Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature de jeunesse en question(s)

 | 
Nathalie Prince

Chapitre V. J. R. R. Tolkien est-il un auteur pour la jeunesse ?

Vincent Ferré

Texte intégral

  • 1 On trouvera les références précises de ces ouvrages dans la bibliographie. Les citations du Seigne (...)

1J. R. R. Tolkien (1892-1973) fait partie, avec Lewis Carroll, de ces écrivains au statut complexe à identifier, tant notre perception des textes est conditionnée par l’histoire de leur réception et des phénomènes culturels annexes. Dans le cas de Tolkien, les dizaines de millions d’exemplaires du Seigneur des Anneaux (1954-1955), de Bilbo le Hobbit (1937) ou du Silmarillion (1977)1, ainsi que l’influence de cet univers sur des phénomènes souvent mal connus des adultes comme les jeux de rôles, ou encore sur l’industrie cinématographique – que l’on songe à La Guerre des Étoiles, de G. Lucas –, ont eu tendance à détourner des œuvres l’attention du grand public, avant même la sortie de l’adaptation en trois parties de Peter Jackson, qui s’est signalée dans l’histoire du cinéma par sa démesure – tant par son budget que par la durée du tournage ou le nombre d’Oscars reçus…

2Il paraît donc salutaire de prendre le temps d’envisager ces textes, parfois très longs, pour saisir l’originalité de cet écrivain, qui tient sans doute, pour n’évoquer que deux des aspects les plus importants, à une caractéristique interne – l’alliance entre savoir universitaire et invention fictionnelle – et à une caractéristique externe, à savoir la réception de cet auteur, pris entre littérature de jeunesse et littérature pour adultes. Cette double perspective me guidera pour envisager successivement le statut de Tolkien, l’invention d’un monde fictionnel, la recherche de la cohérence dont l’emblème reste l’invention des langues, et les limites rencontrées par cet auteur dans sa création d’un monde fictionnel exhaustif et complet.

Un auteur au double visage

  • 2 Langue des Goths (peuple germanique originaire de Scandinavie), rameau oriental des langues german (...)
  • 3 Cf. H. Carpenter, J. R. R Tolkien, une biographie [J. R. R.. Tolkien : a biography, 1977] traduit (...)

3Lorsque paraît Le Seigneur des Anneaux, en 1954, John Ronald Reuel Tolkien a soixante-deux ans. Il est d’abord un universitaire renommé, spécialiste de philologie à l’université d’Oxford où il enseigne depuis près de trente ans les langues et littératures médiévales. Ses connaissances linguistiques sont exceptionnelles : il maîtrise parfaitement le latin, le grec, le vieil anglais (ou anglo-saxon) mais il connaît également le gotique2 – il est même capable d’improviser des discours dans ces langues, comme le raconte son biographe3 –, le français, l’allemand, l’espagnol, le finnois, le russe, l’italien… Mais pour le public anglais et américain, J. R. R. Tolkien est connu depuis 1937 comme l’auteur de The Hobbit, récit d’un voyage effectué par une sorte de lutin, Bilbo le Hobbit (titre de la traduction française), amené à partir en quête d’un trésor gardé par un dragon, dans un monde imaginaire, en compagnie de Nains et d’un Magicien.

4Le succès de l’ouvrage est tel que les éditeurs de ce premier livre, Allen & Unwin, le pressent d’écrire une suite ; tel, surtout, que l’image de Tolkien se façonne sans doute pour longtemps. Peu importe que cette publication ait été largement accidentelle, le manuscrit ayant fini par atterrir sur le bureau d’un éditeur sans que Tolkien l’ait vraiment cherché, d’autant qu’il s’est rapidement détaché de cette manière d’écrire des récits pour la jeunesse ; peu importe que ses autres textes pour enfants, comme Roverandom, M. Bliss ou Les Lettres du Père Noël soient des histoires inventées pour les siens propres – John, Michael, Christopher et Priscilla – et publiées seulement après sa mort ; peu importe, enfin, que The Lord of the Rings (Le Seigneur des Anneaux) soit un livre pour adultes, publié dix-sept ans après The Hobbit ou encore que Tolkien ait travaillé près de soixante années sur Le Silmarillion, vaste cycle racontant la naissance de son monde imaginaire, en écrivant pour cela des milliers de pages qui seront elles aussi publiées de manière posthume, sous le titre d’Histoire de la Terre du Milieu (The History of Middle-earth) : tous ces faits, qui montrent que Tolkien n’écrivait pas pour la jeunesse n’ont pas empêché l’histoire littéraire de cantonner pendant longtemps – et jusqu’à présent ? – l’œuvre de cet auteur à la littérature de jeunesse. L’histoire littéraire a été aidée en cela par les éditeurs qui rapprochent régulièrement, à des fins commerciales, certains livres de Fantasy d’une œuvre qu’ils résument à Bilbo le Hobbit et au Seigneur des Anneaux, c’est-à-dire au plus célèbre de ses livres pour enfants et à celui de ses textes pour adultes qui se situe dans sa continuité narrative.

5Pourtant, réfutant, dans sa célèbre conférence sur les contes de fées (1939), l’idée d’une association systématique entre ce type de récit et les enfants, Tolkien appelait à réfléchir à la notion même de littérature de jeunesse :

  • 4 « Du Conte de Fées », in Faërie et autres textes, Paris, Christian Bourgois, 2003, p. 92 (« On Fai (...)

[…] l’opinion commune semble être qu’il y a un rapport naturel entre l’esprit des enfants et les contes de fées, un rapport du même ordre que celui qui existe entre le corps des enfants et le lait. Je pense que c’est là une erreur ; au mieux, une erreur due à un sentiment faux, commise le plus souvent, par conséquent, par ceux qui, pour quelque raison personnelle (telle que la puérilité), ont tendance à considérer les enfants comme un genre d’être spécial, presque une race différente, plutôt que comme les membres normaux, même s’ils ne sont pas mûrs, d’une famille particulière et de la famille humaine en général.
L’association des enfants aux contes de fées est, à vrai dire, un accident de notre histoire domestique4

6Il ne s’agit pas de nier l’appartenance d’une partie de son œuvre à la littérature de jeunesse. Du point de vue de l’industrie du livre, Tolkien possède certainement un statut de précurseur, puisque c’est lui qui a ouvert la voie aux cycles à succès dans ce domaine, Harry Potter en tête, dont la dette – du moins pour les premiers volumes – envers lui est évidente, jusque dans les noms propres.

  • 5 Voir la biographie de H. Carpenter pour d’autres exemples de récits inventés par Tolkien (op. cit. (...)
  • 6 The Father Christmas Letters (2004) ; Les Lettres du Père Noël (2004).

7D’un point de vue biographique, il est également certain que Tolkien était formidablement doué pour inventer des histoires destinées à ses enfants : lorsqu’il veut consoler Michael d’avoir perdu un jouet sur la plage, Tolkien imagine l’histoire d’un petit chien changé en jouet par un magicien courroucé, et qui, perdu par un garçon sur une plage, connaît des aventures merveilleuses sur la Lune – ce texte a finalement été publié en 1998. Il peut aussi composer plusieurs poèmes célébrant Tom Bombadil, personnage inspiré d’une poupée que possède Michael ; mais, parmi toutes ces inventions5, ce sont certainement les Lettres du Père Noël qui méritent le plus d’attention, aux côtés de Bilbo le Hobbit. Chaque Noël, entre 1920 et 1943, Tolkien rédige une lettre censée venir du Pôle Nord, qui raconte, avec force illustrations, la vie pleine de péripéties du Père Noël et de ses aides – l’Ours, ses neveux et l’Elfe Ilbereth –, comme la préparation des cadeaux et leur distribution. Rassemblées pour la première fois en 1976 dans un recueil magnifiquement illustré, ces lettres ont récemment été rééditées en anglais et en français6.

  • 7 Peintures et aquarelles de J. R. R. Tolkien (1994) et W. G. Hammond, Ch. Scull, J. R. R. To (...)

8Pour tous ces textes, Tolkien mérite réellement une place dans l’étude de la littérature de jeunesse. En particulier, la relation entre texte et image demanderait plus d’attention de la part des chercheurs, Tolkien illustrant personnellement nombre de ces récits. Sa correspondance ou des recueils tels que Peintures et aquarelles ou Artiste et illustrateur7 attestent de l’importance de la question de l’image chez lui. Autre champ d’investigation possible : le lien entre ces récits pour enfants et ses réalisations principales, ses textes pour adultes comme Le Seigneur des Anneaux ou le projet du Silmarillion. L’histoire de Bilbo le Hobbit s’est en effet développée au sein d’un univers en construction depuis quinze ans déjà, la Terre du Milieu ; et plusieurs personnages évoqués dans le récit du Hobbit se retrouvent, avec une stature, une importance décuplées dans Le Seigneur des Anneaux – à l’instar d’Elrond ou de Gandalf.

9Pour autant, il faut ne pas perdre de vue la juste proportion, et se méfier des illusions d’optique. Tout d’abord, le lecteur anglais possède actuellement de nombreux textes de Tolkien, qu’il ait voulu les publier (Le Seigneur des Anneaux, Le Silmarillion, avec obstination), qu’une demande extérieure ait été à l’origine de la publication (Bilbo le Hobbit), ou que ces textes aient paru alors que Tolkien avait abandonné l’idée d’une parution. C’est le cas de Roverandom, de M. Bliss ou des Lettres du Père Noël – trois textes pour enfants qui pèsent lourd, désormais, lorsque l’on essaie de déterminer de quel côté (littérature pour adultes ? pour enfants ?), penche la balance. Face à ces textes, difficile pour le lecteur de déterminer ce qui relevait des préoccupations essentielles de l’auteur, ce qui lui tenait profondément à cœur, et ce qui était un exercice de style ou une production à usage familial, et qui n’a été publié qu’à la demande d’un éditeur.

10Situation inverse aux effets convergents, les lecteurs non-anglophones n’ont à leur disposition, pour se faire une image de Tolkien, que celles des œuvres qui ont été traduites. Qui parmi les millions de lecteurs de Bilbo le Hobbit, en France, connaissait en effet The Lays of Beleriand, recueil posthume de poèmes imités de la tradition médiévale anglaise (vers allitératifs et romance à rimes plates) dont l’édition française n’a paru qu’en 2006 ? Qui avait lu les essais de Tolkien sur les langues inventées – « Un Vice Secret » –, les relations entre anglais et gallois dans un article homonyme ou ses brillantes analyses sur Beowulf, le plus célèbre des textes en vieil anglais – l’équivalent de notre Chanson de Roland, avant la parution des Monstres et les critiques, en 2006 ? Qui connaissait, avant 2002, l’existence du Retour de Beorhtnoth, fils de Beorhthelm (1953), dialogue dramatique qui constitue une « suite » d’un poème médiéval fragmentaire ? Une minorité, qui possède une maîtrise suffisante de la langue anglaise pour avoir eu accès aux textes originaux. Même si la situation a changé, avec la traduction de ces textes, l’image de Tolkien ne se modifiera pas aussi rapidement, dans la mesure où le succès de cet auteur semble se concentrer autour du Seigneur des Anneaux, et que le public francophone n’a pas accueilli avec le même enthousiasme la parution de textes plus difficiles.

11D’autant – troisième facteur à prendre en compte – que le marketing joue à plein, pour ancrer Tolkien dans l’univers des enfants, que ce soit dans le monde éditorial (publication de ses textes en Folio Junior, chez Gallimard) ou dans l’industrie cinématographique : nombreux sont les enfants qui, à la suite des versions cinématographiques de Harry Potter, se sont précipités au cinéma pour suivre les aventures de Frodo, privés en 2003 d’un épisode du cycle cinématographique adapté de J. K. Rowling (les trois premiers volets de « Harry Potter » sont sortis en 2001, 2002 et 2004 ; les trois parties du « Seigneur des Anneaux » de P. Jackson datent, elles, de 2001, 2002 et 2003) en même temps qu’ils étaient encouragés par des produits dérivés – jeux sur consoles, œufs Kinder, figurines et poupées… – qui leur signalaient l’existence de films leur accordant, par une série de clins d’œil, une attention marginale mais réelle.

12Il ne faut pas oublier que J. R. R. Tolkien est avant tout un auteur de fiction pour adultes, même si Bilbo le Hobbit, Les Lettres du Père Noël ou Roverandom méritent d’être pris en compte, et si certains de ses autres textes peuvent être lus par des adolescents qui connaîtraient l’univers de Bilbo, récit qui sert souvent de passerelle entre les deux versants de l’œuvre tolkienienne. Car c’est bien aux « autres » textes, Seigneur des Anneaux et Silmarillion en tête, que Tolkien a consacré avant tout son temps et son attention. Comme il l’écrit dans le premier avant-propos du Seigneur des Anneaux, en 1954 :

  • 8 Avant-propos à la première édition du Seigneur des Anneaux (1954), traduit par D. Martin et V. Fer (...)

En réalité, ce n’est pas du tout un livre destiné aux enfants, même si de nombreux enfants, bien sûr, s’y intéresseront (à tout ou partie), comme ils s’intéressent encore aux Histoires et légendes d’autres temps (et en particulier à celles qui ne leur sont pas particulièrement destinées)8.

Un auteur entre fiction et savoir : l’invention d’un monde

13Pour un lecteur du début du xxie siècle, J. R. R. Tolkien peut faire penser à une sorte d’Umberto Eco, par l’association entre une œuvre théorique (comme L’Œuvre ouverte, Lector in fabula, etc.) et une œuvre fictionnelle. Mais Tolkien a sa manière propre d’utiliser son savoir de linguiste aux fins de créer un univers fictionnel, Arda et la Terre du Milieu.

  • 9 Pour une présentation et une analyse détaillée de ce genre, voir le livre de référence d’A. Besson(...)

14Pour expliquer leur fascination, ses lecteurs retiennent souvent de Tolkien ses qualités de narrateur, capable de faire d’un récit de longue haleine un texte captivant. D’autres privilégient la réflexion sur le pouvoir, matérialisé par l’Anneau, ou la condition humaine et le rapport à la mort. Mais tous les lecteurs évoquent la qualité de l’imaginaire tolkienien, qui fait du Seigneur des Anneaux l’œuvre phare de la Fantasy – et non de l’Heroic Fantasy, comme on le dit souvent – du xxe siècle, même si elle n’a pas donné naissance à ce genre, souvent rapproché de la Science Fiction, qui se caractérise par la présence d’un univers distinct de notre monde moderne (Le Seigneur des Anneaux se déroule quelque 6 000 ans avant notre ère) mais est marqué à la fois par le merveilleux – on trouve chez Tolkien de la magie, des Hobbits de un mètre de haut et des hommes-arbres – et des traits « médiévaux » dans les décors, les vêtements, les armes, les coutumes9.

15C’est cet aspect qui m’intéresse à présent, dans la mesure où l’on voit à l’œuvre, dans l’invention d’un monde, un souci de vraisemblance associé à une volonté de cohérence et de rigueur qui caractérise également les écrits universitaires de Tolkien. L’analyse des motivations de celui-ci, ou de son rapport à des sources littéraires dont il était spécialiste, montrera la manière dont l’auteur fait de son œuvre un contrepoint fictionnel à ses travaux, en une sorte de « philologie imaginaire », ou « philologie fictionnelle », ce que révèle le lien essentiel qu’entretient son œuvre avec le domaine des langues :

  • 10 Lettres de J. R. R. Tolkien, p. 208 ; cette lettre, une des plus célèbres de la corresponda (...)

« Je n’avais pas encore achevé mes études quand la réflexion et l’expérience me révélèrent que les pôles opposés de la science et du romance ne relevaient pas de goûts divergents mais étaient totalement apparentés » (lettre de 1951 à M. Waldman10).

16L’examen des textes – lettres, entretiens, conférences – où Tolkien évoque les origines de son œuvre fait nettement ressortir l’évolution de ses motivations, parfois temporaires, parfois contradictoires. On peut en dénombrer cinq, si l’on se limite aux principales.

  • 11 Voir la même lettre et sa remarque sur les « chapitres d’ouverture ».
  • 12 Avant-propos à la seconde édition du Seigneur des Anneaux (1966), in V. Ferré, Tolkien. Sur les ri (...)

17Une première raison peut être déduite des observations faites précédemment sur le talent de conteur de Tolkien : lui qui éprouvait une facilité déconcertante à inventer les premiers chapitres d’une histoire11 ou des récits brefs, a voulu « s’essayer à une très longue histoire qui retiendrait l’attention des lecteurs, les amuserait, les ravirait et, par moments, peut-être les exciterait ou les émouvrait profondément12. » C’est cette même attention aux lecteurs qui explique – autre raison que l’on peut distinguer – la volonté affichée par Tolkien de répondre par un nouveau récit, Le Seigneur des Anneaux, à leurs demandes et interrogations suscitées par la lecture de Bilbo le Hobbit, relatives à l’univers décrit par ce premier ouvrage et à la vie de ses héros.

18Une troisième raison concerne le désir de l’auteur, qui fait l’objet de débats (désir fugitif, qu’il raillera par la suite, ou désir plus profond ?), de créer pour son pays, l’Angleterre, une mythologie qui soit l’équivalent des légendes grecques, celtes ou scandinaves. Tolkien déplorait en effet l’absence de mythologie propre, la tradition arthurienne lui paraissant avoir été trop christianisée :

  • 13 Voir la même lettre à M. Waldman, p. 209 des Lettres.

Ne vous moquez pas ! Mais il fut une époque (il y a longtemps que j’ai dû en rabattre) où j’avais dans l’idée de créer un ensemble de légendes plus ou moins reliées, allant du grandiose et cosmogonique au conte de fées des Romantiques […] que je pourrais en toute simplicité dédier : à l’Angleterre, à mon pays. Elles seraient du registre et de la nature que je désirais, une sorte de fraîcheur et de clarté ; elles évoqueraient notre « atmosphère » (le climat et le sol du Nord-Ouest, c’est-à-dire la Grande-Bretagne et les régions voisines en Europe, non l’Italie ou l’Egée, encore moins l’Orient), et, tout en possédant (si jamais je devais y parvenir) la pure beauté évanescente que d’aucuns qualifient de celte (bien qu’on la trouve rarement dans les choses celtiques authentiques et anciennes), elles seraient « nobles », épurées, et adaptées à l’esprit plus mûr d’une contrée depuis longtemps déjà imprégnée de poésie13.

19Ces trois raisons comportent une dimension collective ; les deux dernières relèvent du domaine personnel. Dans une lettre de février 1938 adressée à son éditeur, Tolkien évoque ainsi le projet partagé avec son ami C. S. Lewis – universitaire anglais et futur auteur à succès, que le public français a découvert récemment, une fois encore par l’intermédiaire d’adaptations cinématographiques – d’écrire eux-mêmes les récits d’aventures dont ils étaient friands et qu’ils ne trouvaient pas assez nombreux :

  • 14 Lettre du 18 février 1938, ibid., p. 50. L’auteur fait ici allusion à The Lost Road, récit inachev (...)

Nous avions originellement chacun l’intention d’écrire un thriller pérégrinal : un voyage dans l’Espace et un voyage dans le Temps (pour ma part), tous deux à la découverte du Mythe. Mais le voyage dans l’Espace est achevé, et le voyage dans le Temps demeure, à cause de ma lenteur et de mes hésitations, à l’état de fragments, comme vous le savez14.

  • 15 Avant-propos à la seconde édition du Seigneur des Anneaux (1966), op. cit., p. 311.

20Toutefois, la raison présentée avec constance, tout au long de sa vie, comme la plus importante, est le désir de donner un cadre aux langues qu’il invente depuis son enfance. Les textes où Tolkien s’adresse directement à ses lecteurs y insistent, que ce soit dans l’avant-propos à la seconde édition du Seigneur des Anneaux, qui précise l’origine du Silmarillion, « la mythologie et les légendes des Jours Anciens » (« il était principalement d’inspiration linguistique et a été commencé dans le but de fournir un contexte « historique » à l’existence de langues elfiques15) ou, une nouvelle fois, dans la lettre à Milton Waldman, dont il espérait l’aide afin de publier conjointement Le Seigneur des Anneaux et Le Silmarillion :

  • 16 Lettre à Milton Waldman, in Lettres, p. 208.

[…] quoique, bien entendu, en tant que philologue de métier (particulièrement intéressé par l’esthétique linguistique), mes goûts aient évolué, mes connaissances théoriques se soient améliorées, de même (probablement) que mon savoir-faire. Il y a maintenant à l’arrière-plan de mes histoires un réseau de langues (dont seule la structure est ébauchée pour la plupart d’entre elles). Mais à ces créatures que j’appelle en anglais, de façon trompeuse, des Elfes, sont associées deux langues apparentées qui sont plus achevées, dont l’Histoire est écrite, et dont les formes (qui représentent deux aspects différents de mon propre goût linguistique) sont déduites scientifiquement d’une origine commune. De ces langues dérivent pratiquement tous les noms qui apparaissent dans mes légendes16.

21On saisit alors le lien fondamental entre le savoir que l’auteur possède sur les langues réelles et son entreprise d’invention linguistique. Cette connexion entre connaissance et création se retrouve dans l’usage que fait l’auteur des textes qui ont servi de point de départ à la formation de son univers fictionnel.

  • 17 Lettre du 7 juin 1955 à W. H. Auden, ibid., p. 304. Comme édition française du Kalevala, on pourra (...)
  • 18 L’Edda poétique, textes présentés et traduits par R. Boyer, Paris, Fayard, 1992, 685 p.
  • 19 Voir la lettre n° 25 (février 1938), in Lettres, p. 52.

22À l’origine du Silmarillion on trouve ainsi le Kalevala, un recueil de traditions épiques finlandaises, orales et populaires, compilées par Elias Lonnrot dans le premier tiers du xixe siècle. C’est cet univers épique qui sert de première référence à Tolkien, ses écrits les plus anciens constituant une tentative de réécriture et de réorganisation, toujours liée à l’invention des langues, puisque le second attrait du Kalevala est à ses yeux le finnois17. L’Edda poétique18, autre recueil de poésie, islandaise cette fois (viie-xiiie siècles), qu’il traduit avec les membres des Coalbiters, l’une des societies littéraires auxquelles il appartiendra, lui fournit entre autres les noms propres de personnages : les Nains de Bilbo le Hobbit ; Gandalf, Boromir ou Gimli dans Le Seigneur des Anneaux19.

  • 20 Ibid.
  • 21 Voir l’article de J.-Ph. Qadri : « “… un concours avec nous, mon trésor !”. Étude du tournoi d’éni (...)
  • 22 Pour d’autres exemples de motifs repris à la littérature médiévale et à la littérature antique, on (...)

23On voit comment se mêlent intimement savoir linguistique, connaissance de textes dont il était un des spécialistes les plus éminents, et création littéraire : des noms ou des épisodes servent chez Tolkien de point de départ au travail de l’imagination. L’on pourrait multiplier les exemples : le nom du dragon Smaug, dans Bilbo, est ainsi un jeu de mots philologique sur un « verbe germanique primitif » signifiant « se glisser dans un trou »20 ; du poème Christ de Cynewulf (viiie siècle) provient celui d’Eärendil, un des personnages essentiels de sa mythologie. À une tradition antique et médiévale, on peut rattacher la péripétie du « tournoi d’énigmes » entre Bilbo et Gollum, dans Bilbo le Hobbit21. Mais c’est surtout Beowulf qui retiendra notre attention : les travaux que Tolkien consacra à ce poème épique relatant les hauts faits d’un héros du vie siècle, remanié entre les viiie et xe siècles, constitue indirectement un formidable commentaire du Seigneur des Anneaux, qui en reprend les thématiques essentielles, en particulier la relation de l’homme au monde qui l’entoure et celle qu’il entretient avec le monstre qu’il combat ou côtoie : les rapports de Frodo avec Gollum, la créature déchue et possédée par l’Anneau, sont de ce point de vue une magnifique méditation sur la vie humaine22.

24Cependant, l’un des traits les plus marquants de la création tolkienienne est la manière dont l’auteur, à partir de sources très littéraires, en vient à enrichir la création de son univers en mêlant références réelles et croissance à partir du noyau interne de son œuvre : le souci de rigueur manifesté dans l’invention des langues imaginaires se retrouve dans la recherche de vraisemblance et d’une cohérence sans défaut ; et la création du monde fictionnel se fait sur le même modèle que la création des langues, une forme de translation.

Translation, cohérence et vraisemblance : l’invention d’un monde et de langues

  • 23 « Du conte de fées », op. cit. p. 95 et sqq. (« On Fairy-Stories », op. cit., p. 37 et sqq.)

25Tolkien raconte comment une scène essentielle de sa mythologie, la rencontre de Beren et Luthien, rapportée dans Les Contes Perdus, Les Lais du Beleriand et Le Silmarillion, a surgi du souvenir d’une clairière réelle ; comment la visite des célèbres grottes de Cheddar, en Angleterre, a nourri la description des cavernes du Gouffre de Helm dans Le Seigneur des Anneaux. À chaque fois, l’écrivain prélève des éléments du monde réel pour les transposer dans un monde inventé : si la démarche n’est pas propre à Tolkien, ce dernier a pour originalité d’avoir théorisé ce mouvement de fictionalisation, dans « Du Conte de fées ». Cet essai (à l’origine, la conférence prononcée en 1939) distingue « monde primaire » – le réel, œuvre de Dieu – et monde « secondaire », créé par un écrivain à partir du monde primaire23 afin de montrer le monde par le truchement de la fiction et du merveilleux.

26La littérature merveilleuse telle que la conçoit Tolkien n’est donc pas, contrairement à une idée reçue, une littérature d’évasion, mais une incitation à regarder le monde en passant outre l’habitude qui nous coupe de lui – Tolkien rejoint ici des réflexions que l’on trouve à la même époque, dans le premier tiers du siècle, chez des auteurs comme Proust ou des théoriciens comme les formalistes russes. Il s’agit de retrouver une « vue claire » – c’est ce que l’auteur nomme « recouvrement » (recovery) :

  • 24 Ibid., p. 121 (« On Fairy-Stories », op. cit., p. 57).

Nous devrions contempler de nouveau le vert et être derechef saisis (mais non aveuglés) par le bleu, le jaune et le rouge. Nous devrions rencontrer le centaure et le dragon et puis, peut-être, voir soudain, comme les anciens bergers, les moutons, les chiens, les chevaux – et les loups. Ce recouvrement, les contes de fées nous aident à le réaliser. De ce point de vue, seul un goût pour eux peut nous rendre, ou nous conserver, l’état d’enfance24.

27Si Tolkien associe cette « vue claire » à la vision que possède l’enfant, la littérature permet selon lui de la retrouver : toute la littérature, non la seule littérature de jeunesse.

  • 25 Le Seigneur des Anneaux, p. 11 (The Lord of the Rings, p. 1) – je souligne.

28On pourrait alors s’interroger sur la relation qu’entretient avec notre Terre l’univers inventé par Tolkien, et en particulier la Terre du Milieu (la région qui sert de décor au Seigneur des Anneaux), ses paysages peu familiers, ses créatures surprenantes. Et l’on verrait que Tolkien l’a conçue comme une transposition de notre Europe à une époque reculée, la Comté correspondant à l’Angleterre rurale, Fondcombe et Minas Tirith se situant à des latitudes proches de celles d’Oxford et de Florence. La coupure n’est en fait que temporelle, et non géographique, entre cet univers et le nôtre : comme l’annonce le Prologue, en une formule tellement usée qu’on lui prête rarement l’attention qu’elle mérite, « [l]es Hobbits sont un peuple effacé mais très ancien, qui fut plus nombreux dans l’ancien temps que de nos jours » (« Hobbits are an unobtrusive but very ancien people, more numerous formerly than they are today »)25.

29Cela nous entraînerait cependant trop loin (se poserait en effet la question de la nature allégorique du récit, réfutée par Tolkien), quand l’essentiel est ici de noter que la mission de cette littérature – montrer le monde – suppose à la fois vraisemblance et cohérence.

30Rapidement, le monde fictionnel se développe à partir de soi-même, tout en continuant à intégrer références à la littérature et au monde réel en un tout dont la cohérence est soulignée par la voix narrative d’un « historien ».

  • 26 Lettre du 7 juin 1955 à W. H. Auden, in Lettres, p. 307.

31Les emprunts des premiers textes à la tradition sont retravaillés systématiquement : Tolkien modifie profondément l’image des Elfes qu’il juge trop pleine de mignardise, en grande partie de la faute de Shakespeare ; et des Nains, ce qui se signale jusque dans la graphie puisqu’il emploie dans le second cas le pluriel dwarves et non la forme admise dwarfs. Il invente un peuple de lutins, les Hobbits, dont le nom est déjà un néologisme et dont il détaille progressivement – en passant de Bilbo le Hobbit au Seigneur des Anneaux – le mode de vie, l’apparence, les coutumes. Et certains personnages ou lieux (Fangorn, Bree, la Lorien, etc.) rencontrés dans le premier livre font l’objet d’une modification profonde, ou d’un développement : Gandalf passe d’une figure classique de magicien de conte de fées à celle d’un émissaire des puissances divines envoyé pour galvaniser la résistance des Peuples libres face à Sauron, celui-ci fait oublier le « Nécromancien » de Bilbo, tandis qu’Elrond devient le dépositaire de tout le savoir des Ages passés. Comme l’écrit Tolkien à Auden en 1955, « [l]es Mines de la Moria n’avaient été qu’un nom jusqu’alors, et au sujet de la Lothlórien rien n’était parvenu à mes oreilles de mortel jusqu’à ce que je m’y rende26 ».

32Ici apparaît une posture familière des lecteurs de la correspondance, celle de l’auteur en historien, qui se retrouve dans la fiction par le biais du narrateur. Un tel parti-pris peut surprendre, les événements de la diégèse étant marqués par le merveilleux ; mais l’on comprend aisément que cette position vise à ajouter à la vraisemblance et à la cohérence du récit. Le Seigneur des Anneaux s’ouvre d’ailleurs sur la mention d’une de ses sources fictives, le Livre Rouge :

  • 27 Le Seigneur des Anneaux, p. 11 (traduction modifiée ; The Lord of the Rings, p. 1). Voir ég (...)

On pourra trouver d’autres renseignements [sur les Hobbits] dans les extraits du Livre Rouge de la Marche de l’Ouest déjà publiés sous le titre : Bilbo Le Hobbit.
Cette histoire a pour origine les premiers chapitres du Livre Rouge, composé par Bilbo lui-même […]27.

  • 28 Le Seigneur des Anneaux, p. 908 (The Lord of the Rings, p. 849).

33D’autres sources sont secondaires, à l’instar du thrène chanté en l’honneur de Théoden, et que le narrateur rapporte en l’attribuant ce « chant sur les Tertres de Mundburg » à « un auteur du Rohan » (« So long afterward a maker in Rohan said in his song of the Mounds of Mundburg […] »)28. L’une de ces sources est d’ailleurs matériellement présente dans Le Seigneur des Anneaux tel que le conçoit Tolkien, qui devait contenir des extraits du Livre de Mazarbul, les archives naines : ce souhait devra, pour des raisons de coût, attendre cinquante ans pour se réaliser, dans la dernière édition (de luxe) de l’ouvrage, en 2004.

34Mais, pour en rester au texte, l’on sait l’importance des Appendices, les cent cinquante dernières pages du Seigneur des Anneaux, qui présentent une sélection et une compilation des très nombreux documents élaborés par Tolkien pour la création de son univers – généalogies, chronologies, calendriers, notes sur la prononciation etc. Il est intéressant de noter qu’en passant dans la fiction, ces documents, à l’origine des aides (du moins partiellement) destinées à l’auteur, jouent un rôle clef en apportant une sorte de caution « scientifique », maintes fois copiées par la suite, dans les œuvres de fantasy ultérieures.

35Sur le plan de la genèse, on sait que Tolkien récrit inlassablement les mêmes passages – L’Histoire du Seigneur des Anneaux occupe trois volumes et demi (VI à IX) et plusieurs centaines de pages dans L’Histoire de la Terre du Milieu – par souci du détail, de la conformité entre les cartes qu’il a établies ou les phases de la lune et le déroulement du récit, dont l’intrigue éclatée (à partir du Livre II) demande de « synchroniser » les déplacements des personnages. Une lettre parmi d’autres en témoigne, écrite en mai 1944 :

  • 29 Lettre du 25 mai 1944 à Christopher Tolkien, in Lettres, p. 123.

Frodo m’absorbe totalement, qui a maintenant une grande emprise sur moi et me demande beaucoup d’énergie : le chapitre sur Arachne et le désastre à Kirith Ungol a été récrit plusieurs fois. Tout ce qui sort n’a plus grand-chose à voir avec les ébauches préliminaires29 !

36Plus fondamentalement, l’histoire, la géographie et les langues sont liées. Ce monde est caractérisé par un degré de développement technique, une architecture, une économie, un système politique proches des représentations que nous possédons du Moyen Âge – villages, places fortes, agriculture, épées et suzerain –, jusque dans les relations d’amour « courtois » entre Eowyn et Faramir, même si ces dernières sont retravaillées dans le cas de Sam et Rosie, de Gimli et Galadriel. Correspond à ce développement technologique et au choix d’une époque reculée un état des langues pratiquées par les divers peuples qui diffère des langues modernes.

  • 30 Voir la série de L’Histoire de la Terre du Milieu et la revue Vinyar Tengwar qui publie régulièrem (...)

37Nous connaissons ces langues à travers certains dialogues du Seigneur des Anneaux, mais plus encore par les Appendices de l’œuvre, où Tolkien publie quelques documents sur les alphabets ou la prononciation extraits de la masse d’archives qui paraîtront (partiellement) de manière posthume30. On en compte une douzaine, parmi lesquelles deux (le quenya et le sindarin, langues des Elfes) sont nettement plus abouties puisqu’elles possèdent une grammaire et un lexique de plusieurs centaines de mots ; mais l’ensemble frappe par sa variété, entre le sindarin (« A Elbereth Gilthoniel »), le quenya (« Ai ! laurië lantar lassi sûrinen »), la langue des Ents (« a-lalla-lalla-rumba-kamanda-lind-orburúmë ») ou celle des Nains, ou encore le parler noir qui figure sur l’Anneau :

Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh bruzum-ishi krimpatul

38fragment du célèbre poème liminaire :

Un Anneau pour les gouverner tous. Un Anneau pour les trouver,
Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier

  • 31 Le Seigneur des Anneaux, p. 67 (The Lord of the Rings, p. 50).


One Ring to rule them all, One Ring to find them,
One Ring to bring them all and in the darkness bind them 31.

39Il serait possible de commenter les ressemblances existant entre ces langues imaginaires et les langues réelles : le quenya et le latin, le sindarin et le gallois, le nain et l’ancien nordique, etc. Retenons plutôt l’idée, d’une part, que Tolkien a voulu proposer des systèmes de transcription, des grammaires et des lexiques qui connaissent une évolution rigoureuse et « scientifique », comparable à celle que connaissent les langues réelles – même si elle est simplifiée et guidée en grande partie par les goûts esthétiques du créateur. Qu’il existe, d’autre part, un lien très fort entre la cohésion des noms, des langues et la cohérence de la géographie imaginaire, les deux étant profondément liées.

  • 32 Lettre du 14 octobre 1958 à Rhona Beare, in Lettres, p. 395.
  • 33 Le Seigneur des Anneaux, p. 549 (The Lord of the Rings, p. 508).

40L’effort d’imagination produit par Tolkien n’est pas gratuit. Si son monde imaginaire présente des créatures et des plantes merveilleuses, parfois sans équivalent dans nos légendes – tels mallorn, elanor, niphredil, et autres variétés végétales –, c’est avec un souci de rigueur jamais démenti. Tolkien affirme « visualise[r] avec une très grande clarté » les paysages de la Terre du Milieu32, il dessine des cartes avant d’entamer le récit, et veille à relier la géographie à la langue, une nouvelle fois à la base de sa création, comme le révèlent des notations qui rappellent le cratylisme. Ainsi des Cavaliers du Rohan, dont la langue « ressemble à [leur] pays même : en partie riche et ondulé, et ailleurs dur et sévère comme les montagnes » (« it is like to this land itself ; rich and rolling in part, and else hard and stern as the mountains. »)33 Et l’on retrouve le lien initial, puisque Tolkien associait dans sa jeunesse la découverte du finnois à celle de légendes (dans le Kalevala), qui ont à leur tour donné naissance à sa mythologie personnelle, étroitement associée à la création de langues, langues qui nécessitent un « lieu » et une « Histoire » pour se développer, donc l’invention d’une fiction narrative, qui n’oublie jamais qu’elle est fiction.

Un monde fictionnel complet ?

41C’est l’un des aspects les moins connus des lecteurs de Tolkien, qui se représentent souvent le monde de la Terre du Milieu comme un monde complet et achevé. Pourtant, la question de l’exhaustivité se pose logiquement dans toute démarche littéraire comparable à celle de l’auteur, qu’elle se situe dans le domaine des littératures de l’imaginaire ou dans la fiction réaliste.

  • 34 Cette métaphore, peu originale, donne son titre à l’une des biographies les plus anciennes, publié (...)

42Et Tolkien constitue un exemple d’autant plus intéressant pour le lecteur et les théoriciens des mondes fictionnels qu’il a oscillé, tout au long de sa vie, entre deux attitudes contradictoires. Sa biographie révèle une remarquable constance dans son travail d’architecte de la Terre du Milieu34, puzzle que complète Tolkien au fil des textes, souvent inachevés, qui jalonnent les soixante années de sa carrière littéraire : un souci d’exhaustivité domine, comme s’il fallait tout représenter, tous les aspects de la vie, toutes les modalités de l’être (nous reprenons cette formule à Danièle Rechsteiner), quelles que soient sa taille, son apparence, sa longévité. Mais parallèlement, Tolkien, pour ne pas alourdir son texte, ne tente pas de répondre à toutes les questions qu’il suscite, et joue de divers procédés pour suggérer l’idée que le monde fictionnel excède ce qu’en perçoivent les personnages et le lecteur.

  • 35 Le Seigneur des Anneaux, p. 60 (The Lord of the Rings, p. 43).
  • 36 Le Seigneur des Anneaux, p. 408 (The Lord of the Rings, p. 373). Voir Tolkien. Sur les riva (...)

43Ainsi des noms de lieux, que le lecteur rencontre à plusieurs reprises avant même que les personnages ne s’y rendent, ce qui crée un « hors champ » synonyme de profondeur géographique : le Mordor, dont le nom apparaît dès le deuxième chapitre (« Ils étaient inquiets, et certains d’entre eux parlaient à mi-voix de l’ennemi et du Pays de Mordor » ; « They were troubled, and some spoke in whispers of the Enemy and of the Land of Mordor35 »), avant de reparaître au dixième, lors de la rencontre avec Grands-Pas, qui leur explique la véritable nature et l’origine des Cavaliers Noirs : cette répétition précise progressivement l’image de cet ailleurs encore largement inconnu des Hobbits et du lecteur ; d’une manière comparable, nous avons montré ailleurs l’importance de la séquence où Celeborn, seigneur des Elfes de Lórien, évoque les lieux (Tol Brandir, Rauros, Fangorn, le Rohan, les Marais des Morts) que Frodo va traverser dans la suite de son périple36. Le pendant visuel de ce procédé est le panorama. Les descriptions y ont souvent recours chez Tolkien : les Hobbits dans la Vieille Forêt ou dans les Galgals, Merry et Pippin en forêt de Fangorn, Frodo près de Faramir (la « Fenêtre du Soleil Couchant », qui porte bien son nom). découvrent des paysages qui resteront à l’état d’esquisses rapides pour le lecteur, et résumés par un nom, mais qui représentent autant de possibles. Et si l’un des membres de la Communauté, au lieu de rester dans l’Ouest de la Terre du Milieu, s’était rendu dans l’Est, comme les Mages bleus ?

44Il n’est pas étonnant que ces derniers intéressent tant les lecteurs qui interviennent sur les forums de discussion consacrés à J. R. R. Tolkien37. Et qui constatent que certaines de leurs interrogations ont été anticipées par Tolkien ; que l’envers du décor est parfois aussi cohérent que l’endroit : à celui qui se demande ce qu’il advient de Gollum entre sa capture par Grands-Pas (avant le début du récit) et le moment où il retrouve l’Anneau, dans la Moria (au chapitre IV, Livre II), les Appendices apportent un élément de réponse38 ; au lecteur qui lui écrit pour l’interroger sur la cérémonie des cadeaux chez les Hobbits, Tolkien démontre qu’il est possible de répondre à n’importe quelle question, fût-ce de détail, une fois que le canevas général est posé39.

  • 40 Lettre du 25 septembre 1954 à Naomi Mitchison (ibid., p. 279).
  • 41 Voir les textes rassemblés dans les Contes et légendes inachevés.
  • 42 Lettre du 25 avril 1954 à Naomi Mitchison (Lettres, p. 249).

45Mais l’on conçoit les limites de ce processus : encore faut-il que la question soit posée, et que l’auteur puisse se consacrer à l’élaboration de la réponse. Entre la virtualité et l’actualisation, la différence est telle que d’autres lecteurs remarquent les « trous » de ce monde fictionnel, dont Tolkien convient lui-même dans une lettre contemporaine de la parution de son œuvre lorsqu’il évoque le « jeu consistant à inventer un pays ; jeu sans fin, car même un comité composé d’experts dans divers domaines ne pourrait achever le tableau d’ensemble40 ». Même s’il travaille jusqu’au terme de sa vie sur les unités de lieu ou l’organisation militaire du Rohan41, l’auteur admet qu’il n’est pas possible de répondre à toutes les questions relatives à la grammaire, la géologie, la versification, la musique ou la botanique. Et qu’il préfère, surtout, que « de nombreuses choses [demeurent] inexpliquées42 », tels que le sort de Gandalf après sa mort, ou la nature exacte de Tom Bombadil – autant de questions qui avivent toujours les passions et les discussions, cinquante ans plus tard.

  • 43 Voir par exemple l’ouvrage collectif Tolkien, Trente ans après, op. cit., dans lequel Anne Besson (...)
  • 44 J. R. R. Tolkien, « Mythopoeia », in Faëries et autres textes, op. cit., p. 306-307 (Tree and Leaf (...)

46J’aurais souhaité développer plusieurs points, sur l’histoire de la réception de J. R. R. Tolkien dans le monde francophone, l’adaptation proposée Peter Jackson, les diverses manifestations qui montrent, dans le monde anglophone, l’évolution du statut de Tolkien, mais j’ai déjà eu l’occasion d’aborder ces problèmes ailleurs43. Il paraît surtout important de ne pas en rester aux clichés, qui sont parfois des calomnies dans le cas de cet auteur accusé d’être trop conservateur, réactionnaire voire raciste ; mais de le lire, tranquillement, et de se forger sa propre opinion. Si Tolkien est malheureusement la cible de ces critiques, c’est aussi qu’il est trop « en mouvement » pour les esprits étroits, et qu’il dépasse certaines des catégories que d’aucuns utilisent par commodité et pour éviter de réfléchir. Comme l’écrit Tolkien dans son poème « Mythopoeia44 »,

The heart of man is not compound of lies,
but draws some wisdom from the only Wise,
and still recalls him.
Though now long estranged,
man is not wholly lost nor wholly changed.
Disgraced he may be, yet is not dethroned,
and keeps the rags of lordship
once he owned,

his world-dominion by creative act :

not his to worship the great Artefact.
man, sub-creator, the refracted light
through whom is splintered
from a single White
to many hues, and endlessly combined
in living shapes that move
from mind to mind.

Le cœur de l’homme ne sait pas mentir,
du Sage unique sa sagesse retire,
lui qu’il n’oublie pas. Cet étranger,
L’homme, n’est pas perdu, n’a pas changé
s’il a perdu la grâce, il trône encore,
et des haillons de roi ornent son corps,

sa part du monde, il se la taille, créateur, en acte,

sans jamais vénérer le très grand Artefact,
l’homme, sous-créateur, luminescent
d’où se diffractent d’un unique Blanc
tant de couleurs diaprées à l’infini,
toutes formes passant de l’esprit à l’esprit.

Questions sur… Tolkien

47– Votre conférence est une invitation à relire Le Seigneur des Anneaux, et j’ai pu ouvrir les yeux sur la très grande cohérence d’un monde créé de toutes pièces avec sa géographie, son histoire, les différentes langues des différentes races… etc. Rien qu’à prendre en compte les chants et en les lisant attentivement, on se rend compte que chaque peuple a sa poésie, son lyrisme et sa propre manière d’exprimer ses sentiments. La formation linguistique de Tolkien permet d’en mesurer toute la valeur. Par ailleurs, je ne peux m’empêcher de faire le lien avec Harry Potter : à la lecture, beaucoup d’éléments paraissent communs, et notamment le personnage de Dumbledore et Gandalf, les cavaliers noirs et certains personnages malfaisants, le mystère de Fangorn et la forêt interdite, etc. Toutefois, j’ai été surprise de trouver à en librairie les trois tomes du Seigneur des anneaux au rayon jeunesse exclusivement et dans une édition jeunesse qui plus est. Cela repose la question la distinction entre littérature de jeunesse et littérature adulte : ici, ce n’est pas l’intention de l’auteur qui a été prise en compte.

48Vincent Ferré : – Ce témoignage de lectrice montre tout le pouvoir d’attraction du texte de Tolkien, lui dont Gracq soulignait le génie narratif :

  • 45 « Entretien avec Jean Carrière » [1986], in Œuvres complètes, II, éd. de B. Boie, Paris, Gallimard (...)

« La dernière très forte impression de lecture que j’ai ressentie […] m’a été causée, il y a sept ou huit ans, par Le Seigneur des [A]nneaux, de Tolkien, où la vertu romanesque resurgissait intacte et neuve dans un domaine complètement inattendu45 »

  • 46 Cf. Lettres, n° 171, septembre 1955, p. 319-321 dans l’édition française.

49Gracq a évoqué Tolkien assez régulièrement dans des entretiens ou des lettres privées, en soulignant toujours cette puissance du récit. Elle est encore plus sensible en anglais, où les poèmes que vous mentionnez sont plus beaux qu’en traduction. Le jeu de Tolkien sur les langues est en effet également un jeu sur la langue anglaise ; une passionnante lettre à l’un de ses lecteurs, contemporaine de la parution du Seigneur des Anneaux46, propose ainsi un « exercice de style » montrant comment le roi Théoden aurait pu parler dans un roman moderne, ou dans un texte singeant la littérature médiévale ; pour souligner au contraire l’authenticité « historique » de la langue de ce roi dans le roman de Tolkien.

50À ces qualités, vous associez une autre caractéristique de l’univers tolkienien, à savoir sa cohérence. Vous avez raison, mais si, outre Le Seigneur des Anneaux, vous prenez en compte les milliers de pages de L’Histoire de la Terre du Milieu – deux volumes traduits en français en 1995 et 1998, trois nouveaux depuis 2005 –, cette cohérence entre les récits, les (faux) documents historiques, les cartes, etc., devient vertigineuse.

  • 47 Cf. Tolkien, trente ans après, op. cit., p. 22.

51Tolkien est aussi pour Gracq – je reviens à lui – un objet de réflexion sur le statut des écrivains et sur le canon. Une autre phrase, que je cite dans une étude consacrée à la réception de Tolkien en France47, associe Tolkien à un auteur qui, entre-temps, est entré dans la Pléiade, ce qui est assez révélateur des inflexions de l’histoire littéraire :

  • 48 J. Gracq, En lisant en écrivant, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1995, volume II, (...)

« Enigmatique, et irritant pour l’esprit, le cas de ces écrivains que la librairie, à la longue, a imposés à la littérature : Simenon ou Jules Verne tout comme Dashiell Hammett ou Tolkien48. »

  • 49 K. Haber, Méditations sur la Terre du Milieu [Meditations on Middle Earth, essay, 2001], Paris, Br (...)

52Voilà qui rejoint votre réflexion sur Tolkien et J. K. Rowling. Vous savez sans doute que Rowling s’inspire de Tolkien sur plusieurs points, en particulier ceux que vous évoquez : il ne s’agit pas seulement d’éléments traditionnels, qui viendraient du conte, et qui seraient communs aux deux auteurs, mais bien d’éléments popularisés par Tolkien – auteur « n° 1 » en Angleterre depuis des années –, qui a marqué des générations d’écrivains – voir à ce sujet le très beau recueil de témoignages rassemblés par Karen Haber49 (Méditations sur la Terre du Milieu, publié chez Bragelonne en français). Après la frénésie qui a entouré le film de Jackson, c’est Harry Potter qui a pris le relais ; les éditeurs jeunesse ont donc joué de la proximité entre les deux livres, mais en renversant le rapport : les amateurs de Rowling sont invités à acheter Tolkien… pour poursuivre leurs lectures dans un univers comparable. La généalogie entre les deux œuvres se retrouve brouillée.

53– Voilà un auteur que l’on connaît, malheureusement, plus à travers les adaptations cinématographiques qui ont découlé de ses œuvres que par ces dernières. En effet, dans mon entourage, tout le monde semble avoir vu les adaptations de Peter Jackson, ou tout du moins les connaître, mais rares sont ceux qui sont des lecteurs de l’œuvre. Votre propos, à ce sujet, permet d’envisager dans l’œuvre de Tolkien l’extrême rigueur du travail, la multitude de détails de toutes sortes, au lieu de les voir comme des ouvrages d’une longueur indigeste. Les détails sur la vie quotidienne des Hobbits, par exemple, prennent toute leur importance, et savoir que l’auteur était si minutieux dans son travail d’écriture, permet de déguster ces précisions, comme une confidence du créateur de la Terre du Milieu au creux de notre oreille…

54Les aventures de Bilbo me font étrangement penser aux Romans de la Table Ronde : quête périlleuse en vue d’un trésor, obstacles divers représentés par des créatures merveilleuses comme les Trolls.

55Vincent Ferré : – Vous évoquez avec raison la diversité des images publiques de Tolkien. Il faut savoir que les films de Jackson ont tellement occulté les œuvres de Tolkien, aux Etats-Unis par exemple, que de nombreux spectateurs croient que Le Seigneur des Anneaux n’est qu’une « novellisation », un produit dérivé des films – comme cela s’est fait pour Star Wars…

  • 50 Voir J. J. R. Tolkien, Les Monstres et les critiques et autres essais, Paris, Christian Bourgois, (...)

56Le rapprochement avec la littérature arthurienne est juste : Bilbo le Hobbit est un « conte », mais son auteur a également puisé dans la « grande » littérature – il est entre autres l’auteur d’une étude du poème Sire Gauvain et le chevalier vert, qui contient tous ces traits50. Toutefois, c’est moins leur caractère « obsolète » que leur extravagance dans l’usage du merveilleux, et une dimension chrétienne trop explicite, que Tolkien disait ne pas apprécier dans les récits arthuriens – voyez sa correspondance.

  • 51 Voir P. Kocher, Master of Middle-Earth : the fiction of J. R. R Tolkien, Boston, Houghton Mifflin (...)

57Il est intéressant de voir à quels éléments vous avez été sensible, dans l’adaptation de Jackson comme dans Bilbo. Car d’autres indices montrent que ces deux œuvres sont destinées, partiellement dans le cas du film, totalement, du moins à l’origine, dans le cas de Bilbo, aux enfants : Paul Kocher51 a ainsi montré les procédés typiques de la littérature de jeunesse que l’on retrouve dans Bilbo le Hobbit – adresses au public, appel à leur mémoire, comptines, rappel de stéréotypes des contes, etc. Plus globalement, transparaît une conception implicite des livres pour enfants avec laquelle Tolkien prendra ses distances dans Du Conte de fées. Vous savez peut-être qu’à l’origine, ce récit destiné à ses propres enfants n’avait pas de rapport avec la Terre du Milieu qui formait le cadre des récits du Silmarillion ; l’ancrage s’est fait progressivement, et rétroactivement –Tolkien reprenant des personnages en les infléchissant nettement, et réécrivant même certains passages. L’unité de cette œuvre est le résultat d’un long processus, rétrospectif, un peu comme dans le cas de La Comédie Humaine de Balzac.

58– Vous affirmez que « La littérature merveilleuse telle que la conçoit Tolkien n’est donc pas, contrairement à une idée reçue, une littérature d’évasion, mais une incitation à regarder le monde en passant outre l’habitude qui nous coupe de lui […] ». Certains lecteurs ont peut-être abusivement interprété l’œuvre de Tolkien en voyant dans Le Seigneur des Anneaux une métaphore de la montée du nazisme et dans les héros de la communauté de l’Anneau le symbole de la résistance. Qu’en pensez-vous ?

59Vincent Ferré : – Cette question est importante, en raison de l’amalgame qui est souvent fait, pour une raison simple : la date de publication du Seigneur des Anneaux, à peine dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. En réalité, la genèse du récit remonte à 1938 et la création de cet univers à 1916-1917 ; Tolkien a rappelé ces dates pour rejeter toutes les lectures de son œuvre qui la réduisaient à une allégorie du conflit mondial ou de la Révolution russe. Et une telle lecture amoindrit certainement la portée d’une œuvre qu’il a préféré ne pas ancrer dans un contexte réaliste, pour plutôt représenter le pouvoir, la guerre, la question de l’usage de la force, etc., de manière intemporelle et dans un contexte « merveilleux », non réaliste.

60Si l’on cherche des résonances « historiques », c’est plutôt vers la Première Guerre mondiale qu’il faut se tourner, selon l’avant-propos de Tolkien à la seconde édition du Seigneur des Anneaux. Cette guerre est un événement peut-être encore plus marquant pour l’auteur, que la seconde, qu’il vit surtout à distance, dans sa correspondance avec son fils, qui s’entraîne pour devenir pilote dans la RAF. La Première Guerre mondiale est un événement majeur sur le plan personnel, Tolkien ayant perdu plusieurs de ses amis proches dans le conflit. D’autre part, lorsqu’il évoque la Seconde Guerre mondiale d’un point de vue plus général, c’est pour nuancer l’idée qu’un camp serait « bon » d’une manière univoque : même les Alliés sont la cible de ses critiques, dans leur usage de la force. Aucune dichotomie, aucun manichéisme, donc, dans sa vision du conflit ni dans son œuvre, contrairement à ce que prétendent certaines journalistes.

61– J’aimerais savoir pour quelles raisons précises certains voient en Tolkien un conservateur et un raciste comme vous l’évoquez dans votre conclusion.

62Vincent Ferré : – Nous savons tous que le discours sur les auteurs, l’histoire littéraire véhiculée par le « sens commun » et la doxa, ne sont pas le résultat d’une analyse des textes mais, le plus souvent, de « rumeurs », de clichés : racine serait ennuyeux, Proust illisible. Dans le cas de Tolkien, je crois que la personnalité de l’auteur a joué. La lecture de sa correspondance montre un écrivain soucieux de sa tranquillité, qui surjoue le décalage par rapport à son époque pour qu’on le laisse en paix ; il critique le « progrès » en des termes sans doute trop subtils pour les journalistes qui reprennent ses déclarations et veulent à tout prix placer Tolkien dans une catégorie, le résumer en un mot. Il suffit qu’il proteste contre la transformation de la campagne anglaise, contre le Concorde, et qu’il soit catholique en terre anglicane, pour que Tolkien soit catalogué comme « conservateur ». Ce sont des clichés que l’on trouve dès les années 50 sous la plume des journalistes, qui projettent ensuite cette image sur le texte, et interprètent certains éléments de l’univers tolkienien comme la preuve – supposée – de ce caractère conservateur. Il est vrai que cela est plus facile et rapide que de lire le texte ; sans compter le « copier-coller » qui caractérise parfois l’écriture journalistique, faite de reprises de propos publiés dans d’autres journaux : une fois qu’une étiquette est collée sur une personne ou un auteur…

63Pourtant, la réflexion de Tolkien est extrêmement moderne, et anticipe des réflexions contemporaines qui nous paraissent aujourd’hui pleines de justesse. Je pense à ses positions « écologistes » avant la lettre, par son souci de la nature ; ou à sa mise en garde contre la technique, puisqu’à ses yeux, une réflexion sur l’usage des avancées techniques est indispensable. Je cite une des lettres les plus révélatrices :

S’il y a une éventuelle référence au monde contemporain dans mon histoire, elle concerne ce qui me paraît être l’affirmation la plus communément répandue : si une chose peut être faite, elle doit l’être. Cela m’apparaît complètement faux. (Lettres, n° 186 à Joanna de Bortadano, avril 1956, p. 348)

64Tolkien était sans doute trop en avance pour ses détracteurs, aveuglés, dans les années 50, par l’idéologie du progrès, et qui l’ont accusé d’être en retard sur son temps.

  • 52 Voir G. Semprini, « Tolkien et le racisme » dans Tolkien, trente ans après (1973-2003), op. cit., (...)

65L’accusation de racisme est non seulement injuste, elle est extrêmement blessante. C’est une question que je connais bien, pour avoir à y répondre parfois ; et pour avoir beaucoup échangé à ce propos avec l’auteur de l’article « Tolkien et le racisme52 ». Je me permets de vous y renvoyer pour les éléments empruntés à la biographie, qui montrent de manière indiscutable son opposition viscérale à toute forme de racisme et d’antisémitisme. Ce que je peux répondre ici est que les « preuves » avancées par les détracteurs de Tolkien et empruntées à la fiction ne tiennent pas : certains n’ont voulu retenir, de toutes les inventions de Tolkien, que la présence d’un peuple de cavaliers blonds – les Cavaliers du Rohan –, qui affrontent les Orques, des créatures sombres. Parmi tous les peuples, toutes les créatures représentées par Tolkien, qui a mis en scène des êtres de toutes les tailles, de toutes les couleurs, le fait de retenir ce seul exemple en dit long sur la rigueur des critiques en question ! Sans parler de la confusion entre le film de P. Jackson – où certains Elfes sont blonds, pour une raison inconnue – et l’œuvre de Tolkien.

66On trouve en particulier cette critique chez certains journalistes américains, les mêmes qui affirment que le rapprochement est évident entre les « deux tours » évoquées par le volume central du Seigneur des Anneaux et… les deux tours du World Trade Center. Ou que Tolkien est raciste parce que né en Afrique du Sud… lui qui a publiquement condamné l’apartheid à une époque où cela n’était pas si courant.

67Je crois que vous aurez deviné ce que je pense de ce genre de rapprochement, qui méconnaît également le travail de Tolkien sur les codes littéraires empruntés à l’épopée : l’opposition entre lumière et obscurité, par exemple. L’accusation de misogynie – il y aurait « trop peu de femmes » dans Le Seigneur des Anneaux – relève de la même ignorance : la belle Aude ne joue pas un rôle de premier plan dans la Chanson de Roland, et même Guenièvre est très en retrait dans le Lancelot de Chrétien de Troyes.

68Du côté français, presque personne n’ose reprendre ce fatras d’inepties, à l’exception de quelques journalistes qui, lors de la sortie du film, ont « adapté » des articles américains, ou d’un texte extrêmement faible sur le plan scientifique, dont je ne parlerai pas.

69– Vous ne parlez pas du Fermier Gilles de Ham. Que pensez-vous de ce petit récit, par rapport à l’ensemble de l’œuvre de Tolkien ?

  • 53 Depuis cet échange électronique, a paru un article sur la figure du roi Arthur qui s’intéresse en (...)

70Vincent Ferré : – Si je n’ai pas parlé du Fermier Gilles de Ham, c’est tout simplement parce qu’il m’a fallu faire des choix dans une œuvre de plusieurs milliers de pages. Ce texte figure dans le volume Faërie et autres textes, auquel j’ai fait référence et qui contient l’essai canonique de Tolkien sur les contes de fées53. Le Fermier Gilles de Ham est un texte attachant, car il permet de travailler sur les références au Moyen Age en même temps que sur les procédés de la parodie – un fermier réussit à régler un problème posé par un géant puis par un dragon et devient un héros. Le ton du narrateur est très vif et plaisant, les références à l’Angleterre transparentes… Plus globalement, ce texte est une preuve de la présence continuelle de la littérature médiévale dans l’esprit de Tolkien, qui y puisait une grande partie de son inspiration et lui rendait hommage dans des registres très différents ; car on peut lire ce récit plaisant à plusieurs niveaux, et Tolkien multiplie les clins d’œil à destination de ceux de ses lecteurs qui connaissent Oxford et la littérature médiévale.

71Dans le même volume, en français, figure un texte particulièrement intéressant, Le Retour de Beorhtnoth, une suite dialoguée, sous forme dramatique, de La Bataille de Maldon, poème médiéval anglais qui nous est parvenu à l’état fragmentaire. Le texte de Tolkien constitue une méditation frappante sur les ravages de la guerre et l’usage de la force – les échos sont nombreux avec Le Seigneur des Anneaux.

72– En dehors du ressenti personnel face au film, je voudrais simplement apporter ici des éléments de réflexion sur le respect du texte de Tolkien dans l’adaptation cinématographique proposée par Peter Jackson. Il est certain que les films ne peuvent pas et ne doivent pas essayer de retranscrire tous les détails qui fourmillent et toutes les scènes de l’œuvre de Tolkien. Cependant, les scènes occultées sont souvent des scènes « heureuses », telles que les rencontres avec Maggotte et Tom Bombadil, tandis que les scènes de combats et de batailles prennent proportionnellement beaucoup plus de place dans les films que dans les livres, et du coup on obtient un décalage, le découpage des films et des livres ne correspondant plus dès la fin de La communauté de l’anneau. Les réactions des personnages sont exagérées, les films brodent aussi : dans Le retour du roi par exemple, Tolkien ne donne pas ce rôle de mauvais conseiller à Gollum dans la montée de l’escalier de Cirith Ungol. Je suis également étonnée par la multitude de gestes et de paroles fidèles au roman mais malheureusement déplacés dans la bouche d’un autre personnage. Il résulte de tous ces éléments une dramatisation du film, un amoindrissement de la valeur de certains personnages qui perdent la stature mythique que leur a donnée Tolkien. L’ensemble est aussi beaucoup plus larmoyant, en particulier pour ce qui est de la première partie.

73Vincent Ferré : – En ce qui concerne ce film, je vous renvoie à un texte, disponible en ligne54, que j’ai écrit juste après la sortie du premier volet de la trilogie de Peter Jackson55. Il s’intéresse en particulier à l’image que Tolkien se faisait du cinéma et à ses attentes, telles qu’il les avait exprimées dans les années cinquante ; puis j’ai appliqué ces critères aux deux adaptations du Seigneur des Anneaux de Bakshi et de Jackson, avant de réfléchir aux distorsions que subit chez Jackson le texte de Tolkien, non dans ses détails, mais sur certaines questions de fond (représentation du Mal, du libre-arbitre, etc.). Je ne saurais trop vous conseiller de consulter les analyses proposées sur le site http://www.jrrvf.com par Semprini, qui ont été reprises en volume (dans Les Racines du légendaire, deuxième numéro de La Feuille de la Compagnie, sous la direction de Michaël Devaux, Genève, Ad Solem, 2003), et demeurent une référence.

  • 56 J. Howe, Sur les terres de Tolkien, Nantes, l’Atalante, 2002.

74En revanche, je n’ai jamais renié mon intérêt pour l’aspect visuel du film de Jackson, lié au travail de John Howe et d’Alan Lee, que j’apprécie beaucoup – j’ai participé à l’exposition organisée à la BnF en décembre 2003-janvier 2004, au catalogue tiré de l’exposition des œuvres de John Howe56 et traduit le Cahier de croquis du Seigneur des Anneaux (2006), un beau texte où Alan Lee commente son travail d’illustrateur – traduction réalisée avec Delphine Martin.

75– Les livres de Tolkien sont énormément empruntés en médiathèque jeunesse, et l’étaient déjà bien avant la sortie du film. Une fascination s’exerce, mon fils de douze ans et ses amis ont découvert le monde de Tolkien, voilà quatre ans, et ils ont lu dans la foulée la plupart des livres publiés en français. Il y a comme une sorte d’immersion dans une création imaginaire que l’on a du mal à quitter. Pourquoi l’œuvre de Tolkien n’est-elle pas plus étudiée et exploitée au collège ou au lycée, sur le plan linguistique, narratologique, ou sur celui du point de vue de la création et de l’imaginaire ?

76Vincent Ferré : – La question est importante. Le système scolaire reproduit sans doute des jugements de valeur sur les œuvres avec une certaine inertie. Mais de plus en plus d’enseignants se tournent vers Tolkien, en particulier vers Bilbo le Hobbit. Le problème posé par l’œuvre de Tolkien est sans doute… sa longueur ! Comment travailler sur un extrait du Seigneur des Anneaux autre que l’incipit, par exemple ? Toutefois, Tolkien prend une place de plus en plus importante à l’Université.

77– En tant que professeur documentaliste en collège depuis plusieurs années, j’ai constaté que Le Seigneur des Anneaux peut passionner les adolescents dès treize ou quatorze ans et qu’ils se sont approprié son monde avec une facilité et surtout une passion bien réelles. Dans la même année scolaire, j’ai fait l’acquisition d’au moins quatre exemplaires du Seigneur des Anneaux et certains élèves ont réclamé Bilbo le Hobbit, le Silmarillion, les Contes et légendes inachevés. Bien sûr, l’œuvre de Peter Jackson au cinéma y est pour quelque chose, mais énormément d’adolescents, après avoir découvert Tolkien sur grand écran, se sont précipités sur les textes non seulement pour connaître la suite plus vite mais aussi pour lire, et relire même, le premier volume vu au cinéma.

78Reste à savoir quelle lecture ils font. Qu’y voient-ils ? Et comment ? Il faut constater de toute façon qu’ils plébiscitent ces textes et qu’ils ont un très vif plaisir de lecteur. Ces textes sont sur les rayons des CDI de collège parce que les élèves les ont demandés et en font souvent la promotion auprès de leurs camarades qui seraient « restés » à Harry Potter.

79Tolkien leur offre une possibilité d’évasion, rare peut-être dans la littérature de jeunesse : un monde cohérent entièrement neuf même s’il transporte dans un certain Moyen Âge, avec des costumes, des armes, un idéal chevaleresque auquel ils sont sensibles. Tolkien crée des langues, notamment la langue elfique, qui rappelle les contes ; la figure du héros est multiple : jeune et beau roi, ou elfe, ou nain, ou Hobbit valeureux et digne de son peuple, ou encore magicien vénérable et protecteur de tous. La quête est difficile et enthousiasmante à la fois et il n’est pas étonnant que les adolescents se passionnent autant, filles et garçons ensemble, pour ce monde incroyable et merveilleux où plusieurs héros différents s’unissent pour la même cause.

80Vincent Ferré : – Je vous remercie de ce témoignage direct de l’intérêt des collégiens pour Tolkien, qui constitue une première réponse à la question du classement des œuvres de celui-ci dans la littérature de jeunesse. On peut aussi estimer – je me fonde ici sur les discussions que j’ai pu avoir avec des lecteurs de tous âges lors d’interventions dans des bibliothèques aussi bien que dans des lycées – que l’attrait de Tolkien réside également dans le fait qu’il n’est pas un auteur reconnu par les institutions scolaires (même si les choses évoluent un peu), qu’il n’est pas « au programme ». Cet auteur permet donc de se singulariser dans ses lectures, à un âge où la question de l’individualité et de l’identité est importante ; se singulariser, tout en adhérant à une communauté parmi d’autres, celle de lecteurs qui entretiennent un rapport très intense avec un univers imaginaire (communauté qui ne demande qu’à agrandir son cercle – comme le montre votre témoignage sur l’entreprise de « conversion » des lecteurs de Harry Potter). L’oscillation entre individualité et adhésion à des valeurs communes à un groupe est sans doute importante.

81Par ailleurs, Tolkien insiste dans son essai sur les contes de fées sur le fait qu’il faut proposer aux enfants des lectures qui les dépassent un peu, pour les aider à grandir et à se développer, et non de la littérature calibrée sur les représentations que les adultes peuvent se faire des enfants et des textes qui sont bons pour eux. Sa propre œuvre fournit l’exemple d’un texte pour adultes – Le Seigneur des Anneaux – dont les enfants peuvent s’emparer même s’il ne leur est pas destiné. Quant à la lecture qu’ils en font : qu’ils retiennent l’histoire, son aspect captivant, ou tel personnage, est déjà une bonne chose. Je ne crois pas qu’il y ait le même risque de contresens sur une œuvre comme celle de Tolkien, où « l’histoire » occupe une place importante, que dans le cas d’un texte censé être « facile et court », parfois proposé au collège comme L’Étranger de Camus, par exemple.

82– En ce qui concerne la prononciation, si importante aux oreilles de l’auteur, le film de Peter Jackson dans sa version originale est-il correct ?

83Vincent Ferré : – Les querelles font rage pour savoir comment prononcer certains termes, et P. Jackson a choisi d’engager un membre (David Salo) de l’un des camps antagonistes pour aider les acteurs dans leur pratique. Les phrases en elfique sont en effet bien plus nombreuses que dans le livre. Un défenseur du travail de D. Salo chantera les louanges du travail effectué ; un détracteur soulignera l’absurdité qui consiste à inventer de nouvelles phrases, comme s’il s’agissait de langues réelles. J’avoue que la langue qui me paraît réellement intéressante est… l’anglais ; lorsque les dialogues respectent le texte, on entend la prose de Tolkien prononcée de très belle manière.

84– Vous mentionnez le fait que Tolkien réfutait la notion d’allégorie pour caractériser son œuvre. Quels sont ses principaux arguments ? et d’après vous, même s’il n’était pas dans l’intention de l’auteur, le côté allégorique est-il clairement à écarter ?

85Vincent Ferré : – Tout dépendra de la définition que vous donnez à ce terme. Tolkien rejetait « l’allégorie » qui désigne, à ses yeux, une œuvre contenant un message défini, délivré par l’auteur par le biais d’une fable. Vous voyez l’écart existant avec un texte qui se propose à des interprétations multiples ! Nous pouvons poursuivre dans cette direction si vous le voulez. Mais ne soyez pas intimidés par les étiquettes : Tolkien appartient peut-être à la fantasy, mais cela n’empêche pas tout lecteur de se l’approprier.

86– J’ai vu sur votre site (pourtolkien. free. fr) qu’une nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux allait paraître, à une date encore indéterminée. Pourriez-vous donner plus de précisions à ce sujet ? Et, notamment, sur quoi porteront essentiellement les modifications apportées ?

87Vincent Ferré : – Pour répondre à votre question : nous avons commencé en 2000 à réviser l’édition actuelle du Seigneur des Anneaux, mais nous nous sommes interrompus lorsque s’est présentée la possibilité de lancer un nouveau programme de parutions d’inédits de Tolkien en français – une dizaine de volumes d’œuvres ou de commentaires de l’œuvre en cinq ans ! Cette révision concerne à la fois des problèmes importants de traduction : F. Ledoux ne disposait pas de toutes les informations auxquelles les textes de Tolkien publiés depuis 1977 nous ont donné accès, d’où certaines graves erreurs d’interprétation et des phrases omises, des questions d’harmonisation dans la traduction des noms propres – Ledoux optant pour des choix différents d’une partie à l’autre de sa traduction ! Le texte fait, il est vrai, 1200 pages –, jusqu’à des problèmes de typographie, assez importants dans l’univers de Tolkien, où les langues sont centrales.

88Les erreurs contenues dans cette traduction font l’objet de débats récurrents, sur internet, mais il faut insister sur le fait que F. Ledoux était un excellent traducteur (le catalogue de la BNF indique en outre une centaine d’ouvrages traduits), même si, trente-cinq ans après, nous pourrions effectivement améliorer l’édition – c’était un des souhaits de Christian Bourgois, avant sa disparition, et le travail devrait reprendre dès que cela sera possible.

Bibliographie

Bibliographie des œuvres de J. R. R. Tolkien (sélection)

Tous les textes de J. R. R. Tolkien sont publiés par HarperCollins en Angleterre et Christian Bourgois Éditeur en France – certains sont repris en format poche chez Pocket ou Gallimard. Ils sont donnés ici par ordre alphabétique.

Faërie et autres textes, édition revue et augmentée, Paris, Christian Bourgois, 2003, 431 p. (regroupe plusieurs textes, dont certains ont été publiés dans Tree and Leaf, Londres, HarperCollins, 2001, 150 p.)

The Father Christmas Letters, éd. de B. Tolkien, Londres, Allen & Unwin, 1976 (1990) éd. française : Les Lettres du Père Noël [1re
éd. : 1977, 44 p.], édition revue et augmentée, Paris, Christian Bourgois, 2004, 111 p.

The Hobbit : or There and Back again, ill. de M. Hague, Londres, G. Allen & Unwin, 1987 (éd. originale : 1937), 290 p.
éd. annotée : The Annotated Hobbit, ill. de J. R. R. Tolkien, introd. et notes par D. A. Anderson, 2de édition, New York, Houghton Mifflin, 2002, XII, 398 p.
éd. française : Bilbo le Hobbit [1re éd. : Stock, 1969], Paris, Christian Bourgois, 1995 (2002), 309 p.

The Letters of J. R. R. Tolkien [1re éd. : G. Allen & Unwin, 1981], éd. de H. Carpenter avec l’assistance de Ch. Tolkien, Londres, HarperCollins, 1999, 512 p.
éd. française : Lettres, Paris, Christian Bourgois, 2005, 711 p.

The Lord of the Rings (2e éd., 1966), Londres, G. Allen & Unwin, 1983, 1193 p.
éd. originale en trois volumes : The Fellowship of the Ring, Londres, Allen & Unwin, 1954, 423 p., The Two Towers, Londres, Allen & Unwin, 1954, 352 p., The return of the King, Londres, Allen & Unwin, 1955, 416 p. ; « édition du cinquantenaire » : The Lord of the Rings, Boston-New York, Houghton Mifflin, 2004, xxv, 1157 p. (50th Anniversary Edition)
éd. française : Le Seigneur des Anneaux [1re éd. : 1972-1973], Paris, Christian Bourgois, 1990 (1995), 1 vol., 1278 p.

Mr. Bliss, Londres, Allen & Unwin, 1982, 102 p.

The Monsters and the Critics and Other Essays, éd. de C. Tolkien, Londres, Allen & Unwin, 1983 (HarperCollins, 1997), 240 p.
éd. française : Les Monstres et les critiques, Paris, Christian Bourgois, 2006, 297 p.

Pictures by J. R. R. Tolkien, introd. et notes de Ch. Tolkien, Londres, HarperCollins, 1992 (première éd. : G. Allen & Unwin 1979), [100 p.] ;
éd. française : Peintures et aquarelles de J. R. R. Tolkien, trad. d’A. Tolkien, Paris, Christian Bourgois, 1994, [99 p.]

Roverandom, éd. Ch. Scull et W. G. Hammond, Londres, HarperCollins, 1998, xxii, 106 p.
éd. française : Paris, Christian Bourgois, 1999, 137 p.

The Silmarillion, éd. de Ch. Tolkien, Londres, G. Allen & Unwin Ltd., 1977, 365 p.

Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth, éd. de Ch. Tolkien, Londres, Unwin & Allen, 1980, 472 p.
éd. française : Le Silmarillion et Contes et légendes inachevés, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1993, 828 p. (« édition compacte »)

« The History of Middle-earth »/L’Histoire de la Terre du Milieu : parmi les douze volumes que compte cette série, signalons les cinq premiers, traduits en français
1-2 : The Book of Lost Tales, éd. de Ch. Tolkien, Londres, Allen & Unwin, 1983-84, 2 vol. ; éd. française : Le Livre des Contes Perdus, 2002, 704 p. (« édition compacte »)
3 : The Lays of Beleriand, éd. de Ch. Tolkien, Londres, Unwin Paperbacks, 1987, 393 p.
éd. française : Les Lais du Beleriand, Paris, Christian Bourgois, 2006, 647 p.
4 : The Shaping of Middle-earth : The Quenta, the Ambarkanta and the Annals, Together with the Earliest’Silmarillion’and the First Map, éd. de Ch. Tolkien, Londres, G. Allen & Unwin, 1986, 380 p.
éd. française : La Formation de la Terre du Milieu, Paris, Christian Bourgois, 2007, 371 p.
4 : The Lost Road and Other Writings : Language and Legends Before The Lord of The Rings, éd. de Ch. Tolkien, Londres, Unwin Paperbacks, 1989 (Hyman, 1987), 464 p.
éd. française : La Route Perdue, Paris, Christian Bourgois, 2008, 520 p.

Notes

1 On trouvera les références précises de ces ouvrages dans la bibliographie. Les citations du Seigneur des Anneaux proviennent de l’édition américaine dite « édition du cinquantenaire » (The Lord of the Rings, 2004, 50th Anniversary Edition) et de l’édition française standard, chez Christian Bourgois. Pour des raisons de place, nous ne donnons pas systématiquement les citations en version originale, et nous faisons figurer toutes les références en bibliographie. Une première version (partielle et centrée sur le rapport à la littérature de jeunesse) de ce texte a été publiée sous le titre : « Le statut de J. R. R. Tolkien, “un accident de notre histoire domestique” ? », in Le livre pour enfants. Regards critiques offerts à isabelle Nières-Chevrel, C. Boulaire (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 119-125 (coll. « Interférences »).

2 Langue des Goths (peuple germanique originaire de Scandinavie), rameau oriental des langues germaniques.

3 Cf. H. Carpenter, J. R. R Tolkien, une biographie [J. R. R.. Tolkien : a biography, 1977] traduit de l’anglais par P. Alien, Paris, Christian Bourgois (éd.), revue et augmentée en 2002, p. 53.

4 « Du Conte de Fées », in Faërie et autres textes, Paris, Christian Bourgois, 2003, p. 92 (« On Fairy-Stories », in Tree and Leaf, Londres, HarperCollins, 2001, p. 34).

5 Voir la biographie de H. Carpenter pour d’autres exemples de récits inventés par Tolkien (op. cit., p. 149 et sqq.).

6 The Father Christmas Letters (2004) ; Les Lettres du Père Noël (2004).

7 Peintures et aquarelles de J. R. R. Tolkien (1994) et W. G. Hammond, Ch. Scull, J. R. R. Tolkien, artiste et illustrateur (1996).

8 Avant-propos à la première édition du Seigneur des Anneaux (1954), traduit par D. Martin et V. Ferré, in V. Ferré, Tolkien. Sur les rivages…, op. cit., p. 309.

9 Pour une présentation et une analyse détaillée de ce genre, voir le livre de référence d’A. Besson, La Fantasy, Paris, Klincksieck, coll. « 50 questions », 2007, 203 p.

10 Lettres de J. R. R. Tolkien, p. 208 ; cette lettre, une des plus célèbres de la correspondance de Tolkien, a également été (en partie) traduite dans la préface d’une édition récente du Silmarillion : on trouvera cette citation dans J. R. R. Tolkien, Le Silmarillion, p. xv-xvi.

11 Voir la même lettre et sa remarque sur les « chapitres d’ouverture ».

12 Avant-propos à la seconde édition du Seigneur des Anneaux (1966), in V. Ferré, Tolkien. Sur les rivages…, op. cit., p. 312.

13 Voir la même lettre à M. Waldman, p. 209 des Lettres.

14 Lettre du 18 février 1938, ibid., p. 50. L’auteur fait ici allusion à The Lost Road, récit inachevé d’un voyage dans le temps. On pourra se reporter à la Biographie de Carpenter (p. 158-159) pour obtenir plus de détails sur ce texte, qui a été publié en anglais en 1987 (The Lost Road and Other Writings : Language and Legends Before The Lord of The Rings), 2008, trad. D. Lauzon (La Route Perdue).

15 Avant-propos à la seconde édition du Seigneur des Anneaux (1966), op. cit., p. 311.

16 Lettre à Milton Waldman, in Lettres, p. 208.

17 Lettre du 7 juin 1955 à W. H. Auden, ibid., p. 304. Comme édition française du Kalevala, on pourra consulter : E. Lönnrot, Le Kalevala. Epopée des Finnois (trad., présentation et annotations de G. Rebourcet), Paris, Gallimard, 1991, 2 vol. (L’aube des peuples).

18 L’Edda poétique, textes présentés et traduits par R. Boyer, Paris, Fayard, 1992, 685 p.

19 Voir la lettre n° 25 (février 1938), in Lettres, p. 52.

20 Ibid.

21 Voir l’article de J.-Ph. Qadri : « “… un concours avec nous, mon trésor !”. Étude du tournoi d’énigmes entre Bilbo et Gollum », in V. Ferré (dir.), Tolkien, trente ans après (1973-2003), Paris, Christian Bourgois, 2004, p. 45 et sqq.

22 Pour d’autres exemples de motifs repris à la littérature médiévale et à la littérature antique, on se permettra de renvoyer à Tolkien. Sur les rivages…, chapitre IV, op. cit., p. 133 et sqq.

23 « Du conte de fées », op. cit. p. 95 et sqq. (« On Fairy-Stories », op. cit., p. 37 et sqq.)

24 Ibid., p. 121 (« On Fairy-Stories », op. cit., p. 57).

25 Le Seigneur des Anneaux, p. 11 (The Lord of the Rings, p. 1) – je souligne.

26 Lettre du 7 juin 1955 à W. H. Auden, in Lettres, p. 307.

27 Le Seigneur des Anneaux, p. 11 (traduction modifiée ; The Lord of the Rings, p. 1). Voir également l’avant-propos de la première édition, qui présentait en 1954 la même idée à une place tout aussi éminente : « Ce récit […] est tiré principalement des mémoires des célèbres Hobbit, Bilbo et Frodo, tels qu’ils sont conservés dans le Livre Rouge de la Marche de l’Ouest. Ce monument majeur de la tradition Hobbite est appelé ainsi parce qu’il a été compilé, copié à maintes reprises, augmenté et transmis de génération en génération dans la famille des Belenfant de la Marche de l’Ouest, descendants de ce Maître Samsagace au sujet duquel ce récit a beaucoup de choses à raconter » (Tolkien. Sur les rivages…, op. cit., p. 308).

28 Le Seigneur des Anneaux, p. 908 (The Lord of the Rings, p. 849).

29 Lettre du 25 mai 1944 à Christopher Tolkien, in Lettres, p. 123.

30 Voir la série de L’Histoire de la Terre du Milieu et la revue Vinyar Tengwar qui publie régulièrement des inédits linguistiques de Tolkien.

31 Le Seigneur des Anneaux, p. 67 (The Lord of the Rings, p. 50).

32 Lettre du 14 octobre 1958 à Rhona Beare, in Lettres, p. 395.

33 Le Seigneur des Anneaux, p. 549 (The Lord of the Rings, p. 508).

34 Cette métaphore, peu originale, donne son titre à l’une des biographies les plus anciennes, publiée par D. Grotta-Kurska : J. R. R. Tolkien : Architect ofMiddle-Eart : a Biography (1976).

35 Le Seigneur des Anneaux, p. 60 (The Lord of the Rings, p. 43).

36 Le Seigneur des Anneaux, p. 408 (The Lord of the Rings, p. 373). Voir Tolkien. Sur les rivages…, op. cit., p. 58.

37 Voir par exemple ceux de http://www.jrrvf.com, de http://www.tolkiendil.com ou de http://www.elbakin.net.

38 Le Seigneur des Anneaux, p. 1172 (The Lord of the Rings, p. 1091).

39 Lettre de fin 1958 ou début 1959 à A. C. Nunn, in Lettres, p. 407 sqq.

40 Lettre du 25 septembre 1954 à Naomi Mitchison (ibid., p. 279).

41 Voir les textes rassemblés dans les Contes et légendes inachevés.

42 Lettre du 25 avril 1954 à Naomi Mitchison (Lettres, p. 249).

43 Voir par exemple l’ouvrage collectif Tolkien, Trente ans après, op. cit., dans lequel Anne Besson signe un article sur les épigones de Tolkien. Voir, dans le même volume, les contributions de Jean Cléder et d’Hervé Aubron, ou cet article en ligne : < http://pourtolkien.free.fr/film.html.

44 J. R. R. Tolkien, « Mythopoeia », in Faëries et autres textes, op. cit., p. 306-307 (Tree and Leaf, op. cit., p. 87).

45 « Entretien avec Jean Carrière » [1986], in Œuvres complètes, II, éd. de B. Boie, Paris, Gallimard, 1995, p. 1270 (Bibliothèque de la Pléiade)

46 Cf. Lettres, n° 171, septembre 1955, p. 319-321 dans l’édition française.

47 Cf. Tolkien, trente ans après, op. cit., p. 22.

48 J. Gracq, En lisant en écrivant, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1995, volume II, p. 763.

49 K. Haber, Méditations sur la Terre du Milieu [Meditations on Middle Earth, essay, 2001], Paris, Bragelonne, 2003.

50 Voir J. J. R. Tolkien, Les Monstres et les critiques et autres essais, Paris, Christian Bourgois, 2006. Ce volume inclut une nouvelle traduction de l’essai sur « Les contes de fées ».

51 Voir P. Kocher, Master of Middle-Earth : the fiction of J. R. R Tolkien, Boston, Houghton Mifflin 1972. Ce volume a été partiellement traduit en français, dans une édition désormais épuisée : Les Clés de l’œuvre de J. R. R. Tolkien, Paris, Retz, 1981.

52 Voir G. Semprini, « Tolkien et le racisme » dans Tolkien, trente ans après (1973-2003), op. cit., p. 279 et suivantes.

53 Depuis cet échange électronique, a paru un article sur la figure du roi Arthur qui s’intéresse en particulier au Fermier Gilles de Ham (V. Ferré, « Tolkien, retour et déroute du roi », in Arthur au miroir du temps, A. Besson (dir.), Dinan, Terre de Brume, 2007, p. 83-105).

54 Voir http://pourtolkien.free.fr/articles/TolkienjugeJackson.pdf, (article révisé en novembre 2006).

55 Je rappelle que Le Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien n’est pas une « trilogie » à proprement parler, contrairement au film de Peter Jackson. Le Seigneur des Anneaux a d’abord été publié en trois volumes pour des raisons de coût du papier, dix ans après la guerre, mais les éditions actuelles, en un volume – à part les éditions de poche –, respectent la volonté de l’auteur.

56 J. Howe, Sur les terres de Tolkien, Nantes, l’Atalante, 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540