Version classiqueVersion mobile

L'imprimé et ses pouvoirs dans les langues romanes

 | 
Ricardo Saez

Chapitre II. Du scriptor à l’auctor à l’amont de l’humanisme : Pétrarque, Boccace et les puissances du livre

Philippe Guérin

Texte intégral

  • 1 L’autre édition en langue vulgaire de 1470 concerne un texte « courtisan », célébrant un tournoi b (...)
  • 2 Comme il sera rappelé plus bas, le titre que Pétrarque donne à son recueil est Rerum vulgarium fra (...)
  • 3 Quarante-huit incunables suivront pour le premier des deux auteurs, trente-huit pour le second (cf (...)

11470 : cinq ans après l’introduction de l’imprimerie en Italie, un an après l’impression des Fioretti di san Francesco, deux œuvres inaugurent l’entrée dans la galaxie Gutenberg de la littérature italienne en langue vulgaire1. Le Canzoniere (ou plus exactement les Rime, comme on va les appeler longtemps encore, accompagnées des Trionfi2) de Pétrarque paraît à Venise (chez le typographe – d’origine allemande – Vindelino da Spira) ; le Décaméron de Boccace (un très léger doute subsistant toutefois quant à la date exacte) à Naples, dans l’édition dite « Deo Gratias3 ».

  • 4 Ils seront suivis à deux ans de distance par la Comédie de Dante (avec trois éditions la même anné (...)
  • 5 Voir notamment Le epistole « De imitatione » di Giovanfrancesco pico della Mirandola e di pietro B (...)
  • 6 Voir par exemple P. Bembo, prose della volgar lingua, I, 10 : « Anzi ho io un libro veduto delle s (...)
  • 7 J’en profite pour rappeler que son rôle d’« inventeur » d’une critique stylistique de saveur « gén (...)

2Autrement dit, un destin éditorial commun4 réunit dès le début les deux auteurs que le siècle suivant va, par l’entremise de Pietro Bembo, ériger en modèles indépassables pour la poésie et la prose italiennes ; ils seront à ce titre l’objet d’une intense activité éditoriale tout au long du xvie siècle : pour le lettré vénitien en effet, qui est à la fois l’un des « cicéroniens » les plus convaincus de l’Humanisme renaissant5 et le grand promoteur-codificateur des droits du vulgaire en littérature, un rapport d’analogie est établi, fondateur d’un canon qu’il voudrait immuable, faisant du poète natif d’Arezzo l’équivalent de Virgile et du prosateur de Certaldo l’émule de l’orateur d’Arpinum. Mais il n’est peut-être pas sans intérêt de constater que, pour Bembo (qui lui-même ne mettra sous presse ses prose della volgar lingua qu’en 1525, c’est-à-dire presque un quart de siècle après leur première circulation manuscrite), les « livres » auxquels il s’intéresse tant sont en réalité des manuscrits, au point que le premier terme sous sa plume s’identifie absolument au second6. Son édition même des Rime pétrarquiennes (1501 chez Alde Manuce), décisive pour la fortune des rerum vulgarium fragmenta, sera fondée – même s’il en ignorait l’autographie partielle – sur le codex pétrarquien dont nous aurons à reparler sous peu7.

  • 8 Voir O. Ducrot, Le Dire et le dit, Paris, Minuit, 1984, p. 95 sq.
  • 9 Voir les lignes introductives d’A. Quondam à l’étude citée, p. 555-566 ; mais aussi de R. Chartier (...)
  • 10 Pour une mise en perspective dans une longue durée ayant pour point de fuite la révolution introdu (...)

3Remontons alors cent vingt ans en arrière, pour constater que la communauté de destin soulignée en préambule a son point d’origine autour de 1350 – au moment même où prennent corps les deux projets de livre, qui déboucheront, notamment parce qu’ils sont autographes (au moins partiellement, pour le premier), sur deux manuscrits parmi les plus importants et célèbres de l’histoire de la littérature italienne. Mais je voudrais, avant d’arriver à une analyse qui n’aura donc pas d’emblée de lien immédiat avec l’« imprimé », souligner la relation qu’elle entretient avec l’objet affiché de notre colloque. Car je m’efforcerai d’envisager la question sous un angle délibérément globalisant, celui d’une « pragmatique discursive livresque », qui intégrera, on le verra, la dimension matérielle de la question. Il s’agit bien en effet d’intégration (au sens que Ducrot, par exemple, donne à la pragmatique « intégrée » – à la sémantique)8 : la fin visée est celle d’une totalité discursive, et donc, au moins virtuellement, l’ensemble de ses effets de sens9. À cette précision près, que là où la linguistique de l’énonciation bute, pour ce qui est de l’écrit, sur une difficulté majeure, celle de l’intégration à sa sémantique de l’expressivité tonale, de la gestuelle (de l’actio et de la recitatio de la rhétorique antique), qui accompagnent les actes de langage, le livre nous met en revanche sous les yeux les paramètres qui lui confèrent précisément sa nature d’objet de langage complexe et tout à fait singulier. Et en y ajoutant, dans le cas présent, la coïncidence remarquable entre les différentes instances énonciatrices, la réunion des fonctions du scriptor et de l’auctor dans une unité où, comme nous le verrons, l’un légitime l’autre dans le procès concret de réalisation de l’œuvre. Ainsi, si je pense, d’une part, qu’il peut être intéressant d’illustrer pour nous, habitants de la « galaxie Gutenberg » et accessoirement participants à ce colloque, l’idée selon laquelle il y a évidemment une longue durée du livre qui peut, vu sous un certain angle perspectif, rendre au fond secondaire, « accidentelle » et non substantielle, l’invention de l’imprimerie10, il me paraît stimulant d’essayer de mesurer, d’autre part, l’envers de ce qui nous apparaît comme une évidence souvent aveuglante – celle des gains considérables dus à ladite invention. Autrement dit, ce passage s’est-il opéré sans perte ? Et si perte il y a eu, lesquelles ?

  • 11 Pour une première approche de Pétrarque, voir U. Dotti, Vita di Petrarca, Roma-Bari, Laterza, 1987 (...)
  • 12 On peut lire cette lettre (texte latin et traduction italienne en regard) dans F. Petrarca, Letter (...)
  • 13 Sur le contenu de cette bibliothèque, qui « renverse le canon habituel », voir par exemple A. Petr (...)

4Que les deux protagonistes de cet exposé vouent au livre un véritable culte, c’est ce que quelques exemples bien choisis doivent suffire à démontrer. Reprenant le flambeau du pré-humanisme padouan de la deuxième moitié du xiiie siècle et du début du xive, Pétrarque (1304-1374), familier en Avignon de la plus importante sans doute des bibliothèques de l’époque, imprime un élan décisif à la passion philologique qui va caractériser l’âge de l’Humanisme, recherchant inlassablement à chacun de ses déplacements des codex oubliés, entreprenant aussi sur Tite-Live le travail de restauration textuelle dont nous sommes encore les lointains héritiers pour notre lecture des textes de l’Antiquité11. Le prix qu’il attache ensuite à l’habit, la parure extérieure de ceux de ses textes auxquels il tient particulièrement est signifié par une lettre adressée à l’un de ses puissants protecteurs (Pandolfo Malatesta, désireux d’avoir – relevons au passage ce détail pour nous en souvenir plus tard – une copie du Canzoniere en train de se faire), lettre où il exprime ses regrets de ne pas avoir pu le faire copier par un scribe de qualité et le faire relier en l’ornant de jolis fermoirs d’argent12. La qualité du destinataire a évidemment son importance ; il n’en reste pas moins qu’il ne s’agissait pas de l’œuvre achevée, que la requête était mue par une vraie curiosité pour le contenu du texte et non pas par le désir d’un hommage révérencieux. Enfin, lorsqu’il s’établit à Venise, Pétraque envisage, en échange de la mise à disposition d’une belle demeure à son profit par la République, de léguer à cette dernière sa bibliothèque, pour en faire une collection d’accès public, qui eût été la première de notre histoire à être due à une initiative privée13.

  • 14 Sur Boccace, voir V. Branca, Giovanni Boccaccio. Profilo biografico, in Tutte le opere di Giovanni (...)
  • 15 Sur la bibliothèque de Boccace, cf. A. Mazza, L’inventario della « parva libraria » di Santo Spiri (...)

5Quant à Boccace (1313-1375), il dévore dans sa jeunesse napolitaine les trésors accumulés à la cour du roi Robert d’Anjou (celui-là même qui examinera Pétrarque en 1341 pour l’autoriser à se faire ceindre la couronne de laurier par le Sénat romain sur le Capitole) et au Studium parthénopéen, où il reçoit avec les meilleurs maîtres (encyclopédistes pour maint d’entre eux) sa formation universitaire14. Transcripteur de raretés (y compris pour le compte de Pétrarque), il est l’auteur de deux importants « zibaldoni » (dotés de tout un appareil d’annotations, manicules et dessins marginaux) et, surtout, rassemble une « parva libraria » qui finira pour une part au couvent de Santo Spirito à Florence (et qui n’est « parva » que par un effet de la modestie affichée du donateur)15. C’est un point que je ne développerai pas ; il paraît toutefois évident que les pratiques de Pétrarque et de Boccace concernant les bibliothèques (celles qu’ils fréquentent comme les collections qu’ils constituent), en même temps qu’elles témoignent de nouveaux modes de lecture – privés et laïcs, hors des monastères et des universités – dont l’essor a partie liée avec l’invention à venir de l’imprimerie, entretient un lien profond avec la manière nouvelle dont ils envisagent leur propre production textuelle.

6Ce qui vient d’être passé en revue ne concerne que des indices en quelque sorte extérieurs aux raisons propres des œuvres. Il faut alors revenir autour de 1350, pour tenter de comprendre comment les choses se nouent de l’intérieur.

  • 16 Cf. U. Dotti, Vita…, op. cit., p. 194-202 ; V. Branca, Profilo…, op. cit., p. 77-78.

71350, c’est-à-dire deux ans après la grande épidémie de peste noire qui a emporté, pour Pétrarque, Laure et tant et tant d’amis chers ; pour Boccace, témoin oculaire de la catastrophe à Florence, son père et nombre de proches (et parmi ceux-ci, des connaissances communes aux deux écrivains)16.

  • 17 En mars 1351 (séjour d’une semaine à Padoue, où Boccace était venu faire la proposition officielle (...)
  • 18 Le dernier livre (XVII) des Seniles est constitué de quatre lettres à Boccace, écrites entre 1373 (...)

81350, c’est-à-dire aussi l’année de la plus heureuse et féconde rencontre de l’histoire de la littérature italienne : Pétrarque, en route depuis Parme pour Rome où il se rend au jubilé, fait étape à Florence, accueilli, à la tête d’une délégation de notables lettrés, par son cadet qui obtient de celui qui a déjà à ses yeux le statut de maître vénéré le privilège de pouvoir l’héberger sous son toit. Entre visites (du plus jeune à l’aîné)17 et correspondance nourrie, c’est une amitié qui se noue alors, ne prenant fin qu’avec la mort du premier, et centrée sur la littérature, ses missions, sa grandeur, mais aussi les affres auxquelles elle soumet ses dévôts18.

  • 19 Qu’il suffise de citer à ce propos la célèbre « familiaris » de 1359 à Boccace (Fam. XXI 15, § 16- (...)

9C’est entre 1348 (la peste) et cette année-là que Pétrarque entreprend de mettre de l’ordre dans ceux de ses écrits qu’il a laissés jusqu’alors épars : tout particulièrement les lettres (latines) envoyées à feu nourri au fil des ans à ses amis et ses poésies en langue vulgaire, composées d’abord en quelque sorte par jeu lors de son séjour bolonais des années vingt (à l’instar de ce que faisait tout jeune un tant soit peu lettré qui se respectait) – pratique continuée ensuite de manière de plus en plus « sérieuse » au fil des ans et remise régulièrement sur le métier en un incessant travail de révision. Poésies amoureuses pour l’essentiel, plus quelques compositions politiques et/ou de circonstance. Comme les lettres, autre objet de sa sollicitude dans les mêmes années, les « nuge », les « ineptie » que sont les « rime volgari » ont donc pour caractéristique première d’être dispersées, ce sont des « reliques » éparpillées. Elles connaissent un sort sur lequel Pétrarque reviendra à plusieurs reprises dans ses écrits, notamment les « familiares » (« lettres familières ») : ses poésies sont la proie du vulgaire inculte et irrespectueux, qui les malmène et les lacère à sa guise, elles ne lui appartiennent plus19.

  • 20 Voir aussi le post-scriptum de la Varia 9, autrement dit la lettre à P. Malatesta citée à la note (...)
  • 21 Au même moment, ainsi que l’indique dans sa première rédaction de 1350 la dédicace à Barbato da Su (...)
  • 22 Pour Guittone, voir l’importante étude de R. Leporatti, Il ’libro’ di Guittone e la Vita nova, « N (...)
  • 23 Cf. le sonnet d’ouverture, de 1350 environ lui aussi.
  • 24 Sur la question du titre du recueil, voir l’analyse de M. Picone, Petrarca e il libro non finito, (...)

10Mais c’est la « familiaris » de dédicace (à celui de ses amis, musicien lettré d’origine flamande – Ludwig van Kempen – que Pétrarque surnommait « Socrate »), écrite vers 1350 en ouverture de son premier grand-œuvre épistolaire (qui débute – comme plus tard encore les « séniles », les lettres de la vieillesse – par l’évocation pathétique de l’immense blessure de l’année 1348), qui nous fournit le plus complètement le sens des opérations entreprises : il s’agit de mettre en ordre (« componere » est le verbe employé) les « bagages » (« sarcinulas ») laissés ça et là, amoncelés en désordre, autrement dit les écrits rongés par les vers, les souris et les teignes – ces bouts de papier devenus presque illisibles20 ; un fatras souvent incohérent et au style « varié » qu’il va falloir soumettre à patiente révision. Pour ce qui est des lettres, il les ordonne, sur le modèle des lettres à Atticus (il avait découvert à Vérone en 1345 un bon codex les contenant dans leur intégralité) en un Familiarium rerum liber (cf. le § 34 de la lettre de dédicace), subdivisé à son tour en XXIV « libri21 ». Et après 1361 (année de la mort de « Socrate »), toujours dans le domaine épistolaire, ce sont les Senilium rerum libri qui prendront la relève. Ainsi combat-il la hantise de la destruction de toute chose, à commencer par celle des livres (ce dont témoigne éloquemment à sa manière la vingt-quatrième et dernière section des Familiares, où, en une « conversation » imaginaire avec les grands écrivains de l’Antiquité, Pétrarque déplore les mutilations dont ils ont été victimes). Mais pour la production lyrique, et si l’on excepte les prosimètres dont Dante avait fourni le précédent le plus proche et le plus prégnant (le « libello » de la Vita nova, ainsi que l’avait baptisé son auteur), il n’a sous les yeux aucun modèle illustre, comparable à l’entreprise cicéronienne ; à côté de traces possibles chez Guittone d’Arezzo d’une volonté de donner corps à un « livre de poésie », et antérieures à celles-ci, seules de rares tentatives provençales, dont la plus aboutie semble être celle de Guiraut Riquier, avaient pu lui ouvrir quelque perspective22. Car l’enjeu est bien celui-ci : l’effort inouï pour donner sens – depuis le point de vue surplombant et rétrospectif qu’il adopte afin de se faire juge de lui-même – à la part de son activité qui relevait d’une « erreur juvénile23 », appelant la confession et la mise en scène d’une « conversio animi », aboutit à la tentative de donner dignité livresque, comme les poètes de l’Antiquité déjà, mais pour d’autres genres poétiques (Catulle, Horace, Ovide, Properce…), à cette production lyrique dont la tradition ne remontait pas, pour l’Italie, au-delà du siècle précédent. Une idée de livre inspirée des Anciens, donc, préside à l’assemblage de ce matériau par définition divers, sinon hétérogène, et en tout cas discontinu : Pétrarque ne voudra jamais donner le titre de « livre » à ses Rerum vulgarium fragmenta, mais Boccace n’aura pas de tels scrupules quand il recopiera le recueil vers le milieu des années soixante (il s’agit de la rédaction dite « Chigi »), en l’intitulant Francisci Petrarce de Florentia Rome nuper laureati fragmentorum liber24.

  • 25 Voir à ce sujet les analyses très précises réunies dans Rerum vulgarium fragmenta. Codice Vat. lat (...)
  • 26 Voir notamment la lettre de Pétrarque à son frère Gherardo d’avril 1354 (il s’agit de la « familia (...)

11Le chantier, inédit, va être ouvert pendant près d’un quart de siècle. Après de toutes premières tentatives moins organiques, plusieurs « rédactions » (ou « formes ») sont attestées à partir de 1358. Mais ce sont les dernières phases de ce long processus qui vont à présent nous arrêter quelques instants. À partir de 1366, Pétrarque entend en effet confier à un manuscrit unique, une « belle copie » (le Vat. lat. 3195 de la Bibliothèque apostolique du Vatican) ce qui doit être pour la postérité, et donc pour les copistes à venir, la « rédaction » définitive de son recueil25. À cette fin, il emploiera d’abord comme « amanuensis » un jeune homme cultivé et exceptionnellement doué pour ce type de travail, Giovanni Malpaghini da Ravenna (pris à son service dès 1364). Sous le contrôle vigilant du maître, et après avoir terminé de transcrire les Familiares, ce dernier va s’occuper des poésies en langue vulgaire – jusqu’au jour où, au printemps 1367, arrivé aux deux tiers environ, il abandonne brusquement la tâche et quitte le domicile de Pétrarque. Celui-ci prend alors la relève, convaincu qu’il ne pouvait en laisser le soin à personne d’autre. Ce qui constitue également une nouveauté radicale pour un clerc du xive siècle. La fin, sans avoir les accents de légende qui entourent celle de son illlustre aîné (selon la tradition qui veut que Dante ait poussé son dernier soupir en même temps qu’il écrivait le vers final du paradis), est tout de même parlante : les ultimes interventions de Pétrarque sur son manuscrit (notament la renumérotation en marge, en chiffres arabes, des trente et un derniers morceaux) datent des derniers mois, voire des tout derniers jours de la vie du poète, mort dans la nuit du 18 au 19 juillet 1374. Seules manquent les initiales rubriquées (s’alternaient le rouge et le bleu de simples majuscules au tracé plein) des dernières transcriptions : laissées en attente au moment de la transcription, elles étaient ensuite confiées à un rubricateur – unique exception à la règle de la réalisation intégrale de son manuscrit par Pétrarque (ou sous son contrôle direct), un Pétrarque extrêmement méfiant, ou plus exactement profondément hostile à l’endroit des « professionnels » du livre26.

  • 27 Outre celle donnée à la note 22, la référence majeure quant aux principes qui ont présidé à la str (...)
  • 28 Cf. F. Brugnolo, implicazioni grafico-visive nell’originale dei Rerum Vulgarium Fragmenta, in Reru (...)
  • 29 Cf. C. Pulsoni, « Et imitationem non fugiet sed celabit ». Per uno studio delle rime e delle serie (...)

12Qui dit « livre », dit d’abord structuration visible, principes d’organisation manifestes. Je n’entrerai pas dans le détail d’une question éminemment complexe27. Qu’il suffise ici de savoir qu’assez tôt, s’est imposé le principe de la bipartition entre deux sections : sitôt Pétrarque disparu, elles seront sur le manuscrit même – mais de manière inexacte – appelées respectivement par une main anonyme « in vita » et « in morte ». Le poème d’ouverture de chacune des deux macro-séries avait déjà été choisi depuis longtemps, et signalé par une grande initiale rubriquée. Le procès de construction de l’œuvre in fieri prévoyait alors que le codex laisse à la fin de chaque partie des folios blancs, prêts à accueillir les remaniements de l’ordre de succession (par rapport aux recueils antérieurs) ou les éventuels ajouts. intérieur de ce grand schéma structurel, se constituent des micro-séries, reliant les poèmes selon leurs affinités thématiques, stylistiques, formelles. La mise en page cherche soigneusement à en rendre compte. Je ne m’attarderai ici un instant que sur les sonnets. Ils sont disposés par quatre sur une même page, avec une répartition des quatrains et des tercets sur deux colonnes (selon, sur ce point précis, une tradition désormais établie en Italie), qui tendent avec Pétrarque, plus encore qu’avec son copiste, à être clairement séparées ; les vers impairs occupent celle de gauche, les pairs sont à droite, pour un total de sept lignes28. C’est ainsi que saute aux yeux l’une des formes que prend l’exception à la règle qui veut que Pétrarque évite avec un soin vétilleux toute forme de répétition, quand une suite de sonnets reprenant les mêmes rimes en fait les strophes de ce qui ressemble fort à une chanson à « coblas unissonans » (41-43). Un autre cas est constitué par le triptyque du « T » (315-317) : trois sonnets, unis déjà par leur parenté thématique, commencent par cette consonne, mise en évidence par la coprésence sur la double page (le format permet de l’embrasser en un coup d’œil) et par la rubrication ; et l’on s’aperçoit alors que chacun des groupes de tercets (précédé d’un ~) commence par un « p » – même si cette deuxième lettre n’est pas colorée. Encore trois strophes en quelque sorte d’une même chanson, dont l’interprétation s’enrichit du sens que l’on peut attribuer au choix ainsi souligné d’une telle répétition29. Nos modernes éditions imprimées (comme d’ailleurs nombre de reprises antérieures, même manuscrites) gomment complètement cet aspect pourtant essentiel de la mise en page voulue par Pétrarque.

  • 30 Pour les lignes qui suivent, outre les études d’A. Petrucci déjà signalées, voir du même auteur La (...)
  • 31 Sur le rôle symbolique du « calamus » chez Pétrarque – dès qu’il fait retour sur son activité d’éc (...)
  • 32 Voir A. Petrucci, Le biblioteche…, op. cit., p. 536. Et sur écriture et idéologie (dans l’épigraph (...)
  • 33 Cf. A. Petrucci, La scrittura di Francesco Petrarca, op. cit., p. 65-66.
  • 34 Cf. ibid, p. 44.
  • 35 Voir M. Signorini, Fortuna del « modello-libro » Canzoniere, in L’Io lirico., op. cit., p. 133-154
  • 36 Cf. A. Petrucci, il libro manoscritto, cit., p. 522-523.
  • 37 Cf. ibid., p. 515-520.

13Pas plus d’ailleurs qu’elles ne peuvent rendre compte de la graphie pétrarquienne spécifique à ce manuscrit, et dont je voudrais dire un mot. Mais, auparavant, de rapides indications sur le codex lui-même30. En parchemin, de dimensions modestes (72 folios de 27 cm sur 20 environ), il tend vers le type alors en expansion du « libro da mano » (selon la typologie tracée par Armando Petrucci, qui l’oppose au « libro da banco » – à savoir celui qu’il faut poser sur un pupitre, une roue, voire une « banque » pour pouvoir le lire –, mais aussi au « livre-registre » d’usage courant et à ses modèles d’écritures cursives, propres aux milieux marchands de l’Italie centrale et septentrionale). Plus aisément reproductible, il témoigne à la fois de la volonté de l’auteur d’assurer une diffusion facilitée même si elle doit rester limitée à un public de lecteurs raffinés – de son texte et du besoin symétrique dont l’imprimerie se fera l’interprète. Quant à la graphie, due à la pointe de son « calamus » encore tronquée (les humanistes utiliseront une plume aiguisée et fendue)31, Pétrarque recourt (ou fait recourir, pour la partie réalisée par Malpaghini) à la semi-gothique « textualis » qui lui est propre quand il transcrit ses textes de manière définitive. Cet hybride, conforme aux options « idéologiques » qui gouvernaient également sa bibliothèque (le choix des ouvrages la composant comme son organisation)32, consiste à introduire dans une écriture gothique arrondie, rendue plus claire (notamment par l’espacement des caractères, la séparation nette entre les mots et la suppression des abréviations conventionnelles), des traits de l’écriture caroline dont il collectionnait par ailleurs les exemplaires. Je ne reviens pas sur l’extrême sobriété de l’ornementation. En même temps que la mise en page à la fois soucieuse d’équilibre esthétique et de parfaite lisibilité, la « réforme graphique pétrarquienne33 » concourt à la constitution d’une totalité homogène, qui ne se laisse pleinement appréhender qu’à la condition de tenir ensemble les deux bouts de la chaîne, en parcourant tous les éléments constitutifs du livre, y compris donc ceux relevant de la codicologie : s’y exprime sous une forme nouvelle le constant souci pétrarquien de faire coïncider les qualités du graphisme et de la mise en forme matérielle avec les contenus34. Cette réforme – sinon révolution – n’aura qu’une faible incidence sur la tradition manuscrite, puis imprimée35, de l’œuvre de Pétrarque – et même si de nos jours le démon philologique, par le biais du commentaire savant, a contribué à rétablir quelque peu les choses. Mais son influence s’est fait sentir d’une autre manière, plus capillaire : parallèlement à la mode des « petrarchini » (qui apparaissent d’abord, et pendant longtemps encore, en version manuscrite)36, une telle influence se traduit par l’apparition de formats « librari » qui, en concomitance avec les tendances lourdes introduites par l’essor de l’humanisme, aspirent au statut de produits « nobles » proposés au public des lettrés dont le cercle va s’élargissant, sans pour autant être des produits de luxe dignes d’attention en raison avant tout de leur apparat (« livre-registre » de luxe – à l’instar par exemple des formes sous lesquelles se diffuse la Comédie au xive siècle –, ou livre « courtois »)37. On sait d’autre part ce que doivent les caractères d’imprimerie, dès lors que la typographie cesse de se limiter à vouloir reproduire l’aspect « gothique » des manuscrits les plus luxueux, à l’écriture humanistique pour laquelle Pétrarque avait tracé la voie. Néanmoins, cette partie essentielle du travail de l’œuvre nous échappe elle aussi largement aujourd’hui.

  • 38 Voir la deuxième lettre à Mainardo Cavalcanti de 1373, in Tutte le opere…, op.cit., V, 1, 1992, p. (...)
  • 39 De même l’explicit : « Qui finisce la Decima e ultima giornata del libro chiamato Decameron cognom (...)
  • 40 Cf. par exemple G. Padoan, Il Boccaccio, le Muse, il Parnaso e l’Arno, Firenze, Olschki, 1978, p. (...)

14Voyons à présent ce qu’il en est du côté de Boccace. C’est chez lui aussi l’idée du recueil organique de ses propres « nugae » juvéniles (ainsi appellera-t-il à son tour ses nouvelles, dans une lettre tardive, au temps de l’ultime révision du Décaméron)38 qui s’impose, renforcée et surdéterminée, quant aux solutions définitivement adoptées, par le grand bouleversement de l’année 1348. Au premier rang de ces solutions, bien sûr, et toute redevable qu’elle est à une foultitude de précédents allogènes (antiques, orientaux ou bas-médiévaux), la géniale invention d’un récit-cadre, introduit par la célébrissime évocation de la peste noire à Florence, où se mettent en place les coordonnées essentielles de la philosophie existentielle dont le Décaméron tout entier est la grandiose mise en scène. Ainsi s’institue le « libro chiamato Decameron cognominato prencipe Galeotto » (tel est le titre donné par Boccace à son grand-œuvre – c’est moi qui souligne)39. La profession d’humilité de l’introduction à la quatrième journée, où la matière narrative du « Centonovelle » est présentée comme « senza titolo », ne doit pas être prise trop à la lettre ; outre le fait qu’il s’agit de répondre aux critiques suscitées par une mise en circulation partielle, en ordre épars, des nouvelles (antérieure à la constitution du livre40, il convient en effet de prendre garde au contexte énonciatif, largement ironique, qui insiste sur le caractère extrêmement varié des « novellette » et leur registre, selon le canon des poétiques médiévales, très « bas » (« umilissimo »). C’est bien d’un livre qu’il s’agit – énième avatar du « raconter pour échapper à la mort » – qui fait d’un matériau préexistant pour moitié sans doute oral (notamment les récits de marchands entendus dans les comptoirs napolitains), du fait de la réécriture très élaborée et de l’assemblage en un organisme unique, autant d’objets pour la lecture.

  • 41 Cette remarque incidente pour faire saisir au passage qu’il n’est sans doute jamais de création gé (...)
  • 42 Le niveau métadiégétique du narrateur principal (celui du récit-cadre) ; le niveau proprement diég (...)
  • 43 Il s’agit, dans l’ordre, du « Proemio », de l’introduction à la IVe journée, de la « Conclusion de (...)
  • 44 Le compilator est celui qui introduit les titres et les « rubriques » ; pour le scriptor, cf. la « (...)
  • 45 Cest ainsi déjà que Boccace désignait son activité dans sa première œuvre d’importance, le Filocol (...)
  • 46 Cf. la « Conclusion de l’auteur », § 17.

15Dans ce qui est aussi un prosimetrum sui generis41, c’est la superposition et l’enchâssement des niveaux énonciatifs et narratifs qui frappe de prime abord. Et en premier lieu, il convient de distinguer deux grandes strates : celle qui est constituée par les interventions extradiégétiques de l’auteur (comme il se nomme lui-même), et celle proprement diégétique, qui se démultiplie en deux, voire trois couches rigoureusement hiérarchisées42. Grâce à la présence de ce premier niveau, stratégiquement distribué en autant de seuils à chaque extrémité de l’œuvre et en son mitan, fourmillant d’indications métapoïétiques43, le compilator, par le truchement notamment d’un jeu malicieux sur la figure du scriptor, se veut donc auctor de plein droit – un auteur qui ne cesse de s’autoriser à manipuler ludiquement les codes en vigueur44. Cette structure extrêmement sophistiquée et complexe (dans son apparente simplicité), cette vaste opération de « composition45 » va donc de pair avec l’obsession boccacienne des rapports entre « auctorialité » et écriture. L’écriture est chez lui la garantie en quelque sorte « notariale » d’un engagement (qu’il s’agisse, par exemple, du commerce amoureux ou des échanges proprement mercantiles) : de sorte que, conformément à la pratique médiévale qui veut que la signature engage la véridicité de ce que rapporte le style ou la plume, lorsque Boccace recourt avec insistance au champ lexical de l’écriture dans tous les passages où se fait entendre la voix de l’auteur, il trace l’espace où se joue sa responsabilité propre. Inventor, non ; scriptor, oui46 : mais alors, c’est d’avoir osé rassembler tout ce matériau composite et sans doute indigne (très « humble » en tout cas) qui peut bien faire scandale, qui peut valoir la réprobation universelle à celui qui s’en est rendu coupable – c’est ce geste en tout cas qui a conféré « autorité » au transcripteur et à ce qu’il a retranscrit, en engageant sa responsabilité et en revendiquant le droit au « nouveau réalisme » dont le texte est porteur. L’analogie avec l’opération accomplie par Pétrarque est frappante : sur son exemplaire de travail (contenu dans le codex Vat. lat. 3196), celui-ci note scrupuleusement « transcriptus » (souvent « in ordine », avec parfois la date), chaque fois qu’il recopie « à sa place » sur le manuscrit définitif un de ses poèmes « épars » ; ceux-ci seraient eux aussi, selon le propre jugement de l’auteur, hétéroclites – le « style » en est « vario », RVF 1 –, et la matière, « vulgaire ».

  • 47 Cf. par exemple le titulus de la première journée du Décaméron : « Comincia la Prima giornata del (...)
  • 48 Dans l’« argomento » en vers qui précède les troisième et douzième livres (ce dernier appelé « lib (...)
  • 49 Il s’agit du ms Acquisti e Doni 325 de la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence. Pour une des (...)
  • 50 Elles sont destinées à éclairer le lecteur ignorant de l’histoire et de la mythologie antiques, et (...)
  • 51 Cf. S. Zamponi, Il libro del Canzoniere : modelli, strutture, funzioni, in Rerum vulgarium fragmen (...)

16La question de l’auteur est en réalité fort ancienne chez Boccace : indépendamment de ce que peuvent révéler les dépouillements lexicographiques47, il est de cela un exemple particulièrement intéressant, je crois, dans le cadre qui nous mobilise ici. Vers 1339-1340, à la fin donc de sa période napolitaine, Boccace compose le premier poème épique en langue vulgaire (en huitains dits « toscans ») de la littérature italienne : le Teseida, dont le titre dit assez déjà à quel type de modèle il voudrait qu’on le compare48. Arrivé à Florence au début des années quarante, il le transcrit dans un beau manuscrit autographe49. Outre le fait qu’avait été prévu par l’auteur pour sa décoration un vaste programme iconographique (hélas très partiellement réalisé par une main restée anonyme : le magnifique dessin – plume et aquarelle – du premier folio, à quoi s’ajoutent deux lettrines ornées et quelques autres initiales filigranées) et qu’il avait adopté une belle et très régulière « littera textualis », Boccace avait entouré son texte principal de gloses (ainsi qu’il les nomme lui-même) marginales et interlinéaires, réalisées en plus petit module50. Il s’applique en d’autres termes à lui-même le traitement réservé aux auctoritates (Ecritures, Pères de l’église, théologiens, philosophes, « antichi autori »…) dans les livres monastiques ou universitaires. Ces gloses prennent aujourd’hui dans les éditions dont nous pouvons disposer la forme de banales notes de bas de page. Si Boccace n’a pas été disert comme son aîné, à qui revient le bénéfice de l’antériorité pour tout ce qui touche aux aspects matériels des livres51, il l’a néanmoins précédé en matière de confection du premier véritable « livre d’auteur ».

  • 52 Cf. A. Petrucci, Il libro manoscritto, op. cit., p. 514-515.
  • 53 Pour la description, voir Boccaccio visualizzato, op. cit., II, p. 62-66 et la bibliographie affér (...)
  • 54 Un des cas les plus intéressants est constitué par la transition entre les paragraphes 48 et 49 de (...)

17Mais tout cela se manifeste avec un éclat plus inattendu encore dans cet autre manuscrit autographe que Boccace entreprend de réaliser à la fin de sa vie – autour de 1370 et après avoir été définitivement convaincu par Pétrarque que son « divertissement » de jeunesse valait beaucoup mieux que les flammes dans lesquelles il avait été tenté naguère de le jeter : un codex en effet uniquement destiné (comme les Rerum vulgarium fragmenta) à accueillir le Décaméron, dans le but de donner de ce dernier la version définitive et autorisée, revue – assez légèrement – sur le plan linguistique, mais, paradoxalement en apparence, souvent dans le sens d’une « trivialisation » ultérieure du texte premier. Le destinataire final de cet exemplaire pourrait ne pas avoir été Boccace lui-même, mais il reste inconnu (l’hypothèse d’un don projeté et par la suite abandonné serait corroborée par le moindre soin apporté à la fin de la réalisation)52. Voici quelques éléments sommaires de description de cette transcription à partir d’une copie de travail. Le Hamilton 90 de la Staatsbibliothek – Preussicher Kulturbesitz de Berlin est – contrairement au manuscrit de Pétrarque – un assez grand format, évidemment en parchemin : il compte 122 folios (134 à l’origine) de 37 cm environ sur 2653. Quatre particularités méritent tout spécialement d’être relevées. La mise en page prévoit deux colonnes de 57 lignes (presque le double des 31 du Vat. lat. 3195 pétrarquien), justifiées et plus nettement séparées encore que dans le cas de Pétrarque, et complétées (dans les grandes marges et dans les interlignes) par nombre d’apostilles elles aussi autographes (sans compter les interventions postérieures, dont certaines sont de la main de Pietro Bembo). Ensuite, les initiales sont l’objet d’un soin particulier et obéissent à un système hiérarchique strict : celui-ci, par le jeu de grandes majuscules filigranées prolongées de hastes courant sur toute la hauteur de la page, d’autres initiales intermédiaires plus petites et alternativement colorées en rouge et bleu, puis encore de pieds-de-mouche qui indiquent les paragraphes, enregistrent rigoureusement les subdivisions structurelles du texte, ainsi que les changements de régime énonciatif, a fortiori lorsque ceux-ci sont stratégiques54. En outre, les éléments titulaires et les rubriques sont écrits à l’encre rouge. Par-delà la volonté de rendre les subdivisions et les passages repérables au premier coup d’œil, il y a aussi et surtout l’affichage d’une volonté d’auteur, celle de rendre non manipulable, non démembrable son texte : l’exemple récent du Novellino était là pour montrer que les précautions en la matière étaient tout sauf superflues.

18Enfin, treize dessins d’exquise facture, placés en bas de page représentent autant de bustes de personnages des nouvelles, à l’intérieur desquels viennent se loger les « réclames » qui en sont le prétexte. Il y a là un indice parmi tant d’autres de l’intérêt très vif que Boccace portait aux images, celles de la peinture en particulier. Pour me limiter à un seul autre exemple, on s’accorde aujourd’hui à attribuer à la main de Boccace les quatorze délicieuses vignettes, d’une valeur artistique certaine, qui accompagnent le témoin majeur de la première rédaction du Décaméron et relèvent quant à elles le défi de l’historisation (au sens propre) de l’image (c’est en général la première nouvelle de chaque journée qui est illustrée, le plus souvent en trois temps) ; il s’agit de la copie du texte réalisée en écriture bâtarde (« mercantesca ») pour son plaisir par un marchand florentin (Giovanni d’Agnolo Capponi) autour du deuxième tiers des années soixante et actuellement conservée à Paris (ms It. 482 de la BNF). Pour en revenir à l’Hamilton 90 berlinois, le rapport texte-image, si prégnant chez Boccace, est fondé ici sur une recherche poussée d’individualisation (mais la psychologisation dont on a pu parler me paraît bien anachronique) des protagonistes des nouvelles correspondantes, rompant de la sorte avec l’inspiration narrative du manuscrit parisien.

  • 55 V. A. Petrucci, La scrittura di Francesco Petrarca, op. cit., p. 87-88.
  • 56 Cf. A. Petrucci, Il libro manoscritto, cit., p. 515. Voir aussi L. Battaglia Ricci, Boccaccio, Rom (...)

19Par ailleurs – dernière des particularités notables – Boccace, avec la « preantiqua », qu’il utilise ici, calligraphiée d’une main très sûre quelques millimètres au-dessus des réglures, s’inspire largement de la leçon pétrarquienne en la matière, mais en la rapprochant encore de ce qui sera bientôt – c’est-à-dire une génération ou deux plus tard – l’écriture humanistique55. Pour le dire avec Armando Petrucci et Laura Battaglia Ricci, il fait de son Décaméron, œuvre « futile » destinée à la consolation des pauvres femmes réduites à l’ennui des intérieurs domestiques où les confinent pères, frères et maris, un « libro da banco » réalisé sur le modèle du livre universitaire. Le choix opéré n’était pas complètement judicieux : il y avait quelque chose de passéiste dans l’idée de modeler un tel texte sur la production en usage dans les écoles et les studia, et ce sont d’autres formats, d’autres types qui vont s’imposer56. Mais comment ne pas voir là, inscrite dans la chair même, si l’on peut dire, du livre, la pleine conscience du caractère totalement inédit de l’opération de composition et la volonté delibérée de réaliser une sorte de coup de force par le biais de stratégies obliques ?

  • 57 À côté d’un ouvrage scientifique comme le Boccaccio visualizzato plusieurs fois cité, on signalera (...)
  • 58 Il s’agit du ms Pal. lat. 1989 – A de la Biblioteca Apostolica Vaticana ; cf. Boccaccio visualizza (...)

20Pour conclure en quelques mots sur le cas Boccace, on voit en tout cas de manière encore plus évidente que précédemment, que, si quelques parutions du type « beaux livres » ont vu le jour dernièrement57, renouvelant une pratique éditoriale fort ancienne (celle des exemplaires de luxe d’antan), il y a néanmoins perte irrémédiable. Le fait que l’auteur du Décaméron autographe ne pouvait certes pas avoir en vue la reproductibilité à l’identique de son œuvre, le fait aussi que sa diffusion réelle (considérable) fut confiée essentiellement à de petits et frustes codex en écriture cursive (« cancelleresca » ou « mercantesca »), le fait encore que les reprises postérieures – je ne pense pas tant ici aux meilleures productions « bourgeoises » destinées à l’usage privé de la Florence du Trecento et du Quattrocento, qu’aux versions de cour, aux productions princières de la France de Charles VI et, pour ne citer qu’un exemple, au manuscrit enluminé par le Maître de la Cité des Dames58– infléchissent l’œuvre dans un sens qui ne peut que nous paraître erroné (quand ces versions ne commettent pas de véritables contresens, de traduction ou d’illustration), tout cela peut-il nous consoler tout à fait de ce que l’habit physique du livre se soit à ce point appauvri – au risque d’amoindrir ou d’amputer les lectures que nous en faisons ?

21Que retirer à présent de la double étude de cas qui précède ?

  • 59 Pour Pétrarque, on notera cependant que ses développements sur la poésie antique sont parfois tran (...)
  • 60 Cf. A. Petrucci, Il libro manoscritto, cit., p. 514 sq.
  • 61 Afin de mesurer tout ce qui les sépare des pratiques antérieures, voir par exemple le cas de B. de (...)
  • 62 Cf. M. Foucault, Qu’est-ce qu’un auteur ?, « Bulletin de la Société française de philosophie », LX (...)

22Avec Pétrarque et Boccace, il ne s’agit de rien de moins que de l’« invention » pour la littérature de deux des genres majeurs de la tradition occidentale : la poésie lyrique en langue vernaculaire (notamment sous les espèces du sonnet) et la nouvelle – sinon le développement ultérieur de celle-ci en roman (dans l’acception moderne du terme). Ni l’un ni l’autre ne proposent de théorie systématique de l’écriture qu’ils pratiquent – tributaires qu’ils restent, dans la conception qu’ils ont des literae, à la fois de la tradition du commentaire allégorique et de l’exemplarité morale de l’historia59. Mais ils se font « auctores » – y compris au sens premier –, puisqu’ils « augmentent » le champ littéraire de nouveaux objets dignes désormais d’y entrer de plein droit. Cette invention advient dans et par le livre, qui est l’objet chez eux d’une véritable « pratique théorique » – qui les voit tenter de hisser leurs textes majeurs en langue vulgaire à la hauteur du modèle « librario60 ». L’un et l’autre, on l’a vu, rompent à cette fin avec les pratiques en vigueur qui voulaient que le scriptor se distinguât du dictator. L’exigence de contrôle intégral du livre, depuis sa conception jusqu’à sa mise en circulation, par un auteur se faisant volontairement scriptor de lui-même n’avait avant eux jamais été aussi totale qu’avec le Canzoniere et le Décaméron61. Il convient alors de profiter de l’occasion pour redire que la fonction-auteur naît de facto bien avant le xviiie siècle et sa définition juridique de la propriété intellectuelle, contrairement à ce que les lectures inattentives de Foucault ont laissé croire – et Pétrarque et Boccace sont bien de ce point de vue, me semble-t-il, des « instaurateurs de discursivité62 ». Et sans doute conviendrait-il alors de s’interroger symétriquement sur les bouleversements de la « fonction-lecteur » qu’une telle « instauration » induit…

  • 63 Je me contente ici de renvoyer au « classique » L’Apparition du livre de L. Febvre et H.-J. Martin (...)
  • 64 Voir A. Quondam, La letteratura in tipografia, op. cit., en particulier p. 559.

23D’autre part, si l’invention technique de l’imprimerie a été préparée par une multiplicité de facteurs évidemment non techniques auxquels elle a répondu et dont nous retrouvons plus que la trace chez Pétrarque et Boccace63, il n’en reste pas moins que se posent à mon sens deux questions, que, paradoxalement, les nouvelles technologies de l’édition pourraient bien ressusciter avec force : je pense ici aux possibilités ouvertes par le multi-média, qui nous remet en contact avec les objets premiers – et ce, même s’il n’y a pas « compensation » intégrale, puisque nous restons privés du contact avec leur épaisseur, leur pesanteur toutes « charnelles ». Ces questions, les voici : la dissociation moderne, idéaliste, entre contenu immatériel et invariant d’un texte, d’une part, et, de l’autre, la matérialité de l’objet qui le renferme, perçue comme accessoire, n’aurait-elle pas été favorisée par l’imprimerie, par l’éclatement de la chaîne de production entre acteurs aux intérêts différents, divergents, voire contradictoires ? D’autre part, la relative indistinction de la forme-livre introduite artificialiter par l’imprimé n’a-t-elle pas du même coup gommé, en une sorte de redoublement de cette fracture épisémologique, une part essentielle de la discursivité propre des genres « littéraires » du discours écrit, celle de l’écriture précisément64 ? Pour ce qui est de la première question, si les tendances sacralisantes à l’égard d’un sens transcendant des textes sont justement combattues par les efforts entrepris depuis quelque temps pour redonner toute sa place à l’histoire matérielle des livres, encore faudrait-il ne pas, par un simple renversement, restaurer les droits d’une telle dichotomie : la réception des textes est faite aussi de l’appréhension d’entités langagières qui, au cœur d’un complexe discursif fait de réalités multiples (y compris, on l’a vu, d’ordre « physique »), n’en restent pas moins le lieu de la mise en branle de lois spécifiques (celles de la pragmatique textuelle stricto sensu) qui gouvernent le dialogue entre texte et lecteurs. Arrivé à son terme, cet exposé voudrait – c’est là l’ébauche de réponse que j’apporte à la deuxième question – avoir été un modeste plaidoyer pour une « herméneutique intégrative ». Autrement dit, l’inclusion des constituants matériels dans l’effort interprétatif ne devrait pas servir seulement à une sociologie historique de la culture et de la littérature, selon une problématique « faible » de la réception. Elle est aussi une voie d’accès pour la compréhension des textes dans toute l’épaisseur de leur surgissement et de leur devenir historiques : chaque « édition », a fortiori celle qu’établit l’auteur, est un événement singulier, un acte unique, jamais exactement réitérable. Le concept d’œuvre devrait lui aussi en tenir compte…

Notes

1 L’autre édition en langue vulgaire de 1470 concerne un texte « courtisan », célébrant un tournoi bolonais de l’année. Pour un panorama sur la question, voir A. Quondam, La letteratura in tipografia, in Letteratura italiana, II, Produzione e consumo, Torino, Einaudi, 1983, p. 555-686, et, pour le texte qui vient d’être mentionné, p. 598.

2 Comme il sera rappelé plus bas, le titre que Pétrarque donne à son recueil est Rerum vulgarium fragmenta. La première apparition de Canzoniere – appellation qui, sporadique tout d’abord, ne sera reprise systématiquement qu’au xxe siècle - semble remonter à l’édition bolonaise de 1516 chez Francesco Griffo (v. par exemple G. Gorni, Metrica e analisi letteraria, Bologna, Il Mulino, 1993, p. 113-134).

3 Quarante-huit incunables suivront pour le premier des deux auteurs, trente-huit pour le second (cf. l’étude d’A. Quondam mentionnée à la note 1 ci-dessus, loc. cit.).

4 Ils seront suivis à deux ans de distance par la Comédie de Dante (avec trois éditions la même année, en 1472 ; dans l’ordre : à Foligno, chez Johann Neumeister ; à Mantoue, chez les frères Putzbach ; à Venise ou à Jesi, chez Federico de’ Conti Veronese).

5 Voir notamment Le epistole « De imitatione » di Giovanfrancesco pico della Mirandola e di pietro Bembo, a cura di G. Santangelo, Firenze, Olschki, 1954 ; éd. reprise avec une version française (et augmentée de l’échange antérieur entre Politien et Paolo Cortesi sur ce même sujet) dans G. F. Pico della Mirandola & P. Bembo, De l’Imitation, traduction et présentation de L. Hersant, Paris, Aralia, 1996.

6 Voir par exemple P. Bembo, prose della volgar lingua, I, 10 : « Anzi ho io un libro veduto delle sue Novelle [i.e. de Boccace], buono e antico, nel quale sempre si legge […] » ; et quant à Pétrarque et aux formes lexicales qu’il emploie, « usò ligio, che in tutti i provenzali libri si legge. » (je cite d’après Trattatisti del Cinquecento, a cura di M. Pozzi, Milano-Napoli, Ricciardi, 1978, I, p. 84). On remarquera qu’une fois dans le livre II des prose, qui consacre de longs développements à Pétrarque, Bembo, adepte pourtant dans son édition vénitienne de 1501 du titre Rime, évoque son « canzonier » (ibid., p. 83). Sur le livre dans la culture occidentale depuis l’Antiquité, son caractère sacré et les métaphores qui lui sont attachées, on peut se référer encore à E. R. Curtius, La Littérature européenne et le Moyen-Âge latin, [Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, 1948], traduit de l’allemand par J. Bréjoux, préface de A. Michel, Paris, PUF, 1956, que je cite dans sa reprise dans la collection « Agora », II, chap « Le symbolisme du livre », p. 5-76.

7 J’en profite pour rappeler que son rôle d’« inventeur » d’une critique stylistique de saveur « génétique » ante literam, fondée sur l’examen minutieux des variantes, reposera sur la comparaison entre différents témoins manuscrits d’états successifs des mêmes pièces.

8 Voir O. Ducrot, Le Dire et le dit, Paris, Minuit, 1984, p. 95 sq.

9 Voir les lignes introductives d’A. Quondam à l’étude citée, p. 555-566 ; mais aussi de R. Chartier, son introduction (« Mystères esthétiques et matérialités de l’écrit ») à inscrire et effacer. Culture écrite et littérature (xie-xviiie siècle), Paris, Le Seuil-Gallimard, p. 7-15.

10 Pour une mise en perspective dans une longue durée ayant pour point de fuite la révolution introduite par le texte électronique contemporain, cf. R. Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xiv-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996, chap. « Les représentations de l’écrit », p. 17-44.

11 Pour une première approche de Pétrarque, voir U. Dotti, Vita di Petrarca, Roma-Bari, Laterza, 1987, 2004 (« Biblioteca Storica Laterza ») ; pour la traduction française, cf. Id., Pétrarque, traduit de l’italien par J. Nicolas, Paris, Fayard, 1991.

12 On peut lire cette lettre (texte latin et traduction italienne en regard) dans F. Petrarca, Lettere disperse. Varie e miscellanee, a cura di A. Pancheri, Parma, Fondazione Pietro Bembo/Guanda, 1994, p. 532-539. Une rédaction définitive de la lettre, privée notamment de l’important postscriptum de la version g reportée dans l’édition qui vient d’être citée et auquel il sera fait allusion un peu plus loin, sera incluse par Pétrarque dans le recueil des Senilium rerum libri XIII 11 (voir la toute récente édition avec traduction française en regard : Pétrarque, Lettres de la vieillesse, IV, Livres XII-XV, édition critique d’E. Nota, traduction de J.-Y. Boriaud, présentation, notices et notes de U. Dotti, Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 174-181, et, pour les variantes entre états successifs du texte, p. 478-484, ainsi que le texte g dans son intégralité aux p. 501-504).

13 Sur le contenu de cette bibliothèque, qui « renverse le canon habituel », voir par exemple A. Petrucci, Le biblioteche antiche, in Letteratura italiana, II, op. cit., p. 527-554, ici p. 536-537.

14 Sur Boccace, voir V. Branca, Giovanni Boccaccio. Profilo biografico, in Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, a cura di V. Branca, Milano, Mondadori, I, 1967, p. 3-197.

15 Sur la bibliothèque de Boccace, cf. A. Mazza, L’inventario della « parva libraria » di Santo Spirito e la biblioteca del Boccaccio, « Italia medioevale e umanistica », IX (1966), p. 1-74.

16 Cf. U. Dotti, Vita…, op. cit., p. 194-202 ; V. Branca, Profilo…, op. cit., p. 77-78.

17 En mars 1351 (séjour d’une semaine à Padoue, où Boccace était venu faire la proposition officielle, pour le compte de la Commune florentine, d’une chaire au Studio fiorentino, que Pétrarque refusera) ; en mars 1359 (un mois à Milan) ; trois mois au printemps 1363, à Venise ; deux mois à Padoue à la fin de l’été 1368.

18 Le dernier livre (XVII) des Seniles est constitué de quatre lettres à Boccace, écrites entre 1373 et 1374. Particulièrement importantes sont les lettres XVII 2 et 3 : hymnes à la littérature et défense des œuvres de chacun des deux amis, contemporaines de la traduction en latin – qu’elles accompagnent – de la nouvelle de Griselda (Décaméron X 10), qui connaîtra une fortune européenne autonome exceptionnelle, elles ont valeur testamentaire.

19 Qu’il suffise de citer à ce propos la célèbre « familiaris » de 1359 à Boccace (Fam. XXI 15, § 16-18), ou la « senilis » V 2 de 1364 au même, § 3, 23-25. Sur l’effet que peut produire sur lui la perte d’une lettre – à cause de la négligence d’amis trop désireux de le lire –, cf. la « familiaris » V 16. Je renvoie, pour cette note comme 3pour les mentions ultérieures des Familiares, à la récente édition française : Pétrarque, Lettres familières, Rerum familiarium, Introduction et notes de U. Dotti, traduction de A. Longpré, Paris, Les Belles Lettres, 5 tomes parus (livres I-XIX - sur les XXIV que compte l’ensemble), 2002-2005.

20 Voir aussi le post-scriptum de la Varia 9, autrement dit la lettre à P. Malatesta citée à la note 12 ci-dessus, à propos des matériaux préparatoires au Canzoniere, p. 538-539.

21 Au même moment, ainsi que l’indique dans sa première rédaction de 1350 la dédicace à Barbato da Sulmona, Pétrarque projette de regrouper en un volume (mais l’entreprise ne sera menée à bien qu’une quinzaine d’années plus tard) son « sparsum carmen » latin (Epystole, I 1, v. 30-31), c’est-à-dire ces autres « nuge » (v. 81) auxquelles faisait également allusion la lettre à « Socrate ».

22 Pour Guittone, voir l’importante étude de R. Leporatti, Il ’libro’ di Guittone e la Vita nova, « Nuova rivista di letteratura italiana », IV, 1 (2001), p. 41-150, et, pour une appréciation divergente des témoins de la tradition manuscrite, C. Giunta, Codici. Saggi sulla poesia del medioevo, Bologna, Il Mulino, 2005, p. 317-341 ; voir aussi R. Antonelli, Perché un Libro (Canzoniere) et L. Leonardi, Appunti su Guittone nei Rerum vulgarium fragmenta, in L’Io lirico : Francesco Petrarca. Radiografia dei Rerum vulgarium fragmenta, a cura di G. Desideri, A. Landolfi, S. Marinetti, « Critica del testo », VI/1 (2003), respectivement aux p. 49-65 et 353-366 (on pourra consulter aussi la première section du vol. II/1 [1999] de « Critica del testo », L’antologia poetica). Pour les chansonniers provençaux, v. les différentes études qui leur sont consacrées dans Lyrique romane médiévale : la tradition des chansonniers, Actes du colloque de Liège (1989), éd. par M. Tyssens, Liège, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, 1991. Il convient de signaler enfin, aussi bien pour la tradition occitane qu’italienne, la parution toute récente du volume collectif « Liber », « Fragmenta », « Libellus » prima e dopo Petrarca. In ricordo di D’Arco Silvio Avalle, Seminario internazionale di studi (Bergamo, 23-25 ottobre 2003), a cura di F. Lo Monaco, L. C. Rossi, N. Scaffai, Firenze, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2006.

23 Cf. le sonnet d’ouverture, de 1350 environ lui aussi.

24 Sur la question du titre du recueil, voir l’analyse de M. Picone, Petrarca e il libro non finito, in Petrarca volgare e la sua fortuna sino al Cinquecento, a cura di B. Porcelli, Pisa-Roma, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 2004 (« Italianistica. Rivista di letteratura italiana », a. XXXIII, 2, maggio/agosto 2004), p. 83-93, qui penche pour la thèse d’un « non-fini » délibérément voulu et signifié comme tel par le choix titulaire définitif de l’auteur lui-même.

25 Voir à ce sujet les analyses très précises réunies dans Rerum vulgarium fragmenta. Codice Vat. lat. 3195. Commentario all’edizione in fac-simile, a cura di G. Belloni, F. Brugnolo, H. Wayne Storey e S. Zamponi, Roma-Padova, Antenore, 2004.

26 Voir notamment la lettre de Pétrarque à son frère Gherardo d’avril 1354 (il s’agit de la « familiaris » XVIII 5), ainsi que le chapitre 42 du livre I du De remediis utriusque fortune (1354-1366), « De librorum copia » (je renvoie à l’édition suivante : Pétrarque, Les remèdes aux deux fortunes, Texte et traduction, texte établi et traduit par C. Carraud, Grenoble, Jérôme Millon, 2002, I, p. 216-225).

27 Outre celle donnée à la note 22, la référence majeure quant aux principes qui ont présidé à la structuration du recueil reste M. Santagata, i frammenti dell’anima. Storia e racconto nel Canzoniere di Petrarca, Bologna, Il Mulino, 1992, 2004.

28 Cf. F. Brugnolo, implicazioni grafico-visive nell’originale dei Rerum Vulgarium Fragmenta, in Rerum vulgarium fragmenta. Codice Vat. lat. 3195. Commentario…, op. cit., p. 105-129, ici p. 111-112. Les exemples choisis ici pour illustrer les effets de sens de la mise en page ne concernent que des sonnets ; je rappellerai quand même que la chanson reçoit dans ce « manuscrit d’auteur » un traitement particulier, qui rompt avec les pratiques antérieures, et que, plus significativement encore sans doute, les lettres de noblesse inédites et la fonction que Pétrarque confère à ses sextines (les RVF en comptent neuf) coïncident avec leur disposition matérielle (cf. ibid., en particulier p. 120 ; v. aussi dans le même volume H. Wayne Storey, All’interno della poetica grafico-visiva di Petrarca, p. 131-171).

29 Cf. C. Pulsoni, « Et imitationem non fugiet sed celabit ». Per uno studio delle rime e delle serie rimiche in Petrarca, « Studi petrarcheschi », n.s., X (1993), p. 1-79 ; D. De Robertis, Il trittico del « T » (RVF 315, 316, 317), « Lectura Petrarce », XIX (1999).

30 Pour les lignes qui suivent, outre les études d’A. Petrucci déjà signalées, voir du même auteur La scrittura di Francesco Petrarca, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1967.

31 Sur le rôle symbolique du « calamus » chez Pétrarque – dès qu’il fait retour sur son activité d’écriture – voir R. Rinaldi, « Sed calamo superstite » : la scrittura interna delle Familiari, in Motivi e forme delle Familiari di Francesco Petrarca, Atti del VII Convegno di Gargnano del Garda (2-5 ottobre 2002), a cura di C. Berra, Milano, Cisalpino, 2003, p. 421-456.

32 Voir A. Petrucci, Le biblioteche…, op. cit., p. 536. Et sur écriture et idéologie (dans l’épigraphie), voir du même auteur La scrittura fra ideologia e rappresentazione, in Storia dell’arte italiana. Grafica e immagine, I, Scrittura Miniatura Disegno, Torino, Einaudi, 1980, p. 5-123.

33 Cf. A. Petrucci, La scrittura di Francesco Petrarca, op. cit., p. 65-66.

34 Cf. ibid, p. 44.

35 Voir M. Signorini, Fortuna del « modello-libro » Canzoniere, in L’Io lirico., op. cit., p. 133-154.

36 Cf. A. Petrucci, il libro manoscritto, cit., p. 522-523.

37 Cf. ibid., p. 515-520.

38 Voir la deuxième lettre à Mainardo Cavalcanti de 1373, in Tutte le opere…, op.cit., V, 1, 1992, p. 704 (§ 19).

39 De même l’explicit : « Qui finisce la Decima e ultima giornata del libro chiamato Decameron cognominato prencipe Galeotto ».

40 Cf. par exemple G. Padoan, Il Boccaccio, le Muse, il Parnaso e l’Arno, Firenze, Olschki, 1978, p. 98 sq.

41 Cette remarque incidente pour faire saisir au passage qu’il n’est sans doute jamais de création générique originale que par la contamination réciproque des genres établis, qu’elle est actualisation de potentialités jusque-là inexploitées, dans et par la forme concrète d’un événement singulier : ici la conception et la fabrication d’un livre.

42 Le niveau métadiégétique du narrateur principal (celui du récit-cadre) ; le niveau proprement diégétique, central, des dix « mandataires » de la narration ; le niveau infradiégétique des narrations secondes, enfin, quand un personnage de l’une des nouvelles se lance à son tour dans le récit d’une historia. Voir à ce propos M. Picone, Autore/narratori, in Lessico critico decameroniano, a cura di R. Bragantini, P. M. Forni, Torino, Bollati Boringhieri, 1995, p. 34-59.

43 Il s’agit, dans l’ordre, du « Proemio », de l’introduction à la IVe journée, de la « Conclusion de l’auteur ». Le texte de référence est l’édition commentée de V. Branca (vol. V de Tutte le opere…, op. cit., Milano, Mondadori, 1976), reprise et mise à jour chez l’éd. Einaudi, Torino, 1980.

44 Le compilator est celui qui introduit les titres et les « rubriques » ; pour le scriptor, cf. la « fiction » de l’introduction à la quatrième journée. Sur ces questions, voir dans le Manuale di letteratura italiana. Storia per generi e problemi, I, Dalle origini al Quattrocento, Torino, Bollati Boringhieri, 1993, le chap. VI (« Il racconto ») dû à M. Picone, et plus particulièrement le point « 2. Il Decameron », p. 625-654.

45 Cest ainsi déjà que Boccace désignait son activité dans sa première œuvre d’importance, le Filocolo : cf. I 1, 17, 26 – où il est question des efforts fournis pour « comporre un picciol libretto [qui couvre, dans l’édition la plus récente. environ six cents pages !] volgarmente parlando » ; cf. Tutte le opere., op. cit., I [a cura di A. E. Quaglio pour le Filocolo], Milano, Mondadori, 1967). Boccace recourt de nouveau au verbe « comporre » dans l’introduction à la IVe journée du Décaméron (§ 35-36).

46 Cf. la « Conclusion de l’auteur », § 17.

47 Cf. par exemple le titulus de la première journée du Décaméron : « Comincia la Prima giornata del Decameron, nella quale, dopo la dimostrazione fatta dall’autore per che cagione avvenisse di doversi quelle persone, che appresso si mostrano, ragunare a ragionare insieme, sotto il reggimento di Pampinea […]. »

48 Dans l’« argomento » en vers qui précède les troisième et douzième livres (ce dernier appelé « libello »), Boccace se désigne comme « autore » ; or, l’invocation aux Muses qui ouvre le Teseida justifie l’entreprise par l’absence chez les « auteurs latins » de l’« historia antica » qu’il s’apprête à traiter (cf. Teseida delle nozze d’Emilia, a cura di A. Limentani, dans le vol. II de Tutte le opere, op. cit., 1964, p. 229-664).

49 Il s’agit du ms Acquisti e Doni 325 de la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence. Pour une description du manuscrit, voir Boccaccio visualizzato. Narrare per parole e immagini fra Medioevo e Rinascimento, a cura di V. Branca, 3 vol., Torino, Einaudi, 1999, II, Opere d’arte d’origine italiana, p. 56-57.

50 Elles sont destinées à éclairer le lecteur ignorant de l’histoire et de la mythologie antiques, et préfigurent le travail de compilation mythographique du plus célèbre (à la Renaissance) des ouvrages boccaciens, hors Décaméron : les Genealogie deorum gentilium, dont on possède aussi un manuscrit autographe de la fin des années soixante très soigné, décoré de superbes arbres généalogiques par l’auteur lui-même, et de surcroît annoté et amendé (ms Pluteo 52.9 – L de la Biblioteca Medicea Laurenziana) ; cf. Boccaccio visualizzato, op. cit., II, p. 57-62.

51 Cf. S. Zamponi, Il libro del Canzoniere : modelli, strutture, funzioni, in Rerum vulgarium fragmenta. Codice Vat. lat. 3195. Commentario…, op. cit., p. 13-72, ici p. 16.

52 Cf. A. Petrucci, Il libro manoscritto, op. cit., p. 514-515.

53 Pour la description, voir Boccaccio visualizzato, op. cit., II, p. 62-66 et la bibliographie afférente.

54 Un des cas les plus intéressants est constitué par la transition entre les paragraphes 48 et 49 de l’introduction à la première journée : le narrateur-témoin oculaire (cf. § 16) de l’épidémie de peste et de ses ravages devient le « transcripteur » de propos entendus de la bouche de quelqu’un d’autre : une grande initiale marque le passage.

55 V. A. Petrucci, La scrittura di Francesco Petrarca, op. cit., p. 87-88.

56 Cf. A. Petrucci, Il libro manoscritto, cit., p. 515. Voir aussi L. Battaglia Ricci, Boccaccio, Roma, Salerno, 2000, p. 126-128, 141 sq.

57 À côté d’un ouvrage scientifique comme le Boccaccio visualizzato plusieurs fois cité, on signalera l’édition de luxe suivante : Decameron. Con le illustrazioni dell’autore e di grandi artisti fra Tre e Quattrocento, a cura di V. Branca, Firenze, Le Lettere, 1999 ; ainsi que la parution simultanée à Paris de la version française de cette édition chez Diane de Selliers.

58 Il s’agit du ms Pal. lat. 1989 – A de la Biblioteca Apostolica Vaticana ; cf. Boccaccio visualizzato, op. cit., III, Opere d’arte d’origine francese, fiamminga, inglese, spagnola, tedesca, p. 205-214.

59 Pour Pétrarque, on notera cependant que ses développements sur la poésie antique sont parfois transposables sous condition et que, d’autre part – indépendamment de l’autoréférentialité qui caractérise nombre des compositions des RVF – sont ménagées çà et là de manière incidente quelques ouvertures sur la poésie vernaculaire : voir par exemple, pour une approche très sommaire, la Collatio laureationis (cf. « Studi petrarcheschi », n.s., V [1988], p. 1-58), les « familiares » du livre X Familiarium à son frère Gherardo (en particulier la X 4) et – surtout – la « senilis » IV 5 (écrite tardivement, entre 1365 et 1367) ; ainsi que les indications fournies par Marco Santagata dans l’introduction à son édition du Canzoniere, Milano, Mondadori, 2004, p. LIV-LVIII.

60 Cf. A. Petrucci, Il libro manoscritto, cit., p. 514 sq.

61 Afin de mesurer tout ce qui les sépare des pratiques antérieures, voir par exemple le cas de B. de Bourgueil tel que l’analyse R. Chartier in Inscrire…, op. cit., en particulier p. 22.

62 Cf. M. Foucault, Qu’est-ce qu’un auteur ?, « Bulletin de la Société française de philosophie », LXVIII, 3 (1969), p. 73-104 ; texte repris in Id., Dits et écrits 1954-1988, I, 1954-1975, édition établie sous la direction de D. Defert et F. Ewald avec la collaboration de J. Lagrange, Paris, Gallimard (« Quarto »), 2001, p. 817-849. Voir aussi B. Edelman, Le Sacre de l’auteur, Paris, Le Seuil, 2004.

63 Je me contente ici de renvoyer au « classique » L’Apparition du livre de L. Febvre et H.-J. Martin, Paris, Albin Michel, 1958.

64 Voir A. Quondam, La letteratura in tipografia, op. cit., en particulier p. 559.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search