Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Kafka à Toussaint

 | 
Pierre Bazantay
, 
Jean Cleder

Avant-propos

Pierre Bazantay et Jean Cléder

Texte intégral

  • 1 Jacques Dugast, La Vie culturelle en Europe au tournant des xixe et xxe siècles, Presses Universit (...)
  • 2 Francine Dugast-Portes, Le Nouveau Roman, Une césure dans l’histoire du récit, Nathan, 2001, p. 11

1Il aurait peut-être fallu demander à Schopenhauer ou à Jorge-Luis Borges d’introduire ce volume. L’auteur du Monde comme volonté et comme représentation et plus tard celui de la Bibliothèque de Babel eussent été en mesure de faire ressortir des correspondances secrètes et des liens invisibles là où ils ne seraient pas apparus en pleine lumière. C’est dire que l’image de la littérature que voudrait former ce volume n’est pas le fruit du hasard. À première lecture, on y trouvera des contiguïtés inattendues, des rapprochements improbables, des accords inouïs. L’amitié et la reconnaissance en constituent pourtant l’un des ciments les plus solides. Autant dire que la cohérence de ce volume dépasse très largement la forme de ceux qu’on baptise « mélanges » pour leur servir habilement de ligature et en masquer la disparate. Une question centrale fonde l’unité des articles réunis dans cet ouvrage : qu’appelle-t-on littérature aujourd’hui ? Francine et Jacques Dugast ont accompagné ce questionnement à une période charnière de l’histoire des sciences humaines et celle de la critique littéraire. Est-ce cet objet caduc que la nouvelle critique se plaisait à contester pour promouvoir le « texte », voire le tout « textuel » ? Est-ce ce terme vague saisi par le démon de la science, voire celui de la critique pour reprendre le titre d’un ouvrage fameux ? S’agit-il d’un objet « positif », discret et descriptible, auquel on pourrait à force de concepts faire rendre gorge pour mieux voir ce qu’il a dans le ventre, rappelant en cela l’anecdote des haricots sauteurs mexicains que conte André Breton ? La littérature est peut-être simplement l’étoffe dont nos rêves sont faits, comme dit Shakespeare, celle-là même, pour reprendre Calderón, dont sont tissées nos vies. Il n’en reste pas moins que la « littérature » a été un personnage central de cette épopée de la critique dont Francine et Jacques Dugast furent tous les deux des acteurs importants et en premier lieu en tant qu’enseignants. Il est de mise de ne pas ou peu prendre en considération la carrière de l’enseignement au bénéfice des éloges qu’on décerne à la recherche. Et pourtant, le rôle que joue l’enseignant dans l’élaboration du futur est essentiel. Or, dans des domaines distincts, mais dont ce volume montre qu’ils sont profondément voisins, Francine et Jacques Dugast peuvent s’enorgueillir d’avoir œuvré à cette construction de l’avenir vis-à-vis de générations d’étudiants qui suivirent leurs enseignements avec assiduité et passion. L’un comme l’autre ont participé à cette remise en question généreuse, parce que pondérée, des certitudes ancestrales et des vérités académiques, remise en question nécessaire pour créer les conditions de possibilité d’un savoir critique personnel dispensateur de liberté. Parce que l’on a suivi les déconstructions du Nouveau Roman, les happening du Living Theater ou le minimalisme de Jerzy Grotowski, parce que l’on aura goûté aux subtiles insolences de Colette ou perçu les désarrois de Musil, on pénètrera mieux le concept de modernité. Cela permet d’apprécier à sa juste valeur la littérature dont la totalité est faite de diversité, sans être paralysé par l’effroi que provoque le sacré selon Walter Benjamin. C’est une belle leçon d’humanisme qui peut se traduire dans la formule suivante : on n’accède pas à la littérature sans l’acquisition d’un savoir critique. Certes, le mystère de la poésie, si l’on veut bien suivre Mallarmé, a quelque chose de résistant, mais il ne saurait être a priori, ni demeurer par principe. Au contraire, c’est une constatation empirique, déduite de l’expérience. Le mystère de la littérature, c’est ce que l’on peut apprécier après l’avoir contesté : une des sources du plaisir esthétique. Pour autant, nul mysticisme. Le Ravissement de Lol V Stein est explicable, mais jusqu’à un certain point seulement. L’analyse, les lectures ne l’épuisent pas et il est possible de rouvrir l’œuvre avec le même sentiment de fraîcheur et d’inconnu. Seules des œuvres moins abouties sont susceptibles d’être taries par le discours critique. Mais après Genette, Deleuze ou Barthes, on peut continuer de lire Marcel Proust. Or les enseignements, tels que les ont conçus, dans une vision différente mais partagée, Francine et Jacques Dugast, ont joué ce rôle initiatique. Bien sûr, la fonction des chercheurs qu’ils ont été, et que sont toujours, Francine et Jacques Dugast est aussi remarquable. Si la recherche a nourri leurs enseignements et donc profité directement à leurs étudiants, elle a participé de manière significative aux grands débats sur la littérature française et comparée dont les frontières sont éminemment perméables. Ces débats se sont menés dans d’innombrables colloques dont l’énumération serait fastidieuse et qui ont trouvé à se diffuser dans des publications d’importance, tel le volume sur la vie culturelle en Europe de Jacques Dugast ou l’ouvrage sur le Nouveau Roman de Francine Dugast qui font référence, pour ne citer que ceux-là ; ces livres resteront, à n’en pas douter. Il serait aisé de montrer combien les années soixante sont tributaires de la vie culturelle en Europe au tournant des xixe et xxe siècles. « […] la période au tournant du siècle fut aussi, sur le plan culturel, comme sur les autres plans une période de crises1 » rappelle Jacques Dugast à l’orée de son volume. Evoquant Claude Mauriac, Francine Dugast signale précisément l’existence de ces liens qui rattachent ces deux périodes. « Contrairement à ce que prévoyait Claude Mauriac, le mot “alittérature”, trop ambigu sans doute dans son étymologie, ne s’est pas imposé, mais les analyses rassemblées sous ce titre constituent un précieux garde-fou pour éviter de trop isoler le phénomène Nouveau Roman. Elles l’insèrent dans un certain nombre de ruptures esquissées dès la fin du xixe siècle, et le rapprochent de grandes œuvres étrangères, Kafka, Borges2. »

2De Kafka à Jean-Philippe Toussaint, de Proust à Duras, d’Elias Canetti à Modiano, de Roussel à Pierre Michon, en passant par Virginia Woolf, Broch, Argullol, Dos Passos, Ernst Jünger, cela semble une photographie de nébuleuse. D’abord le regard n’y perçoit pas grand-chose, mais pour peu qu’il s’y attarde, les flous s’estompent, et le visage du xxe siècle littéraire émerge de ce magma stellaire. Les auteurs des textes de ce volume voudraient, en lançant un amical hommage à Francine et Jacques Dugast, continuer d’éclairer, avec eux, ce moment clef de l’aventure littéraire, dont le xxie siècle aura nécessairement besoin.

Notes

1 Jacques Dugast, La Vie culturelle en Europe au tournant des xixe et xxe siècles, Presses Universitaires de France, 2001, p. 6.

2 Francine Dugast-Portes, Le Nouveau Roman, Une césure dans l’histoire du récit, Nathan, 2001, p. 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540