Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornes et plumes dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Sixième partie. Corne/cor/corps : l’épreuve de fidélité dans le monde arthurien

Le manteau et le cor : deux signes forts de la « conjointure » dans la Vengeance Raguidel

Stoyan Atanassov

Texte intégral

  • 1 Histoire littéraire de la France, t. XXX, 1888, p. 48.
  • 2 Il n’occupe qu’une trentaine de vers (v. 3889-3921) de l’édition de Gilles Roussineau qui sera not (...)

1La Vengeance Raguidel, roman du xiiie siècle dont Gauvain est le héros, fait résonner en amont et en aval de nombreux motifs que Gaston Paris avait à juste titre qualifiés de « matériel roulant » de la littérature arthurienne1. A la lecture de ce roman, la première impression est celle d’une intrigue incohérente aux parties disproportionnées. L’auteur, Raoul de Houdenc, a réuni trois histoires – le meurtre et la vengeance de Raguidel, la visite de Gauvain au château du Gaut Destroit (l’Etroit passage), la rencontre avec la belle Ydain – reliées entre elles uniquement par la présence du neveu d’Arthur. Chaque aventure semble incompatible avec les deux autres, le tout faisant penser à un « manteau mal taillé ». La comparaison est d’autant plus justifiée que le célèbre motif apparaît en filigrane dans un des épisodes adventices du roman. Ce test de la fidélité féminine, pour avoir une place limitée et marginale2, n’en est pas moins significatif dans un récit qui prend à l’évidence un malin plaisir à bousculer les hiérarchies narratives et la notion même d’intrigue principale.

2On peut dès lors formuler un des aspects de l’écriture romanesque de Raoul : l’importance d’un motif est à définir moins par sa présence et sa fréquence que grâce à sa force d’aimantation, autrement dit grâce à sa capacité d’entrer en résonance avec d’autres éléments du récit.

  • 3 Parmi les dernières éditions de ces textes, cf. Mantel et Cor : deux lais du Xiie siècle, édités e (...)

3Le motif du manteau qui raccourcit au contact de la femme infidèle et son motif jumeau de la corne à boire qui renverse son contenu sur l’homme cocu ont été mis en récit à la fin du xiie siècle par deux courts poèmes, le Lai du cor et le Mantel mautaillé3. Ces lais, dont le comique s’apparente par sa trivialité à celui des fabliaux, ont manifestement connu un succès rapide puisque nous les retrouvons sous forme de récits enchâssés dans la partie Caradoc de la Première Continuation de Perceval, dans le Tristan en prose et dans le récit allemand Lanzelet d’Ulrich von Zatzikhoven. De tous ces récits, notre roman est le plus expéditif quant au traitement du motif, ce dernier n’ayant droit qu’à une trentaine de vers. Ce qui plus est, le héros Gauvain, qui se montre très intéressé par l’épreuve au moment où il en entend parler pour la première fois, tant il est sûr de la fidélité de son amie Ydain, semble avoir changé d’avis par la suite. En effet, une fois arrivé à la cour de son oncle où la présentation du manteau merveilleux est la dernière aventure qui focalise l’attention de la société arthurienne, Gauvain se contente de l’évoquer à propos de l’amie du sénéchal Keu (v. 4130-4133). La belle Ydain ne sera donc pas soumise à l’épreuve. Et pour cause. Peu de temps après, Raoul va faire éclater au grand jour l’infidélité de la jeune femme. Le motif en creux du manteau magique apparaît comme une préfiguration de l’inconstance de la belle.

4Prêtons un instant notre attention à l’histoire d’Ydain, la jeune femme que Gauvain rencontre après son départ du château du Gaut Destroit. Le neveu du roi la libère de Licoridon, un voisin d’Ydain qui lui fait la guerre depuis cinq ans parce qu’elle se refuse à lui. De plus, il avait déjà tué le père de la jeune châtelaine. Sur ce point, celui-ci fait figure de double antithétique de Guengasoain, meurtrier de Raguidel et père de Greviloïne, l’amie d’Yder. Guengasoain n’accepterait pour beau-fils que l’homme capable de le tuer, tandis que Licoridon a tué le père dans l’espoir de faire céder la fille.

5Licoridon, dont le nom fait entendre « le corps Ydon », se voit obligé de renoncer à Ydain au profit de Gauvain. Celle-ci offre son amour à notre héros presque au moment même où il a le coup de foudre pour la jeune fille. Or, leur idylle sera de courte durée. Peu de temps après que Gauvain a amené Ydain à la cour de son oncle, un chevalier arrive pour demander au roi la belle Ydain. L’inconnu fait sa requête sous forme d’un don en blanc qu’il espère obtenir du roi sous peine que celui-ci et sa cour perdent leur renom :

Sans nomer vos le don avant
Vos requier c’un don me dogniés.
Cis dons ne puet estre eslongiés
Que je ne l’aie, o se ce non
Hui perdra vostre cors son non (v. 4226-4230).

6Avec le consentement de ses barons, Gauvain en premier (v. 4239-4241), le roi finira par accorder le don en question. C’est alors que l’inconnu pourra en préciser la nature :

« Sire, sire, ço est asés.
Li dons qui m’est acreantés
Si est de damoisele Ydain,
L’amie monsegnor Gavain.
Saisisciés m’ent, je la demant. »
Li chevaliers se traist avant,
Si le prist au mantel de soie
Et dist : « Je l’enmain, ceste est moie ! » (v. 4257-4264)

7On voit donc comment, au lieu de se soumettre à l’épreuve du manteau mal taillé, Ydain est saisie par son manteau de soie afin de passer aux mains du chevalier inconnu. Le manteau magique révèle les infidélités passées ; le manteau de soie devient l’attribut de la future femme infidèle.

  • 4 Nous avons déjà analysé, quoique d’un autre point de vue, le nom de ce personnage dans notre livre (...)

8Gauvain s’opposera à la demande du chevalier. Il le combattra plus tard et, en dépit de sa victoire, il cèdera la jeune femme au nouveau prétendant, car, entretemps, elle s’était déjà montrée inconstante. Nous ne suivrons pas ici les aléas de la relation de Gauvain avec Ydain. Il convient cependant de souligner l’intérêt que présente le nom fort significatif du chevalier amoureux d’Ydain. Il s’appelle Druydain, nom dont il nous livre lui-même la glose, parfaitement transparente, d’ailleurs4 :

Et por ce ai non Druydain
Que je doi estre drus Ydain,
Ele ma drue et je ses drus. (v. 4349-4352)

9Le nom de la femme à conquérir est inscrit dans celui du prétendant au gré de la même logique « nominaliste » qui préside au sémantisme de Licoridon, l’exprétendant, sinon au cœur, du moins au corps d’Ydain. À ce niveau, le sémantisme du nom Druydain annonce une harmonie à venir entre le chevalier amoureux et la belle Ydain. Pourtant Druydain n’est qu’un signifiant. Pour en mesurer la véritable signification, il convient d’examiner son rapport avec le signifié, autrement dit avec l’être physique du chevalier. Raoul le décrit longuement, invitant ainsi le lecteur à en tirer une leçon au-delà de l’image insolite.

Li chevaliers ot droite et bele
le jambe et les piés bien tornés
et sist aussi com s’il fust nés
el ceval dedens les arçons.
Del braier [de la ceinture] dusqu’as esperons
N’entra onques mels fais en cort. (v. 4170-4174)

10Cavalier et monture semblent donc former un tout harmonieux sans précédent. Or, cette harmonie ne se justifie que pour la partie inférieure du corps, pour le dessous de la ceinture. Qu’en est-il du dessus ? Suivons la description de Raoul :

  • 5 Une largeur de la main.

Mais il avoit le cors si cort,
plat et jeté et corve eskine,
si avoit endroit la poitrine
une boce qui mal li sist.
Nus hom qui la boce veïst
ne cuidast que tex boce fust.
Une autretele et de tel fust
Rot assise encontre le cuer.
Si n’ot pas le cors a nul fuer
plus lonc d’une espane5 et demi.
Itex estoit com je vos di
Et si cuit jo qu’il i ot mains.
Mais il avoit beles les mains,
les poins quarés et les bras gros
et bien garnis de car et d’os
et fors et durs et deliiés
et les cevials lons et delgiés.
La trece ot grosse et blonde et bele,
le col plus blanc c’une pucele
et grant le barbe et fier le vis.
A un seul mot je vos devis,
qu’il de tos membres ert bien fais.
Mais de cors ert petis et lais
et plus despis q’altre riens nee.
Qui en eust la teste ostee,
les jambes et les bras ostés
et regardast a ses costés,
qui tant furent lait et despit,
ne cuidast pas, si com je cuit,
quant il veust les membres hors,
qu’il fuscent isçu de tel cors !
Cuidast ? Nus ne l’osast penser,
car qui feïst le cors peser,
l’une des jambes pesast plus
asseés que ne fesist li bus !
Li chevaliers ert ansi fais. (v. 4176-4211)

11La première chose qui frappe dans ce portrait physique est la disproportion entre les membres bien développés et le corps trop court du chevalier. Raoul insiste sur ce manque d’harmonie en faisant appel à la vue (v. 4180, 4202), au toucher (v. 4208) et en invitant le lecteur à désarticuler la tête, les membres et le tronc (v. 4200 : « Qui en eust la teste ostee,/les jambes et les bras ostés… »). L’homme dont le nom semble convenir si parfaitement à la femme qu’il aime se révèle en fait un monstre aussi difforme que le manteau rétrécissant sur le corps de la femme trompeuse. La disproportion du corps est aussi bien physique qu’esthétique : la beauté physique des bras et des jambes musclés, des cheveux longs et du visage blanc, tranchent avec la laideur du corps doublement bossu tout comme le joli manteau magique révèle les tares morales des premières dames de la société arthurienne. Tout se passe donc comme si la place marginale et en retrait du motif du manteau mal taillé trouvait sa compensation métonymique chez les hommes associés à la femme infidèle par excellence, la belle Ydain.

12La dernière partie du roman, qui reprend le motif inaugural de la vengeance de Raguidel, montre l’amie du chevalier mort en compagnie d’un nain bossu. Ce couple mal assorti n’est pas sans évoquer celui de Druydain et d’Ydain. Le nain grotesque fait l’objet d’une description plus longue dans le manuscrit A sur lequel se fonde l’édition de M. Friedwagner et que nous allons suivre ici :

  • 6 La Vengeance Raguidel, édité par M. Friedwagner, Halle, 1909.

Un nain bociu qui tint. I. arc.
Lais et kenus, si vait cantant
D’Iseult la Blonde et de Tristant
D’Elainne et de Paris de Troie.
Saullers a biec, mantel de soie
Avoit le nain qui vait cantant (v. 4976-49816).

13Figure hideuse du poète courtois, ce nain prend le relais de la dame du Gaut Destroit qui nourrissait le projet satanique d’imiter de la façon la plus paradoxale Iseut s’unissant à Tristan dans la mort : faire tuer Gauvain, puis se tuer elle-même pour reposer dans le même cercueil. Par sa petite taille et son extravagance, le nain évoque Druydain ; par son manteau de soie, il s’apparente aussi bien à la dame du Gaut Destroit (v. 2564, « Un cort mantel a afublé/la dame, qui se fu vestue ») qu’à Ydain (v. 4263). Personnage composite, le nain fait écho à au moins trois autres personnages qui offrent tous une image pervertie de l’amour. Sa présence aux côtés de l’amie endeuillée de Raguidel est un autre paradoxe. Comment expliquer le répertoire du nain, chantant les amours d’Hélène et d’Iseut devant une femme qui n’a pas fait le deuil de son ami tué ? La compagnie du nain convient aussi mal à l’amie de Raguidel que le manteau magique au corps des femmes volages.

  • 7 Dans notre étude sur La Vengeance Raguidel (op. cit., note 4 supra), nous avons interprété les vêt (...)

14Raoul de Houdenc affiche un goût systématique pour les contrastes insolites, et c’est à ce titre qu’il intègre dans son récit l’épisode du manteau mal taillé. Les vêtements à l’envers de l’amie de Raguidel peuvent être interprétés comme une réplique au manteau magique7. Tandis que ce dernier raccourcit, révélant le corps infidèle, le manteau gris retourné de la jeune femme est l’expression d’un deuil sincère et de l’amour sans faille qui unissait Raguidel à son amie :

Apriés le nain vint cevalcant
une pucele a dras envers.
Ne sai s’el fu faite a travers,
mais tant vos di que tex estoit
que tos ses dras envers vestoit.
D’un gris mantel fu afublee,
mais li pene ert defors tornee
et li dras ert devers le cors.
De cuir dedens, le poil defors,
vestoit un peliçon ermin. (v. 4914-4923)

15Au fond, si l’on cherchait un couple loyal qui ressemble à Raguidel et à son amie, seul Caradoc et sa femme, vainqueurs de l’épreuve du manteau magique, seraient à la hauteur. Dans les deux cas, la fidélité se trouve récompensée – par la reconnaissance de l’excellence de Caradoc et de sa femme, d’une part, et par la vengeance de Raguidel, marquant la fin du deuil de son amie, d’autre part.

  • 8 Comme c’est le cas dans le Lai du cor, du Caradoc et du Tristan en prose.

16Nous nous hasarderons à poursuivre encore un moment cette lecture en creux du motif du manteau mal taillé à travers son double sémantique, le motif du cor. Précisons qu’il n’est pas question, dans le roman de Raoul, d’une quelconque corne à boire magique8 qui se renverserait sur l’homme abusé par sa femme. Notre attention est cependant attirée, dans l’épisode de la visite de Gauvain dans le château du Gaut Destroit, par deux cornes en ivoire qui répandent, non du vin, mais une odeur agréable. Rappelons d’abord le contexte dans lequel ces objets précieux sont évoqués : l’extravagante châtelaine du Gaut Destroit, amoureuse de Gauvain, qui n’avait pas répondu à ses avances, a fait construire un autel et un sarcophage de marbre dans lequel elle entend reposer aux côtés de Gauvain, sa future victime. S’unir dans la mort, faute de pouvoir s’unir en vie à l’être aimé, telle est l’imitation grotesque du projet isoldien qu’envisage cette amoureuse excentrique de Gauvain. Les futurs gisants auront pour seule compagnie les statues de saints qui décorent l’autel. Et c’est là précisément que les cornes odoriférantes auront un rôle à jouer. Voici le spectacle que s’offre à Gauvain, alias sénéchal Keu, lors de sa visite guidée au château du Gaut Destroit. Signalons qu’au commencement de la visite, Gauvain/ Keu reçoit, en signe d’hommage, un manteau d’une beauté extraordinaire :

Et quant la pucele le voit
sans armes et desafublé,
un mantel li a aporté
qui ert d’une porpre vermeille
onques om ne vit sa parelle. (v. 2070-2074).

17Ce manteau est-il une simple marque d’hospitalité ? Il nous semble qu’il est plus que cela : Raoul tisse, comme nous l’avons vu, une série de correspondances entre plusieurs occurrences du motif pour insister précisément sur sa dimension métaphorique. Ici, la beauté du manteau (v. 2075, « Molt estoit rices le manteax ») préfigure la description de la beauté physique de Gauvain :

Biax fu et gens, plus estoit fiers
entre les autres c’uns lions.
Molt estoit bele sa façons,
Biax ert de jambes et de piés.
Bras ot gros et poins bien talliés
et les iels vairs et le vis cler
com s’il fust fais por esgarder,
si fu il asés bien ovrés. (v. 2084-2091)

18Observons qu’au-delà du canon de beauté physique, qui reproduit toujours les mêmes qualités, cette description prépare déjà celle de Druydain, la laideur du tronc en moins. En tout cas, ce n’est pas un hasard si Raoul se complaît à décrire un corps épanoui à qui l’on offre le spectacle funéraire de son « éternelle demeure » :

De cors sains et d’or et d’argent
uns auteus i est ricement
por Deu servir aparelliés.
Jamais en liu o vos alliés
Ne verés plus bel ne plus rice. (v. 2151-2155)
[…]
Devant l’autel pendent dui cor
d’ivoire ; cascuns estoit plains
de basme. Messire Gavains
en senti le flairor defors.
Molt fust bons eureés le cors
qui la peust estre a sejor !
Molt par sentoient bone odor,
li cors saint qui dedens estoient. (v. 2162-2169)

19Dans le passage cité, le mot « cor » est repris quatre fois dans trois acceptions différentes. Les « cors sains » du vers 2151 désignent les statues de saints en or et en argent qui décorent l’autel. Les « dui cor d’ivoire » (v. 2162-3), ce sont les cornes de baume dont l’odeur remplit non seulement l’autel, mais aussi l’espace environnant. Le bonheur du « cors » dont par le le vers 2166 est à entendre : « celui qui séjournerait ici aurait été très heureux ». La dernière occurrence désigne encore une fois les statues de l’autel.

20La polysémie du mot « cor » est comparable au « mantel », mot polyfonctionnel. D’ailleurs, le lexème « cor » connaît un vaste rayonnement puisqu’il désigne, d’abord le corps de Raguidel déposé dans la nef qui accoste sous le regard d’Arthur (par exemple, aux vers 126, 164, 166, 5065, etc.), ensuite la cour du roi (v. 138, 4230) ou encore le cor à sonner (v. 2640), sans oublier le corps de Druydain (v. 4176, 4184, 4198) ou le nom de Licoridon, le chevalier violent et malveillant.

21Au terme de cette petite enquête, nous pouvons donc conclure que la fréquence lexicale du cor et du mantel confère au bref épisode du manteau magique une résonance particulière. Cette dernière révèle une des spécificités de l’art narratif de Raoul. Celui-ci disperse dans l’espace de son récit des mots et des motifs qui se font signe et tissent des correspondances constituant autant de pistes de lecture.

Notes

1 Histoire littéraire de la France, t. XXX, 1888, p. 48.

2 Il n’occupe qu’une trentaine de vers (v. 3889-3921) de l’édition de Gilles Roussineau qui sera notre texte de référence : Raoul de houdenc, La Vengeance Raguidel, Genève, Droz, 2004.

3 Parmi les dernières éditions de ces textes, cf. Mantel et Cor : deux lais du Xiie siècle, édités et commentés par Philip Bennett, Exeter, University of Exeter, 1975 ; Le lai du cor et Le manteau mal taillé, édités et traduits en français moderne par Nathalie Koble, suivis d’une étude du même auteur : Les dessous de la Table ronde, Paris, éditions de l’École Normale supérieure, rue d’Ulm, 2005.

4 Nous avons déjà analysé, quoique d’un autre point de vue, le nom de ce personnage dans notre livre L’Idole inconnue. Le personnage de Gauvain dans quelques romans du xiiie siècle, Orléans, éd. Paradigme, 2000, p. 66-68.

5 Une largeur de la main.

6 La Vengeance Raguidel, édité par M. Friedwagner, Halle, 1909.

7 Dans notre étude sur La Vengeance Raguidel (op. cit., note 4 supra), nous avons interprété les vêtements à l’envers de l’ami de Raguidel, ainsi que son harnachement comme une rupture du code communicatif en signe du deuil que la jeune femme observe. Romaine Wolf-boonvin signale plusieurs autres cas similaires dans les récits médiévaux. Cf. son étude « La bestornée et “le coup de la nef” : la merveille dans La Vengeance Raguidel », dans Une étrange constance. Les motifs du merveilleux dans la littérature française et francophone, Colloque international du 3 au 5 octobre 2002, University of Western Ontario, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 75-106. Signalons également les fines observations du même auteur sur la fin du roman et le motif de la vengeance qui témoigne de l’habile travail de déplacement dont fait preuve Raoul par rapport à Chrétien de Troyes : Romaine Wolf-bonvin, « Gauvain en Ecosse : vaincre et faillir dans la Vengeance Raguidel, dans L’Homme dans le texte, Mélanges offerts à Stoyan Atanassov à l’occasion de son 60e anniversaire », Sofia, Presses universitaires de Sofia « Saint Clément d’Ohrid », 2008, p. 39-55.

8 Comme c’est le cas dans le Lai du cor, du Caradoc et du Tristan en prose.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540