilles de bois et que silua, le bois, désigne aussi en langage philosophique la matière, qu’il est le père du monde. La cruche (81) est fille de la Terre et de Prométhée (elle est en terre cuite). La pomme (84) porte le nom grec de la chèvre, causa la discorde des trois déesses, permit la ruse du beau jeune homme (Mélanion qui jeta des pommes d’or pour retarder Atalante), est l’objet de soin des nombreuses sœurs (les Hespérides qui gardent les pommes d’or du jardin des dieux), et ne veut pas qu’on lise sa première syllabe comme brève (ce qui donnerait le « mal » ; ce dernier point ne figure pas dans tous les manuscrits). Le jambon (85) est issu de la lignée du grand Caton (Caton s’appelait M. Porcius Cato).

9Si quelques énigmes portent sur des situations grotesques (94, le borgne vendant de l’ail : il n’a qu’un œil mais vend mille têtes) ou inhabituelles (93, le soldat goutteux, voir plus haut), ou sur des créatures fabuleuses (31, phénix ; 39, centaure), la plupart d’entre elles concerne des choses ordinaires ou d’usage courant. En revanche le texte se concentre fréquemment sur les aspects étonnants ou apparemment contradictoires de ces réalités quotidiennes, ce qui de surcroît égare la recherche hors du domaine sur lequel elle doit porter.

10Cette tendance est sensible dès la première énigme (stylet) :

De summo planus sed non ego sum planus in imo,
uersor utrimque manu. Diuerso munere fungor :
altera pars reuocat quidquid pars altera fecit.

  • 29 Selon un procédé fréquent dans l’œuvre, cf. 7, 1 (fumée) : Sunt mihi, sunt lacrimae, sed non est c (...)
  • 30 Z. Pavlovskis, « The Riddler’s Microcosm : from Symphosius to St. Boniface », Classica et Mediaeva (...)

11Le vers 1 dit à la fois ce qu’est le stylet et ce qu’il n’est pas, une seconde affirmation venant corriger la première29. Les vers 2 et 3 indiquent ses deux fonctions opposées : il fait et il défait. Enfin le premier hémistiche du vers 2 le définit comme objet humain30.

  • 31 Ce jeu sur les éléments se retrouve avec l’ancre (61), qui lutte contre le vent (l’air), scrute le (...)
  • 32 L’opposition tête-pieds structurait déjà les énigmes du pavot (40) et du clou de sandale (57).
  • 33 M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. XXIX.

12De nombreuses autres énigmes mettent en évidence ou isolent ce que les objets, animaux et plantes ont de surprenant ou de paradoxal. Ainsi la clé (4), au service du maître, ouvre les maisons fermées et ferme les maisons ouvertes. La chaîne (5) est entravée (puisqu’elle est faite d’anneaux liés entre eux) mais à son tour entrave. La tuile (6) a un rapport avec chacun des quatre éléments : elle naît de la terre et a un corps en terre, le feu l’a rendue solide, elle vit dans l’air, l’eau ne fait que glisser sur elle31. Le nuage (8) en plein jour apporte les ténèbres. Le poussin dans l’œuf (14) a quitté le ventre de sa mère sans naître pour autant. La mite vit dans les livres mais n’en devient pas plus savante (16 ; c’est une allégorie humoristique du mauvais étudiant). L’escargot (18) change sans cesse de lieu mais ne se sent jamais en exil (c’est une sorte de sage stoïcien). La chauve-souris (28) est un oiseau sans plumes (cf. Ovide, Métamorphoses IV, 407-415). Le hérisson (29) est à la fois sans armes et armé (avec un jeu sur le second sens de ericius, qui désigne chez les historiens une machine de guerre). La mauve (41) a des pattes d’oie. La bette (42) naît dans la terre, elle est lavée avec de l’eau, on l’assaisonne d’huile. L’oignon (44) mord (c’est-à-dire pique) quoiqu’il n’ait pas de dents. La violette (46) n’est pas grande mais possède de grandes vertus (elle donne un agréable parfum). L’ivoire (48) est une dent partagée entre plusieurs corps (c’est-à-dire qu’elle a servi à fabriquer ou orner plusieurs objets). La meule (51) est formée de deux pierres dont l’une est paresseuse pendant que l’autre s’active. Le clou de sandale (57) marche sur la tête. La scie (60) est un monstre vorace pourvu d’innombrables dents. Le pont (62) est du bois immobile sur l’eau. La flèche (65) est garnie d’un fer lourd et de plumes légères. Le fouet (66) est en peau de bœuf et il frappe les bœufs. La canalisation en bois (72) transporte ce qui transportait le bois (c’est-à-dire l’eau). La chaux (75) est embrasée par l’eau (voir sur cette réaction exothermique Pline, H. N. XXXIII, 94 et XXXVI, 174). Le pilon (87) a un seul cou et deux têtes32. Les bains (89) sont une maison en feu, mais ce feu ne cause pas de dommage. On pourrait ici multiplier les exemples. Un procédé fréquent est l’anthropomorphisation des animaux, plantes et réalités ordinaires, auxquels sont prêtés des traits physiques ou des comportements humains, ce qui aboutit à en faire des monstres33 : ainsi le marteau (86), personnage étonnant qui a toute sa force dans sa tête. L’énigme aboutit à métamorphoser le réel.

  • 34 Il existait sur ce thème une énigme versifiée célèbre, que citent les grammairiens (ainsi Pompeius(...)
  • 35 L’énigme, avec plusieurs anaphores, repose sur une opposition entre l’unité et la triplicité.

13Souvent les énigmes insistent sur le processus de transformation des choses, accentuant l’indétermination de l’objet à découvrir. La glace (10) était de l’eau et le redeviendra bientôt34 ; la neige (11) fera des fleuves mais couvre d’abord les terres ; le navire (13) était forêt ; la myrrhe (48) était des larmes (les larmes de Myrrha) ; le foin (50) était de l’herbe ; la farine (52) a été broyée entre des pierres ; la sandale (56) était plus grande quand elle était en vie (car elle est faite de lanières de cuir) ; la cruche (81) était terre ; le vin aromatisé (82) était trois35 (le conditum est un mélange de vin, de miel et de poivre selon Pline, H. N. XIV, 108) ; le vin changé en vinaigre (83) n’est pas ce qu’il était et commence à être ce qu’il n’était pas ; l’argent (91) a été un filon au milieu de la terre ; la femme enceinte de jumeaux (92) avait en elle trois âmes, deux d’entre elles l’ont quittée ; le soldat goutteux (93) avait cinq ou six pieds de haut, ses deux pieds lui restent à peine.

  • 36 On notera que sont évités les domaines de l’érotisme et du christianisme. M. Bergamin, « I “mirabi (...)

14Le monde des énigmes est celui de la réalité et du concret, d’êtres animés et inanimés ayant leur place et leur fonction dans la vie quotidienne de l’homme et dont celui-ci tire parti avec son intelligence36. C’est en effet le point de vue humain qui est adopté : ainsi le chant de la grenouille n’est désagréable que pour l’homme (19). De même plusieurs énigmes insistent sur la destination humaine des objets (4, clé ; 59, balle ; 71, puits, etc.).

  • 37 Z. Pavlovskis, « The Riddler’s Microcosm : from Symphosius to St. Boniface », p. 228.

15L’ensemble dessine un microcosme : on y trouve plantes, animaux, minéraux, phénomènes météorologiques, objets à l’usage de l’homme, armes, nourriture, personnes. Il ne s’agit donc pas d’un simple amusement, c’est une description plaisante et rassurante d’un monde anthropocentrique, sûr, prospère et ordonné. Les produits de la civilisation y sont bien représentés : meule (51), marteau (86), pilon (87), puits (71), roues (77), pont (62), canalisation (72), navire (13), ancre (61), scie (60), chaîne (5), lanterne (57), clepsydre (70), aiguille à coudre (55), sandale (56 et 57), hameçon (54), flèche (65). Les maisons sont munies d’un bon toit (cf. 6), éclairées par des vitres qui ne laissent pas passer le froid (68), et fermées avec des clés (4) ; elles ont des escaliers (78), on y fait du feu (cf. 7), on les nettoie avec des balais (79). Nourritures et boissons apparaissent avec le vin aromatisé (82), le vinaigre (83), la cruche (81), la farine (52), le jambon (85), la mauve (41), la bette (42), la gourde (43), l’oignon (44), la pomme (84). Les raffinements, plaisirs et objets d’hygiène ne manquent pas, on le voit par l’encens (47), la myrrhe (48), la teinture des cheveux (cf. 58), les bijoux (3), l’ivoire (49), le miroir (69), les parfums (cf. 46), les bains (89), le strigile (88), l’éponge (63), la balle (59), le funambule (95), la musique (20 et 80), le dé (90)37.

  • 38 É. Wolff, « Le rôle de l’énigme dans l’Historia Apollonii regis Tyri », Revue de philologie 73, 19 (...)

16Si la collection de Symphosius est la première de cette nature qui soit transmise dans la littérature gréco-latine, Aristophane (Guêpes 20-23), Platon (République 479c), Pétrone (Satyricon 58), Plutarque (Moralia 717a = Propos de table VIII), Aulu-Gelle (Nuits attiques XVIII, 2) et Athénée (Deipnosophistes X, 448b-459c) attestent le rôle des énigmes dans les conversations de table, notamment aux Saturnales38. Symphosius n’est certainement pas l’auteur de toutes les énigmes de son recueil, il doit en avoir repris plusieurs qui circulaient déjà par voie orale ou écrite. Certaines de ses énigmes ont d’ailleurs des parallèles dans le livre XIV de l’Anthologie Palatine (7, fumée, cf. XIV, 5 ; 59, balle, cf. XIV, 62 ; 69, miroir, cf. XIV, 108).

  • 39 E. G. Martial, V, 30 ; XI, 15. En revanche Symphosius ignore l’obscénité qui est constitutive de l (...)

17Par ailleurs, il a subi l’influence de l’épigramme, avec laquelle ses énigmes présentent des traits communs. Il y a en effet un lien entre les deux genres. Les traits communs sont principalement la brièveté, l’enjouement (Symphosius associe ses énigmes aux Saturnales, comme fait Martial pour ses épigrammes39), et le réalisme.

  • 40 Les recoupements de sujet ont été relevés par M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. XXXIV.
  • 41 En dehors des poèmes liminaires, onze pièces des deux livres sont écrites en un autre mètre.
  • 42 Suétone, Vies des douze Césars, Auguste 75, 1 : Auguste, pour les Saturnales et en d’autres circon (...)
  • 43 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme de l’époque alexandrine à la fin de (...)

18Le rapport avec les livres XIII (Xenia) et XIV (Apophoreta) de Martial est particulièrement net40. Ces deux livres ont été composés, vers 83-85, pour les Saturnales (cf. XIII, 1 ; XIV, 1). Il ne s’agit pas d’improvisation, mais de poésie de circonstance. Ce sont des étiquettes en un distique élégiaque41, précédé d’un titre, censées pouvoir accompagner des cadeaux. Les vers ont un statut intermédiaire entre le billet en forme destiné à faire valoir un présent (lui-même héritier de l’épigramme votive) et les étiquettes plaisantes qui, dans les banquets, étaient attachées aux objets offerts ou mis en loterie42. Martial, inscrivant le réel dans la poésie, dresse un inventaire de produits de consommation (victuailles et boissons occupent l’essentiel du livre XIII) et d’objets d’usage courant (XIV), et fait surgir à travers eux la vie quotidienne43. Le catalogue permet de dépasser l’aspect fragmentaire des pièces prises isolément.

  • 44 Dans le livre XIII de Martial, les épigrammes 11, 20, 54, 59, 71-73, 75, 93, 103-104, 106, 108-109 (...)
  • 45 M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. 106, qui adopte le texte concilium.
  • 46 On assimilait la rougeur de la rose à la réaction de honte d’une jeune fille pudique, voir M. Berg (...)
  • 47 Le sens de meritum demeure peu clair. Certains manuscrits donnent pour ce vers une autre version, (...)
  • 48 Le dernier vers de l’énigme 72 (canalisation) exprime le même type de paradoxe : la canalisation e (...)

19Symphosius pratique lui aussi une poétique du réel. Cependant ses sujets sont plus larges que ceux de Martial, aboutissant à dessiner une image réduite du monde de l’homme romain. D’autre part, comme il ne peut nommer le mot de l’énigme, il doit procéder par allusions, périphrases et détours, pour caractériser en suggérant et non en disant. Dans la pratique le résultat est souvent le même que chez Martial, à savoir une focalisation sur un détail caractéristique et une certaine obscurité. Tout comme les épigrammes de Martial nécessitent parfois des explications44, plusieurs des énigmes de Symphosius ne pourraient se deviner si la réponse n’était préalablement donnée. Et ses vers terminaux, peut-être parce qu’il tente une pointe, sont particulièrement difficiles à comprendre : ainsi 18, 3 (Sed mihi consilium de caelo nascitur ipso ; escargot) semble vouloir dire que l’escargot se décide à sortir en fonction du temps, à moins de voir dans l’escargot une allégorie de l’âme exilée en la vie terrestre45 ; 46, 3 (Nec mihi germen habet noxam nec culpa ruborem ; violette) s’explique par le fait que la violette n’a pas de piquants, et que sa rougeur n’est pas causée par la honte comme celle de la rose46 ; 47, 3 (cum mihi peccandi meritum natura negauit ; encens) peut signifier que l’encens, qui se plaint d’être jeté dans le feu, juge ce sort d’autant plus injuste que la nature lui a refusé la capacité de faire le mal47 ; 65, 3 (missaque discedens nullo mittente reuertor ; flèche), où l’on croirait voir l’évocation d’un boomerang, doit indiquer simplement que la flèche lancée en l’air retombe toute seule par la loi de la gravité. Le cas le plus obscur est 62, 3 (Terra tamen mittit, quod terrae munera praestat ; pont). L’idée paraît être la suivante : la terre produit les arbres avec lesquels on fait le pont, pont qui constitue un sol, ce qu’est la terre habituellement. On traduira : « La terre cependant produit ce qui accomplit la tâche de la terre48. »

  • 49 Énéide II, 215 : implicat et miseros morsu depascitur artus, où il s’agit du serpent qui dévore le (...)
  • 50 Le rapprochement semble montrer que cette leçon est préférable à l’hapax raucisonans, à moins de s (...)

20Les procédés stylistiques de Symphosius ne sont pas sans rappeler ceux de Martial. Si son vocabulaire est généralement simple, il recourt parfois de manière ironique à un mot noble : ainsi la scie (60) déclare qu’elle dévore de sa morsure aiguisée la race à la chevelure de feuille (Frondicomas soboles morsu depascor acuto), l’adjectif rare frondicomus ennoblissant ironiquement un objet ordinaire, tandis que le second hémistiche du vers est virgilien49 ; ou le soldat goutteux (92) était bellipotens, adjectif épique devenu un nom de Mars (cf. Virgile, Énéide IX, 8). Les reprises de syntagmes virgiliens donnent une tonalité héroï-comique : le navire (13 ; on se rappelle que nauis est féminin en latin) est escorté d’une foule de compagnons (comitum stipata cateruis), comme Didon à sa première apparition à Énée (Enéide I, 497 : iuuenum stipante caterua) ; la grenouille (19), symbole de vanité, est rauca sonans, comme le Tibre dans l’Énéide (IX, 125)50 ; la sandale (56) s’applique la clausule noble dum uita manebat (Enéide V, 724 ; VI, 608 et 661) ; les roues (77) ont toutes la même tâche (labor omnibus unus), comme les abeilles dont Virgile faisait un modèle d’effort civique partagé (Géorgiques IV, 184) ; le funambule (95) regarde la terre d’en haut comme Jupiter dans l’Énéide (I, 224, même clausule terrasque iacentes).

  • 51 On peut ajouter en 85, 3, l’emploi étymologique de sapientia au sens de « goût ».

21Symphosius aime également jouer sur les mots. Il profite de l’ambiguïté de pes (92, le soldat goutteux), unité de mesure et partie du corps ; de celle d’anima (73, outre), qui désigne à la fois l’air et la vie ; de celle de tollere (33, loup), qui peut signifier soulever ou supprimer ; ou de celle de caput, qui désigne aussi par extension une tête de clou (57, clou de sandale) ou une tête d’ail (94, le borgne vendant de l’ail)51.

  • 52 Poème particulièrement remarquable de ce point de vue (il s’agit de la tortue) : Tarda, gradu lent (...)

22Le jeu peut également porter sur les sonorités des mots : paronomase (36, 3 : nomine numen habens ; 94, 1 : Cernere iam fas est quod uix tibi credere fas est), polyptote (9, 3 : excepit… recepit ; 12, 2 : resonat… sed non sonat ; 22, 3 : nec gero… sed congero ; 56, 3 : dedita sum… sed condita non sum ; 59, 3 : meque manus mittunt manibusque remittor), allitérations (27, 1 : uiuo nouem uitas ; 47, 1 : flamma fumoque fatigor ; 59, 3, cité ci-dessus ; 68, 2 : mea membra meantes ; 72, 1 : truncum terra tegit), rimes et rimes intérieures (9, 2-3 ; 2052 ; 30).

23Le souci d’expressivité se manifeste surtout par l’asyndète et l’anaphore. Les cas d’anaphore les plus remarquables sont constitués par les énigmes 16 (teigne), où chacun des vers contient un nec central ; 24 (charançon), où chacun des six hémistiches commence par la négation non ; 53 (vigne), où les trois vers s’ouvrent sur le verbe nolo ; 43 (gourde), 44 (oignon) et 70 (clepsydre), où l’anaphore se double du polyptote (avec quatre mots de la racine de pendere dans le premier cas et six de celle de mordere dans le deuxième). Quant à l’asyndète, elle prend souvent la forme d’une succession d’appositions au sujet (2, 11, 24, 35, 37, 65, 67, 70, 79, 84, 88).

  • 53 Plusieurs des énigmes de Symphosius fournissaient le sujet d’épigrammes de Martial, on l’a dit, ma (...)
  • 54 Voir Martial Book XIII : The Xenia, text with introduction and commentary by T. J. Leary, p. 10-11

24Les traits communs avec les livres XIII et XIV de Martial sont donc assez nets53. Pour Symphosius comme pour Martial, il s’agit de faire de la poésie avec une matière, les choses, qui n’est pas en soi poétique. Ils y parviennent par la brièveté, l’humour et le travail du style, en ne présentant souvent d’un objet qu’un seul de ses aspects. Tous deux sont tributaires de la tradition poétique du catalogue, qu’on rencontre aussi bien dans l’épopée que dans des genres moins nobles (Stace, Silves IV, 9 fournit un bon exemple d’application de cette forme aux Saturnales). Et comme doit l’être un catalogue, les leurs sont organisés, selon un principe de regroupement et de variété à la fois : nous l’avons montré pour Symphosius ; pour Martial, la chose est explicite dans le livre XIV (cf. XIV, 1, 5), et manifeste dans le XIII54. Mais au bout du compte, Symphosius évite peut-être mieux que Martial l’écueil de la monotonie, inhérent au genre, parce que son recueil est moins long et que les thèmes en sont plus larges.

Notes

1 G. Garbugino, Enigmi della « Historia Apollonii regis Tyri », Bologna, Pàtron, 2004, p. 67. M. Bergamin, Aenigmata Symposii. La fondazione dell’enigmistica como genere poetico, Firenze, Edizioni del Galluzzo, 2005, p. XI-XIII, considère qu’il s’appelait en réalité Symposius.

2 G. Garbugino, Enigmi della « Historia Apollonii regis Tyri », p. 71 ; M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. 73.

3 Ainsi en dernier lieu M. T. Vitale, « Gli enigmi di Simposio e le citazioni dei grammatici », Studi e ricerche. Istituto di civiltà classica cristiana medievale 7, 1986, p. 201-204. La Nouvelle histoire de la littérature latine, R. Herzog et P. L. Schmidt (eds.), Turnhout, Brepols, t. V, 1993, p. 287, pense qu’il pourrait s’agir d’un signum humoristique, façonné à dessein en liaison avec le thème du banquet, développé dans la préface.

4 Ainsi M. J. Muñoz Jiménez, « Algunos aspectos de los Aenigmata Symphosii. Título, autor y relación con la Historia Apollonii regis Tyri », Emerita LV, 1987, p. 307-312.

5 M. Schanz et C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur IV, 2, München, C. H. Beck, 1920, p. 74-75.

6 Plusieurs d’entre elles ont été reprises dans l’Historia Apollonii regis Tyri, roman anonyme antérieur à 568. Symphosius est à la base de la tradition du genre de l’énigme au haut Moyen Âge (Aldhelm le mentionne dans la préface de ses Aenigmata), et les manuscrits de son œuvre sont nombreux. Voir Nouvelle histoire de la littérature latine, t. V, p. 288-289.

7 C’est la pièce 286 dans la numérotation de A. Riese, Anthologia Latina I, 1, Lipsiae, Teubner, 2e ed. 1894, p. 221-246, numérotation que nous suivons ici. Pour le texte en revanche nous nous écartons parfois de son édition au profit de celles de R. Th. Ohl, The enigmas of Symphosius, Philadelphia, University of Pennsylvania, 1928 ; Fr. Glorie, Variae collectiones aenigmatum merovingicae aetatis, t. 2, Turnholti, Brepols, 1968, p. 612-723 ; D. R. Shackleton Bailey, Anthologia Latina I. Carmina in codicibus scripta 1, Stutgardiae, Teubner, 1982, p. 202-234, ou M. Bergamin (voir note 1).

8 G. Garbugino, Enigmi della « Historia Apollonii regis Tyri », p. 70 et 73-75.

9 Nouvelle histoire de la littérature latine, t. V, p. 286-287. M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. XXXVII-XXXIX, défend en revanche le chiffre de cent. Sur l’authenticité de l’énigme 96, voir plus loin.

10 Graphium, ce qui permet une paronomase implicite avec griphus, « énigme ».

11 Il s’agit sans doute d’une pierre précieuse servant de sceau, qui vient par association d’idées après le calame.

12 Le dernier hexamètre de 11 (neige) disait de la neige qu’elle était destinée à faire des fleuves mais s’emparait d’abord de toutes les terres (Flumina facturus totas prius occupo terras) ; or l’énigme 12 (fleuve et poisson) traite du fleuve (flumen) qui traverse les terres et où habite le poisson (Est domus in terris), et la 13 (navire), qui continue dans le registre aquatique, fait clairement écho à la 12 (13, 3 : Curro uias multas, uestigia nulla relinquens, cf. 12, 3 : Ambo tamen currunt, hospes simul et domus una).

13 Cet ensemble sur les animaux se clôt sur un cas particulier, le centaure (39), être hybride qui était en quelque sorte annoncé par deux animaux résultant d’un processus génératif anormal, la mule (37) et le tigre (38).

14 Le principe de l’association d’idées y transparaît néanmoins. L’ivoire (49), produit précieux venu d’Orient, a été amené par l’encens (47) et la myrrhe (48), qui terminaient la série des plantes ; la farine (52) suit logiquement la meule (51) ; la production de vin (53) accompagne celle de pain (51-52).

15 Quelques sous-ensembles sont perceptibles dans cette série : ainsi 61-64 (ancre, pont, éponge, trident) ont un rapport avec l’eau.

16 L’authenticité de cette énigme 96, habituellement récusée, est admise par M. Bergamin, « I “mirabilia” negli “Aenigmata Symposii” », dans Conceptions et représentations de l’extraordinaire dans le monde antique. Actes du colloque international, Lausanne, 20-22 mars 2003, Bern, P. Lang, 2004, p. 152-153 ; Eadem, Aenigmata Symposii, p. 196.

17 Le lien se fait par le thème du chant : personne ne loue celui de la grenouille (19, 3 : cumque canam semper, nullus mea carmina laudat) ; la tortue chante quand elle est morte (20, 3 : uiua nihil dixi, quae sic modo mortua canto ; sa carapace servait à fabriquer la lyre).

18 Le pavot (40) a un seul pied très long (sa tige), la mauve (41) en a plusieurs en rang (ses feuilles).

19 À la ressemblance de forme entre le fruit de la gourde et le bulbe de l’oignon s’ajoute un lien stylistique, ces deux énigmes reposant l’une et l’autre sur un polyptote.

20 Les deux fleurs sont souvent associées dans les descriptions antiques.

21 Ces deux objets pointus présentent en outre une affinité phonique (hamus-acus).

22 Les deux premiers vers de 59 explicitent le lien : Non sum compta comis et non sum compta capillis.l Intus enim crines mihi sunt quos non uidet ullus. Il y a des problèmes de texte pour le premier vers mais ils sont sans influence sur notre propos.

23 Les quatre roues comme les barreaux d’une échelle sont des éléments identiques qui ne se rencontrent jamais.

24 La femme enceinte de jumeaux avait en elle trois âmes, deux d’entre elles l’ont quittée. Le soldat avait cinq ou six pieds (de haut ; sur la taille exigée des recrues, voir Végèce, Epitome rei militaris I, 5), maintenant qu’il souffre de la goutte il lui reste à peine deux pieds. On verra plus loin d’autres jeux de mots.

25 Ces deux plantes sont souvent associées à des titres divers dans les textes latins, voir Cicèron, Ad familiares VII, 26, 2 ; pseudo-Virgile, Moretum 71-72 ; Celse, De la médecine II, 29, 1 ; Pline, H. N. XIX, 98 et XXVI, 58 ; Apicius, Art culinaire IV, 4, 2 (174) et VIII, 7, 14 (380) ; Charisius, GLK I, 37, 16 et 155, 16 ; Priscien, GLK II, 116, 1-2 ; etc.

26 Dentibus insanis ego sum qui uinco bidentes. Certains manuscrits portent uidentes : on connaît la croyance antique (cf. Pline, H. N. VIII, 80) selon laquelle si un loup aperçoit un homme avant que celui-ci ne le voie, l’homme en perd la voix.

27 La relation étymologique entre l’animal et le fleuve est établie par Varron, De lingua Latina, V, 100.

28 Ce mode de fécondation, plus souvent attribué aux cavales, est aussi mentionné pour des tigresses par Oppien, Cynegetica 3, 354-356 et Claudien, De raptu Proserpinae III, 265-266.

29 Selon un procédé fréquent dans l’œuvre, cf. 7, 1 (fumée) : Sunt mihi, sunt lacrimae, sed non est causa doloris ; 8, 1 (nuage) : Nox ego sum facie, sed non sum nigra colore ; 25, 1 (souris) : Parua mihi domus est, sed ianua semper aperta ; 34, 1 (renard) : Exiguum corpus, sed cor mihi corpore maius ; etc. On voit que dans ce cas la rectification est souvent soulignée par un chiasme.

30 Z. Pavlovskis, « The Riddler’s Microcosm : from Symphosius to St. Boniface », Classica et Mediaevalia 39, 1988, p. 222-223. Cet article est un des rares à s’intéresser au recueil autrement que sous l’angle de l’érudition.

31 Ce jeu sur les éléments se retrouve avec l’ancre (61), qui lutte contre le vent (l’air), scrute les eaux, et mord les terres.

32 L’opposition tête-pieds structurait déjà les énigmes du pavot (40) et du clou de sandale (57).

33 M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. XXIX.

34 Il existait sur ce thème une énigme versifiée célèbre, que citent les grammairiens (ainsi Pompeius, GLKV, 311, 9, et Marius Plotius Sacerdos, GLKVI, 462, 21) : Mater me genuit, eadem mox gignitur ex me. Il s’agit de la glace, née de l’eau et qui redonnera de l’eau en fondant.

35 L’énigme, avec plusieurs anaphores, repose sur une opposition entre l’unité et la triplicité.

36 On notera que sont évités les domaines de l’érotisme et du christianisme. M. Bergamin, « I “mirabilia” negli “Aenigmata Symposii” », passim, et Aenigmata Symposii, p. XLVII-LVIII, croit cependant voir dans l’œuvre de nombreuses traces de symbolique chrétienne.

37 Z. Pavlovskis, « The Riddler’s Microcosm : from Symphosius to St. Boniface », p. 228.

38 É. Wolff, « Le rôle de l’énigme dans l’Historia Apollonii regis Tyri », Revue de philologie 73, 1999, p. 284 ; « Les jeux de langage dans l’Antiquité romaine », Bulletin de l’Association Guillaume Budé 2001, p. 331.

39 E. G. Martial, V, 30 ; XI, 15. En revanche Symphosius ignore l’obscénité qui est constitutive de l’épigramme de Martial.

40 Les recoupements de sujet ont été relevés par M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. XXXIV.

41 En dehors des poèmes liminaires, onze pièces des deux livres sont écrites en un autre mètre.

42 Suétone, Vies des douze Césars, Auguste 75, 1 : Auguste, pour les Saturnales et en d’autres circonstances s’il en avait envie, faisait distribuer des présents accompagnés de légendes obscures et équivoques (titulis obscuris et ambiguis). Dans le Satyricon de Pétrone, chap. 56, les invités de Trimalcion tirent des billets qui désignent par une énigme le lot qu’ils ont gagné. L’empereur Élagabal (SHA, Elagabalus 22, 1-2) organisait également dans les banquets qu’il donnait des loteries caractérisées par l’inégalité des lots.

43 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme de l’époque alexandrine à la fin de la Renaissance, Paris, Les Belles Lettres, 1989, p. 229.

44 Dans le livre XIII de Martial, les épigrammes 11, 20, 54, 59, 71-73, 75, 93, 103-104, 106, 108-109 s’apparentent à des énigmes qui ne s’éclairent que par le lemma ; voir Martial Book XIII : The Xenia, text with introduction and commentary by T. J. Leary, London, Duckworth, 2001, p. 57.

45 M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. 106, qui adopte le texte concilium.

46 On assimilait la rougeur de la rose à la réaction de honte d’une jeune fille pudique, voir M. Bergamin, Aenigmata Symposii, p. 143-144.

47 Le sens de meritum demeure peu clair. Certains manuscrits donnent pour ce vers une autre version, guère plus limpide : Nec mihi poena datur, sed habetur gratia danti, c’est-à-dire « Et on n’inflige pas (à l’auteur de cet acte) un châtiment pour me venger, au contraire on lui a de la reconnaissance pour ce don », ou bien : « Et pourtant je ne suis pas condamné, mais celui qui m’offre obtient de la reconnaissance. »

48 Le dernier vers de l’énigme 72 (canalisation) exprime le même type de paradoxe : la canalisation en bois transporte ce qui transportait le bois (c’est-à-dire l’eau).

49 Énéide II, 215 : implicat et miseros morsu depascitur artus, où il s’agit du serpent qui dévore les enfants de Laocoon. Ainsi s’explique chez Symphosius l’emploi de depascor, une des rares métaphores du recueil.

50 Le rapprochement semble montrer que cette leçon est préférable à l’hapax raucisonans, à moins de supposer à l’inverse un raucisonans original qui aurait été corrigé par des scribes d’après Virgile.

51 On peut ajouter en 85, 3, l’emploi étymologique de sapientia au sens de « goût ».

52 Poème particulièrement remarquable de ce point de vue (il s’agit de la tortue) : Tarda, gradu lento, specioso praedita dorso ;/docta quidem studio, sed saeuo prodita fato,/uiua nihil dixi, quae sic modo mortua cano.

53 Plusieurs des énigmes de Symphosius fournissaient le sujet d’épigrammes de Martial, on l’a dit, mais il n’y a aucune trace d’imitation.

54 Voir Martial Book XIII : The Xenia, text with introduction and commentary by T. J. Leary, p. 10-11.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search