Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venance Fortunat ou l'enchantement du monde

 | 
Evrard Delbey

Conclusion

Texte intégral

1Notre conclusion à propos de cet essai sur Venance Fortunat, poète de l’élégie chrétienne, récapitulera les moyens dont celui-ci se sert pour établir une poétique de l’alliance du spirituel et d’un style à la juste mesure de l’être humain.

2Tout d’abord, Fortunat utilise la vertu de l’humilitas à la fois pour caractériser sa position de chrétien humble devant les dignitaires catholiques que sont les évêques et devant les puissants de ce monde, nobles et rois, et pour caractériser son statut même de poète modeste, incapable de s’élever jusqu’à la grandeur inspiratrice de l’éloquence épiscopale, des Hymnes sacrés ou des Psaumes. Dès lors, son art convient aux humbles de cœur, tournés vers Dieu, animés par la foi.

3Ensuite, Fortunat se fonde sur le dogme christique de l’Incarnation : fait homme, le Christ enseigne aux hommes la dignité de la relation d’amour au prochain. Le poète y puise de quoi nourrir une poésie dépassionnée du cœur. À cet égard, nous nous arrêterons sur l’élégie XXV de l’Appendice des Poèmes destinée à Radegonde et Agnès, écrite alors que Fortunat est en voyage ; elle se termine ainsi :

Nec sumus absentes, si nos oratio dulcis
praesentes semper cordis amore tenet.

  • 1 Poèmes, Appendice, XXV, 6-7.

Nous ne sommes pas loin les uns des autres, si une prière sincère nous rapproche toujours dans les sentiments < l’amour ? > du cœur1.

4Le contexte immédiat, où le poète parle d’un message de salutations avec des prières, peut justifier la traduction que propose M. Reydellet du mot oratio. Pour notre part, nous considérons ce distique selon l’interprétation possible également d’un sens élargi, apte à définir l’esthétique des Poèmes. Les élégies de Fortunat, en effet, nous sont bien apparues sous la forme d’une parole douce, oratio dulcis, d’amour spirituel qui comble l’absence physique par le tissage de liens personnels dans le style de la louange des vivants et des morts, de la vénération religieuse, de l’amitié humaine selon les destinataires des poèmes. À ce titre, devenues poésie de la mémoire fidèle, elles perpétuent humblement les noms de ceux et celles qui agissent et pensent selon la foi. De la sorte, Fortunat chante par diverses représentations de l’humain le Dieu vivant, privilégiant la qualité de relations personnelles qui témoignent des bienfaits du christianisme catholique. C’est cette universalité qui l’inspire jusque dans son attention aux liens par lesquels il s’attache à des personnalités particulièrement exemplaires, telles que Radegonde et Agnès.

  • 2 X, 1, § 30-51.

5Évoluant au sein d’une culture où prévaut la rhétorique apostolique de l’éloquence épiscopale (l’évêque est l’héritier de l’orateur latin de l’époque classique), où domine aussi la figure du Roi chrétien tenant sa puissance terrestre de la Toute-Puissance céleste de Dieu, Venance Fortunat ne saurait trouver son identité par la seule expression d’une poésie personnelle. Devenu lui-même évêque, il commente le « Pater » en restreignant fortement la volonté humaine et ses initiatives2 ; à lire les vers 7-8 de l’élégie XVI dans l’Appendice des Poèmes, nous comprenons que cette esthétique élégiaque qu’il compose de l’amour maintenant les cœurs enlacés est voulue par l’exemple même du Christ Sauveur.

  • 3 X, 1, § 43-44.

6Poésie au rythme étroit, l’élégie devient l’expression propice à la célébration de la voie étroite qui est la Vie et la Vérité3 ; l’humilité, la chasteté en sont les paradigmes ordinaires. Elle se nourrit de la parole de Radegonde qui permet, par sa spiritualité parfaite, l’accomplissement esthétique des élégies aux petits vers :

In breuibus tabulis mihi carmina magna dedisti,
quae uacuis ceris reddere mella potes.
Multiplices epulas per gaudia festa ministras,
sed mihi plus auido sunt tua uerba cibus :
uersiculos mittis placido sermone refectos,
in quorum dictis pectora nostra ligas.
Omnia sufficiunt aliis quae dulcia tractant,
at mihi sinceros det tua lingua fauos.

  • 4 Poèmes, Appendice, XXXI, 1-8.

Sur de petites tablettes vous m’offrez de la grande poésie : ainsi vous pouvez mettre du miel dans des alvéoles vides. Vous servez aux jours de fête nombre de mets, mais je suis plus goulu et ma nourriture est votre parole : vous m’envoyez de petits vers que ravive un style égal et par leur contenu vous rapprochez nos cœurs. Les autres se contentent de tout ce qui a trait à des choses charmantes, mais à moi il faut que votre langue donne de purs rayons4.

7Cet art d’écrire du grand dans du petit se pense alors non plus comme recherche du Moi, mais comme recherche de l’autre ; c’est une mutation essentielle dans la longue durée de l’histoire littéraire du genre élégiaque. Une harmonie des complémentaires (le grand sujet, le petit vers) se dessine, qui est plénitude et équilibre de l’âme grâce à autrui.

8L’esprit même de la retractatio poétique qui préside à la conception de la Vita Martini de Fortunat peut être marqué par ce souci de l’écriture brève de la grandeur ; pour cette épopée, les exigences du poète étaient celles d’un style expolitus et coronatus, plutôt que grauis, de la copia uerborum mais aussi de la suauitas du genus floridum, de la douceur du miel, de l’éclat des perles et des couronnes. Petite épopée de 2 200 hexamètres comparée aux 3 600 hexamètres de Paulin de Périgueux sur le même sujet, l’œuvre de Fortunat refuse la constante amplification et préfère la concision : est-ce une fausse humilité ? Achevée en 574, la Vita Martini est envoyée à Grégoire de Tours, alors que Fortunat est déjà célèbre pour ses poèmes dont la publication sera de peu postérieure.

  • 5 Auerbach E., Le Haut Langage, Paris, 2004, p. 33-80.

9Pourquoi donc ne pas faire l’hypothèse, en ce cas, d’une écriture élégiaque ayant influé sur l’écriture épique ainsi condensée ? Ce serait faire de l’élégie plus qu’un exercice de style parmi d’autres : un mode de pensée du divin selon la dulcis breuitas. E. Auerbach avait magnifiquement analysé naguère le sermo humilis dans l’Antiquité latine tardive5 : le choix de cette forme d’expression basse coïncidait, selon lui, avec le sublime de l’Incarnation qui joint l’humain au divin ; cette humilité-là était didactique, marquée par le style de l’Écriture sainte et de l’apologétique. Fortunat, sans imiter ce style, est humble poète par sa volonté de rester l’artisan lettré d’une représentation symboliquement simple du christianisme, à l’image de la vie de Radegonde. Sans recourir à l’expression d’une poétique explicite méritant de figurer parmi les grandes poétiques de la latinité tardive, Fortunat sut tout de même construire une esthétique cohérente.

10Cela lui permit alors d’« enchanter » le monde, de refléter ce qui est supérieur en ce qui est inférieur, dès lors que son carmen élégiaque disait un monde sanctifié par Jésus en Marie ; éduqué à Ravenne, il fut contemporain des mosaïques de S. Apollinare Nuouo qui représentent la procession des vierges martyres vers Marie au milieu des fleurs, où rien n’est trop beau ni trop riche pour célébrer la Vierge à l’Enfant entourée d’anges, son sacer pudor, vraie lumière et vraie porte vers les choses invisibles, épanouissement des yeux et de l’âme. Composé sous Justinien, au milieu du vie siècle, lorsque la basilique devint catholique et fut dédiée à Saint Martin, ce grand cortège sacré précédé des Mages s’avance au rythme apaisé de sa gloire mystique : nous pouvons prendre plaisir à imaginer qu’il entre en correspondance avec l’humble ferveur du poète élégiaque chrétien.

11Finalement, la chance de Venance Fortunat fut peut-être, grâce à ses voyages, d’avoir été au contact de la plupart des styles d’existence que le christianisme a développés : la vie des laïcs qu’étaient les hommes de pouvoir, la vie du clergé séculier représenté principalement par les évêques, la vie du clergé régulier souvent proche de celle des ascètes, telle que l’incarnaient Radegonde et Agnès. L’élégie s’enrichissait ainsi de la représentation successive ou simultanée de ces modes d’existence, de leurs différences et de leurs modulations à l’intérieur d’une même métaphysique de l’âme et d’un même souci éthique de la « vraie vie ». Elle devenait une manière à la fois particulière – celle de Fortunat – et partagée – par cette diversité des existences représentées – d’accéder à l’universellement divin, participant de ce monde-ci et de l’autre monde. Elle se séparait des images suspendues entre le monde réel et le monde idéal, entre ciel et terre, des puellae érotiques dont l’indécision de ce flottement faisait une partie de leur grâce.

12Nous espérons avoir ainsi démontré que les Poèmes de Venance Fortunat, composés par un chrétien élégiaque, n’étaient pas une marchandise oxymorique qui aurait artificiellement et superficiellement réuni des contraires : le christianisme d’un côté, l’inspiration élégiaque de l’autre.

Notes

1 Poèmes, Appendice, XXV, 6-7.

2 X, 1, § 30-51.

3 X, 1, § 43-44.

4 Poèmes, Appendice, XXXI, 1-8.

5 Auerbach E., Le Haut Langage, Paris, 2004, p. 33-80.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540