Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mythologie de l'Antiquité à la modernité

 | 
Corinne Bonnet
, 
Cristina Noacco
, 
Jean-Pierre Aygon

Sixième partie. Le détournement du mythe dans la pensée contemporaine

Chapitre XXIV. La mythologie grecque revisitée par Giono : appropriation de Pan

Sylvie Vignes

Texte intégral

  • 1 J. Giono, Jean le bleu, Paris, Grasset, Le livre de poche, 1991, p. 37.

1Le plus autobiographique roman de Giono – Jean le bleu – relate la révélation « à rebours » vécue un lundi de Pâques de son enfance. Alors qu’il devait réciter des hommages à la Vierge devant une assemblée de notables manosquins, le petit Jean, levant les yeux vers la statue, éclate soudain en sanglots convulsifs et crie : « Elle est morte ! Elle est morte1 ! »

2Révélation qui se trouve d’ailleurs très paisiblement confirmée par une sœur de la Présentation :

  • 2 Ibidem, p. 38.

– Sœur Dorothée, je dis, sœur Dorothée, la vierge, vous savez, la vierge ?
– Oui, dit sœur Dorothée, la vierge, alors ?
– Elle est morte, je dis.
– Hé oui’, fit sœur Dorothée.
Et je vis qu’elle savait ça depuis longtemps.
Elle riait en mangeant son chocolat2.

3En conclure que les textes sacrés de religions entrées depuis des siècles en déshérence ne véhiculent, a fortiori, que lettres mortes pour le romancier serait pourtant une grossière erreur. L’athéisme confirmé de Giono ne l’empêche pas d’éprouver une véritable fascination pour ce qui, selon une formule récurrente sous sa plume, se trouve « derrière l’air », et je vais tenter de montrer que la mythologie grecque, en particulier, représente bien plus pour lui qu’un réservoir de thèmes invitant à des exercices de style.

  • 3 Naissance de l’Odyssée, « Présentation de Pan », « Prélude de Pan », Les Héraclides…
  • 4 Olympe, Ariane, Jason…

4Une première remarque s’impose : les titres mêmes de ses œuvres3 et les noms de ses personnages4 fourmillent de références à la littérature de la Grèce antique et à son corollaire : la mythologie grecque.

5Il faut dire que Giono n’a jamais cessé de souligner la parenté qui unit pour lui la Provence à l’ancienne Grèce : contrairement à Pagnol, par exemple, il est surtout sensible au charme sombre, voire tragique de sa région natale. La manière dont le petit Jean a été initié à la littérature grecque n’est sans doute pas indifférente à cette élection. Il habite alors dans le petit village de Corbières dans la famille d’un berger nommé Massot, ses parents ayant estimé qu’il avait besoin de grand air. Sa mère invoque des raisons de santé, mais son père conçoit visiblement ce temps passé dans les collines comme une période bien autrement formatrice, voire fondatrice. C’est Antoine Giono encore qui envoie un « homme noir » chez les Massot pour compléter l’initiation de son fils :

  • 5 J. Giono, op. cit., p. 140-141.

« Lis », dit l’homme noir.
Il me donna L’Iliade.
J’allais m’asseoir sur la pierre du seuil.
Les rossignols du lavoir chantaient encore. L’orage maintenant tenait tout le rond de ciel.
Tout le jour se passa en silence ; toute la nuit. Le lendemain, le ciel était libre et clair. Les hommes et les femmes sortirent pour attaquer.
Je lus L’Iliade au milieu des blés mûrs. On fauchait sur tout le territoire. Les champs lourds se froissaient comme des cuirasses. Les chemins étaient pleins d’hommes portant des faux. Des hurlements montaient des terres où l’on appelait les femmes. Les femmes couraient dans les éteules. Elles se penchaient sur les gerbes ; elles les relevaient à pleins bras – et on les entendait gémir ou chanter. Elles chargeaient les chars. Les jeunes hommes plantaient les fourches de fer, relevaient les gerbes et les lançaient. Les chars s’en allaient dans les chemins creux. Les chevaux secouaient les colliers, hennissaient, tapaient du pied. Les chars vides revenaient au galop, conduits par un homme debout qui fouettait les bêtes et serrait rudement dans son poing droit toutes les rênes de l’attelage. Dans l’ombre des buissons, on trouvait des hommes étendus, bras dénoués, aplatis contre la terre, les yeux fermés ; et, à côté d’eux, les faucilles abandonnées luisaient dans l’herbe.
Nous allions garder le troupeau. La colline aimée des bêtes était juste au-dessus des moissons. L’homme noir se couchait dans l’ombre chaude des genévriers ; je m’allongeais à côté de lui. Nous restions un moment à souffler et à battre des paupières.
Le chemin de la colline, avec ses pierres rondes, restait longtemps à se tordre, tout étincelant dans le noir de mes yeux ;
« Et le livre ?
– Il est là. »
Il fouillait dans la musette. L’Iliade était là, collée contre le morceau de fromage blanc5.

6On ne saurait mieux dire que la parole homérique constitue une nourriture essentielle. Vu les conditions dans laquelle il la reçoit, l’absorbe et la savoure, l’enfant ne peut considérer l’épopée comme une légende morte. Tout l’extrait de Jean le Bleu que je viens de citer montre à quel point les perceptions sensorielles présentes s’unissent et se confondent avec celles que suggère le poète. La comparaison du froissement des champs de blé avec celui de cuirasses est la base de tout un réseau d’échanges entre deux univers pourtant nettement séparés dans le temps, l’espace et par le type d’activité. La sensibilité de l’enfant, son imagination ardente et le talent du romancier adulte qu’il est devenu réussissent à fondre une scène de bataille qui se serait tenue en Asie mineure treize siècles avant notre ère avec une scène de moissons provençales au début du xxe siècle. Le mot « champ », parce qu’il entre dans la construction de l’expression « champ de bataille » est déjà ici un principe actif, le choix du mot « attaquer » pour désigner la reprise du travail et celui du mot « char » avec l’ambiguïté due à la diversité de ses emplois contribuent, bien sûr, à cette magistrale confusion. Le fer des faux, omniprésent, répond au fer des lances antiques, et ne peut qu’infléchir le sens des gémissements et hurlements. Les corps inertes des moissonneurs au repos évoquent ceux des victimes qui ont laissé échapper leurs armes. La chevauchée de l’homme au char vide perd en rusticité, gagne en rythme et en souffle dans la mesure où s’y superpose celle du guerrier grec monté, tout empanaché, sur son petit véhicule à deux roues. De manière générale, le regard porté sur la scène de moissons, tout habité par la poésie guerrière d’Homère, saisit des similitudes de gestuelles dans l’effort, la souffrance et la passion qui ont survécu malgré l’écoulement du temps et la mort des anciennes civilisations. L’homme est toujours l’homme, et ce que les mythes nous apprennent sur ceux de la plus lointaine Antiquité n’est, justement, pas lettre morte pour les contemporains de Giono.

7De cette conception vivante de l’Antiquité, les figures surnaturelles sont loin d’être bannies. L’athéisme de Giono n’a pas, en effet, le visage d’un matérialisme pur, dur et étroit : rien de ce qui transcende le monde concret et contingent, rien de ce qui porte l’homme au-delà de ses limites physiques et temporelles ne peut lui être vraiment étranger.

8Adolescent, découvrant avec exaltation l’œuvre de Virgile, il semble se laisser séduire par les dieux latins, qu’il oppose clairement au dieu des chrétiens :

  • 6 J. Giono, Virgile, Œuvres romanesques complètes, 6 vol. Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de (...)

Aux hommes déjà mélangés de champs et de bêtes, le poète ajoutait les dieux. […] [I] ls n’étaient plus perpendiculaires. Ils ne servaient plus à soutenir le ciel comme des piliers, ils servaient à composer la terre6.

9Mais c’est finalement la résurrection du panthéisme grec que tenteront d’opérer ses premières œuvres romanesques. De nombreux auteurs provençaux – Mistral, Mariéton, Paul Arène, Joseph d’Arbaud – se sont d’ailleurs montrés perméables au panthéisme. La Camargue abrite les ruines d’un autel dédié à Pan et La Bête de Vaccarès de Joseph d’Arbaud imagine la rencontre avec celui qui, fuyant la Grèce, aurait élu la Provence comme dernier royaume.

10Pan est d’abord le dieu des bergers d’Arcadie, avant d’être révéré dans toute la Grèce à l’époque classique. Son nom (pan, « tout ») viendrait du fait que son aspect grotesque avait diverti « tous » les dieux de l’Olympe : il avait, en effet, des cornes, un nez crochu, une queue et des pieds de bouc. Inventeur d’une flûte pastorale, la syrinx, il hantait les cavernes et les sommets, protégeait les troupeaux et s’ébattait avec les nymphes. Sous l’influence des stoïciens, Pan devient l’incarnation de l’univers et du Grand Tout.

11Dès 1921, on trouve sous la plume poétique de Giono cette accroche prometteuse :

  • 7 J. Giono, Sous le pied chaud du soleil, La Criée, octobre 1921. Reproduit dans Les Cahiers du Cont (...)

Cette empreinte de patte cornue, comme deux croissants de lune collés, c’est le grand Pan qui est passé dans le sentier, le vaste dieu multiple et dissolu […]7.

  • 8 Premier roman achevé, mais non premier roman publié, car les lecteurs de Grasset lui reprochent «  (...)

12Quant à son tout premier roman abouti, terminé en 1927, il s’intitule Naissance de l’Odyssée8. Comme son titre l’indique, il prétend explorer les sources du récit d’Homère, mais c’est une version bien personnelle qu’il en donne, puisque Giono choisit de faire de l’Odyssée non le récit d’exploits véridiques mais un fabuleux tissu de vantardises et d’alibis. Ulysse y est, en effet, présenté comme un personnage exempt de la plus petite étincelle héroïque, veule, cruel, paresseux, faible, lâche et mesquin, qui sera sauvé in extremis, car porté au-delà de lui-même, par ses talents de menteur et de conteur. Comme le motif de Naissance de l’Odyssée est emprunté à un poète grec de l’époque archaïque (dont Giono reprend constamment aussi le style, les rythmes, les figures d’analogie), il s’y rencontre, bien sûr, de nombreux dieux : les attributs caractéristiques de Poséidon, Cybèle, Aphrodite, Apollon, Hermès, Artémis, Vulcain, Éros, Éole sans oublier le maître de l’Olympe, Zeus lui-même, y sont tour à tour évoqués. Pourtant, ces évocations ne s’accompagnent pas d’un souffle sacré : le moins que l’on puisse dire est que le jeune Giono n’est visiblement pas paralysé par le respect – pourtant sincère, profond, vibrant – qu’il voue au vieux poète grec, et qu’il ne se prive pas des ressources les plus ludiques de la réécriture : le grotesque, bien souvent y supplante le sublime. Ce pourrait être le sujet d’une autre communication sur la mythologie chez Giono, mais ce qui retiendra mon attention ici est le traitement très particulier réservé à Pan. Lorsqu’il est question de sa présence diffuse, le texte, en effet, change de registre, et de parodique, léger, irrévérencieux, se fait pathétique et fantastique, réveillant, comme le fera Colline l’année suivante, une angoisse immémoriale. « Je me suis égaré dans la colère de Pan silencieux », pense Ulysse, pris de panique au sens plein du terme, et le lecteur ne peut que comprendre son trouble en lisant les lignes qui le décrivent perdu dans la sauvagerie de la terre :

  • 9 J. Giono, Naissance de l’Odyssée, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers rouges », 1990, p. 69-75.

Il entra dans une sapinière. Ce n’était plus maintenant la mélopée des vallons esclaves, le crissement des araires, le pas léger des eaux, mais la voix cruelle de la terre libre. […] La colline sauvage grondait au soleil ! Mais la cruauté même de cette voix fascinait comme un sifflotis de serpent […]. La terre ondulait maintenant en plis forestiers. Le bois dressait son écume grise dès le bas de la colline ; il courait à perte de vue en grondant. Des roches nues, des bosses sans un poil d’herbe le trouaient. Il était comme une grande toison de bouc sauvage que le couteau du boucher a entamée. […] Ulysse sentit en lui grandir la peur. […] Il lui sembla que quelqu’un, dissimulé derrière les voiles de l’air, jouait avec son cœur, l’allégeant ou l’accablant du désespoir suivant sa fantaisie. […] Après ce contact avec la transparence des dieux, il s’écarta des ombrages musiciens de peur de trouver le faune et sa flûte […] ; il tressaillait à chaque éboulis de pierraille, s’attendant à être ravi par quelque nymphe d’écorce ; il toucha dans le silence le mystère des mille corps divins en chasse autour des hommes9.

13On devine déjà, à la lecture de ces pages, que, pour Giono, le mythe de Pan a partie liée à la fois avec les floraisons poétiques et la tyrannie de l’angoisse. Le romancier s’est peut-être souvenu que, selon une des versions du mythe, Pan serait le fils de Pénélope et de tous ses prétendants : monstrueux désordre particulièrement dérangeant pour Ulysse (dont la fin de Naissance de l’Odyssée montre d’ailleurs la vie menacée par un fils né, quant à lui, de sa chair même : Télémaque).

14On connaît par ailleurs l’étrange conte poétique de Plutarque selon lequel, sous le règne de Tibère, un vaisseau se serait immobilisé tout à coup sur les eaux de la mer Égée, tandis qu’une voix exigeait du navigateur, lorsqu’il parviendrait près des côtes, de crier « Le grand Pan est mort ». Ayant obtempéré, le pilote entendit de toutes parts monter plaintes et gémissements, comme si la nature entière prenait le deuil. Selon les auteurs chrétiens, la mort de Pan était celle du paganisme, que remplaçait la chrétienté.

  • 10 J. Giono, « L’Eau vive », in L’Eau vive, Œuvres romanesques complètes, op. cit., t. III, p. 107.

15Au rebours, Giono, qui aurait, dans son enfance, clamé la mort de la Vierge, semble avoir à cœur de nier celle de Pan. Ses œuvres s’appliquent à ressusciter celui qu’il appelle « l’ours de la terre10 » et qui, par son aspect bestial et ses amours jamais rassasiées, représente la force invaincue et prolixe de la nature entière. Il choisit ainsi de regrouper les trois romans qu’il écrit coup sur coup les trois années suivantes – Colline, Un de Baumugnes et Regain – sous l’étiquette programmatique « Trilogie de Pan ».

16Pourtant, à bien y regarder, jamais le nom de l’ancien dieu n’y est prononcé, sauf à prendre l’onomatopée « pan » évoquant le bruit d’un coup de feu comme une allusion, un clin d’œil malicieux de l’auteur. En revanche, il est clair que ces trois premiers romans, loin de l’image d’Épinal d’un Giono chantant les « Travaux et les jours » d’une Provence idyllique et sucrée, mettent en scène un monde travaillé par des forces occultes et inquiétantes. Rien n’est simple et rien n’est complètement rassurant dans le monde sensible de Giono, et sa Provence tient souvent plus du locus terribilis que du locus amœnus. L’auteur en arrive souvent, au fil du récit, à relier Pan à son dérivé : « panique ». Ainsi, sous son joli nom rond et paisible, Colline, paru en 1929, raconte en définitive l’histoire d’une psychose collective. Un hameau de Haute Provence, déjà presque tombé en déshérence, est soudain le théâtre de phénomènes mystérieux et menaçants. Manipulés par un vieillard à l’agonie aussi malveillant que beau parleur, Janet, les paysans en viennent à croire que la colline, animée d’une force propre, veut se débarrasser du joug humain et en tirer vengeance. Le tarissement de la source, la maladie, l’incendie s’unissent et se relaient pour plonger les habitants dans la désolation, le doute, voire la folie, puisqu’ils sont sur le point de tuer le vieux Janet lorsqu’une mort naturelle les dispense d’un terrible passage à l’acte. À mi-chemin entre roman et poème, Colline renoue avec les croyances primitives mais aussi avec des croyances populaires moins anciennes qui unissent spontanément forces naturelles et surnaturelles. Sans lui donner jamais raison, Giono donne largement la parole à Janet : son fabuleux délire de sorcier tribal confère à Colline une puissance d’évocation qui va bien au-delà de la parole prosaïque qu’on associe d’ordinaire au roman :

  • 11 J. Giono, Colline, Paris, Grasset, coll. « Le Livre de poche », 1986, p. 114.

C’est fort, un arbre ; ça a mis des cent ans à repousser le poids du ciel avec une branche toute tordue.
C’est fort, une bête. Surtout les petites.
Ça dort tout seul dans un creux d’herbe, tout seul dans le monde.
Tout seul dans le creux de l’herbe, et le monde est tout rond autour […]11.

17Chacun des récits de la « Trilogie de Pan » repose d’ailleurs à sa manière, à travers une histoire individuelle prenante comme un conte, une des grandes questions que posent les mythes primitifs : celle du rapport entre l’homme et la nature, celle de la place et du rôle de chacun dans cette interaction cruciale. Deux textes brefs, « Prélude de Pan » et « Présentation de Pan », viennent compléter et éclairer cette trilogie.

  • 12 J. Giono, « Prélude de Pan », in Solitude de la pitié, Œuvres romanesques complètes, op. cit., t. (...)

18Dans le titre « Prélude de Pan », Pan ne représente pas le personnage mythologique lui-même mais la trilogie gionienne : en effet, ce texte, écrit en 1929, était initialement prévu pour servir d’introduction à Colline, Un de Baumugnes et Regain : sa clausule ouverte était destinée à introduire directement les premiers mots de Colline. Il s’agit, en effet, d’une phrase inachevée : « Mais j’ai un cousin qui habite la montagne de Lure, et qui m’a dit12… »

19« Prélude de Pan » met en scène un mystérieux visiteur qui se révèle une incarnation particulièrement peu amène de Pan. Pour punir certains personnages de leur cruauté envers une colombe blessée, à l’instar du joueur de flûte de Hamelin, il entraîne, au son de l’accordéon, tous les habitants d’un village dans une bacchanale effrénée où s’unissent le sexuel et le scatologique, où sont bousculées les lois de la nature et où même les tabous les plus primitifs sont bafoués :

  • 13 Ibidem.

On se réveilla, au matin, dans un village qui suintait toutes sortes de jus, et qui puait comme un melon pourri. J’étais vautré dans du crottin de cheval ; il y avait, un peu plus loin, la grosse Amélie, comme morte, la jupe en l’air, le linge arraché, et qui montrait tout son avoir.
Mais on ne connut tout notre malheur que plus tard. Déjà on savait que l’Anaïs avait sur elle une odeur qui ne voulait pas partir, et qui la rendait folle. La jument de François creva d’un mal nouveau. Ça la tenait au ventre ; on le lui ouvrit, pour voir. Elle y avait comme une grosse motte de sang toute vivante et qu’on étouffa sous le fumier. Enfin, la Rosine accoucha. Ce qu’elle fit, on alla le noyer, de nuit, dans le torrent, et la sage-femme d’Aspres resta plus de six mois malade. « J’ai toujours ça devant les yeux », elle disait13.

20S’acharnant sur les villageois jusqu’à les aliéner et les déchoir de toute humanité, Pan, en troquant le syrinx contre l’accordéon, perd ici en ambivalence, et ses facéties se muent en bien sinistres farces. Sortant des couverts boisés pour exercer implacablement son pouvoir sur les hommes, il annonce déjà le petit chef-d’œuvre d’inquiétante étrangeté que sera la nouvelle « Faust au village » publiée en revue en 1950. C’est encore la grande peur de la nature se vengeant des méfaits humains que Giono agite ici, mais dans un registre bien plus grinçant que dans Colline, qui imposait certes à l’homme de terribles épreuves, mais sans le dépouiller de sa dignité, de son libre-arbitre et d’une certaine marge de manœuvre. En outre, « Prélude de Pan » entre de plain-pied dans le surnaturel, là où Colline préservait toute la qualité de doute, de trouble, d’hésitation propre au fantastique jusqu’à la dernière page.

21Sans doute en raison de ces discordances majeures, Giono décide d’ailleurs finalement de publier séparément « Prélude de Pan », et choisit un autre porche à sa trilogie. Il s’agit d’un texte écrit en 1930 et intitulé « Présentation de Pan » : une vingtaine de pages d’une richesse et d’une profondeur bien supérieures à mon sens à celles du « Prélude » qui, à l’instar de Colline, laissent vivre et palpiter tout un réseau de suggestions fantastiques.

  • 14 J. Giono, « Présentation de Pan », Œuvres romanesques complètes, op. cit., t. I, p. 755.

22Giono présente d’abord la sauvage région de Lure, « montagne libre et neuve qui vient d’émerger du déluge14 ». Le narrateur, très proche décidément de celui de Jean le Bleu et qui se fait d’ailleurs appeler « Giono », raconte comment le nom de la montagne en est venu à le hanter et comment il est un jour parti à sa rencontre :

  • 15 Ibidem, p. 759.

Alors, un beau matin, sans rien dire, la colline me haussa sur sa plus belle cime, elle écarta ses chênes et ses pins, et Lure m’apparut au milieu du lointain pays. Elle était vautrée comme une taure dans une litière de brumes bleues15.

  • 16 Ibid., p. 761.
  • 17 Ibid., p. 766.

23À la suite de deux splendides pages de description vient une phrase aussi brève qu’énigmatique : « Je vous ai promis Pan. » Et le narrateur d’ajouter : « Je vais d’abord vous en montrer l’essence subtile16 », introduisant un échantillon du langage qu’il attribue aux paysans de Provence et dont le « jaillissement poétique » est, selon lui, en partie sorti « du livre de messe, du cantique et du recueil de chants de Noël » mais en plus grande partie encore « vraiment sort[i] de la terre17 ». On voit déjà pointer ici le bout d’une corne de Pan…

24Juste après, le narrateur semble subitement changer complètement de propos en nous contant une anecdote. Venant au secours d’une petite fille blessée dans un accident de vélo, il rencontre un homme qui a déserté la condition de paysan pour choisir la profession d’acrobate, et qui justifie son choix d’une manière qui nous apprend beaucoup sur la conception gionienne de l’artiste en général et donc aussi du romancier, conception qui fait une part royale à l’adoption d’un point de vue neuf qui permet de réinventer le réel :

  • 18 Ibid., p. 771.

« Avant je ne savais pas que c’était beau par ici. […] Moi, le jour où je suis arrivé à mettre mon cou sous mon genou […], j’ai vu toutes les choses avec une autre allure. Ça avait changé. Ça faisait bien voir l’air d’alentour les choses. Une autre fois ça m’est arrivé dehors. Alors j’ai vu que c’était beau. Le ciel c’était comme de l’eau épaisse depuis le haut d’en haut jusque sur le ras de la terre […]. Et puis, j’ai vu les collines comme des îles ou comme des tas de terre au fond de l’eau. J’ai bien vu, comme je vous vois, les collines toutes pertuisées de trous à lapins, toutes luisantes de l’herbe où les bêtes se sont couchées, comme un feu de Saint-Jean, avec tous ces arbres dressés et tout tordus et détordus dans le vent, et tordus et détordus comme de la flamme verte18 […]. »

25Or, le narrateur relie nettement cette brusque métamorphose des envies et du regard à l’emprise de l’antique dieu grec :

  • 19 Ibid., p. 773.

Voilà Pan. Le grelottement de son cœur s’en est allé sous la peau des hommes et, à la cadence de leur sang, il tinte poésie ou folie19.

26Dans les dernières pages de cette étonnante « Présentation de Pan », le narrateur prétend enfin avoir participé à la veillée funèbre d’un vieux Janet, réel celui-là, et avoir compris quel mot « dur comme de la pierre » arrondissait encore sa « bouche pleine d’ombre », rouvrait sa mâchoire au-delà de la mort :

  • 20 Ibid., p. 777.

Pour que je dise : PAN, et pour qu’on comprenne comme je l’ai compris à côté de toi, cette nuit, toute la sauvagerie, toute la grandeur, tout l’humain de ce mot, il faudra que j’ajoute des mots à des mots et que j’en fasse des tas bien séparés : un pour ça, un pour ça, parce que je n’ai pas, parce qu’un homme vivant n’a pas cette lucidité précise et ce grand souffle qu’ont les morts.
Tu peux être tranquille, je le dirai quand même.
Ce sera comme si je disais d’abord le P, puis le A, puis le N et qu’enfin on entende le mot entier20.

27À bien relire les termes de ce passage, on en vient à se dire que Colline ferait peut-être plus entendre la sauvagerie, Un de Baumugnes la grandeur et Regain l’humain du mythe de Pan. Quoi qu’il en soit, la trilogie unit indubitablement ces trois caractéristiques dans une évocation souvent envoûtante, parfois carrément dérangeante par sa force vivace. On réalise aussi que le patronyme du vieux paysan – Janet – vecteur du souffle panique contient dans ses syllabes le prénom de Giono, et qu’il ne s’agit sans doute pas d’une simple coïncidence…

28L’ancien dieu des Grecs n’est donc jamais utilisé à titre décoratif ou folklorique : Giono en remagnétise la figure en se l’appropriant. Pour lui, il est clair que Pan représente avant tout un principe agitateur, une turbulence à la fois séduisante et menaçante qui sans cesse remet en cause l’idée d’un ordre et surtout d’un achèvement du monde. Ce principe agitateur n’est pas sans rapport avec le rôle du poète tel que le conçoit Giono. Je précise que j’emploie ce terme, comme Giono lui-même, au sens le plus large et le plus noble, pour désigner non pas l’homme qui écrit en vers, mais celui qui crée, comme nous le rappelle l’étymologie grecque. Or, un curieux récit de jeunesse à caractère en partie autobiographique, « Le Poète de la famille », désigne par ce prestigieux épithète un cousin italien de Giono expert en dynamite. Un poète, pour Giono, c’est quelqu’un qui sait mettre le monde « en bombe », au double sens de l’expression, c’est-à-dire quelqu’un qui possède un puissant pouvoir de destruction face aux scléroses de l’ordre établi, mais aussi quelqu’un qui sait mettre le monde en fête.

Notes

1 J. Giono, Jean le bleu, Paris, Grasset, Le livre de poche, 1991, p. 37.

2 Ibidem, p. 38.

3 Naissance de l’Odyssée, « Présentation de Pan », « Prélude de Pan », Les Héraclides…

4 Olympe, Ariane, Jason…

5 J. Giono, op. cit., p. 140-141.

6 J. Giono, Virgile, Œuvres romanesques complètes, 6 vol. Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, p. 1057.

7 J. Giono, Sous le pied chaud du soleil, La Criée, octobre 1921. Reproduit dans Les Cahiers du Contadour n° 5, mai 1938, en tête des Premiers poèmes.

8 Premier roman achevé, mais non premier roman publié, car les lecteurs de Grasset lui reprochent « de sentir un peu trop le jeu littéraire », et l’incitent à présenter un autre manuscrit : ce sera, dès l’année suivante, Colline, qui vite publié, remportera un succès critique et public aussi vif qu’immédiat.

9 J. Giono, Naissance de l’Odyssée, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers rouges », 1990, p. 69-75.

10 J. Giono, « L’Eau vive », in L’Eau vive, Œuvres romanesques complètes, op. cit., t. III, p. 107.

11 J. Giono, Colline, Paris, Grasset, coll. « Le Livre de poche », 1986, p. 114.

12 J. Giono, « Prélude de Pan », in Solitude de la pitié, Œuvres romanesques complètes, op. cit., t. I, p. 457.

13 Ibidem.

14 J. Giono, « Présentation de Pan », Œuvres romanesques complètes, op. cit., t. I, p. 755.

15 Ibidem, p. 759.

16 Ibid., p. 761.

17 Ibid., p. 766.

18 Ibid., p. 771.

19 Ibid., p. 773.

20 Ibid., p. 777.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540