Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les arts quand ils se rencontrent

 | 
Jackie Pigeaud

L’harmonie ou le dialogue des arts en politique, de Seyssel à Louis XIV

Yvon Le Gall

Texte intégral

1Ainsi Sandor Marai traduit-il, sous une première forme, poétique, ce qui advient dans sa bonne ville de Budapest placée dans l’orbite stalinienne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La suite, en prose, vient exprimer, après « l’anarchie euphorique des lendemains du conflit », le retour à « une morne et dégrisante quotidienneté ». C’est la surrection d’un Ordre, accouchant d’un Système. On pourrait dire d’un ordre au carré qui fait fi de la musique, du droit et de tant d’autres choses, dont il se plait à redéfinir les termes. Un ordre qui force les arts pour les contraindre à dialoguer avec la politique, pourrait-on dire pour pasticher notre titre. Un ordre qui n’a certainement rien à voir avec l’harmonie pour Marai.

  • 2 C’est le chapitre 6 et dernier du livre 6. Bodin, Les Six Livres de la République, VI, Paris, Faya (...)
  • 3 Il ne nous semble pas que M. G. Jacobsen ait bien interprété Bodin qu’il estime avoir été inspiré (...)
  • 4 Aristote, Éthique à Nicomaque, V, I, 13.
  • 5 M. Villey, « La justice harmonique selon Bodin », Archives de philosophie du droit, 1970, n° 15, p (...)
  • 6 Pour elle, Bodin, qui a consacré un opuscule latin à l’Éthique à Nicomaque, s’est attaché, dans la (...)
  • 7 Bodin, Les Six Livres…, II, p. 10-27.

2Ce ne n’est toutefois pas Marai qui nous a conduit à proposer ce sujet, mais Jean Bodin, qui fait culminer sa construction politique avec la vertu fondatrice de la justice harmonique, dont l’évocation vient clore son immense République2. Bodin se flatte d’être le premier à avoir fait de la justice harmonique un élément cardinal de la bonne cité. Il souligne que ni Platon ni Aristote n’ont songé à lui faire une place3. Ces piliers de la philosophie politique grecque s’en sont tenus aux deux grandes catégories de la justice, arithmétique ou commutative, géométrique ou distributive. En vérité, Bodin, qui se réfère à eux de façon récurrente, sait bien que ces deux grands penseurs, affrontés aux instabilités politiques, ont cherché des remèdes pour juguler les crises ; qu’ils ont eu pour préoccupation de nourrir le lien social, de créer et de préserver l’unité, face aux dissensions sans cesse renaissantes. Il s’agissait bien de susciter l’harmonie au sein de la cité. La réflexion sur la justice trouvait là un terrain d’élection. Comment oublier que la République de Platon, à laquelle celle de Bodin faisait écho, touchait à ce sujet majeur ? Mais la Callipolis, fondée sur un schéma géométrique, ne pouvait, pour l’Angevin, être la clé la mieux appropriée. Comment ignorer qu’Aristote, dont le livre V de l’Éthique à Nicomaque est devenu, par la suite, une référence incontournable, accordait une vertu essentielle à la justice pour le bonheur de la cité4 ? Si M. Villey reproche à Bodin d’avoir ignoré « outrageusement le texte de l’Éthique5 », S. Goyard-Fabre ne lui emboîte point le pas6. Quant à la constitution mixte, écartée par Platon, note Bodin, mais reçue par Aristote et véhiculée à travers les siècles par Polybe et Cicéron, pour se retrouver sous la plume de More ou de Machiavel, et souvent présentée comme le meilleur antidote à la fragilité, elle n’était pas non plus de nature à séduire Bodin. Il y voit une hérésie de la pensée politique et se fait fort de montrer qu’elle n’a jamais existé7.

  • 8 « Disons donques, en continuant nostre propos, que ce n’est pas assez de soustenir que la Monarchi (...)

3Le recours de Bodin à la justice harmonique apparaît comme un substitut à l’impossible constitution mixte8. L’Angevin a plaidé la limitation des formes politiques à trois, qu’il a soigneusement distinguées des formes de gouvernement. Chacune des formes étatiques a son répondant en terme de justice : la démocratie fonctionne avec l’arithmétique, l’aristocratie avec la géométrique, et la monarchie avec l’harmonique. Et c’est cela même qui assure à la monarchie une supériorité incontestable sur ses rivales. Cette idée est une constante de la pensée bodinienne, exaltée dès la Methodus (1566) et présente encore dans l’Exposé du droit universel (1580), qu’elle vient clore, de la même façon que les Six Livres, auxquels ce dernier ouvrage renvoie.

  • 9 Bodin, op. cit., VI., p. 254.
  • 10 Le recours au modèle musical est très large chez Bodin. Selon P. Magnard, c’est une constante de l (...)
  • 11 Les deux approches ne s’excluent évidemment pas, comme en témoignent les travaux de S. Goyard-Fabr (...)
  • 12 P. Magnard, « Jean Bodin ou l’harmonie dans la cité », Cahiers de philosophie politique et juridiq (...)

4Cette référence fondamentale introduit-elle un dialogue des arts en politique ? Pour éclairer le propos, nous dit Bodin, « il est besoin d’emprunter les principes des Mathematiciens, et les decisions des jurisconsultes9 ». Si l’on se permet de glisser de l’emprunt au dialogue, celui-ci ne s’arrête pas là. L’art musical est amplement sollicité, non pas à titre de fioriture, mais de fondement10. On est ici en présence de quelque chose de très serré. Bodin trouve donc une place légitime dans le cadre qui est le nôtre. Cependant, nous en parlerons relativement peu. Etant le seul penseur politique de très grande envergure de la France du xvie siècle, il a très naturellement retenu l’attention de maints chercheurs depuis des décennies. Certains, comme P. Mesnard, l’ont fait dans un cadre assez large, d’autres de façon plus pointue11. Et il n’est pas surprenant que le côté harmonique l’ait été spécifiquement, dans des contributions de qualité. L’une d’elles, due à P. Magnard, est en fait l’occasion de mettre en lumière deux approches différentes de la question harmonique : celle de Bodin, acoustique, et celle de Kepler et de Mersenne, née d’une critique de la position bodinienne, optique12.

5Le champ d’investigation est naturellement immense. Les préoccupations d’harmonie sont plus particulièrement sollicitées par les situations chaotiques, qui n’ont pas manqué à travers l’histoire. On sait que l’œuvre de Bodin est très marquée par les agitations politico-religieuses de la seconde moitié du xvie siècle. Sans volonté farouche de rester hexagonal, il est clair que la Révolution française devait être l’une de ces fortes secousses, génératrice d’aspirations harmonieuses. Aussi était-il tentant de creuser de part et d’autre de cet événement. Mais le matériau eût été d’une excessive richesse dans le cadre de cette intervention. Par ailleurs, la quête d’harmonie dans les années post-révolutionnaires allait s’appuyer sur des bases différentes. Aussi nous a-t-il paru préférable de rester dans le monde de l’Ancien Régime et de faire, de Bodin et de Mersenne, des pivots autour desquels ont gravité quelques personnalités inégalement réactives à notre question. Nous les ferons précéder de quelques considérations sur C. de Seyssel, qui a envoyé quelques signaux prémonitoires. Puis viendront, sous la houlette de Bodin et de Mersenne, deux vagues successives de discours harmoniques.

Claude de Seyssel et ses touches harmoniques

  • 13 Nous annexons ce Savoyard, qui ne manque jamais de rappeler qu’il n’est pas du royaume, même s’il (...)
  • 14 Mais il n’a pas été jugé assez grand sire pour figurer dans le Dictionnaire des œuvres politiques (...)

6Si l’on s’en tient au xvie siècle dans la remontée du temps, le nom de C. de Seyssel s’impose. Sans doute est-il, dans l’ère française13, le plus marquant des prédécesseurs de Bodin14. Par ailleurs, son propos est, lui aussi, emprunt de préoccupation harmonique. Il l’est à sa façon, disons moins systématique que l’Angevin. Seyssel a la tête moins théoricienne que lui. Pas question pour lui de jouer avec les chiffres ni de calculer les quartes, les quintes ou les octaves. Nous trouvons seulement, deçà delà, quelques mentions d’harmonie, de dissonance ou de consonance, de discord ou d’accord. Tout cela est moins savant, sans pour autant manquer d’intérêt. Préoccupé par l’instabilité des formes et des destins politiques, comme la quasi totalité des penseurs politiques, dont son exact contemporain Machiavel est l’une des plus belles incarnations, Seyssel voit dans l’harmonie l’une des clés majeures de la longévité.

  • 15 « Par quoi faut conclure que ledit régime populaire ne peut être parfait, encores qu’il participe (...)

7L’harmonie ne naît pas nécessairement de la constitution mixte, tant vantée par la tradition. Seyssel ne s’exprime pas de façon systématique à son propos. Il l’évoque, sans utiliser le mot, à travers le précédent romain, paradigmatique. Sous sa plume, l’expérience républicaine devient « l’empire populaire », dont il se plaît à mettre en évidence les « imperfections », tout particulièrement les « différends et dissensions civiles ». C’est que, pour lui, dans ce cocktail, la note populaire était par trop dominante15. Si Venise – autre incontournable de la littérature politique –, qui vient juste après, bénéficie d’une appréciation sensiblement plus favorable, c’est que ce régime aristocratique a admis une touche de monarchie avec son doge, et délibérément refusé toute note populaire. Mais cette perle aristocratique ne manque pas, elle non plus, d’imperfections. Les gentilshommes, qui sont seigneurs, monopolisent les charges honorables et fructueuses, tant à Venise même que dans les cités sujettes, non sans se diviser eux-mêmes entre familles fondatrices et familles plus jeunes pour mettre la main sur le butin. Là encore l’harmonie n’est pas au-rendez-vous.

  • 16 Ibid., p. 110.
  • 17 Ibid, p. 113-114.
  • 18 « de l’aristocratique », est-il écrit dans les trois éditions. Ibid., p. 120.
  • 19 Le chapitre XIII ouvre le feu : « Il y a, outre ce, un autre ordre et une forme de vivre en ce roy (...)
  • 20 Lecture très largement tributaire de ses origines italiennes.
  • 21 C. de Seyssel, op. cit., p. 125.

8« La conclusion qui résulte des prémisses que l’État monarchique est le meilleur », remarque alors Seyssel, dans cette phrase bancale16. Et l’on ne forcera pas sa pensée, en disant qu’il l’est parce que, mieux que les autres, il permet l’harmonie ; Bodin est à l’horizon. Si ce n’est pas la seule raison, c’en est une majeure. On retient généralement de Seyssel qu’il est le penseur de la modération. Il est tout autant celui de l’harmonie. La monarchie française, qui est « mieux réglée que nulle autre », en est le meilleur exemple. Notre auteur le dit une première fois au moment d’exposer les fameux trois freins : « Une autre chose y a que j’estime la principale pour la conservation et augmentation d’icelle monarchie : c’est que le Chef et tous les membres d’icelle sont réglés par si bon ordre qu’à grand peine peuvent venir à grande dissonance, à tout le moins jusques à ce que – par volonté de Dieu et par le commun cours de Nature qui ne peut créer ni produire aucune chose perpétuelle et qui ne soit sujette à corruption et mutation17 […]. » On dira que passer par la dissonance c’est atténuer l’effet. Grâce à ces trois freins, où la justice, pour laquelle Seyssel ne dispose pas de la clé harmonique, tient la position centrale, la monarchie française « participe aucunement de l’aristocratie18 qui la rend plus accomplie et assouvie et encore plus ferme et plus perdurable ». C’est l’inversion de la situation vénitienne, ici sans préjudice. Mais le mieux est à venir. Dans la foulée, viennent quelques chapitres importants sur la structure sociale du royaume, littéralement bordés par des notations harmoniques19. Le royaume va bien parce que les relations entre les états sont harmonieuses. Présenté comme un théoricien de la plus grande prudence, Seyssel n’en propose pas moins une lecture peu orthodoxe20 de la société, avec les trois états que sont la noblesse, le peuple gras et le peuple menu, le clergé leur étant commun. Il y a harmonie, parce que chacun d’eux pèse d’un juste poids, qui ne saurait écraser les autres, et parce qu’il existe une grande fluidité, permettant de passer facilement d’un étage à l’autre, sur la base de « bons moyens et licites21 ». Le clergé participe de cette fluidité, encore qu’il soit difficile d’exclure toute emprise politique dans la gestion des bénéfices.

  • 22 Le mot ne figure que sur le manuscrit ; les versions éditées ont retenu « conservation ». Ibid., p (...)

9Après avoir dressé ce tableau chatoyant du beau royaume de France, Seyssel ne manque pas de traquer ses imperfections. Nous l’avons dit inquiet de la fragilité des régimes. Il y a toujours au moins à maintenir, mais aussi à améliorer, justement pour perpétuer « la consonance22 ». Et cela, c’est l’œuvre du souverain, qui doit veiller aux équilibres, de façon à ce que nul ne se sente lésé ; de façon à ce que l’arbitraire – la faveur – ne soit pas la clé des promotions ; de façon à ce que la fluidité soit accrue. Toutefois, comme chez Bodin, la noblesse bénéficie d’une préférence dans l’attribution des bénéfices et des offices ouverts aux autres états, dans la mesure où ses candidats ne sont pas sensiblement inférieurs, en compétence, à leurs concurrents. Mais Seyssel ne pousse pas la préoccupation harmonique aussi loin que le fera Bodin en appariant les contraires ou en jouant de l’inversion des caractéristiques, le riche devant être pourvu en honneur et le pauvre en profit.

10Le passage chez Seyssel nous a offert une mise en bouche, avant les grandes orgues bodiniennes.

De Bodin à Loyseau, la première vague

11Avec Bodin, l’on change évidemment de ténor. La préoccupation harmonique devient envahissante. Mais chez ses confrères juristes, pourtant sensibles à sa démarche, on se rend compte que, sur le plan qui nous concerne, l’écho s’atténue rapidement. Si Charondas Le Caron résonne encore de façon conséquente aux positions insistantes de l’Angevin, Loyseau, qui passe pourtant pour l’un de ses épigones, se montre particulièrement discret sur le sujet.

Bodin, premier héraut de l’harmonie

  • 23 Pour S. Goyard-Fabre, Bodin n’a sans doute pas prétention à l’originalité en recourant aux mathéma (...)
  • 24 A. Bélis, « Harmonique », in J. Brunschwig et G. Lloyd (dir.), Le savoir grec, Paris, Flammarion 1 (...)
  • 25 Pour G. Kouskoff, « la progression harmonique apparaît comme une progression plus sophistiquée, et (...)
  • 26 Bodin, République, VI, p. 257.
  • 27 Ibid, p. 258.

12Empruntons les principes des mathématiciens, propose Bodin23. Cela le met dans la lignée pythagoricienne et non dans celle d’Aristoxène de Tarente24. Et il y va immédiatement de trois séries de chiffres : 3, 9, 27, 81, pour la proportion géométrique, où les raisons sont semblables ; 3, 9, 15, 21, 27, pour la proportion arithmétique, où les raisons sont égales ; et 3, 4, 6, 8, 12, pour la proportion harmonique, où les raisons sont partie égales et semblables25. Cette dernière solution aboutit à un doux mélange. Bodin donne deux exemples très parlants. L’un concerne les unions. La solution géométrique, où, par exemple, les riches s’unissent entre eux, aboutit à mépriser les pauvres. La solution arithmétique, qui jouerait du sort, conduirait à mépriser les nobles par des résultats inconsidérés. La solution harmonique trouve un heureux équilibre en liant le riche roturier et la pauvre demoiselle, ou le pauvre gentilhomme avec la riche roturière ; ou encore, dans les affaires, le riche paresseux et le pauvre diligent, « par ce qu’il y a equalité et similitude entre eux : à sçavoir equalité entre ce que l’un et l’autre a quelque chose de bon : et similitude, en ce que tous deux ont quelque défaut ». Vient alors la métaphore musicale : « C’est pourquoy les anciens disoyent que l’amour nasquit de Porus et de Penia : c’est à dire de richesse et de pauvreté, se mettant l’amour entre deux, comme la voix moyenne entre la basse et le dessus pour faire un accord doux et melodieux26. » Le second exemple est celui du maître de banquet, dont la qualité se mesure à l’art qu’il a d’« entrelasser gentillement » les opposés. Cela évite l’ennui et la jalousie. Ces pratiques entretiennent aussi l’amitié. D’où cette maxime : « La nature de la proportion harmonique unit toujours les extrémités par un moyen qui s’accorde avec l’un et l’autre27. »

  • 28 Ibid.., p. 259.
  • 29 S. Goyard-Fabre en a fait une analyse attentive. Elle termine ses considérations sur « le devoir d (...)

13Bodin reprend la vieille métaphore des règles. Celle de Polyclète, rigide, répond au monde arithmétique, et celle de Lesbos, tout en souplesse, au monde géométrique. Aucune n’est vraiment satisfaisante. Il en faut donc une troisième, qui permette de suivre la justice harmonique et « d’accoller ces quatre points ensemble, à sçavoir Loy, Équité, Éxécution de la loy et le devoir du Magistrat, soit en la distribution de la justice, soit au gouvernement de l’estat : car tout ainsi qu’en ces quatre nombres 4, 6, 8, 12, la mesme raison qui se trouve aussi de 4 à 6 se trouve aussi de 8 à 12 et y a mesme raison de 4 à 8 que de 6 à 12, ainsi est-il de la loy à l’équité, et de l’exécution de la loy au devoir du Magistrat : et mesme raison y a de l’équité au devoir du Magistrat, qu’il y a de la loy à l’exécution d’icelle28 ». De ces différents liens et de celui qui unit les chiffres du milieu résulte « une harmonie mélodieuse, composée de la quarte, de la quinte et des octaves ». Le lien harmonique que représente le groupe central fait défaut dans les systèmes arithmétique (figé sur la loi) et géométrique (qui s’en remet au magistrat). Bodin nous livre toute une série de réflexions sur le recours à l’équité, sur l’inflation législative et sur l’emprise de la jurisprudence. Dans le livre III de la République, il s’était longuement arrêté sur la magistrature, qu’il convient de ne pas enfermer dans la notion qui nous est familière aujourd’hui29. Passons sur les mérites – longuement traités, et souvent justifiés – de la proportion harmonique, tant au pénal qu’au civil.

  • 30 C’est notamment le cas de Venise, où Bodin ne voit pas le même tempérament que Seyssel. Alors que (...)
  • 31 Nous ne résistons pas au plaisir de citer le passage de la Methodus qui présentait le système mona (...)
  • 32 Bodin le dit très joliment : « Tous les estats portent impatiemment de voir les plus indignes aux (...)
  • 33 Bodin a dû se défendre de n’avoir pas réservé les charges aux seuls savants et vertueux et, plus e (...)
  • 34 République, VI, p. 308.

14Pour durer, les gouvernements populaires et aristocratiques ont dû injecter quelques doses de proportion harmonique30. Mais seule la monarchie est à même de le faire à un niveau supérieur, et quand elle se gouverne harmoniquement – car elle peut aussi se gouverner aristocratiquement – elle est le mode « le plus beau et le plus parfait31 ». On a alors la belle série 4, 6, 8, 12, dont Bodin rappelle les qualités harmoniques, déjà vues ci-dessus. Retenons quelques maximes non codées de cette monarchie harmonique : entremêler les nobles et les roturiers, les riches et les pauvres ; à égalité de mérite, donner la priorité aux nobles sur les roturiers ; préférer le riche au pauvre dans les états où il y a plus d’honneur que de profit, et le pauvre au riche dans les offices qui ont plus de profit que d’honneur ; laisser avantage aux riches « qui portent de grandes charges publiques » ; dans les états doubles ou associés, coupler noble et roturier, riche et pauvre, jeune et vieux ; unir les vertueux, trop peu nombreux, tantôt aux nobles tantôt aux riches ; accepter de faire aux incapables et aux indignes une petite place32. Cette dernière proposition, qui n’a pas manqué de choquer certains lecteurs33, s’appuie notamment sur la nécessité de quelques éléments de discordance dans toute bonne composition, qu’elle soit musicale, culinaire ou picturale. « Car, ajoute Bodin, la nature du plaisir est telle en toutes les choses de ce monde, qu’il perd sa grace si on n’a gousté le deplaisir, et le plaisir tousjours continuant devient fade, pernicieux et mal plaisant : aussi est-il nécessaire qu’il y ait quelques fols entre les sages, quelques hommes indignes de leur charge entre les hommes expérimentez, et quelques vicieux entre les bons pour leur donner lustre34 […]. »

  • 35 Ibid, p. 310-311.

15Bien entendu, tout cela renvoie à la fois au modèle divin et humain. Dieu a disposé les quatre premiers chiffres par proportion harmonique, démonstration musicale à l’appui. Il surplombe 2, 3 et 4, comme le roi surplombe les trois états, et comme l’intellect domine les trois parties de l’âme, à qui il communique des éléments d’équilibre. Tout cela permet d’aboutir à la Paix, la troisième des filles de Thémis, qui correspond à la forme harmonique, tandis que les deux autres, la loi droite et l’équité, se rapportent à l’arithmétique et à la géométrique. À ce stade ultime du propos, l’échelle est cosmique, et Bodin ne manque pas d’évoquer le Timée, tout en récusant l’approche géométrique de Platon. Retenons une dernière image, celle du mouvement de ce monde, où le mouvement tremblant « embrasse et lie l’un à l’autre » le mouvement ravissant (égal) et le mouvement inégal (planétaire). Et renvoyons le lecteur au tableau final, qui montre la « liaison harmonieuse du monde et de ses parties35 ».

  • 36 M. Villey, art. cit., p. 309-315.
  • 37 S. Goyard-Fabre, qui a rappelé, comme nous l’avons vu, l’intérêt de Bodin pour Aristote, admet que (...)
  • 38 La critique de M. Villey ne porte pas sur « l’opportunité pratique » que le système de Bodin eut e (...)

16Comme le dit P. Magnard, nous sommes en présence d’un modèle acoustique offert par la technique du contrepoint. Il sert à justifier intrinsèquement la monarchie. M. Villey, qui partage ce point de vue, est très critique à l’égard de la démarche de Bodin36. À son avis, pour satisfaire sa fascination pour l’Un, qui allait se révéler dommageable pour l’avenir de l’Occident jusqu’à nos jours, l’Angevin a littéralement saboté Aristote, autrement plus subtil dans ses analyses de la Justice, et instrumentalisé Platon, assurément plus proche de son objectif, mais appauvri37. De plus, il s’est appuyé sur une théorie musicale dépassée en son temps. Au fond, Bodin s’est payé de mots. Outre que, selon M. Villey, « les traités d’harmonie ne sont pas le compendium de la musique », il n’existe guère de parallélisme entre le droit et la musique. Il était bien risqué de s’en remettre aux quintes et aux quartes en guise de garanties, comme l’avenir devait le prouver38. Mais qu’en ont pensé les successeurs immédiats de Bodin ?

Charondas Le Caron, un écho critique

  • 39 Le Caron précise qu’il a déjà abordé la question – et plus longuement – dans le huitième dialogue (...)

17Charondas Le Caron, qui est l’un des juristes français majeurs de la seconde moitié du xvie siècle, n’est pas sans intérêt à l’égard de la politique. Mais il ne lui consacre aucune œuvre qui puisse se comparer de près ou de loin à la République de Bodin, dont il a été un lecteur attentif. Il y réagit d’ailleurs sur le point qui nous intéresse, mais sans la citer. Il le fait notamment dans ses Pandectes, parues pour la première fois en 158739.

  • 40 Ibid, p. 21.
  • 41 Ibid, p. 22.
  • 42 M. Villey ne pourrait que l’approuver.

18La question vient très tôt, dans l’ouvrage, quand il traite de la jurisprudence et de la justice. Le Caron rappelle les deux formes de cette dernière : la justice commutative, rapprochée de la proportion arithmétique, et la justice distributive, comparée à la proportion géométrique ; « & l’accord des deux, qui engendre la paix & la concorde, ajoute-t-il, est comparé à la proportion harmonique40 ». Viennent alors les séries de chiffres : 1. 2. 3. 4. 5. 6. pour la première, 2. 4. & 8 pour la seconde, enfin 3. 4. 6. pour la troisième. À l’évidence, cette dernière n’est pas une forme obligée. « Je conseillerai toujours de conjoindre la proportion harmonique avec les deux autres », écrit Le Caron. Soit une opinion personnalisée. On remarque qu’à deux reprises, la liste chiffrée est écourtée par rapport à celles de Bodin, notamment pour l’harmonie. Cela ne permet pas à Le Caron de mettre en relief le couple de chiffres médians, comme le faisait l’Angevin. Il remarque que « les différences qui sont comprises entre trois nombres ont même proportion l’une à l’autre que les deux nombres extrêmes41 ». Il conteste l’attribution faite par d’aucuns de chacune des trois formes à un régime politique différent : démocratie, aristocratie, enfin monarchie42. « Car en toutes les trois formes de République, faut observer aussi bien l’une desdictes proportions que l’autre : & quelquefois toutes les trois ensemble selon la diversité des occasions & circonstances, qui adviennent : afin de rendre entre le Chef & les membres de la République une parfaite concordance & harmonie. »

  • 43 Le Caron estime que par l’art. 162 de l’édit de Blois, Henri III « a bien avisé de faire des ouver (...)
  • 44 Il prend soin de préciser qu’Hésiode a eu tort de penser que Jupiter avait pris la belle Thémis po (...)
  • 45 Proclus associait la justice commutative et la paix. C’était rejoindre Aristote.

19On constate que Charondas Le Caron n’est plus tout à fait dans la veine bodinienne. Puis le désaccord se creuse plus encore. Le Caron dit sa désapprobation qu’on ait pu suggérer de glisser quelques personnages « vicieux » dans les charges honorables. La cible n’est pas citée, mais il est clair que c’est Bodin, que nous avons vu y répondre. « Car, déclare Le Caron, la Iustice ne se joue en son harmonie, ains se proposant la conservation d’un estat assuré & tranquille, rejecte les meschans & vicieux, comme perturbateurs de la consonance & concorde publique. » Pas question d’admettre les dissonances à l’effet de faire mieux apprécier les consonances43. En effet, dans le cas contraire, il faudrait mettre de côté la composante géométrique, qui est indispensable à la Justice. Et notre juriste d’en appeler, comme Bodin l’avait fait – mais sans passer par lui, dont il suit pourtant l’ordre rigoureusement –, aux trois filles de Thémis, dont aucune ne saurait être écartée44. Mais sa religion semble mal assurée quand il s’agit de ventiler les proportions entre les trois sœurs. Ainsi donne-t-il à penser qu’il suit la proposition de Proclus de mettre la proportion harmonique sous le signe d’Équité, tandis que Bodin la met sous celui de la Paix, qui est la dernière sœur45. Toutefois, il ajoute que ceux qui se rallient à cette dernière position « ont de grandes raisons pour soutenir leur opinion, dont appert estre véritable qu’ailleurs je me suis efforcé de prouver qu’entre ces trois proportions, y a telle alliance & connexité au gouvernement que fait la Iustice en toute République qu’il faut que non seulement le souverain, ains aussi tout autre magistrat, auquel l’administration de la Iustice est commise, se propose trois filles d’icelle, & les proportions qui la représentent ». On doit comprendre qu’il n’est pas essentiel de savoir comment sont ventilées les trois proportions dans la mesure où toutes se doivent d’être là. Pourtant, l’on a vu Le Caron vétilleux sur la chronologie, quand il s’agissait de l’union de Jupiter et de Thémis. Il a également reconnu, comme le faisait Bodin, que la paix était « la fin & vrai but de la Iustice ». Il eût été logique de la comparer à la proportion harmonique, qui, comme la paix est le résultat de l’heureuse union des composantes.

  • 46 Cicéron, De Republica, II, 41-42.
  • 47 Ibid, II, 23.

20Le Caron rappelle aussi le discours de Scipion dans le De Republica de Cicéron, où il apparaît que l’organisation du discours musical et celle de la société sont identiques. « […] la cité s’accorde & consonne par la convenance & bonne proportion des plus grands, des moyens & plus bas & petits, entremeslez comme sons ». À l’harmonie pour les musiciens répond la concorde pour la cité. On comprend assez bien que Le Caron, renvoyant sans précision au livre II de l’ouvrage, ne se soit pas préoccupé de contextualiser le propos de Scipion. En effet, celui-ci se situe à la fin du livre II, après plusieurs allusions à « l’homme possédant en politique la maîtrise46 », et non en appui au développement sur la constitution mixte. En effet, Scipion avait montré que la fameuse constitution mixte ne pouvait véritablement fonctionner dans une cité où il y avait un roi, susceptible de déséquilibrer facilement le système47. C’est bien à « l’homme possédant en politique la maîtrise », qui serait à la fois un « modèle » et un « miroir » pour ses concitoyens – véritable anticipation du Prince augustéen – qu’est confiée implicitement la mise en œuvre de cette harmonie. Il est probable que Le Caron voit le Principat plus comme une royauté rénovée que comme une démocratie, selon la classification bodinienne.

21Il ne faut toutefois pas exagérer ce qui sépare Le Caron de Bodin. Le premier manifeste un vif intérêt pour la composante harmonique, qu’on est loin de retrouver chez Loyseau.

Loyseau, un écho très assourdi

  • 48 Par contre, il n’y a pas grand chose à glaner du côté de G. Coquille, autre « héritier » de Bodin. (...)

22À cheval sur les xvie et xviie siècles, Loyseau est volontiers présenté comme un héritier de Bodin. S’il ne s’est pas proposé d’élaborer une réflexion politique d’une ampleur comparable, il a laissé des pages significatives en ce domaine. On constate qu’il n’a pas répercuté la préoccupation harmonique intense du maître. On trouve toutefois sous sa plume, quelques considérations qui ne sont pas inintéressantes pour notre sujet.48

  • 49 Loyseau, Traité des seigneuries, Paris, 1610, p. 173.

23Chacun des trois grands traités de Loyseau y va de sa petite note harmonique. Dans le Traité des Seigneuries touchant à son terme, c’est le rapport entre les pouvoirs spirituel et temporel qui est concerné. Entre ces deux puissances qui ont même origine et même fin, il doit y avoir une correspondance, « comme parle la Nov. 212 une symphonie (c’est-à-dire une harmonie, & accord composé de tons différents) » ; elles doivent « se communiquer mutuellement leur vertu & énergie49 ». La souveraineté de chaque pouvoir en son domaine permet un jeu de contrepoids, qui prévient les dérèglements trop graves. C’est une partition que l’on connaît depuis longtemps. Il n’est pas surprenant que les drames du xvie aient invité à en réveiller les couleurs. Le « discord » des deux puissances risque de générer « le désordre extrême ».

  • 50 F. Bluche reproche à Loyseau d’avoir dressé un tableau fantasmé de la société française, figée dan (...)
  • 51 Loyseau, Traité des ordres et simples dignités, Paris, 1610, p. 1.
  • 52 Ibid., p. 33.
  • 53 « Mais au tiers estat il y a tant de diverses sortes d’Ordres particuliers, & aussi tant de menus (...)

24Les deux autres traités se proposent d’étudier l’organisation du royaume, sous la forme d’un millefeuille constitué par les ordres et les offices. Les ordres sont une sorte de socle sur lequel les offices vont se greffer non sans difficulté. Le Traité des ordres et simples dignités s’ouvre sur une grande proclamation d’harmonie. Grand amateur de hiérarchie50, Loyseau déploie le tableau d’un vaste réseau de dépendances, qui part du souverain pour arriver aux « petits », toujours coagulés « afin que sur chacun d’iceux il y ait des supérieurs qui rendent raison de tout leur ordre aux Magistrats, et les Magistrats aux Seigneurs souverains ». Soit un grand orbe avec des anneaux pour accrocher le tout. L’auteur en arrive à cette remarque : « Ainsi par le moyen de ces divisions & subdivisions multipliées, il se fait de plusieurs Ordres un Ordre général, & de plusieurs Estats un Estat bien réglé, auquel il y a une bonne harmonie & consonance, & une correspondance & rapport du plus bas au plus haut : de sorte qu’enfin un nombre innombrable aboutit à son unité51. » Loyseau ne poussera pas plus loin la métaphore musicale. C’est donc très léger. Ce court propos le situe entre Bodin et Mersenne, assurément plus près de l’un que de l’autre. Il aborde la description par le haut, mais construit à partir du bas. Il le fait non sans paradoxe, puisque le début de la phrase fait se succéder divisions et regroupements, alors qu’il s’agit bien de trouver l’harmonie à partir du multiple. L’un n’est pas vraiment donné comme possédant le tout. Dans ce moment initial de l’ouvrage, prévaut l’impression d’une sédimentation relativement simple dans sa multiplicité. Les trois grands ordres hérités du Moyen Age sont eux-mêmes subdivisés en ordres subalternes, « à l’exemple de la hiérarchie céleste » chère à Denis l’Aréopagite. Ici, point de dissonances. Et pourtant, il n’en manque pas. Sans que Loyseau les qualifie de telles, elles apparaissent quand il est question de voir comment la hiérarchie s’exprime par le rang, parce qu’il faut faire aussi avec les offices. Ceux-ci viennent parasiter la claire perception des choses. Ainsi, dans certains cas, note-t-il, un roturier pourvu d’office peut-il demander la préséance sur un noble qui n’en a pas52. On ne sait trop si notre auteur en est chagriné pour le principe, mais il ne manque pas de déplorer une grande difficulté à lire la stratification d’une bonne partie de la société53. Aucune métaphore musicale ne vient alors sous sa plume, mais sans doute y voit-il plus une dommageable cacophonie que la mise en œuvre de la proportion harmonique selon Bodin.

  • 54 Loyseau, Cinq Livres du droit des Offices, Paris, 1610, p. 1. Le titre ne va pas sans problème pui (...)
  • 55 Ibid., p. 81.
  • 56 Parmi d’autres, M. de L’Hospital avait précédé Loyseau dans ses diatribes contre la place de l’arg (...)
  • 57 Au même moment, Charondas Le Caron dénonce, lui aussi, les excès des épices, et il remarque que le (...)
  • 58 Loyseau, Cinq Livres., op. cit., p. 100-101. Bodin était partisan de recourir de façon quasi systé (...)

25Un coup d’œil sur son opus maximum, les Cinq Livres du droit des Offices, permet d’affiner un peu son approche. Loyseau vit mal la révolution des offices, qui aboutit au seuil du xviie siècle. Il ouvre cet énorme traité sur une explosion de colère. Il fustige la vénalité des offices, « qui préfère l’argent à la vertu, en la chose du monde où la vertu est plus à rechercher & l’argent plus à rejeter54 ». Il dénonce le « commerce des Offices qui dépendant de la fantaisie, voire frénésie du peuple, n’est guère moins sujet à changement que la lune ». De tels propos confirment qu’il ne faut pas chercher la proportion harmonique de ce côté-là. Bien au contraire, la vénalité est source de « trois sortes d’injustice55 », à la charge du roi : en privant ceux qui ont du mérite au bénéfice de ceux qui n’en ont pas, et en frustrant l’État des meilleurs services. Par ailleurs, elle fait de mieux en mieux ressortir le coût de la justice. L’incursion du côté des épices est la seule occasion où nous ayons vu Loyseau poser le débat en terme de proportion harmonique. La question des épices n’était pas un sujet neuf56. Conscient de leur inévitable croissance liée à la diminution des gages et à l’augmentation du prix des offices, Loyseau interroge les trois proportions – arithmétique, géométrique et harmonique – pour la meilleure façon de les établir57. Il estime que la géométrique, fondée sur les vacations de l’officier, est plus juste que l’arithmétique, calculée sur la valeur du procès. Quant à la proportion harmonique, « qui est meslée des deux autres, balançant le labeur du rapporteur avec la valeur du procès », elle est utilisée dans les cas où le temps n’est pas « liquide » (facile à apprécier58). C’est au juge, qui est le mieux à même d’apprécier les choses, qu’il convient d’accorder le choix entre les deux dernières solutions. D’ailleurs, c’est « chose de si petite conséquence », ajoute Loyseau. Il est clair que le débat sur les proportions, emblématique chez Bodin, se trouve remisé à une médiocre affaire de calcul des épices, où il suffit de s’en rapporter à « l’honneur & religion » du juge. Loyseau a-t-il été découragé par la prolifération officière ?

  • 59 P. Magnard en fait la synthèse, art. cit., p. 63-65.

26Les juristes et les publicistes politiques n’ont pas été les seuls à fréquenter les ouvrages de Bodin, très lus dans la seconde moitié du xvie siècle et la première moitié du xviie. L’Angevin a été critiqué par Kepler, avant de l’être par Mersenne, sur le terrain qui nous intéresse59. Arrêtons-nous sur le second.

De Mersenne à Louis XIV, la seconde vague

27Avec Mersenne, nous avons affaire à un orfèvre en la matière, qui pouvait plus naturellement que Bodin se mouvoir dans l’univers musical. Le rapprochement des deux hommes ne doit pas oublier qu’ils ne dessinent pas la même trajectoire. L’un partait de la politique et passait par la musique pour appuyer son grand dessein ; l’autre part de la musique et n’a pas vraiment de projet sur le plan de la politique, qu’il se contente d’effleurer. Est-il possible de mettre Louis XIV dans son sillage ?

Mersenne, nouveau héraut de l’harmonie

28En 1636, Mersenne publie une impressionnante Harmonie universelle, qui coagule une série de traités consacrés à la musique. Par le passé, il avait déjà consacré plusieurs traités à l’harmonie. Si rien dans sa production n’en fait un théoricien politique, il glisse quelques lignes susceptibles de nous intéresser. Sachons qu’il nous faudra nous contenter de quelques allusions qui invitent le lecteur à prolonger le travail tout seul par un jeu de transpositions qu’il lui appartient de faire.

  • 60 M. Mersenne, Livre de l’utilité de l’Harmonie, dans Harmonie universelle, Paris, Éd. du CNRS, 1963 (...)

29L’attention est facilement attirée par l’avant-dernier « traité » du massif de 1636, intitulé Livre de l’utilité de l’Harmonie & des autres parties des Mathématiques. Tout art est concerné, nous dit Mersenne. Mais la politique n’est évoquée qu’avec les propositions IX et X, après ce qui touche à la prédication et à l’art oratoire, à la vie spirituelle et contemplative, mais aussi au travail des ingénieurs militaires. Dans la proposition IX, où il s’agit de « demonstrer que les Roys, & toutes les grandes Puissances de la terre peuvent tirer de l’utilité de nos traitez Harmoniques », c’est d’informations qu’il est question. Les maîtres du monde pourraient se servir de ce qui est dit de la vitesse des sons « pour sçavoir des nouvelles de tout ce qui se passe sur toute la surface de la terre dans fort peu de temps60 ». Mais Mersenne ne s’arrête pas à ce seul rêve des dirigeants politiques. Il note aussi que « tous les arts & les sciences en recevraient de tres-grandes lumières en peu de temps ». C’est d’abord « des Grands, qui donnent le bransle à tous les autres par leur parole » qu’il attend l’initiative bienheureuse. Intéressante notation pour nous.

  • 61 Ibid., p. 48.
  • 62 P. Magnard a commis quelques erreurs en citant la partie centrale de ce propos. P. Magnard, art. c (...)

30La proposition X – « Expliquer l’utilité de l’Harmonie dans la Morale & dans la Politique » – est plus riche. On remarquera la proximité des deux notions chez le Minime, quoiqu’il ne les articule pas vraiment entre elles. C’est l’occasion de montrer comment les vertus fonctionnent bien dans le cadre harmonique. Le propos strictement politique est curieusement agencé. Il s’ouvre sur une utilité qui rappelle le point précédent, en ce que le livre des chants offre des techniques pour écrire des lettres secrètes, « joint, ajoute immédiatement Mersenne, que le tempérament des tons necessaires pour l’harmonie des instruments, & le meslange des dissonances avec les consonances peuvent les induire à considérer qu’il est nécessaire de permettre quelques defauts dans les Republiques, n’y ayant que celle où Dieu preside immediatement, à sçavoir celle du Ciel, qui soit exempte de toute sorte d’imperfection61 ». On n’en trouvera pas plus sur cette transposition politique des imperfections nécessaires, qui rappellent bien entendu celles de Bodin. Il faut bien comprendre qu’elles ne sont pas un aléa, mais qu’elles appartiennent au système. On en redira un mot. Puis vient le moment essentiel de la proposition politique, qui s’ouvre sur une allusion critique à la tripartition bodinienne par Kepler, que Mersenne suit de la façon suivante : « Mais si l’on considère que les plus grandes chordes qui se meuvent le moins font trembler les moindres, comme les plus grands des Republiques font remuer le peuple par leur seule parole ; & que les Princes & Seigneurs survenans, & s’interposans entre les Rois & les peuples, font une liaison, & un concert semblable à celuy qui naist des differentes parties ajoutées entre la Basse et le Dessus, l’on aura peut estre un sujet plus reel ou une manière plus certaine & mieux fondée dans la nature des choses, que les precedentes. Car les plus grandes chordes & les Basses approchent davantage du silence & du repos ; & par consequent representent mieux les puissances supresmes, & mesme la divinité ; & contiennent les moindres chordes & les Dessus, comme Dieu contient toutes choses. » Le royaume devient ainsi un grand tétracorde, dont la basse représente le roi et le dessus le peuple. Il faut avouer que la formulation ne manque d’être quelque peu ambiguë62. On n’est pas sans s’interroger sur ce que sont ces « plus grands des Republiques » : le roi quand nous sommes en monarchie, et certains aristocrates quand nous sommes en aristocratie ? Nous avons vu comment, dans la proposition IX, Mersenne attendait des Grands qu’ils donnent le branle, alors qu’il se situait dans un cadre monarchique. Mersenne ajoute qu’il « laisse mille comparaisons qui se peuvent tirer de la 3. & 4. proposition du 4. livre de la Composition, pour exprimer les differents emplois de tous les membres d’une Republique par les differents effets des 4. parties de la Musique ». Il faut effectivement y faire un petit tour.

  • 63 Mersenne, Traitez des consonances, des dissonances, des Genres, des Modes, & de la Composition, da (...)
  • 64 Non seulement elle fait trembler les autres cordes, « mais elle peut servir pour faire mouvoir tou (...)
  • 65 Chez Mersenne, ces adjectifs – surtout le second – sont passibles de deux approches, l’une objecti (...)

31En vérité, il faut prendre un peu plus large, puisque ce livre 4 s’inscrit dans un ensemble intitulé Traitez des consonances, des dissonances, des Genres, des Modes, & de la Composition, dont la consultation éclaire le propos « politique » de Mersenne. Il n’est sans doute pas sans intérêt de remarquer que le livre premier, consacré aux consonances, est affecté d’une lettrine qui est exceptionnelle dans l’ensemble de l’Harmonie universelle. Alors que tous les livres des différents traités commencent avec une lettrine ornée d’éléments floraux, celui-ci l’est avec une figure royale à mi-corps, ceinte d’une couronne fermée et tenant le sceptre et la main de justice. Pour que nul n’en ignore, la figure est surmontée d’une inscription de trois mots, dont le premier est illisible dans la réimpression : « ? et iusticia ». Ce dernier mot surplombe la main de justice, le premier le sceptre, tandis que la conjonction entoure le sommet de la couronne. Le Roi, dont le corps est inscrit dans le plan de la page, tourne la tête en direction du texte, dont il est peut-être invité à prendre connaissance, à moins qu’il n’en soit le garant. À qui doit-on cette iconographie, tout à fait politique, alors même que l’ouvrage ne revendique pas un tel statut ? Quoi qu’il en soit, elle nous invite à une lecture politique, en toute liberté, comme nous l’avons dit. Rappelons donc quelques traits essentiels. On pourrait opposer l’unisson, comme modèle divin, à l’octave, comme modèle humain. De l’unisson, Mersenne écrit qu’il « représente en quelque sorte la nature divine63 », et qu’on l’obtient au mieux par la division d’une corde en deux parties égales. Il compare les battements qui le produisent à la série 4, 6, 8, 12, dont nous avons vu la place chez Bodin (p. 8). Pour lui, c’est la première consonance et elle est dotée d’une puissance d’ébranlement considérable64. Plus doux et sans doute plus agréable que l’octave65, l’unisson est, à la vérité, « trop doux & trop excellent pour cette vie » (p. 17). Il appartient au monde de la perfection. Mais ceux que nous produisons ici-bas n’en sont pas. Comme le monde dépend de Dieu, comme la beauté des créatures dépend « de la plus grande assistance que Dieu leur donne, & de la plus grande quantité de sa lumière qu’il leur départ, & dont il les illumine : comme les nombres sont les plus grands, à qui l’unité envoye le plus grand nombre de ses rayons », de même les consonances dépendent de l’unisson. P. Magnard a souligné le caractère optique du schéma mersennien. Il est vrai que les métaphores lumineuses sont légion à travers l’ouvrage : lumière, soleil, couleurs sont volontiers convoqués à l’appui du discours musical, transposable dans le domaine politique. Il arrive qu’elles se télescopent.

  • 66 Des autres consonances, puisque l’unisson doit être considéré comme la première.
  • 67 « Quant à la plus grande connaissance qui vient des autres consonances, on la peut comparer à la l (...)
  • 68 Ibid., p. 60. Auparavant (p. 48), Mersenne avait dit l’octave « si semblable à l’unisson q (...)
  • 69 « Si les moindres consonances pouvaient exprimer leur dépendance, elles avoueraient qu’elles n’ont (...)
  • 70 Ailleurs, Mersenne procède à un autre appariement, quand il compare la divinité et la musique : po (...)

32Pour être à notre dimension humaine, il faut passer du côté des consonances66et des dissonances. Et là, c’est l’octave qui brille tout particulièrement, mais avec une sérieuse capitis diminutio67. Pourtant, Mersenne ne peut éviter la métaphore solaire à son intention. L’octave doit être considérée « comme la source & l’origine de toutes les consonances qui en sortent comme les rayons du Soleil, comme les effets de leur cause, & comme les parties de leur tout » (p. 36). On doit comprendre que le propos n’a de validité qu’en raison de l’infirmité de nos sens, qui ne nous donnent pas accès à l’unisson, véritable source des consonances et véritable soleil. Plus loin, Mersenne qualifie l’octave de « semblable au Soleil, qui départ tellement ses rayons à toutes les autres créatures corporelles, qu’il demeure néanmoins toujours remply de la lumière dont il est la source & l’origine68 ». L’important ici est de comprendre qu’à la façon de Dieu, dont la substance est inépuisable, l’octave ne s’altère pas par la génération des autres consonances. Mersenne y insistait (p. 36), il faut considérer le tout avant ses parties, comme la perfection avant l’imperfection. La mécanique fonctionne par division et par retour vers le centre69. L’octave comprend tous les sons comme la lumière toutes les couleurs (p. 42), toutes les voix comme l’Esprit « a toute la science du Fils » (p. 4970). L’octave mérite de conserver son appellation, plutôt que de revenir à son nom grec de « diapason », notamment parce que le chiffre 8 traduit la parfaite égalité, la justice et l’harmonie géométrique (p. 43). Ainsi retrouvons-nous explicitement la lettrine qui ornait le début du traité. Le roi est à coup sûr la traduction politique de l’octave. Un peu plus loin, Mersenne fait l’éloge de la quinte, « la plus excellente de toutes les consonances après l’octave », après avoir remarqué que les Anciens symbolisaient la justice par le nombre 5 (p. 63). La justice vient donc en cascade pour irriguer le corps social. Mais comment faut-il l’appréhender ? Un peu plus loin encore, on apprend que, contrairement à l’opinion commune, la meilleure division des consonances n’est pas l’harmonique, mais l’arithmétique (p. 97), sans que l’on puisse en tirer un enseignement pour nous.

33L’octave produit toutes les consonances et les dissonances par ses divisions. Toutes les consonances n’ont pas la même qualité. Nous avons aperçu la quinte comme la fille chérie. Mais la quarte est souvent qualifiée de « mal necessaire & [de] monstre, quoy qu’elle soit du nombre des consonances » (p. 62). Elle suit toujours la quinte. Cette idée de la nécessité d’éléments de qualité encore moindre se retrouve, comme nous l’avons rapidement aperçu, pour les dissonances. Ce sont nos infirmités qui les rendent nécessaires. Mersenne insiste sur leur caractère dangereux, car elles sont assimilables à la maladie ou aux douleurs qui « nous détruisent ». Elles doivent donc être utilisées avec un infini doigté. Transposé dans l’organisation du monde, cela donne : « Et si nous comprenions les raisons de la Providence divine, & les moyens qu’elle tient pour sa gloire, nous avoûrions que les désordres qui paraissent icy, embellissent l’Univers, & rendent toujours tres-recommendable celuy qui les permet, comme les Dissonances enrichissent les Concerts, & font paroistre l’industrie et la science des Compositeurs » (p. 122). Nous sommes dans le registre de la justice harmonique selon Bodin. La minuscule du « celuy » donne à penser qu’il s’agit du roi, compositeur politique invité à la prudence. Car il ne faut pas oublier la fragilité de ce qui est le meilleur, plus facile à corrompre que ce qui est médiocre (p. 131).

  • 71 « car l’on peut dire que le rayon du Soleil se fait par le mouvement le plus vite de la nature, co (...)

34Quant aux compositions, Mersenne les dit meilleures à quatre parties qu’à trois. Nous retrouvons le tétracorde, dont les éléments constituants sont comparés aux quatre éléments du monde ou aux couleurs, les médians mélangeant des emprunts faits aux extrêmes : « D’où l’on peut conclure que les sons que l’on met entre le Proflambonomenos de la Basse, & la Nete du dessus, c’est à dire entre le son le plus grave de celle là & le plus aigu de celle-cy servent quasi comme des nuances, dont on use pour passer d’une couleur à l’autre, afin que l’Harmonie en soit plus remplie, mieux liee, & plus agreable. » (p. 213). Si l’on transpose dans le domaine « politique », on comprend qu’il doit y avoir une grande fluidité et une grande porosité. Pour les précisions, on se souvient que, dans le livre De l’utilité de l’harmonie, Mersenne s’en est remis à l’imagination de ses lecteurs. Entre la basse (le roi) et le dessus (les peuples) sans doute faut-il ajouter aux princes et aux seigneurs, nommément désignés par Mersenne, les clercs, dont il fait partie. Pour le reste, à chacun d’imaginer son mode de ventilation des intermédiaires entre la taille et la haute-contre, inégalement précieuses. On ne saisit pas bien celui de l’auteur. Nous l’avons vu mettre les Grands près de la basse. Les clercs pourraient-ils se contenter du statut de haute-contre ? Si un prince de l’Église peut, à la rigueur prétendre à frayer avec les Grands, un Minime sans titre ne le saurait. Mais les hommes de Dieu sont souvent des prédicateurs, et certains d’entre eux au moins ont appris l’art de faire vibrer les foules. Quant au peuple, l’assimilation au dessus lui accorde un statut peu banal. En effet, Mersenne ne manque pas d’évoquer la séduction particulière – et que l’on sent dangereuse pour lui – exercée par cette voix dans les concerts, au point qu’il la compare à la lumière solaire71. Comme le bon compositeur sait utiliser les voix graves et intermédiaires pour encadrer le dessus qui a tendance à s’éloigner de l’essentiel, le roi doit savoir user de ses bons canaux pour tenir un peuple vibrionnant. Car c’est toujours à la basse qu’il revient de stimuler le mouvement.

  • 72 P. Magnard, art. cit. p. 65.

35Pour P. Magnard, le modèle optique de Mersenne, plaçant l’unisson – donc la vraie harmonie – du côté des anges, donc en amont de l’humanité, rompt avec le modèle musical optimiste de Bodin, qui pense que l’art contrapuntique peut dépasser le discord des voix humaines et sauver l’unité perdue72. Il est vrai que le discours de Mersenne insiste très fortement sur les infirmités de l’humanité, qui prend l’ombre pour la lumière. Ce n’est pas hasard s’il se réfère de temps à autres à St Augustin. Sans doute Mersenne reflète-t-il le sentiment que le temps de l’absolutisme a vraiment sonné.

Louis XIV, roi harmonique ?

36La métaphore solaire utilisée par Mersenne nous conduit presque naturellement vers Louis XIV, qui fait partie de ceux qui ont le plus sollicité le dialogue des arts avec la politique, pour le tourner à son avantage, bien entendu. Il n’est question ici que de rester dans le sillon tracé par Bodin et Mersenne. Dans quelle mesure ce souverain, qui a nourri un certain culte pour la musique, a-t-il été un roi harmonique ?

  • 73 Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du dauphin, Paris, Imprimerie Nationale, 1992, p. 137.
  • 74 Ailleurs, toute parole du roi est créditée d’un impact formidable sur le destin de tout un chacun. (...)

37Les Mémoires pour l’instruction du dauphin, pour lesquels il a le plus souvent délégué la plume, mais non les idées, offrent quelques aperçus intéressants sur le sujet. Il est vrai que le mot « harmonie » n’y figure pas, mais c’est pourtant en ce sens qu’il pose son action. De son propre aveu, le roi-soleil naît lors du carrousel de 1662. « On choisit pour corps le soleil, qui, dans les règles de cet art, est le plus noble de tous, et qui, par la qualité d’unique, par l’éclat qui l’environne, par la lumière qu’il communique aux autres astres qui lui composent comme une espèce de cour, par le partage égal et juste qu’il fait de cette même lumière à tous les divers climats du monde, par le bien qu’il fait en tous lieux, produisant sans cesse de tous côtés la vie, la joie et l’action, par son mouvement sans relâche, où il paraît néanmoins toujours tranquille, par cette course constante et invariable, dont il ne s’écarte et ne se détourne jamais, est assurément la plus vive et la plus belle image d’un grand monarque73. » La métaphore, qui a des lettres de noblesse anciennes, n’appelait évidemment pas à la modestie. Le royaume devient trop petit pour qui rêve de monarchie universelle. Peut-être la phrase n’a-t-elle pas la plénitude du propos mersennien, mais elle s’en rapproche. On y trouve notamment le contraste entre la tranquillité et la capacité à communiquer la vie à la totalité74. On est frappé par la régularité. Et l’on pense, bien entendu à Versailles, modèle de la saisie du monde.

  • 75 « Rendant exactement la justice à qui je la devais ; mais quant aux grâces, les faisant librement (...)
  • 76 Terminons la phrase ci-dessus interrompue : « pourvu que la suite de mes actions fît connaître que (...)
  • 77 Louis propose quatre maximes pour décider de certaines « prétentions » qui lui sont présentées. La (...)
  • 78 « D’ailleurs, notre élévation nous éloigne en quelque sorte de nos peuples, dont nos ministres son (...)
  • 79 C’est l’un des passages les plus célèbres des Mémoires : « Il en est sans doute de certaines, où t (...)
  • 80 « L’œil de justice voit tout, le roy voit tout et le temps découvre tout. » M. de L’Hospital, Disc (...)
  • 81 Dans une sorte de bilan des dix premières années du règne, Louis déclare qu’il est « informé de to (...)

38Toutefois, ces quelques lignes ne rendent pas compte du tout. Le système louis-quatorzien, exprimé dès le seuil des Mémoires, est fondé sur la justice et les grâces75. L’image solaire rend surtout compte de la première, renvoyant aux deux conceptions traditionnelles de la justice. Elle assure une sorte de dû. Les grâces, avec leur dose d’imprévisibilité, ne seraient-elle pas une expression de la justice harmonique ? En tout cas, pour Louis, elles ne sont en rien le fait de l’arbitraire, puisque, pour les distribuer, il se fait fort de suivre la raison et de s’appuyer sur les services et les mérites76. Comme chez Bodin, ces derniers ne sauraient être une garantie systématique77. C’est bien une forme de la justice, dont aucun des critères ne saurait avoir un poids prédéterminé. Le roi se retrouve alors comme le maître du banquet bodinien. Mais, pour accomplir cette part de sa mission, qu’il juge essentielle – le thème des grâces est omniprésent dans les Mémoires – Louis est bien conscient d’une difficulté majeure, et fondamentale puisque liée à sa position : comment procéder aux meilleures attributions quand son « élévation » l’éloigne de son peuple ? Car les grâces ne sauraient être limitées au petit monde de ceux qui fréquentent le souverain. Louis panache le doute et l’assurance. Le doute, quand il constate que ses ministres sont mieux informés que lui78. L’assurance, parce qu’il y va de sa suprématie79. Réalisant, à sa façon, le programme de Mersenne, mais aussi celui, antérieur, de L’Hospital80, Louis s’affirme comme celui qui sait tout81. Le rédacteur des Mémoires – on en pressent plus d’un – a-t-il pesé ses mots ? Dans le même périmètre du texte, Louis crédite ses ministres d’être « capables de voir », tandis qu’il s’accorde à lui-même d’écouter et de savoir.

  • 82 Notamment p. 213-214 et 239.
  • 83 Louis justifie la campagne de Flandre, qui a suscité des critiques dans le royaume. « D’où vous po (...)

39Mais serait-ce justice que ce comportement qui semble tout devoir à une sagesse royale soucieuse de peser au mieux les éléments de chaque cas, mais ne délibérant qu’avec elle-même ? Louis n’en nie pas les faiblesses. Mais celles-ci ont leurs propres limites, inhérentes au système monarchique lui-même. Selon les pages, cela s’appelle « applaudissement public », « estime et affection des sujets » et, bien sûr, « renommée », dont le souverain est légitimement avide82. Le souverain serait ainsi l’otage du tribunal de l’opinion. Voire. Louis nous propose un superbe exemple de manipulation de ladite opinion83.

  • 84 F. Bluche et J.-F. Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de la pr (...)

40Il est certain que dans sa façon d’aborder la société française, Louis n’a pas été immuable au cours de son long règne. Contentons-nous de deux images, de nature très différente. Lors du fameux carrousel de 1662, le roi, qui devenait soleil, avait une approche encore très traditionaliste de ses sujets. À la tête de son aristocratie dûment organisée, il se donnait en spectacle à son peuple. C’était la démonstration d’une société au carré, dont l’image a été conservée. Une trentaine d’années plus tard, instaurant la capitation, où la population était ventilée en vingt-deux classes, Louis renversait allègrement cette lisibilité, obligeant quiconque désirait cerner le nouveau système à recourir à plusieurs critères84. Ce dispositif, qui n’a vécu que quelques années, était-il une autre incursion du côté de l’harmonie ?

41Conclusion

42Il est clair que nous nous sommes autorisé une certaine liberté dans ce parcours harmonique comme lieu de dialogue des arts en politique. À l’évidence, c’est Bodin qui occupe le centre du dispositif en nouant le plus étroit rapport entre la politique et un art, la musique, elle-même adossée aux mathématiques. Il y a trouvé le moyen de justifier, sur des bases à ses yeux irréfutables, la construction politique qui avait ses faveurs. La solidité de la démarche a été sans doute diversement appréciée par la suite, immédiate et beaucoup plus lointaine. Dans l’immédiat, on trouve un écho encore conséquent sous la plume de Charondas Le Caron, pour lequel il nous a manqué de pouvoir jeter un coup d’œil sur un autre de ses textes pour en mesurer toute l’ampleur. Mais Loyseau et, plus encore Coquille, présentés parfois, de façon simpliste, comme des suiveurs de Bodin, n’y trouvent sans doute pas leur compte, mais ils n’en font pas la critique. L’un réduit très fortement la voilure, l’autre préfère le silence. En sentaient-ils les faiblesses ou l’inutilité ? Par la suite, aucun théoricien de la politique ne relève le gant. Si Mersenne rend Bodin obsolète, il ne fait pas pour autant école. Nous ne connaissons pas d’auteur qui ait construit un système politique sur ces bases rénovées. Nous n’avons sans doute pas fait œuvre de total arbitraire en évoquant Louis XIV dans son sillage. Mais le roi-musicien s’est contenté de nourrir sa politique de maximes qui découlaient des propositions des deux hérauts majeurs abordés dans ces pages.

43Le dialogue des arts évoqué ici doit-il être qualifié de détournement de l’un au bénéfice de l’autre ? Nous avons vu que la lecture faite de Bodin sur ce point dans les dernières décennies du xxe siècle était contrastée : très critique de la part de M. Villey, qui dénoncerait presque une imposture, et bienveillante de la part de P. Magnard ou de S. Goyard-Fabre. Peut-être l’Angevin paie-t-il ses tiraillements de l’ire du premier. On sait que la contribution de Bodin à la construction de l’absolutisme a suscité une certaine perplexité, en voulant rendre compatible la souveraineté et la modération. M. Villey a raison de rappeler qu’on a, pendant trop longtemps, négligé le propos de Bodin sur l’harmonie, pourtant au cœur de son projet politique. Et c’est d’ailleurs pour cette illusion esthétique, secrétée par cet outil, qu’il s’en prend au maître angevin. Le drame de Bodin pourrait être d’avoir eu raison en son temps, pour des motifs d’opportunité politique, et tort sur le long terme, en ce qu’il a contribué à nourrir un discours qui a battu en brèche la pluralité. C’est le philosophe qui le dit. Car d’autres pensent qu’il a eu raison sur toute la ligne, en promouvant la victoire de l’Un. Mais ses services n’ont été jugés indispensables que jusqu’aux années 1630, où l’on a cessé d’éditer son œuvre majeure, Les six livres de la République.

44Après le séisme révolutionnaire, dans un pays désireux de retrouver une stabilité, d’autres auteurs échafauderont de grands systèmes harmoniques, fondés sur des bases différentes et des dialogues autres, et détachés de toute préoccupation monarchique. On pense notamment à A. Comte ou à C. Fourier. Vaines tentatives pour recoudre les tissus déchirés par les crises politiques et sociales à répétition. Impuissants socialismes, les uns qualifiés d’utopiques, les autres de scientifiques, à susciter l’harmonie. Faut-il se méfier des dialogues des arts avec la politique ?

Notes

2 C’est le chapitre 6 et dernier du livre 6. Bodin, Les Six Livres de la République, VI, Paris, Fayard, 1986, p. 251-312.

3 Il ne nous semble pas que M. G. Jacobsen ait bien interprété Bodin qu’il estime avoir été inspiré sur ce point par Aristote. M. C. Jacobsen, Jean Bodin et le dilemme de la philosophie politique moderne, Museum Tusculanum Press, University of Copenhagen, 2000, p. 81. Il faudra y revenir.

4 Aristote, Éthique à Nicomaque, V, I, 13.

5 M. Villey, « La justice harmonique selon Bodin », Archives de philosophie du droit, 1970, n° 15, p. 310.

6 Pour elle, Bodin, qui a consacré un opuscule latin à l’Éthique à Nicomaque, s’est attaché, dans la Methodus, « intensément à la conception aristotélicienne de la Justice ». S. Goyard-Fabre, Jean Bodin et le droit de la République, Paris, PUF, coll. Léviathan, 1989, p. 257.

7 Bodin, Les Six Livres…, II, p. 10-27.

8 « Disons donques, en continuant nostre propos, que ce n’est pas assez de soustenir que la Monarchie est le meilleur estat, et qui moins a d’incommodité, si on ne dit Monarchie Royale : et ne suffit pas encores de dire que l’estat Royal est le plus excellent, si on ne monstre aussi qu’il doit estre tempéré par justice harmonique, qui est composée de la justice distributive ou Géométrique, et commutative ou Arithmétique, lesquelles sont propres à l’estat Aristocratique et Populaire : en quoy faisant l’estat de Monarchie sera simple, et le gouvernement composé, et tempéré, sans aucune confusion des trois Republiques. » Ainsi Bodin ouvre-t-il le chapitre 6, op. cit., VI, p. 251. S. Goyard-Fabre rappelle qu’il n’y a pas chez Bodin l’idée d’un équilibre en termes de balance des pouvoirs dans l’État, telle qu’elle se développera à partir du xviiie siècle. « L’équilibre dont a besoin sa république bien ordonnée, écrit-elle, résulte de l’harmonie qui doit régner dans le microcosme politique comme elle règne dans le macrocosme naturel. » S. Goyard-Fabre, « Le magistrat de la république », in Y. C. Zarka, Jean Bodin. Nature, histoire, droit et politique, Paris, PUF, 1996, p. 141. Aillleurs, elle souligne que c’est dans le dessein politique de Bodin qu’intervient sa mathématique juridique. S. Goyard-Fabre, Jean Bodin et le droit de la République, op. cit., p. 259.

9 Bodin, op. cit., VI., p. 254.

10 Le recours au modèle musical est très large chez Bodin. Selon P. Magnard, c’est une constante de l’œuvre de Bodin « que de célébrer l’harmonie comme le seul accès de l’homme au mystère de l’univers ». P. Magnard, « Le Colloquium heptaplomeres et la religion de la raison », in Y. C. Zarka, op. cit., p. 87.

11 Les deux approches ne s’excluent évidemment pas, comme en témoignent les travaux de S. Goyard-Fabre.

12 P. Magnard, « Jean Bodin ou l’harmonie dans la cité », Cahiers de philosophie politique et juridique de l’université de Caen, 1982, p. 55-68.

13 Nous annexons ce Savoyard, qui ne manque jamais de rappeler qu’il n’est pas du royaume, même s’il a eu l’occasion d’y exercer des tâches importantes. Rappelons qu’il écrit son traité en langue française.

14 Mais il n’a pas été jugé assez grand sire pour figurer dans le Dictionnaire des œuvres politiques de F. Châtelet et alii, PUF, 1986.

15 « Par quoi faut conclure que ledit régime populaire ne peut être parfait, encores qu’il participe des autres deux, si la principale autorité demeure au Peuple. » C. de Seyssel, La Monarchie de France, Paris, Librairie d’Argences, 1961, p. 107. Cette édition est faite à partir du manuscrit. En note figurent les variantes des éditions de 1519, 1541 et 1557.

16 Ibid., p. 110.

17 Ibid, p. 113-114.

18 « de l’aristocratique », est-il écrit dans les trois éditions. Ibid., p. 120.

19 Le chapitre XIII ouvre le feu : « Il y a, outre ce, un autre ordre et une forme de vivre en ce royaume, tendant à cette même fin, que moult fait à louer et entretenir pour l’union et accord de tous les États d’icelui. » Le chapitre XIX le clôt ainsi : « Toutes les choses susdites sont pour montrer le grand ordre et l’harmonie qui est en tous les États du royaume. » Ibid., p. 120 et 127.

20 Lecture très largement tributaire de ses origines italiennes.

21 C. de Seyssel, op. cit., p. 125.

22 Le mot ne figure que sur le manuscrit ; les versions éditées ont retenu « conservation ». Ibid., p. 154.

23 Pour S. Goyard-Fabre, Bodin n’a sans doute pas prétention à l’originalité en recourant aux mathématiques, très sollicitées en son temps. S. Goyard-Fabre, Jean Bodin et le droit de la République, op. cit., p. 260-261. Sur l’origine de la distinction bodinienne, G. Kouskoff, « Justice arithmétique, justice géométrique, justice harmonique », Jean Bodin, Actes du Colloque Interdisciplinaire d’Angers, 24 au 27 mai 1984, Presses de l’U. d’Angers, 1985, p. 328-332.

24 A. Bélis, « Harmonique », in J. Brunschwig et G. Lloyd (dir.), Le savoir grec, Paris, Flammarion 1996, p. 356 ss. Selon M. Villey, Bodin, qui propose « une philosophie du Nombre », conçoit la Musique « à la mode antique, comme fille de l’arithmétique ». M. Villey, art. cit., p. 302. L’auteur expose bien le dispositif, p. 302-308.

25 Pour G. Kouskoff, « la progression harmonique apparaît comme une progression plus sophistiquée, et en même temps plus adaptée à la réalité que ne le sont les progressions arithmétiques et géométriques », G. Kouskoff, art. cit., p. 332. Il note aussi (p. 334) que ce n’est pas une progression régulière.

26 Bodin, République, VI, p. 257.

27 Ibid, p. 258.

28 Ibid.., p. 259.

29 S. Goyard-Fabre en a fait une analyse attentive. Elle termine ses considérations sur « le devoir des magistrats » sur le constat d’une puissance à la fois immense et limitée : « immense parce que, donnant vie et efficience à la loi, elle concerne, comme elle, tous les domaines de la république ; limitée parce que le commandement du magistrat pour faire respecter les lois civiles par la contrainte est nécessairement tributaire de ces mêmes lois civiles ».

30 C’est notamment le cas de Venise, où Bodin ne voit pas le même tempérament que Seyssel. Alors que la très grande majorité des honneurs et offices y sont distribués sur la base géométrique, le poste de Chancelier, « qui est des plus dignes et des plus honorables, joint qu’il est perpétuel » et ceux de secrétaires d’État, « qui sont fort honorables » sont laissés au « petit peuple ». Par ailleurs, on y punit l’injure faite au plus petit par un gentilhomme, et il y règne « une grande douceur et liberté de vie donnée à tous ». Bodin, République, VI, p. 296-297. Par contre, la Rome républicaine a raté son agencement harmonique, car l’articulation entre consulat, tribunat de la plèbe, nobles et roturiers s’est trouvée dans les mêmes rapports que les nombres 2, 4, 9 et 18, où « il se treuve deux octaves par proportion Géométrique desjointe : et lesquelles meslees ensemble font un discord le plus dur qu’il est possible pour la disproportion d’entre 4 et 9, qui est intolérable, et qui corrompt toute l’harmonie » (p. 301-302). Ce qui est en cause, c’est la façon dont l’accès aux fonctions était verrouillé.

31 Nous ne résistons pas au plaisir de citer le passage de la Methodus qui présentait le système monarchique au moyen d’une métaphore musicale. « Dans la proportion harmonique, il n’y a pas d’autre principe que l’accord entre la dominante (sol) et la tonique (ut). Et de même que le premier intervalle, c’est-à-dire l’intervalle d’octave (2 x 2 x 2), contient tous les accords en puissance, de même en un seul et même prince réside le pouvoir suprême qui de lui se communique à tous les magistrats ; le second intervalle (3/2) de raison 1,5 est la quinte ; le troisième définit la quarte, tous deux compris dans le premier. Le quatrième est le degré zéro de l’accord (tierce) ; les suivants sont fortement discordants : le son s’y décompose en parties innombrables, l’expressivité du son décroissant à mesure qu’augmente le nombre de ses composants, jusqu’à atteindre l’insignifiant. Cela veut dire que la nature répugne autant à attribuer le pouvoir à la foule que l’accord à la multitude sans nombre, que l’on obtiendrait à poursuivre indéfiniment la série numérique. Le propre en revanche de la proportion harmonique, à savoir que les nombres dominent leurs parties et s’accordent quand on les dispose en raison inverse, convient seulement à la monarchie, qui délègue par degrés insensibles le pouvoir à ses magistrats, de telle sorte que tour à tour ils commandent à leurs inférieurs et obéissent à leurs supérieurs, jusqu’à ce que l’on fasse retour à l’unité première du prince, d’où découle, comme d’une source permanente, l’autorité de tout pouvoir. » « Texte admirable », commente P. Magnard, à qui nous empruntons cette traduction. P. Magnard, op. cit., p. 60.

32 Bodin le dit très joliment : « Tous les estats portent impatiemment de voir les plus indignes aux plus hauts lieux : non pas qu’il ne soit nécessaire de donner quelquefois aux incapables et aux indignes quelques offices, pourvu qu’il en soit si petit nombre. » Ibid., p. 305.

33 Bodin a dû se défendre de n’avoir pas réservé les charges aux seuls savants et vertueux et, plus encore, d’avoir accepté des incapables. Apologie de René Herpin pour la République de Jean Bodin, Ibid., p. 333-334. Nous y reviendrons.

34 République, VI, p. 308.

35 Ibid, p. 310-311.

36 M. Villey, art. cit., p. 309-315.

37 S. Goyard-Fabre, qui a rappelé, comme nous l’avons vu, l’intérêt de Bodin pour Aristote, admet que Platon a été son maître à penser, « précisément parce qu’il relie admirablement le nombre et la musique à la politique ». Elle ne partage pas l’analyse sévère de M. Villey, à laquelle elle ne renvoie pas. Pour elle, Bodin a cherché « de manière judicieuse » le critère de l’institution de l’institution politique dans l’institution juridictionnelle dominée par l’idée de justice harmonique. S. Goyard-Fabre, Jean Bodin et le droit de la République, op. cit., p. 263 et 268. Par contre, S. Tzitzis se place dans le sillage de M. Villey auquel il se réfère dès le début de son propos. Il estime que Bodin a conçu sa justice harmonique afin d’appuyer sa construction absolutiste. Pour y parvenir, il a dénaturé l’approche que les Grecs, préoccupés de beauté morale, se faisaient de la justice. S. Tzitzis, « Beauté morale et punition dans la République de Bodin », actes du colloque d’Angers, op. cit., t. 1, p. 241-249.

38 La critique de M. Villey ne porte pas sur « l’opportunité pratique » que le système de Bodin eut en son temps. Elle ne méconnaît pas non plus la beauté de son œuvre. « Mais, ajoute Villey, la vraie science n’accepte pas d’être immolée au pragmatisme ou à l’esthétique. » M. Villey, art. cit., p. 313.

39 Le Caron précise qu’il a déjà abordé la question – et plus longuement – dans le huitième dialogue de sa République, que nous n’avons pu consulter en temps utile pour cette étude. Louis Charondas Le Caron, Pandectes ou Digeste du droit français, Lyon, Jean Veyrat, 1597, p. 22.

40 Ibid, p. 21.

41 Ibid, p. 22.

42 M. Villey ne pourrait que l’approuver.

43 Le Caron estime que par l’art. 162 de l’édit de Blois, Henri III « a bien avisé de faire des ouvertures à la noblesse de race & d’armes pour entrer audit Parlement par la doctrine, en ordonnant de nommer entre les trois, un de la noblesse, s’il s’en trouve de suffisans & capables, & qu’il promet de gratifier, afin d’honorer davantage cette compagnie d’hommes nobles & excellens, lesquels Platon dict avoir l’esprit d’or ». Le Code Henri III […] rédigé en ordre par Messire Pierre Brisson […] & de très notables observations & annotations par L. Charondas Le Caron, Paris, Mettayer et L’Huillier, 1601, p. 45. Il semble bien que le privilège ne puisse jouer en faveur de la noblesse qu’à partir où son représentant se situe à égalité de mérite avec les candidats du tiers.

44 Il prend soin de préciser qu’Hésiode a eu tort de penser que Jupiter avait pris la belle Thémis pour seconde femme, puisque « la première femme du Roy doit être la Iustice ». Ibid., p. 23. La relation très forte du roi avec la Justice est l’une des idées traditionnelles les plus mises en évidence par la littérature politique et juridique.

45 Proclus associait la justice commutative et la paix. C’était rejoindre Aristote.

46 Cicéron, De Republica, II, 41-42.

47 Ibid, II, 23.

48 Par contre, il n’y a pas grand chose à glaner du côté de G. Coquille, autre « héritier » de Bodin. Coquille aime à mettre en évidence l’amitié comme élément cardinal du lien social et politique. Par exemple : « Quand le Roy prend conseil de son peuple, il ne déroge en rien à sa Majesté, mais au contraire il la rend plus respectable & plus magnifique, & ses actions plus agréables envers sondit peuple : l’amitié du Roy envers le peuple, & du peuple envers le Roy étant la vraie liaison dont sont produits le bon commandement & la fidèle obéissance. » G. Coquille, « Discours des États de France et du droit que le duché de Nivernois a en iceux », Œuvres, Bordeaux, 1703, t. I, p. 276. Comme Bodin, Coquille est soucieux de montrer que la monarchie française n’est pas un régime mixte. Ailleurs, il rappelle que « la principale & plus nécessaire fonction des Chrêtiens est l’amitié » et qu’il y a « des degrez en amitié, envers les uns pour aimer simplement de pareil à pareil, envers les autres pour aimer, honorer & obéir, comme de moindre à grand, de sujet à supérieur, envers les autres pour aimer & estre protecteur, comme de supérieur envers son sujet ». « Mémoires pour la réformation de l’estat ecclésiastique », Ibid., p. 1. Mais nous ne trouvons nulle métaphore harmonique pour régler ce ballet d’amitiés qui se croisent.

49 Loyseau, Traité des seigneuries, Paris, 1610, p. 173.

50 F. Bluche reproche à Loyseau d’avoir dressé un tableau fantasmé de la société française, figée dans un impressionnant corset d’ordres, sur lequel s’est appuyé tout un courant historiographique français au cœur du xxe siècle. F. Bluche, Dictionnaire du Grand Siècle, v° Loyseau, Paris, Fayard, 1990, p. 917.

51 Loyseau, Traité des ordres et simples dignités, Paris, 1610, p. 1.

52 Ibid., p. 33.

53 « Mais au tiers estat il y a tant de diverses sortes d’Ordres particuliers, & aussi tant de menus Offices, qu’il est bien malaisé de particulariser le rang de chacun d’iceux, & encore le rang des Ordres parmy les Offices tant ils sont embarassez les uns dans les autres. » Ibid., p. 39.

54 Loyseau, Cinq Livres du droit des Offices, Paris, 1610, p. 1. Le titre ne va pas sans problème puisque l’auteur ajoute qu’il « s’ensuit que de vouloir régler par raison le droit des Offices, c’est chercher de la raison où il n’y en a point, & d’établir un droit à ce qui est étably contre le droit. » Le Caron avait précédé Loyseau sur ce terrain en s’étonnant qu’il pût tomber « en l’esprit d’un bon Roi de prostituer l’administration de la divine Justice à quelque vile et abjette trafique d’argent ». L. Le Caron, Dialogues, Genève, Droz, 1986 (1556), p. 99.

55 Ibid., p. 81.

56 Parmi d’autres, M. de L’Hospital avait précédé Loyseau dans ses diatribes contre la place de l’argent dans le fonctionnement de la justice, contre la convoitise des juges. Il aurait bien aimé que les finances de la monarchie permissent d’augmenter les gages des juges, et donc de diminuer les épices. M. de L’Hospital, op. cit., p. 108-109 et 124.

57 Au même moment, Charondas Le Caron dénonce, lui aussi, les excès des épices, et il remarque que le parlement réprime parfois « l’avarice effrénée des juges ». Il ne cherche pas de solution du côté des proportions mathématiques, alors que nous avons vu son appétence pour cette approche. Le Code du Roy Henri III… op. cit., p. 142.

58 Loyseau, Cinq Livres., op. cit., p. 100-101. Bodin était partisan de recourir de façon quasi systématique à la proportion harmonique pour les épices. République, VI, p. 294-295.

59 P. Magnard en fait la synthèse, art. cit., p. 63-65.

60 M. Mersenne, Livre de l’utilité de l’Harmonie, dans Harmonie universelle, Paris, Éd. du CNRS, 1963, vol. 3, p. 44. C’est l’édition fac-similé de 1636, avec des annotations marginales de l’auteur. Selon Mersenne, le son peut faire le tour de la terre en moins de 30 heures. On peut même descendre à 21 h et 5 mn. Si tous les rois de la terre voulaient s’entendre. Le roi de France pourrait savoir tout ce qui se fait dans son royaume en moins d’une heure.

61 Ibid., p. 48.

62 P. Magnard a commis quelques erreurs en citant la partie centrale de ce propos. P. Magnard, art. cit., p. 64.

63 Mersenne, Traitez des consonances, des dissonances, des Genres, des Modes, & de la Composition, dans Harmonie universelle, II, p. 38.

64 Non seulement elle fait trembler les autres cordes, « mais elle peut servir pour faire mouvoir toutes sortes de machines, & pour faire jouer le canon ». Ibid., p. 12. Plus loin (p. 23), Mersenne dit que l’unisson est « le plus puissant des accords ».

65 Chez Mersenne, ces adjectifs – surtout le second – sont passibles de deux approches, l’une objective, qui est évidemment essentielle, l’autre subjective, naturellement fragile.

66 Des autres consonances, puisque l’unisson doit être considéré comme la première.

67 « Quant à la plus grande connaissance qui vient des autres consonances, on la peut comparer à la lumière de plusieurs petites chandelles, ou à celle de vers luisans : mais celle de l’Unisson est semblable à la lumière du Soleil qui obscurcit tous les autres par sa presence. » Mersenne, Traitez des consonances …, p. 18.

68 Ibid., p. 60. Auparavant (p. 48), Mersenne avait dit l’octave « si semblable à l’unisson que l’on a souvent de la peine à les distinguer […] ».

69 « Si les moindres consonances pouvaient exprimer leur dépendance, elles avoueraient qu’elles n’ont rien d’elles-mesmes, & qu’elles ont emprunté leur substance à l’octave, à laquelle elles retournent comme à leur source & à leur centre, lorsqu’elles la composent. Or il faut remarquer que l’Octave ne peut donner l’estre aux autres consonances que par sa division, qui se fait de telle manière qu’elle donne une nature plus noble & plus excellente à la Quinte qu’à la Quarte, en luy donnant une plus grande raison ; estant semblable à Dieu qui a donné une nature plus excellente à l’esprit qu’au corps […]. » Ibid., p. 59.

70 Ailleurs, Mersenne procède à un autre appariement, quand il compare la divinité et la musique : pour l’unité, Dieu le Père et l’unisson ; pour le binaire, le Fils et l’octave ; pour le ternaire, l’Esprit et la quinte. Ibid., p. 60.

71 « car l’on peut dire que le rayon du Soleil se fait par le mouvement le plus vite de la nature, comme le Dessus se fait par le mouvement le plus viste de la Musique ». Ibid., p. 214.

72 P. Magnard, art. cit. p. 65.

73 Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du dauphin, Paris, Imprimerie Nationale, 1992, p. 137.

74 Ailleurs, toute parole du roi est créditée d’un impact formidable sur le destin de tout un chacun. Ibid., p. 188-189. Comment ne pas penser à la Société de cour de N. Elias ?

75 « Rendant exactement la justice à qui je la devais ; mais quant aux grâces, les faisant librement et sans contrainte à qui il me plairait, quand il me plairait […]. » Ibid., p. 50.

76 Terminons la phrase ci-dessus interrompue : « pourvu que la suite de mes actions fît connaître que, pour ne rendre raison à personne, je ne me gouvernais pas moins par la raison et que, dans mon sentiment, le souvenir des services, favoriser et élever le mérite, faire du bien en un mot, ne devait pas seulement être la plus grande occupation, mais le plus grand plaisir d’un prince ». Le « pourvu » est évidemment essentiel. Le tropisme personnel est éclatant : se gouvernant, le roi gouverne le royaume. Quand il s’agit de nommer aux bénéfices, les trois paramètres sont le savoir, la piété et la conduite. Ibid., p. 139-141.

77 Louis propose quatre maximes pour décider de certaines « prétentions » qui lui sont présentées. La dernière est ainsi formulée : « Est qu’il faut toujours considérer les suites de la chose prétendue, plutôt que le mérite de celui qui prétend, parce que le bien public se doit préférer à la satisfaction des particuliers, et qu’il n’y a point de roi si puissant au monde qui ne ruinât bientôt son État s’il était résolu de tout accorder seulement aux gens de mérite. » Louis XIV, op. cit., p. 163.

78 « D’ailleurs, notre élévation nous éloigne en quelque sorte de nos peuples, dont nos ministres sont plus proches, capables de voir par conséquent mille particularités que nous ignorons, sur lesquelles il faut néanmoins se déterminer et prendre ses mesures. » Mémoires, p. 61.

79 C’est l’un des passages les plus célèbres des Mémoires : « Il en est sans doute de certaines, où tenant, pour ainsi dire, la place de Dieu, nous semblons être participants de sa connaissance, aussi bien que de son autorité, comme, par exemple, en ce qui regarde le discernement des esprits, le partage des emplois et la distribution des grâces, dans lesquelles choses nous décidons avec plus de succès par notre propre suffrage que par celui de nos conseillers, parce qu’étant postés dans une sphère supérieure, nous sommes plus éloignés qu’eux des petits intérêts qui nous pourraient porter à l’injustice. » Ibid., p. 217.

80 « L’œil de justice voit tout, le roy voit tout et le temps découvre tout. » M. de L’Hospital, Discours pour la majorité de Charles IX, Paris, Imprimerie nationale, 1993, p. 110.

81 Dans une sorte de bilan des dix premières années du règne, Louis déclare qu’il est « informé de tout ; écoutant [ses] moindres sujets ; sachant à toute heure le nombre et la qualité de [ses] troupes, et l’état de ses places ; […] distribuant les grâces par [son] propre choix […] » Louis XIV, op. cit., p. 58. Quelques pages plus haut (p. 53), il déclarait qu’il avait fait savoir que toute demande de grâce devait lui être adressée directement et qu’il était accessible au dernier de ses sujets.

82 Notamment p. 213-214 et 239.

83 Louis justifie la campagne de Flandre, qui a suscité des critiques dans le royaume. « D’où vous pouvez conclure, mon fils, qu’il ne faut pas toujours s’alarmer des mauvais discours du vulgaire. Ces bruits, qui s’élèvent avec tumulte, se détruisent bientôt par la raison, et font place aux sentiments des sages, qui, reconnus enfin pour vrais du peuple même, fondent par un consentement universel la solide et durable réputation. En attendant que le monde se détrompe de ses erreurs, ce doit être assez pour nous du témoignage que nous nous rendons à nous-mêmes. » Louis XIV, op. cit., p. 227.

84 F. Bluche et J.-F. Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de la première capitation (1695), Genève, 1983.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540