Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature de jeunesse en question(s)

 | 
Nathalie Prince

Les auteurs

Texte intégral

Anne Besson

1Ancienne élève de l’ENS Fontenay, agrégée de Lettres Modernes, Docteur en Littérature comparée de l’université Paris III, Maître de conférences à l’université d’Artois depuis 2003. Spécialiste des ensembles romanesques, de science-fiction et de fantasy, Anne Besson est l’auteur de D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre (CNRS Éditions, 2004) et de La Fantasy (Klincksieck, « 50 questions », 2007). Co-fondatrice de l’Association « Modernités médiévales » sur les résurgences du Moyen-Âge aux xixe-xxie siècles, elle a dirigé ou codirigé plusieurs ouvrages collectifs, comme Fantasy, le merveilleux aujourd’hui (avec Myriam White, Bragelonne, 2007), et Arthur au miroir du temps (Terre de Brume, 2007).

Isabelle Cani

2Agrégée de lettres modernes, Docteur en littérature comparée et professeur de classes préparatoires à Clermont-Ferrand. Spécialiste de mythocritique en littérature et au cinéma – mythes du Moyen Age, spiritualité hétérodoxe -, Isabelle Cani s’est tournée vers les œuvres pour la jeunesse à partir du mythe de Merlin, qui l’a conduite à travailler ensuite sur le mythe de Peter Pan. Outre de nombreux articles de littérature comparée, elle a publié deux essais : Le Graal en question. Un mythe pour sortir de la modernité (Dervy, 2005) et Harry Potter ou l’anti-Peter Pan. Pour en finir avec la magie de l’enfance (Fayard, 2007) et a codirigé un ouvrage collectif Devenir adulte et rester enfant ? Relire les productions pour la jeunesse (PUBP, Clermont-Ferrand, 2008), dont elle a rédigé l’introduction.

Monique Chassagnol

3Professeur émérite à l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, elle a publié chez Didier Érudition sa thèse intitulée « La fantaisie pour la jeunesse en Grande-Bretagne de 1918 à 1968 ». Longtemps directrice de la revue Confluences, auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles, en particulier sur A. A. Milne, Lucy Boston, J. R. R Tolkien, William Mayne, J. M. Barrie, Roald Dahl, etc., Monique Chassagnol a en outre traduit de l’anglais et de l’américain une quarantaine de textes pour enfants – contes, récits, poèmes – et divers ouvrages critiques dont Don’t tell the grown-ups (Ne le dites pas aux grands, Rivages, 1991, Rivages/Payot Poche, 1999) de Alison Lurie et Inventing Wonderland (Enfances rêvées, Autrement, 1997) de Jackie Wullschlager. Elle dirige actuellement l’ouvrage collectif Peter Pan, rédigé en collaboration avec Isabelle Cani et Nathalie Prince et qui sera publié aux Éditions Autrement en 2010 dans la collection « Figures mythiques ».

Vincent Ferré

4Maître de conférences en littérature comparée (université Paris XIII/Paris-Nord), membre des équipes « Fabula » et « Modernités médiévales », Vincent Ferré travaille sur le roman du xxe siècle – en particulier Proust et les écrivains de la modernité – dans ses rapports à l’essai, ainsi que sur le médiévalisme et notamment sur la présence du Moyen-Âge au xxe siècle. Il a notamment publié Tolkien. Sur les Rivages de la Terre du Milieu (Bourgois, 2001), dirigé le volume Tolkien, Trente ans après (Bourgois, 2004), et codirigé avec Anne Besson et Christophe Pradeau l’ouvrage Cycle et collection (vol. 41, Paris, L’Harmattan, 2008). Il a encore traduit des Lettres de J. R. R. Tolkien (Bourgois, 2005) et dirigé la traduction de huit volumes de l’œuvre de Tolkien depuis 2003 dont Les Enfants de Húrin (Bourgois, 2008).

5Parmi les nombreux articles publiés, on trouve : « Tolkien et le Moyen-Âge, ou l’arbre et la feuille », in Michèle Gally (dir.), La Trace médiévale et les écrivains d’aujourd’hui, Paris, PUF, 2000, p. 121-141 ; « Traduire Tolkien en français : On the Translation of J. R. R. Tolkien’s Works into French and their Reception in France », en collaboration avec D. Lauzon et D. Riggs, in Th. Honegger (dir.), Tolkien in Translation, Zurich-Berne, Walking Tree, 2003, p. 45-68 ; « Is the Zerfall der Werte an Essay ? Essayismus » and its consequences on theory in Die Schlafwandler (H. Broch), TRANS, Internet journal for cultural studies, n° 16, 2005-2006 ; « Le statut de J. R. R. Tolkien, « un accident de notre histoire domestique » ? », in Le livre pour enfants. Regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel, sous la direction de Cécile Boulaire, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 119-125 (Interférences) ou encore « The rout of the king : Tolkien’s readings on Arthurian kingship (Farmer Giles of Ham and The Homecoming of Beorhtnoth) », in Frank Weinreich et Margaret Hiley (éd.), Tolkien’s Shorter Works. Essays of the Jena Conference 2007, Zurich-Berne, Walking Tree Publishers, 2008, p. 59-76.

Matthieu Letourneux

6Matthieu Letourneux, comparatiste de formation, est Maître de conférences en littérature à l’université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense. Ses recherches portent sur les cultures populaires et de jeunesse auxquelles il a consacré de nombreux travaux : sur les genres, les pratiques sérielles, éditoriales, le jeu, etc. Il a dirigé le Dictionnaire des mythes d’aujourd’hui aux côtés de Pierre Brunel et Frédéric Mancier (Rocher, 1999), ainsi que le volume collectif Culture médiatique (Compar (a) ison, 2, 2002). Il a édité, chez Robert Laffont, dans la collection « Bouquins », les volumes d’œuvres de Gustave Aimard (2001), Emilio Salgari (2002) et Les Mystères du peuple d’Eugène Sue (2003). Il prépare actuellement un ouvrage consacré au Roman d’aventures (à paraître chez PULIM, 2009) et une étude sur les éditions Tallandier (avec Jean-Yves Mollier, à paraître à l’IMEC, 2009) à propos desquelles il a dirigé également un numéro de la revue Rocambole (n° 39-40, 2007).

Nathalie Prince

7Docteur en littérature générale et comparée de l’université Paris Sorbonne/ Paris IV, agrégée de Lettres Modernes, Maître de conférences à l’université du Maine (Le Mans), Nathalie Prince a mis en place et dirigé pendant quatre ans le Master Littérature de Jeunesse proposé à distance à l’université du Maine, qui rencontre un franc succès et accueille de très nombreux étudiants venus de tous horizons géographiques et culturels.

8Auteur de quelques articles sur la littérature de jeunesse, comme « Un conte curieux : la petite souris grise » (dans Europe, n° spécial consacré à la comtesse de Ségur, juin-juillet 2005, n° 914-915, p. 109 à 117) ou encore « Les contes pour enfants ne grandissent pas, sauf un ». La genèse du mythe de Peter Pan (James Matthew Barrie) selon Régis Loisel (dans Rester enfant, devenir adulte, la double contrainte des productions pour la jeunesse, Isabelle Cani, Catherine d’Humières et Nelly Chabrol-Gagne dir.), Clermont-Ferrand, PUBP, 2007, p. 309 à 319, elle prépare actuellement une approche générique intitulée La littérature de jeunesse, à paraître aux éditions Armand Colin, en collection U, pour fin 2009.

9Spécialiste du fantastique, Nathalie Prince est encore l’auteur de Les célibataires du fantastique (L’Harmattan, 2002), Le fantastique (A. Colin, collection 128, 2008), ou Petit Musée des Horreurs. Nouvelles fantastiques, cruelles et macabres (R. Laffont, collection Bouquins, 2008).

Sophie van der Linden

10Directrice de l’Institut International Charles Perrault de 2004 à 2008, Sophie van der Linden a notamment créé la première « Université d’été de l’image pour la jeunesse ». Elle a lancé la revue Hors cadre qui entend croiser les points de vue des créateurs et de critiques sur l’album et les littératures en images. Elle a consacré tous ses travaux de recherche à la littérature de jeunesse, et notamment au problème de l’album ou des rapports entre le texte et l’image dans des ouvrages remarqués et originaux qui sont des références dans le domaine. Elle a notamment publié Claude Ponti (Éditions Être, Collection Boîtazoutils, 2000), Lire l’album (Atelier du Poisson soluble, 2006) ou a dirigé ou codirigé des volumes collectifs comme Images des livres pour la jeunesse (Thierry Magnier, 2006).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540