Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Cornes et plumes dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Première partie. Cornes du cocu, cornes du diable : des attributs carnavalesques

Introduction de la première partie

Texto completo

[…]

Le dimanche au soir quand tombe la nuit
Monsieur Lepetit le chasseur
retrouve sa femme qui tricote pour lui
une gaine de fusil mitrailleur.
Il jette sur la table un zippopotame,
un rhinoféroce, un lapin zénorme,
et d’sa carnassière il r’tire pour sa femme
une extraordinaire paire de cornes.

La femme du chasseur
dans son grand blanc lit,
la femme du chasseur
accueille son mari :
« Bonsoir mon p’tit ! »
Comme il est flappi,
notre homme s’endort
dans le grand blanc lit
en berçant Médor.

Taïau Taïau Taïau

Mais l’sam’di d’après, quand repoint l’aurore,
Monsieur Lepetit le chasseur
Rembrasse tendrement sa femme qui dort,
reprend son fusil à r’vapeur,
sa grande carnassière en peau de r’banane,
son chien médaillé comme un resauv’teur
et s’en va chasser la zippopotame
et la souris blanche en Seine inférieure.

Monsieur Lepetit le chasseur,
Les Frères Jacques
(J.-C. Massoulier/César Gattegno).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540