Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornes et plumes dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Quatrième partie. Tropismes spirituels de la plume : métonymie et métaphore

Le travail de la plume. L’écrit et le livre dans Les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci

Jean-Louis Gabriel Benoît

Texte intégral

1Les oiseaux sont variés et nombreux dans l’œuvre de Gautier de Coinci. Ils sont l’objet de pittoresques métaphores. En revanche, il n’est guère question de plume, ni de penne, si ce n’est une fois, lorsqu’il s’agit de dénoncer l’incohérence des prêtres qui sont prêts à enlever avec empressement la moindre plume ou poussière sur l’habit d’un archidiacre, mais qui sont fort négligents quant à la propreté de leurs autels remplis de toiles d’araignée :

  • 1 Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame, édition V. F. Koenig, Genève, Librairie Droz, T. L (...)

Ne voi provoire ne dyacre
S’il voit sor son archedyacre
Putie, plume ne plumete,
Qui tost ne la bout jus et mete1.
(De l’ymage Nostre Dame, t. 3, p. 27, v. 105-108)

2Il n’est pas abusif, néanmoins, d’envisager cet instrument d’écriture, cet objet symbolique, pour évoquer de manière métonymique le texte écrit qu’il sert à produire. Gautier, en effet, ne manque pas de s’interroger lui-même sur le statut de l’écrit et du livre dans les miracles. Quelle est la fonction de l’écriture ? Quelle est la place de l’écrit dans les miracles ? Quel lien Gautier établit-il entre le religieux et le littéraire ?

Une littérature orale ?

  • 2 P. Gallais, « Remarques sur la structure des Miracles de Nostre Dame », Cahiers d’études médiévale (...)

3Pierre Gallais remarque à propos des miracles de Nostre Dame qu’il s’agit « d’une littérature encore à demi orale, évidemment, comme la plus grande partie de celle de cette époque : les recueils des miracles sont destinés à être lus en public2 ».

  • 3 E. Lommatzsch, Gautier de Coincy als satiriker, Halle, 1913, p. 13-14. A. Drzewicka, « Le livre ou (...)

4Apparemment, ceux de Gautier entrent dans cette littérature orale et plus d’une fois l’auteur se présente comme un conteur qui parle à un public. Ses interpellations directes font penser au style des jongleurs, interprètes des chansons de geste, et aussi, comme le remarque Anna Drzewicka, après Ehrardt Lommatzsch, à celui des prédicateurs3. Le rapport du public à l’œuvre serait celui d’un auditeur à un récitant. Voici quelques-uns de ces appels ou apostrophes à l’auditeur :

Tenez silence, bele gens
Un myracle, qui mout est gens
Dire vos veil et reciter…
(t. 2, p. 197, v. 1-3)

Par verité dire porrez
Qu’ainc n’oïstes conter nului
Myracle apert plus de cestrui.
(t. 4, p. 95, v. 6-8)

Or vos taisiez et si l’oez.
(t. 4, p. 261, v. 5)

Qui vielt oïr vers moy se traie.
(t. 4, p. 244, v. 1)

Qui vielt oïr, qui vielt entendre
En quel maniere seit desfendre
La mere Dieu, tous cialz qui l’aimment
Quant la prïent, quant la reclaimment
Traient s’en ça et ses oreilles
Tende vers moy, s’orra merveilles.
(t. 4, p. 321, v. 1-6)

Un bel myracle or escoutez
Et ci lez moy vous acoutez
Volentiers cont a cialz, par m’ame,
Qui de cuer aimment Nostre Dame
Et s’il a ci clerc, lai ne laie
Cui il anuit, tout sanz delaie
Traie se arriere, si s’en voise :
Je n’ai cure qu’il face noyse
Ne qu’entor noz ci se deruie.
(t. 4, p. 340, v. 5-13)

5Ce dernier exemple est significatif de ce type de discours in praesentia, pour reprendre l’expression de Paul Zumthor, où le conteur, quasiment, improvise, face à ce public auquel il n’hésite pas à adresser, s’il le faut, de plaisantes remontrances. Ne nous laissons pas abuser, par ce qui n’est, peut-être, qu’une fiction assez conventionnelle. A quelques vers de distance, dans le même texte (Le Myracle qui desfendi les Samedis Nostre Dame) Gautier écrit :

Un seul myracle encor veil dire
Et puis si me reposerai
Et les autres escouterai
Qui, se Dieu plaist, diront apres.
(t. 4, p. 418-419, v. 14-17)

6Cela accrédite l’idée d’un conteur récitant. Puis, il évoque son activité d’écriture, en expliquant qu’il a pu laisser des imperfections qu’on pourra corriger et un texte qu’on pourra améliorer :

Car tout a ligne et a compas
Si grant livre ne fait on pas.
(t. 4, p. 419, v. 35-36)

  • 4 A. Drzewicka, op. cit., p. 261.

7Ici son travail d’écrivain ne fait aucun doute. Sans doute, ne faut-il pas attacher trop d’importance aux verbes qu’il emploie pour désigner son activité apparemment orale : conter, réciter, dire, lire. Peut-être, Gautier a-t-il vraiment lu lui-même ses textes, voire chanté ses chansons. Il est difficile de le savoir. Ne va-t-il pas jusqu’à dire qu’il va ranger sa lyre et sa vielle (Épilogue, t. 4, p. 433, v. 52-53) ? « Gautier en train d’écrire invente son visage de conteur… Gautier savait bien que ses miracles allaient être récités et il prenait soin de leur faire garder, vaguement, un style de récitation4. » Il se présente lui-même, qui a tant travaillé et écrit son texte comme un improvisateur talentueux et vivant. On peut donc parler d’une fiction d’oralité, proche de certaines chansons de geste.

L’activité d’écrivain

8Au Moyen Âge, pour les moines, le travail est justifié, d’abord, avant même sa nécessité économique (l’argent reste très suspect), comme un moyen de sanctification. Les deux impératifs de la règle bénédictine ora et labora n’en font qu’un. La prière est un travail, sincère, fervent, mais pénible. Gautier veut qu’elle s’accompagne de jeûne, de veille, et de mortifications diverses, « a nus genous et a nus coutes » (« les genoux et les coudes nus »), précise t-il souvent. C’est une prière de tout le corps, elle fait transpirer (t. 4, p. 410-411). Le travail aussi est une prière. Pour Gautier, le travail, c’est d’écrire, et c’est un travail douloureux, une pénitence offerte à Dieu. Il se plaint souvent des souffrances occasionnées par son activité d’écrivain. Dans cet extrait du sermon de la doutance il exprime sa lassitude physique. Sa tête lui fait mal, ainsi que les yeux. Ses doigts même sont fatigués d’écrire, nous dit-il :

La mere Dieu, qui est l’estoile
Qui a droit vent et a droit voile
Mainne et conduit tous ses amis
Arivé m’a et a pors mis.
Ne m’os ore plus en mer embatre,
Ainz prendrai port, s’irai esbatre
Et recrïer un peu ma teste
Chatons en chatonnet m’ateste
Qu’a la fois fait bon reposer,
Joie et travail entreposer
Repos demant et repos veil
Li chiez me diut, si font li œil
Nes d’escrire sont las mi doit.
(t. 4, p. 527, v. 2223-2235)

  • 5 Wilhem Wattenbach, Das Schriftwesen im Mittelalter, Leipzig, 1875, p. 283.

9De nombreux scribes, d’ailleurs, ont exprimé dans le colophon de leurs manuscrits, la difficulté du travail de copie, usant pour tout le corps : le dos, la main, les yeux, la tête. « Comme est pénible l’acte d’écrire ! il fatigue les yeux, brise les reins et casse tous les membres en même temps5. »

10Dans l’épilogue du deuxième livre, Gautier redit sa fatigue, son mal à la tête, sa mauvaise santé. Il explique que s’il était en meilleure santé et plus fort, il ferait bien un troisième livre (t. 4, p. 433, v. 60-64). Ce n’est pas du tout le cas et il invite un successeur à prendre la relève. Il est prêt à écouter les autres. La matière ne manque pas. De plus, il ne veut pas qu’on lui reproche d’avoir été trop long. Il pense à ceux qui seront chargés de recopier ses miracles et veut leur éviter la peine, qu’il connaît trop bien, d’un long travail d’écriture :

Des myracles ai rimé tanz
Qu’aucuns dit ja que trop est grans
Et mes livres et ma volume
Pour ce c’om ne li face frume
Et c’on nel dout a contre escrire
Un seul myracle encor veil dire
Et les autres escouterai
Qui se Dieu plaist, diront apres.
(t. 4, p. 418-419, v. 9-17)

11L’écriture n’est pas une aventure individuelle. Elle est illimitée et sans fin. L’écrivain se situe dans une chaîne, entre un texte et un autre. Il invite son continuateur à poursuivre son œuvre et à la corriger, s’il le faut. Une image double chez lui celle de l’écrivain, c’est celle de l’artisan ou de l’artiste qui avec sa lime corrige les imperfections de son œuvre :

Ne me tieng mie tant a sage
Qu’en ce qu’ai dit n’ait a repenre
Qui tres bien garde i volra penre
Et qu’il n’i ait mout a limer
Qui taillamment volroit rimer.
(t. 4, p. 419, v. 24-28)

12La lime est un instrument qui complète la plume. Elle permet de polir et de faire briller le texte et la langue. Il utilise cette métaphore, on l’a vu, à la fin de son œuvre, mais aussi au début, dès le prologue du premier livre pour prier la mère de Dieu d’exercer ce travail matériel de récurage, de nettoyage des mots :

La mere Dieu, qui est la lime
Qui tout escure et tout eslime,
Escurer daint et eslimer
Por ses myracles biau rimer
La langue Gautier de Coinci
Qui por s’amor commence einsi.
(t. 1, p. 19, v. 325-330)

  • 6 Georges Duby, Le Moyen Âge, l’Europe des cathédrales, 1140-1280, Genève, 1966, p. 127.
  • 7 Ibidem, p. 129.

13La langue est son matériau. De la même manière que l’artiste et l’artisan travaillent la pierre, le bois, le verre, pour construire des cathédrales, Gautier, avec une plume et une lime, cisèle sa langue pour bâtir une cathédrale de mots offerte à Dieu et dédiée à Marie. Ses talents de versificateur lui permettent de jouer avec les mots comme d’autres avec des pierres précieuses, d’où jaillit une lumière céleste. C’est ce que Georges Duby appelle l’art des cathédrales : « La matière participe à la splendeur de Dieu ; elle le glorifie ; elle conduit à le connaître. En réhabilitant la matière, la théologie catholique rejetait le fondement même du catharisme et ce fut, peut-être, le cantique franciscain des créatures qui remporta les victoires les plus décisives6. […] La création n’est pas achevée ; par les œuvres l’homme y coopère. Ainsi se trouve réhabilité, en même temps que la matière, le travail manuel7. »

14L’écriture où l’homme collabore avec Dieu, scelle une inscription de l’homme dans la matière : matérialité de l’ouvrage, matérialité du corps qui le produit, dans le plaisir et la douleur.

  • 8 Un moine illettré ne savait que cinq prières, cinq psaumes, qu’il récitait et les associant aux ci (...)

15Il n’est pas question de s’attarder ici sur le travail linguistique et littéraire de Gautier. Notons simplement qu’il excelle dans les jeux de mots sous toutes ses formes. Sa virtuosité de versificateur le pousse à explorer toutes les facettes des mots qu’il emploie. Comme tout poète, Gautier joue avec les mots. Plus que d’autres, il conduit l’exercice à ses limites en travaillant sur l’écrit. Reprenant une tradition latine bien établie, il va, par exemple, utiliser les anagrammes et les acrostiches8 :

EVA l’iver aporte, la tristece et l’esmai
AVE l’esté nous donne et les fleurs et le mai.
(t. 4, p. 546, v. 35-36)

  • 9 Dès le prologue, il s’émerveille des richesse du nom MARIA (t. 1, p. 3, v. 46). Voir aussi t. 4, p (...)

16Le nom de Maria l’inspire tout particulièrement. Les sons des lettres qui le composent lui donnent matière à des tirades lyriques9 mais aussi à une plaisante satire des moines trop pressés qui disent trop vite leur Ave Maria. Seule la lecture permet de saisir la subtilité de ces jongleries :

Tantost com il viennent a Mari
Si brief et si court font le ri
Plus tost ont di Ave Mari
Qu’uns asniers dit n’aroie « Hari ! »
Diex ! qu’est ce Sainte Marie ? A
Tant a douz mot en Maria.
(t. 4, p. 407, v. 772-778)

17Paronomases, annominatios, rimes équivoquées et autres prouesses techniques ne sont perceptibles que par la référence à l’écrit. La fête n’est pas seulement orale. La virtuosité de l’écriture permet de percevoir l’arbitraire insolite (et parfois amusant) du signe, mais aussi de quelques étranges motivations (au sens linguistique du terme) :

La sainte virge Leochade
En souspirant li dist O qu’a de
Douceur, douce pucele en toy.
(t. 7, p. 10, v. 135-137)

Canter vos veil deus chaçonnetes
Mout volontiers chant chançons netes…
(t. 1, p. 20, v. 8-9)

18Les queues des miracles se terminent volontiers par des kyrielles d’annominatios que la lecture peine à démêler. Cette technique éblouissante est comparable à une enluminure qui prolonge, décore, reprend, modifie le mot, en déclinant ses dérivés :

De char leur chars tel charche encharche
Que l’ame en a trop charchant charche.
(t. 2, p. 67, v. 1629-1630)

19Une cinquantaine de racines sont utilisées au total : cord, chant, pur, fin, port, livre, fort.

20Pourtant il ne se prétend pas écrivain :

Mais mout tost sui quant escri vains.
(t. 2, p. 92, v. 2302)

21Nouveau calembour significatif de son désir contradictoire d’échapper à la vanité de l’écriture mondaine et de la pratiquer partout avec délice, à d’autres fins.

22La mise en page même des textes est déterminante pour programmer la lecture. Elle est envisagée par l’auteur, ce qui est rare au Moyen Âge. Il explique qu’il conçoit la présentation matérielle de son texte en deux parties distinctes : le miracle narratif proprement dit, où il s’efforce de suivre le fil de sa source, et les queues, qui sont des digressions didactiques, souvent conclusives :

Por ce les queues i ai mises
Et si ai fetes tex devises
Que cui la queue ne plaira
Au polagrefe la laira
Et qui la queue veut eslire
Sans le miracle la puet lire.
(t. 4, p. 330, v. 237-242)

23C’est la première attestation dans la littérature du terme de pelagrafe (polagrafe) « paragraphe ». Cette composition du texte en paragraphes séparés rend possible une lecture « à la carte », très moderne.

La plume et la pointe

24Si la plume n’est pas représentée explicitement dans son texte, en revanche, la pointe, le graffe, est plusieurs fois évoqué. Le mot désigne le stylet, outil du scribe, mais, évidemment il représente aussi bien, de manière générique, la plume de l’écrivain. Alors qu’il se plaint d’avoir mal à la tête (t. 4, p. 497, v. 1477), il décide de faire une pause pour tailler son grafe :

A ses sainz piez ici m’aclin
Ici l’aour, ici l’enclin
Ici fas point et pelagrafe
Ici rapointier veil mon graffe.
(t. 4, p. 498, v. 1497-1500)

25Cette plume bien taillée devient une arme. L’image est souvent utilisée par Gautier pour évoquer ses combats de satiriste virulent. Il explique qu’il veut s’attaquer surtout aux clercs (aux lettrés), ses frères, qui méritent plus que d’autres une correction :

Ici mon graffe repenrai
Seur nos letrés m’en revenrai
Ou mout a certes a redire.
(t. 4, p. 459, v. 1523-1545)

26En revanche, il veut épargner les laïcs qui ont assez de misères et qui risqueraient de briser son graffe, tant ils ont la peau dure, s’il essayait de les attaquer :

Puis que la vient, durement dire
Veil mielz sour noz que sour les lais
Assez ont mal, pour ce les lais
Ferir ne poindre nez endur,
Et d’autre part il sont si dur
Tost briseroye, espoir, mon graffe
Se j’en poingnoie un pelagraffe.
(t. 4, p. 499, v. 1527-1532)

27La plume, ou le stylet, serait un instrument agressif, dangereux, pour autrui. Le polémiste cherche à nous rassurer. S’il nous attaque (effectivement il s’adresse à son lecteur, cible potentielle), il s’attaque d’abord à lui-même :

Se point a vos, ne vos griet point
Aussi tost moy com autrui point
(t. 4, p. 498, v. 1501-1503)

28Il y a quelque chose de physique dans l’écriture. Elle peut faire du bien ou du mal, à soi-même et aux autres. C’est un corps qui s’inscrit dans les mots, qui s’écrit sur la page.

Le miracle du livre

29Cette matérialité de l’écrit, cette corporéité de l’écriture ne sont pas incompatibles avec leur caractère sacré, bien au contraire. Dans les miracles, le texte écrit est signe sensible du divin. La forme première du texte écrit, auquel se réfère constamment l’auteur avec respect et vénération, est constituée par le livre source dont il s’inspire, qu’il traduit et qu’il versifie. Ce livre perdu comprenait, à n’en pas douter, une compilation de nombreux miracles latins qui circulaient dans la Romania. Gautier aime à se présenter comme le lecteur assidu de cette matiere inépuisable, enclose dans un beau livre qu’il ne cesse de consulter dans la bibliothèque du monastère. Il va l’ouvrir régulièrement, puis vient le moment où il veut le refermer :

A Saint Maart ou biau livraire
Truis un biau livre dont biau traire
Vorrai encor bele matere
Et biaus mos de la bele mere
Le biau signeur de paradys.
(t. 3, p. 265, v. 1-5)

Atant puis clore le grant livre
Qui matere me donne et livre
Leu i ai tant que ma teste
Qu’ele se dieut mout bien m’ateste
Or l’en report en nos armaires
Ou nos prieus ou nos armaires
Je n’i be ore plus a penre
Qui or i vielt lire si lise
Et biaus myracles i eslise.
(Épilogue, t. 4, p. 437, v. 157-166)

30Le voici sorti, maintenant qu’il arrête son œuvre

Dou grant livre as grans cloz chapez.
(t. 4, p. 437, v. 170)

31C’est un livre inépuisable. D’autres vont prendre sa suite, une filiation ininterrompue s’établit, grâce à l’écrit, entre le passé, le présent et l’avenir. Il s’agit même dans son esprit d’une résurrection. Ecrire c’est faire revenir à la vie, et à la vie éternelle, un ensemble de récits qui témoignent de la présence du Ciel sur la Terre. C’est ainsi qu’il envisage son projet d’exhumation :

Si douz myracle enseveli
Dedans la letre ont trop esté
Mais se vivre puis un esté
De plus biaus en volrai fors metre Tout mot a mot, si com la letre
Et l’escriture le tesmoigne
(Prologue, t. 1, p. 3, v. 32-37)

32Les termes qu’il emploie pour désigner ce texte source varient : la matiere, la fuel, la page, la letre surtout, l’escriture. Cette letre a valeur d’autorité, de référence, de preuve, ce qui ne l’empêche pas de prendre des libertés, et parfois du recul, avec elle, au moins pour donner son avis et la commenter. Son livre est le prolongement inachevé de ce livre source. Il a écrit deux livres de Miracles, il en écrirait bien un troisième, s’il n’avait pas aussi mal à la tête (t. 4, p. 433, v. 62-63), mais il préfère également s’arrêter pour ne pas ennuyer son lecteur.

33L’écrit est aussi le fruit d’une correspondance. Il écrit pour répondre aux sollicitations pressantes de son ami Robert de Dive, prieur de Saint-Blaise de Noyon. C’est lui qui le pousse à écrire, c’est lui qui lui envoie des saluts, des poèmes, dédiés à Marie, auxquels il se sent incapable de répondre. C’est pourtant ce qu’il va essayer de faire en lui envoyant son livre qui comporte une impressionnante série de saluts à Notre-Dame : six cent soixante-quatre alexandrins, sous forme de quatrains, qui commencent tous par Ave Dame.

34L’auteur évoque, dans cet extrait de l’épilogue du deuxième livre, le souci de répondre aux poèmes de son ami ainsi que la dédicace qu’il lui fait de son livre :

De tout l’enche qu’ai en mon cor
Tant de salus pas n’escriroye
Com je li mant a ceste voye
Par cest livre que li envoy
Il m’est avis que bien l’avoi
Quant tout premiers l’envoi a lui
Car ne connois certes nului
Plus volentiers de lui le lise
Ne qui plus tost le contrescrise
Ne qui mielz le sache atorner
Flouris ne paindre n’aourner.
(t. 4, p. 434, v. 94-104)

35Son livre est donc inachevé, non seulement parce qu’il peut être complété par d’autres écrivains, mais parce qu’il commence une nouvelle vie, en étant recopié et enluminé dans ses ateliers monastiques.

36Ce travail matériel contribue à donner vie au livre, à en faire un objet précieux, digne de la Vierge qu’il cherche à faire aimer. Son livre est maintenant un être vivant personnifié à qui il s’adresse plaisamment dans une longue apostrophe ! Il lui assigne une mission auprès des multiples lecteurs qu’il rencontrera lorsqu’il sera indéfiniment recopié. Le premier miracle, c’est sans doute cette multiplication matérielle par l’écriture qui permet la diffusion de cet ouvrage. Diffusion dont s’émerveille l’auteur, ravi, comme tout écrivain, de rencontrer son public :

Salue moy roys et roÿnes
Dus, duchoisez, contes, contessez
Evesques, abbés, abbessez
Moinnes et clers, rendus, provoires
Toutes nonains, blanches et noires
Et trestoz cialz communement
Qui de cuer aimment doucement
La douce dame de pitié
Por cui amor je t’ai ditié.
(t. 4, p. 435, v. 112-120)

37Le livre se situe au centre d’un échange complexe : dépositaire d’une mémoire et d’un passé qu’il fait revivre, chaînon entre un livre source et un livre à venir, objet d’intercession entre le monde céleste et le monde terrestre, lien entre un écrivain, ses amis et ses lecteurs, il est l’objet d’un passage dans l’espace et dans le temps. Essentiellement, il permet d’accéder au monde spirituel. Auteur, lecteur, copiste sont unis par le texte ainsi que la prière mutuelle. Chose étonnante, l’écriture sera le moyen divin d’inscrire le salut de tous ceux qui ont participé à ce livre. L’écrivain suprême, le seul qui finalement fasse ce livre par le truchement de Gautier lui-même, c’est la Vierge. S’appuyant sur l’image biblique du livre de vie où sont notés les noms des élus, Gautier prie pour que tous ceux qui lisent ou écrivent son livre (et qui, en retour, prient aussi pour lui) soient sauvés par Marie, dans une circularité exemplaire d’écriture et de lecture :

La sainte flors, la sainte rose
Ou est toute douceurs enclose
Tout celz escrive par sa grace
Ou saint livre de vie face
Qui cest livre contr’escriront
Et qui por m’ame prieront
Quant le liront et oront lire.
(t. 1, p. 22, v. 48-55)

38Il conclut son prologue du premier livre, qui est son véritable programme littéraire, en envisageant à nouveau la mission temporelle et spatiale du livre qu’il veut offrir :

Et as futurs et as presens
Par maint païs ira divers
Quant j’ere tout mangiés de vers.
(t. 1, p. 22, v. 46-48)

39Dans ces textes Gautier se réfère à l’Apocalypse. Au Jugement dernier, au terme du second combat eschatologique, Dieu jugera selon le livre de la vie de chacun et seront sauvés ceux qui seront inscrits sur le livre de vie :

Et je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône, on ouvrit des livres, puis un autre livre, celui de la vie, alors, les morts furent jugés d’après le contenu des livres, chacun selon ses œuvres […] et celui qui ne se trouva pas inscrit dans le livre de vie, on le jeta dans l’étang de feu. (Apocalypse, 20, 12-15).

L’écrit, signe divin

  • 10 Rousseau s’en souviendra, qui voudra se présenter devant le jugement de Dieu « son livre à la main (...)
  • 11 Il compare ainsi les détracteurs des miracles aux magiciens d’Égypte qui eux, au moins, ont eu l’h (...)

40Le livre dans cette symbolique est l’objet sacré par excellence10. On en trouve de nombreux exemples dans les miracles. La Bible, mais aussi les écrits des Pères, rassemblés sous l’expression l’Escriture, constituent évidemment la référence principale, l’autorité absolue, à laquelle renvoie l’œuvre. Le support théologique et moral sur lequel s’appuie l’édifice narratif des miracles, ainsi que les sermons et les poèmes, est celui des Saintes Écritures. C’est la Parole initiale d’où découlent tous les écrits. Gautier s’y réfère pour y trouver un exemple, une comparaison11. Comme tout bon prédicateur,

Sainte Escriture fait savoir
Qui de Dieu vielt amor avoir
Le dyable doit jeter puer
Car nus ne porroit a nul fuer
Ce dist la letre, ce me semble,
Servir a deus seignors ensamble.
(t. 4, p. 440, v. 26-31)

41L’écrivain lui-même prend le prophète comme modèle :

Plus veil enssivre le prophete
Que je ne face le poete.
(t. 3, p. 267, v. 65-66)

42Dans l’Apocalypse, la fin des temps est évoquée comme un livre, un rouleau, dont les sept sceaux sont successivement ouverts par l’Agneau. Le prophète, à qui il est donné d’annoncer la parole de Dieu, a dû manger un petit livre doux et amer dans la main de l’ange. Gautier qui imite le prophète, déguste ainsi la parole évangélique et même le saint nom de Marie :

Toutes douçors trueve dedens
Qui bien le suce entre ses dens,
Mais nus se seit s’il ne l’esprueve
Con douce douceur on i trueve
A cinq cens doubles passe miel.
(t. 1, p. 10-11, v. 173-176)

43Sans atteindre toujours les sommets de la mystique, les écrits apparaissent à plusieurs reprises comme des contacts avec l’au-delà. L’au-delà n’ouvre pas toujours sur Dieu. Il y a un écrit maléfique dans le plus célèbre des miracles. C’est la charte signée par Théophile avec le Diable. Ancêtre du Faust, le clerc Théophile s’est laissé aller, pour retrouver sa charge de vidame et la gloire mondaine, à renier Dieu et à signer un pacte, une lettre scellée. Seule Marie, après un long égarement de Théophile et son repentir spectaculaire, pourra récupérer ce document en enfer :

La mere Dieu, la debonnaire,
A tot l’escrit a lui repaire
Dont il estoit en tel freür
Pres s’aproche del pecheür
La mere Dieu par sa franchise
Et se li a la charte mise
Desor le pis mout doucement.
(t. 1, p. 131-132, v. 1351-1357)

44En général, c’est Dieu qui fait signe aux hommes par un livre ou un texte miraculeux. Saint Basile reçoit de la Vierge, en même temps que l’aide de saint Mercure, pour protéger la ville de Césarée contre Julien, un livre qui attestera du miracle aux yeux de tous :

Cele royne grant et bele
Le grant Basile adont apele,
Mout doucement li donne et livre
Entre ses mains un mout biau livre
Ou escrite a mainte merveille
(t. 4, p. 12, v. 297-301)

45Le livre des miracles de Nostre Dame, est ainsi, à plusieurs reprises, représenté comme un don de Dieu, auquel l’auteur lui-même collabore. L’enfant qui chantait si bien le respons Gaude Maria pour Notre-Dame rapporte de l’au-delà (Notre-Dame l’a ressuscité après son assassinat) un écrit qui raconte sa résurrection :

Li clerçons a entor la teste
Tel chyrograffe et tel escrit
Qui le myracle bien descrit.
(t. 4, p. 61, v. 480-482)

46Le sacristain qui bénéficie d’une grandiose apparition de Notre-Dame découvre avec émerveillement le livre qu’elle lui présente. C’est la prophétie d’Isaïe qu’elle lui montre dans un livre admirablement écrit et décoré :

La mere Dieu li a ouvert
Et se li mostre a descouver
A son doit l’entiteleüre
Ou livre n’eut nule escriture
Del premier chief dusqu’en la fin
Fors de vermillon et d’or fin.
(t. 3, p. 16, v. 129-134)

47Dans ce rêve d’un livre précieusement enluminé, consacré à Marie, on retrouve les longues tirades lyriques du poète sur le nom de Marie qui doit s’inscrire en lettres d’or sur tous les livres, comme il est écrit au ciel. Livre de vie et livre des miracles ne font plus qu’un. Le nom de Marie en constitue le titre glorieux :

La page ou est escris plus en est bele et chiere
(t. 4, p. 550, v. 120)

Ave dame au doz non c’on doit pourtraire d’or.
(t. 4, p. 550, v. 125)

Ave tes nons est plains de precieuses pierres.
(t. 4, p. 551, v. 127)

Ave de tous biens iez l’entiteleüre
(t. 4, p. 551, v. 146)

Cil qui n’iert de t’amour enluminez et painz
En enfer est boutez, balanchiez et empainz
(t. 4, p. 551, v. 148-149)

  • 12 Jean de Salisbury, Polycraticus sive de nugis curialium et vestigiis philosophorum, cité par J. St (...)

48Il y a donc trois niveaux de textes : la Bible (les Saintes Ecritures), le texte latin (livre source des miracles) et les miracles en français qu’écrit Gautier. L’écriture littéraire relie ces trois textes. Ecrire le texte terrestre revient à écrire dans le livre divin, le livre de vie. L’écrit est une trace du divin. Au Moyen Âge, le travail d’écriture est souvent assimilé à un service divin et réciproquement l’action de Dieu à un geste d’écrivain. Pour Jean de Salisbury, par exemple, le doigt de Dieu écrit dans l’esprit de l’homme comme dans un livre12. L’écrit est un produit matériel, la langue elle-même, travaillée par le poète est liée au corps. Cette matière est transformée par l’art. Le terme est employé pour désigner le texte source mais aussi l’être même de la Vierge Marie :

Tant fu ta matere
Nete et pure et sainne
Qu’en toi prist tes père
Char et fome humaine.
(t. 1, p. 32, v. 74-77)

  • 13 La « matière », en l’occurrence, pourrait désigner trois réalités : la corporéité de la langue, la (...)

49En elle le Verbe s’est fait chair. L’Incarnation est le modèle de l’activité d’écriture. Dans l’œuvre, la matière prend vie13. Cette vie sera divine si elle est animée par l’Esprit, donc par Marie.

Notes

1 Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame, édition V. F. Koenig, Genève, Librairie Droz, T. L. F., 1966-1972, t. 3, p. 27. Nous nous référons à cette édition.

2 P. Gallais, « Remarques sur la structure des Miracles de Nostre Dame », Cahiers d’études médiévales, Epopées, légendes et miracles, Paris-Montréal, 1974, p. 117.

3 E. Lommatzsch, Gautier de Coincy als satiriker, Halle, 1913, p. 13-14. A. Drzewicka, « Le livre ou la voix ? Le moi poétique dans les miracles de Nostre Dame de Coinci », Le Moyen Âge, t. 96,

1990, p. 246-247.

4 A. Drzewicka, op. cit., p. 261.

5 Wilhem Wattenbach, Das Schriftwesen im Mittelalter, Leipzig, 1875, p. 283.

6 Georges Duby, Le Moyen Âge, l’Europe des cathédrales, 1140-1280, Genève, 1966, p. 127.

7 Ibidem, p. 129.

8 Un moine illettré ne savait que cinq prières, cinq psaumes, qu’il récitait et les associant aux cinq lettres du nom de Marie (Magnificat, Ad Dominum, etc.). À sa mort, cinq roses fraîches, vermeilles furent trouvées dans sa bouche (t. 2, p. 225).

9 Dès le prologue, il s’émerveille des richesse du nom MARIA (t. 1, p. 3, v. 46). Voir aussi t. 4, p. 548, v. 72-88.

10 Rousseau s’en souviendra, qui voudra se présenter devant le jugement de Dieu « son livre à la main » (Les Confessions).

11 Il compare ainsi les détracteurs des miracles aux magiciens d’Égypte qui eux, au moins, ont eu l’humilité de s’incliner devant les miracles de Moïse (t. 4, p. 404).

12 Jean de Salisbury, Polycraticus sive de nugis curialium et vestigiis philosophorum, cité par J. Stiennon, Paléographie du Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1991, p. 22.

13 La « matière », en l’occurrence, pourrait désigner trois réalités : la corporéité de la langue, la matérialité de l’écriture, le sujet de l’œuvre.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540