Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornes et plumes dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Sixième partie. Corne/cor/corps : l’épreuve de fidélité dans le monde arthurien

Introduction de la sixième partie

Texte intégral

– Y a t-il par ici un tuba ou un buccin, un baryton saxo ou un clairon, un biniou ou un tam-tam ?
– Non, mais il y a un cor, dit la Squaw, qui prit sur un lutrin voisin un olifant, un vrai bijou, mi-airain, mi-laiton, qui datait d’au moins l’an Mil.
On disait, mais à coup sûr, il s’agissait d’un racontar, qu’un paladin du nom d’Alaric, vassal du Grand Clodion, à qui un poil trop abondant avait valu Samson pour surnom, offrit, un jour, à la convocation du ban, alors qu’on avait bu pas mal d’hanaps, offrit, disions-nous, son burgraviat assorti d’un important droit banal à qui saurait mugir un son dans son cor (tout ça arrivant, pour sûr, au fond d’un bois !). Un galopin, un garçon maigrichonnant, un manant, un vilain sans blason, tint la provocation : il s’approcha, saisit l’olifant, souffla, à l’instar d’un Zurichois jouant son ranz favori, produisant un son tout à fait pur, mais si aigu qu’Alaric y pauma son tympan. Clodion fut si satisfait (on sait qu’il craignait Alaric, y voyant à tout instant plus un rival qu’un vassal) qu’aussitôt, faisant fi du mûr avis qu’un pair lui donnait :

Poignons vilain, il vous oindra,
Oignons vilain, il vous poindra !

il fit du galopin son chouchou, l’anoblit, lui donna sa bru, un manoir, trois donjons, six marquisats, lui disant qu’il l’aurait toujours à son flanc, à l’instar d’un Carolus Magnus s’accompagnant d’un Roland. […]
Aloysius Swann loucha sur l’olifant ainsi qu’un conscrit sur un Stradivarius ou sur un Amati, puis, poussant un profond soupir, il souffla dans l’instomation à bout arrondi du tuyau, mais n’obtint qu’un couac chuintant, plutôt plaintif […].
Fanfaron, Ottavio Ottaviani proposa son concours : jadis, ditil, chassant à cor ou à cri dans son marquisat du Niolo dix-cors, broquarts, marcassins, isards et aurochs, il avait appris à forhuir. Saisissant non sans brio l’olifant qui tournoya sous sa main ainsi qu’un bâton sous l’adroit circuit rotatif qu’un Tambour-Major lui fait parcourir, il donna, claironnant, un hallali tout à fait satisfaisant, puis, s’hasardant non sans aplomb, il improvisa tout un pot-pourri (alla podrida), fignolant surtout un air connu, la polka du Mitard […].

Georges Pérec, La Disparition, L’Imaginaire, Gallimard, 2003, p. 230-231.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540