Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 9-11


Texte intégral

1Martial a une réputation exécrable, et cela depuis le puritain xix e siècle. « On connaît fort peu Martial chez nous, et il faut avouer que c’est bien sa faute. Comme nous n’avons guère l’habitude de cultiver les auteurs anciens après que nous sommes sortis du collège, nous ne savons les noms que de ceux dont on nous a parlé quand nous faisions nos classes. or Martial n’est pas du nombre des poètes dont on entretienne volontiers les écoliers ; ses ouvrages, si pleins d’esprit et d’agrément, contiennent des obscénités dégoûtantes, et l’on n’ose rien dire aux jeunes gens des jolies choses qui s’y trouvent, de peur de leur donner l’envie de lire le reste », écrivait Gaston Boissier en 1903 dans son Tacite (6e éd., Paris, 1928, p. 281). De son côté René Pichon, dans son Histoire de la littérature latine de 1897, voyait en Martial « un des adulateurs les plus cyniques de Domitien » et un « poète quémandeur » (11e éd., Paris, 1928, p. 613 et 621). On pourrait allonger la liste de ces condamnations, qui répètent les mêmes deux reproches principaux : Martial est obscène ; il ne cesse de flatter servilement et de quémander. Plus subtilement, Pierre Grimal (Le lyrisme à Rome, Paris, PUF, 1978, p. 230) le rabaisse en lui refusant toute originalité : « L’épigramme romaine est aujourd’hui liée pour nous au nom de Martial. Mais il faut se garder d’oublier que le plus grand représentant du genre à Rome doit surtout cette place au fait qu’il a composé des recueils plus volumineux que tous ses prédécesseurs, qu’il a systématiquement exploité les ‘recettes’ transmises par ceux-ci, et lentement élaborées depuis environ deux siècles, et aussi qu’il a été favorisé par les hasards qui ont présidé à la transmission des textes anciens » (ce dernier point est particulièrement contestable : la transmission des textes anciens ne doit qu’assez peu au hasard, elle dépend bien plutôt des préférences de ceux qui les recopiaient).

2Pourtant cette image négative de Martial est récente. Son œuvre a en effet connu une exceptionnelle survie, et il est un des auteurs latins les plus lus entre le xv e et le xviii e siècle. On n’hésitait pas alors à le mettre entre les mains des enfants ou des adolescents : Martial figure dans la collection Ad usum Delphini, destinée à l’origine à l’éducation du Dauphin, fils de Louis XIV. Il faisait partie à cette époque du canon des poètes et une collection d’auteurs latins se devait de l’inclure. Les Jésuites même l’introduisaient dans leur enseignement, en procédant certes à des coupes. On justifiait généralement une édition ou une traduction de Martial par la critique des mœurs qu’on croyait à tort ou à raison y trouver, et par le style raffiné de l’auteur.

3Comme dans beaucoup d’autres domaines, c’est le xix e siècle qui marque le tournant. Il y eut, d’abord, une réaction puritaine. Mais aussi le xix e n’apprécie plus l’épigramme. L’épigramme, poésie de circonstance, était en effet incompatible avec un romantisme mal compris qui veut que l’écrivain crée sous le seul effet de l’inspiration, indépendamment des contingences. Aragon, rejoignant Goethe (Conversations de Goethe avec Eckermann, 18 septembre 1823, trad. fr. Paris, Gallimard, 1988, p. 64), écrira avec plus de raison dans les Chroniques du bel canto : « Il n’y a pas de poésie, si lointaine qu’on la prétende des circonstances, qui ne tienne des circonstances sa force, sa naissance et son prolongement » (Chroniques de la pluie et du beau temps, précédé de Chroniques du bel canto, Paris, Éditeurs français réunis, 1979, p. 18).

4Si Martial est depuis une quinzaine d’années sorti de son purgatoire dans plusieurs pays étrangers, notamment l’Angleterre et l’Allemagne où sont parues sur lui de très bonnes études, il n’en va pas de même en France, où l’on ne peut guère citer que l’excellent livre de Pierre Laurens L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme de l’époque alexandrine à la fin de la Renaissance (1989), consacré pour une part (cinq des quinze chapitres) à Martial, et la biographie agaçante mais bien informée Martial, de Jean-Luc Hennig (2003), récompensée au reste par un prix littéraire régional. Quand on évoque Martial, on obtient encore souvent une moue dédaigneuse. La chose est dommage, car Martial vaut beaucoup mieux que sa réputation. Accessoirement, à une époque qui s’intéresse de moins en moins à l’Antiquité romaine, il peut donner une idée moins ennuyeuse des auteurs latins. En effet l’épigramme, sous sa forme satirique en tout cas, est censée faire rire ou du moins amuser.

5Sans tomber dans la mode des réhabilitations, ce petit livre cherche à mieux comprendre Martial. Il s’agira, notamment, de distinguer l’homme et l’œuvre (distinction qui, curieusement, est acceptée pour les élégiaques depuis un célèbre ouvrage de Paul Veyne, mais pas pour les autres genres), et de faire dans celle-ci la part de la tradition littéraire. Car bien que Martial répète que ses épigrammes sont l’image même de la vie, celles-ci s’inscrivent dans une tradition ; fréquemment elles déclinent un thème épigrammatique, et on ne saurait alors voir en elles le pur reflet de la pensée de l’auteur. Quant au « je », personnage mis en scène, ce n’est pas l’homme Martial, qui se dissimule derrière son œuvre et reste en bonne partie inconnu. Inversement, on sera attentif à discerner sous l’amusement de surface la vérité sérieuse qui peut s’y cacher.

6Ce livre donc, d’ambition modeste (il ne prétend pas tout expliquer ni épuiser le sujet et ne se veut pas d’érudition, d’où l’absence de notes infrapaginales ; le spécialiste se reportera aux éditions commentées – toutes en langue étrangère – et aux études savantes), est destiné à introduire et aider à la lecture de Martial. Il doit être accompagné du texte même des Épigrammes (voir la Bibliographie), car le commentaire ne peut se substituer à une œuvre dont les textes traduits en Annexe (au moins huit pièces de chacun des quatorze livres principaux) ne donnent inévitablement qu’une idée imparfaite. Mais surtout, il suppose que le lecteur – préférablement muni de quelques notions de civilisation romaine – fasse l’effort d’entrer dans le système de pensée de Martial, et accepte les règles du genre de l’épigramme. S’il n’est pas facile de se repérer dans le vaste corpus de Martial, la nature même du genre épigrammatique autorise une lecture qui ne soit pas suivie ou d’un seul tenant.

7Les textes cités au fil de l’ouvrage sont donnés en français ou en latin avec la traduction française, sauf si le sens se dégage de lui-même. Les références renvoyant à une épigramme indiquent le numéro du livre en romain et le numéro de l’épigramme en arabe, sans préciser le numéro du vers, sauf cas particulier, pour éviter une fastidieuse accumulation de chiffres.

8Puisse ce livre donner l’envie de lire Martial : nous n’aurons pas alors perdu notre peine. Un mot personnel enfin : ce libellus est dédié à la personne qui se reconnaîtra, si par hasard elle lit ces lignes, sous le signum de Hérisson.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.