Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Quatrième partie. France et Europe : transferts culturels

Que la raison règne – les théories éducatives de Mary Wollstonecraft

Helje Porré

Texte intégral

1Mary Wollstonecraft est connue principalement par son traité intitulé Défense des droits de la femme (A Vindication of the Rights of Woman), paru en 1791 qui a fait d’elle une féministe, surtout à l’époque moderne. C’est avant tout un traité politique sur les droits de la femme, mais étant donné que Mary Wollstonecraft considère l’éducation comme un élément fondamental pour toute libération de la femme comme elle est aussi la base de toute société civilisée, elle consacre de nombreuses pages à ce sujet et ses théories sur l’éducation ont un intérêt et pour son époque et pour l’époque moderne.

2Mary Wollstonecraft est née à Londres en 1759 dans une famille bourgeoise où elle a vécu une enfance malheureuse. Son père avait l’ambition de devenir un gentleman farmer et à la poursuite de ce rêve il a déménagé avec sa famille un peu partout en Angleterre. Aucune des entreprises de M. Wollstonecraft n’a réussi et ses finances se sont progressivement détériorées. Son manque de réussite l’a rendu violent au foyer, surtout envers sa femme. L’éducation de Mary était négligée et elle aurait fini ignorante si un pasteur et sa femme à Hoxton ne l’avaient prise en affection en 1774 et n’avaient guidé ses lectures et son développement intellectuel. À dix-huit ans, Mary Wollstonecraft a quitté son foyer pour n’y revenir que peu de temps avant la mort de sa mère pour la soigner. Ensuite elle a quitté de nouveau le foyer paternel.

3Les débouchés pour une jeune femme sans appui familial et sans fortune comme Mary Wollstonecraft n’étaient pas nombreux. Elle a occupé les trois fonctions considérées comme respectables, mais mal rémunérées et sans prestige social, à savoir dame de compagnie, maîtresse d’école (l’Angleterre avait un bon nombre d’écoles privées pour les jeunes filles, la plupart sans distinction) ou gouvernante dans une famille pour s’occuper des filles et les éduquer. Le premier poste de Mary Wollstonecraft a été d’être dame de compagnie auprès d’une veuve, poste qu’elle a dû quitter à cause de la maladie de sa mère. Après le décès de celle-ci, elle a ouvert une école avec une de ses sœurs et une amie mais l’école a fait faillite. En 1786, Mary Wollstonecraft a accepté le poste de gouvernante pour les trois filles du vicomte Kingsborough en Irlande. Elle s’entendait bien avec les jeunes filles, mais après un an, Lady Kingsborough l’a congédiée. Les raisons de son renvoi ne sont pas très claires. Les biographes de Mary Wollstonecraft ont spéculé sur le fait que le maître était un peu trop attentionné envers Mary et que Lady Kingsborough était aussi jalouse de l’influence de la gouvernante sur ses filles, surtout l’aînée qui est restée toute sa vie en contact avec Mary Wollstonecraft.

  • 1 Le reste de la vie de Mary Wollstonecraft est plutôt dramatique. À Paris, elle fait connaissance d (...)

4C’est en Irlande que Mary Wollstonecraft a composé son œuvre de jeunesse, Thoughts on the Education of Daughters publiée en 1787 à Londres par Joseph Johnson, homme d’affaires aux idées radicales, qui possédait une maison d’édition. Cet ouvrage a rapporté à Mary les 10 guinées dont elle avait grand besoin. L’ouvrage est mal organisé et manque de maturité. Cependant il est intéressant grâce à l’ébauche de plusieurs idées et thèmes qui seront développés dans sa Défense des droits de la femme. De retour à Londres, Mary Wollstonecraft a obtenu du travail dans la maison d’édition de ce même Joseph Johnson comme éditrice et traductrice. (Mary avait appris le français mais elle a traduit aussi des textes allemands, langue qu’elle ne connaissait pas, à l’aide d’un dictionnaire et d’une grammaire !) Elle a écrit aussi à son propre compte des traités, des articles, des comptes rendus et un roman. Faisant partie du cercle d’écrivains et d’artistes autour de Joseph Johnson, cercle qui la nourrissait intellectuellement, elle a réussi à vivre de sa plume. Accomplissement plutôt remarquable. Puis la Révolution française a éclaté. Mary Wollstonecraft a été fascinée par cet événement au point de partir pour la France en 1792. Auparavant, cette année-là, elle a publié A Vindication of the Rights of Woman (Défense des droits de la femme), ouvrage qu’elle a dédié à Talleyrand, membre de l’Assemblée législative en France. Dans sa dédicace, elle le supplie d’accorder des droits à la femme aussi bien qu’à l’homme. Vain espoir. Comme on le sait, la Révolution française a bien peu fait pour les droits de la femme1.

  • 2 Mary Wollstonecraft, Défense des droits de la femme, trad. Marie-Françoise Cachin, Paris, Petite B (...)

5La Défense des droits de la femme est une réclamation de l’égalité des deux sexes et une affirmation que les hommes et les femmes sont fondamentalement pareils et égaux. Mais dans la vie réelle, ils ne le sont pas, et selon Mary Wollstonecraft, dans l’état actuel des choses, les femmes ne méritent pas l’égalité à cause de leur comportement et de leurs mœurs. Elle déclare qu’elle a acquis la conviction profonde par ses lectures et ses observations que cette situation déplorable vient de « leur éducation négligée » et « d’un mauvais système d’éducation2 ». Ces deux thèmes vont être les fils conducteurs de son traité.

  • 3 Ibid., p. 45.

6Au début du premier chapitre de son discours, Mary Wollstonecraft indique les trois concepts qui, pour elle, sont les trois piliers de l’existence humaine, concepts qui nous distinguent des animaux. Ce sont la Raison, la Vertu et l’Expérience, mais le plus important est la Raison. C’est de l’exercice de la raison que découlent le savoir et la vertu3. À vrai dire son livre entier est un panégyrique de la raison. La raison n’est pas un domaine réservé exclusivement ni à l’homme ni à la femme. Elle appartient aux deux et doit être le principe de base de toute éducation donnée à un être humain. Pour citer ses propres paroles :

  • 4 Ibid., p. 74.

Il est absurde et tyrannique […] d’essayer d’éduquer des êtres moraux par d’autres règles que celles qu’on tire de la raison pure et qui s’appliquent à toute l’espèce4.

7Il est d’importance capitale de former les enfants de telle façon que, arrivés à l’âge adulte, ils soient capables de penser, de réfléchir et d’exercer un jugement indépendant.

8C’est une belle idée qui se retrouve à bien des reprises dans les textes du Siècle des Lumières. Mais Mary Wollstonecraft est probablement la première à appliquer ce principe aux filles et aux femmes et pas exclusivement aux garçons et aux hommes. Elle consacre des pages et des pages à une forte critique de l’éducation des jeunes filles en commençant par Thoughts on the Education of Daughters pour ensuite l’élaborer d’une manière plus définitive dans Défense des droits de la femme.

  • 5 Ibid., p. 60.

9Pour commencer, l’éducation féminine est caractérisée par sa superficialité. Les connaissances sont acquises par bribes et l’instruction n’est souvent que secondaire. Il est rare que les femmes « poursuivent une discipline avec persévérance pour développer les facultés et éclairer le jugement5. » Au lieu d’un entraînement intellectuel et de l’acquisition de connaissances solides, on se concentre sur les arts d’agréments comme la musique, la danse, le dessin, les bonnes manières, les questions de bienséance et, avant tout, l’art de plaire aux hommes. Écoutons les paroles de Mary Wollstonecraft :

  • 6 Ibid., p. 55-56.

On dit aux femmes dès leur enfance […] qu’une certaine fourberie, un tempérament docile, une obéissance apparente, et un soin scrupuleux à adopter un comportement puéril, tout cela leur vaudra la protection de l’homme ; et si elles possèdent en plus la beauté, tout le reste est inutile durant au moins vingt ans de leur vie6.

10Et elle continue d’une façon sans équivoque quant à son opinion personnelle :

  • 7 Ibid., p. 59.

Je condamne tout ce qui […] tend à discréditer une moitié de l’espèce humaine et à rendre les femmes séduisantes aux dépens de toutes les vraies vertus7.

11Rousseau est la bête noire de Mary Wollstonecraft dans la Défense des droits de la femme. Bien qu’elle accepte et admire la plupart des idées que Rousseau exprime dans Émile quand il s’agit de l’éducation d’Émile, elle rejette catégoriquement ce que Rousseau propose pour Sophie et fait une critique mordante de la femme idéale telle qu’il l’imagine – faible, passive, dépendante, formée pour être assujettie à l’homme. Elle réplique à Rousseau :

  • 8 Ibid., p. 112.

« Éduquez les femmes comme les hommes, » dit Rousseau, « et plus elles ressembleront à notre sexe, moins elles auront de pouvoir sur nous. » C’est exactement l’objectif que je vise. Je ne souhaite pas qu’elles aient dû pouvoir sur les hommes mais sur elles-mêmes8.

12Un aspect de l’éducation des filles où Mary Wollstonecraft est bien en avance sur son temps est l’importance qu’elle donne à l’activité physique. Les femmes des classes aisées exerçaient bien peu leur corps et leur mode de vie était sédentaire. Dès l’enfance, on apprenait aux petites filles à se tenir tranquille, à jouer calmement dans une pièce à la poupée. Mary Wollstonecraft trouve ce genre de comportement peu naturel et nuisible à la santé physique et morale. Elle souligne que, d’après ses observations, les filles sont aussi turbulentes que les garçons et que, par conséquent, il est naturel de laisser les petites filles et les petits garçons jouer ensemble. Elles grandiront plus saines et à l’âge adulte jouiront d’une bien meilleure santé. Aussi longtemps qu’on prise chez la femme la faiblesse physique, qu’on appelle la délicatesse, les femmes de bonne famille seront « littéralement parlant, esclaves de leur corps et se vanteront de cette sujétion. » Mais le fait le plus grave selon Mary Wollstonecraft est que « la dépendance physique engendre naturellement la dépendance intellectuelle » et elle déclare :

  • 9 Ibid., p. 86.

[…] j’affirmerai comme un fait indiscutable que la plupart des femmes que j’ai pu observer, qui se sont comportées de façon rationnelle, ou qui ont fait preuve d’une solide intelligence, se trouvaient avoir été élevées à la va-comme-je-te-pousse9.

13On ne pourrait guère s’exprimer d’une façon plus convaincante pour plaider en faveur d’un changement dans ce domaine de l’éducation des filles.

  • 10 Ibid., p. 197.
  • 11 Ibid.

14Après la critique de l’éducation des femmes dans son état actuel, Mary Wollstonecraft continue en proposant un système dont profiteront et les filles et les garçons. Tout le long de son traité, elle insiste sur le fait qu’on doit former des êtres humains rationnels et vertueux et que ces qualités s’appliquent également aux hommes et aux femmes et sont nécessaires pour les deux sexes. Leurs devoirs dans la société peuvent différer, mais pas leur humanité fondamentale. Elle est tout à fait conventionnelle quand elle constate que le rôle principal de la femme est d’être épouse et mère et que : « Les soins à donner aux enfants pendant leur tout jeune âge est l’un des grands devoirs qui incombe naturellement aux femmes10. » Mais pour élever les enfants correctement, une femme doit avoir « du bon sens » et « une indépendance d’esprit11 ». Les épouses dociles sont en général des mères stupides qui vouent à leurs enfants une affection animale et les gâtent par une indulgence déplacée, ou alors, elles négligent leurs enfants et laissent le soin de les élever aux domestiques. Une mère intelligente et rationnelle allaitera elle-même ses enfants, activité qui formera dès la naissance un lien entre la mère et son enfant, et ensuite lui portera une attention judicieuse en formant son caractère et en développant son intellect et sa raison très tôt dans sa vie. On n’exigera pas une obéissance aveugle ; au lieu de commander, on raisonnera et on apprendra aux enfants à se soumettre à la raison. Le tout sera tempéré par une manifestation constante d’affection. De beaux principes, mais qui présuppose une famille idéale.

  • 12 Ibid., p. 208-209.

15Mais arrivera un moment où l’éducation familiale ne suffira plus. Les parents ayant établi les fondements de la raison et de la vertu, il faut maintenant socialiser les enfants. Et cela ne peut se faire qu’en compagnie de leurs semblables, c’est-à-dire avec des enfants du même âge qui poursuivent les mêmes buts et avec qui ils pourront dire ce qu’ils pensent. Mary Wollstonecraft désapprouve fortement les écoles qui existaient en Angleterre à son époque ; les écoles pour les filles se concentraient sur des choses frivoles et les public schools pour les garçons étaient d’après ce qu’elle a observé à Eton (pourtant l’établissement le plus prestigieux), des foyers de méchanceté et de vice. Elle propose un système d’éducation nationale qui implique l’établissement des externats. Ainsi le lien des enfants avec leur foyer et leur famille sera étroitement maintenu, mais les écoles s’occuperont de la socialisation de l’enfant. Puis Mary Wollsstonecraft fait des propositions très concrètes. Un nombre suffisant de maîtres devrait être choisi par un comité de sélection, créé dans chaque paroisse. Ils seront payés par l’État, les libérant des caprices des parents. Mais toute plainte de négligence pourrait être adressée à ce comité à condition qu’elle soit signée par les parents de six enfants. L’école pour les plus jeunes, de 5 à 9 ans, sera gratuite et ouverte à toutes les classes sociales. Et, idée révolutionnaire pour l’époque, on éduquera les garçons et les filles ensemble jusqu’à la fin de l’école, voire la fin de l’adolescence. Tous les élèves porteront un uniforme et seront soumis à la même discipline. La salle de classe devra être entourée d’un large terrain où les enfants pourront faire utilement de l’exercice, car à cet âge il ne faut pas les confiner dans des occupations sédentaires pendant plus d’une heure d’affilée. Pendant ces périodes de détente, on pourrait leur enseigner la botanique, la mécanique et l’astronomie sous forme de divertissement. Le programme d’étude comportera la lecture, l’écriture, l’arithmétique et l’histoire naturelle. Des notions de religion, d’histoire et d’histoire de la politique pourraient être enseignées sous forme de dialogue, à la manière de Socrate. Mais ces domaines ne devraient jamais empiéter sur la gymnastique en plein air12.

  • 13 Ibid., p. 209.

16Après l’âge de neuf ans, on divisera les enfants des deux sexes, en deux groupes. Ceux qui sont destinés aux tâches domestiques ou aux métiers de la mécanique recevront une instruction surtout professionnelle dans d’autres écoles. Les élèves plus doués ou plus fortunés, recevront une éducation libérale qui comportera l’étude des langues mortes et vivantes, de l’histoire, de la politique, quelques notions de science et les belles-lettres13.

17Cette division peut sembler au premier abord refléter la hiérarchie des classes sociales de l’époque. Néanmoins, Mary Wollstonecraft emploie l’expression « les plus doués » ce qui laisse la porte ouverte à la possibilité que l’intelligence et non uniquement la fortune parentale puisse déterminer l’avenir d’un enfant. Et cette position était radicale.

  • 14 Ibid., p. 221.

18Deux matières que Mary Wollstonecraft voudrait voir comprises dans le programme des écoles publiques et qu’elle considère surtout importantes pour les femmes sont l’anatomie et la médecine. Comme ce sont traditionnellement les femmes qui soignent les gens malades au foyer ces connaissances du corps humain leur seront très utiles non seulement pour se garder elles-mêmes en bonne santé mais aussi pour « s’occuper sainement de leurs jeunes enfants, de leurs parents et de leur mari14 ».

  • 15 Ibid., p. 192.
  • 16 Ibid.

19La perspective la plus audacieuse de l’éducation des femmes proposée par Mary Wollstonecraft est sans doute lorsqu’elle réclame un entraînement professionnel méthodique après l’école pour celles qui le désirent. Évidemment, cela implique qu’on ouvre les professions et le marché du travail aux femmes. Elle veut que les femmes puissent devenir médecins et infirmières, diriger une ferme, tenir une boutique. Elles pourront ainsi « garder la tête haute à gagner leur vie par leur travail15 ». Ces propositions vont au-delà de simples considérations sur l’éducation. Le fondement de la notion de la libération de la femme s’y trouve. Le mariage ne sera plus le seul moyen pour une femme d’assurer son existence. Une femme pourra se marier par goût ou rester célibataire si c’est « sa tournure d’esprit », elle occupera une situation respectable et son existence matérielle sera assurée. Ces pages dans la Défense des droits de la femme sont au cœur même du traité de Mary Wollstonecraft et de sa revendication « qu’il faut reconnaître aux femmes une existence civique qu’elles soient mariées ou célibataires16 ». Mais pour que cela puisse se faire il faut d’abord éduquer les femmes selon les principes qu’elle a indiqués.

20La Défense des droits de la femme est un ouvrage écrit avec passion et ardeur. Il a été rédigé à la hâte (en six semaines) et cela se voit dans son organisation et son style. On ne peut nier que le livre est décousu ; il y a un manque de structure et beaucoup de répétitions. Les mêmes idées sont reprises plusieurs fois sans rien ajouter de neuf à l’argument principal. Et le style est souvent lourd. Tous les biographes, critiques et commentateurs de Mary Wollstonecraft sont d’accord sur ce point. Mais on ne peut nier la ferveur qui le pénètre et qui lui donne sa puissance.

  • 17 Ibid., p. 222.

21Mary Wollstonecraft est bien l’enfant de son siècle. Les concepts de base de son ouvrage se retrouvent dans les œuvres de la plupart des philosophes et des écrivains du Siècle des Lumières. Mais eux, ils ne disent pas l’être humain, ils disent l’homme, au masculin, comme dans la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ». L’originalité de Mary Wollstonecraft est d’étendre ces idées aux femmes, de les inclure dans une humanité générale ce qui amènera l’égalité des sexes. À la fin de son texte elle lance l’appel suivant : « […] faites des femmes des créatures rationnelles et des citoyennes libres, et elles deviendront rapidement de bonnes épouses et de bonnes mères, dans la mesure où les hommes ne négligeront pas leurs devoirs de mari et de père17. »

22Les idées de Mary Wollstonecraft sur l’instruction nationale, voire les externats co-éducationnels, séculiers, entretenus financièrement par la société, ouverts à tous sont à la fois utopiques et prophétiques. À son époque et bien plus tard on se moquait franchement de la notion de coéducation et de l’ouverture aux professions pour les femmes. Mais Mary Wollstonecraft a fini par avoir le dernier mot. Le système scolaire de nos jours, dans les pays d’Occident, ressemble de très près à celui qui a été proposé dans Défense des droits de la femme. Et dans l’histoire de la libération de la femme Mary Wollstonecraft reste pour toujours une des premières championnes du sexe féminin dans son effort de revaloriser la femme en transformant son comportement grâce à une éducation solide fondée sur la raison qui la rendra digne des mêmes droits et des mêmes privilèges que l’homme.

Notes

1 Le reste de la vie de Mary Wollstonecraft est plutôt dramatique. À Paris, elle fait connaissance de Gilbert Imlay, un Américain, avec qui elle a eu une liaison tumultueuse et dont elle tombe enceinte. Mais peu après la naissance de sa fille, elle est abandonnée par Imlay. De retour à Londres en septembre 1795 elle sombre dans une dépression et fait une tentative de suicide en se jetant dans la Tamise. Des bateliers dans les parages la sauvent des eaux et petit à petit, entourée d’amis du cercle de Johnson, elle surmonte cette crise et recommence à mener une vie sociale plus active. Elle renoue connaissance avec William Godwin, devenu célèbre grâce à son livre Political Justice, et l’épouse en 1797. Enceinte une deuxième fois, Mary Wollstonecraft donne naissance à une autre fille, nommée Mary comme sa mère. Mais quelques jours après l’accouchement la santé de Mary Wollstonecraft se détériore et elle meurt d’une septicémie. Sa fille épouse le poète Shelley et devient l’auteure bien connue de Frankenstein.

2 Mary Wollstonecraft, Défense des droits de la femme, trad. Marie-Françoise Cachin, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1974, p. 39. Voir à ce sujet : The Works of Mary Wollstonecraft, ed. Janet Todd et Marilyn Butler, London, Pickering, 1989, 7 vol., Thoughts on the education of daughters, vol. 4, A Vindication of the rights of woman, vol. 5. Je renvoie, par ailleurs, aux travaux suivants : Gordon L., Vindication : a life of Mary Wollstonecraft, New-York, Harper Collins, 2005, Kelly G., Revolutionary feminism : the mind and career of Mary Wollstonecraft, New-York, St. Martin’s Press, 1992, Richardson A., « Mary Wollstonecraft on education », The Cambridge companion to Mary Wollstonecraft, ed. Claudia L. Johnson, Cambridge, U.K., Cambridge University Press, 2002, p. 24-42.

3 Ibid., p. 45.

4 Ibid., p. 74.

5 Ibid., p. 60.

6 Ibid., p. 55-56.

7 Ibid., p. 59.

8 Ibid., p. 112.

9 Ibid., p. 86.

10 Ibid., p. 197.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 208-209.

13 Ibid., p. 209.

14 Ibid., p. 221.

15 Ibid., p. 192.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 222.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540