Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornes et plumes dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Cinquième partie. Quand la corne se fait cor : souffle et signe

Introduction de la cinquième partie

Texte intégral

Le soir même entre les terrasses de Saint-Baudille et les
aires d’Avers où le lieutenant avait son poste, commença
un dialogue de cor de chasse tout à fait magnifique. À certains
moments, le son s’étranglait à vous donner la chair de
poule, même en sachant ce que c’était, tant il y avait dans
cette musique de menaces ancestrales. […]
J’imagine que c’est lui qui institua ces duos du soir ; ces appels
nocturnes où il y avait encore plus d’angoisse ; ces dialogues
de grandes voix amères qui discutaient lentement de
désespoirs par-dessus les bois ; ces petites dianes de l’aube
où sautillait comme un timide trot de cavalier qui ne peut
plus se cacher.

Giono, Un roi sans divertissement, Folio, p. 117

Alors, Pierre-le-Brave se posta (ça valait le coup) pour sonner
une vue magnifique qu’il répéta deux fois parce que le
silence s’était fait instantanément sur toute la ligne de
tirailleurs.
Ça, on peut dire que, tout de suite après, des ordres
triomphants ne tardèrent pas à arriver. Le copain qui cornait
pour Langlois n’avait pas sa langue dans sa poche. Si
jusqu’à présent, ç’avaient été des soupirs de veau, maintenant
c’était, comment dirions-nous, du Bossuet en personne !
Bossuet général en chef ! Bossuet à Austerlitz ! Qu’est-ce
qu’on nous passait comme félicitations avec la bouche
de cuivre ! Et comme ordres !

Giono, Un roi sans divertissement, Folio, p. 133

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540