Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imprimé et ses pouvoirs dans les langues romanes

 | 
Ricardo Saez

Chapitre X. La représentation des sciences dans la presse (Espagne, Italie, Portugal) : du dessin technique à la mise en scène de nouveaux imaginaires (1833-1868)

Catherine Sablonnière

Texte intégral

1La vulgarisation des sciences dans la presse de la première moitié du xixe siècle a été étudiée en France par divers spécialistes de l’histoire des sciences ou de la presse : Bernadette Bensaude-Vincent, Anne Rasmussen et Yves Jeanneret parmi d’autres. Les ouvrages publiés témoignent de l’importance de ce thème de recherche qui se situe aux confins de multiples disciplines : sociologie, histoire des idées, histoire de sciences, etc., et offrent des outils méthodologiques pour analyser les articles de vulgarisation et leur signification dans le contexte contemporain. Si le cas français est aujourd’hui relativement bien connu, en ce qui concerne les trois pays qui nous intéressent dans cette étude – l’Espagne, l’Italie et le Portugal – tout ou presque reste à faire. Certes, les historiens se sont penchés sur l’histoire des sciences – en Espagne notamment –, sur les mutations culturelles qui accompagnent les bouleversements politiques vécus dans ces trois pays pendant la période choisie. Mais il n’existe pas encore d’étude exhaustive sur les modifications des mentalités, sur la façon dont les contemporains percevaient un environnement que la science conquérante remet en cause par ses multiples découvertes, que la politique réorganise et structure pour l’adapter à de nouvelles exigences économiques et sociales. La presse contemporaine a joué un rôle clé dans la diffusion et l’appropriation de nouveaux concepts, de nouveaux artefacts, de nouveaux imaginaires. Parmi les modalités de cette transmission, les illustrations ont sans doute eu un impact important sur les lecteurs, certes difficilement quantifiable, si l’on part du postulat que l’image parle plus directement aux sens. Dans la tentative qui est la nôtre, celle d’ébaucher des lignes de convergence et de caractériser les divergences entre les cas espagnol, italien et portugais, nous avons privilégié ce thème de la représentation graphique. L’objet de notre étude devenait ainsi plus facile à baliser, à situer dans une histoire de l’illustration scientifique qui, des planches de l’Encyclopédie aux gravures de presse, met en scène la science et la technique et déploie des conceptions de la science et de ses relations avec l’homme variées et parfois surprenantes. L’illustration de presse bénéficie d’un statut particulier, elle possède un « pouvoir » que les contemporains commencent à percevoir et dont les entreprises de presse cherchent à profiter. Un retour sur l’histoire de ces illustrations s’impose avant d’aborder une étude comparative des gravures rencontrées dans les périodiques illustrés espagnols, italiens et portugais publiés avant la grande révolution graphique du dernier quart du xixe siècle, avec l’adoption de reproductions d’après photographie.

Corpus des revues étudiées

  • 1 M. Fatima de nunes, « La presse scientifique et la popularisation des connaissances au Portugal (1 (...)

2Pour ce qui est de l’Espagne, les revues illustrées étudiées sont le Semanario pintoresco Español (1836-1857), le Museo Universal (1857-1869), La Ilustración (1849-1857) et le Semanario popular (1862-1865). Nous avons rencontré quelques difficultés pour avoir accès aux périodiques italiens et portugais, ce qui a considérablement réduit les ambitions affichées. Ainsi, aucun périodique portugais illustré n’a pu être analysé, les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France étant hors d’usage ou n’étant pas communicables. La vulgarisation des sciences au Portugal a été étudiée par Maria Fatima de Nunes1 et il apparaît que le cas portugais présente de grandes similitudes avec la presse espagnole. Enfin, la revue italienne Il Mondo Illustrato (1847-1861) est le seul périodique italien illustré consulté. La revue française L’Illustration (1843-1944) fait également partie du corpus retenu, car elle a servi de modèle à la plupart des revues publiées en langues romanes.

L’essor de la presse et la place des illustrations

  • 2 « Un periódico nuevo » in La Revista Española, Periódico Dedicado a la Reina Ntra. Sra., n° 460, 2 (...)
  • 3 « Los hechos han desterrado las ideas. Los periódicos, los libros. La prisa, la rapidez, diré mejo (...)
  • 4 Revista Española, n.° 39, 19 de marzo de 1833.

3Référence incontournable pour celui qui veut tenter de comprendre la période allant de 1833 à 1868, qui correspond en Espagne au règne d’Isabelle II, le rôle qu’y tenaient la presse et la place du savoir scientifique, Mariano José de Larra, journaliste et écrivain, grand ciseleur de formules reprises par ses contemporains, est le témoin de l’un des plus grands bouleversements politiques et culturels de l’Espagne contemporaine : l’avènement du libéralisme à la mort de Ferdinand VII en 1833. L’impitoyable et génial Larra, derrière son double Figaro, croque, avec une verve qui ne se ternit pas avec le temps, les travers de ses contemporains et consacre deux de ses Articles à la presse qui recouvre une liberté toute relative en 1834. Dans Un periódico nuevo2, après avoir constaté que les progrès matériels ont sonné le glas des discours métaphysiques et que la raison a envahi le terrain de l’imagination, il affirme que l’époque étant à la vitesse, les livres perdent de leur attrait et sont supplantés par la presse qui seule peut suivre une actualité mouvante et s’adapter à un public consommateur de nouveauté3. Dans Ya soy redactor4Figaro souhaite à tout prix être rédacteur d’un journal et propose un article sur l’économie politique à son directeur. Ce dernier le met en garde : « Figaro, mon ami, n’allez pas en écrire un autre. – Pourquoi donc ? – Parce qu’ainsi vous ruinez mon journal. Qui voulez-vous qui le lise, s’il n’est point amusant, s’il n’a pas la dent dure, s’il n’est pas superficiel ? S’il fait de surcroît cinq colonnes… Tout le monde s’en est plaint ; je ne veux pas entendre parler d’articles scientifiques, car personne ne les lit. Vous allez perdre votre travail. »

4Larra n’est pas le seul à prendre conscience du fait que les progrès des sciences et des techniques, la vitesse des communications, marquent un changement d’époque. Dans la plupart des « éditoriaux » des revues contemporaines, un constat semblable est dressé. L’Espagne doit relever un défi, celui de suivre les nations les plus « civilisées », l’Angleterre et la France. La presse, plus que le livre, a pour mission de rendre accessible la nouvelle civilisation qui s’impose : peu onéreuse, faite pour séduire et distraire, la presse littéraire et encyclopédique n’est pas soumise aux astreintes juridiques qui pèsent sur les journaux politiques. C’est donc cette presse « apolitique » qui va s’attacher à vulgariser les savoirs. Or, comme le souligne le directeur du journal de Figaro, la science se vend mal. Parvenir à rendre attrayante la science, voilà un second défi à relever. Figaro caractérise enfin à sa manière la nouvelle culture transmise par la presse : c’est une culture des faits et non des idées, une culture à prétention universelle, qui embrasse tous les champs d’application de la pensée. Derrière la critique de Figaro, il y a là en effet matière à réflexion : Figaro montre que la culture positive a fait son chemin depuis le xviiie siècle qui l’a portée au pinacle. Les idées n’ont certes pas disparu, mais ce qui compte, c’est leur lisibilité. Clarté et concision sont les qualités attendues des articles de presse.

  • 5 J. Chouillet, L’esthétique des Lumières, Paris, PUF, 1974.

5La vulgarisation des sciences, mission que la presse s’enorgueillit de remplir, est devenue une nécessité, comme le souligne El Vapor, journal barcelonais, dès 1833. La presse illustrée est la plus apte à rendre compte des innovations en matière technique, grâce aux gravures qui vont permettre une représentation visuelle plus immédiate que celle que le lecteur pouvait se former à la lecture d’un article décrivant telle ou telle machine par le seul truchement du discours. Le projet de vulgarisation des connaissances affiché par la presse rejoint celui de l’Encyclopédie, qui, un siècle auparavant, tentait de réhabiliter la technique, d’en montrer la complexité, la noblesse, et même la poésie, pour reprendre la réflexion de Jacques Chouillet sur l’Esthétique des Lumières5. On peut alors s’interroger sur la façon dont cette culture scientifique des Lumières, ou plutôt de l’Encyclopédie, cette représentation des techniques qui induit une conception du monde plus empiriste, qui place l’homme au centre de la nature et lui confie la mission d’ordonner le monde, de lui donner du sens, est en quelque sorte réactivée grâce à un nouveau support, la presse illustrée, et sur la façon dont les impératifs de ce support modifient à leur tour la perception des sciences et de la « culture des faits ». Pour synthétiser ce qui vient d’être avancé, cet exposé tentera de répondre, dans la mesure du possible, à de multiples interrogations, notamment sur la pérennité du modèle de l’Encyclopédie. Si l’on tente d’élaborer une typologie des représentations des machines et autres découvertes scientifiques, on veillera à mesurer des évolutions possibles dans le graphisme et dans les liens qui unissent le texte et l’image. Notre corpus nous invite à caractériser d’éventuelles spécificités « nationales » mais aussi à formuler des hypothèses quant à l’expression de nouveaux imaginaires communs au-delà des frontières.

Les modèles : la France et l’Angleterre

6Les nombreuses histoires de la presse insistent sur l’influence déterminante des modèles anglais et français sur la presse illustrée espagnole, italienne et portugaise.

  • 6 J.-P. Bacot, La presse illustrée au xix siècle, une histoire oubliée, Limoges, Pulim, 2005.

7Jean-Pierre Bacot, dans La presse illustrée au xixe siècle, une histoire oubliée6, distingue quatre générations de magazines illustrés : les deux premières correspondent à notre étude. L’ère des grandes publications illustrées s’ouvre en 1832 avec la fondation du Penny Magazine à la très grande qualité graphique, inégalée pendant longtemps, suivie en 1833 par la parution du Magasin Pittoresque en France, dirigé par Edouard Charton. Ces modèles font rapidement des émules : en Espagne le Semanario Pintoresco Español (1836-1857) et en Italie Il Magazzino pittorico universale (1834-1837) et le Poliorama pittoresco (1836-50) publié à Naples, ne cachent pas leur admiration pour ces phares de la presse contemporaine qu’ils ne peuvent égaler en qualité, faute de moyens techniques et financiers suffisants.

8Une seconde période correspond aux années 1842-1870. En mai 1842 paraît le premier numéro de The Illustrated London News, qui se veut plus tourné vers une actualité mise en image ; il est suivi en 1855 par le Illustrated Times. En France, L’Illustration adopte le concept, et devient à son tour un modèle pour Il Mondo Illustrato (1846-1861) et La Ilustración (1849-1857).

  • 7 C. Alonso, « Antecedentes de las Ilustraciones », in La prensa ilustrada en España, las Ilustracio (...)
  • 8 El Correo de Ultramar est un périodique en langue espagnole publié à Paris et qui à bien des égards (...)

9Les emprunts aux revues anglaises et françaises sont évidents et reconnus, assumés par les revues espagnoles. Cecilio Alonso7 a établi une liste des gravures empruntées par les périodiques illustrés espagnols au Penny Magazine et au Magasin Pittoresque. Tout chercheur qui consulte la presse contemporaine ne peut manquer de faire des constats similaires. Des articles de l’Illustration sont fréquemment reproduits dans la Ilustración madrilène et dans Il Mondo Illustrato. Il est même curieux de voir à quel point les impératifs économiques peuvent conditionner cette circulation des illustrations et des articles car certaines entreprises de presse n’hésitent pas à « recycler » des gravures en se constituant une bibliothèque personnelle dans laquelle on puise au gré des besoins de quoi remplir les pages de la publication. L’article illustré sur les us et coutumes de Basse-Bretagne, paru dans l’Illustration en 1845, est ainsi reproduit sous le titre « Costumbres de Baja-Bretaña » dans la Ilustración en 1854 et plus tard en 1876, dans El Correo de Ultramar8.

10Ces héritages revendiqués doivent cependant être relativisés : une étude attentive des contenus montre que si l’on copie, la création n’est pas absente des revues. Par exemple, la Ilustración propose plus d’articles scientifiques que l’Illustration française qui va privilégier la mise en scène des sites industriels, des fabriques et du monde ouvrier au travail.

Le rôle des illustrations

  • 9 « […] hacer perceptible el objeto de que se trata », in Prospecto, Semanario Pintoresco Español, 1 (...)

11Les contemporains s’expriment peu sur ce sujet de l’image, du rôle des illustrations et semblent à première vue peu soucieux de l’impact qu’elles peuvent avoir. Dans les pages d’introduction aux revues, il est davantage fait référence au contenu écrit qu’aux illustrations des articles. Dans le Semanario Pintoresco Español en 1836, il ne s’agit que de rendre perceptible le sujet du discours9. Trente ans plus tard, en 1862 dans le Semanario Popular, une prise de conscience a eu lieu :

  • 10 « […] es, pues, preciso poner al alcance de todos nociones que en los libros no están a veces expl (...)

il faut mettre à la portée de tous des notions qui ne sont pas toujours expliquées dans les livres car on suppose leur acquisition préalable et il faut en outre les faire pénétrer dans l’esprit des lecteurs de manière aisée et agréable10.

12Si le rôle de l’image est, dans les revues de la première génération, en général très restreint (il s’agit de rendre agréable la lecture, de donner à voir ce qui est difficile à concevoir), sa force médiatrice prend une dimension presque surnaturelle dans le Semanario Popular avec cette image de la pénétration des esprits par l’image. L’image est en effet très importante, s’imposant au texte surtout dans les revues de la deuxième génération.

Typologie des articles

13Les articles scientifiques les plus illustrés sont ceux qui traitent des innovations techniques en rapport avec les nouvelles énergies (vapeur, électricité) et/ou améliorant les communications. Ces innovations techniques ne sont pas toutes récentes, le critère de la nouveauté n’est pas déterminant même s’il existe. Le chemin de fer en est un exemple : pendant toute la période, les articles sur le train seront les plus nombreux : les contemporains suivent de près les améliorations apportées aux nouvelles locomotives et s’intéressent aux travaux de voirie dans tous les pays (il y a là également une sorte de compétition qui se crée implicitement entre les nations les mieux pourvues en voies ferrées et celles qui s’équipent tardivement mais tentent d’égaler les premières). La facilité à se procurer des gravures (achat à un tiers ou présence d’un dessinateur pouvant croquer une machine d’après nature) sur telle ou telle machine peut également intervenir dans les choix éditoriaux. Auquel cas, on peut observer des décalages entre certaines ambitions affichées, de vulgariser les connaissances scientifiques les plus pointues, et l’aspect dérisoire de ce savoir réellement transmis (comme en témoigne l’article sur le thermomètre publié dans le Semanario Pintoresco Español).

  • 11 Semanario Pintoresco Español : « La Fantasmagoria », t. II, p. 12 ; « Física : descripción de un pa (...)
  • 12 « La campana de los buzos », in Semanario Pintoresco Español, Madrid, 25/06/1837, p. 191.

14Le nombre d’articles accompagnés d’une illustration est assez important dans le Semanario Pintoresco Español, la Ilustración et le Museo Universal. Ces illustrations sont très variées, du schéma explicatif à la gravure mettant en scène une innovation dans un environnement particulier ; leur taille varie également, du petit croquis à la quasi-totalité de la page. Leur lisibilité et leur originalité s’améliorent surtout à partir du milieu du siècle, et atteignent une qualité notable avec la Ilustración et le Museo Universal. Dans le Semanario, les gravures sont très classiques et précèdent l’article ou sont insérées dans le texte qu’elles illustrent. En général, le Semanario propose une vision neutre des innovations, très proche du schéma scientifique, aux contours nets et précis. L’image est fonctionnelle, descriptive, elle dissèque le mécanisme, le rend transparent à la raison. La plupart des engins sont dessinés sans arrière-plan, afin que la vue se concentre sur l’essentiel : la machine et son fonctionnement (dans les articles sur « La Fantasmagoria », le « Mecanismo del reloj » ou encore la « Descripción de un panorama »11, etc.). La gravure censée rendre plus compréhensible le fonctionnement des cloches sous-marines rappelle ainsi certaines planches de l’Encyclopédie de Diderot : la « campana de los buzos12 » est mise en scène de façon assez statique, des lettres désignent les parties de l’engin qui seront décrites dans le texte, plusieurs hommes debout donnent une échelle de grandeur, tandis que l’intérieur de la cloche est révélé, afin que le lecteur puisse s’imaginer la position de l’opérateur plongé dans les profondeurs.

  • 13 « Viento-motor », in El Museo Universal, Madrid, 1861, p. 117, 118, 120.
  • 14 « Luz eléctrica : aparato de M. Staite », « Luz eléctrica : aparato de M. Foucault », et « Crónica (...)
  • 15 « Máquina para calcular. (Véase el número anterior) », in La Ilustración, Madrid, 1849, p. 112.
  • 16 Voir dans La Ilustración, 1849, « Los caminos de hierro », p. 92-93.

15Dans la Ilustración et le Museo Universal, la gravure est souvent désolidarisée du texte et il n’est pas rare de la trouver à une, deux, voire trois pages ou plus du dit texte. Ainsi dans le Museo, l’article sur un nouveau type de moulin, le « Vientomotor13 », est entouré de deux paysages, la « Entrada a los silos de Burjasot » et la « Cartuja de Portaceli », tandis que la gravure de l’engin n’est reproduite que trois pages plus loin. De même, dans la Ilustración, les croquis de lampes électriques14(« Aparato de M. Staite » et « Aparato de M. Foucault ») se retrouvent au milieu de la chronique théâtrale, quatre pages plus loin que la chronique scientifique qui décrit ces appareils. Conscients de l’incongruité de cette insertion de croquis scientifiques au milieu de la critique dramatique, les rédacteurs rappellent entre parenthèses la page à laquelle se situe l’article correspondant. Le cas le plus extrême est l’illustration d’une machine à calculer15, proposée dans le numéro suivant celui où est publié l’article descriptif ! La mauvaise gestion de la pagination, de la répartition de l’information sur le nombre de pages de la revue, traduit un certain laisser-aller, voire de l’indifférence au rôle éducatif de l’illustration, qui semble souvent conçue comme un simple élément décoratif. La juxtaposition d’articles et d’illustrations aux sujets complètement différents produit un effet étonnant, voire déroutant. La vue et l’esprit sont parfois choqués par les associations visuelles et conceptuelles que la revue leur soumet, troublant l’unité et l’harmonie que le lecteur attend, et qui rendent la lecture plus agréable. Une machine aux contours épais rencontre ainsi l’élégance d’un paysage romantique, un schéma froid et précis s’associe à la mise en scène d’un épisode historique plein de tension et de confusion, etc. La familiarisation du lectorat avec ces images sans vie est donc un peu brutale, et justifie les récriminations de certains artistes qui dénoncent la publicité faite à cette esthétique nouvelle, si éloignée des représentations du vivant. Certaines gravures sont toutefois plus riantes, bien que peu originales, dans la tradition du xviiie siècle : en général il s’agit de gravures sur le chemin de fer, où le train apparaît dans un paysage classique, avec quelques personnages au premier plan pour donner l’échelle16, l’image étant un peu plus riche en détail que dans le Semanario Pintoresco Español qui proposait le même genre de vues treize ans plus tôt. Dans Il Mondo Illustrato ce sont les schémas descriptifs, les dessins techniques qui dominent. Point de paysage ferroviaire, mais comme dans l’illustration ci-dessous, des mécanismes révélés :

  • 17 « Navegación submarina », in El Museo Universal, Madrid, 1860, p. 253.

16Cependant, en dehors des schémas techniques et des gravures statiques, la science peut être mise en scène de façon dynamique et plus originale dans les deux revues espagnoles précédemment citées. La construction d’une image narrative annonce déjà certaines illustrations des livres de Jules Verne, comme par exemple l’illustration de la « navegación submarina17 ». La mise en scène donne à l’engin un caractère plus esthétique et familier, grâce au mouvement suggéré, qui animalise presque la machine. À partir de la seconde moitié du siècle, des progrès énormes sont accomplis dans le dessin, pour donner à voir les innovations, mais surtout pour charger d’émotion et de signification la mise en scène. La relation du texte à l’image se modifie sensiblement. Nous avons vu que certaines illustrations sont seulement des schémas auxquels le texte renvoie pour expliquer un mécanisme, dans d’autres cas, l’illustration n’est même pas évoquée par l’article correspondant et sert surtout à agrémenter la revue. Ces cas ne doivent pas occulter ceux où la gravure acquiert une certaine autonomie et devient un élément à part entière dans le processus de vulgarisation.

Une image omniprésente

  • 18 « Electro-subtractor », 1850, p. 388 ; « Navegación aérea, por M. Petin », 1851, p. 76 ; « Prensa (...)

17L’image va dans certains cas dominer l’article par l’espace qui lui est réservé. C’est surtout vrai dans La Ilustración, à partir de 1850. Les illustrations des articles sur l’« Electro-subtractor », sur la « Navegación aérea por M. Petin », sur une « Prensa monstruo de vapor », sans parler des planches sur les innovations de l’Exposition Universelle de 1851, occupent presque tout l’espace, donnant au texte un caractère presque anecdotique18. La gravure de l’electro-subtractor est placée au centre de la page et en dévore plus de la moitié. Près des trois quarts de l’espace sont occupés par les illustrations dans les autres cas cités, le texte étant placé des deux côtés de l’image, en deux colonnes étroites qui obligent à de trop fréquents passages à la ligne et à des coupures de mots qui rendent la lecture un peu fastidieuse ; les gravures sont présentées dans le sens contraire au texte, le lecteur doit donc faire pivoter sa revue pour les contempler.

18La force de ces images tient non seulement à leurs dimensions mais aussi à la composition du dessin. La singularité des illustrations dans la presse antérieure aux années 1870 est leur qualité de gravure d’après des dessins et croquis, voire d’après photographie. L’art du dessinateur et du graveur est fondamental. Alors que les illustrations des revues de la fin du siècle privilégient de plus en plus la photographie parce qu’elle reflète plus exactement le monde réel, celles qui nous intéressent sont marquées par une créativité singulière et reflètent les multiples facettes d’univers imaginaires complexes et surprenants sur la science et la technique. Dans la planche qui illustre un article sur une machine volante, appelée Eolo, on peut ainsi contempler une composition originale qui associe un dessin technique, une silhouette d’oiseau, le tout placé au-dessus d’une gravure représentant un port. L’effet obtenu est à la fois esthétiquement harmonieux et intellectuellement stimulant. Le génie d’une science capable de copier la nature et de créer des artefacts utiles s’affirme dans toute sa grandeur avec cette image de la domination suggérée par la superposition des croquis et du paysage. L’image révèle non seulement le pouvoir de la science mais aussi ouvre un espace à la rêverie, un espace infini ouvert aux possibles. La présence du dessin technique le plus épuré au centre de la page lui confère le statut de « porte » ouverte à cet imaginaire qui peut alors, lui aussi, s’envoler vers d’autres cieux.

19Cette lecture que nous proposons des illustrations est certes fort personnelle et il est difficile de mesurer de l’effet recherché et produit par de telles représentations. Il est cependant indéniable qu’une attention toute particulière est portée à la construction graphique du propos. Cet effort est surtout notable dans les revues espagnoles consultées. Les revues française et italienne équivalentes n’offrent pas de cas similaires. Comment comprendre de tels écarts ? Pour tenter de répondre à cette interrogation, il faudrait prolonger cette recherche par une investigation sur les auteurs de ces gravures, sur les équipes de rédaction des revues et sur les réseaux commerciaux de gravures en Europe. Néanmoins, il est possible de proposer des hypothèses pour interpréter nos premiers résultats. Pendant la période étudiée, il n’y a pas beaucoup d’évolution dans le dessin technique, qui reste prépondérant et gagne en clarté avec les progrès des techniques de reproduction des images. Une image rationnelle, descriptive, à portée pédagogique, côtoie une image narrative qui met en scène la science en rompant avec les codes habituels. L’aspect en quelque sorte initiatique de ces images dynamiques, porteuses d’énergie par rapport à la rigueur du dessin technique, permet bien de faire « pénétrer » le lecteur dans un autre univers, un espace donné à voir aux sens plus qu’à la raison. Ces deux visions modifient le rapport des contemporains à la science, à l’image et à la presse, qui finalement reste le médiateur suprême.

20Alors que le dessin technique offre une connaissance, vient étayer un article qui décrit un mécanisme, une expérience, l’image narrative reste ouverte à l’interprétation, et insère la science dans l’espace de la poésie et de l’art, rompant ainsi avec les schémas hérités du siècle des Lumières.

21Notre brève étude s’est donc essayée à mettre en regard des points de vue sur la science dans trois pays, de manière encore très incomplète. Les illustrations rencontrées révèlent bien les réseaux commerciaux qui existaient entre les entreprises de presse, ce qui laisse supposer qu’au-delà des marchés, un espace visuel commun est proposé dans les revues en langue romane voire dans toute l’Europe, car les périodiques anglais et allemands auxquels nous avons eu accès partagent également des aspects de cette esthétique graphique, propre à la presse illustrée contemporaine. Cependant, si des gravures circulent, si les modalités de la représentation du monde réel ou imaginaire se fixent, il n’en demeure pas moins que chaque revue conserve une approche singulière de l’univers scientifique. la revue italienne consultée privilégie le dessin industriel tandis que certaines revues espagnoles s’ouvrent à une représentation à la fois plus ornementale et plus porteuse de poésie de la science. Ces différences peuvent refléter des conceptions de la science divergentes, mais il est probable que les impératifs de l’entreprise de presse aient très fortement conditionné les choix graphiques : la présence ou non de dessinateurs spécialisés, la volonté d’instruire ou le désir de séduire le lecteur, tous ces facteurs parmi d’autres ont pu également intervenir. Les gravures mettant en scène les machines, mobilisant les ressources de l’imagination, conservent malgré tout une force d’évocation qui n’a pu manquer de frapper un public peu habitué à de semblables compositions et de le préparer peut-être, sinon à s’investir dans la défense du progrès, du moins à voyager vers d’autres univers.

Bibliographie

Alonso C., « Antecedentes de las Ilustraciones », in La prensa ilustrada en España, las ilustraciones 1850-1920, Montpellier, Université Paul Valéry, 1996.

Bacot J.-P., La presse illustrée au xixe siècle, une histoire oubliée, Limoges, Pulim, 2005.

Bensaude Vincent B., Rasmussen A. (dir.), La science populaire et l’édition,, Paris, CNRS, 1997.

Chouillet J., L’esthétique des Lumières, Paris, PUF, 1974.

Jeannerety., Écrire la science, formes et enjeux de la vulgarisation, Paris, PUF, 1994.

Notes

1 M. Fatima de nunes, « La presse scientifique et la popularisation des connaissances au Portugal (1772-1850) », in La sciencepopulaire et l’édition, B. Bensaude Vincent, A. Rasmussen (dir.), Paris, CNRS, 1997.

2 « Un periódico nuevo » in La Revista Española, Periódico Dedicado a la Reina Ntra. Sra., n° 460, 26 de enero de 1835, Madrid.

3 « Los hechos han desterrado las ideas. Los periódicos, los libros. La prisa, la rapidez, diré mejor, es el alma de nuestra existencia, y lo que no se hace deprisa en el siglo xix, no se hace de ninguna manera ; razón por la cual es muy de sospechar que no hagamos nunca nada en España. […] En el día es preciso hablar y correr a un tiempo, y de aquí la necesidad de hablar de corrido, que todos desgraciadamente no poseen. Un libro es, pues, a un periódico, lo que un carromato a una diligencia. El libro lleva las ideas a las extremidades del cuerpo social con la misma lentitud, tan a pequeñas jornadas como éste lleva la gente a las provincias », ibid.

4 Revista Española, n.° 39, 19 de marzo de 1833.

5 J. Chouillet, L’esthétique des Lumières, Paris, PUF, 1974.

6 J.-P. Bacot, La presse illustrée au xix siècle, une histoire oubliée, Limoges, Pulim, 2005.

7 C. Alonso, « Antecedentes de las Ilustraciones », in La prensa ilustrada en España, las Ilustraciones 1850-1920, Rennes, Montpellier, Université Paul Valéry, 1996.

8 El Correo de Ultramar est un périodique en langue espagnole publié à Paris et qui à bien des égards suit le modèle de la Ilustración. Le cas de cette publication est intéressant dans la mesure où un double héritage français et espagnol apparaît dans ses colonnes.

9 « […] hacer perceptible el objeto de que se trata », in Prospecto, Semanario Pintoresco Español, 1836.

10 « […] es, pues, preciso poner al alcance de todos nociones que en los libros no están a veces explicadas porque se supone su previa adquisición, y es además indispensable hacerlas penetrar en el ánimo de los lectores de un modo fácil y agradable », Semanario popular, 1862.

11 Semanario Pintoresco Español : « La Fantasmagoria », t. II, p. 12 ; « Física : descripción de un panorama », t. II, p. 242.

12 « La campana de los buzos », in Semanario Pintoresco Español, Madrid, 25/06/1837, p. 191.

13 « Viento-motor », in El Museo Universal, Madrid, 1861, p. 117, 118, 120.

14 « Luz eléctrica : aparato de M. Staite », « Luz eléctrica : aparato de M. Foucault », et « Crónica cientifica », in La Ilustración, Madrid, 1849, p. 24 et 19 respectivement.

15 « Máquina para calcular. (Véase el número anterior) », in La Ilustración, Madrid, 1849, p. 112.

16 Voir dans La Ilustración, 1849, « Los caminos de hierro », p. 92-93.

17 « Navegación submarina », in El Museo Universal, Madrid, 1860, p. 253.

18 « Electro-subtractor », 1850, p. 388 ; « Navegación aérea, por M. Petin », 1851, p. 76 ; « Prensa monstruo de vapor », 1852, p. 52 ; « Objetos varios de la Exposicion Universal de Londres : Máquina fumivora y locomotivas », 1852, p. 72, etc.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540