Version classiqueVersion mobile

L'imprimé et ses pouvoirs dans les langues romanes

 | 
Ricardo Saez

Chapitre I. L’imprimé et ses pouvoirs (XVe-XVIIIe siècles)

Roger Chartier

Texte intégral

1Le titre de notre rencontre me semble inviter à un double questionnement. D’une part, comment penser les relations entre l’imprimerie, entendue comme une technique spécifique de reproduction des textes, et d’autres formes de publication et de diffusion de l’écrit et en particulier la copie manuscrite ? D’autre part, comment situer les pouvoirs propres du livre par rapport à ceux d’autres objets écrits puisque si tous les livres ne sont pas imprimés, tous les imprimés ne sont pas des livres.

  • 1 E.Eisenstein, The printing press as an Agent of Change. Communication and Cultural Transformations (...)
  • 2 D. F. McKenzie, « The Economies of Print, 1550-1750 : Scales of Production and Conditions of Const (...)

2Dans un premier temps, il nous faut faire retour sur une opposition fondamentale, héritée d’Élizabeth Eisenstein, entre « print culture » and « scribal culture1 ». Une première réévaluation concerne la notion même de « culture imprimée » et l’un des effets les plus fondamentaux qu’Élizabeth eisenstein assigne à la « printing revolution », à savoir, la dissémination des textes à une échelle inconnue au temps du manuscrit. Le constat ne fait pas débat. Avec l’invention de Gutenberg, plus de textes sont mis en circulation et chaque lecteur est à même d’en rencontrer un plus grand nombre. Mais quels sont ces textes dont la présence est démultipliée par l’imprimerie ? Des livres, bien sûr, mais comme l’a montré D. F. McKenzie2, leur impression constitue une part souvent minoritaire, voire très minoritaire de l’activité des ateliers typographiques entre xve et xviiie siècle. L’essentiel de leur production consiste en libelles, pamphlets, pétitions, affiches, formulaires, billets, quittances, certificats, et bien d’autres « ephemera » ou « travaux de ville » qui assurent le plus clair des revenus des entreprises. Les conséquences ne sont pas minces pour la définition de la « print culture » et de ses effets.

  • 3 A. Castillo Gómez, Escrituras y escribientes. Prácticas de la cultura escrita en una ciudad del Re (...)
  • 4 H. Love, Scribal Publication in Seventeenth-Century England, Oxford, Oxford University Press, 1993 (...)
  • 5 F. Bouza, Corre manuscrito. Una historia cultural del Siglo de Oro, Madrid, Marcial Pons, 2001.
  • 6 De bonne main. La communication manuscrite au xviiie siècle, François Moureau (éd.), Paris/ Oxford, (...)
  • 7 R. Chartier, « Le manuscrit à l’âge de l’imprimé (xve-xviiie siècles) », La lettre clandestine, 7, (...)

3L’imprimerie rend familiers des objets inconnus ou marginaux à l’âge du manuscrit. Dans les villes au moins, l’écrit imprimé s’empare des murs, se donne à lire dans les espaces publics, transforme les pratiques administratives et commerciales3. De là, la nécessité de reformuler l’opposition entre « scribal culture » et « print culture » et de déplacer l’attention sur le manuscrit à l’âge de l’imprimé. Après les travaux consacrés à la publication manuscrite en Angleterre4, en Espagne5et en France6, il n’est personne aujourd’hui pour soutenir que « ceci » (la presse à imprimer) a tué « cela » (le manuscrit). Multiples sont les genres (anthologies poétiques, libelles politiques, instructions nobiliaires, nouvelles à la main, textes libertins et hétérodoxes, partitions musicales, etc.) qui furent très largement difffusés par les copies manuscrites7. Les raisons en sont diverses : le moindre coût, la volonté de déjouer la censure, le désir d’une circulation restreinte, ou encore, la malléabilité de la forme manuscrite, qui permet additions et révisions. La cause est donc entendue : l’imprimerie, du moins dans les quatre premiers siècles de son existence, n’a fait disparaître ni la communication ni la publication manuscrite.

Les pouvoirs du manuscrit

  • 8 A. Grafton, « Teacher, Text, and Pupil in the Renaissance Class-Room : a Case-Study from a Parisia (...)
  • 9 R. Chartier, « Du rituel au for privé : les chartes de mariage lyonnaises au xviie siècle », in Le (...)
  • 10 L. Braida, « Dall’almanacco all’agenda. Lo spazio per le osservazioni dellettore nelle guide del t (...)

4Plus encore, elle a invité à de nouveaux usages de l’écriture à la main comme l’atteste un premier inventaire des objets qui incitent leurs acheteurs à couvrir de leur écriture les espaces que l’impression a laissés en blanc. Il en va ainsi des pages vierges interfoliées dans les almanachs, des espaces en attente d’écriture dans les formulaires, des cahiers de lieux communs dont seules les rubriques sont imprimées, ou des larges marges et interlignes des éditions destinées à accueillir les annotations du lecteur. Il serait aisé de multiplier les exemples de ces objets imprimés dont la raison d’être est de susciter et préserver l’écriture manuscrite : ainsi, les éditions des classiques latins utilisées dans les collèges du xvie siècle8, les chartes de mariage, en usage dans certains diocèses de la France méridionale au xviie siècle9, ou, au siècle suivant et en Italie, les premiers agendas dans lesquels chaque jour est divisé en ses différents moments10.

  • 11 Sur cette ambivalence de la relation des pouvoirs à l’écrit, cf. F. Bouza, Imagen y propaganda. Ca (...)

5Ces objets témoignent pour deux phénomènes de plus grande ampleur qui ont profondément amplifié la présence de l’écrit dans les societés de l’âge moderne. Le premier est le recours croissant à l’écriture comme instrument de gouvernement et d’administration. Il est vrai que les pouvoirs d’Ancien Régime se méfient de l’écrit et, de diverses manières, s’efforcent de le censurer et contrôler. Mais il est vrai aussi qu’ils appuient de plus en plus leur gestion des territoires et des populations sur la correspondance publique, l’enregistrement écrit et la propagande imprimée11. Les exigences nouvelles des procédures judiciaires, de la gestion des corps et des communautés ou de l’administration de la preuve (par exemple de noblesse) multiplient les obligations d’écriture. Le second phénomène est le lien étroit noué entre expérience religieuse et usage de l’écrit. Nombreuses sont les traces laissées par cette écriture inspirée : autobiographies spirituelles et examens de conscience, visions et prophéties, voyages mystiques, prières et conjurations. En terre catholique, mais pas seulement, ces témoignages de la foi ne sont pas sans inquiéter les autorités ecclésiastiques qui tentent de les contenir ou, lorsqu’ils leur semblent excéder les bornes de l’orthodoxie, de les interdire.

6Les proximités entre écritures manuscrites et textes imprimés ne sont pas limitées aux seuls objets qui, explicitement, les organisent. Les lecteurs du passé, en particulier les lecteurs lettrés, se sont souvent emparés des ouvrages sortis des presses en corrigeant à plume les erreurs qu’ils y trouvaient et en établissant les index ou les erratas manuscrits qui leur étaient utiles, voire en composant des livres originaux à partir des fragments d’éditions imprimés qu’ils découpaient et collaient.

  • 12 D. McKitterick, Print, Manuscript, and the Search for Order 1450-1830, Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 13 Cf. Les essais rassemblés dans The Reader Revealed, S. Alcorn Baron (ed.), Washington, D. C., Folg (...)
  • 14 M. W. Thomas, « Reading and Writing in the Renaissance Commonplace Book : A Question of Authorship (...)

7Ces pratiques permettent de prolonger la discussion ouverte à propos de la standardisation attribuée à l’imprimerie. La reconnaître n’implique pas, pour autant, d’ignorer tous les processus qui en limitent les effets : les corrections sous presse faites en cours de tirage et qui, du fait de la pluralité des associations possibles entre feuilles corrigées et non corrigées dans les exemplaires d’une même édition, multiplient les états du « même » texte12, les « marginalia » manuscrites, qui singularisent l’exemplaire approprié par un lecteur particulier13, ou le rassemblement dans un même volume, et par la volonté du lecteur, de divers textes, tant imprimés que manuscrits, réunis de manière unique dans une même reliure14.

  • 15 A. Victor De Paredes, Institución y origen del Arte de la Imprenta y reglas generales para los com (...)

8Le texte imprimé est donc ouvert à la mobilité, à la flexibilité, à la variation, ne serait-ce que parce qu’en un temps où les tirages demeurent limités (entre mille et mille sept cent cinquante exemplaires vers 1680, selon un homme de l’art, l’imprimeur Alonso Victor de Paredes15), le succès, donc la reproduction d’une œuvre suppose de multiples rééditions, jamais tout à fait identiques les unes avec les autres. De même que la capacité de production des ateliers typographiques est loin d’être totalement mobilisée (au moins pour l’impression de livres), de même, la capacité de l’imprimerie à reproduire un texte identique dans chacun de ses exemplaires n’implique pas qu’il en soit réellement ainsi. inverse, la transmission manuscrite ne signifie pas nécessairement l’altération des textes, en particulier lorsque, comme dans le cas de la Bible ou de la Torah, leur lettre est fixée et qu’un strict contrôle est exercé sur leur copie. Plus qu’un diagnostic général et tranché, contrastant la fixité de l’imprimé avec l’instabilité du manuscrit, ce qui importe est un examen minutieux de chaque transmission textuelle comprise en sa spécificité.

9La vivacité de la publication manuscrite entre xvie et xviiie siècle doit donc être comprise comme un effet durable de la dépréciation de l’imprimé à le « stigma of print ». Soit l’exemple du Siècle d’Or. Lors de sa visite dans une imprimerie barcelonaise, Don Quichotte met en garde l’auteur trop confiant qui a gardé pour lui-même le privilège de sa traduction des Bagatele qu’il a fait imprimer à deux mille exemplaires :

  • 16 Cervantes, L’ingénieux Don Quichotte, in Cervantes, Œuvres romanesques, I, J. Canavaggio (éd.), Pa (...)

Vous faites bien mal votre compte ! répondit don Quichotte. Vous ne connaissez pas, ce me semble, les manigances des imprimeurs et les arrangements qu’ils ont entre eux. Lorsque vous vous verrez chargé de deux mille exemplaires, je vous le promets, vous vous sentirez le corps si moulu que vous n’en pourrez mais, et plus encore si le livre n’a pas beaucoup d’intérêt et de piquant16.

  • 17 Les tromperies des imprimeurs quant au tirage réel des éditions faites pour le compte d’un auteur (...)

10Le texte joue ici avec un lieu commun du Siècle d’Or, celui qui dénonce la cupidité et la malhonnêteté des imprimeurs, toujours prêts à dissimuler, par la falsification de leurs livres de comptes et leurs complicités, le véritable tirage des éditions qui leur ont été commandées, ce qui leur permet d’en vendre un certain nombre d’exemplaires plus rapidement et à meilleur prix que l’auteur17.

11Cervantès avait déjà utilisé le motif dans l’une des Nouvelles exemplaires, le Licencié de verre. « Votre métier me plairait bien s’il n’y avait en lui un défaut », déclare Tomás au libraire de la boutique à laquelle il s’est adossé (avec « mille précautions » puisque, après avoir croqué un coing enchanté par une amoureuse dédaignée, il croit être verre). Au libraire, qui lui demande quel peut bien être ce défaut, le licencié répond :

  • 18 Cervantès, Nouvellle du licencié de verre, in cervantes, Nouvelles exemplaires suivies de Persilès (...)

Les simagrées que font les libraires lorsqu’ils achètent le privilège d’un livre, et le tour qu’ils jouent à son auteur, si d’aventure celui-ci l’imprime à son compte, car au lieu de quinze cents exemplaires, ils en impriment trois mille, et quand l’auteur croit qu’on vend ses livres, ce sont ceux du libraire qui se vendent18.

  • 19 Cf. F. Bouza, « Para qué imprimir. De autores, públicos, impresores y manuscritos en el Siglo de O (...)

12Les mauvaises manières des libraires constituent l’un des thèmes favoris de tous les écrivains qui stigmatisent l’imprimerie, dénoncée parce qu’elle corrompt à la fois l’intégrité des textes, déformés par des compositeurs ignorants, la signification des œuvres, proposées à des lecteurs incapables de les comprendre, et l’éthique du commerce des lettres, dégradée par celui des livres19.

13Le dialogue que Lope de Vega imagine dans Fuente Ovejuna entre Barrildo, le paysan, et Leonelo, un étudiant de retour de Salamanque, illustre le manque de confiance face à la multiplication des livres permise par l’invention de l’imprimerie – une invention récente en 1476, date des événements historiques portés sur la scène par la comedia. À Barrildo qui loue les effets de l’imprimerie (« Maintenant qu’on imprime tant de livres, il n’est personne qui ne se pique d’être savant »), Leonelo répond :

  • 20 L. F. De Vega Carpio, L’Illustre Comedia de Fuente Ovejuna, Traduction par P. Dupont, in Theâtre e (...)

À cause de cela même, j’estime au contraire qu’on est plus ignorant car le savoir ne peut se limiter à une brève somme : l’excès des livres est source de confusion et réduit les efforts qu’on fait à une vaine écume. Et l’homme le plus rompu à la lecture finit, à la seule vue de tant de titres, par y perdre son latin20.

14La multiplication des livres est source de désarroi plus que de savoir, et l’imprimerie, qui a généré un excès de livres n’a pas produit de nouveaux génies.

15Le Songe de l’enfer de Quevedo témoigne, pour sa part, de la crainte de la corruption des textes par la lecture de lecteurs auxquels ils n’étaient pas destinés. Le libraire condamné aux flammes éternelles l’indique avec une amère ironie :

  • 21 F. De Quevedo, Songes et discours traitant des vérités dénicheuses d’abus, vices et tromperies dan (...)

Moi et tous les libraires nous nous damnons par les méchantes œuvres d’autrui et parce que nous vendons au rabais les livres latins traduits en langue vulgaire, grâce auxquels les sots prétendent à un savoir qui jadis n’avait de prix que pour les sages – en sorte qu’aujourd’hui le laquais se mêle de latiniser, et Horace en castillan traîne dans les écuries21.

  • 22 Cf. M. Alcover, « Critique textuelle », in Cyrano de Bergerac, Œuvres complètes, Tome I, Textes ét (...)
  • 23 Cf. The Politics of Information in Early Modern Europe, B. Dooley and S. A. Baron (eds.), Londres (...)

16Nombreuses sont donc les raisons de la présence maintenue de la copie manuscrite alors que la reproduction mécanique des textes rendue possible par l’invention de Gutenberg paraissait en promettre la disparition. D’une part, le manuscrit permet une diffusion contrôlée et limitée des textes qui, ainsi soustraits à la censure préalable, peuvent circuler clandestinement plus aisément que les ouvrages imprimés et risquent moins de tomber entre les mains de lecteurs incapables de les comprendre. C’est la raison pour laquelle les manuscrits ont constitué un véhicule essentiel pour la dissémination des textes du libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle comme, au siècle suivant, de ceux du matérialisme philosophique22. D’autre part, la forme même du livre manuscrit, ouverte aux corrections, aux retranchements et aux additions à toutes les étapes de sa fabrication, de la composition à la copie, de la copie à la reliure, permet l’écriture en plusieurs moments (ainsi, dans le cas des instructions nobiliaires, enrichies de nouveaux textes à chaque génération) ou à plusieurs mains (comme dans le cas des recueils de poèmes dont les lecteurs sont souvent aussi les auteurs). En dernier lieu, la publication manuscrite constitue une alternative aux corruptions introduites par l’imprimerie : elle soustrait le commerce des lettres aux intérêts économiques (sauf lorsqu’elle prend une forme commerciale, comme dans le cas des nouvelles à la main23) et elle protège les textes des altérations introduites par des compositeurs malhabiles et des correcteurs ignorants.

Livre, œuvre et littérature

  • 24 Pour un exemple de l’effet des formes typographiques (format, mise en page, ponctuation) sur le se (...)
  • 25 P. Gaskell, A New Introduction to Bibliography, Oxford, At the Clarendon Press, 1972, p. 7-8 ; J. (...)
  • 26 R. Chartier, « Paratesto e preliminari. Cervantes e Avellaneda », I Dintorni del testo, M. Santoro(...)

17Les effets propres à l’invention de Gutenberg ne sont donc peut-être pas ceux qui ont été le plus souvent soulignés. Ils concernent les relations entre les œuvres en tant que textes et les formes de leur inscription matérielle. En premier lieu, si le livre imprimé hérite des structures fondamentales du livre manuscrit (i.e. la distribution du texte entre les cahiers et feuillets propres au codex, quelle que soit la technique de sa production et reproduction), il propose des innovations qui modifient profondément le rapport du lecteur à l’écrit24. Il en va ainsi des paratextes ou, plus exactement dans la terminologie de Gérard Genette, des péritextes qui composent le seuil du livre. Avec l’imprimé, ils acquièrent une identité rendue immédiatement perceptible par les signatures particulières (italiques, voyelles tildées, symboles) qui caractérisent le ou les cahiers qui constituent les préliminaires, toujours imprimés (avec les tables et les index) après l’achèvement de l’impression du corps du livre et souvent rédigés par le libraire ou l’imprimeur25. Les métaphores architecturales qui aux xvie et xviie siècles désignent ces « porches » qui mènent à l’ouvrage proprement dit, trouvent une forte justification dans la séparation typographiquement marquée entre l’œuvre et le « vestibule » (selon le mot de Borges) qui y conduit26.

  • 27 G. Guerrini, « Il sistema di communicazione di un corpus di manoscriiti quattrocenteschi », Scritt (...)
  • 28 P. Blayney, The First Folio of Shakespeare, Washington, The Folger Library, 1991 ; A. J. West, The (...)

18Par ailleurs, le livre imprimé rend plus commun que le manuscrit le rassemblement dans un même volume des œuvres d’un même auteur. L’innovation n’est pas absolue puisque c’est à partir du xive siècle que, pour certains écrivains écrivant en langue vulgaire, s’est affirmée la pratique de n’assembler dans un même volume que des textes dont ils étaient les auteurs. Le geste rompait avec la tradition dominante de l’âge du manuscrit, celle du miscellanée qui rassemble des textes de genres, de dates et d’auteurs fort différents27. Mais la pratique se fortifie avec l’imprimé. Le Folio de 1616, composé par Ben Jonson lui-même, ou celui de 1623, qui ne doit rien à Shakespeare mais tout à ses anciens camarades et aux « stationers » qui possédaient ou ont acheté les « rights in copy » de ses pièces28, sont des illustrations exemplaires du lien noué entre la matérialité du livre imprimé et le concept d’œuvre.

  • 29 C. Sorel, La Bibliothèque françoise, (1664), réédition. Genève, Slatkine, 1970.

19Il en va de même pour la notion de « littérature nationale » comme en témoigne l’initiative du libraire-éditeur Humphrey Moseley qui publie, à partir de 1645, une série d’ouvrages proposant aux lecteurs les œuvres des poètes et dramaturges anglais qui sont ses contemporains. Les volumes ont des formats homogènes (in-octavo pour les poèmes, in-quarto pour les pièces), leurs pages de titre ont des dispositions similaires et leurs frontispices présentent un portrait de l’auteur. En un temps où ne sont reconnues ni la spécificité de la « littérature » ni la dignité de l’écriture pour le théâtre, ainsi que le manifestent leur exclusion par Bodley et ses bibliothécaires, l’entreprise du très royaliste Moseley, éditeur en 1647 du Folio de Beaumont et Fletcher, donne cohérence à un corpus qui sépare la poésie et le théâtre d’autres genres textuels (histoire, récits, voyages, etc.) et construit un répertoire qui retient seulement des écrivains anglais. Le cas n’est pas singulier puisque, à la même époque en France, Charles Sorel propose sa Bibliothèque française (publiée en 1664-166529) qui ne comporte que des auteurs nés dans le royaume ou naturalisés par les traductions comme le sont, par exemple, ceux des « romans comiques », mais néanmoins moraux, parus en Espagne.

Autorité du texte et plaisir de la lecture

  • 30 Cf. l’échange (parfois aigre) entre E. Eisenstein et A. Johns in « AHR Forum : How Revolutionary W (...)
  • 31 A. Johns, The Nature of the Book. Print and Knowlewdge in the Making, Chicago, Chicago University (...)

20L’imprimé n’est donc pas sans pouvoirs. Mais faut-il les attribuer aux possibilités offertes par l’invention technique ou bien à la construction sociale et culturelle du crédit qui lui est accordé30 ? À la thèse maintenant classique, qui liait étroitement la capacité de fixation, de standardisation et de dissémination des textes à leur reproduction mécanique et à la diffusion des ateliers typographiques, peut être opposée une autre perspective qui souligne qu’il n’est pas de propriétés intrinsèques à la typographie. Celles-ci, à suivre Adrian Johns, sont toujours construites par les représentations et les conventions qui permettent d’avoir confiance, ou non, dans les entrepreneurs, de juger de l’authenticité des textes et de la valeur des éditions, ou encore de donner crédit aux savoirs transmis par les textes imprimés31. En établissant, non sans conflits ni divergences, des règles partagées, mobilisables pour repérer les textes corrompus et les faux savoirs, les gens du livre tentent de répondre au discrédit durablement attaché tant aux livres imprimés qu’à ceux qui les publient.

  • 32 S. Shapin et S. Schaffer, Leviathan and the Air-Pump : Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, P (...)

21L’attention portée aux pratiques collectives qui donnent autorité à l’imprimé inscrit l’histoire de la « print culture » dans le paradigme qui a régi la nouvelle histoire des sciences. Celle-ci, comme on le sait, privilégie trois objets : les négociations qui fixent les conditions de réplication des expériences, permettant ainsi de comparer ou cumuler leurs résultats ; les conventions qui définissent le crédit que l’on peut attribuer, ou refuser, à la certification des découvertes en fonction de la condition des témoins et de leur compétence à dire le vrai ; les controverses qui font s’affronter non seulement des théories antagonistes, mais plus encore des conceptions opposées quant aux conditions sociales et épistémologiques qui doivent gouverner la production des énoncés scientifiques sur le monde naturel32. Ce modèle d’intelligibilité rend compte avec pertinence des multiples transactions qui donnent, ou tentent de donner autorité à tous les textes et à tous les livres qui proposent des discours inscrits dans le régime du vrai et du faux. La philosophie naturelle, mais aussi les livres de théologie ou les récits de voyage, produisent ces vérités qui doivent être accréditées par différents dispositifs, dans ou hors les textes.

  • 33 D. Scott Kastan, Shakespeare and the Book, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

22Mais en va-t-il ainsi pour la totalité de la production imprimée, dont une large part, peut-être majoritaire, est vouée à des textes qui échappent aux critères de la véridiction ? Ainsi, par exemple, toutes les œuvres de fiction (qui ne sont pas encore littérature) dont la réception n’est pas commandée par les conventions propres aux discours de savoir. Dans le cas du theâtre, par exemple, la civilité qui doit régir le respect du « right in copy » du libraire qui le premier a « entered » un titre dans le Registre de la Stationers’Company n’implique en rien un respect similaire pour l’authenticité du texte ou la correction de l’impression33. Le désir ou plaisir de la lecture ne semble dépendre, dans ce cas, ni du crédit accordé à l’édition, ni de la confiance attribuée à son éditeur.

23Deux exemples du Siècle d’Or peuvent l’attester. D’abord, les tribulations de l’âne de Sancho dans Don (Quichotte. Dans l’édition imprimée en 1604, l’animal disparaissait sans explication au chapitre XXV et réapparaissait sans plus de raisons au chapitre XLVI. Critiqué pour sa désinvolture, moqué pour sa négligence, Cervantès rédigea deux additions pour la réédition de 1605, l’une décrivant le vol de l’âne par Ginés de Pasamonte, l’autre sa récupération par Sancho. Ces interpolations furent introduites dans le chapitre XXIII et dans le chapitre XXX. Malheureusement, plusieurs phrases du chapitre XXIII et la première du chapitre XXV ne furent pas corrigées comme il l’aurait fallu : Sancho s’y trouvait encore juché sur l’âne qui, pourtant, lui avait été volé quelques lignes auparavant. La troisième édition madrilène de 1608, elle aussi publiée dans l’atelier de Juan de la Cuesta et revue par Cervantes, s’efforça de corriger ces incohérences en introduisant des explications supplémentaires qui indiquaient que Sancho, une fois l’âne dérobé, avait dû se charger du bât et de la selle de sa monture disparue, ce qui n’était pas si clair dans l’édition de 1605. Son récit du larcin dans la Seconde Partie de 1615 confirmait l’épisode en comparant la fourberie de Ginés de Pasamonte avec l’astuce de Brunello qui, dans l’Orlando furioso, vole le cheval le Sacripante tout en le laissant monté sur sa selle.

  • 34 F. Rico, El texto del« Quijote ». Preliminares a una ecdótica del Siglo de Oro. Barcelona, Edicion (...)

24De cette petite histoire asine, il est plusieurs leçons34. Elle montre d’abord, que, si Cervantès n’a sans doute jamais corrigé les épreuves des éditions de son livre (ce que rendait impossible la nécessité de défaire au plus vite les formes composées afin de réutiliser les caractères pour la composition de nouvelles pages), il a pu introduire des modifications dans les rééditions de 1605 et 1608 et celles concernant l’âne ne sont pas les seules. Mais elle montre, aussi, que la négligence menaçait à tout moment le processus de publication, insérant les additions là où il ne l’aurait pas fallu et omettant de corriger le texte comme l’exigeait son nouvel état. Les imprécisions de l’auteur, dont les renvois et les feuillets ajoutés n’étaient sans doute pas facilement lisibles, le manque d’attention des correcteurs madrilènes (infiniment moins rigoureux que celui qui rétablit la cohérence du texte en préparant la copie de l’édition publiée par Velpius à Bruxelles en 1607), ou encore les erreurs mécaniques des compositeurs sont autant de raisons qui peuvent expliquer pourquoi les premières éditions du Quichotte sont tout autant fautives, sinon plus, que les autres livres de leur temps. Cependant, elles ont largement circulé et ont été lues avec délices par les lecteurs du temps qui, sauf les lettrés désireux de déprécier l’œuvre de l’« ingenio lego », n’accordaient guère d’importance à ces anomalies.

  • 35 Las Dedicatorias de Partes XLLL-XX de Lope de Vega, T. E. Case (ed.), University of North Carolina (...)
  • 36 Idem, texte espagnol : « he hallado, leyendo sus traslados, que para un verso mío hay infinitos suy (...)
  • 37 J. M. Ruano De La Haza, « An Early Rehash of Peribañez », Bulletin of the Comediantes, vol. XXV, 1 (...)
  • 38 L. De Vega, El peregrino en su patria, J. B. Avalle-Arce (ed.), Madrid, Editorial Castalia, 1973, (...)

25Second exemple : celui de la circulation des comedias. Dans l’épître dedicatoire de La Arcadia, publiée dans la treizième Parte en 1620, Lope de Vega déplorait la circulation d’éditions fautives de ses pièces et justifiait ainsi sa décision de les publier, en dépit de sa réticence à faire imprimer des œuvres destinées à la représentation théâtrale. Dans ce texte, il décrit l’un des procédés qui conduit à la publication de textes corrompus, à savoir, le négoce de « quelques-uns qui vivent, se nourrissent et s’habillent en volant les comedias à ceux qui les font représenter, disant qu’ils les mémorisent en seulement les écoutant et que ceci n’est pas un vol puisque le comédien les vend au public et qu’eux-mêmes peuvent se prévaloir de leur mémoire35 ». Pour vérifier si ces voleurs de textes ont bien la capacité de mémoire dont ils se targuent, Lope déclare avoir comparé ses propres œuvres avec leurs transcriptions faites par l’un d’entre eux, nommé « el de la gran memoria ». Le résultat confirme ses pires attentes : « j’ai trouvé, en lisant ses transcriptions, que pour un vers qui était de moi, il y en avait une infinité de lui, composés avec assez de folies, d’extravagances et d’ignorances pour détruire l’honneur et la réputation du meilleur des poètes, tant de notre nation qu’à l’étranger où [ses pièces] sont lues déjà avec tant de plaisir36 ». L’observation de Lope est pleinement confirmée par l’analyse d’un manuscrit, sans doute composé à partir d’une reconstruction mémorielle, de Peribañez y el Comendador de Ocaña, qui ne contient pas plus d’une centaine de vers en commun avec le texte imprimé en 1614 dans la quatrième Parte37. Mais, comme pour Don Quichotte, les lecteurs ne semblent pas avoir été détournés de ces éditions corrompues et infidèles, pas plus d’ailleurs que des éditions qui attribuaient faussement à Lope de Vega des comedias qu’il n’avaient jamais écrites ce qui était un autre dommage fait à son honneur et à sa réputation, qui le conduisit à publier la liste des titres des pièces qu’il avait composées dans les deux éditions de 1604 puis 1618 de son roman chrétien, El peregrino en su patria38.

Le sacré, la magie, le sentiment

  • 39 La Bible, Traduction de L.-I. Lemaître De Sacy, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 1990, p. 1045 et p (...)

26Imprimé ou manuscrit, le livre a été durablement investi de pouvoirs desirés et redoutés. Le fondement d’une telle ambivalence se lit dans le texte biblique, avec la double mention du livre mangé tel qu’il apparaît dans Ezéchiel III, 3 (« Et le Seigneur me dit : Fils de l’Homme, votre ventre se nourrira de ce livre que je vous donne, et vos entrailles en seront remplies. Je mangeai ce livre, il devint doux à ma bouche comme le miel ») et, en écho, dans l’Apocalypse de saint Jean, X, 10 (« Je pris le livre de la main de l’ange et le dévorai, et il était dans ma bouche doux comme du miel ; mais après que je l’avais avalé, il me causa de l’amertume dans le ventre »)39. Le Livre donné par Dieu est à la fois amer, comme l’est la connaissance du péché, et doux puisqu’il est promesse de rédemption. La Bible, qui contient le livre de la Révélation, est elle-même un livre puissant, qui protège et conjure, détourne les malheurs et éloigne les maléfices. Dans toute la Chrétienté, le livre sacré est l’objet d’usages propitiatoires et protecteurs qui ne supposent pas la lecture de son texte, mais sa présence matérielle au chevet du malade ou de la femme en couches.

  • 40 Nous suivons ici la magnifique analyse de D. Fabre, « Le livre et sa magie », in Pratiques de la l (...)
  • 41 G. Charuty, Le couvent des fous. L’internement et ses usages en Languedoc aux xixe et xxe siècles, (...)

27Dans toute la Chrétienté, également, le livre de magie se trouve investi par cette charge de sacralité, qui donne savoir et pouvoir à celui ou celle qui le lit mais qui, du même coup, s’y trouve asservi40. Dans les sociétés traditionnelles, les livres de magie renferment cette double force, qu’ils soient imprimés, comme le sont les multiples éditions des Grand et Petit Albert, ou manuscrits, comme les grimoires copiés et conservés avec crainte. Leurs lecteurs sont envahis et saisis par le livre qui les assujettit à son pouvoir. Une telle capture ne peut s’énoncer que dans deux langages : d’abord, celui de la possession diabolique, ensuite, celui de la folie provoquée par l’excès de lecture41. Le danger de la lecture du livre de magie est prompt à s’étendre à toute lecture, quelle qu’elle soit, dans la mesure où lire absorbe le lecteur, l’éloigne des autres, l’enferme dans un monde de chimères. La seule défense pour qui veut rester maître du pouvoir des livres sans succomber à leur puissance est de de les faire siens grâce à la copie à la main et au rassemblement, dans un autre livre, des textes recopiés et réunis par le lecteur devenu scripteur.

  • 42 W. Shakespeare, La Tempête/The Tempest, in W. Shakespeare, Œuvres complètes, Édition bilingue, M. (...)
  • 43 Ibid., p. 502-503, texte anglais : « And deeper than did ever plummet sound,/I’ll drown my book », (...)
  • 44 J. L. Borges, « El libro de arena », en El libro de arena, Madrid, Alianza Editorial, 1997, p. 130 (...)

28Le livre est l’instrument d’un pouvoir redoutable et redouté. Caliban le sait, qui pense que la puissance de Prospero ne sera détruite que si ses livres sont saisis et brûlés et qui s’adresse ainsi à Stefano : « Avant tout,/Veille à t’emparer de ses livres, vu que sans eux/Il est paumé comme je suis » et « Brûle-lui ses livres, sans plus42. » Mais les livres de Prospero ne sont en fait qu’un seul livre : celui qui lui permet de soumettre la Nature et les êtres à ses volontés. Ce pouvoir démiurgique conféré par le livre n’est pas sans danger pour celui qui l’exerce. En ce cas, copier ne suffit pas à conjurer le péril. Le livre doit disparaître, noyé au fond des eaux : « Et plus profond que jamais sonde ne descendit/Je noierai mon grimoire43. » Trois siècles plus tard, c’est dans d’autres profondeurs, celle des magasins de la bibliothèque, que doit être enseveli un livre qui, pour être de sable, n’en était pas moins inquiétant44.

  • 45 Cf. S. Tissot, De la santé des gens de lettres, (1768), F. Azouvi (éd.), Genève-Paris, Slatkine, 1 (...)
  • 46 T. Laqueur, Solitary Sex. A Cultury History of Masturbation, New York, Zone Books, 2003 (tr. fr. L (...)
  • 47 B. W. Ife, Reading and Fiction. A Platonist Critique and Some Picaresque Replies, Cambridge, Cambr (...)

29Au xviiie siècle, les corps eux-mêmes indiquent, pour le pire ou parfois le meilleur, les pouvoirs du livre et les dangers ou les bienfaits de la lecture. Le discours se médicalise, construisant une pathologie de l’excès de lecture considéré comme une maladie individuelle ou une épidémie collective. La lecture sans contrôle est tenue pour dangereuse parce qu’elle associe l’immobilité du corps et l’excitation de l’imagination. Elle entraîne, de ce fait, les pires maux : l’engorgement de l’estomac et des intestins, le dérangement des nerfs, l’épuisement du corps. Les professionnels de la lecture, à savoir les hommes de lettres, sont les plus exposés à de tels dérèglements, sources de la maladie qui est par excellence la leur : l’hypocondrie45. Par ailleurs, l’exercice solitaire de la lecture conduit à un dévoiement de l’imagination, au refus de la réalité, à la préférence donnée à la chimère. De là, la proximité entre l’excès de lecture et les plaisirs solitaires. Les deux pratiques entraînent les mêmes symptômes : la pâleur, l’inquiétude, la prostration46. Le danger est maximal quand la lecture est lecture d’un roman et le lecteur une lectrice retirée dans la solitude. La lecture est désormais pensée à partir de ses effets corporels et cette somatisation d’une pratique, dont les dangers étaient traditionnellement désignés à l’aide de catégories philosophiques ou morales47, est peut-être le premier signe d’une forte mutation des comportements et des représentations.

30Mais le corps peut aussi révéler l’émotion la plus sincère, celle produite par l’identification à un texte qui procure une connaissance pragmatique des choses et des êtres et fait intérioriser, dans l’évidence du sentiment, le partage entre le bien et le mal. C’est un tel bouleversement des sens que produit, pour Diderot, la lecture de Richardson. Il décrit ainsi son émoi à la lecture du récit de l’enterrement de Clarissa dans une lettre à Sophie Volland du 17 septembre 1761 :

  • 48 Diderot, Correspondance, Laurent Versini (éd.), Paris, Robert Laffont, 1999, p. 348.

Seulement encore mes yeux se remplirent de larmes ; je ne pouvais plus lire ; je me levai et me mis à me désoler, à apostropher le frère, la sœur, le père, la mère et les oncles, et à parler tout haut, au grand étonnement de Damilaville qui n’entendait rien ni à mon transport ni à mes discours, et qui me demandait à qui j’en avais48.

31Quelques mois plus tard, dans l’Éloge de Richardson qu’il rédige pour le Journal étranger, c’est à Damilaville qu’il attribue les réactions qui avaient été les siennes :

  • 49 Diderot, Éloge de Richardson, in Diderot, Arts et lettres (1739-1766), Critique I, J. Varloot (éd. (...)

J’étais avec un ami, lorsqu’on me remit l’enterrement et le testament de Clarisse, deux morceaux que le traducteur français a supprimés, sans qu’on sache trop pourquoi. Cet ami est un des hommes les plus sensibles que je connaisse et un des plus ardents fanatiques de Richardson : peu s’en faut qu’il ne le soit autant que moi. Le voilà qui s’empare des cahiers, qui se retire dans un coin et qui lit. Je l’examinais : d’abord je vois couler des pleurs, bientôt il s’interrompt, il sanglote ; tout à coup il se lève, il marche sans savoir où il va, il pousse des cris comme un homme désolé et il adresse les reproches les plus amers à toute la famille des Harloves49.

  • 50 J. Starobinski, « Se mettre à la place », (La mutation de la critique, de l’âge classique à Didero (...)

32Des mouvements du corps et de l’âme toujours plus violents scandent l’irrépressible bouleversement qui envahit le lecteur, les pleurs, les sanglots, l’agitation, les cris et, finalement, les imprécations, manifestant ainsi, selon la belle formule de Jean Starobinski, que « l’énergie dont le roman est la source peut être intégralement reversée sur la vie réelle50 ».

Pouvoirs de l’imprimé, pouvoirs du codex

33Refléchir sur les pouvoirs de l’imprimé oblige donc à un double constat. Le premier met en garde contre une identification trop hâtive entre l’imprimé et le livre. L’invention de Gutenberg a permis la production massive et la large dissémination d’objets imprimés qui ne sont pas des livres. Ces imprimés sans qualités, qui n’ont que mal survécu au temps de leur utilité, ont profondément transformé les pratiques sociales. Ils ont rendu plus nécessaire l’acquisition du savoir lire et, pour ceux qui ouvraient leurs espaces blancs aux mentions manuscrites, celle du savoir écrire. En ses formes les plus humbles et les plus fragiles, l’imprimé a donc eu pour premier pouvoir celui de fortifier l’écriture à la main et de lui indiquer de nouveaux usages.

  • 51 L. Febvre et H.-J. Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, L’Évolution de l’Humanité, (...)
  • 52 G. Cavallo, « Testo, libro, lettura », in Lo spazio letterario di Roma antica, G. Cavallo, P. Fede (...)

34Un second constat, attaché à la force puissante et inquiétante du livre, conduit à replacer le livre imprimé dans une plus longue durée. En dépit du titre de l’ouvrage justement célèbre de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin51, le livre, notre livre, fait de feuillets et de pages, n’apparaît pas avec l’imprimerie. Il faut donc prendre garde à ne pas attribuer à la presse et aux caractères mobiles des innovations textuelles (index, tables, concordances, foliotation, pagination) ou des usages qui ont accompagné, plus de dix siècles auparavant, l’invention qui les a rendus possibles : celle du codex. En substituant au rouleau une forme nouvelle de livre, cette première révolution a permis des gestes qui étaient tout à fait impossibles auparavant : par exemple, feuilleter le livre, repérer aisément un passage, utiliser un index, écrire en lisant52. C’est entre le iie et le ive siècle que s’impose la nouvelle forme de livre dont héritera l’imprimerie. Pour comprendre les effets que produisent sur les textes et leurs lectures la transformation des modalités de leur publication, il nous faut donc élargir notre perspective chronologique et considérer tout autant les pouvoirs du codex que ceux de l’imprimé.

Notes

1 E.Eisenstein, The printing press as an Agent of Change. Communication and Cultural Transformations in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1979, et The printing Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1983 (tr. fr. La Révolution de l’imprimé à l’aube de l’Europe moderne, Paris, Éditions La Découverte, 1991).

2 D. F. McKenzie, « The Economies of Print, 1550-1750 : Scales of Production and Conditions of Constraint », in Produzione e commercio della carta e del libro, secc. XIII-XVIII, S. Cavaciocchi (ed.), Istituto Internazionale di Storia Economica, « F. Datini », Prato, Serie II, 23, Firenze, Le Monnier, 1992, p. 389-425.

3 A. Castillo Gómez, Escrituras y escribientes. Prácticas de la cultura escrita en una ciudad del Renacimiento, Las Palmas de Gran Canaria, 1997.

4 H. Love, Scribal Publication in Seventeenth-Century England, Oxford, Oxford University Press, 1993 ; A. F. Marotti, Manuscript, Print, and the English Lyric, Ithaca and London, Cornell University Press, 1995 ; H. R. Woudhuysen, Sir Philip Sydney and the Circulation of Manuscripts, 1558-1640, Oxford, Clarendon Press, 1996.

5 F. Bouza, Corre manuscrito. Una historia cultural del Siglo de Oro, Madrid, Marcial Pons, 2001.

6 De bonne main. La communication manuscrite au xviiie siècle, François Moureau (éd.), Paris/ Oxford, Universitas/Voltaire Foundation, 1993, F. Moureau, Répertoire des nouvelles à la main. Dictionnaire de la pesse manuscrite clandestine xve-xviie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, et La plume et le plomb. Espaces de l’imprimé et du manuscrit au siècle des Lumières, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006.

7 R. Chartier, « Le manuscrit à l’âge de l’imprimé (xve-xviiie siècles) », La lettre clandestine, 7, 1998, p. 175-193.

8 A. Grafton, « Teacher, Text, and Pupil in the Renaissance Class-Room : a Case-Study from a Parisian College », History of Unversities, n° 1, 1981, p. 37-70, A. Blair, « Ovidius Methodizatus : the Metamorphoses of Ovid in a Sixteenth-Century Paris College », History of Universities, n° 9, 1990, p. 72-118, et J. Letrouit, « La prise de notes de cours sur support imprimé dans les collèges parisiens au xvie siècle », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2, 1999, p. 47-56.

9 R. Chartier, « Du rituel au for privé : les chartes de mariage lyonnaises au xviie siècle », in Les usages de l’imprimé (xve-xixe siècles), R. Chartier (éd.), Paris, Fayard, 1987, p. 229-251.

10 L. Braida, « Dall’almanacco all’agenda. Lo spazio per le osservazioni dellettore nelle guide del tempo italiane (xviii-xix seccolo) », Acme. Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Milano, vol. LI, Fascicolo III, 1998, p. 137-167.

11 Sur cette ambivalence de la relation des pouvoirs à l’écrit, cf. F. Bouza, Imagen y propaganda. Capítulos de historia cultural del Reinado de Felipe II, Madrid, Akal, 1998.

12 D. McKitterick, Print, Manuscript, and the Search for Order 1450-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 121-126.

13 Cf. Les essais rassemblés dans The Reader Revealed, S. Alcorn Baron (ed.), Washington, D. C., Folger Library, 2001, et dans le numéro de la Revue de la Bibliothèque nationale de France, « Le livre annoté », 2, 1999.

14 M. W. Thomas, « Reading and Writing in the Renaissance Commonplace Book : A Question of Authorship ? », in The Construction of Authorship. Textual Appropriation in Law and Literature, M. Woodmansee et P. Jaszi (eds.), Durham et London, Duke University Press, 1994,

p. 401-415.

15 A. Victor De Paredes, Institución y origen del Arte de la Imprenta y reglas generales para los componedores, J. Moll (ed.), Madrid, Bibliotheca Litterae, Calambur, 2002.

16 Cervantes, L’ingénieux Don Quichotte, in Cervantes, Œuvres romanesques, I, J. Canavaggio (éd.), Paris, Gallimard, 2001, p. 1359, texte espagnol, M. DE Cervantes, Don Quijote de la Mancha, F. Rico (ed.), Barcelona, Instituto Cervantes/Crítica, 1998, p. 1145 : « ¡Bien está vuesa merced en la cuenta ! respondió don Quijote-. Bien parece que no sabe las entradas y salidas de los impresores y las correspondencias que hay de unos a otros. Yo le prometo que cuando se vea cargado de dos mil cuerpos de libros vea tan molido su cuerpo, que se espante, y más si el libro es un poco avieso y no nada picante. »

17 Les tromperies des imprimeurs quant au tirage réel des éditions faites pour le compte d’un auteur sont dénoncées dans le premier traité sur l’art typographique destiné aux confesseurs, que J. Caramuel Lobkowitz a rédigé en latin et publié dans sa Theologia moralis fundamentalis, t. IV, Theologia praeterintentionalis, Lyon, 1664, p. 185-200. Pour une édition récente de ce texte, qui cite Cervantès à l’appui de sa condamnation, cf. J. Caramuel, Syntagma de Arte Typographica, Edición, P. Andrés Escapa (ed.), Salamanca, Instituto de Historia del Libro y de la Lectura, 2004, p. 134-143.

18 Cervantès, Nouvellle du licencié de verre, in cervantes, Nouvelles exemplaires suivies de Persilès, Œuvres romanesques, Tome II, J. Canavaggio (éd.), Paris, Gallimard, 2001, p. 209-234 (citation, p. 222) ; texte espagnol, M. De Cervantes, Novela del licenciado Vidriera, in M. De Cervantes, Novelas ejemplares, Edición, prólogo y notas de Jorge Garcia López, Barcelone, Crítica, 2001, p. 265-301, citation p. 285 : « Arrimóse un día con grandísimo tiento, porque no se quebrase, a las tiendas de un librero, y dijole : – Este oficio me contentara mucho, si no fuera por una falta que tiene. Preguntóle el librero se la dijese. Respondióle : – Los melindres que hacen cuando compran un privilegio de un libro y de la burla que hacen a su autor si acaso le imprime a su costa, pues en lugar de mil y quinientos, imprimen tres mil libros, y cuando el autor piensa que se venden los suyos, se despachan los ajenos. »

19 Cf. F. Bouza, « Para qué imprimir. De autores, públicos, impresores y manuscritos en el Siglo de Oro », Cuadernos de Historia Moderna, 18, 1997, p. 31-50.

20 L. F. De Vega Carpio, L’Illustre Comedia de Fuente Ovejuna, Traduction par P. Dupont, in Theâtre espagnol du xviie siècle, R. Marrast (éd.), Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1994, p. 265, texte espagnol, L. De Vega, Fuente Ovejuna, D. McGrady (ed.), Barcelona, Crítica, 1993, vers 901-908, p. 87 : Barrildo : « Después que vemos tanto libro impreso,/no hay nadie que de sabio no presuma » – Leonelo : « Antes que ignoran más, siento por eso,/por no se reducir a breve suma ;/porque la confusión, con el exceso,/los intentos resuelve en vana espuma ;/y aquel que de leer tiene más uso,/de ver letreros sólo está confuso. »

21 F. De Quevedo, Songes et discours traitant des vérités dénicheuses d’abus, vices et tromperies dans tous les états et offices du monde, traduit par A. Louis et B. Tissier, Paris, José Corti, 2003, p. 80, texte espagnol, F. De Quevedo, Los sueños. Sueños y discursos de verdades descubridoras de abusos, vicios y engaños, en todos los oficios y estados del mundo, I. Arellano et M. Carmen Pinillos (eds.), Madrid, Editorial Espasa Calpe, 1998, p. 186, p. 131-132 : « yo y todos los libreros nos condenamos por las obras malas que hacen los otros, y por lo que hicimos barato de los libros en romance y traducidos del latín, sabiendo ya con ellos los tontos lo que encarecían en otros tiempos los sabios, que ya hasta el lacayo latiniza, y hallarán a Horacio en castellano en la caballeriza ».

22 Cf. M. Alcover, « Critique textuelle », in Cyrano de Bergerac, Œuvres complètes, Tome I, Textes établis et commentés par M. Alcover, Paris, Honoré Champion, 2000, p. CI-CLII, M. Sankey, Édition diplomatique d’un manuscrit inédit. Cyrano de Bergerac, L’Autre Monde ou les Empires et Estats de la Lune, Paris, Lettres Modernes, 1995, et M. Bénitez, La Face cachée des Lumières. Recherches sur les manuscrits philosophiques clandestins à l’âge classique, Paris et Oxford, Universitas et Voltaire Foundation, 1996.

23 Cf. The Politics of Information in Early Modern Europe, B. Dooley and S. A. Baron (eds.), Londres et New York, Routledge, 2001.

24 Pour un exemple de l’effet des formes typographiques (format, mise en page, ponctuation) sur le sens, cf. l’étude pionnière de D. F. McKenzie, « Typography and Meaning. The Case of William Congreve », in Buch und Buchhandel in Europa im achtzehnten Jahrhundert, G. Barber et B. Fabian (eds.), Hambourg, Hauswedell, 1981, p. 81-125, repris in D. F. McKenzie, Making Meaning. « Printers of the Mind » and Other Essays, P. McDonald and M. F. Suarez, (eds.) Amherst et Boston, University of Massachusetts Press, 2002, p. 198-236.

25 P. Gaskell, A New Introduction to Bibliography, Oxford, At the Clarendon Press, 1972, p. 7-8 ; J. Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au xvie siècle », in Histoire de l’Edition française, Tome II, Le livre triomphant. Du Moyen Age au milieu du xviie siècle, R. Chartier et H.-J. Martin (éds.), Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, 1989, p. 336-369 (en particulier p. 345), et P. A. Escapa et alii, « El original de imprenta », in Imprentay critica textual en el Siglo de Oro,

F. Rico (ed.), Valladolid, Centro para la Edición de los Clásicos Españoles, 2000, p. 29-64 (en particulier p. 40).

26 R. Chartier, « Paratesto e preliminari. Cervantes e Avellaneda », I Dintorni del testo, M. Santoro et M. Gioia Tavoni (eds.), Roma, Edizioni dell’Ateneo, 2005, p. 137-148.

27 G. Guerrini, « Il sistema di communicazione di un corpus di manoscriiti quattrocenteschi », Scrittura e Civiltà, 10, 1986, p. 122-197, et A. Petrucci, « Del libro unitario al libro miscellaneo », in Società e imperio tardoantico, vol. 4, Tradizioni dei classici, transformazione della cultura, A. Giardina (ed.), Bari, Laterza, 1986, p. 173-187.

28 P. Blayney, The First Folio of Shakespeare, Washington, The Folger Library, 1991 ; A. J. West, The Shakespeare First Folio : The History of the Book, Oxford, Oxford University Press, 2001, et R. Chartier, « Éditer Shakespeare (1623-2004) », Ecdotica, 1, 2004, p. 7-23.

29 C. Sorel, La Bibliothèque françoise, (1664), réédition. Genève, Slatkine, 1970.

30 Cf. l’échange (parfois aigre) entre E. Eisenstein et A. Johns in « AHR Forum : How Revolutionary Was the Print Revolution ? », American Historical Review, vol. 107, Number 1, February 2002, p. 84-128.

31 A. Johns, The Nature of the Book. Print and Knowlewdge in the Making, Chicago, Chicago University Press, 1998.

32 S. Shapin et S. Schaffer, Leviathan and the Air-Pump : Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton, Princeton University Press, 1985 (tr. fr S. Shapin et S. Schaffer, Leviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, Éditions La Découverte, 1993), et S. Shapin, A Social History of Truth. Civility and Science in Seventeenth-Century England, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1994.

33 D. Scott Kastan, Shakespeare and the Book, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

34 F. Rico, El texto del« Quijote ». Preliminares a una ecdótica del Siglo de Oro. Barcelona, Ediciones Destino, 2006.

35 Las Dedicatorias de Partes XLLL-XX de Lope de Vega, T. E. Case (ed.), University of North Carolina et Madrid, Editorial Castalia, 1975, Parte XIII, 1620, p. 54-56, texte espagnol : « unos hombres que viven, se sustentan, y visten de hurtar a los autores las comedias, diciendo que las toman de memoria de sólo oírlas, y que éste no es hurto, respecto de que el representante las vende al pueblo, y que se pueden valer de su memoria. »

36 Idem, texte espagnol : « he hallado, leyendo sus traslados, que para un verso mío hay infinitos suyos, llenos de locuras, disparates e ignorancias, bastantes a quitar la honra y opinión al mayor ingenio en nuestra nación, y las extranjeras, donde ya se leen con tanto gusto ».

37 J. M. Ruano De La Haza, « An Early Rehash of Peribañez », Bulletin of the Comediantes, vol. XXV, 1983, p. 6-29, and « En torno a una edición critica de La vida es sueño de Calderón », La Comedia, Jean Canavaggio (ed.), Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, 1995, p. 77-90.

38 L. De Vega, El peregrino en su patria, J. B. Avalle-Arce (ed.), Madrid, Editorial Castalia, 1973, p. 57-64.

39 La Bible, Traduction de L.-I. Lemaître De Sacy, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 1990, p. 1045 et p. 1608. Cf. L. Marin, La parole mangée et autres essais théologico-politiques, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

40 Nous suivons ici la magnifique analyse de D. Fabre, « Le livre et sa magie », in Pratiques de la lecture, R. Chartier (éd.), (1985), Paris, Payot, 1993, p. 231-263. Pour les pouvois magiques des textes manuscrits, cf. F. Bouza, Corre manuscrito, op. cit., Capitulo II, « Tocar las letras. Cédulas, nóminas, cartas de toque, resguardo y daño en el Siglo de Oro », p. 85-108.

41 G. Charuty, Le couvent des fous. L’internement et ses usages en Languedoc aux xixe et xxe siècles, Paris, Flammarion, 1985.

42 W. Shakespeare, La Tempête/The Tempest, in W. Shakespeare, Œuvres complètes, Édition bilingue, M. Grivelet et G. Monsarrat (éds.), Tragicomédies, II, Paris, Robert Laffont, 2002, p. 373-519, citation p. 474-475, texte anglais : « Remember/First to possess his books, for without them,/He’s but a sot, as I am » et « Burn but his books », Acte III, scène 2, vers 83-85 et 87.

43 Ibid., p. 502-503, texte anglais : « And deeper than did ever plummet sound,/I’ll drown my book », Acte V, scène 1, vers 56-57.

44 J. L. Borges, « El libro de arena », en El libro de arena, Madrid, Alianza Editorial, 1997, p. 130-137, tr. fr. El libro de arena/Le livre de sable, traduit par Françoise Rosset, Paris, Gallimard, 1990, p. 265-279.

45 Cf. S. Tissot, De la santé des gens de lettres, (1768), F. Azouvi (éd.), Genève-Paris, Slatkine, 1981, et R. Chartier, « L’homme de lettres », in L’Homme des Lumières, M. Vovelle (éd.), Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 159-209 (en particulier p. 196-199).

46 T. Laqueur, Solitary Sex. A Cultury History of Masturbation, New York, Zone Books, 2003 (tr. fr. Le sexe solitaire. Une histoire culturelle de la masturbation, Paris, Gallimard, 2005).

47 B. W. Ife, Reading and Fiction. A Platonist Critique and Some Picaresque Replies, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 49-83.

48 Diderot, Correspondance, Laurent Versini (éd.), Paris, Robert Laffont, 1999, p. 348.

49 Diderot, Éloge de Richardson, in Diderot, Arts et lettres (1739-1766), Critique I, J. Varloot (éd.), Paris, Hermann, 1980, p. 181-208.

50 J. Starobinski, « Se mettre à la place », (La mutation de la critique, de l’âge classique à Diderot), Cahiers Vilfredo Pareto, 38-39, 1976, p. 364-378 (citation p. 377).

51 L. Febvre et H.-J. Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, L’Évolution de l’Humanité, 1958, rééd. Paris, Albin Michel, 1999.

52 G. Cavallo, « Testo, libro, lettura », in Lo spazio letterario di Roma antica, G. Cavallo, P. Fedele, A. Giardina (eds.), t. II, La circolazione del testo, Roma, Salerno Editrice, 1989, p. 307-34, et « Libro e cultura scritta », in Storia di Roma, A. Sciavone (ed.), t. IV, Caratteri e morfologie, 1989, p. 693-734. Cf. aussi Les débuts du codex, A. Blanchard (éd.), Turnhout, Brepols, 1989.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search