Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornes et plumes dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Petite anthologie autour de la plume

Texte intégral

Proverbes

Fole est qui son amy ne plume
Jusqu’à la darreniere plume.
Roman de la Rose, éd. A Strubel, Lettres gothiques, 1992, v. 13701-13702.

Les bons oiseaux cognoit on a la plume.
Molinet, Faicts et dits, t. I, XI, p. 163, v. 32.

Selon la plume on juge de l’oiseau.
Ib., XII, p. 186, v. 160

Telle plume, tel escripvain.
Le passetemps de Michaut Taillevent, 1975, Genève, XIII.

Plume de l’écrivain

Amie, a qui Dieux et Nature ont concedé oultre le commun ordre des femmes le don d’amour d’estude, apreste parchemin, ancre et plume et escrips les parolles yssans de ma poitrine, car a toy me vueil je du tout manifester et me plaist qu’a tes saiges bien vueillans faces d’ores en avant present des memoires escriptes de ma dignité. Christine de Pizan, Le livre de l’Advision Cristine, éd. C Reno et L. Dulac, Champion, Paris, 2001, p. 16.

Prens ta plume et escrips.
Christine de Pizan, Le Livre des trois vertus, éd. C.C. Willard et E. Hicks, Champion, 1989, I., 1, p. 9 (Bibliothèque du xve siècle, 50).

Muer puet en cest mue
Ma plume tote ma vie.
Chrétien de Troyes, Chansons courtoises VI, v. 43-44.

Ce theume que j’ay devidé
Est escript d’une grosse plume
Aussi pesante d’une enclume,
Et d’un vielz psaultier enfumé.
Sermon pour une nopce, p. 111.

Plaisirs équivoques de la plume

« Or m’aprenez mon doulz ami,
Cest art. » Lors l’atouche et mesure.
Les tableaux de son livre ouvri ;
Sa plume y bouta roide et dure :
Un po cria, mais elle endure ;
Et cilz li commence a noter :
Une, deux, la tierce doubler,
Et se joint, car li temps fut cours,
Disans, pour tel chant assembler :
« Doit on ainsi parler d’amours ? »
Deschamps, Œuvres complètes, vol. VI, balade 1169, p. 113.

Rêve de plume, rêve de mots

Li dervés
Par le mort Dieu, je muir de fain.

Li peres au dervé
Tenés, mangiés dont ceste pume.

Li dervés
Vous i mentés, c’est une plume.
Alés, ele est ore a Paris.

[…]

Li peres
Ier le trovai tout emplumé Et muchié par dedens se keute.

Le Jeu de la Feuillée, Adam de la Halle,
GF Flammarion, 1989, v. 1041-44 et 1051-52.

Par ung matin n’a gaires en mon veillant me fut advis que mon cuer ysnel s’envola – moienans les plumes et les eles de diverses pensees, d’ung lieu en aultre, jusques a la court sainte de Crestienté [...].

Jean Gerson, Le traictié d’une vision faite contre le Roumant de la Rose par le chancelier de Paris, éd. E. Hicks.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540