Version classiqueVersion mobile

L'imprimé et ses pouvoirs dans les langues romanes

 | 
Ricardo Saez

Chapitre VIII. Libelles en guerre. Pouvoirs et imprimé pendant l’Interdit de Venise (1606-1607)

Filippo de Vivo

Texte intégral

  • 1 Cet article est basé sur les recherches menées pour mon livre Information and Communication in Ven (...)
  • 2 Document cité par P. Pirri, L’Interdetto di Venezia del 1606 e i Gesuiti. Silloge di documenti con (...)
  • 3 PH. Canaye de fresne, Lettres et ambassade, Paris, Richer, vol. 3, 1636, p. 30.
  • 4 Ibid., p. 166.

1L’interdit prononcé en 1606 par Paul V contre la République de Venise ne déclencha pas le conflit militaire que beaucoup avaient craint, mais provoqua ce que Paolo Sarpi, conseiller juridique et théologique de la République, a appelé « une forte guerre par escritures1 ». Les armes de cette guerre furent un grand nombre de libelles manuscrits et imprimés que, de l’autre côté de la barricade, le procureur général des jésuites décrivit comme des « couteaux2 ». Ces écrits ont animé un moment polémique et éditorial sans précédent en Italie, comparable (au moins en partie, comme on verra) à des conflits comme la Fronde française ou la guerre civile anglaise. Jamais un si grand nombre de textes n’avaient paru en si peu de temps pour mettre en question les rapports entre Église et État, les limites de l’autorité ecclésiastique, la légitimité et l’origine du pouvoir séculier ; et cela ne s’est que rarement reproduit par la suite. L’ambassadeur de France à Venise eut conscience de cette nouveauté dès le début de la querelle, qu’il décrivit au moyen de la même métaphore guerrière : « je ne vois encore nulle apparence de craindre aucun mouvement de guerre de part ni d’autre, si ce n’est en papier ; vray-est que ce commencement menace de pis, quand ce ne seroit que l’impression que fera dans les esprits Italiens la publication des livres qu’elle n’avoit point encore veus3 ». Selon lui, l’imprimerie transforma un conflit d’abord circonscrit à une élite de personnes informées en un sujet d’« entretien des barbiers & des lavandières4 ».

2L’image de la guerre des écritures soulève plusieurs questions importantes qui regardent les spécificités de l’impression (le champ de bataille), le rapport entre pouvoir et littérature (la chaîne de commandement), l’implication des auteurs et des éditeurs (l’enrôlement des troupes), et enfin la diffusion des écrits et l’identification de leur public (les stratégies de combat). Il n’est toutefois guère aisé de passer en revue une armée aussi hétérogène que ces libelles. Lettres, oraisons, dialogues, traités, réfutations, ils se distinguent par le genre et la dimension, qui va de quelques feuilles à plusieurs centaines de pages. Certains sont rédigés pour la circonstance, d’autres sont des rééditions de textes anciens. Certains d’entre eux font de longs voyages et sont traduits en français, en anglais, en hollandais ; d’autres au contraire sont écrits en dialecte, ce qui limite leur public à la Vénétie. Qui organisa leur publication et pourquoi ? À quel public s’adressaient-ils ? Leurs auteurs espéraient-ils vraiment atteindre des barbiers et des lavandières ?

  • 5 F. Chabod, La politica di Paolo Sarpi, Venise-Rome, Istituto per la collaborazione culturale, 1962
  • 6 B. Ulianich, « Considerazioni e documenti per una ecclesiologia di Paolo Sarpi », in Festgabe Jose (...)
  • 7 W. J. Bouwsma, Venice and the Defence of Republican Liberty : Renaissance Values in the Age of the (...)
  • 8 Chabod lui-même, qui mentionne pourtant la distinction entre écrits secrets et textes destinés à l (...)
  • 9 V. Frajese, Sarpi scettico. Chiesa e Stato a Venezia tra Cinque e Seicento, Bologne, Il Mulino, 19 (...)

3L’usage politique de la publication polémique – apparue aux yeux des contemporains comme l’efficacité principale des libelles en tant qu’armes – échappe aux interprétations dominantes des textes de l’Interdit. Celles-ci se répartissent grosso modo en deux branches. Certains historiens ont situé les libelles dans l’histoire de la pensée, tout en proposant des lectures opposées. Federico Chabod y voit l’expression du proto-absolutisme de Sarpi, influencé par Bodin et hostile aux ingérences de la religion en politique5. Boris Ulianich y cherche les traces de la pensée religieuse du servite6. Pour William Bouwsma, auteur de la seule monographie parue au xxe siècle sur l’Interdit, les libelles offrent un exemple de l’affrontement idéal entre des systèmes de pensée opposés : Renaissance républicaine et relativiste d’un côté, Contre-réforme absolutiste de l’autre7. Mais ces historiens négligent le problème de la diffusion des idées qu’ils étudient, au point de laisser dans l’ombre la distinction entre documents gouvernementaux à usage interne et libelles publiés en plusieurs milliers d’exemplaires8. Ce qui compte est ce que ces textes révèlent de la pensée de leur auteur, en particulier Sarpi. Les études plus récentes tiennent compte de la distinction entre écrits privés et publics, mais négligent ces derniers sous prétexte qu’ils n’expriment pas avec fidélité des opinions que Sarpi préféra dissimuler9.

  • 10 Les principaux travaux sont : G. Cozzi, Il doge Nicolò Contarini. Ricerche sul patriziato venezian (...)
  • 11 Prosperi, « “L’altro coltello” », op. cit., et voir aussi B. Ulianich, « Paolo Sarpi, il generale (...)
  • 12 Mais on trouve certaines indications importantes dans G. Benzoni, « I teologi minori dell’Interdet (...)
  • 13 Par exemple : Cozzi, Il doge Nicolò Contarini, p. 112-115 et 280-281 ; Id., Paolo Sarpi tra Venezi (...)
  • 14 E. Bacchion, « Le vicende trevigiane dell’interdetto di Paolo V », Archivio veneto, 15, 1934, p. 1 (...)

4Les libelles ont également été interprétés à la lumière de l’histoire politique vénitienne. Des historiens comme Gaetano Cozzi ont insisté sur les divisions à l’intérieur de la classe dirigeante patricienne. Pour Cozzi, les libelles sont l’expression non de la République dans son ensemble (comme pour Bouwsma), mais du conflit à l’intérieur de sa classe dirigeante – ils expriment en particulier la tendance de ceux qu’on appelle les giovani, qui regroupent les patriciens les plus intransigeants à l’égard de Rome et des Habsbourg10. Sur le versant romain également, Adriano Prosperi a récemment insisté sur les distinctions dans le contenu des libelles, dont les différentes facettes correspondent à des positions politiques et religieuses différentes11. Ces interprétations nous conduisent plus près de l’usage politique de la littérature polémique, mais comportent deux limites. En premier lieu, le lien entre les libelles et les acteurs du conflit n’est jamais vraiment éclairé par l’étude de la commande des libelles, de l’activité des organes de censure, et (en dehors du cas de Sarpi) des liens entre patriciens et auteurs12. Les libelles, d’autre part, apparaissent sans doute comme l’expression d’idéaux politiques et moraux qui ennoblissent la querelle de juridiction, mais ils finissent alors, surtout dans l’interprétation de Cozzi fortement influencée par l’idéalisme de Croce, par sembler inutiles à la gestion du conflit : ils se présentent comme un acte héroïque, mais essentiellement irréaliste, parce qu’incompréhensible à une population fondamentalement conservatrice et traditionaliste13. On ne trouve aucune trace, dans ces travaux, du public auquel les libelles s’adressent : l’écho européen du conflit compte plus que son impact local, au point que les rares travaux d’histoire politique consacrés aux réactions de la population ne se sont jamais interrogés sur le rôle joué par ces libelles dans ces réactions14.

  • 15 C. Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000 ; et cf (...)
  • 16 Cf. R. Chartier, « Pamphlets et gazettes », in Histoire de l’édition française, éd. R. Chartier et (...)
  • 17 Les exceptions sont : un article de P. Grendler sur l’importation de libelles et d’autres textes i (...)
  • 18 D. F. Mckenzie, La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éd. du Cercle de la librairie (...)

5Mais alors, pourquoi et dans quel but la guerre des écritures a-t-elle éclaté ? Pour répondre à cette question, il me semble efficace d’étudier les libelles comme instruments de communication : étudier le moyen et pas seulement le message. Il faut donc croiser la méthodologie de deux champs disciplinaires différents mais liés l’un à l’autre, et dont l’utilité a été amplement démontrée dans l’étude d’autres grandes polémiques du XVIIe siècle. D’un côté, la sociologie de la littérature montre l’importance des conditions sociales et matérielles de la polémique, en particulier la relation de dépendance entre auteurs et mécènes15. Dans notre cas, il faut analyser les rapports entre autorités officielles, patriciens, auteurs et monde de l’édition. D’un autre côté, il est fondamental de situer les libelles à l’intérieur de l’histoire du livre, et d’étudier les mécanismes économiques de l’industrie éditoriale, ainsi que les différentes figures professionnelles qui rendirent possible la diffusion publique de la polémique16. Il est paradoxal que l’Interdit, qui se situe dans une période d’activité éditoriale exceptionnelle en Italie, ait rarement été abordé sous cet angle17. Pour mener à bien cette analyse, il est enfin utile de s’arrêter sur les caractéristiques matérielles des libelles au moyen d’une bibliographie analytique précise18. Cette étude nous permettra de formuler des hypothèses nouvelles, et, à mon avis, importantes, sur la spécificité et l’impact de l’impression dans la polémique.

Choix du champ de bataille – du manuscrit à l’imprimé

  • 19 F. DE Vivo, « Dall’imposizione del silenzio alla “guerra delle scritture”. Le pubblicazioni uffici (...)

6La métaphore de la guerre des libelles peut offrir un point de départ utile pour analyser la polémique de l’Interdit. Si c’est de guerre qu’il s’agit, il faut en premier lieu situer le champ de bataille. Ce sont les acteurs eux-mêmes qui le choisirent en passant, non sans de nombreuses résistances, de la censure au manuscrit et enfin à l’imprimé. Comme je l’ai montré ailleurs, l’Interdit ne présentait initialement aucune des caractéristiques qui en firent plus tard une controverse19. La République répondit à Paul V à coups de décrets et non de libelles. Placardés sur les murs, proclamés à son de trompe, et enregistrés dans les archives du gouvernement, ces décrets interdisaient la publication de l’ordonnance papale proclamant l’interdit, et allaient même jusqu’à prétendre en ignorer le contenu. Loin d’encourager les réfutations imprimées des arguments du pape, la République préféra les refuser catégoriquement : plus que d’une polémique, il s’est agi au départ d’un dialogue de sourds.

  • 20 Voir M. Infelise, Prima dei giornali. Alle origini della pubblica informazione (secoli xvi e xvii)(...)
  • 21 L’ambassadeur anglais à Venise envoie par exemple à Londres un texte en vénitien qu’il décrit comm (...)
  • 22 Dépêches de l’ambassadeur anglais du 5, 19 et 26.05.1606, in NA, State Papers 99/3, cc. 68, 80, 86 (...)
  • 23 Bibliothèque du Musée Correr, Venise, Manuscrits Donà delle Rose 486 et 487.

7Mais la prolifération d’informations manuscrites réduisit à néant les effets de la censure gouvernementale : feuilles périodiques (avvisi20), dissertations polémiques en prose et textes en vers parfois décrits par les contemporains comme des « pasquinades » (mais on ignore si certains d’entre eux étaient placardés sur la statue de Pasquin ou son équivalent vénitien, le « Bossu du Rialto21 » ). Il est difficile d’évaluer l’ampleur effective de cette littérature sur la base des textes qui nous sont parvenus, dont des versions plus ou moins semblables et difficilement comparables sont dispersées dans différentes bibliothèques. Il est probable que ceux-ci ne constituent qu’une partie des textes alors en circulation. Les diplomates étrangers à Venise ont tous remarqué la diffusion de nombreux textes qu’ils adressaient régulièrement à leurs cours22. Malgré l’usage fréquent du dialecte vénitien et l’allure expressément populaire qu’ils se donnent souvent, ces textes suscitaient manifestement l’intérêt de milieux cultivés et bien informés. Un recueil d’une cinquantaine de textes occupe ainsi deux volumes de la correspondance entre le doge Leonardo Donà et son frère Nicolò23. Pendant toute la durée de l’Interdit, en pleine période d’essor de l’imprimerie, le manuscrit continue ainsi à jouer un rôle important dans la communication politique.

  • 24 F. De vivo, « “Il vero termine di reggere il suddito” : Paolo Sarpi e la gestione dell’informazion (...)
  • 25 Réédité dans Sarpi, Istoria dell’Interdetto e altri scritti, op. cit., vol. 2, p. 171-184.
  • 26 Sur Marsilio, voir Benzoni, « I teologi minori », op. cit., p. 78-88.

8Selon Sarpi, la polémique imprimée commença du côté des partisans de l’Interdit. En réalité, nous savons que c’est le contraire qui est vrai24. C’est Sarpi lui-même qui, au début du mois de mai, au moment même où la République répondit à l’ordonnance papale, publia le premier libelle de la controverse. Il prépara pour la publication deux anciens traités de Jean Gerson, héros du gallicanisme français, sur la valeur de l’excommunication, qu’il fit précéder d’une lettre anonyme, prétendument écrite à Paris à l’occasion du conflit avec Paul V25. Deux semaines plus tard paraissait la Réponse d’un docteur en théologie à une lettre d’un ami révérend, qui définissait l’interdit comme injuste et juridiquement nul. L’auteur anonyme, Giovanni Marsilio, était l’un de ces professionnels de la plume qui vivent aux marges du pouvoir. Jésuite apostat originaire de Naples, il était venu à Venise pour y travailler comme précepteur auprès de familles patriciennes ; il ne publia pas moins de quatre libelles pendant l’Interdit, et au cours des années suivantes il tenta (généralement sans succès) d’obtenir un emploi public dans l’État, il écrivit des textes de célébration pour le doge et sa famille, et travailla comme informateur au service de l’ambassadeur anglais26.

  • 27 Cozzi, « Paolo Sarpi », op. cit., p. 92, parle de « publication officielle ».
  • 28 Archivio di Stato di Venezia (noté désormais ASV), Consultori in iure, f. 537, cc. 36 v-38.
  • 29 Dépêche de l’agent du duc de Modène du 5.06.1606, cité dans Cozzi, « Paolo Sarpi », op. cit., p. 9 (...)

9Qui autorisa l’impression de ces libelles ? Dans cette première phase, le gouvernement ne paraît avoir aucune part de responsabilité27. On n’a pas de preuve d’un quelconque encouragement donné par les autorités à une telle publication, et on sait même au contraire que de nombreux patriciens à l’intérieur du gouvernement y étaient ouvertement hostiles. À la fin du mois de mai, le Collège refusa la publication de textes présentés par Sarpi, par le sénateur Antonio Querini, et par le diplomate et écrivain Giovan Battista Leoni. Leur proposition ne fut même pas présentée au Sénat28. Les libelles imprimés de Sarpi et Marsilio minimisent d’ailleurs les liens avec Venise : tous deux paraissent sous couvert d’anonymat, sans autorisation, nom d’imprimeur, ni lieu d’édition, et se présentent en outre comme ayant été écrits en dehors de Venise, comme pour mieux souligner leur distance par rapport à la République. Quelques semaines seulement après leur publication, les libraires, apeurés, semblent déjà les vendre sous le manteau29, ce qui paraîtrait hautement invraisemblable si le gouvernement en avait officiellement soutenu l’impression.

  • 30 Dépêche du 6.05.1606, in C. P. De magistris, Carlo Emanuele I e la contesa fra la Repubblica Venet (...)
  • 31 F. Micanzio, Vita del Padre Paolo, in P. Sarpi, Istoria del concilio tridentino, éd. C. Vivanti, T (...)

10Le seul témoin d’un engagement officiel en faveur de la publication de libelles est l’ambassadeur de Savoie, qui affirme que « ces Seigneurs font imprimer et vendre » le libelle de Gerson publié par Sarpi30. Il est toutefois probable que ce critique sévère de la République ait étendu à l’ensemble des patriciens une affirmation qui n’est valable que pour une partie d’entre eux. En effet, alors que le gouvernement voulait à toute force supprimer toutes les informations sur le conflit, certains patriciens avaient intérêt à diffuser des textes polémiques pour soutenir leurs positions. Ce n’est pas un hasard si le libelle de Sarpi défendait la ligne du lien avec la France, celle-là même que les patriciens qui lui étaient liés soutenaient à l’intérieur du gouvernement. Cette collaboration apparaît clairement dans le récit de Fulgenzio Micanzio, biographe et collaborateur de Sarpi pendant l’interdit : Sarpi « fit voir [le texte de Gerson] à certains sénateurs très importants, qui […] sous leur autorité le firent traduire par le père31 ». Contre l’opposition du pouvoir central, certains patriciens étaient disposés à apporter leur soutien à la publication imprimée. Le conflit de l’Interdit créa les conditions d’une convergence d’intérêts entre certains hommes politiques qui perçurent dans l’impression un instrument d’influence et des auteurs ou éditeurs qui virent dans la controverse une opportunité de promotion personnelle ou de profit économique. Les origines de la polémique imprimée se trouvent dans cette collaboration, active autant qu’informelle.

Le pouvoir entre en lice – autorisation et contrôle des publications

  • 32 Condamnation datée du 27.06.1606, F. H. Reusch, Der index der Verbotenen Bücher. Ein Beitrag zur K (...)
  • 33 Les dates de publication de ces libelles peuvent être déduites de documents externes, comme les av (...)
  • 34 Dépêche du 2.06.1606, in ASV, Senato, Dispacci Padova, f. 3, cc. nn.
  • 35 Les libelles des trois cardinaux sont republiés à Crémone par Cristoforo Draconi et Baruccino Zann (...)

11Rome réagit aux premiers libelles d’une manière qui durcit encore le conflit. Au mois de juin, l’Inquisition les condamna en usurpant l’autorité de la Congrégation de l’Index, ce qui montre à quel point les moments polémiques exceptionnels pouvaient perturber les équilibres entre institutions32. Un mois plus tard paraissaient les réponses favorables au pape de théologiens (dont certains étaient aussi membres du Saint-Office), avec au premier rang les cardinaux Robert Bellarmin, César Baronius et Ascanio Colonna33. Ces publications romaines levèrent les hésitations du gouvernement. Tant que l’attaque contre Venise circulait de manière manuscrite, on pouvait feindre de l’ignorer. Au début du moins de juin, le Collège ordonna ainsi qu’une pasquinade hostile découverte à Padoue soit brûlée avant même d’être présentée au Sénat34. Mais quand l’Inquisition passa aux condamnations publiques et que les cardinaux publièrent des libelles en plusieurs milliers d’exemplaires, il devient impossible d’empêcher la diffusion de l’attaque, d’autant plus que les libelles étaient imprimés en différentes éditions de petit format, et en dehors des frontières dans le but de pénétrer en territoire vénitien35.

12C’est alors seulement – au cours d’un été de forte tension internationale et interne – que la République prit le parti de la publication imprimée. Le 4 août, le Sénat institua une commission de théologiens chargés d’examiner certains textes pour en autoriser l’impression :

  • 36 Décret du 4.08.1606, in ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 15, c. 101 (112 voix pour, 3 (...)

Étant opportun de permettre que paraissent les écritures déjà faites ou encore à faire concernant les très justes raisons de notre République dans les négociations actuelles avec le Pape, pour que la justice de notre cause apparaisse d’autant plus claire au Monde36.

  • 37 Décret du 10.08.1606, in ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 15, c. 104.
  • 38 ASV, Collegio, Lettere segrete, f. 43, cc. nn., 11.08.1606.

13Au cours des semaines suivantes, le Sénat félicita l’initiative de ceux qui, comme l’ambassadeur de Venise à Paris, étaient parvenus à engager des auteurs étrangers favorables à la cause vénitienne37. Le Collège contacta également les conseillers juridiques qui, en secret et sous forme manuscrite, avaient au cours des mois précédents adressé des avis au gouvernement : il leur était maintenant demandé de préparer ces mêmes textes pour l’impression38.

  • 39 Sur la censure à Venise, voir P. F. Grendler, The Roman Inquisition and the Venetian Press (154016 (...)
  • 40 ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 15, c. 101 v.

14La querelle bouleversa les rapports traditionnels entre l’imprimé et les autorités. Ces dernières supervisaient habituellement la censure des livres. Or, l’urgence du conflit entraîna le passage d’un usage négatif à un usage positif de l’édition. Il est toutefois important de souligner que le décret autorisant le passage à l’impression avait bien pour but la mise en place d’un régime spécial de censure préventive pour les libelles consacrés à la querelle avec Rome. Le Sénat voulait bien entendu les soustraire au contrôle de l’inquisiteur (qui conserva cependant ses pouvoirs de censure pour les livres sans rapport avec la controverse)39. Il ne semble pas que la République ait tenté de contraindre l’inquisiteur à autoriser les libelles, ni qu’elle ait songé à des publications sans autorisation, puisque le Sénat ne nomma pas moins de sept censeurs pour « serv [ir] les bonnes lois [ordini] ordinaires de la Cité en matière d’impressions », conformément « à la piété habituelle, et à la Religion Catholique Chrétienne que notre République a toujours professées en de telles sortes d’écritures40 ». L’institution d’une commission si nombreuse avait pour but d’écarter l’accusation d’hérésie, et fournit d’ailleurs plus tard aux défenseurs de Venise des arguments dans ce sens. Comme devait l’affirmer l’un des libelles :

  • 41 Avvertimento et ammonitione catolica al Padre Antonio Posseuino Giesuito. Contenvta in vna Lettera (...)

Je ne crois pas non plus qu’il suffise d’alléguer, pour couvrir de haine et de déshonneur les écritures de cette Cité, qu’elles ont été imprimées sans l’autorisation du Père Inquisiteur, puisqu’au lieu d’un seul que vous avez à Bologne, ils en ont ici sept41.

  • 42 Oppositions au décret du 4.08.1606, in ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 15, c. 102.

15L’institution d’un organe censorial ad hoc est une mesure importante pour deux raisons. En premier lieu, elle aide à comprendre le rapport entre imprimerie et pouvoir politique à Venise. Des historiens ont récemment insisté sur la convergence des attitudes de l’Église et de l’État en matière éditoriale, qui firent tous deux de la censure une priorité. L’Interdit nous en apporte une confirmation : les patriciens n’estimèrent pas possible de se passer de la censure même quand ils autorisèrent l’impression d’ouvrages polémiques contre Rome. Mais la censure posait d’évidentes difficultés aux autorités séculières, qui ne voulurent pas en assumer le contrôle directement et indépendamment de l’autorité religieuse (il y eut bien une proposition en ce sens, mais elle fut écartée après avoir obtenu un très petit nombre de voix42). La République refusait ainsi d’endosser la responsabilité du système.

16En second lieu, l’insistance sur la censure de la part des deux adversaires est un critère de comparaison important avec d’autres querelles imprimées du xviie siècle. Pendant l’Interdit, le passage à l’imprimerie n’entraîna pas une totale liberté d’expression comme en France ou en Angleterre, où les institutions censoriales s’effondrèrent pendant la Fronde ou la guerre civile. À Venise, auteurs et éditeurs ne purent utiliser librement l’imprimerie pour publier ce qu’ils voulaient (ou qu’ils jugeaient que les lecteurs voulaient), notamment la littérature radicale ou religieusement hétérodoxe qui caractérisa d’autres querelles et qui, en 16061607, ne parut qu’en dehors des territoires de la République. Pour la même raison, la quantité de la littérature polémique de l’Interdit ne put atteindre les mêmes niveaux.

Reconnaissance des armées libelles, éditions, autorisation d’impression

  • 43 Avis daté du 27.10.1606, Biblioteca Apostolica Vaticana, Rome, Urbinate Latino 1074, c. 558.

17En Italie, l’Interdit a pourtant été un événement éditorial extraordinaire. Le passage à l’imprimerie démultiplia les possibilités de la polémique et accrut sa publicité de manière incomparablement plus élevée que d’autres moyens de communication, comme le montrent les avis publiés au cours de ces quelques mois et qui contiennent une grande quantité d’informations sur la production polémique pendant l’Interdit. Au début de la querelle, leurs auteurs pouvaient se permettre d’annoncer un par un les libelles des cardinaux, mais il devint vite impossible de maintenir ce rythme. Comme l’admit l’un des rédacteurs en octobre, « un si grand nombre d’écritures imprimées et manuscrites ont paru en réponse aux matières qu’on écrivit sur Venise, que cela forme un amas et il est donc superflu de les nommer43 ». Les termes employés sont significatifs. « Amas » (subisso) : une masse innombrable, au point de rendre inutile le décompte individuel de libelles qui se confondent sans distinction. Précise ou non, l’image exprime bien l’impact de l’imprimerie sur ses observateurs.

  • 44 Denis Richet a étudié une polémique de la même période avec des méthodes quantitatives, mais il a (...)
  • 45 W. ST Clair, The Reading Nation in the Romantic Period, Cambridge, Cambridge University Press, 200 (...)

18Comment aborder l’analyse d’une masse de libelles qui effrayaient déjà les contemporains et même les mieux informés d’entre eux ? Pour rester dans la métaphore de la guerre des libelles, il faut passer de la reconnaissance du champ de bataille à l’inspection des armées. À cette fin j’ai constitué une bibliographie analytique des différentes éditions parues au cours de l’Interdit, que j’espère publier prochainement. Elle est basée sur la consultation matérielle des fonds de la British Library et de la Bibliothèque nationale de France (qui disposent de catalogues numérisés et permettent une vue d’ensemble des ouvrages publiés à une certaine date), ainsi que d’un ample recueil de 374 libelles reliés en soixante-deux volumes et conservés à la bibliothèque Marciana de Venise. Cette bibliographie délivre une série d’informations quantitatives importantes. Comme on sait, les méthodes quantitatives sont inadaptées à l’étude des textes : il est non seulement difficile mais également trompeur de soumettre à de telles analyses les récurrences textuelles, les argumentations, les genres44. Mais les aspects matériels des livres peuvent faire l’objet d’un calcul, notamment les données sur la production de libelles (ouvrages, éditions, auteurs, autorisations) et sur leur aspect éditorial (formats et dimensions). Comme l’a récemment démontré William St Clair, ces chiffres peuvent éclairer toute une littérature : ils peuvent éclairer sa composition et sa publication, et aussi sa réception45.

  • 46 F. Scaduto, Stato e Chiesa secondo Fra Paolo Sarpi e la coscienza pubblica durante l’interdetto di (...)

19La bibliographie fait d’abord apparaître une production littéraire extrêmement abondante, bien au-delà des attentes. La bibliographie la plus riche publiée jusqu’alors, celle que Francesco Scaduto fit paraître en 1885, recensait 96 titres en 126 éditions46. La mienne double presque ce chiffre, et dénombre 142 ouvrages différents, imprimés en 295 éditions. Quoique de peu, Rome dépasse Venise à la fois par le nombre d’ouvrages (73 contre 69) et d’éditions (152 contre 143), mais il est probable que les deux adversaires s’équivalent en termes d’exemplaires imprimés, parce que Venise privilégiait les éditions de petit format à plus gros tirage. Il s’agit d’un point crucial sur lequel nous devrons revenir.

20La distinction entre ouvrages et éditions différentes – sur la base du format, de la foliation, de la pagination, et d’éventuelles variantes dans la mise en page ou dans le texte – échappe aux historiens qui se bornent à répertorier les titres fournis par les catalogues de bibliothèques. Cela peut paraître à première vue une question de bibliophilie érudite. En réalité, une telle enquête délivre des informations essentielles pour apprécier l’impact de la polémique, qui en sort totalement transformée. Dans un envoi adressé fin juillet à ses clients résidant hors de Rome, un rédacteur d’avis romain annonce ainsi la publication du premier libelle romain, la Réponse de Bellarmin aux libelles vénitiens du mois de mai :

  • 47 Avis romain du 26.07.1606, in Archivio Segreto Vaticano, Rome, Segreteria di Stato, Avvisi, b. 2, (...)

Jamais sans aucun doute ne parut d’ouvrage imprimé qui se soit tant vendu que le petit volume du cardinal Bellarmin publié lundi en réponse à 2 petits livres ayant circulé ces jours-ci sans nom d’auteur […] au point que vendredi et samedi sur les mille qui ont été imprimés il n’en restait plus que la moitié, […] c’est pourquoi il fut ordonné qu’on en imprime autant in-octavo, les premiers étant des in-folio47.

21Objet évident de fortes attentes, le libelle de Bellarmin est épuisé en quelques jours et aussitôt republié dans un plus petit format ; il est réédité quatorze fois au cours des mois suivants, et il est même décomposé en deux parties à leur tour divisées en deux autres ; il est également publié en français et en latin. D’autres pamphlets romains ont joui du même succès, comme la Paraenesis du cardinal Baronius qui a fait l’objet de onze éditions.

  • 48 Voir P. Gaskell, A New introduction to Bibliography, Oxford, Clarendon Press, 1972, p. 160-164, ; (...)

22En republiant les textes en plusieurs éditions se succédant à un rythme souvent rapproché, les éditeurs des libelles en démultiplient l’impact. On a souvent abusé du lieu commun selon lequel l’imprimerie a accru la diffusion des textes, mais cet accroissement est dû surtout à la multiplication des éditions. Pour des raisons économiques bien connues des historiens du livre, un imprimeur n’avait pas intérêt à imprimer plus de 1 500 exemplaires d’une édition in-quarto48. C’est donc la réédition qui augmente sensiblement les chiffres. Si on fait l’hypothèse d’un tirage moyen de mille exemplaires pour chaque in-quarto, et d’un chiffre compris entre mille et deux mille exemplaires pour une édition in-octavo, la multiplication et la diversification des éditions des libelles de l’Interdit suggère que nous nous trouvons en présence d’une masse énorme de matériel polémique, peut-être 350 000 libelles imprimés et vendus en un peu plus de huit mois. Nous allons examiner d’autres données concernant la distribution des libelles, mais il est d’ores et déjà évident qu’on ne peut parler d’une polémique limitée à une élite intellectuelle et sociale restreinte.

  • 49 Ces données sont tirées de ASV, Capi del Consiglio di Dieci, Notatorio, r. 33 e f. 17.
  • 50 H. F. Brown, The Venetian Printing Press. An Historical Study Based Upon Documents for the Most Pa (...)
  • 51 M. Infelise, L’editoria veneziana del’700, Milan, Franco Angeli, 1989, p. 71-99.
  • 52 Sarpi, Opere, op. cit., p. 634 ; voir aussi P. Sarpi, Scritti giurisdizionalistici, ed. G. Gambari (...)

23Avant d’en venir là, on peut également mesurer les distances et différences entre les deux adversaires en étudiant le nombre des autorisations d’impression. Seuls 26 libelles favorables à Venise (35 % d’entre eux) exhibent une autorisation sur le frontispice, tandis qu’à Rome la proportion est de neuf sur dix (les 10 % restants ne comprennent que des éditions publiées en dehors des États du pape). Il est encore plus surprenant que seules huit autorisations vénitiennes aient été enregistrées par le Conseil des Dix avec la formule prévue par la commission expressément nommée (comme nous l’avons vu) par le Sénat49. Pour les 18 autres libelles, il faut probablement parler d’autorisations tacites : les autorités ont fermé les yeux et laissé paraître un ouvrage exhibant une autorisation qu’il n’avait pas obtenue, peut-être parce qu’on ne la lui avait accordée que verbalement. On connaissait à Venise l’existence de cette pratique éditoriale, qui y était cependant interdite depuis 156650. Le fait qu’elle ait été permise pendant l’Interdit montre que le gouvernement entendait se tenir à distance de la querelle. Au xviiie siècle, en effet, quand les autorisations tacites devinrent la norme, au moins étaient-elles enregistrées par les censeurs51. Le silence des archives pendant l’Interdit montre que le gouvernement ne voulait pas engager sa responsabilité dans la polémique. Comme Sarpi l’expliqua plus tard, l’autorisation avait valeur de reconnaissance : « le monde prendra alors les choses dites ici comme si elles étaient des opinions publiques52 ». À Venise, le pouvoir souverain s’engagea de manière nettement moindre qu’à Rome dans la gestion de la polémique.

24Même au plus fort de la polémique, les rapports entre imprimerie et pouvoir étaient donc rien moins que simples, comme le confirme également l’analyse des frontispices des libelles : choix du titre, connotation des auteurs, présentation graphique. Seuls de très rares libelles exhibaient clairement leur association avec la République, le lion de saint Marc, ou l’appartenance des auteurs à des offices publics liés au gouvernement.

  • 53 Voir la réaction du Sénat au petit livre de Nicolas Vignier dans E. Cornet, paolo V e la Repubblic (...)

25Pour revenir à la métaphore guerrière, on peut constater que les libelles s’alignent sur un seul front, mais en ordre dispersé et en troupes séparées, à distance variable du commandement officiel. Seul un petit détachement d’une dizaine de libelles arborent l’ensemble des signes de reconnaissance officiels, et seul un très petit nombre d’entre eux portent les traces d’une participation gouvernementale à leur distribution. Il s’agit des œuvres de Sarpi et Querini, du Traité des sept théologiens, et des ouvrages des juristes enrôlés par le gouvernement et par ses ambassadeurs. Un deuxième groupe, plus abondant, comprend les libelles privés de tout lien explicite avec la République, publiés sans autorisation, et généralement anonymes. Tous ces libelles soutiennent au moins indirectement la République. Un troisième groupe rassemble enfin ceux que non seulement celle-ci n’a pas sollicités, mais qu’elle jugea même indésirables. Il s’agit en particulier de certains textes fortement hétérodoxes publiés hors des frontières de la République. On est en présence de l’une des conséquences involontaires de la guerre des écritures : les auteurs de ces libelles menaient leur propre bataille contre la Papauté, différente de celle de Venise et même préjudiciable à la République (comme en témoigne la réaction du Sénat53).

Le recrutement des troupes – auteurs et imprimeurs

26Pour mener une telle guerre des écritures, il était fondamental que les troupes engagées dans le combat touchent leur solde : il fallait enrôler des auteurs pour qu’ils écrivent des libelles et des imprimeurs pour qu’ils les impriment. L’analyse quantitative fait apparaître à ce propos des différences importantes, qui révèlent des divergences essentielles dans les rapports entre imprimerie et pouvoir dans les deux États. Les conditions dans lesquelles ont travaillé les deux catégories de soldats de la guerre des écritures étaient manifestement très différentes à Venise et à Rome.

  • 54 Décrets datés du 22.11.1606, in ASV, Senato, Terra, r. 76, cc. 163r-v, et du 2.05.1607, ibid., r. (...)
  • 55 De nombreux exemples sont cités dans Benzoni, « I teologi minori », op. cit.
  • 56 Documents cités dans E. A. Cicogna, Delle iscrizioni veneziane, Venise, Editor l’autore, 1824-1853 (...)
  • 57 Voir une supplique de Vendramin datée du 25.12.1612, in ASV, Riformatori dello studio di Padova, b (...)

27Les chiffres concernant les auteurs sont particulièrement surprenants. Venise ne put en aligner que trente contre les cinquante-et-un de son rival. Le nombre plus élevé d’auteurs favorables au pape n’est pas nécessairement dû à un niveau plus élevé d’engagement idéologique. Le riche système de mécénat dont disposait l’Église a joué un rôle important, et a constitué un avantage essentiel à une époque où l’écriture ne permettait pas de gagner sa vie et où les bénéfices, les prébendes, et les charges institutionnelles étaient des sources de subsistance cruciales pour les écrivains. À Venise aussi les auteurs de libelles espéraient quelque avantage matériel ou social – le Véronais Alessandro Lisca, par exemple, publia un libelle au moment même où un conflit portant sur des terres avait donné lieu à un procès que plus tard le gouvernement de Venise l’aida à gagner, et il obtint également un titre nobiliaire54. Mais les moyens de rémunération de la République étaient beaucoup plus limités que ceux de l’Eglise. Comme l’a montré Gino Benzoni, certains des auteurs de l’Interdit durent au cours des années suivantes rivaliser entre eux pour obtenir le soutien du gouvernement55. Par exemple, en 1608 deux auteurs de l’Interdit, Giovanni Marsilio et Ottavio Menini, se portèrent tous deux candidat à la chaire de rhétorique de l’école de Saint-Marc. Tous deux furent écartés, ce qui poussa Menini à proposer au nonce sa rétractation56. Quatre ans plus tard il postule de nouveau à la même chaire, cette fois en compétition avec un autre auteur de l’Interdit, Girolamo Vendramin57.

  • 58 Ces dédicaces, respectivement au doge et à Antonio Querini, se trouvent dans G. Lonigo, Consilivm (...)

28Deux autres aspects des libelles confirment que la collaboration est plus grande à Rome qu’à Venise entre le pouvoir et les auteurs. En premier lieu, les libelles romains contiennent un nombre considérablement plus grand de dédicaces, moment fondamental de la relation entre un auteur et son protecteur. Alors qu’à Rome presque la moitié des libelles sont dédiés à un personnage important – au pape, au cardinal-neveu, au roi d’Espagne – seuls deux libelles vénitiens contiennent une dédicace58.

  • 59 Dépêche du 29.09.1606, in ASV, Senato, Dispacci Francia, f. 35, c. 359v.
  • 60 Dépêche datée du 16.08.1606, in ASV, Senato, Dispacci Milano, f. 30, c. 118v.

29En second lieu, le pourcentage d’anonymes et de pseudonymes est largement supérieur dans le cas des libelles favorables à Venise (34 libelles et 66 éditions, environ la moitié, contre un peu plus que 10 % des libelles romains). Dissimuler son identité avait une importance cruciale pour des auteurs qui craignaient les répercussions possibles d’une prise de position publique contre l’Eglise. Une fois terminé le conflit entre Rome et Venise, qui les protégeraient des foudres de l’Inquisition ? Même à l’étranger, les auteurs pro-vénitiens craignaient les conséquences de la publication d’ouvrages contre Rome. L’ambassadeur vénitien à Paris, par exemple, réussit à convaincre certains auteurs d’écrire en faveur de la République, mais tous posèrent l’anonymat comme condition nécessaire59. Les ecclésiastiques – qui furent nombreux de part et d’autre – craignaient sans doute qu’on leur retire leurs offices, mais les écrivains laïques n’étaient pas plus courageux. Le juriste milanais Menocchio, par exemple, supplia la République de ne pas imprimer l’avis manuscrit qu’il avait envoyé au début de la controverse : « Non, pour l’amour de Dieu, qu’on ne pense pas à de pareilles choses, parce que cela reviendrait à me ruiner dans le Monde60. » On peut conclure que les auteurs considéraient le pape à la fois comme un meilleur protecteur et comme un pire ennemi que la République.

30On remarque une autre différence entre les deux antagonistes si on passe des auteurs aux professionnels de l’édition qui se sont impliqués dans la guerre des écritures. Dans les États de l’Église on connaît une trentaine d’imprimeurs qui publièrent en tout 91 éditions. Tout les États participèrent à la querelle, avec un réseau de typographes répartis entre Rome (six imprimeurs, 28 éditions), Bologne (cinq imprimeurs, 36 éditions, et Ferrare (15 éditions, toutes produites par le même imprimeur). Les libelles vénitiens, quant à eux, indiquent les noms de huit imprimeurs seulement (et l’un d’eux, comme nous verrons, est probablement un pseudonyme). Dans une industrie éditoriale centralisée comme l’était celle de Vénétie, basée sur les imprimeries prospères de la capitale, il est normal que la publication de libelles se soit concentrée à Venise (cinq imprimeurs, 25 éditions), avec peu d’éditions publiées à Padoue (deux imprimeurs, neuf éditions), et très peu dans d’autres villes de la terre ferme (Bergame, Brescia, Vicence).

  • 61 Édit du 30.10.1606 non mentionné par Reusch ; une copie se trouve à la British Library, Londres, 1 (...)

31Encore une fois, ces différences quantitatives peuvent être expliquées à la lumière des rapports entre imprimerie et pouvoir : l’implication privée dans la querelle reflète celle des autorités publiques. D’un côté, les imprimeurs vénitiens craignirent sans doute les représailles auxquelles ils s’exposaient en prenant position contre la plus puissante autorité censoriale d’Italie. Au plus fort du conflit, un imprimeur engagé à Venise, Roberto Meietti, vit non seulement ses libelles condamnés à Rome, mais tout son catalogue interdit par un édit de l’Index61. D’un autre côté, ils ont sans doute trouvé bien peu prometteuses les hésitations du gouvernement. Alors que les imprimeurs officiels publièrent des libelles favorables au pape à Rome, Ferrare et Bologne, l’imprimeur ducal ne publia aucun libelle à Venise.

  • 62 Cf. ASV, Arti, b. 163.2, c. 68v (sur les contributions des membres aux dépenses de la corporation) (...)
  • 63 Grendler, « Books for Sarpi… », op. cit., p. 106, et Id. The Roman Inquisition and the Venetian Pr (...)
  • 64 Cf. Rhodes, « Roberto Meietti e alcuni documenti. », op. cit. ; auxquels il faut ajouter les libel (...)
  • 65 On estime que le papier représentait à cette époque 70 à 75 % des dépenses des imprimeurs, voir Ga (...)
  • 66 Chartier, « Pamphlets et gazettes », op. cit.

32Enfin, les imprimeurs engagés des deux côtés se distinguent non seulement pas leur nombre global, mais aussi par l’importance de chacun d’entre eux. Alors que de grandes et petites maison d’édition travaillèrent pour le pape, aucun éditeur important ne publia de libelles contre lui. La grande société internationale des Giunti, par exemple, publia trois libelles contre la République à Florence, mais aucun en sa faveur à Venise. Meietti, l’imprimeur-éditeur le plus actif dans la publication de libelles vénitiens, était un membre peu important de la corporation vénitienne62. Homme prêt à prendre des risques (il avait déjà eu des problèmes avec le Saint-office en 159863), Meietti publia treize libelles en seize éditions et neuf autres libelles sans nom d’imprimeur ou sous un pseudonyme64. L’Interdit lui offrait une précieuse opportunité commerciale. La publication de libelles est une activité idéale pour un petit imprimeur : le coût est minime et le profit est rapide et sûr, puisque l’intérêt suscité par les événements draine les acheteurs. L’investissement initial est limité, car les libelles se font avec peu de papier et que les caractères en plomb ne sont immobilisés que pour une courte durée – or ce sont les deux dépenses les plus importantes d’un imprimeur65. Un bref pamphlet d’une douzaine de pages est fabriqué en une journée en un millier d’exemplaires, et se vend rapidement. Comme l’a montré Roger Chartier dans une étude sur les pamphlets français de la même époque, leur production fut une planche de salut pour une industrie éditoriale en crise66.

Stratégies de diffusion libelles pour la distribution et libelles pour la vente

  • 67 Avis du 12.08.1606, in ASV, Inquisitori di Stato, b. 1213, fase. 2, cc. nn.
  • 68 Lettre du 12.08.1606 in Canaye, Lettres, op. cit., vol. 3, p. 166.

33Par rapport au manuscrit, l’imprimerie a rendu possible une diffusion énormément accrue des textes polémiques, non seulement parce qu’elle a multiplié les exemplaires en circulation, mais aussi parce qu’elle a considérablement réduit leur prix. En offrant à l’un de ses clients une série de textes manuscrits et imprimés, un rédacteur d’avis l’avertit ainsi du coût plus élevé des premiers : « Ces Écritures coûtent plus cher que les imprimées, et il faudra avoir une bourse bien remplie, si on voulait toutes les envoyer, car certaines coûtent presque un écu ». Dans le cas des ouvrages imprimés, le prix diminue sensiblement parce qu’« on vend l’ouvrage et non l’écriture » : l’imprimerie limite les coûts de production en éliminant la main d’œuvre du copiste67. C’est d’ailleurs à la suite de la publication des libelles des cardinaux romains et de la décision vénitienne de répondre par l’imprimerie que (comme nous l’avons vu) l’ambassadeur français à Venise se plaignit que la controverse allait être connue des barbiers et lavandières68. Reste à comprendre plus précisément la manière dont la circulation de libelles a vraiment pu atteindre des milieux sociaux aussi vastes. Pour reprendre une dernière fois la métaphore de la guerre des écritures, il me semble qu’on peut essentiellement parler de deux stratégies : la distribution effectuée par les autorités et la vente par les canaux ordinaires du marché du livre.

  • 69 Lettres du 5 et du 23.09.1606, in ASV, Collegio, Lettere comuni, f. 112, ce. nn. et Lettere segret (...)
  • 70 Dépêche du 3.09.1606 in ASV, Senato, Dispacci Verona, f. nn. (1606), cc. nn. Peut-être notamment e (...)
  • 71 Voir par exemple la lettre du cardinal Borghese aux nonces du 5.08.1606, De magistris, Carlo Emanu (...)

34Au tout début du mois de septembre, le Collège envoya aux recteurs de la terre ferme cinquante exemplaires, tout juste sortis des presses, des premiers libelles de Sarpi et Querini ainsi que du Traité des sept théologiens – soit les ouvrages les plus proches du point de vue officiel de la République. Quelques semaines après, le Collège en expédia encore autant, et il le fit à nouveau par la suite chaque fois que les recteurs le demandèrent69. Les recteurs de Vérone allèrent même jusqu’à demander cinq cents exemplaires des Considérations de Sarpi et du Traité des sept théologiens « pour les dispenser gratuitement à ces monastères et aux autres religieux […] dont beaucoup sont pauvres et il est donc probable qu’ils évitent de faire cette dépense70 ». La République était prompte à contourner les canaux commerciaux de la distribution du livre pour atteindre des publics spécifiques – surtout les élites locales et le clergé. Il est probable que Rome était encore plus active que Venise dans cette manière de faire. La diffusion des libelles romains pouvait s’appuyer sur les canaux de la hiérarchie ecclésiastique : le secrétariat d’État les envoyait régulièrement aux nonces, et les auteurs membres d’ordres religieux pouvaient compter sur des réseaux entiers de couvents et confraternités71. À Venise, il ne s’est agi au contraire que d’une stratégie minoritaire qui a concerné un petit nombre de trois ou quatre titres. On ne peut parler de commande d’État que dans ces quelques cas.

35Il en résulte que les imprimeurs romains obtinrent l’aide financière des commanditaires ou même des auteurs, alors que leurs collègues vénitiens durent tenir soigneusement les comptes pour mettre en œuvre une seconde stratégie, essentiellement fondée sur les mécanismes commerciaux de l’offre et de la demande. En ce qui concerne la majorité des libelles pro-vénitiens, que les autorités n’étaient pas promptes à reconnaître et encore moins à distribuer, les imprimeurs tentèrent d’augmenter leurs ventes en baissant le prix des livres. Pour atteindre cet objectif, ils s’efforcèrent par tous les moyens de réduire leurs coûts. On trouve la trace de cet effort dans les chiffres concernant le format et la longueur des libelles vénitiens. Venise a un pourcentage plus élevé d’éditions in-octavo (37 % contre 29 % à Rome). La taille de 54 éditions favorables à Venise (presque 38 % d’entre elles) est inférieure à une feuille et demie, pliée en quatre ou huit, contre seulement 22 éditions favorables au pape (moins de 15 %). Ces chiffres montrent que les imprimeurs vénitiens ont tenté de multiplier les tirages sans augmenter leurs coûts, liés en particulier à la quantité de papier, en réduisant les dimensions des libelles. Cette stratégie eut des effets fondamentaux sur la diffusion de la polémique.

36La distinction entre vente et distribution n’a jamais été évoquée à propos de la querelle de l’Interdit, ni (à ma connaissance) pour d’autres querelles imprimées. Cette distinction a pourtant des conséquences essentielles sur les possibilités de diffusion de la polémique auprès du public de lecteurs. Le prix des livres apparaît comme un facteur fondamental de cette diffusion. Or, tant que la stratégie est celle de la distribution, le prix est sans importance, puisque c’est l’État qui finance : les imprimeurs peuvent même se permettre de maintenir des coûts de production élevés parce qu’ils prévoient de vendre aux autorités plutôt qu’à des particuliers. Mais il n’en va pas ainsi pour les libelles que les imprimeurs espèrent vendre au détail, et dont le prix doit être réduit au minimum. En transformant une difficulté économique – la faible quantité de capitaux – en un défi industriel – la réduction des coûts – les imprimeurs vénitiens ont saisi une opportunité commerciale extraordinaire et ont considérablement accru l’impact de la querelle de l’Interdit.

  • 72 P. De L’Estoile, Journal pour le règne d’Henri IV, éd. A. Martin, Paris, Gallimard, 1958-1960, vol (...)
  • 73 Les prix sont mentionnés dans les volumes Rari Veneti 261-264 et 266-267 de la bibliothèque Marcia (...)

37Les données disponibles sur le prix des livres donnent des indications sur cette extension du public. À Paris, Pierre de L’Estoile enregistra dans le détail l’acquisition d’une cinquantaine de textes concernant l’Interdit, qu’il paya en moyenne cinq sous français chacun, soit l’équivalent de vingt sous vénitiens72. Aucune information semblable n’est malheureusement disponible à Venise. Mais un point de comparaison intéressant est fourni par des annotations concernant 55 libelles reliés en six volumes de mélanges conservés à la bibliothèque Marciana. Le prix moyen des 37 libelles favorables à Venise est de 10,7 sous (et celui des libelles romains de presque vingt sous73). Ces prix doivent probablement être revus à la hausse, parce que les mélanges furent compilés après la querelle, à un moment où la demande était certainement moindre. Cependant, même en doublant le prix des libelles vénitiens, on obtient un chiffre semblable à celui des libelles acquis par L’Estoile, soit vingt sous. Cette somme représente un tiers du salaire journalier d’un maître maçon et la moitié de celui de ses ouvriers non qualifiés : c’est un prix considérable mais pas impossible.

  • 74 C. Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Flammarion, 198 (...)
  • 75 Raymond, Pamphlets and Pamphleering in Early Modern Britain, op. cit., p. 82-83 ; et cf. les petit (...)
  • 76 Je remercie James Shaw de m’avoir transmis ces informations, reconstituées sur la base des indicat (...)

38Mais ces moyennes dissimulent un chiffre encore plus surprenant : il concerne les pamphlets les plus courts qui, comme on l’a vu, constituent une grande partie des libelles vénitiens. Ce chiffre montre que les imprimeurs vénitiens réussirent admirablement bien à réduire les coûts et les prix au détail pour augmenter les ventes. L’Estoile n’a pas noté le prix des libelles les plus brefs, peut-être parce qu’il jugeait cette dépense dérisoire. Les mélanges de la Marciana nous permettent d’établir une distinction. Aucun des plus petits libelles in-quarto (pas plus longs que 3 feuilles et demie) ne coûte plus de six sous. Parmi eux, les libelles les plus petits – dix exemplaires contenant jusqu’à une feuille et demie (l’équivalent de 12 pages in-quarto ou 24 in-octavo) – ne coûtent que deux sous. C’est un prix très bas, celui-là même qu’au cours des années immédiatement précédentes le meunier Menocchio déboursa pour se procurer un Fioretto della Bibbia74. Même en doublant ce chiffre, on obtiendrait encore un prix de toute façon très abordable : le dixième du salaire journalier d’un ouvrier non qualifié, soit un coût relatif proche de celui des libelles politiques en Angleterre dans la première moitié du xviie siècle75. Dans les mêmes années, au marché du Rialto, avec quatre sous on pouvait acheter deux cents grammes de bœuf, une anguille ou un melon76. On ne sait pas combien de barbiers et de lavandières ont vraiment fait l’acquisition de libelles vénitiens, et encore moins ce qu’ils en ont pensé. Mais on sait au moins qu’ils pouvaient se permettre d’en acheter quelques-uns.

Conclusions

39Les spécificités de l’imprimerie comme industrie éclairent de manière évidente les dynamiques de la querelle. Les informations présentées dans cet article montrent que les logiques de production des deux adversaires étaient différentes. À Rome, commanditaires et auteurs prirent l’initiative de la publication polémique. Dans la République de Venise, au contraire, les autorités ne commandèrent que la publication d’un très petit nombre de libelles, et rares furent les auteurs disposés à entrer dans la polémique à des fins personnelles. Ce sont donc les imprimeurs qui menèrent bataille en faveur de Venise. Or, cela eut des conséquences fondamentales, notamment sur l’impact de la polémique. L’étude des controverses imprimées porte aisément à se concentrer sur les idées des auteurs et à oublier que leur impact était déterminé par l’industrie et l’habileté commerciale de ceux qui assuraient la production matérielle des pamphlets et en programmaient la distribution. C’est pourtant à eux qu’est dû le grand succès de la querelle à Venise. La grande force de Venise a consisté en une poignée de professionnels – surtout un éditeur-imprimeur entreprenant, Meietti – qui virent dans la querelle de l’Interdit une grande opportunité d’opérations commerciales et d’affaires. Et qui virent juste. Alors que peu de libelles romains ont reparu en de nombreuses éditions, la plus grande partie des vénitiens bénéficia de plus d’une édition, ce qui est un signe certain de succès commercial.

  • 77 La référence classique est bien entendu E. L. Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change (...)
  • 78 F. De vivo, « Le armi dell’ambasciatore. Voci e manoscritti a Parigi durante l’Interdetto di Venez (...)

40L’étude de l’Interdit permet aussi de formuler des hypothèses plus générales sur les spécificités de l’imprimerie, qui peuvent servir de terme de comparaison pour d’autres querelles de la même époque. L’imprimerie eut une immense influence sur la diffusion de la polémique. Comme nous l’avons vu, les textes manuscrits circulèrent abondamment pendant l’Interdit. Il est important d’insister sur la force du manuscrit en plein essor de l’imprimerie, à rebours d’une historiographie qui considère que l’imprimerie seule est porteuse de nouveautés77. Ce n’est pas un hasard si, en parlant de « guerre d’écritures », Sarpi utilisa délibérément un terme vague78. Cependant, le travail des imprimeurs réduisit le coût des textes polémiques, et surtout il transforma leurs modalités d’accès. La reproduction manuscrite n’est pas nécessairement coûteuse en elle-même : si l’on sait écrire et qu’on dispose des moyens et du temps pour le faire, c’est même peut-être la forme de transmission textuelle la moins coûteuse dans l’absolu. Mais le manuscrit suppose un lien personnel entre celui qui reproduit un texte et celui qui possède l’original. Cette forme de transmission textuelle relève donc de logiques de réseau et non de marché. On peut en dire autant, d’une certaine façon, pour la distribution d’ouvrages imprimés effectuée par les autorités à l’attention des classes dirigeantes locales et du clergé, et c’est pourquoi il est essentiel d’insister sur la distinction entre distribution et vente d’ouvrages imprimés. L’échange commercial de libelles ne suppose que l’argent nécessaire pour les acheter. Or il ne fallait, grâce à l’imprimerie, que peu d’argent pour se procurer un libelle. Alors que les autorités tendaient à limiter l’impact du conflit auprès d’un public sélectionné, les imprimeurs visaient une extension du marché : à la différence du gouvernement, ils voulaient atteindre le plus large public possible, en dehors de tout contrôle politique et de toute catégorisation. Il en résulte qu’une querelle comme l’Interdit ne peut être étudiée du seul point de vue de l’histoire intellectuelle ou de l’histoire politique des classes dirigeantes, mais doit être inscrite dans une histoire plus vaste de la culture et de la société.

41L’importance du passage à l’imprimerie n’est pas seulement liée à l’accroissement de l’échelle de diffusion de la polémique. Cette considération en implique une autre, concernant les relations entre communication et pouvoir. Le passage à l’imprimerie soustrait au moins partiellement le contrôle de la polémique au pouvoir souverain. Il ne fait certes aucun doute que l’imprimerie a été une arme entre les mains du pouvoir, dont il s’est servi dans le contexte de querelles comme l’Interdit. Mais l’imprimerie était une industrie complexe, obéissant à des mécanismes économiques en grande partie étrangers aux relations de pouvoir ; les imprimeurs répondaient à des logiques commerciales, et ils avaient donc des priorités, des potentialités, et des contraintes spécifiques. Ils travaillaient pour vendre, non pour convaincre ; ils avaient intérêt à augmenter les ventes et non à limiter l’impact de la querelle. Souvenons-nous une dernière fois de la métaphore de la guerre des écritures : elle nous rappelle que les armes, les tactiques et les objectifs pouvaient êtres multiples et éventuellement divergents. On peut comparer les grandes querelles de l’âge moderne comme l’Interdit aux armées de la même époque : moins de conscrits que de mercenaires, et des poignées de soldats réguliers entourés d’une foule d’auxiliaires et de tireurs indépendants. D’une certaine façon, chacun menait sa propre guerre, avec des conséquences imprévisibles.

Notes

1 Cet article est basé sur les recherches menées pour mon livre Information and Communication in Venice : Rethinking Early Modern Politics, Oxford, Oxford University Press, 2007 ; une version a été présentée au colloque « Lo Stato Marciano durante l’Interdetto 16061607 », Rovigo, 3-4 novembre 2006. Je remercie vivement Mario Infelise et Corrado Pin pour leurs observations, ainsi que Philippe Audegean pour son travail de traduction. P. Sarpi, Histoire des differens entre le Pape Paul V et la République de Venise traduite d’Italien en François, Paris, Bouillerot, 1625, p. 216.

2 Document cité par P. Pirri, L’Interdetto di Venezia del 1606 e i Gesuiti. Silloge di documenti con introduzione, Rome, Institutum Historicum S.I., 1959, p. 253-254 ; voir A. Prosperi, « “L’altro coltello“. Libelli de lite di parte romana », in I gesuiti e Venezia. Momenti e problemi di storia veneziana della Compagnia di Gesù, ed. M. Zanardi, Padoue, Gregoriana, 1994, p. 263-287.

3 PH. Canaye de fresne, Lettres et ambassade, Paris, Richer, vol. 3, 1636, p. 30.

4 Ibid., p. 166.

5 F. Chabod, La politica di Paolo Sarpi, Venise-Rome, Istituto per la collaborazione culturale, 1962.

6 B. Ulianich, « Considerazioni e documenti per una ecclesiologia di Paolo Sarpi », in Festgabe Joseph Lortz, ed. E. Iserloh et P. Mann, Baden-Baden, Grimm, 1958, vol. 2, p. 363-444 ; voir aussi L. Salvatorelli, « Le idee religiose di fra Paolo Sarpi », Atti dell’Accademia nazionale dei Lincei -Memorie, s. VIII, v. 5, 1953, p. 311-360.

7 W. J. Bouwsma, Venice and the Defence of Republican Liberty : Renaissance Values in the Age of the Counter Reformation, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1968.

8 Chabod lui-même, qui mentionne pourtant la distinction entre écrits secrets et textes destinés à la publication, n’en tient pas compte dans son analyse, Chabod, La politica di Paolo Sarpi, op. cit., en particulier p. 54-55, 80, 99. Il faut souligner que les travaux précédemment cités suivent une édition des écrits de Sarpi fondée sur l’ordre chronologique, sans distinction entre textes édités et inédits : P. Sarpi, Istoria dell’Interdetto e altri scritti editi e inediti, éd. M. Busnelli et G. Gambarin, Bari, Laterza, 1940, 3 vol.

9 V. Frajese, Sarpi scettico. Chiesa e Stato a Venezia tra Cinque e Seicento, Bologne, Il Mulino, 1994 ; on trouvera une tentative plus argumentée pour associer le scepticisme de Sarpi à la politique qu’il a menée pendant l’Interdit dans D. Wootton, Paolo Sarpi Between Renaissance and Enlightenment, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, chap. 2.

10 Les principaux travaux sont : G. Cozzi, Il doge Nicolò Contarini. Ricerche sul patriziato veneziano agli inizi del seicento, Venise-Rome, Istituto per la collaborazione culturale, 1958 ; « Paolo Sarpi tra il cattolico Philippe Canaye de Fresnes e il calvinista Isaac Casaubon », Bollettino dell’Istituto di storia della società e dello stato veneziano, 1, 1959, p. 27-154 ; et les notes contenues dans P. Sarpi, Opere, ed. G. et L. Cozzi, Milan-Naples, Ricciardi, 1969.

11 Prosperi, « “L’altro coltello” », op. cit., et voir aussi B. Ulianich, « Paolo Sarpi, il generale Ferrari e l’ordine dei serviti durante le controversie veneto-pontificie », in Studi e materiali di storia delle religioni pubblicati dalla scuola di studi storico-religiosi dell’Università di Roma, 38, 1967, p. 582-645.

12 Mais on trouve certaines indications importantes dans G. Benzoni, « I teologi minori dell’Interdetto », Archivio Veneto, 91 (1970), p. 31-108.

13 Par exemple : Cozzi, Il doge Nicolò Contarini, p. 112-115 et 280-281 ; Id., Paolo Sarpi tra Venezia e l’Europa, Turin, Einaudi, 1979, p. 250-254 ; et Id., « Stato e Chiesa : un confronto secolare », in Venezia barocca. Conflitti di uomini e idee nella crisi del Seicento veneziano, Venise, Il Cardo, 1995, p. 274-276 et 279-280 (pour une trace de lectures inspirées de Croce, voir ibid., p. X-XI) ; voir aussi G. Benzoni, Gli affanni della cultura. Intellettuali e potere nell’Italia della Controriforma e barocca, Milan, Feltrinelli, 1978, p. 46-49.

14 E. Bacchion, « Le vicende trevigiane dell’interdetto di Paolo V », Archivio veneto, 15, 1934, p. 154-174 ; A. Battistella, « Un’eco in Friuli della contesa dell’Interdetto », in Paolo Sarpi ed i suoi tempi (Città di Castello, 1923), p. 105-118 ; A. Sambo, « Città, campagna e politica religiosa : l’Interdetto del 1606-7 nella repubblica di Venezia », Atti dell’Istituto Veneto di Scienze, Lettere edArti. Classe di scienze morali, lettere ed arti, 134, 1975-1976, p. 95-114 ; et C. Pin, « Per la storia della vita religiosa a Bassano : Reazioni nel Bassanese all’Interdetto di Paolo V contro la Repubblica di Venezia », Bollettino del Museo Civico di Bassano – Giornata di Studi di Storia bassanese in memoria di Gina Fasoli, éd. Renata Del Sal, 13-15, 1992-1994, p. 129-149.

15 C. Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000 ; et cf. J. Peacey, Politicians and Pamphleteers : Propaganda during the English Civil Wars and interregnum, Aldershot, Ashgate, 2004.

16 Cf. R. Chartier, « Pamphlets et gazettes », in Histoire de l’édition française, éd. R. Chartier et H-J. Martin, Paris, Promodis, 1982, vol. 1, p. 405-425 ; et pour la Grande-Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, J. Raymond, Pamphlets andPamphleering in Early Modern Britain, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

17 Les exceptions sont : un article de P. Grendler sur l’importation de libelles et d’autres textes interdits imprimés en Allemagne (« Books for Sarpi : The Smuggling of Prohibited Books in Venice during the Interdict of 1606-1607 », in Essays Presented to Myron P. Gilmore, éd. S. Bertelli et G. Ramakus, Florence, La Nuova Italia, 1978, vol. 1, p. 105-114) ; un article de D. Rhodes sur les activités de l’imprimeur Roberto Meietti (« Roberto Meietti e alcuni documenti della controversia fra Papa Paolo V e Venezia », Studi secenteschi, 1, 1960, p. 164-172) ; et une étude philologique qui mentionne l’existence de multiples éditions du libelle d’Antonio Querini mais donne bien peu d’indications sur les raisons de cette multiplication du travail éditorial (T. Zanato, « Le tre redazioni dell’Avviso di Antonio Querini », Archivio veneto, 115 (1980), p. 5-32).

18 D. F. Mckenzie, La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éd. du Cercle de la librairie, 1991, et Making Meaning : « Printers of the Mind » and Other Essays, Amherst (Mass.) – Boston (Mass.), University of Massachusetts press, 2002.

19 F. DE Vivo, « Dall’imposizione del silenzio alla “guerra delle scritture”. Le pubblicazioni ufficiali durante l’interdetto del 1606-1607 », Studi veneziani, 41, 2001, p. 179-213 ; et Id., « La publication comme enjeu polémique : Venise au début du xviie siècle », in De la Publication. Entre Renaissance et Lumières, textes réunis par C. Jouhaud et A. Viala, Paris, Fayard, 2002, p. 161-175.

20 Voir M. Infelise, Prima dei giornali. Alle origini della pubblica informazione (secoli xvi e xvii), Bari, Laterza, 2002.

21 L’ambassadeur anglais à Venise envoie par exemple à Londres un texte en vénitien qu’il décrit comme « an Epigrame or Pasquinata », dépêche du 12.05.1606, in National Archives, Londres (noté désormais NA), State Papers 99/3, cc. 76 v. Sur le Bossu, voir A. Moschetti, « Il Gobbo di Rialto e le sue relazioni con Pasquino », Nuovo Archivio Veneto, 5, 1893, p. 5-85.

22 Dépêches de l’ambassadeur anglais du 5, 19 et 26.05.1606, in NA, State Papers 99/3, cc. 68, 80, 86 ; dépêches de l’ambassadeur français du 3 et 20.05.1606, in Canaye, Lettres, op. cit., vol. 3, p. 26 et 43 ; dépêche du représentant du duc de Mantoue du 6.05.1606, in R. Putelli, « Il Duca Vincenzo Gonzaga e l’interdetto di Paolo V a Venezia », Nuovo Archivio Veneto, 22, 1911, p. 32, note.

23 Bibliothèque du Musée Correr, Venise, Manuscrits Donà delle Rose 486 et 487.

24 F. De vivo, « “Il vero termine di reggere il suddito” : Paolo Sarpi e la gestione dell’informazione », in Ripensando Paolo Sarpi, ed. C. Pin, Venise, Ateneo Veneto, 2006, p. 264-270 (Appendice : Chi iniziò la controversia dell’Interdetto).

25 Réédité dans Sarpi, Istoria dell’Interdetto e altri scritti, op. cit., vol. 2, p. 171-184.

26 Sur Marsilio, voir Benzoni, « I teologi minori », op. cit., p. 78-88.

27 Cozzi, « Paolo Sarpi », op. cit., p. 92, parle de « publication officielle ».

28 Archivio di Stato di Venezia (noté désormais ASV), Consultori in iure, f. 537, cc. 36 v-38.

29 Dépêche de l’agent du duc de Modène du 5.06.1606, cité dans Cozzi, « Paolo Sarpi », op. cit., p. 92, et dépêches du 2 et 3.06.1606, in Canaye, Lettres, op. cit., vol. 3, p. 65, 68.

30 Dépêche du 6.05.1606, in C. P. De magistris, Carlo Emanuele I e la contesa fra la Repubblica Veneta e Paolo V (1606-1607). Documenti, Venise, Deputazione di Storia Patria, 1906, p. 53.

31 F. Micanzio, Vita del Padre Paolo, in P. Sarpi, Istoria del concilio tridentino, éd. C. Vivanti, Turin, Einaudi, 1974, vol. 2, p. 1334-1335.

32 Condamnation datée du 27.06.1606, F. H. Reusch, Der index der Verbotenen Bücher. Ein Beitrag zur Kirchen- und Literaturgeschichte, Bonn, Cohen, 1883-1885, vol. 2, p. 321.

33 Les dates de publication de ces libelles peuvent être déduites de documents externes, comme les avis manuscrits qui en annonçaient la parution : avis du 19.07.1606, in Archivio Segreto Vaticano, Rome, Segreteria di Stato, Avvisi, b. 2, c. 199v (Bellarmin) ; 29.07.1606, in Biblioteca Apostolica Vaticana, Rome, Urbinate Latino 1074, c. 388 (Baronius) ; 19.08.1606, ibid., c. 424v (Colonna).

34 Dépêche du 2.06.1606, in ASV, Senato, Dispacci Padova, f. 3, cc. nn.

35 Les libelles des trois cardinaux sont republiés à Crémone par Cristoforo Draconi et Baruccino Zanni en petites éditions in-octavo.

36 Décret du 4.08.1606, in ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 15, c. 101 (112 voix pour, 3 contre, et 17 « non sincères »).

37 Décret du 10.08.1606, in ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 15, c. 104.

38 ASV, Collegio, Lettere segrete, f. 43, cc. nn., 11.08.1606.

39 Sur la censure à Venise, voir P. F. Grendler, The Roman Inquisition and the Venetian Press (15401605), Princeton, Princeton University Press, 1977.

40 ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 15, c. 101 v.

41 Avvertimento et ammonitione catolica al Padre Antonio Posseuino Giesuito. Contenvta in vna Lettera scrittagli da vn Gentilhuomo Alemano alleuo del Collegio Germanico di Roma, Venise, 1606, p. 16.

42 Oppositions au décret du 4.08.1606, in ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 15, c. 102.

43 Avis daté du 27.10.1606, Biblioteca Apostolica Vaticana, Rome, Urbinate Latino 1074, c. 558.

44 Denis Richet a étudié une polémique de la même période avec des méthodes quantitatives, mais il a ensuite mis en garde contre ces mêmes méthodes ; cf. D. Richet, Préface, in C. Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier Montaigne, 1985, p. xiii, et Id., « La polémique politique en France de 1612 à 1615 », in Représentation et vouloir politiques. Autour des États Généraux de 1614, éd. R. Chartier et D. Richet, Paris, Éditions de l’EHESS, 1982, p. 151-194.

45 W. ST Clair, The Reading Nation in the Romantic Period, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

46 F. Scaduto, Stato e Chiesa secondo Fra Paolo Sarpi e la coscienza pubblica durante l’interdetto di Venezia del 1606-1607. Con bibliografia, Florence, Ademollo e Co., 1885.

47 Avis romain du 26.07.1606, in Archivio Segreto Vaticano, Rome, Segreteria di Stato, Avvisi, b. 2, c. 202.

48 Voir P. Gaskell, A New introduction to Bibliography, Oxford, Clarendon Press, 1972, p. 160-164, ; Grendler, The Roman inquisition and the Venetian Press, op. cit., p. 6-12 ; B. Richardson, Printing, Writers and Readers in Renaissance italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 21-24.

49 Ces données sont tirées de ASV, Capi del Consiglio di Dieci, Notatorio, r. 33 e f. 17.

50 H. F. Brown, The Venetian Printing Press. An Historical Study Based Upon Documents for the Most Part Hitherto Unpublished, Londres, Nimmo, 1891, p. 214-215.

51 M. Infelise, L’editoria veneziana del’700, Milan, Franco Angeli, 1989, p. 71-99.

52 Sarpi, Opere, op. cit., p. 634 ; voir aussi P. Sarpi, Scritti giurisdizionalistici, ed. G. Gambarin, Bari, Laterza, 1958, p. 215.

53 Voir la réaction du Sénat au petit livre de Nicolas Vignier dans E. Cornet, paolo V e la Repubblica Veneta. Giornale dal 22 Ottobre 1605 al 9 Giugno 1607, Vienne, Tendler & C., 1859, p. 112, note, et cf. les commentaires de l’ambassadeur français dans Canaye, Lettres, op. cit., vol. 3, p. 262-263.

54 Décrets datés du 22.11.1606, in ASV, Senato, Terra, r. 76, cc. 163r-v, et du 2.05.1607, ibid., r. 77, cc. 53v-54 ; le 4.11.1606, Lisca obtient le titre de comte pour lui-même et ses héritiers, ibid., c. 150. Cf. A. Lisca, Ad illvstrissimvm Caesarem Baronivm Cardinalem Epistola. Incerti avctoris, s.l., s.n., 1606.

55 De nombreux exemples sont cités dans Benzoni, « I teologi minori », op. cit.

56 Documents cités dans E. A. Cicogna, Delle iscrizioni veneziane, Venise, Editor l’autore, 1824-1853, vol. 5, p. 548 ; et P. Savio, « Per l’epistolario di Paolo Sarpi », Aevum, 16, 1942, p. 18-19.

57 Voir une supplique de Vendramin datée du 25.12.1612, in ASV, Riformatori dello studio di Padova, b.168, cc. nn.

58 Ces dédicaces, respectivement au doge et à Antonio Querini, se trouvent dans G. Lonigo, Consilivm super controversia vertente inter beatissimvm Pavlvm Papam V ac Serenissimam Rempvblicam Venetam, Venise, Meietti, 1606, et S. Severino, Sostegno De i Fondamenti, & delle ragioni delli Signori Venetiani, Hannouia, s.n., 1606.

59 Dépêche du 29.09.1606, in ASV, Senato, Dispacci Francia, f. 35, c. 359v.

60 Dépêche datée du 16.08.1606, in ASV, Senato, Dispacci Milano, f. 30, c. 118v.

61 Édit du 30.10.1606 non mentionné par Reusch ; une copie se trouve à la British Library, Londres, 175.f.12 (1) ; cf. ASV, Senato, Deliberazioni Roma ordinaria, r. 16, cc. 64v et 79.

62 Cf. ASV, Arti, b. 163.2, c. 68v (sur les contributions des membres aux dépenses de la corporation) ; la British Library possède 84 éditions imprimées par Meietti entre 1590 et 1634, mais le récent volume Le edizioni veneziane del Seicento, ed. C. Griffante, Milan, Bibliografica, 2003-2006, en indique 132.

63 Grendler, « Books for Sarpi… », op. cit., p. 106, et Id. The Roman Inquisition and the Venetian Press, op. cit., p. 280.

64 Cf. Rhodes, « Roberto Meietti e alcuni documenti. », op. cit. ; auxquels il faut ajouter les libelles imprimés sous le nom fictif de « Nicolò Padovano » : A. Crancius [pseud. ?], Sententia pro Serenissimo Dominio Venetorum, Patavii, Apud Nicolaum Patauinum, 1607 ; F. Fedeli, Anatomia d’vn nuouo Mostro uscito dalla Stamparia Arciuescouale di Bologna ; J. Leschassier, Consvlta di n. Dottore parigino intorno la controversia tra la Santità di Paolo Quinto et la serenissima Republica Veneta, In Padova, Appresso Nicolò Padouano, 1607 ; F. Tomaselli, Le mentite filoteane, In Padova, Appresso Nicolò Padouano, 1607.

65 On estime que le papier représentait à cette époque 70 à 75 % des dépenses des imprimeurs, voir Gaskell, A New Introduction to Bibliography, op. cit., p. 177 ; et L. Febvre et H.-J. Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1971, p. 168-172.

66 Chartier, « Pamphlets et gazettes », op. cit.

67 Avis du 12.08.1606, in ASV, Inquisitori di Stato, b. 1213, fase. 2, cc. nn.

68 Lettre du 12.08.1606 in Canaye, Lettres, op. cit., vol. 3, p. 166.

69 Lettres du 5 et du 23.09.1606, in ASV, Collegio, Lettere comuni, f. 112, ce. nn. et Lettere segrete, f. 43, ce. nn.

70 Dépêche du 3.09.1606 in ASV, Senato, Dispacci Verona, f. nn. (1606), cc. nn. Peut-être notamment en prévision de ces dépenses, le Sénat autorisa le Collège à dépenser jusqu’à cinq cents ducats « pour les nécessités actuelles particulièrement en ce qui concerne les imprimeries d’écritures », 6.09.1606, ASV, Senato, Terra, r. 76, c. 102v.

71 Voir par exemple la lettre du cardinal Borghese aux nonces du 5.08.1606, De magistris, Carlo Emanuele I e la contesa fra la Repubblica Veneta e Paolo V, op. cit., p. 156, note.

72 P. De L’Estoile, Journal pour le règne d’Henri IV, éd. A. Martin, Paris, Gallimard, 1958-1960, vol. 2, p. 203, 214, 222, 228, 230 et 243.

73 Les prix sont mentionnés dans les volumes Rari Veneti 261-264 et 266-267 de la bibliothèque Marciana de Venise.

74 C. Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Flammarion, 1980, p. 66.

75 Raymond, Pamphlets and Pamphleering in Early Modern Britain, op. cit., p. 82-83 ; et cf. les petits livres qu’on appelait « twopenny » et « threehalfpenny », qui coûtaient environ un sixième du salaire journalier d’un ouvrier, voir T. Watt, Cheap Print and Popular Piety, 1550-1640, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 261-263.

76 Je remercie James Shaw de m’avoir transmis ces informations, reconstituées sur la base des indications de 1608 contenues dans Asv, Rason Vecchie 222.

77 La référence classique est bien entendu E. L. Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change. Communications and cultural transformation in early-modern Europe, 2 vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1979.

78 F. De vivo, « Le armi dell’ambasciatore. Voci e manoscritti a Parigi durante l’Interdetto di Venezia », in I luoghi dell’immaginario barocco. Atti del Convegno di Siena, ed. L. Strappini, Naples, Liguori, 2001, p. 187-200 ; voir également le chap. 5 de mon livre Information and Communication, op. cit.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search