Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornes et plumes dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Première partie. Cornes du cocu, cornes du diable : des attributs carnavalesques

Les Cornards de Rouen : la corne et la crosse

Michel Rousse

Texte intégral

  • 1 Deux articles bien informés de Dylan Reid ont entamé une analyse féconde des Conards et de leurs T (...)

1À Rouen, au xvie siècle, existait une confrérie joyeuse qui connut des vicissitudes diverses, passant de périodes d’expansion florissante à des temps où elle était l’objet de suspicions et d’interdictions. Ses membres étaient communément désignés du nom de Conards et c’est sous ce nom que leur renommée les a fait connaître à l’extérieur de leur ville. Leur activité la plus visible était l’organisation d’une « chevauchée » satirique lors des Jours Gras. Elle nous est connue par des documents d’archives, en particulier par des arrêts du Parlement qui tenait à régir ses interventions sur la place publique, mais sa renommée s’étendait bien au-delà de l’agglomération rouennaise et l’on se déplaçait de loin pour venir assister à ses manifestations. Un petit livre paru en 1541 mais dont on n’a pas d’exemplaire garda mémoire des Triomphes de l’abbaye des Conards tels qu’ils se déroulèrent cette année-là ; il fut réédité en 1587, lorsque cette abbaye joyeuse connut une renaissance passagère ; cette édition nous est parvenue1.

  • 2 Voir Michel Rousse, « L’abbaye des Conards dans la vie sociale et culturelle de Rouen », Première (...)
  • 3 Deux chroniques de Rouen, publiées par A. Héron, Rouen et Paris, 1900 (Société de l’histoire de No (...)

2Il s’agit d’une association de jeunes gens telle qu’on en connaît un peu partout en France à cette époque. Ses membres font partie de l’élite sociale de Rouen et, à côté de ses manifestations satiriques et burlesques, elle occupe une place de premier plan dans la vie sociale et culturelle de la ville2. On la voit ainsi figurer en rang d’honneur lors d’une procession solennelle organisée en 1535 et l’on découvre qu’elle a une dénomination plus honorable puisqu’elle est désignée comme « l’association de Jhesus Maria fondée à Bonnes Nouvelles, vulgairement dite l’association des Conartz » dans une chronique de l’époque3.

3Le mot connart est ancien dans la langue où il a le sens de sot. C’est le nom du messager du roi d’Aufrique dans le Jeu de Saint Nicolas de Jean Bodel, et l’appeler ainsi est déjà donner à son personnage une qualification dépréciative. L’origine du mot est probablement à lier au terme con qui désigne dès l’ancienne langue le sexe de la femme ; connart en serait un dérivé. Le sexe féminin étant perçu comme le symbole de la passivité et de la faiblesse, l’adjectif connart s’applique à désigner un sot bête et stupide. Bodel fait clairement apparaître le lien entre connart et con lorsqu’il met dans la bouche de Roulet aux prises avec Connart :

  • 4 V. 617-620 de l’édition de Jean Dufournet (GF-Flammarion, Paris, 2005) qui traduit : « Connard, ne (...)

Connart, or ne fai pas le prone,
Que tu n’aies ton peleïc !
Tous jours sont connart bateïc,
Ja n’ierent liet s’on ne les bat4.

4Le sens de sot, stupide, est sûrement présent dans Conards, mais il est aussi lié au mot cornard, dérivé, lui, de corne. La confusion entre les deux mots est aisée, d’autant que dans le dialecte normand, la corne devient la cosne, ce dont témoigne aussi le nom propre Cosnard ; d’autant aussi que les deux mots finissent par se confondre dans la sottise du cocu. Quelques vers du Roman de la Rose nous introduisent judicieusement dans le contexte qu’évoque le mot cornard :

  • 5 Édition de Félix Lecoy, tome I, p. 147-148, CFMA, Champion, 1965.

S’est plus cornairs q’un cers ramez
Riches hom qui cuide estre amez.
N’est-ce mie grant cornardie ?
Il est certains qu’il n’aime mie :
Et comment cuide il que l’en l’aime,
S’il en ce por fol ne se claime ?
En cest cas n’et il mie sages
Ne quels est uns beals cers ramages5.

  • 6 Un lieu-dit près d’Arzal (dans le Morbihan), La Corne du Cerf, garde trace de cet usage de la lang (...)
  • 7 Les divers aspects de la symbolique du cerf sont examinés dans le présent ouvrage par l’article de (...)
  • 8 Voir Jean Dufournet, Petite Introduction aux branches I, Ia et Ib du Roman de Renart, Paris, CDU, (...)

5Les cornes sont donc les bois du cerf6, un animal qui occupe une place importante dans la tradition populaire7. Le Dictionnaire de Du Cange s. v. cervula atteste que plusieurs mandements ecclésiastiques interdisent de se déguiser en cerf aux calendes de Janvier, et ce déguisement apparaît aussi dans les scènes de charivari. Le cerf d’un côté est porteur de toute une symbolique religieuse liée à des textes de la Bible : altéré de la parole de Dieu, il boit à la source d’eau vive, ou il fuit pour éviter le mal8 ; d’un autre côté, aux antipodes à certains égards, le cerf et ses bois sont le symbole du cocu. Le mari, cocu, battu, content, est vilipendé, il est la cible des sociétés de jeunesse qui s’empressent de noter toutes les infractions aux bonnes mœurs dans les comportements sexuels, non sans lui exprimer une certaine reconnaissance pour laisser circuler ainsi sa femme.

  • 9 A. de Reilhac, Jean de Reilhac, général des finances et ambassadeur des rois Charles VII, Louis XI (...)
  • 10 Nouveaux récits et contes moralisez, éd. de 1574, folio 167 r°.
  • 11 Arnold van Gennep, Manuel de Folklore contemporain, tome premier, vol. III, Paris, Picard, 1947, p (...)

6Ainsi sous la corne du cerf, le connart et le cornard se rejoignent pour désigner le cocu. Le langage quotidien en porte témoignage : cocu, cornard sont souvent alliés. Une lettre de rémission de 1459 nous en donne une attestation dans un échange qu’on sent comme pris sur le vif ; une querelle éclate à Chinon entre joueurs de quilles : « Et qui me poyras-tu faire, cocuol, merdas, cornart,… » dit l’un, à quoi l’autre réplique en enlevant une quille du jeu : « Et j’enleveray une autre en despit de ton visaige, cocul, cornart, meschant9… ». Au xvie siècle, le sens de cocu est constant, comme le montre l’anecdote rapportée par Du Roc Sort Manne : une femme mariée trompe son mari, à l’insu de celui-ci ; « Une sienne voisine l’appella par son nom conarde, laquelle se sentant injuriée demanda à son mary l’interprétation de cette injure, laquelle il lui exposa, luy disant que cela estoit donné à faulx titre, attendu qu’elle scavoit bien qu’il n’estoit à autre qu’à elle10. » Dans ce texte, le terme conard a une acception plus large et il désigne aussi bien l’auteur que la victime d’une infraction aux règles de la conduite sociale en matière de relation entre les sexes. C’est encore ce que nous révèlent des emplois plus récents du terme, comme celui que rapporte Van Gennep quand il relève que dans l’Hérault, aux Jours Gras, les jeunes gens de Saint-Pons « attendaient les hommes mariés qui revenaient du bal, les traitaient de sacrés couillouns et cornards, puis les forçaient à se tremper le derrière dans une composte pleine d’eau11 ». Cornard paraît donc pouvoir qualifier toute personne qui se rend coupable d’une conduite blâmable selon les règles en usage dans cette région, qu’elle soit l’auteur ou la victime de la faute.

7Il semble bien qu’il y ait deux façons d’user du mot : la première use de conard pour tout ce qui tourne autour du cocuage, la seconde est plus générale et constitue une injure qui, à bien considérer, ne serait pas éloignée de l’usage du même mot de nos jours, mais en plus virulent, équivalent à putain, comme en témoigne la plainte du Prieur Dupuy contre le sieur Le Tellier et le Perrier, religieux profès de la Madeleine, où l’on peut lire : « Item que entre autres choses, ledit Perrier en la complicité dudit Telier auroit appelé ladite religieuse putain et plusieurs fois conarde, meschante, et dit qu’i la feroit bien tirer hors dudit lieu de Saint-Julien. »

  • 12 L’Epistre des enfans de paris envoiée aux enfans de Rouen, Paris, 1532. Libelle conservé à la Bibl (...)
  • 13 Les Triomphes de l’abbaye des Conards avec une notice sur la fête des fous par Marc de Montifaud, (...)

8Ce que nous connaissons des Conards de Rouen s’accorde parfaitement avec les observations que nous venons de faire. Le conard est un cocu, comme les enfants de Paris le rappellent dans une épître adressée « aux enfants de Rouen » en évoquant « vos cosnars qui sont coux12 ». Il y a de la part des jeunes de Rouen une volonté de dérision, de renversement des valeurs, propre aux sociétés de jeunes qui aiment à se parer de noms dévalorisants : Compagnie de l’Escache Profit, Prince des Coquarts, Prince de Peu d’Argent… Mais il est sûr que parler des Conards soulève immédiatement une multitude de résonances liées à la corne, au point même d’établir une équivalence entre conards et cornus dans une ballade destinée à annoncer la grande parade des Jours Gras : « Viennent conards et cornus en bons termes13… »

9Les Conards sont les premiers à jouer des échos qui vont de conards à corne ; dans la description de la chevauchée de 1541, la première strophe des Ballades desdits prophetes que Saul lisoit aux carfours de la ville se fait un plaisir de multiplier les rapprochements :

  • 14 Triomphes, p. 73.

Cornus Conards qui portez cornus corps,
Si vous voulez entendre ma devise,
Venez ouyr des prophetes les cors
Cornants le temps qu’à present on divise.
Ils ont corné qu’orgueil et convoitise
Sont maintenus par gens de tous estats,
Ils ont corné qu’à monceaux et à tas
Du peuple on tire argent par avarice.
Ils ont corné des choses nompareilles
Qu’il adviendra pour corriger malice
Le tems de pleur et l’an des grands merveilles14.

10Les premiers vers d’un libelle de la querelle de Marot et de Sagon, La Responce a l’abbé des conars de Rouen, parue chez Jehan Morin à Paris en 1537, montrent que la parenté que l’on établissait entre conard et corne était patente pour tous :

Ha, ha, vrayment, c’est bien corné !
J’en ay le nez tout escorné
De cest Abbé de Conardie,
Qui a tant la corne hardie,
De la lancer en descornant
Dessus Marot, trop mieulx cornant
Va, va, Abbé de Conardiere,
Avec ta ryme Regnardiere,
Et ton cueur plus encor regnard
Rimer sur quelque tien Conard
Sans corner sur le grand Corneur ! (v. 1-11)

  • 15 Page de titre de l’Appologie faicte par le grand abbe des Conards sur les invectives Sagon, Marot, (...)
  • 16 Page de titre de La premiere lecon des matines ordinaires du grand abbe des conards de Rouen, souv (...)

11Les Conards en leurs activités répondent parfaitement aux divers sens qui peuvent s’épanouir autour de la corne et des mots de la même famille. En leurs festivités, ils assemblent le peuple par des proclamations cornées à son de trompes, et ils ne se privent pas d’intervenir dans la vie sociale et littéraire du temps. Deux bois gravés en tête d’opuscules de la querelle qui mit aux prises les défenseurs de Marot avec Sagon et ses amis présentent un crieur soufflant dans une corne ; dans l’un, deux personnages du haut d’un balcon s’adressent à la foule au-dessous d’eux, l’un lit une proclamation tandis que l’autre souffle dans une trompe d’où s’échappe horizontalement, mais écrite à l’envers, l’apostrophe « O Conards » (fig. 1)15 ; dans l’autre, l’apostrophe « O Conards » se lit verticalement sur le côté comme si elle tombait de la corne dans laquelle souffle un personnage élégamment habillé (fig. 2)16.

  • 17 Les Triomphes de l’abbaye des Conards sous le resveur en decimes Fagot, abbé des Conards, contenan (...)

12Mais le témoignage le plus flagrant du lien étroit qui lie les Conards et la corne se voit sur le bois gravé qui se trouve en fin de l’édition des Triomphes de l’abbaye des Conards (fig. 3)17. Sur un char d’apparat précédé de musiciens et de porte-flambeaux trône un personnage dont il est légitime de penser qu’il s’agit de l’abbé de la confrérie ; de la main gauche il tend une banderole qui ne porte aucun texte mais qui est sans doute censée contenir quelque proclamation satirique ; dans sa main droite il tient ce qui a parfois été pris pour une énigmatique branche d’arbre dépouillée de ses feuilles, mais en réalité tout porte à croire qu’il s’agit d’une superbe ramure de cerf qui proclame hautement la parenté des Conards et de la corne de cerf.

  • 18 Elle est conservée au Musée des Antiquités de Rouen (Inv. N° 2876) ; elle a été acquise en 1924 pa (...)
  • 19 Robert Jalby, « Le folklore du Languedoc, Ariège, Aude, Lauragais, Tarn », dans Contribution aufok (...)
  • 20 Arrêt du 17 janvier 1587 ; Arch. Dép. Seine-Maritime, Registre du Parlement 1 BP 9361

13Un autre document nous propose une image un peu différente de l’abbé des Conards. La matrice du sceau de la confrérie des Conards de Rouen nous est en effet parvenue (fig. 4)18. On y voit l’abbé des Conards en personnage grotesque, assis sur un trône, mitre en tête, tenant une crosse en main gauche et un jambon en main droite ; de chaque côté de lui, à portée de main, deux buires s’offrent à étancher sa soif. Y a-t-il concurrence entre les bois de cerf et la crosse ? On pourrait être tenté de le penser et d’émettre l’hypothèse que la première fonction des Conards était d’aller porter une ramure de cerf à celui qui s’était signalé par ses frasques sexuelles et que la crosse est un substitut de la corne. N’est-ce pas une trace d’une telle coutume que l’on a observée dans l’Ariège où un tribunal populaire se chargeait d’infliger des sanctions à l’égard des mauvais époux : « Il y avait un procureur dit “de la corne”, chargé d’instruire les affaires et d’assigner les témoins […] L’huissier armé d’une masse ou d’un bâton au sommet desquels étaient accrochées deux cornes de bœuf, faisait régner l’ordre dans la salle. Le tribunal se réunissait chaque année en janvier afin d’instruire les affaires des ménages en cause pour l’année qui venait de s’écouler et les sentences étaient exécutées pendant les trois journées du carnaval19. » Cependant dans la description de la chevauchée rouennaise de 1541, il n’est fait mention que de la crosse, et rien ne prouve que le bois gravé de l’édition de 1587 ait figuré dans l’édition de 1541 ; et cette gravure pourrait être le résultat d’une radicalisation des mœurs et de la censure qui, suite aux dissensions religieuses, a banni le titre d’abbaye pour l’association des Conards, qui s’appelle désormais la Maison de Sobriété et dont l’abbé est devenu le Père de Sobriété. La publication en 1587 de la description de la chevauchée de 1541 est peut-être une façon détournée de proclamer l’attachement de la confrérie à sa forme initiale ; mais sachant la susceptibilité des autorités, l’imprimeur n’aurait pas osé dans sa gravure donner mitre et crosse à l’abbé des Conards, afin d’éviter le scandale ; ceci n’empêcha pas les autorités religieuses de demander au Parlement « qu’il soit faict punition exemplaire des autheurs et imprimeurs de ceste ville de Rouen ayans […] imprimé et vendu des livres scandaleux contre l’honneur de Dieu et de la religion catholique, apostolique et romaine, et entre autres ung intitulé Les Triomphes de l’abbaye des Conards20 » ; les imprimeurs furent sommés de comparaître et l’on perquisitionna chez les libraires.

14Quoi qu’il en soit, corne ou crosse, la fonction est identique. La crosse est au centre du cortège carnavalesque mené par les Conards en 1541 ; y figure en place d’honneur « le treshonoré, digne et precieux baston pastoral, communement appelé la crosse, portée par un grand homme habillé en Hercules. Ladite crosse ou baston pastoral estoit accompagnée et suivie par nostre bon père abbé ; avec le college des resveurs en decimes cardinaux. ». Cette crosse est ici en attente de son rôle le plus marquant. Car les réjouissances se prolongent le mardi suivant, Mardi Gras. Un grand dîner est organisé dans la halle au drap, mais auparavant on promène la crosse à travers la ville : «. a dix heures de matin, se mirent sus une compagnie masquez, portans la crosse parmi la ville, ayans falots et tabours pour sonner et semondre ledit disner, ainsi qu’il est accoustumé ». C’est pendant ce dîner qu’aboutit le processus mis en route par les ordonnances conardes publiées à son de trompe le 22 février : ces ordonnances burlesques qui organisent la fête demandent que soient rapportés au greffe de l’association tous les cas liés aux déviations sociales issues de la vie sexuelle des uns ou des autres :

Rapporter au greffe les courtiers nouveaux des cartiers veneriens

  • 21 Ce sont des quartiers où la prostitution prospérait.

Nos mortepayes et courtiers
Du Lyon, Gredil et Rouvray21,
Feront aux hauts jours rapport vray
De ceux qui hantent leurs cartiers.

Semblable rapport se fera des cas conards

  • 22 Ib., p. 24.

A un chacun nostre cousin
Mandons rapporter en chapitre
Tous cas, pour en faire registre,
Tant soit-il parent ou voisin22.

15Donc, après le repas et la représentation de « plusieurs farces et comedies, dances et morisques en grand nombre, avec bonnes moralitez et de bonne audace » les dignitaires de l’abbaye se retirent pour délibérer sur les cas qui leur ont été soumis et savoir à qui sera attribuée la garde de la crosse :

  • 23 Ib., p. 80.

Apres lesquels fut leu le cas des deffaillans, redigez en rethoricque de grande joyeuseté, et, tout leu, l’abbé se retira au conseil du costé ou estoit assis le chancelier, et apres au patriarche et cardinaux estans en l’autre costé ; lesquels il trouva en grant controversie pour la difficulté des cas ; en sorte que le conseil assembla plusieurs fois pour demourer d’acord a qui seroit adjugee la garde et maistrise de la digne crosse ; et par la plus saine et grande partie des assistans fut adjugee a un practicien (de Coeli pallatio) pour avoir joué sa femme a Bayeux aux dez, etc.
Un autre pauvre Conard, morfondu et engelé, eust le debatu (una voce dicentes) ; par quoy furent lesdits joyaux portez – apres que par la bouche ouverte, gueulle bee du sieur abbé, l’arrest eust esté prononcé – aux maisons et domiciles des dessusdits declarez et approuvez sots et glorieux Conards, avec force falots et tabourins23.

  • 24 Arch. Dép. Seine-Maritime, Registre du Parlement 1 BP 9400 ; Registres d’arrêts.

16On peut imaginer que le cortège qui venait apporter la crosse au domicile du fautif n’était pas bienvenu et l’on a plusieurs attestations de la peur que pouvaient avoir ceux qui étaient élus à cette marque de réprobation. Certains même, pressentant qu’ils pouvaient être mis en cause, faisaient appel au Parlement, et j’ai retrouvé un arrêt de 1598, – du 24 janvier, la date n’est pas sans signification ! –, où l’on découvre qu’un certain Christophe Ludot, bourgeois de Rouen, demande « que inhibitions et défenses soient [faictes] aux Conardz de ceste ville de Rouen et leurs adherentz d’aller ou envoyer en la maison dud. Ludot, le mollester ny travailler en sa personne ny mesme aucun de ses domestiques en quelque manière que ce soit24 ».

  • 25 Arch. Dép. Seine-Maritime, Registre du Parlement 1 BP 9436 ; Registre des arrêts.

17Le 23 décembre 1603, à Vire où existe une société de Conards, un boulanger fait une requête au Parlement qui nous renseigne sur les obligations et les ennuis auxquels pouvaient être confrontés ceux à qui les Conards apportaient la crosse. Cette fois, il est clair que la crosse a été apportée à son domicile, mais que pour autant il n’est pas quitte de tribulations : il demande en effet à être « deschargé de la representation d’une pretendue crosse appellee la crosse des Cosnardz, apportee par plusieurs personnes portantz masques en la maison dud. Vasnier, le jour du mardy gras dernier ; et, en ce faisant, que defenses soient faictes aux habitans de lad. ville de Vire d’en user a l’advenir mesme a Jean Champion, sieur de la Baulieue, Me Claude Perin, antien eleu aud. Vire et tous autres d’entrer en la maison dud. Vasnier, de jour ny de nuict, pour le faict de lad. crosse, ny attenter a sa personne, femme et famille, a peyne de la vie25 ».

  • 26 Louis Duval, « Meurtre survenu à la suite d’une cause grasse à Essai. Lettre de rémission (avril 1 (...)

18Une lettre de rémission nous renseigne sur les chahuts auxquels pouvait donner lieu l’attribution de la crosse. À Essai, village normand, les habitants s’assemblent le jour du Mardi Gras et « récitent des vers qu’ils ont faits quelques jours auparavant contre divers particuliers, ce qui s’appelle cause grasse, après lequel récit on [décerne à celui] qui est jugé le plus coupable un baston qu’ils appellent crosse, entourée de lierre et de buis » ; le 2 mars 1677 ils procédèrent donc comme à l’accoutumée et « ayant jugé Gaspars Belin, habitant dudit lieu d’Essay plus coupable, ils sortirent tous ensemble pour porter chez lui la crosse entourée de lierre et de buis ; mais ayant trouvé la porte de sa maison fermée, ledit Martin la luy jeta par la fenêtre de sa chambre, dont ledit Belin, s’étant fort offensé, s’en sortit en fureur, avec une fourche ferrée à la main ». On devine la suite : une rixe éclate et il y eut mort d’homme26.

  • 27 Arch. Dép. Seine-Maritime, Délibérations du chapitre de la cathédrale, Registre G 2158, f°117 v°-1 (...)

19Les Conards se trouvent donc détenteurs d’un pouvoir de sanction qui ne va pas sans risques pour ceux qui sont visés. En 1545, un chanoine de la cathédrale, le Lundi Gras, expose au chapitre comment les Conards l’ont brocardé : « Il fut mis en discussion le scandale perpétré hier par les conards de cette cité au grand scandale du chapitre et de l’église, car ils avaient revêtu un homme d’un surplis et d’une aube, à la mode d’un chanoine, et ils proclamaient que cet homme avait commis de grosses fautes, et pour cette raison l’avaient condamné à mort et le livraient au bourreau. Ce qui, disaient-ils, visait maître Restout. » Ce dernier demandait donc l’appui du chapitre pour lancer des poursuites. Mais il fut décidé de reporter l’affaire au mercredi (donc après le Mardi Gras), par crainte de susciter une nouvelle satire – ce qui montre la puissance et la popularité des Conards27.

20Une affaire similaire éclate encore l’année suivante, et cette fois c’est le chanoine de la Houssaie qui est visé ; il obtient un arrêt du Parlement, mais on mesure la puissance des Conards aux précautions prises pour que soit appliquée la sanction : il est décidé de faire intervenir au plus vite un chapelain de la cour du roi, dans la crainte d’être devancé par une intervention des Conards auprès du roi ou auprès du chancelier. Ce que confirme clairement, quatre ans plus tard, la venue du roi Henri II à Rouen : on retrouve dans le cortège d’honneur qui doit l’accueillir les noms de plusieurs bourgeois connus comme Conards, tandis que les membres de la basoche sont interdits de défilé ; bien plus, le roi demande à voir la chevauchée des Conards :

  • 28 C’est la deduction du sumptueux ordre plaisantz spectacles et magnifiques theatres dressés et exhi (...)

Le mercredi huitiesme jour du mois d’octobre, le Roy adverty des plaisantz esbatements, esquelz la jeunesse de Rouen a coustume se recreer une foys l’an, voulut voir le lendemain la triumphante et joyeuse chevauchée des Conards : Lesquelz eux mettans à tout debvoir et obéissance se perforcerent par diverse somptuosité d’accoustrementz et monture, Par traynée de Chars de triumphe, Par une infinité de flambeaux, Par nouvelles inventions, Subtils et problemes dictons, et Par plaisantes moralitez, donner entiere recreation au Roy et à toute la suyte de sa court. Pour lesquelz esbatementz veoir n’y avoit pas moindre compaignie assemblée, que es entrées precedentes, pour contempler les risées qui furent telles, que l’insatiable desir de les veoir, n’en peust estre assouvy28.

21Dans le Recueil La Vallière figure une « farce des Veaux jouée devant le roy en son entree a Rouen » dont tout indique qu’elle fut composée par les Conards.

22Il reste à scruter la fastueuse chevauchée de 1541 dont un livret tenait à garder la mémoire. La lecture en laisse perplexe. On y trouve en effet le schéma de base de ce type de manifestation, une parade satirique le Dimanche Gras sous l’égide de l’abbé et de la crosse redoutée, et un grand festin le mardi, à la fin duquel la crosse fut décernée. Cependant, le cortège sonne d’une façon étrange. On y voit un grand appareil de décoration, des chars, des chevaux, des groupes de trompettes, de fifres, de porteurs de torches ; tout y est opulence et splendeur et la richesse des habillements est constamment soulignée. Les différents personnages distribuent des dizains qui explicitent ce qu’ils représentent et énoncent ce qu’ils ont à dire ; des écriteaux orientent l’interprétation. Mais ce cortège a des résonances sombres. Certes, la manifestation revendique de pouvoir s’exprimer avec la liberté qui appartient traditionnellement aux sociétés de folie et aux associations de jeunes dans les Jours Gras ; un des huitains distribués par les Umbres de Conardie proclame cette licence :

Umbre de Folie

  • 29 Triumphes, p. 41.

Soubs umbre de faire le fol,
On entre aussi tost aux maisons
Qu’un aussi sage que saint
Pol Avec sa prudence et raisons.
Fols trop plus estourdis qu’oisons
Et Conards sont permis tout dire,
Tant en ces jours qu’en Rouvaisons,
Sans encourir du prince l’ire29.

23Sans doute il est permis aux Conards de s’exprimer en toute liberté et leurs satires ne doivent pas susciter de coercitions en retour. Pourtant la réalité paraît plus menaçante et la parole craint d’être trop imprudente. C’est ce qui ressort du groupe qui, à la suite des dignitaires Conards, ouvre la chevauchée :

Derriere ce menu fretin, marchoit un vieil homme monté sur un asne, jambes et bras nuds, accoustré mincement, et sembloit un fantôme, et tenoit en sa main une teste de mort, et donnoit où il vouloit, en plusieurs endroits, un dizain escrit à la main dont la teneur suit :

Dizain
En la saison des Conards où nous sommes,
Vérité dort ou ell’n’ose parler
Les foibles ont les plus pesantes sommes,
Trahison va par la terre et par l’air,
Raison n’a lieu où argent veut aller,
Marchandise est proche du cymetiere,
La foy on cache et ne se monstre entiere,
Envie court, on y adjouste Foy ;
Faveur conduit comme elle veut la matiere,
Ainsi tout va contre la droite loy.

24Certes, il est de tradition de montrer que le monde va à l’envers. Mais « Verité dort ou ell’n’ose parler » est une déclaration qui limite singulièrement la liberté de propos qui se prétend de règle pour les Conards lors des Jours Gras.

  • 30 « commerce ».

25Et le spectacle de ce vieillard décharné et nu, portant une tête de mort, n’a rien de particulièrement réjouissant ; il annonce en effet la tonalité de la parade et chaque vers de ce dizain va être le programme des différents spectacles qui vont suivre. Le premier d’entre eux est La pompe funebre de marchandise morte où un cortège funèbre, tout de noir habillé, encadre une litière noire « semée de larmes blanches » sur laquelle est écrit Marchandise30. La suite n’est pas plus optimiste : les différentes compagnies qui se succèdent offrent des visions de désenchantement et de ruine. Des personnages défigurés, ou des ombres enveloppées d’une étoffe sombre avec seulement des trous pour les yeux et la bouche, ou des prophètes, gens qui annoncent rarement de bonnes nouvelles, tous les tableaux présentés dénoncent un mauvais état et un mauvais fonctionnement de la société. Le ton est à la tristesse dans la bouche du prophète Jérémie :

Comme ce fait qu’une cité
Habondante en peuple et richesse
Soit quasi en mendicité
C’est assez pour avoir tristesse.

26Un peu plus loin, le même prophète se plaint du déclin de Rouen :

J’ay ploré de voir en esprit
Sus Hierusalem grand malheur.
Qui estoit, comme il est escrit,
Plaine de tout bien et bon heur
En cas pareil ay grand douleur
De Rouen veoir faire un village
Ceux par qui c’est, n’ont pas honneur
De veoir commettre tel outrage

27Et le refrain de la ballade des prophètes lu par Saul annonce « le tems de pleur et l’an des grands merveilles ».

28D’une bande à l’autre la tonalité est toujours au pessimisme sinon au désespoir, qui contraste avec la splendeur des costumes. La compagnie des Etonnez présente « trente hommes à cheval, accoustrez de robbes de satin blanc à pourfillures de fin or, les affuls de figure de teste de lyon ; à l’environ force flammes de feu, faits de satin cramoisi enrichis de broderie, tenans en leurs mains un monde renversé. Leurs chevaux, caparensonnez dudit satin, et pourfillures avec houppes de fil d’or et de soye. Devant eux vingt six falots flambans, six tabours et un phiffre, avec le porte enseigne à cheval, accoustrez de leur pareure, en laquelle estoit escrit : Les estonnez du monde ».

29Mais le propos est toujours aussi désabusé :

Non sans cause je m’esbahis,
Voyant ruiner ce païs.

30Ou encore :

Je m’esbahis et ne dis mot
De voir Rouen ainsi remord.

  • 31 Arch. Dép. Seine-Maritime, Registre du Parlement 1 BP 19, Registre d’audience. Il est à noter que (...)

31Le contraste est vif entre le faste et la richesse de l’apparat et des étoffes précieuses d’un côté et le pessimisme sinon le désespoir qui sourd du message transmis par tous ces acteurs de la chevauchée. On a le sentiment que s’exprime là une crainte : déjà les premiers soubresauts qui vont mettre la France à feu et à sang se font sentir. La chevauchée laisse apparaître une inquiétude profonde sur le devenir de la société rongée par de multiples maux. Les Conards, issus des couches sociales aisées de la bourgeoisie rouennaise, cornent ici à la vue de tous ce que tous ressentent mais ne savent ou n’osent publier. Ils sont les porte-paroles d’une part vivante et active de la cité ; leurs interventions dépassent les limites que la tradition fixait aux sociétés de jeunes, et si leurs activités gardent pour élément central l’attribution de la crosse, ils prennent au sérieux leur rôle dans la cité. Par leurs libelles, par leurs proclamations, par l’organisation de la chevauchée des Jours Gras, ils se font les interprètes des aspirations, des espoirs et des inquiétudes de leurs concitoyens, sans qu’aucun domaine ne leur paraisse interdit. Qu’il s’agisse de la vie sociale, de la vie économique, de la vie politique, de la religion ou de la vie littéraire (ils prennent part à la querelle de Marot et de Sagon), ils ont une influence certaine. C’est sans doute ce qui inquiète le Parlement de Rouen et les dignitaires ecclésiastiques qui cherchent à contrôler leurs interventions. En 1542, soit un an après la chevauchée qui donna lieu à publication d’une description imprimée, onze Conards furent emprisonnés ; un document nous permet de savoir qu’ils furent libérés mais nous n’avons pas trace du procès qui s’ensuivit et qui nous aurait donné de précieuses indications sur les causes de cet emprisonnement. Serait-ce précisément la publication des Triomphes de l’abbaye des Conards31 ?

DOCUMENTS ICONOGRAPHIQUES

(commentés p. 29-30)

(commentés p. 29-30)

Figure 1.
Page de titre de l’Appologie faicte par le grand abbe des Conards sur les invectives Sagon, Marot, La Huterie, Pages, Valetz, Braquetz etc., libelle reproduit par Emile Picot, dans la Querelle de Marot et de Sagon, pièces réunies en collaboration avec Paul Lacombe, Genève, Slatkine reprints, 1969.

Figure 2.
Page de titre de La premiere lecon des matines ordinaires du grand abbe des conards de Rouen, souverain monarcque de l’ordre, contre la reponse faicte par ung corneur a l’appologie dudict abbe.

Figure 3.
Les Triomphes de l’abbaye des Conards sous le resveur en decimes Fagot, abbé des Conards, contenant les criees et proclamations faites depuis son advenement jusques à l’an présent, plus l’ingenieuse lessive qu’ils ont conardement monstree aux jours gras en l’an 1540 ; plus le Testament d’Ouinet, plus la Letanie, l’Antienne et l’Oraison faicte en ladicte maison abbatiale en l’an 1580, Rouen, Loys Petit et Nicolas Du Gord, 1587, Bibliothèque nationale, Z Res 4371. Un autre exemplaire est à la Bibliothèque municipale de Rouen, Fonds Leber, n° 2612.

Figure 4.
Sceau de l’abbé des Conards, Musée des Antiquités de Rouen (Inv. N° 2876).w

Notes

1 Deux articles bien informés de Dylan Reid ont entamé une analyse féconde des Conards et de leurs Triomphes : « Carnival in Rouen : an history of the Abbaye des Conards », Sixteenth Century Journal, XXXII/4, 2001, p. 1027-1055 ; « The Triumph of the Abbey of the Conards : Spectacle and sophistication in Rouen Carnival », Medieval and early modern ritual, Formalized behaviour in Europe, China and Japan, éd. J. Rollo-Koster, Brill, Leiden, 2002, p. 147-173.

2 Voir Michel Rousse, « L’abbaye des Conards dans la vie sociale et culturelle de Rouen », Première Poésie de la Renaissance, autour des Puys normands, Actes du colloque de Rouen 1999, éd. J.-C. Arnould et Th. Mantovani, Paris, Champion, 2003, p. 407-431.

3 Deux chroniques de Rouen, publiées par A. Héron, Rouen et Paris, 1900 (Société de l’histoire de Normandie), p. 151.

4 V. 617-620 de l’édition de Jean Dufournet (GF-Flammarion, Paris, 2005) qui traduit : « Connard, ne fais donc pas le malin de peur que tu ne prennes ta raclée ! Les connards aiment à être battus ; jamais ils ne seront heureux si on ne les bat pas. » Et il est tout à fait plausible que l’intervention de Caignet qui suit immédiatement : « Raoulés se combat », puisse aussi se lire « Raoulet ce con bat » comme le propose Henri Rey-Flaud (Pour une dramaturgie du Moyen Âge, Paris, PUF, 1980, p. 99).

5 Édition de Félix Lecoy, tome I, p. 147-148, CFMA, Champion, 1965.

6 Un lieu-dit près d’Arzal (dans le Morbihan), La Corne du Cerf, garde trace de cet usage de la langue.

7 Les divers aspects de la symbolique du cerf sont examinés dans le présent ouvrage par l’article de Philippe Walter, « Merlin en ses métamorphoses, le cor et la plume ».

8 Voir Jean Dufournet, Petite Introduction aux branches I, Ia et Ib du Roman de Renart, Paris, CDU, 1970, p. 128.

9 A. de Reilhac, Jean de Reilhac, général des finances et ambassadeur des rois Charles VII, Louis XI, Charles VIII, tome II, Documents pour servir à l’histoire de ces règnes de 1455 à 1499, Paris, 1887, p. 310.

10 Nouveaux récits et contes moralisez, éd. de 1574, folio 167 r°.

11 Arnold van Gennep, Manuel de Folklore contemporain, tome premier, vol. III, Paris, Picard, 1947, p. 1087.

12 L’Epistre des enfans de paris envoiée aux enfans de Rouen, Paris, 1532. Libelle conservé à la Bibliothèque nationale, Ye 1536-1539, n° 9.

13 Les Triomphes de l’abbaye des Conards avec une notice sur la fête des fous par Marc de Montifaud, Paris, 1874. Cette édition moderne du texte du xvie siècle est peu fidèle. Cependant pour la commodité des références, c’est à elle que nous renverrons, après avoir corrigé le texte sur l’original (voir note 16).

14 Triomphes, p. 73.

15 Page de titre de l’Appologie faicte par le grand abbe des Conards sur les invectives Sagon, Marot, La Huterie, Pages, Valetz, Braquetz etc. Ce libelle ainsi que le suivant ont été reproduits par Emile PicoT, dans la Querelle de Marot et de Sagon, pièces réunies en collaboration avec Paul Lacombe, Genève, Slatkine reprints, 1969.

16 Page de titre de La premiere lecon des matines ordinaires du grand abbe des conards de Rouen, souverain monarcque de l’ordre, contre la reponse faicte par ung corneur a l’appologie dudict abbe.

17 Les Triomphes de l’abbaye des Conards sous le resveur en decimes Fagot, abbé des Conards, contenant les criees et proclamations faites depuis son advenement jusques à l’an présent, plus l’ingenieuse lessive qu’ils ont conardement monstree aux jours gras en l’an 1540 ; plus le Testament d’Ouinet, plus la Letanie, l’Antienne et l’Oraison faicte en ladicte maison abbatiale en l’an 1580, Rouen, Loys Petit et Nicolas Du Gord, 1587, Bibliothèque nationale, Z Res 4371. Un autre exemplaire est à la Bibliothèque municipale de Rouen, Fonds Leber, n° 2612.

18 Elle est conservée au Musée des Antiquités de Rouen (Inv. N° 2876) ; elle a été acquise en 1924 parmi les 12 pièces de la collection Lormier. Ces pièces ont fait l’objet d’une communication dans les Procès verbaux de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, 1920-1931, t. XVIII, 1, p. 143-154. Elle a été décrite par G. Demay, dans l’Inventaire des sceaux de la Normandie (Paris, 1881), sous le n° 3138, p. 354. Le sceau est reproduit à la fin de la Réponce à l’abbé des Conards de Rouen, réimpression fac-simile, par Henry Boissel, imprimeur à Rouen, en 1867.

19 Robert Jalby, « Le folklore du Languedoc, Ariège, Aude, Lauragais, Tarn », dans Contribution aufoklore des provinces de France, Paris, Maisonneuve et Larose, 1971, t. XI, p. 145.

20 Arrêt du 17 janvier 1587 ; Arch. Dép. Seine-Maritime, Registre du Parlement 1 BP 9361

21 Ce sont des quartiers où la prostitution prospérait.

22 Ib., p. 24.

23 Ib., p. 80.

24 Arch. Dép. Seine-Maritime, Registre du Parlement 1 BP 9400 ; Registres d’arrêts.

25 Arch. Dép. Seine-Maritime, Registre du Parlement 1 BP 9436 ; Registre des arrêts.

26 Louis Duval, « Meurtre survenu à la suite d’une cause grasse à Essai. Lettre de rémission (avril 1677) », dans Bulletins de la société de l’histoire de Normandie, XI (1910-1911), p. 120-125.

27 Arch. Dép. Seine-Maritime, Délibérations du chapitre de la cathédrale, Registre G 2158, f°117 v°-118 r°. Le texte est en latin : « De scandalo per trajediatores Conardisie facto (a). Posito in medium de scandalo die hesterna per trajediatores Conardisie hujus civitatis perpetrato in scandalum capituli et ecclesie, in hoc quod indueverant quemdam hominem superlicio et albutia ad modum canonici, et dicebant illum quamplurimum offendisse, ratione cujus ad mortem condemnaverunt et tortori cruciandum tradiderunt. Quod factum fuisse dicebatur pro domino Restout. De quo conqueritur et suplicatio adjunxionem ex parte capituli sibi impartiri concluditur quod ubi dictus dominus Restout querimoniam hujusmodi injurie facere et prosequi voluerunt auxilium et favorem sibi esse impartiendum et non alias, et differatur negotium usque ad diem Mercurii propter metu novi scandali. »

28 C’est la deduction du sumptueux ordre plaisantz spectacles et magnifiques theatres dressés et exhibés par les citoiens de Rouen, ville metropolitan de Normandie, a la sacrée majesté du Treschristian Roy de France Henri second…, Rouen, 1551, f R v°.

29 Triumphes, p. 41.

30 « commerce ».

31 Arch. Dép. Seine-Maritime, Registre du Parlement 1 BP 19, Registre d’audience. Il est à noter que lors de leur élargissement, il leur est défendu « ne faire escrire ne imprimer pour publyer ne faire aucuns escripteaux, dixains, ne autres dittez ou libelles sans permission de justice, sur les peines au cas appartenans et d’en estre pugnis comme désobéissans et rebelles ».

Table des illustrations

Titre (commentés p. 29-30)
Légende Figure 1.Page de titre de l’Appologie faicte par le grand abbe des Conards sur les invectives Sagon, Marot, La Huterie, Pages, Valetz, Braquetz etc., libelle reproduit par Emile Picot, dans la Querelle de Marot et de Sagon, pièces réunies en collaboration avec Paul Lacombe, Genève, Slatkine reprints, 1969.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/39942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Figure 2.Page de titre de La premiere lecon des matines ordinaires du grand abbe des conards de Rouen, souverain monarcque de l’ordre, contre la reponse faicte par ung corneur a l’appologie dudict abbe.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/39942/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Légende Figure 3.Les Triomphes de l’abbaye des Conards sous le resveur en decimes Fagot, abbé des Conards, contenant les criees et proclamations faites depuis son advenement jusques à l’an présent, plus l’ingenieuse lessive qu’ils ont conardement monstree aux jours gras en l’an 1540 ; plus le Testament d’Ouinet, plus la Letanie, l’Antienne et l’Oraison faicte en ladicte maison abbatiale en l’an 1580, Rouen, Loys Petit et Nicolas Du Gord, 1587, Bibliothèque nationale, Z Res 4371. Un autre exemplaire est à la Bibliothèque municipale de Rouen, Fonds Leber, n° 2612.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/39942/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Légende Figure 4.Sceau de l’abbé des Conards, Musée des Antiquités de Rouen (Inv. N° 2876).w
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/39942/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540