Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et exemplarité

 | 
Alexandre Gefen
, 
Emmanuel Bouju
, 
Marielle Macé
, 
et al.

Première partie. De l’exemplification à l’exemplarité

« [...] ne fût-ce que par tradition et sur la foi de tant d’exemples1 » : Essai et Philosophie dans À la recherche du temps perdu et Die Schlafwandler

Vincent Ferré

Texte intégral

  • 1 Marcel Proust, À l’Ombre des jeunes filles en fleurs, in À la recherche du temps perdu, édition pu (...)

1Est-ce parce qu’une œuvre est « grande » qu’elle est citée comme exemple à l’appui de démonstrations multiples et parfois contradictoires, ou bien est-ce parce qu’une œuvre semble ouverte à de nombreuses interprétations qu’elle entre dans le canon comme chef-d’œuvre unique et, à ce titre, comme exemple privilégié du discours critique ? La question peut sembler naïve, mais elle renvoie au statut particulier d’œuvres qui, à force d’être présentées comme le premier roman moderne (celui de Cervantès), le plus grand roman français (Proust), ou encore l’œuvre du plus grand génie occidental (Shakespeare), en viennent à être utilisées comme des totems par de nombreux commentateurs, sans que soit discutée la légitimité de ce procédé, qui bénéficie des prérogatives reconnues aux chefs d’œuvre, aux textes intouchables, victimes d’un noli me tangere critique, dans une sorte de tautologie de l’exemplarité, de cercle vicieux de l’autorité de l’œuvre.

2Parmi les œuvres devenues des lieux communs de l’argumentation, A la recherche du temps perdu, se distingue comme exemple convoqué dans nombre de discussions sur le roman du xxe siècle, et presque systématiquement lorsqu’il est question de la « théorie dans le roman ». On oublie alors que ce statut d’œuvre exemplaire, d’exemple par excellence, masque son statut d’œuvre singulière (exemplaire, en ce sens), moins paradigme que spécimen unique, prototype. Cet usage de l’œuvre est encore plus frappant lorsque la présence de théorie fait l’objet de descriptions multiples, voire inconciliables, et rarement justifiées de manière explicite. La façon même de désigner cette théorie (philosophie, traité, essai), en particulier dans Le Temps retrouvé ou Sodome et Gomorrhe (en raison des pages sur l’inversion) révèle en effet un impensé, comme si une connaissance a priori était commune au lecteur et au critique, qu’il serait inutile d’interroger : tout le monde sait qu’À la recherche du temps perdu est à moitié un essai, à moitié un roman !

  • 2 Voir par exemple cette réflexion du narrateur proustien : « Je n’étais pas indifférent à ces derni (...)

3Ces évidences ont pourtant des limites : examiner la généalogie de ce lieu commun montre qu’il mérite bien d’être discuté, et révèle le caractère emblématique de la dérive qui consiste à considérer certaines œuvres comme exemplaires, comme exemple idéal de nombreuses démonstrations. Sera privilégié ici le cas de Proust, en contrepoint de celui de Broch : tous deux permettent d’interroger le caractère relatif (varié, contradictoire) des catégories employées pour désigner la théorie – qui met elle-même en œuvre le rapport du singulier à l’ensemble2 – dans le roman, ainsi que la prégnance des traditions littéraires et critiques respectives.

  • 3 Hermann Broch, Die Schlafwandler : Eine Romantrilogie [1931-1932], éd. de P. M. Lützeler, Francfor (...)
  • 4 Maurice Blanchot Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959 (1996), 340 p. (Folio) ; Jorge Semprun, (...)
  • 5 Bruno Berger, Der Essay. Form und Geschichte, Berne-Münich, Francke, 1964, 283 p.; Gerhard Haas, S (...)

4La relativité de ces évidences peut d’abord apparaître dans le statut d’une œuvre comme celle de l’Autrichien Hermann Broch, tout aussi canonique pour les critiques germanophones que l’est Proust pour les critiques français lorsqu’il s’agit d’évoquer la présence de théorie dans la fiction narrative – par l’inclusion des chapitres de la Dégradation des valeurs [Zerfall der Werte] dans Les Somnambules [Die Schlafwandler], roman paru en 1931-19323. Cette référence, évidente outre-Rhin, est méconnue en France comme en témoignent les regrets de ses défenseurs francophones, qui reviennent cycliquement, ceux de Blanchot, Scarpetta, Semprun, entre autres4 – Broch est en effet occulté par son contemporain et rival, Musil. Réciproquement, Proust est largement ignoré par les ouvrages en langue allemande traitant de la question de « l’essai dans le roman » (de l’essayisme au sens allemand du terme), qui se concentrent sur un nombre limité d’exemples identiques, à l’instar de Bruno Berger ou Gerhard Haas, qui convoquent Goethe (Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister), L’Homme sans qualités de Musil, Les Somnambules de Broch ou encore La Montagne magique de Thomas Mann5.

  • 6 Robert Scholes, « Les modes de la fiction » [1974], in Gérard Genette, Théorie des genres, Paris, (...)
  • 7 Pour cette même raison, le rapport des « biographies » de John Dos Passos, dans USA (trois volumes (...)

5Qu’un auteur soit ignoré ou systématiquement cité sur le même sujet, en fonction de la culture des critiques, nous apprend-il quelque chose sur la pertinence de cet usage ? Cela éclaire d’une part la relativité d’une référence qui pouvait paraître absolue, naturelle, et souligne – au-delà du manque de notoriété, dans le cas de Broch – un problème d’identification qui n’est pas sans rappeler le monisme analysé par Robert Scholes (à la suite de Robert Hirsch) lorsqu’il commente la « tendance fréquente chez les critiques [qui] consiste à établir de fausses normes pour l’appréciation des œuvres littéraires6 ». Fausses, ou du moins tributaires de leurs références littéraires et des traditions. La théorie présente dans les romans de Proust et de Broch, bien qu’elle comporte de nombreux traits communs, est non seulement mutuellement ignorée, mais aussi rattachée à des formes familières : elle est en effet perçue comme de l’essai ou de la philosophie au regard de conceptions très implicites, qui reposent sur l’ancrage du lecteur dans une tradition littéraire et semblent ne pouvoir s’appliquer à des œuvres issues d’autres domaines culturels et linguistiques7.

  • 8 Voir Annick Bouillaguet, Proust et les Goncourt : le pastiche du Journal dans Le Temps retrouvé, P (...)
  • 9 Manfred Durzak, Hermann Broch, Dichtung und Erkenntnis, Stuttgart, Berlin, Cologne, W. Kohlhammer, (...)

6Avant d’en venir à l’examen de ces deux termes, il faut noter qu’à cette relativité linguistique s’ajoute une relativité lexicale, due à la diversité et à la multiplicité des appellations désignant les mêmes passages théoriques à l’intérieur des œuvres, aucune n’étant explicitement justifiée ni discutée malgré cette multiplicité, qui est en soi l’indice d’une difficulté. Chez les critiques proustiens, on trouve (souvent à l’intérieur d’un même texte) aussi bien une référence à « l’essai », à la « philosophie », qu’à la « méditation », la « réflexion », la « » théorie » », le « traité », la « métaphysique », les « variation [s] » ou encore « l’abstraction », etc.8 La critique brochienne offre une diversité presque aussi frappante : « digressions philosophiques », « théorie philosophique », « traité philosophique », « essais9 ».

  • 10 Voir également le titre de l’ouvrage d’Erich von Kahler, Die Philosophie von Hermann Broch, Tübing (...)
  • 11 Mikhaïl Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski [1929], Paris, Seuil, 1970, 366 p. (Points) ; voir au (...)
  • 12 M. Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski, op. cit., p. 32-33. Voir également p. 139.
  • 13 Ibid., p. 142.

7Pour un commentateur de tradition ou de langue allemande, l’adjectif qui s’impose pour qualifier ces textes abstraits, qu’ils soient envisagés comme Exkursen, Theorie, treatise ou Essay est bien celui de philosophique10, repris de critique en critique – certains pensant pouvoir se prévaloir de l’usage que fait de ce terme l’auteur lui-même –, sans que jamais (à notre connaissance) ne soient envisagées les objections pourtant bien connues soulevées par Bakhtine ou Ricœur sur la prétendue « philosophie » de romanciers tels que Dostoïevski et Proust11. Rappelons seulement que Bakhtine conteste la présentation de Dostoïevski par ses commentateurs comme un « philosophe » ou un « publiciste » dont le texte ne serait qu’une « suite de constructions philosophiques autonomes et contradictoires, défendues par les différents personnages12 ». Bakhtine montre qu’il existe au contraire une différence de nature entre les « images d’idées » du roman d’une part, et d’autre part les articles ou les lettres où Dostoïevski exprime « des idées philosophiques, religieuses, socio-politiques et autres », qu’il « [présente] comme ses idées, affirmées sous une forme monologique ou rhétorique (propre au publiciste)13 ». La problématique se pose bien en ces termes, dans les rapports entre le Contre Sainte-Beuve et Le Temps retrouvé ou la Dégradation des valeurs et les essais écrits par Broch à la même époque – autant de textes souvent confondus, dans les faits.

  • 14 Theodor Adorno, « L’essai comme forme » [1954-1958], in Notes sur la littérature [1958], Paris, Fl (...)

8Bien plus, les théories en langue allemande ne montrent pas, même si on se limite à elles seules (en adoptant le point de vue des critiques germanophones), les apories d’une telle assimilation ? Si l’on s’arrête sur la dernière formule, essais philosophiques, les deux textes théoriques les plus célèbres sur le genre de l’essai (ceux d’Adorno et de Lukacs) ne soulignent-ils pas l’opposition entre l’objet et la démarche de ce dernier avec ceux de la philosophie, à « la définitive perfection de glace » (Lukacs)14 ? C’est à cette conception que peuvent aussi être rattachées les célèbres analyses de L’Homme sans qualités relatives à l’essayisme et à l’essai (et d’autant plus intéressantes à citer ici qu’elles sont intégrées dans un roman) :

  • 15 Robert Musil, L’Homme sans qualités, [1re éd. de la première partie : 1930 ; première traduction f (...)

Un peu comme un essai, dans la succession de ses paragraphes, considère de nombreux aspects d’un objet sans vouloir le saisir dans son ensemble (car un objet saisi dans son ensemble en perd d’un coup son étendue et se change en concept)[...]
[Ulrich] n’était pas philosophe. Les philosophes sont des violents qui, faute d’armée à leur disposition, se soumettent le monde en l’enfermant dans un système. [...] il y avait quelque chose, dans la nature d’Ulrich, qui agissait d’une manière distraite, paralysante, désarmante, contre la systématisation logique, contre la volonté univoque, contre les poussées trop nettement orientées de l’ambition, et ce quelque chose se rattachait aussi à ce mot d’essayisme15 [...].

  • 16 E. Schlant, op. cit., p. 50 et 78 ; D. Cohn, op. cit., p. 18 et 31 ; Br. Mitchell, op. cit., p. 17 (...)

9Difficile de croire qu’Ernestine Schlant ou Dorrit Cohn, Breon Mitchell, Paul Michael Lützeler ou encore Sigrid Schmid ignorent ces conceptions, mais aucun d’entre eux ne les discute frontalement, ni ne semble en tenir compte16.

  • 17 Voir par exemple, comme illustration récente : Jérôme Roger, « L’essai, point aveugle de la critiq (...)
  • 18 Voir, comme exemple représentation, cette assertion : « [...] le roman à la première personne prés (...)
  • 19 Claire de Obaldia, The Essaystic Spirit. Literature, Modern Criticism, and the Essay, Oxford, Clar (...)
  • 20 Cl. de Obaldia, op. cit., p. 194 et 195, dans le chapitre « Novels ‘Without Qualities’».

10Cette tension entre philosophie et essai devrait également attirer l’attention des lecteurs de Proust, prompts à employer ce dernier terme pour désigner des passages théoriques de la Recherche du temps perdu qui révèlent pourtant bien des affinités avec ceux des Somnambules de Broch, ce qui jette une première suspicion sur un amalgame ancien que l’on retrouve dans des analyses récentes. Ainsi de la formule essai-roman désignant la Recherche du temps perdu17, qui évite de prendre parti et applique au roman des analyses qui semblent concerner plutôt le projet du Contre Sainte-Beuve ; ou de la confusion entre essai, traité et maximes, qui gêne une analyse des rapports entre essai et roman chez Proust, et s’explique par une définition minimaliste de l’essai, tirée d’un seul ouvrage18. Plus ancien, mais particulièrement intéressant pour notre propos puisque Broch y est évoqué aux côtés de Proust, The Essayistic Spirit de Claire de Obaldia présente un problème semblable : reprise d’une hypothétique « définition standard », sa conception de l’essai comme d’un bref texte non-fictionnel en prose l’amène à considérer comme tel lettres, maximes, fragments, et à employer parfois comme synonyme « matériau essayistique », expression qui renvoie aux journaux, notes, aphorismes, articles, etc.19 L’essai se dilue donc dans la sphère du non-fictionnel. Dès lors, dans le domaine romanesque, les réflexions du narrateur du Temps retrouvé et les idées échangées dans les dialogues sont envisagées de manière semblable ; tout comme la Dégradation des valeurs et l’« Histoire de la Jeune Salutiste de Berlin », une autre série de chapitres des Somnambules qui se présentent pourtant comme un journal fictionnel, parfois versifié20.

  • 21 Sur les particularités des séquences essayistiques, leur dimension théorique, leurs différences av (...)
  • 22 Jean Marcel, Pensées, proses et passions, Montréal, l’Hexagone, 1992, p. 319 (nous soulignons).

11Là encore, si l’on néglige de prendre en compte d’autres traditions et analyses critiques, qui devraient nous amener à remettre en question nos habitudes nationales, il suffit pourtant de réfléchir à partir de l’héritage français et francophone de l’essai pour que se révèlent toutes les difficultés liées à l’assimilation des passages théoriques à de l’essai : l’inclusion de ces séquences21 dans un roman ; la présence, en leur cœur, d’exemples empruntés à la diégèse pour illustrer ou prouver leur propos ; ou encore la nature du je qui expose ses conceptions à la faveur de ces passages. De manière symptomatique, ce dernier problème est mis de côté par l’une des rares analyses proposées en français sur « la présence de la forme de l’essai dans les formes narratives » : dans ce cas précis, « le JE (non métaphorique dans l’essai stricto sensu) devient », pour Jean Marcel, « le JE métaphorique du narrateur (parfois considéré comme non métaphorique dans la mesure où il renvoie au JE réel de l’auteur – mais il n’y a pas lieu de soulever ici cette question difficile) ou, plus rarement, d’un personnage22 ».

  • 23 P. Glaudes (dir.), L’Essai : métamorphoses d’un genre, op. cit., p. xxii.
  • 24 Cl. de Obaldia, op. cit., p. 12 n. 45. (nous traduisons).

12L’incise montre l’embarras d’un raisonnement qui, chez d’autres critiques, trouve une réponse trop rapide, lorsqu’une image est reprise littéralement, pour devenir un lieu commun de l’argumentation : celle de l’essai comme « roman » de la pensée. Les deux genres sont alors confondus, sur la foi d’une analyse de ce même je qui parvient pourtant à une conclusion opposée à celle de Jean Marcel : d’après celui-ci, en effet, le je est non-fictionnel dans les passages essayistiques (ceux qui rappellent l’essai, pour le dire rapidement) des romans ; le je est en revanche fictionnel dans tous les essais, si l’on en croit la seconde analyse (par exemple chez P. Glaudes ou Cl. de Obaldia23). Cette dernière repose pourtant, au final, sur une lecture discutable d’un passage de The Rhetoric of Fiction où Wayne C. Booth serait « tenté d’assimiler l’essai avec le roman24 », sous prétexte qu’il présente le je montaignien comme une persona, un « personnage fictionnel créé » : cette association serait uniquement gênée par l’absence d’un récit suivi [sustained narrative].

  • 25 Wayne C. Booth, The Rhetoric of Fiction [1re éd. : 1961], 2e éd., Chicago-Londres, University of C (...)
  • 26 Ibid. (nous traduisons).

13La logique de la démonstration est pourtant inverse : Booth affirme d’emblée que les Essais de Montaigne ne sont pas un roman, faute d’un récit suivi, mais que l’examen du je de l’essayiste plaide à ses yeux en faveur d’un dépassement d’une opposition simpliste entre fiction et essai, « le Montaigne dans le livre » n’étant pas l’auteur réel, comme l’attestent toutes les formules montrant que Montaigne préfère ne pas se peindre tel qu’il est réellement25. Ce n’est qu’à la fin de ce développement, après une comparaison avec les romans de Proust, Gide, Huxley et Mann, que Wayne C. Booth conclut : « c’est ce personnage fictionnel créé [par Montaigne] qui tient ensemble les pensées dispersées26 ». Cette analyse nous invite certes à réfléchir à l’alliance entre fiction et authenticité dans le je essayistique, mais ne permet pas de conclure sur cette base unique à la fictionalité complète de l’essai ; pas plus que l’on ne peut estimer sur la seule déclaration de Jean Marcel que le je est non-fictionnel. On voit comment deux positions contraires s’ignorent mutuellement et semblent se considérer chacune comme allant de soi.

14Les analyses portant sur la théorie dans le roman sont révélatrices (entre autres) du statut exemplaire d’œuvres comme celles de Proust et de Broch, et de la manière dont se constituent, à partir d’elles, des lieux communs critiques et théoriques. Sans même entrer dans l’interprétation (fonctions, modalités, enjeux) de cette forme commune aux deux auteurs, sa simple désignation montre toute la relativité des catégories utilisées par les commentateurs des deux œuvres, qu’on les envisage au sein d’une tradition (germanophone, francophone) ou dans le cadre d’une comparaison avec une tradition voisine (France, Allemagne-Autriche).

  • 27 Robert Musil, Lettres, choisies, présentées et traduites par Ph. Jaccottet, Paris, Seuil, 1987, p. (...)

15L’impossibilité d’une assimilation pure et simple de la théorie incluse dans ces fictions romanesques avec de l’essai ou de la philosophie invite à interroger l’implicite, les connaissances partagées par des lecteurs de même tradition littéraire, à remettre en question l’usage de termes limités parce que fonctionnant en deca des Pyrenees, mais pas au-delà, et à comparer des textes de langues diverses, mais au fonctionnement proche, affrontant tous le « même problème : l’insuffisance de l’ancienne naïveté narrative par rapport au développement de l’intelligence27 » : ceux de Musil, Joyce, Thomas Mann, Sartre et Gide, entre autres. À cet élargissement spatial répond, à l’inverse, la nécessité de circonscrire une période historique : parler ainsi d’essai comme si ce genre n’avait pas évolué depuis Montaigne revient à construire une abstraction de genre, dont le moindre effet n’est pas de faire perdre de vue le caractère marginal de ces romans dans la production romanesque de l’époque – construction paradoxalement tributaire de représentations ancrées dans notre espace et dans le temps.

Notes

1 Marcel Proust, À l’Ombre des jeunes filles en fleurs, in À la recherche du temps perdu, édition publiée sous la direction de J.-Y. Tadié, Paris, Gallimard, 1987-1989, t. I, p. 461 (Bibliothèque de la Pléiade).

2 Voir par exemple cette réflexion du narrateur proustien : « Je n’étais pas indifférent à ces derniers exemples, comme chaque fois que sous le particulier on me montrait le général » (Le Côté de Guermantes, in A la recherche du temps perdu, op. cit., t. II, p. 416).

3 Hermann Broch, Die Schlafwandler : Eine Romantrilogie [1931-1932], éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1976 (1986), 760 p. ; édition française : Les Somnambules [1956-1957], éd. revue et augmentée, trad. de Pierre Flachat et Albert Kohn, Paris, Gallimard, 1990, 727 p. (L’Imaginaire, 229).

4 Maurice Blanchot Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959 (1996), 340 p. (Folio) ; Jorge Semprun, Mal et Modernité : le travail de l’histoire, suivi de Vous avez une tombe au creux des nuages, Paris, Seuil, 1997, 93 p. (Points) ; Guy Scarpetta, L’Impureté, Paris, Grasset, 1985, 388 p. (Figures) ; voir aussi, du côté québécois, Jacques Pelletier, Situation de l’intellectuel critique. La Leçon de Broch, Montréal, XYZ éditeur, 1997, 227 p. et Que faire de la littérature ? L’exemple de Hermann Broch, Québec, Nota bene, 2005, 273 p. (Essais critiques). À ces noms, ajoutons bien sûr celui de Milan Kundera, dans L’Art du roman (Paris, Gallimard, 1986, 202 p.), même si son propos est bien plus critique à l’égard de Broch.

5 Bruno Berger, Der Essay. Form und Geschichte, Berne-Münich, Francke, 1964, 283 p.; Gerhard Haas, Studien zur Form des Essays und zu seinen Vorformen im Roman, Tübingen, Max Niemeyer, 1966, 152 p.

6 Robert Scholes, « Les modes de la fiction » [1974], in Gérard Genette, Théorie des genres, Paris, Seuil, 1986, p. 80 et 79 (Points).

7 Pour cette même raison, le rapport des « biographies » de John Dos Passos, dans USA (trois volumes de 1930 à 1936, réunis en 1938) avec le modèle de l’essai biographique et politique américain n’est pas une idée facile à accepter pour le lecteur français habitué à d’autres formes d’essai.

8 Voir Annick Bouillaguet, Proust et les Goncourt : le pastiche du Journal dans Le Temps retrouvé, Paris, Lettres modernes, 1996, p. 9 ; Alain de Lattre, La Doctrine de la réalité chez Proust, I, Paris, J. Corti, 1978, p. 26 sq. ; Anne Henry, Proust. Une vie, une époque, une œuvre, Paris, Balland, 1986, p. 198 ; Anne Simon, « Proust ou la crise de l’idéalisme », in Bernard Brun (dir.), Marcel Proust 2. Nouvelles directions de la recherche proustienne, Paris, Lettres modernes Minard, 2000, p. 62 et 70 (article repris dans Proust ou le réel retrouvé, Paris, PUF, 2000, p. 34 sq.) ; Jean-Yves Tadié, Proust et le roman. Essai sur les formes et techniques du roman dans « À la recherche du temps perdu », Paris, Gallimard, 1971 (1995), p. 413-419, 424-425.

9 Manfred Durzak, Hermann Broch, Dichtung und Erkenntnis, Stuttgart, Berlin, Cologne, W. Kohlhammer, 1978, p. 61 ; Ernestine Schlant, Hermann Broch, Boston, Twayne, 1978, p. 169, n. 18 et p. 78 ; Breon Mitchell, James Joyce and the German Novel 1922-1933, Athens (Ohio), Ohio University Press, 1976, p. 173 n. 44 ; Dorrit Cohn, The Sleepwalkers. Elucidations of Hermann Broch’s Trilogy, La Hague-Paris, Mouton & Co., 1966, p. 31 ; Alfred Kern, « Hermann Broch et son temps », Cahiers d’études germaniques. Broch (actes des colloques de Paris, 1986 et Lyon, 1988), 1989, n° 16, p. 15.

10 Voir également le titre de l’ouvrage d’Erich von Kahler, Die Philosophie von Hermann Broch, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1962, 84 p.

11 Mikhaïl Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski [1929], Paris, Seuil, 1970, 366 p. (Points) ; voir aussi Esthétique et théorie du roman (Paris, Gallimard, 1978 (1987), 488 p. (TEL) ; Paul Ricœur, Temps et récit, II. La Configuration dans le récit de fiction [1984], Paris, Seuil, 1991, 298 p. (Points).

12 M. Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski, op. cit., p. 32-33. Voir également p. 139.

13 Ibid., p. 142.

14 Theodor Adorno, « L’essai comme forme » [1954-1958], in Notes sur la littérature [1958], Paris, Flammarion, 1984 (1999), 438 p. (Champs), en particulier p. 13, 18 et 28 (Adorno choisit Descartes comme exemple de démarche philosophique) ; Georg Lukács, « À propos de l’essence et de la forme de l’essai : une lettre à Leo Popper », in L’Âme et les formes [1911], traduction, notes et postface de G. Haarscher, Paris, Gallimard, 1974, p. 12.

15 Robert Musil, L’Homme sans qualités, [1re éd. de la première partie : 1930 ; première traduction française : 1956], Paris, Seuil, 1995, vol. 1, p. 316 et 319 (Der Mann ohne Eigenschaften, éd. revue d’Adolf Frisé, Reinbek, Rowohlt, 1992, vol. 1, p. 250 et 253).

16 E. Schlant, op. cit., p. 50 et 78 ; D. Cohn, op. cit., p. 18 et 31 ; Br. Mitchell, op. cit., p. 173 n. 44 ; Paul Michael Lützeler, « Hermann Broch und Spenglers Untergang des Abendlandes : Die Schlafwandler zwischen Moderne und Postmoderne, in Adrian Stevens, Fred Wagner, Sigurd Paul Scheichl (dir.), Hermann Broch : Modernismus, Kulturkrise und Hitlerzeit (Londoner Symposion 1991), Innsbruck, Institut für Germanistik an der Universität Innsbruck, 1994, p. 27 ; Sigrid Schmid, Hermann Broch, éthique et esthétique, Paris, PUF, 2001, p. 49. Un récent colloque consacré partiellement à Broch (IRICS, Vienne, décembre 2005), a permis de vérifier que cette question restait à examiner : voir http://www.inst.at/trans/16Nr/05 4/05 4inhalt16.htm pour le contenu de la session sur Broch, parue en ligne dans la revue TRANS. Internet journal for cultural studies, 2005-2006, n° 16.

17 Voir par exemple, comme illustration récente : Jérôme Roger, « L’essai, point aveugle de la critique ? », in René Audet (dir.), Dérives de l’essai. Études littéraires, Laval, Presses de l’université Laval, 2005, p. 50 et 54. Il ne s’agit pas de remettre en question l’intérêt de cet article convaincant, mais de remarquer la récurrence de ce type d’expression.

18 Voir, comme exemple représentation, cette assertion : « [...] le roman à la première personne présente volontiers des passages généralisants qui pourraient sans peine figurer dans un traité de morale ou un essai [...] » (Isabelle Serça, « Roman/Essai : le cas Proust », in Pierre Glaudes (dir.), L’Essai : métamorphoses d’un genre, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002, p. 93, nous soulignons ; voir aussi p. 94). La définition sur laquelle s’appuie cet article provient de L’Essai de Pierre Glaudes et Jean-François Louette (Paris, Hachette, 1999, 176 p.)

19 Claire de Obaldia, The Essaystic Spirit. Literature, Modern Criticism, and the Essay, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 6-7, 11, 198 et 193 (notre traduction). Une traduction française de cet ouvrage a paru récemment : L’Esprit de l’essai. De Montaigne à Borges, Paris, Seuil, 2005, 442 p. (Poétique)

20 Cl. de Obaldia, op. cit., p. 194 et 195, dans le chapitre « Novels ‘Without Qualities’».

21 Sur les particularités des séquences essayistiques, leur dimension théorique, leurs différences avec les lois (ou les maximes) et les dialogues où des personnages exposent des idées, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse, « L’essai fictionnel chez M. Proust, H. Broch et J. Dos Passos (À la Recherche du temps perdu, Les Somnambules et USA) » (Rennes II, 2003).

22 Jean Marcel, Pensées, proses et passions, Montréal, l’Hexagone, 1992, p. 319 (nous soulignons).

23 P. Glaudes (dir.), L’Essai : métamorphoses d’un genre, op. cit., p. xxii.

24 Cl. de Obaldia, op. cit., p. 12 n. 45. (nous traduisons).

25 Wayne C. Booth, The Rhetoric of Fiction [1re éd. : 1961], 2e éd., Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1983, p. 228.

26 Ibid. (nous traduisons).

27 Robert Musil, Lettres, choisies, présentées et traduites par Ph. Jaccottet, Paris, Seuil, 1987, p. 179 (Le Don des langues).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540