Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornes et plumes dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Petite anthologie autour de la corne

Texte intégral

Bêtes et êtres cornus

Cerastes et putains

1Extrait de L’Ovide moralisé en vers, éd. C. De Boer, t. IV, Amsterdam, 1936, livre X, v. 3542-ss.

Li Ceraste, qui s’orgueillirent,
Sont li angle qui Dieu despirent
Et pers se vaudrent faire a li,
Dont Diex lor biauté lor toli.
Si les mist a perdicion
Pour lor fole presumpcion
Or sont plain de male aventure.
Cornu sont et plain de ledure,
Et ceulz, ce samble, contrefont
Les putains, qui cornes se font
Et vont come bestes cornues,
Testes levees, par ces rues
Pour les musars abriçonner,
Qui ont que prendre et que donner,
Et pour les cornes qu’eles ont
Lor est vis que plus beles sont
Et que plus plesent, mes non font.
Ensi les foles se desfont.

Le mari cocu, coucou et cerf cornu

2Extrait du Roman de la Rose, v. 4805-4812, éd. A. Strubel, Lettres gothiques, 1992.

S’est plus cornarz qu’uns cers ramez
Riches hons qui cuide estre amez.
N’est ce mie granz cornardie ?
Il est certains qu’il n’aime mie.
Et comment cuide il que on l’aime,
S’il en ce pour fol ne se claime ?
En cel cas n’est il mie sages
Ne que l’est. i. biaus cers ramages.

3Extrait de Chansons des xve et xvie siècles,

4éd. F. Ferrand, 10/18, Bibliothèque médiévale, 1986, LXXI, p. 125.

« Hé ! Dieux, hellas ! puis le jour de mes noces,
Oyseau sui devenu. »
« Janyn, mais quel oiseau es tu ?
Es tu pinchon, linot, merle ou cahu ? »
« Nennin, dist il, je sui un vray coqu,
En Normendye sommes cent mille et plus !
Et en Dieux, hellas, oyseau suis devenu. »

« Janyn, Janot, ainsi que dist ta femme,
Beste tu es devenu ».
« Hellas, je suis homme perdu.
Suis je singe, marmot ou chat barbu ? »
« Nennin, dist il, tu es cerf cornu,
Allant par ville tout chaussé et vestu.
Et Janin, Janot, beste tu es devenu. »

5Extrait de La cornette, Farce de Jean d’Abondance, éd. M. Rousse, v. 164-168.

6Les deux neveux évoquent leur oncle berné par sa femme. La cornette, comme coiffure à cornes, devient l’emblème de son cocuage, qu’il refuse de voir et exhibe.

Le premier
Or s’il ne la chastie et repent
Il sera bien Jenit Cornet.

Le second
Il cuide qu’elle ayt le corps net
Et qu’elle soit femme de bien.
Le fol !

Le heaume cornu de Folie

7Extrait de Huon de Méry, Le Tournoiement d’Antéchrist, éd et trad. S. Orgeur-Le Bris, Paradigme, p. 35.

En son chief en son tendu
Ot Folie. i. bon heaume cornu
A. i. cercle de musardie.

Cor et langage

Les cornes du cerf et le langage du cor à la chasse

8Extraits de Henri de Ferrières, Le livre du roy Modus et de la royne Ratio, dans Jeux et sapience du Moyen Âge, éd. Albert Pauphilet, Pléiade, 1951.

Nous t’avon ja devisé les couleurs du poil que les cerfs ont et le nombre des andouliés de leurs testes, qui sont apellés cors, que tu dois dire per quant il te sera demandé quans cors le cerf porte, mes nous ne t’avon mie devisé la façon du corps que grant cerf doit avoir, ne pourquoi sa teste est appellee rengié ou contrefete. (p. 606-607)

Ci devise toutes manieres de corner et de huer, si comme l’en doit faire en chaçant

[…]

Il est cinc manières de corner et trois manieres de huer. La premiere maniere de corner si est corner pour chiens quant l’en a trouvé le cerf du limier, la seconde maniere si est de corner de chasse quant les chiens chassent, la tierce maniere si est de corner de queste, la quarte maniere si est de corner de prinse.

[…]

Quant tu aras trouvé le cerf du limier, tu dois corner pour chiens et dois corner un lonc mot bien lonc. Et se les chiens sont bien loings de toy et que tu aies haste de les avoir, tu dois corner un lonc mot et pues un court ensuiant. La maniere comme tu dois corner de chasse : tu dois corner un lonc mot bien lonc et puis un bien court avec ensuiant et doubler trois mos bien cours ensamble ensuiant, puis un mos bien court et trois doubles bien cours ensuiant et encore une fois ainsi, et ainsi les dois faire par trois fois. Se tu veulz corner de queste ; queste si est quant tu as lessié aller tes chiens parmi le bois pour trouver aucune beste que tu ne pues trouver du limier, ainz le querras parmi le bois de aucune partie de tes chiens ; en ce faisant corneras en ceste maniere : tu dois corner un lonc mot, puis un court et puis un lonc ; ainsi corne l’en de queste. Se tu veulz corner de retret, c’est a dire quant tu as lessié a chassier et tes chiens ne chassent mes, ains sont parmi le bois ou il se reclaiment, et tu les veulz retraire, corne en ceste maniere : corne un lonc mot, puis quatre bien cours et puis un lonc et quatre bien cours. Se tu veulz corner de prise, c’est quant l’en a pris le cerf a force, l’en doit corner un bien lonc mot et puis corner jusques a dis mos, les plus cours que l’en puet corner et assés a lesir, puis deux bien lons mos au derrain. Ainsi corne l’en de prise et tous ceulz qui ont cors doivent corner ensemble, si est belle melodie ; et ainsi corne l’en de fois a autres en s’en alant a l’oster. (p. 616-617)

Rimes cornantes

9Extrait de la Sottie des sots escornez, Recueil Trepperel, Les sotties, 1935, v. 59 suiv.

Mes sotz estes vous descornez ?
Chantez vous ou si vous cornez,
A bien peu que je ne m’escorne,
Le dyable vous a encornez.
Mieulx vous vauldroit n’estre encore nez.
S’une foiz de mon cor je corne,
Vostre teste est trop malicorne,
Je vueil prendre cor et cornette
Se de brief je ne vous escorne
Vous estes bien en ma cornette
Quant vous avez couru et corné,
Chascun sera si escorné
Qu’il ne saura de quoy corner,
Vostre arc sera bien descorné…

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540