Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Kafka à Toussaint

 | 
Pierre Bazantay
, 
Jean Cleder

Quelle forme donner au roman ? Du rapport de fait au Zeitgeist : Proust, Broch et Dos Passos

Vincent Ferré

Texte intégral

  • 2 Voir Jacques Dugast, La vie culturelle en Europe au tournant des xix et xxe siècles, Paris, Presse (...)
  • 3 Jean-Marie Carré, avant-propos à Marius-François Guyard, La Littérature comparée, Paris, PUF, « Qu (...)

1Ces pages sont un hommage au chercheur, au spécialiste de la littérature autrichienne et de l’histoire de la vie culturelle européenne2 qu’est Jacques Dugast ; elles sont aussi liées à un souvenir personnel du Professeur de l’université Rennes 2 et du président du jury qui a jugé ma thèse de doctorat, en 2003. Pour cette raison, ma contribution partira de Marcel Proust, Hermann Broch et de John Dos Passos, auteurs qu’envisageait cette thèse en examinant leur rapport à la théorie ainsi que la forme qu’ils ont cherché à donner au roman du début du siècle dernier (dans À la recherche du temps perdu, 1913-1927 ; Les Somnambules [Die Schlafwandler], 19311932 ; U. S. A., 1930-1938). Mais l’on sait que la littérature générale et comparée, pour fonder des rapprochements entre auteurs, ne travaille plus uniquement sur les « rapports de fait », selon l’expression bien connue de Jean-Marie Carré, qui définissait, en 1951, cette discipline comme « l’étude des relations spirituelles internationales, des rapports de fait qui ont existé entre Byron et Pouchkine, Goethe et Carlyle, Walter Scott et Vigny, entre les œuvres, les inspirations, voire les vies d’écrivains appartenant à plusieurs littératures3 ». Mes remarques initiales m’amèneront donc à examiner ensuite la manière dont ces trois auteurs perçoivent le Zeitgeist du premier tiers du xxe siècle – cet « esprit du temps » que Jacques Dugast a contribué à étudier, en particulier pour les années 1880-1910 – et les incidences sur leur pratique du roman.

  • 4 Rappelons que Broch publie des essais, des articles et des textes littéraires dans les années 1910 (...)
  • 5 Pour une synthèse des analyses qui vont dans ce sens, voir Harmuth Grimrath, Hermann Broch, Die Sc (...)

2Rapprocher Proust, Dos Passos et Broch n’allait pas de soi, dans le cadre de cette thèse de doctorat. On ne peut en effet mettre aisément en avant une filiation ni une influence d’un auteur sur un autre (ce qui pourrait être le point de départ d’un travail comparatiste), contrairement au lien avéré entre Broch et Joyce, par exemple. Les Somnambules sont, comme l’essentiel de l’œuvre de Broch4, postérieurs à la mort de Proust (en novembre 1922). De son côté, Dos Passos, né vingt-cinq ans après ce dernier, en 1896, s’est relativement peu intéressé à lui. Et quelle comparaison peut-on faire entre une trilogie perçue comme marxiste (U. S. A.) et une autre (Les Somnambules) qu’une partie de la critique considère comme l’œuvre d’un esprit « conservateur5 » ?

  • 6 BV, p. 314 (BT, p. 209). Sur Joyce, voir ibid., p. 202 (BT, p. 131) – cf. la liste des abréviation (...)
  • 7 Voir la correspondance de Proust (C XXI, p. 535, n. 4 ; ainsi que C XIX, p. 452, n. 4).
  • 8 Hommage à Marcel Proust, Paris, NRF, 1923 (1990), tome XX, p. 254 sq.
  • 9 « Remarques à propos de La Mort de Virgile » (CLC, p. 278 ; KW 4, p. 474).

3Partons tout de même des éléments les plus aisés à établir. Une enquête factuelle révèle que Dos Passos, d’une part, mentionne Proust parmi les auteurs importants du xxe siècle et qu’il l’a lu dans des circonstances particulières : « J’y restai [à l’hôpital] cloué pendant de pénibles semaines et lus À la recherche du temps perdu. Proust est une bonne lecture quand on a la fièvre. Je n’ai jamais eu la patience de le lire quand j’étais frais et dispos6. » Situation proche, en fait, de celle dans laquelle il a également découvert Ulysse, autre référence majeure pour lui, comme on le verra. Autre figure d’intercesseur : Sidney Schiff, qui réunit Proust et Broch en raison de leur amitié commune avec celui à qui Broch dédie La Mort de Virgile. C’est à la fin de sa vie (comme l’attestent des lettres de 1919-1921) que Proust entre en correspondance avec Schiff, qui traduira Le Temps retrouvé (Time Regained, 1931) sous le pseudonyme de Stephen Hudson avant de dédier Prince Hempseed à l’auteur de la Recherche (« To the Memory of My Beloved Friend Marcel Proust November 18, 19227 ») et de participer à l’Hommage à Marcel Proust publié par la NRF en 19238. Enfin, Broch connaissait Proust, comme le montre un texte tardif sur La Mort de Virgile, où il cherche à distinguer sa propre démarche de celles de Joyce et de Proust – en particulier, de la « méthode remémorative » [Gedächtnismethode] de ce dernier9.

  • 10 Lettre du 27 septembre 1930 à Daisy Brody (L, p. 34 ; KW 13/1, p. 102).
  • 11 Lettre du 5 juin 1931 à Frank Thiess (L, p. 61 ; KW 13/1, p. 137). Sur Dos Passos et Broch, voir M (...)
  • 12 « La Vision du monde donnée par le roman », in CLC, p. 242 (KW 9/2, p. 116). Nous ne suivons pas l (...)
  • 13 FU. S. A., p. 35 (U. S. A., p. 2).

4Moins connue, l’influence de Dos Passos sur Broch est malgré tout indéniable. D’un point de vue génétique, la critique a en effet établi que Manhattan Transfer et Le 42e Parallèle (la première partie de U. S. A.) ont modifié l’écriture des Somnambules, Broch ayant retravaillé son texte en 1931 après avoir découvert ces deux œuvres, publiées respectivement en 1925 et 1930. Si la thèse de Manfred Durzak, selon qui « les racines » de la technique de Broch viennent de Dos Passos, a été discutée, la correspondance du romancier autrichien confirme son intérêt pour ce dernier, et son admiration, comme en témoigne une lettre de septembre 1930 à la femme de son éditeur : « Avez-vous lu le nouveau Dos Passos [Le 42e Parallèle] ? Ce n’est pas Joyce, mais quel brio ! [Kein Joyce, aber virtuos1]10. » Plus développée et tout aussi élogieuse apparaît la comparaison établie entre la forme qu’il suggère à Frank Thiess – un écrivain auquel sont adressées certaines de ses lettres les plus importantes – d’adopter et celle de l’auteur américain, qui a réalisé une « large coupe scintillante à travers la matière vivante » [diesen breiten und schillernden Querschnitt durch das Lebendige], liée au « monde empirique » [dem Empririschen]11. Il est intéressant de noter que cette formule réapparaît en 1933 dans une conférence où Broch mentionne « les coupes à travers un continent, opérées par Dos Passos » (dans des œuvres qu’il classe parmi les romans « polyhistoriques » [polyhistorische], tout comme les siens12), car le terme de coupe [Querschnitt] annonce le texte liminaire de U. S. A., ajouté en 1937 par l’auteur à l’édition en un volume : « Les USA, c’est une tranche de continent » [U. S. A. is the slice of a continent13].

  • 14 Sur les rapports de Proust et Joyce, voir entre autres Jean-Christophe Valtat, Culture et figures (...)
  • 15 Lettre du 6 avril 1930 à F. Thiess (L, p. 17, traduction modifiée ; KW 13/1, p. 85) – sur Broch le (...)
  • 16 Lettre du 21 juin 1931 à W. Muir (GI, p. 362 ; KW 13/1, p. 140). Voir aussi « La Vision du monde d (...)

5Joyce constitue un autre point commun. Broch et Dos Passos partagent un même intérêt pour celui qui apparaît comme une référence et une influence essentielles, mais dont ils se distinguent sur des points importants14. La correspondance de Broch est une nouvelle fois précieuse, révélant un rapport ambivalent avec son « Sur-moi littéraire » [mein schriftstellerisches Über-Ich15] dont il disait que « s’[il avait] connu Ulysse avant d’avoir écrit Les Somnambules, ceux-ci n’auraient pas été écrits », l’œuvre de Joyce étant à ses yeux « la réalisation parfaite de ce que le roman, d’une manière générale, est capable d’exprimer16 » [was im Roman überhaupt ausdrückbar ist]. Le soin que met Broch à se démarquer de Joyce en soulignant sa propre originalité dément en partie ce discours, mais l’auteur d’Ulysse demeure pour lui une référence centrale.

  • 17 Joe Flaherty, « Portrait of a Man Reading », The Washington Post, 13 juillet 1969, Book World Sect (...)
  • 18 Cette « Introduction to Three Soldiers » (1932), figurant dans l’édition Modern Library (New York, (...)
  • 19 BV, p. 202 (BT, p. 131).
  • 20 Voir K. Selvinsky, P. Pavlenko, « Russia to Dos Passos », in International Literature, octobre 193 (...)

6Quant à Dos Passos, des passages d’U. S. A. (tels les chapitres de « L’Œil-caméra ») peuvent être rapprochés de la technique joycienne du monologue intérieur, ce qui est confirmé par certaines de ses déclarations, lorsqu’il reconnaît avoir été influencé par Ulysse17. Le prestige que possède Joyce à ses yeux apparaît nettement dès la préface de Trois Soldats, où il oppose cet auteur aux littérateurs se trouvant du côté de la production industrielle et souligne son influence essentielle, même sur des écrivains qui ne l’ont pas lu18. Importance et prestige inversement proportionnels à leurs contacts réels (au lecteur de Proust, ce décalage n’est pas sans rappeler le premier contact du narrateur avec Bergotte) puisque la très brève « rencontre » que rapporte son autobiographie se révèle décevante : Dos Passos ne fait qu’« échanger une molle poignée de main avec un homme pâle et indifférent qui portait des lunettes noires et se serrait près du poêle dans l’arrière-boutique de Shakespeare and Company ». Il est toutefois l’un des premiers lecteurs d’Ulysse à sa parution et souligne le tournant que représente ce roman : « le livre disposa à jamais de la théorie en vogue selon laquelle le roman anglais était mort19 ». L’histoire littéraire retiendra que les rapprochements entre ces deux auteurs l’ont parfois été en mauvaise part, lorsque par exemple Dos Passos se verra reprocher (en 1932) par des critiques soviétiques de rester trop proche de Joyce, perçu comme bourgeois20.

  • 21 Voir par exemple l’essai sur Joyce (« James Joyce et le temps présent », in CLC, p. 187-189 et p. (...)

7Au-delà du plaisir qu’éprouve le lecteur à établir ces relations et à connaître ces lectures réciproques, la convergence de Proust, Broch et Dos Passos est une preuve parmi d’autres d’un phénomène connu, mais particulièrement frappant dans leur cas : dans ces années 1910-1930, une génération d’auteurs s’interroge sur la forme à donner au roman, animés par cet « esprit du temps » [Zeitgeist] dont parle fréquemment Broch, jusqu’à donner ce titre à une conférence de 193421.

  • 22 P. M. Lützeler, « The Avant-Garde in Crisis : Hermann Broch’s Negative Aesthetics in Exile », in S (...)
  • 23 Lettre à G. H. Meyer datant du 15 (ou 13) octobre 1930 (L, p. 38 ; KW 13/1, p. 107). Quelques jour (...)
  • 24 Blaise Cendrars, Panama or The Adventures of My Seven Uncles, traduction et illustrations de J. Do (...)
  • 25 C’est ce qu’estime T. Ludington (14th Ch, p. 378).
  • 26 « What Makes a Novelist », art. cit., p. 270.

8D’un point de vue général, les travaux de P M. Lützeler ont établi que Broch s’est impliqué dans les débats littéraires du début des années trente et a lu – outre Joyce et Dos Passos – Gide, Döblin, Thomas Mann, Jean Giono, entre autres noms22. L’auteur lui-même accepte que son éditeur le rapproche (à des fins publicitaires) de Proust ainsi que de Lawrence, de Huxley, de Gide et surtout de Joyce, en marquant au contraire la différence avec un auteur comme Ramuz23, ce qui montre son désir de choisir les comparaisons qui lui semblent fidèles (ou flatteuses) parmi des auteurs d’une génération qu’il connaît bien. Dos Passos insiste lui aussi sur le fait que les œuvres littéraires et picturales européennes (en particulier françaises) des années 1900-1914 ont marqué cette époque et défini un esprit : la préface de Panama – dans la traduction qu’il donne de l’œuvre de Cendrars – compare ainsi l’importance de la « vague de créativité » dont Paris a été le centre à celles provoquées dans d’autres domaines par la Révolution d’Octobre ou les théories d’Einstein, tant elle a influencé d’artistes en se diffusant dans le monde entier24. Selon lui, Cendrars, Apollinaire, Picasso, Modigliani, Marinetti, Chagall ont inspiré les Russes Maïakovski, Meyerhold, Eisenstein, qui à leur tour ont marqué Joyce, Gertrude Stein, T. S. Eliot… au total, tout prendrait naissance à Paris, de Stravinski à Diaghilev, du Mémorial de Lénine à Moscou à l’architecture new-yorkaise. De cette généalogie personnelle, sans doute discutable, on retiendra d’une part les noms de personnes que Dos Passos a côtoyées (Cendrars et Léger à Paris), rencontrées (Eisenstein, Picasso) ou dont il a lu les œuvres ; d’autre part qu’elle est révélatrice de ses propres références et influences25. Preuve de la persistance de cette représentation, ces noms reviennent une trentaine d’années plus tard, en 1968, lorsque Dos Passos évoque à nouveau le contexte culturel parisien du début du siècle, mentionnant des peintres (les Fauves, les Cubistes, Modigliani, Juan Gris, Picasso, etc.), des compositeurs (Satie, Poulenc, Stravinski) et les ballets Diaghilev26.

  • 27 Lettre du 19 juillet 1931 à W. Muir (GI, p. 363 ; KW 13/1, p. 142 et 143).
  • 28 Lettre de Dos Passos à Joseph Blotner, 7 octobre 1969, in 14th C, p. 637.

9Mais ce qui distingue Proust, Broch et Dos Passos parmi les auteurs de cette période est qu’ils réfléchissent explicitement à un tel phénomène : à la « logique des faits supra-personnelle » [eine überpersönliche, überindividuelle Logik der Tatsachen] ou à « la logique interne de l’évolution » [die innere Logik der Entwicklung27] – qu’évoque Broch dans sa correspondance – expliquant pourquoi une avancée a lieu à un moment historique donné répond en effet une image comparable de Dos Passos, renvoyant plutôt à l’atmosphère et au domaine médical pour expliquer à un biographe de Faulkner que celui-ci ne lui doit rien : « A certains moments, les styles et les méthodes sont dans l’air [At certain times styles and methods are in the air], aussi contagieux qu’un simple rhume. En ce sens, nous avions tous des dettes les uns envers les autres28. »

  • 29 SG, p. 81.
  • 30 So, p. 532 (S, p. 533).
  • 31 So, p. 440 (« Stil ist etwas, das alle Lebensäußerungen einer Epoche in gleicher Weise durchzieht. (...)
  • 32 So, p. 458 (« gewiß erfährt der Stil seinen Niederschlag nicht nur im Kunstwerk sondern in allen W (...)

10L’expression même d’esprit de l’époque se retrouve dans leurs œuvres sous forme fictionnelle, comme chez le Narrateur proustien, pour qui « la réverbération par le visage de l’esprit de l’époque [tient], dans une personne, une place tellement plus importante que sa caste […]29 ». Ce qui nous rappelle (dans Les Somnambules) la Dégradation des valeurs, texte théorique fictivement écrit par un auteur intradiégétique qui essaie de déterminer l’« esprit du temps » [Zeitgeist], le point commun des nombreux phénomènes ayant marqué la Renaissance (humanisme, sciences, naissance de l’individualisme, etc.) ; il examine pour cela la « structure logique de [sa] pensée » [der logischen Struktur des Denkens30], qui se retrouve (à en croire un autre chapitre des Somnambules) dans toutes les actions d’un temps historique donné, et qui est rapprochée de la notion de style dans plusieurs passages de la Dégradation. Ceux-ci la définissent comme la caractéristique commune des manifestations humaines à un moment donné, comme « quelque chose qui traverse de la même manière toutes les expressions vitales [Lebensäußerungen1] d’une époque », ce qui implique que l’artiste n’est pas coupé de son temps, mais prend sa place au sein de l’ensemble des activités humaines31 ; le style se « dépose » donc « non seulement dans l’œuvre d’art mais dans toutes les valeurs qui constituent la culture d’une époque32 ».

  • 33 So p. 460 (« […] jener Logik […], von der der produktive Geist der Epoche und ihr sichtbarer Stil (...)
  • 34 J. Dugast, op. cit., p. 135 et 138.
  • 35 Cf. Catherine Gallagher, Stephen Greenblatt, Practicing New Historicism, Chicago, the University o (...)

11Même transposée dans un texte théorique fictionnel, cette analyse de l’effet de l’« esprit du temps » [Zeitgeist] sur toutes les manifestations d’une époque donnée, de la « logique totale » pénétrant « l’esprit productif de l’époque et son style visible33 », rappelle les recherches de Jacques Dugast sur les rapprochements entre littérature et illustration, entre architecture et décoration au tournant du siècle dernier, sur « l’effacement des limites entre les modes d’expression artistique » en particulier à Vienne, lorsqu’il retient l’exemple du palais de la Sécession viennoise, édifié en1897 pour abriter des œuvres plastiques, architecturales, picturales, musicales et portant comme inscription Der Zeit ihre Kunst34. Elle montre aussi, à partir de l’exemple de Proust, Broch et Dos Passos, la fécondité de notions que l’on retrouve, après une évolution importante, sous la plume des critiques les plus contemporains, comme ceux du New Historicism, qui marquent un net intérêt pour le concept de Zeitgeist et pour Herder, chez qui il apparaît (Kritische Wälder, 176935).

  • 36 Virginia Woolf, « The Decay of Essay-writing » [1905], in The Essays of Virginia Woolf, I, 1904 to (...)

12Cette réflexion commune à Proust, Broch et Dos Passos sur l’esprit du temps et la forme à donner à leurs romans semble, enfin, plus importante que l’absence apparente de rapports de fait entre ces auteurs ; d’autant que leur interrogation les mènera, finalement, à un choix esthétique proche lorsqu’ils décideront d’inclure dans leurs textes fictionnels une forme théorique rappelant l’essai, genre que Virginia Woolf, quelques années avant la publication des trois œuvres, reliait à la modernité : « typique, caractéristique » de ce moment historique, l’essai lui semblait être « un signe des temps36 ».

Ouvrages de Broch, Dos Passos et Proust mentionnés (liste des abréviations) :

Hermann Broch

13Briefe 1 (1913-1938), Dokumente und Kommentare zu Leben und Werk, éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1981 (1986), 508 p. (abréviation KW 13/1) ; éd. fr. partielle dans La Grandeur Inconnue (op. cit.) et dans le volume de Lettres (1929-1951), éd. de Robert Pick, trad. d’A. Kohn, Paris, Gallimard, 1961, 524 p. – abrégé en L.

14Création littéraire et connaissance, éd. et introduction de H. Arendt, trad. d’A. Kohn, Paris, Gallimard, 1966 (1985), 378 p. (TEL, 91) – abrégé en CLC.

15La Grandeur Inconnue, suivie de Premiers écrits et essais de maturité et des Lettres à Willa Muir, éd. et introd. d’E. Schönwiese, trad. d’A. Kohn, Paris, Gallimard, 1968, 448 p. – abrégé en GI.

16Die Schlafwandler : Eine Romantrilogie [1931-1932], éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1976 (1986), 760 p. (abréviation : S) ; éd. fr. : Les Somnambules [1956-1957], éd. revue et augmentée, trad. de Pierre Flachat et Albert Kohn, Paris, Gallimard, 1990, 727 p. (L’Imaginaire, 229) – abrégé en So.

17Schriften zur Literatur. 2. Theorie, éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1975 (1986), 318 p. – abrégé en KW 9/2.

18Der Tod des Vergil, éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1976 (1986), 521 p. – abrégé en KW 4.

John Dos Passos

19The Best Times : An Informal Memoir, New York, The New American Library, 1966, 229 p. ; éd. fr. : La Belle Vie, Paris, Gallimard, 2002 (1968), 342 p. (L’Imaginaire) – abrégé en BV

20Dos Passos, The Critical Heritage, éd. de B. Maine, Londres-New York, Routledge, 1988, xiv, 290 p. abrégé en CH.

21The Fourteenth Chronicle. Letters and Diaries of John Dos Passos, éd. de T. Ludington, Boston, Gambit, 1973, xvi, 662 p. – abrégé en 14th Ch.

22The Major Nonfictional Prose, éd. de Donald Pizer, Detroit, Wayne State University Press, 1988, 307 p. – abrégé en MNP.

23U. S. A., éd. de Daniel Aaron et Townsend Ludington, New York, Literary Classics of the United States, 1996, 1288 p. (Library of America, 85) – abrégé en U. S. A.; éd. fr.: U. S. A., trad. de N. Guterman, Y. Malartic et Ch. de Richter, révisées par J. Case et S. Boulongne, Paris, Gallimard, 2002, 1342 p.) – abrégé en FU. S. A.

Marcel Proust

24Correspondance, texte établi, présenté et annoté par Philip Kolb, Paris, Plon, 1970-1993, 21 t. – abrégé en C suivi du numéro du tome, en chiffres romains.

25Sodome et Gomorrhe, in À la recherche du temps perdu, édition publiée sous la direction de J.-Y. Tadié, Paris, Gallimard, 1987-1989, 4 vol. (Bibliothèque de la Pléiade) – abrégé en SG.

Notes

2 Voir Jacques Dugast, La vie culturelle en Europe au tournant des xix et xxe siècles, Paris, Presses universitaires de France, 2001, vii, 238 p. (Littératures européennes).

3 Jean-Marie Carré, avant-propos à Marius-François Guyard, La Littérature comparée, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1951 (1965), p. 5.

4 Rappelons que Broch publie des essais, des articles et des textes littéraires dans les années 1910 (comme la Nouvelle méthodologique en 1917) mais attend 1931 pour faire paraître son premier roman, Les Somnambules.

5 Pour une synthèse des analyses qui vont dans ce sens, voir Harmuth Grimrath, Hermann Broch, Die Schlafwandler. Die Heilsarmee-Geschichte, der Zerfall der Werte und ihr Zusammenhang mit den erzählerischen Partien des Romans, Bonn, s. n., 1977, p. 7-8.

6 BV, p. 314 (BT, p. 209). Sur Joyce, voir ibid., p. 202 (BT, p. 131) – cf. la liste des abréviations à la fin du présent texte.

7 Voir la correspondance de Proust (C XXI, p. 535, n. 4 ; ainsi que C XIX, p. 452, n. 4).

8 Hommage à Marcel Proust, Paris, NRF, 1923 (1990), tome XX, p. 254 sq.

9 « Remarques à propos de La Mort de Virgile » (CLC, p. 278 ; KW 4, p. 474).

10 Lettre du 27 septembre 1930 à Daisy Brody (L, p. 34 ; KW 13/1, p. 102).

11 Lettre du 5 juin 1931 à Frank Thiess (L, p. 61 ; KW 13/1, p. 137). Sur Dos Passos et Broch, voir M. Durzak, Hermann Broch : Der Dichter und seine Zeit, Stuttgart-Berlin-Cologne-Mainz, W. Kohlhammer Verlag, 1968, p. 102, ainsi que la discussion de Breon Mitchell (James Joyce and the German Novel 1922-1933, Athens (Ohio), Ohio University Press, 1976, p. 172, n. 30). Le manuel de Fernand Mossé sur l’Histoire de la littérature allemande ([nouvelle édition, 1re éd. : 1959], Paris, Aubier, 1995, p. 928) propose un rapprochement entre la technique multilinéaire de Dos Passos et celle de Broch, malgré la brièveté de la notice consacrée à cet auteur.

12 « La Vision du monde donnée par le roman », in CLC, p. 242 (KW 9/2, p. 116). Nous ne suivons pas le commentaire de P. M. Lützeler (KW 9/2, p. 118, n. 23), pour qui Broch ferait ici référence au seul Manhattan Transfer, ce qui paraît peu logique : en quoi ce roman centré sur New York serait-il une « coupe à travers un continent », et pour quelle raison exclure Le 42e Parallèle ou 1919 ?

13 FU. S. A., p. 35 (U. S. A., p. 2).

14 Sur les rapports de Proust et Joyce, voir entre autres Jean-Christophe Valtat, Culture et figures de la relativité. Le Temps retrouvé, Finnegans Wake, Paris, H. Champion, 2004 (p. 28 sur la question de l’influence ; p. 49 sq. pour une référence au Zeitgeist en termes de relation entre littérature et science).

15 Lettre du 6 avril 1930 à F. Thiess (L, p. 17, traduction modifiée ; KW 13/1, p. 85) – sur Broch lecteur de Joyce, voir l’ouvrage de B. Mitchell, James Joyce and the German Novel, op. cit., p. 151 sq. ou plus récemment, Tiphaine Samoyault, Excès du roman, Paris, Maurice Nadeau, 1999, p. 45-50.

16 Lettre du 21 juin 1931 à W. Muir (GI, p. 362 ; KW 13/1, p. 140). Voir aussi « La Vision du monde donnée par le roman », qui cite Joyce d’une manière élogieuse : « Pensez à celui qui a conçu la mission nouvelle de la littérature de la manière la plus vaste et la plus profonde, je veux parler de James Joyce […] » (CLC, p. 242 ; KW 9/2, p. 116).

17 Joe Flaherty, « Portrait of a Man Reading », The Washington Post, 13 juillet 1969, Book World Section, p. 2 (texte repris dans MNP, p. 295).

18 Cette « Introduction to Three Soldiers » (1932), figurant dans l’édition Modern Library (New York, The Modern Library, 2002, p. xv-xviii, est reproduite dans MNP, p. 146-148. D’autres textes mentionnent Joyce, comme son discours de remerciement à l’Académie Nationale des Lynx lorsqu’il reçoit le Prix Feltrinelli (Rome novembre 1967), où Dos Passos insiste sur l’aura grandissante de Joyce, avant même la parution de Ulysses, et sur la révolution opérée par ce roman (« What Makes a Novelist », allocution publiée dans la National Review en 1968, reprise dans MNP, p. 270).

19 BV, p. 202 (BT, p. 131).

20 Voir K. Selvinsky, P. Pavlenko, « Russia to Dos Passos », in International Literature, octobre 1932, vol. ii-iii, p. 109 (repris dans CH, p. 113).

21 Voir par exemple l’essai sur Joyce (« James Joyce et le temps présent », in CLC, p. 187-189 et p. 200 ; KW 9/1, p. 63, p. 65 et p. 77) ou sa correspondance (L, p. 58 ; KW 13/1, p. 133), ainsi que la conférence prononcée en avril 1934 (« L’esprit et l’esprit du temps », in GI, p. 329-354 ; KW 9/2, p. 177-201).

22 P. M. Lützeler, « The Avant-Garde in Crisis : Hermann Broch’s Negative Aesthetics in Exile », in S. D. Dowden, Hermann Broch : Literature, Philosophy, Politics, the Yale Broch Symposium (1986), Columbia, Camden House, 1988, p. 18.

23 Lettre à G. H. Meyer datant du 15 (ou 13) octobre 1930 (L, p. 38 ; KW 13/1, p. 107). Quelques jours plus tard, Broch précise qu’il retient surtout Gide et Joyce dans cette liste (L, p. 39 ; KW 13/1, p. 108).

24 Blaise Cendrars, Panama or The Adventures of My Seven Uncles, traduction et illustrations de J. Dos Passos, New York-Londres, Harper & Brothers, 1931, p. vii (préface reproduite dans MNP, p. 134). Sur la relation entre Cendrars et Dos Passos, voir BV, p. 305-306 (BT, p. 203-204).

25 C’est ce qu’estime T. Ludington (14th Ch, p. 378).

26 « What Makes a Novelist », art. cit., p. 270.

27 Lettre du 19 juillet 1931 à W. Muir (GI, p. 363 ; KW 13/1, p. 142 et 143).

28 Lettre de Dos Passos à Joseph Blotner, 7 octobre 1969, in 14th C, p. 637.

29 SG, p. 81.

30 So, p. 532 (S, p. 533).

31 So, p. 440 (« Stil ist etwas, das alle Lebensäußerungen einer Epoche in gleicher Weise durchzieht. », S, p. 444).

32 So, p. 458 (« gewiß erfährt der Stil seinen Niederschlag nicht nur im Kunstwerk sondern in allen Werten, die die Kultur einer Zeit ausmachen », S, p. 461).

33 So p. 460 (« […] jener Logik […], von der der produktive Geist der Epoche und ihr sichtbarer Stil durchdrungen ist », S p. 463).

34 J. Dugast, op. cit., p. 135 et 138.

35 Cf. Catherine Gallagher, Stephen Greenblatt, Practicing New Historicism, Chicago, the University of Chicago Press, 2000, p. 7 sq. Pour une histoire du terme et l’évolution de ses connotations, son emploi chez Goethe, Hegel ou Dilthey, voir par exemple l’article « Zeitgeist » dans le Dictionnaire International des Termes Littéraires ("http ://www.ditl.info/arttest/art15923". php, page consultée le 15 janvier 2007).

36 Virginia Woolf, « The Decay of Essay-writing » [1905], in The Essays of Virginia Woolf, I, 1904 to 1912, éd. d’A. McNeillie, Londres, The Hogarth Press, 1986, p. 25.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540