Version classiqueVersion mobile

Fantômas

 | 
Annabel Audureau

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Le Mythe en littérature, collectif en hommage à Pierre Brunel, textes rassemblés par Chevrel Yves (...)

1La série des « Fantômas », imaginée par Pierre Souvestre et Marcel Allain s’est nourrie de mythes anciens. Le plus évident est celui de Protée dont « l’homme aux cent visages » serait un avatar moderne. La médiatisation cinématographique précoce de cet antihéros de la littérature populaire a ensuite concouru pleinement à la naissance du propre mythe de Fantômas. Ce phénomène paralittéraire puis littéraire répond ainsi à la définition de mythe moderne. Le muthos devenu silencieux « dans ce monde déserté par les dieux, comme le souligne Michel Butor, continue cependant à se faire chair en s’inscrivant dans le corps du texte littéraire ou, en s’inscrivant dans la trame de l’écriture cinématographique1 ».

2Dans leur volonté à « ré-enchanter » un monde en perte de valeurs, les surréalistes ont su capter les émanations mythiques de ce personnage qui s’inscrit en faux contre le logos et un rationalisme sclérosant et sclérosé. Né des peurs sécuritaires de la Belle Époque, cet insaisissable malfaiteur résiste au désir de toute puissance d’une police encore récente. Il détourne les progrès de la science à son propre compte et transforme l’automobile en bélier pour cambrioler une banque ou arrache la peau des mains de Jacques Dollon afin d’échapper aux services d’anthropométrie. Cette résistance à l’ordre séduit les artistes d’avant-garde, dont Blaise Cendrars qui fait de Fantômas un symbole de la liberté. Déjà engagé sur la voie surréaliste, Guillaume Apollinaire recommande la lecture des aventures de Fantômas et la déclare même salutaire. Il inscrit ainsi Fantômas dans un système de pratiques que développeront les surréalistes et qui rappelle les rituels propres aux mythes ethno-religieux. Héros de papier puis image cinématographique, Fantômas demeure fidèle à sa nature polymorphe. Icône des peintres surréalistes, il passe de Minotaure à Thésée et guide les artistes vers un monde chthonien régénérateur. En renversant le signifiant du labyrinthe dans la série initiale, les surréalistes témoignent de leur conception révolutionnaire du monde et de ses représentations. Ainsi, les dessous de Paris sur lesquels règnent Fantômas et ses légions ne sont plus des espaces inquiétants. Au contraire, cet espace dissimulé symbolise l’inconscient dont Fantômas peut ouvrir les portes, rôle que les peintres mettent particulièrement en valeur.

3Au cinéma, Fantômas débute une carrière précoce, dès 1913, grâce aux adaptations de Louis Feuillade. Celles-ci participent, comme nous l’avons souligné, à la constitution du mythe. La dimension visuelle, la particularité de la séance de visionnage d’un film qui s’apparente à une forme de rituel, la nouveauté de cet art, marquent les esprits des jeunes artistes d’avant-garde. Les films de Feuillade jouent donc un rôle d’intermédiaire, de passeur, d’une sphère populaire vers une sphère intellectuelle. Mais Fantômas poursuit également son destin cinématographique de manière autonome et évolue parallèlement à sa carrière littéraire quasiment sans point de contact, si ce n’est avec le film d’Ernst Moerman M. Fantômas. Cette œuvre tend au contraire à rallier écriture poétique et cinématographique. Contrairement au milieu littéraire, le monde du cinéma ne glorifie pas les exactions fantômassiennes. Seul Moerman fait de Fantômas un libérateur du joug de la morale bourgeoise, un poète. Chez Sacha ou Vernay, il devient plutôt un avatar du mal absolu. Il faut dire qu’après la seconde guerre mondiale, le mal a un seul visage : celui d’Hitler, dont Fantômas devient le reflet. Les années passent et en 1964, André Hunebelle décide que le terrible bandit masqué fera désormais rire. Ces trois adaptations parodiques des aventures de « l’Insaisissable » figent ainsi durablement la représentation de Fantômas dans la mémoire collective. « L’homme aux cent visages » n’en a désormais plus qu’un, celui de l’acteur Jean Marais, dissimulé derrière un masque en latex bleu. Les nombreuses rediffusions télévisuelles de ses aventures, ont comme les serials d’antan (dont Fantômas n’était pas), largement contribué à marquer les esprits. La trilogie d’Hunebelle semble avoir profondément dénaturé le personnage de Fantômas, annihilant jusqu’aux origines littéraires du mythe et transformant finalement Fantômas en faire-valoir de Louis de Funès. Fantômas poursuit cependant son chemin, à l’étranger, sous forme de bandes dessinées mexicaines qui inspirent Julio Cortázar. L’auteur sud-américain lui redonne alors un pouvoir contestataire. Ces résurgences témoignent de la persistance de ce personnage qui n’est pas né mythe mais l’est devenu au fil de ses apparitions, représentant les désirs, fantasmes ou peurs de chacun.

  • 2 Pierre Bannier, Les Microsociétés de la littérature pour la jeunesse, l’exemple de Fantômette, Par (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.
  • 5 Ibid., p. 16.

4Alors que Fantômas devient un vengeur masqué outre-Atlantique, Fantômette s’affiche pour la première fois sur la couverture du roman célébrant ses exploits en 1961. Née sous la plume d’un jeune écrivain pour enfants, déjà père d’une série à succès chez Casterman : les quatre As, la jeune fille masquée va connaître un immense succès, à l’instar de son double masculin, et décliner ses aventures durant vingt ans et au fil de quarante-neuf volumes. Rédigées afin de satisfaire un jeune public féminin jusque-là délaissé, les péripéties de l’héroïne masquée vont se vendre à trente millions d’exemplaires et entrer dans la mythologie littéraire enfantine. En offrant à Fantômas un nouveau succès populaire, Chaulet offre au mythe une nouvelle vie et un prolongement, comme Hunebelle le fit au cinéma. Car, le personnage inventé par Georges Chaulet rend compte d’une inversion totale du mythe originel et d’un affadissement qui se cristallise dans le suffixe diminutif « -ette ». Celui-ci féminise le personnage de Fantômas et ôte au nom du criminel son pouvoir évocateur d’effroi. Rendu inoffensif par l’adjonction de cette dernière syllabe, Fantômas connaît, sous les traits de Fantômette, un revirement moral profond. En effet, la jeune fille se rapproche davantage d’Arsène Lupin, autre as du déguisement. L’auteur reconnaît lui-même : « Fantômette est un peu la fille d’un Arsène Lupin qui aurait mal tourné2. » Mais pourquoi opter pour un tel modèle et n’en conserver que peu de caractéristiques ? La réponse est apportée par Chaulet lorsqu’il explique : « Évidemment, Fantômette sonnait mieux que Lupinette3. » Là encore, comme chez Hunebelle, et plus encore au commencement de la série de Souvestre et Allain, le nom fait vendre. Cependant, le choix ne se résume pas à une simple élégance sonore. En sélectionnant le nom de ce personnage de la littérature populaire, l’auteur fait de Fantômas un des éléments d’une construction sémiologique précise, le mythe, même par des emprunts ténus, irradie là aussi. En 1960, Georges Chaulet se présente à nouveau aux Éditions Hachette avec son roman pour la jeunesse intitulé : Les Exploits de Fantômette : « J’ai imaginé cette héroïne masquée, un peu analogue à Zorro, qui met en jeu l’attirance de la double vie4 », indique l’auteur. Cette fois-ci est la bonne. Le contrat est signé le 28 juin 1960 pour un tirage initial de 40 000 exemplaires5. Le succès, à l’instar de la série Fantômas est immédiat et le tirage est épuisé dès la première année de parution. Le texte inaugural d’une série qui comptera quarante-neuf volumes met en scène un personnage nommé Fantômette. Il s’agit d’une jeune fille masquée qui lutte contre le Mal incarné par de dangereux hors-la-loi. Intrépide et courageuse, la fillette âgée d’une dizaine d’année fait parler d’elle dans les environs de Framboisy. Ficelle, Françoise et Boulotte, trois écolières de la ville, s’interrogent sur l’identité mystérieuse de Fantômette. Elles font bientôt connaissance avec Isabelle Potasse, la nièce d’un scientifique de génie dont les aventures révolutionnaires suscitent la convoitise de personnes mal intentionnées. Fantômette intervient.

5Le genre de ce roman initial emprunte à la littérature policière : la jeune héroïne enquête afin de découvrir les coupables. Mais le texte se nourrit également de la dynamique du roman d’aventure. Fantômette apparaît ainsi comme un personnage « casse-cou », capable d’escalader les toits la nuit, de faire preuve de courage et de force physique, autant d’attributs autrefois réservés aux garçons. Ce mélange entre roman policier et aventure rappelle celui des péripéties de Juve contre Fantômas. De même, Fantômette collabore avec un journaliste surnommé : Œil de Lynx, collaborateur à France Flash. L’association renvoie au couple Juve-Fandor. Cependant, la jeune fille ne partage pas la même intimité que ses prédécesseurs. Plus proche de Sherlock Holmes, elle conduit ses enquêtes avec Ficelle qui fait figure d’un Watson au féminin. Car Fantômette, tout comme Fantômas, dissimule son identité derrière un masque.

6Cette thématique du travestissement, de la dissimulation s’avère le lien le plus tangible entre les deux personnages. La première couverture des Exploits de Fantômette dessinée par l’illustratrice Jeanne Hives, représente un personnage qui s’inscrit largement dans l’iconographie fantômassienne. En effet, on retrouve des attributs identiques comme le loup noir et le collant. L’objet le plus révélateur est le poignard. Surprenant chez un héros enfantin, il apparaît comme une référence directe à l’illustration initiale de Gino Starace représentant Fantômas tenant le poignard ensanglanté dans la main droite. Le caractère violent d’une telle représentation se trouve cependant gommé par la position de l’arme chez Fantômette. Elle est coincée par une ceinture, portée à la façon d’une épée et débarrassée de toute trace de sang. Le poignard devient alors le symbole de la force de Fantômette, voire un indice phallique. L’attribut sanglant, symbole de la nature destructive et maléfique de Fantômas est devenu un signe de force viril ! Mais si le sang n’entache pas la lame du couteau de Fantômette, on le retrouve cependant sur sa cape. Cette couleur vive permet d’un point de vue esthétique, de mettre en valeur la tunique jaune d’or que porte la jeune fille. Dégagée de sa connotation sanguinaire, cette couleur primaire renvoie davantage au dynamisme de l’héroïne. Au haut-de-forme de dandy choisi par Gino Starace, Jeanne Hives préfère un bonnet noir surmonté d’un pompon. Plus proche de la tenue du rat d’hôtel que porte parfois Fantômas, ce couvre-chef perd lui aussi sa dimension inquiétante par l’ajout d’un élément à connotation positive et enfantine : le pompon. La seconde illustratrice des aventures de Fantômette, Josette Stéfani, invente quant à elle le bonnet cagoule que porte l’héroïne à partir des années soixante-dix. Elle arrondit également la forme du masque qui ne dépasse plus de bonnet. Fantômette semble ainsi porter une unique combinaison noire, moulante des pieds à la tête à l’image de la sulfureuse Musidora. Cependant, sa tunique jaune vif, débarrassée du poignard de ses débuts, vient abolir la dimension sexuelle de son ancêtre feuilladienne.

7Fantômette n’a donc de Fantômas que l’apparence et le nom dérivé. Cependant, dans la lignée de son prédécesseur, elle s’ancre dans les mémoires collectives de plusieurs générations, devient un véritable phénomène, ce qui est finalement le propre des personnages de la littérature populaire connaissant un vif succès, au point qu’à l’instar de Fantômas, elle demeure, seule, coupable peut-être de son seul crime : celui d’avoir tué son père Georges Chaulet. Forte de son succès, elle assène également un coup fatal à la puissance virile de Fantômas. Bientôt suivie des adaptations périodiques d’André Hunebelle, Fantômette concourt, malgré elle, à l’affaiblissement de la représentation collective du bandit masqué.

  • 6 Catalogue de l’exposition : « Vive Fantômas », Clermont Ferrand, éditions In extenso, 2005. Entret (...)

8Mais c’est par le biais de la peinture que le mythe fantômassien retrouve une dimension subversive récente. Dans un triptyque pictural intitulé : Soylent Gott (Soleil vert), un plasticien contemporain d’origine allemande tire un trait d’union entre le Fantômas originel et celui d’Hunebelle. L’œuvre de cet artiste reflète un univers sombre. Il explique d’ailleurs, reprenant la formule de Desnos que : « Fantômas est l’ombre de ce qui nous échappe6. » Dans l’univers personnel de Meese, qui s’est créé sa propre mythologie, Fantômas apparaît comme un anarchiste, cousin d’Alex de Large, le héros violent d’Orange mécanique. L’artiste mêle souvent le déguisement à l’expression de son art. Il entend ainsi montrer comment l’être est un réceptacle permanent de l’histoire passée, présente ou future. Il rejoint là encore une des forces de Fantômas, autre Protée moderne. Mais en poussant ses représentations à l’extrême, il rejoint aussi le grand-guignol de Marilyn Manson. En fait, Meese se rapproche davantage d’Ubu et de la grandiloquence d’Alfred Jarry. Fantômas renoue ainsi avec l’avant-garde du début du vingtième siècle. Avec lui nous pouvons dire que le mythe fantômassien n’a peut-être pas fini d’exister.

9Fantômas est mort, « Vive Fantômas » !

Notes

1 Le Mythe en littérature, collectif en hommage à Pierre Brunel, textes rassemblés par Chevrel Yves et Dumoulié Camille, Paris, PUF, 2000, p. 5.

2 Pierre Bannier, Les Microsociétés de la littérature pour la jeunesse, l’exemple de Fantômette, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2000, p. 21.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Ibid., p. 16.

6 Catalogue de l’exposition : « Vive Fantômas », Clermont Ferrand, éditions In extenso, 2005. Entretien avec Richard Leydier (illustration 12).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search