Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et exemplarité

 | 
Alexandre Gefen
, 
Emmanuel Bouju
, 
Marielle Macé
, 
et al.

Avant-propos. Littérature et exemplarité depuis Cervantès.

Emmanuel Bouju, Alexandre Gefen, Guiomar Hautcœur et Marielle Macé

Texte intégral

1Après avoir consacré ses premiers Cahiers à la notion de « contrat » (Littératures sous contrat, « Interférences », PUR, 2002) puis à celle d’« engagement » (L’engagement littéraire, « Interférences », PUR, 2004), le Groupe φ (Groupe de recherche en poétique historique et comparée), laboratoire inter-universitaire établi à l’université Rennes 2 (Équipe d’accueil du CELAM), a sollicité la réflexion d’une trentaine de chercheurs autour de la notion d’« exemplarité », telle qu’elle peut éclairer la littérature depuis Cervantès.

2Les questions directrices étaient les suivantes : de quelles manières, et au regard de quels systèmes de valeurs s’établit (ou se décrète, ou se construit) l’exemplarité d’une œuvre ? Quel pouvoir d’exemplarité peut-on attribuer à l’expérience littéraire, et comment le mesurer ? À quels mécanismes de production ou de reconnaissance d’exemplarité la lecture, la réception critique, la mémoire de l’œuvre correspondent-elles ? Quel rapport existe-t-il entre la puissance de l’œuvre à produire des exemples, à proposer des conduites, et son inscription dans l’histoire littéraire ? Peut-on postuler (penser, supposer) a contrario une inexemplarité propre à certaines productions de la littérature, voire propre à la littérature elle-même ? L’auteur, le lecteur peuvent-ils opposer à l’exemplarité une réticence ou un refus ?

3Trois champs principaux de réponses ont été définis, qui partent du lien entre exemplification et exemplarité pour rejoindre la question de la possible inexemplarité de la littérature moderne, en s’arrêtant plus longuement, et à des fins elles-mêmes exemplaires, sur le cas cervantin. Ces trois parties articulent les unes aux autres, en une réflexion d’ensemble cohérente, des positions individuelles dont les prémisses et les conclusions ne sont pas nécessairement homogènes, conformément aux règles de fonctionnement du Groupe φ.

1re partie : De l’exemplification à l’exemplarité

4« Amour du général et dégoût de l’abstrait. À concilier ces deux choses », voilà l’injonction que Ramuz se formulait à lui-même dans son Journal. Cet impératif rend compte d’une fonction essentielle de la littérature : celle de l’exemplification, c’est-à-dire de la production d’exemples, de l’usage et du mésusage des cas concrets et des incarnations. L’argumentation s’y déploie à l’occasion ou au sein d’un ensemble de situations, d’univers ou d’objets empiriques qui peuvent acquérir un statut paradigmatique ; la littérature répond en cela, entre les deux rives opposées de l’abstraction et de la passion du détail, à une promesse de généralité maintenue tout au long de son histoire en dépit de l’affaiblissement de la rhétorique de l’exemplaire. Cette pensée « par l’exemple » concerne aussi bien les œuvres spéculatives que les œuvres narratives : comment chacune d’elle règle-t-elle ce rapport entre le général et le particulier, la loi et l’incarnation, la logique des indifférenciations et celle des noms propres, entre la souveraineté des leçons et la surprise du divers ? C’est la question que pose cette première partie.

5Trois groupes de textes organisent ici la réflexion ; le premier porte sur la création d’empirie, de cas mémorables, d’images séminales ou de scénarios frappants dans les œuvres spéculatives ; en observant à la loupe la genèse des exemples littéraires et leur vie propre, on y suit le parcours qui va de l’exemplification à l’exemplarité, de l’illustration au « comble ». Le deuxième s’attache aux situations où les œuvres elles-mêmes fonctionnent comme exemples, convoquées au sein du discours critique ou dans un « savoir lire » qui s’offre bientôt comme savoir-vivre ; ce mouvement qui consiste à imprimer une direction aux œuvres n’est pas seulement un processus mental ou une décision herméneutique, mais aussi une donnée historique fluctuante qui nous révèle ce que l’on a pu attendre de la littérature, ce que l’on veut en espérer. Le troisième groupe de textes, enfin, médite sur la genèse et les enjeux de l’exemplarité morale de la littérature, inséparable de ces processus concrets d’exemplification où s’éprouve une « aptitude au général », enracinée dans cette capacité à « percevoir le semblable » et à l’engendrer qui faisait, pour Aristote, une partie du génie poétique ou, indistinctement pour une fois, du talent philosophique.

6Suivre le cheminement de l’exemplification à l’exemplarité, c’est en effet montrer comment l’on passe en littérature de l’exemple au bon exemple, de l’illustration au cas générique. Marielle Macé propose de nommer « comble » cet ordre des exemples par excellence, images généralisables qui embrassent un espace de possibles et représentent une idée jusqu’à la saturer, cas mémorables, corps de la preuve, raccourcis d’idées offerts à l’avenir des reprises et des citations, véritables noms de problèmes. Le comble désigne à la fois un type d’incarnation et un mode de circulation : ces événements de lecture, par lesquels une formule nous comble et rythme le discours, donnent le sentiment apodictique du vrai et rendent une pensée appropriable. La réflexion se concentre ici sur les énoncés densifiés et détachables de la prose d’idées, ceux qui nous font lever la tête ou prendre le crayon ; en cela les bons exemples ne sont pas seulement des supports, qui fournissent une extension sensible au concept, mais des projections de mondes possibles inséparables d’émotions, qui nous font habiter durablement de véritables univers de discours.

7Le travail de Judith Schlanger est à l’origine de ces propositions sur les mécanismes de l’exemplification littéraire ; de ses méditations sur l’invention des concepts scientifiques à son analyse de la temporalité des idées et de la mémoire des œuvres, la pensée de J. Schlanger explore la nature de la culture, conçue comme un ensemble d’événements et d’assimilations, et observe dans l’histoire de la littérature un récit discontinu d’attentes, d’ouvertures et de comblements. L’article qu’elle consacre ici à la portée des figures révèle la fabrique de cette généralité sensible, observant dans la prose de Kant l’étroite articulation entre la novation intellectuelle et les images, contemplant un « oratorio orageux » qui n’est pas l’envers du traité, mais joue un rôle essentiel au plan de la lecture, de la communication et de l’invention conceptuelle. Il ne s’agit pas seulement de s’interroger sur l’amplitude des notions, l’espace qu’elles recouvrent comme un manteau fait un trésor, mais bien sur leur « portée », qui est leur capacité à nous guider vers des horizons nouveaux : les images nomment ce que l’on commence d’explorer, ce que l’on voudrait connaître, et engendrent « l’effet de crue » de ce qui ne se révèle qu’en s’écrivant.

8Cette aptitude de la littérature à la généralité informe ses usages, et c’est ici que l’on peut se tourner vers les situations où les œuvres elles-mêmes servent d’exemples. Julie Aucagne s’intéresse ainsi au Comment Proust peut changer votre vie d’Alain de Botton, et à ce jeu qui consiste à faire de l’auteur un guide et de son œuvre maîtresse « une histoire pratique et universellement applicable ». Entre l’activité réputée contemplative et abstraite qu’est la lecture et les exigences de la vie pratique, l’insolite d’un destin littéraire s’offre comme médiation. L’auteur invente une forme inédite de sententia, en extrayant de l’œuvre non une quintessence de signification donnée d’avance, mais une énigme véritable qui appelle un comportement. Francine Dugast-Portes se penche à son tour sur le cas de Colette et observe le choix des lieux où se sont jouées tour à tour l’exemplarité de cette œuvre et les formes de son autorité, des nouveaux équilibres éthiques à la praxis familière, dessinant une histoire parallèle de la fonction prêtée à la littérature au cours de la période. Vincent Ferré désigne les formes complexes de ces œuvres qui sont régulièrement utilisées comme des totems par la critique, créatrices de normes et d’autorité dans une sorte de tautologie de l’exemplarité, en se penchant sur les cas de Proust et de Broch. François Guiyoba s’intéresse au manifeste littéraire et aux secousses qui ébranlent périodiquement les fondements d’une littérature en manque d’exemplifications susceptibles de la stabiliser et de la valider.

9L’article de Jean-Baptiste Mathieu fait basculer la question de l’exemplification de ces espaces épistémologiques ou esthétiques au domaine moral. Sa lecture de l’œuvre de Martha Nussbaum mesure la capacité supposée de la littérature à nous faire entrer dans les raisons d’autrui, selon le modèle de « l’empathie ». Le lien qu’établit M. Nussbaum entre les représentations littéraires, l’interaction psychologique du lecteur avec ces représentations, et les conséquences morales de cette interaction, reconduit tout droit à la réflexion platonico-aristotélicienne relative à la tragédie et invite, par la spéculation, à dépasser les professions de foi touchant à la question de l’exemplarité des œuvres, et à engager la littérature (plutôt que l’écrivain) dans la vie publique. Cet engagement a été relayé, dans la critique littéraire, par la réflexion de Thomas Pavel dans La Pensée du roman. Isabelle Durand-Le Guern en suit la leçon dans sa lecture des Affinités électives, où l’idéal moral, sans cesse désiré, se dérobe constamment, où Goethe pose une question axiologique en forme d’énigme, qui consiste à savoir si l’idéal moral fait partie de l’ordre du monde, et si la littérature peut en donner, sans faillir, le modèle. Frédérique Leichter-Flack montre enfin, à sa suite comment un exemple à visée argumentative élabore sa propre exemplarité dans la mémoire littéraire. Suivant de Dostoïevski à Céline le motif de la souffrance de l’enfant, elle évalue la capacité d’indignation de la littérature, que chaque fiction doit maintenir sous peine de déchéance morale, en s’accolant au mystère d’un refus immémorial, et obstiné, de se laisser consoler.

2e partie : L’exemplarité cervantine

10C’est précisément à la question, soulevée dans le dernier temps de la première partie, de l’articulation entre exemplification esthétique et exemplarité morale que s’attache la deuxième partie de l’ouvrage, en choisissant de prendre pour exemple d’application et modèle exemplaire l’œuvre de Cervantès.

11L’article liminaire d’Emmanuel Bouju (« Don Quichotte ou les exemplaires exemplarités de la littérature ») a fonction d’introduction programmatique : évoquant, sur une suggestion de Marielle Macé, la possibilité de faire de l’exemple cervantin celui qui « pousserait l’exemplification à sa « pointe », au sens où il comblerait la loi du roman – tout comme Don Quichotte lui-même comblerait la loi de l’exemplarité en l’incarnant », cet article a pour fonction d’organiser l’approche théorique de la question proposée, en distinguant quatre niveaux d’exemplarité dont l’œuvre cervantine offrirait le modèle le plus achevé. Allant de la mise en fiction de l’exemplarité littéraire à la production littéraire (et artistique) suscitée par l’exemplarité cervantine, cette proposition d’organisation ouvre sur l’interrogation centrale dont les articles suivants s’emparent de façon plus détaillée en revenant sur tel ou tel de ces niveaux : comment Cervantès, et l’histoire de la critique et de la création cervantines après lui, ont pu donner l’exemple d’une conjonction paradoxale entre revendication et récusation de l’exemplarité littéraire.

12Les articles qui composent cette partie abordent en effet cette question en relevant de deux ensembles complémentaires : les quatre premières contributions (de Guiomar Hautcœur, Anne Teulade, Françoise Lavocat et Nicolas Correard) reposent sur l’analyse des œuvres de Cervantès (Don Quichotte, les pièces de théâtre, le Persiles et les Nouvelles exemplaires), tandis que les trois dernières (de Danielle Perrot-Corpet, Timothée Picard et Jean Cléder) s’attachent à la postérité moderne du modèle cervantin, dans la critique, la musique et le cinéma.

13Les quatre articles directement « cervantistes » s’efforcent chacun à sa façon d’échapper à une alternative classique dans le champ de la critique sur cette œuvre – alternative qui a longtemps freiné la réflexion sur l’exemplarité cervantine d’ailleurs, et dont cet ouvrage a l’ambition de traduire le nécessaire dépassement : alternative entre la revendication d’exemplarité (telle qu’elle apparaît dans les préfaces en particulier) conçue comme parade à la censure, comme argument publicitaire ou comme signe d’une hypocrisie (dissimulant une foncière récusation des dogmes) ; et la revendication d’exemplarité comme simple illustration d’une axiologie dogmatique (à la manière dont J. Casalduero s’est fait le partisan de la thèse de l’exemplarité chrétienne).

14On peut dégager deux orientations au sein de ce premier ensemble. Tout d’abord, on constatera que l’article de Guiomar Hautcœur (« Un roman sans « juge » : le dialogue Cervantès – Avellaneda ou la construction d’une exemplarité quichottesque ») et celui d’Anne Teulade (« Le théâtre de Cervantès inexemplaire ? problèmes de modélisation ») ont recours à une analyse historique qui replace la question de l’exemplarité dans l’histoire complexe de la création théâtrale et romanesque : G. Hautcœur montre combien la deuxième partie du Quichotte écrite par Avellaneda a voulu réparer la fragilité dogmatique du premier livre cervantin en livrant un texte qui s’inscrit dans la plus pure tradition de l’exemplarisme chrétien – tandis que Cervantès confirmait de son côté son indulgence en théorisant la question de l’exemplarité au cours du célèbre paradoxe de Sancho Pança ; Anne Teulade, quant à elle, souligne combien la fameuse inexemplarité esthétique du théâtre cervantin relève en son fond, dans sa rivalité et son opposition avec Lope de Vega, d’une même déconstruction des modèles esthétiques, prototypes poétiques et normes morales qui a fait le succès de son œuvre narrative.

15L’article de Françoise Lavocat (« Les mondes possibles des Trabajos de Persiles y Sigismunda, historia septentrional, ou l’exemplarité en question ») et celui de Nicolas Correard (« De l’exemplarité à l’empathie : l’échange d’expérience comme finalité morale de la nouvelle cervantine ») lient quant à eux la question de l’exemplarité à une problématique théorique moderne dont la première partie avait déjà annoncé la fécondité : Françoise Lavocat aborde la théorie des mondes possibles à partir de la mise en abyme fictionnelle de l’exemplarité, dont la nature ironique dans le Persiles n’invalide pas entièrement le système axiologique des personnages mais rend – comme la fortune critique du roman le prouve – l’appréciation morale d’ensemble quasiment indécidable ; Nicolas Correard, quant à lui, prolonge à la fois cette réflexion et celle de Jean-Baptiste Mathieu en utilisant les théories de M. Nussbaum et de l’école de la « critique éthique » sur le cas des Nouvelles exemplaires et de la façon dont l’ethos paradoxal de leurs personnages féminins suscite une empathie capable de définir une expérience morale inédite et elle-même exemplaire.

16Quant aux trois derniers articles « modernistes », ils montrent avant tout l’immense richesse et fécondité de l’exemplarité cervantine. Ces articles ont pour point commun de faire sortir la question de l’exemplarité du champ (désormais bien balisé) de l’exemplarité « romanesque » pour s’attacher aux figures et possibilités d’une exemplarité esthétique plus large ; ils échappent aussi (par là même) à la question de l’imitation pour aller vers une exemplarité « théorique » – au sens d’une transposition esthétique des problèmes théoriques de la création fictionnelle – dont les enjeux sont à la fois formels et existentiels.

17Le texte de Danielle Perrot-Corpet, tout d’abord, place l’exemplarité quichot-tesque sur le plan philosophique – même si l’illustration de ce cas d’exemplarité prend appui sur l’œuvre de Kafka et le croisement que la critique opère avec le modèle cervantin : il montre l’exemplarité de Cervantès comme figure du juif errant, et celle du quichottisme comme ingéniosité qui vise à seconder le monde. « Moderne quêteur d’absolu qui s’élance malgré tout dans la quête du Sens », Cervantès annonce, permet et redouble la figure de Kafka comme modèle d’une conscience « judéo-humaniste » propre à la réflexion éthique sur le devenir et la condition existentielle de la conscience européenne après 1945.

18Timothée Picard, quant à lui, présente et analyse dans son article (« Le défi d’une aporie exemplaire : la question des adaptations musicales du Quichotte ») l’échec de la transposition musicale du Quichotte du fait de l’inadéquation entre la forme, évolutive mais rigide, des arts lyriques et le foisonnement de l’œuvre romanesque cervantine ; mais il insiste également sur l’exemplarité, dans le domaine de la mise en abyme opératique, d’un modèle romanesque capable de figurer « le récit du désir d’un organon absolu », toujours conjugué « sur le mode du futur antérieur ». Le mouvement de cet article est proche de celui qui se dessine dans le domaine cinématographique avec le texte de Jean Cléder, qui clôt la partie (« Don Quichotte : un texte inadaptable ? ») en plaçant l’exemplarité dans le champ méthodologique de la question de la transposition et de l’adaptation : si l’histoire du cinéma montre que Don Quichotte résiste aux diverses tentatives de transposition, l’originalité et l’exemplarité du texte s’éprouvent précisément dans cette difficulté, qui expose « le personnage et/ou l’auteur à l’illusion (bien sûr), au dédoublement de la relation référentielle et à l’expropriation (bien sûr), mais encore à l’excès, à l’hétérogène, à l’inachèvement, à la pulvérisation des données initiales ». Retrouvant en conclusion l’orientation définie par le texte programmatique d’Emmanuel Bouju, Jean Cléder ne se résout pas davantage que les autres auteurs de cette deuxième partie à l’inexemplarité de la littérature : « choisir de raconter Don Quichotte au cinéma, c’est décider de se laisser raconter par Don Quichotte ». L’exemplarité cervantine se mesure en arpentant « les chemins de lisière entre la réalité et ses fictions » – c’est-à-dire ceux que chacun d’entre nous emprunte.

3e partie : L’exemplaire et l’inexemplaire

19Et pourtant, la littérature moderne peut-elle encore, prétendre faire des exemples ?

20Peut-être importe-t-il, pour répondre à cette question, de distinguer à l’instar de Vincent Jouve, deux formes usages d’exemplarité : l’exemplarité « représentative » ou « typique », d’ordre cognitif, qui informe par des types ou des modèles sur le monde ou sur un moment du monde ; et l’exemplarité pragmatique, destinée à produire des règles pour l’action. Or ces deux formes de mises en partage de l’expérience figurée, l’exemplarité du livre ouvert et celle du livre refermé, trouvent place dans le régime historique moderne où l’œuvre tire sa puissance et sa légitimité de son ouverture herméneutique et de son désengagement pragmatique : le feuilletage difficile à hiérarchiser des strates énonciatives, l’hétérogénéité de la parole littéraire, toujours débordée par ses impertinences ou creusée de réticences, interdisent de la penser comme une forme de communication édificatrice, même dans le cas des romans à thèse. Quel que soit l’effort produit pour enrégimenter le texte, l’essence même du pacte fictionnel, selon Vincent Jouve, suspend notre crédulité et notre confiance dans le texte en nous interdisant toute induction normative de conduites. La littérature produirait des exemples pragmatiquement inopérant mais cognitivement puissants, des exemples qui sont non des leçons mais plutôt des questions.

21Tel est aussi, selon Alexandre Gefen, la situation moderne de l’exemplarité : processus fondamental de production de savoirs hérité des origines rhétoriques de la fiction, l’exemplarité moderne se veut inexemplaire, centrée sur le lecteur. Cette exemplarité de diction, pourrait-on dire pour reprendre une catégorie génétienne, prône la serendipité (serendipity), la libre association du sens par la lecture. Avec la littérature moderne naîtrait ainsi une forme nouvelle d’exemplarité, associative, subjective, opaque et instable, qui n’est pas le déploiement de savoirs constitués, mais de « présavoirs » ou de savoirs littéraires. Ceux-ci se définiraient comme une bibliothèque virtuelle de récits dont seule l’actualisation dans le monde concret leur conférerait une valeur explicative ou régulatrice.

22Une telle évolution est particulièrement sensible dans les formes brèves du récit de fiction, explique Catherine Grall : si « le récit bref promeut volontiers une thèse, il peut aussi problématiser l’être et inviter à un questionnement radical ». La nouvelle n’est pas seulement un récit conservateur qui déclinerait par une fiction de parole oratoire l’exemple aristotélicien (paradeigma). Comme les sciences cognitives nous le suggèrent, au contraire, l’exemplarité du récit bref des modernes convoque puissamment l’imaginaire subjectif du lecteur, comme toutes les résonances de sa mémoire, en sorte que le travail de modélisation exemplaire est un processus complexe, créatif et critique. Autre genre normatif, gouverné par une finalité pragmatique – imposer un modèle de comportement –, la fable, suggère Solenn Dupas, entre en résistance avec la modernité : les « fables-blagues » qui apparaissent au xixe siècle ruinent le docere au profit du ridere, tandis que des fables « métalittéraires » en déplacent la portée sur le mode du repli autotélique. Lorsque des fables « plurivoques », à la manière des Moralités exemplaires de Jules Laforgue, « interrogent dans un même mouvement réflexif les enjeux éthiques et esthétiques » du genre, la rébellion du texte rejoint celle du lecteur.

23Le roman moderne a senti le danger de se substituer à la fable exemplaire classique et a mis en place divers dispositifs destinés à déconstruire les modèles idéologiques et axiologiques qu’il aurait pu produire malgré lui : dans Le Rêve, roman d’un cœur simple qui ne songe qu’à imiter La Légende dorée, Zola, comme le montre Émilie Piton-Foucault, propose ainsi de discréditer tous les vecteurs traditionnels de l’exemplarité (« la présence d’un héros focalisateur, non ambigu sur un plan évaluatif, l’univocité des jugements de valeur, et la possibilité d’une adhésion du lecteur à la communauté, au groupe auxquels le personnage appartient »). À l’exemple unique, adéquat, productif, Zola oppose la folie de la reproduction mimétique des exemples, et renvoie les exempla à de « véritables marchandises, des exemples, certes, mais cette fois au sens de purs échantillons industriels ». Désillusion de l’art dans l’art, de l’art par l’art, ruine de l’exemplarité par sa mise en abyme que le scepticisme de Tolstoï, affirme Karen Haddad-Wotling, poussera à son comble dans Anna Karénine, portrait d’une lectrice de romans exemplaires qui « fait couler les larmes envers et contre Tolstoï ». La preuve par l’absurde d’une telle défaite du régime classique de l’exemplarité, c’est le fait que, comme l’explique Jean-Louis Jeannelle, le projet didactique des Antimémoires de Malraux nous soit devenu illisible parce qu’il ressortit à une conception de la littérature n’ayant plus cours, celle où l’histoire pourrait être, encore, magistra vita. En sorte qu’au lieu de prendre pour telle la grande histoire rêvée par les mémoires de Malraux, nous la renvoyons au « tour de passe-passe d’un mythomane avéré », voire aux petites histoires de l’autofiction, en un vaste malentendu.

24Ce n’est pas que l’exemplarité ait radicalement disparu, c’est qu’elle a été déléguée au lecteur, dans une forme d’ouverture axiologique aux réemplois inattendus et d’acceptation des possibles malentendus d’interprétations résolument en rupture avec la tradition classique. On s’en convaincra en lisant avec Alice Kaplan OK, Joe ! de Louis Guilloux, roman qui confronte le lecteur à un procès organisé par le texte, en retrouvant d’une manière originale la narratio judiciaire dont est issue la tradition originelle du récit exemplaire, mais dans un dispositif où l’auteur tente non pas de convaincre mais d’être un simple témoin passif, enregistreur et retranscripteur d’une vérité encore en examen. C’est l’autorité de l’auteur, le pouvoir coercitif qu’il peut imprimer à la conduite du récit dans le roman à thèse, son discours interprétatif dominateur, qui fait l’objet d’une contestation fondamentale.

25On ne saurait en déduire que toute vertu édifiante ou démonstrative ait disparu de la littérature moderne au profit de vérités d’occasion et de récits infiniment singuliers. Car, entre les récits savamment inexemplaires, qui interdisent délibérément toute opération de généralité, et les narrations enrégimentées des récits idéologiques univoques, la modernité offre bien des intermédiaires. Tenons-en pour preuve les romans engagés modernes où « à l’image des personnages et du narrateur, voire de l’auteur », le lecteur « est appelé à s’interroger sur les valeurs représentées » (Sylvie Servoise) ou encore les néo-polars contemporains analysés par Marion François, qui partagent avec la « grande » littérature autotélique et inexemplaire parce que critique d’elle-même, l’exigence d’être « inexemplaires, intempestifs, inutiles » (Richard Millet) et de lutter contre la doxa bourgeoise par la démythification du monde.

26Dans ses excès autocritiques et sa quête déconstructrice d’une inexemplarité, dans sa contestation de l’auteur par le lecteur, la modernité, concluent Irène Langlet et Mathilde Lévêque, a rouvert rétrospectivement le champ littéraire de la littérature « classique » et a brisé tant « un type d’enseignement par imitation, un européocentrisme culturel » qu’une « sorte de patriarcat de la pensée » : le lecteur moderne est autorisé à repériodiser l’histoire littéraire, à recomposer sa propre mémoire de la littérature, à « lire les inexemplaires », les perdants des processus de constitution du canon, les sous-genres ou les formes paralittéraires. Étonnant effet de ciseau on le voit : au lecteur post-moderne de rendre inexemplaires les récits exemplaires par l’habileté acrobatique et parfois désinvolte de son geste critique, à lui de rendre exemplaire par un investissement de sens et de valeur, les personnages marginaux, les comportements surprenants, les récits inexemplaires, incongrus, instables, anecdotiques, laissés en marge des grandes axiologies, ou institués par l’écrivain en rempart contre la rhétoricité native des récits.

27Au-delà de cette gageure post-moderne – où menacerait de triompher ironiquement la seule autorité du lecteur –, le dernier mot est laissé, en guise d’épilogue, à Philippe Forest, qui dans « Paradoxe d’hier, préjugé d’aujourd’hui » réaffirme sans plus d’illusion, et retrouve d’une façon néo-cervantine, la tension de la littérature vers l’exemplarité : « la littérature est exemplaire. Elle l’est de ce mouvement vers l’impossible qu’elle ne peut réaliser mais dont elle formule cependant la promesse, tournant le sujet vers cette expérience de déchirement et d’angoisse où celui-ci s’annule et s’accomplit. »

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540