Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Quatrième partie. France et Europe : transferts culturels

Maria Edgeworth, éducatrice, et ses gouvernantes françaises

Gillian Dow

Texte intégral

1Maria Edgeworth (1768-1849) fut de son vivant une écrivaine extrêmement célèbre en Grande-Bretagne. Anglo-irlandaise, elle était contemporaine de Jane Austen (1775-1817) et de Mary Wollstonecraft (1759-1797). Ses romans comme Castle Rackrent (1800), Belinda (1801), Leonora (1806) Harrington (1817) étaient plus connus et lus en Angleterre au début du xixe siècle que ceux d’Austen. Ses écrits sur l’éducation tels que Practical Education (1798) et ses œuvres pour enfants telles que The Parent’s Assistant (1796) ont été plus célèbres que celles de Wollstonecraft. De même ses romans sur l’Irlande et les Irlandais ont inspiré Walter Scott pour ses écrits sur l’Écosse et les Écossais. Ce dernier a reconnu ouvertement cette influence, et l’appelait « The Great Maria », de même qu’il saluait en elle une femme d’affaires : Maria Edgeworth reçut en effet £ 2100 pour son roman Patronage (1814), soit le triple des 700 livres que Scott reçut pour Waverley (1814).

  • 1 Les romans de Maria Edgeworth ont bénéficié d’une nouvelle édition érudite : The Novels and Select (...)

2Dans cet article, je m’intéresse surtout à Maria Edgeworth en tant que femme éducatrice et non pas en tant que romancière. Inspirée par les éducatrices et les femmes lettrées françaises, elle entretenait, comme beaucoup de ses contemporaines britanniques, une relation ambiguë avec les femmes françaises en général. Il est bien connu que M. Edgeworth s’est inspirée de la femme française dans ses nouvelles Madame de Fleury (1806) et Émilie de Coulanges (1809) ainsi que dans son roman Leonora (1806), où elle répond en partie au Delphine de Mme de Staël1. En revanche, dans ses écrits sur l’éducation, et dans ses contes pour enfants, son rejet du personnage de la gouvernante française démarque un nationalisme que les Français eux-mêmes n’ont pas manqué d’observer dans leurs traductions de ses écrits pour enfants.

  • 2 Voir Marilyn Butler, Maria Edgeworth : A Literary Biography, Oxford, Clarendon Press, 1972, ainsi (...)

3Quelques lignes biographiques expliquent les raisons pour lesquelles cette femme conçut une passion pour l’éducation, et surtout l’éducation des filles. Maria Edgeworth est née le 1er janvier 1768, le troisième enfant et la fille aînée de Richard Lovell Edgeworth (1744-1817) et de la première de ses quatre femmes, Anna Maria Elers (1743-732). Petite, Maria Edgeworth voyait peu son père, car Richard Lovell Edgeworth a passé beaucoup de temps en France, occupé par ses projets d’ingénieur, et surtout par l’éducation de son fils aîné, Richard. Le père était même persuadé qu’il devrait essayer d’élever son fils aîné « à la Jean-Jacques », comme nous explique Marilyn Butler :

  • 3 Butler, Maria Edgeworth, op. cit., p. 37-38. « À partir de 1767, lorsque son fils eut trois ans, R (...)

From 1767, when his son was three, Richard Lovell conducted the experiment of bringing him up according to the ideas put forth by Rousseau in Émile. During the next five years the boy was not wearied with the dreary learning by rote which other children were subjected to, but instead was encouraged to observe, ask questions, and learn about the things around him3.

4Malheureusement, les expériences avec le petit Richard se soldèrent par un échec, et le fils aîné deviendra « wild and capricious ».

5C’est peut-être à cause de l’éducation de son frère à la maison, ainsi que de ses 21 demi-frères et sœurs, que Maria Edgeworth se dévoua à l’éducation des jeunes. Des 22 enfants (dont 19 étaient plus jeunes que Maria) seulement 5 furent envoyés à l’école ; les autres suivirent des cours à la maison, autour d’une grande table dans la bibliothèque. Les aînés s’occupaient des petits, les adultes surveillaient une méthode décrite par Mme de Genlis dans Adèle et Théodore.

  • 4 Voir Denise Yim, The Unpublished Correspondence of Mme de Genlis and Margaret Chinnery, and relate (...)

6Cette expérience éducative n’explique pas pourquoi Maria Edgeworth a publié ses ouvrages – beaucoup d’éducatrices britanniques de la même époque n’ont pas fait de même4. Marilyn Butler est allée jusqu’à suggérer que Maria Edgeworth a été poussée à écrire pour impressionner son père. Susan Manly constate qu’il est effectivement difficile de comprendre les écrits de M. Edgeworth si nous ne la situons pas dans le milieu intellectuel de son père. Fils des Lumières, Richard Lovell Edgeworth était passionné par la science et les inventions, il lisait les philosophes français – notamment Voltaire et Rousseau – ainsi que les Écossais tels que David Hume et Adam Smith. En 1792, il identifiait l’aristocratie comme étant l’ennemie de la liberté en Grande Bretagne. Richard Lovell Edgeworth était prorévolutionnaire, et proclame en 1795 :

  • 5 Richard Lovell Edgeworth to his sister, 13 December 1792, Richard Lovell Edgeworth to Erasmus Darw (...)

When peace permits if it ever will permit everybody who can speak French & who loves Freedom will go there5.

7Durant l’été 1782, quand toute la famille s’installa en Irlande, à Edgeworthstown, Maria devint l’assistante de son père et l’aida à gérer ses affaires. Elle partage ses lectures et sa philosophie.

8Néanmoins son premier ouvrage, Letters for Literary Ladies, est écrit sans que Richard Lovell Edgeworth le sache. Publié en 1795, il commence par une satire des hommes qui pensent que les femmes ne doivent pas avoir de goût pour les lettres, ni recevoir d’ailleurs une éducation qui les encourage à raisonner comme des hommes. Ce ne sont pas ses ancêtres britanniques – comme Mary Astell ou bien Lady Mary Wortley Montagu – qui sont cités en tant qu’exemple des femmes des lettres dans les Letters for Literary Ladies, mais leur contemporaine outre-Manche, Mme Dacier. Le premier gentleman se moque de son érudition :

  • 6 Letters for Literary Ladies, 1795. « Heureuse Mad[ame] Dacier ! Vous avez trouvé un mari à v (...)

Happy Mad. Dacier ! You found a husband suited to your taste ! You and Mons. Dacier, if D’Alembert tells the story rightly, once cooked a dish in concert, by a receipt which you found in Apicius and you both sat down and ate of your learned ragout till you were both like to die6.

9Le deuxième gentleman, quoiqu’il ait plus de patience pour les femmes de lettres, avoue : « I have as little taste for Mad. Dacier’s learned ragout as you can have, my dear sir ». Ce sont les femmes françaises qui sont dénoncées comme de mauvais exemples pour les Britanniques.

  • 7 Voir Gillian Dow, « The good sense of the readers has encouraged the translation of the whole : le (...)

10En fait, pour les femmes écrivaines britanniques, dont la majorité était issue des classes moyennes, il était important que les filles de ces classes moyennes bénéficient de leur propre méthode d’éducation. Un tel ouvrage manquait à l’éducation britannique. Quoique Locke ait publié son Some Thoughts Concerning Education en 1693, les Britanniques de la fin du dix-huitième siècle recouraient surtout aux méthodes de Rousseau et de Mme de Genlis (en traduction). La nouvelle méthode britannique allait paraître en 1798 sous le titre Practical Education, écrite par Maria Edgeworth et son père. Dans la préface, les Edgeworth insistent sur le fait qu’ils n’ont aucun système à défendre, et par conséquent, qu’ils ne veulent pas attaquer les théories des autres. Le titre Practical Education a été choisi pour souligner qu’ils se sont uniquement appuyés sur leur pratique et sur leurs expériences. De plus, dans l’ouvrage, l’accent est mis sur le rôle des femmes dans l’éducation des enfants. Ces deux caractéristiques relient les Edgeworth à la théorie de Mme de Genlis. En fait, Maria Edgeworth connaissait bien Adèle et Théodore : son premier travail, qui n’a jamais été publié, était une traduction de cet ouvrage7.

11Mais qui a écrit quoi dans Practical Education ? Les Edgeworth avouent que la plus grosse partie du travail a été réalisée par Maria :

  • 8 Voir The Novels and Selected Works of Maria Edgeworth, volume 11, Practical Education, ed. Susan M(...)

When a book appears under the name of two authors it is natural to inquire what share belongs to each of them. All that relates to the art of teaching to read in the chapter on Tasks, the chapters on Grammar and Classical Literature, Geography, Chronology, Arithmetic, Geometry and Mechanics were written by Mr Edgeworth, and the rest of the book by Miss Edgeworth. She was encouraged and enabled to write upon this important subject, by having for many years before her eyes the conduct of a judicious mother in the education of a large family8.

12Tout au long de Practical Education, on trouve des commentaires sur le système de Rousseau et en particulier sur ses idées du rôle des femmes dans la société. Le caractère pratique des méthodes de Mme de Genlis comparé à celles de Rousseau est admiré. Par exemple, Edgeworth loue les aides à l’enseignement de l’histoire utilisées par cette dernière :

  • 9 Practical Education, p. 244. « Dans l’Adèle et Théodore de Mme de Sillery, de surprenante ai (...)

In the Adele and Theodore of Madame de Sillery a number of adventitious helps are described for teaching history and chronology. There can be no doubt that these are useful ; and although such an apparatus cannot be procured by private families, fortunately the print-shops of every provincial town, and of the capital in particular, furnish even to the passenger a continual succession of instruction. Might not prints assorted for the purposes which we have mentioned be lent at circulating libraries9 ?

13Un passage d’Adèle et Théodore, où Théodore est en train d’apprendre une leçon importante, est cité avec admiration dans Practical Education :

  • 10 Practical Education, p. 131. « Madame de Genlis, dans son Adèle et Théodore, donne à Théodor (...)

Madame de Genlis, in her Adele and Théodore, gives Théodore, when he is about seven years old, a box of sugar-plums to take care of, to teach him to command his passions. Théodore produces the untouched treasure to his mother, from time to time, with great self-complacency. We think this a good practical lesson10.

14Edgeworth met l’accent sur comprendre les enfants pour les éduquer. Par exemple, un enfant qui fait des caprices n’est pas naturellement méchant, mais plutôt ennuyé.

  • 11 « Il casse [ses jouets] non par amour de la bêtise, mais par haine de l’ennui […]. Tout cela est p (...)

He breaks [his toys] not from the love of mischief but from the hatred of idleness […] All this is perfectly innocent : and it is a pity that his love of knowledge and his spirit of activity should be repressed by the undistinguishing correction of a nursery maid, or the unceasing reproof of a French governess11.

15Nous voyons là le premier reproche dirigé vers les « gouvernantes françaises », qui sera développé plus tard, dans un chapitre intitulé : « On female accomplishments, Masters, and governesses ». Edgeworth raconte l’histoire d’un Anglais à Lyon, qui rencontre une danseuse à la recherche d’un poste de gouvernante pour jeunes filles. Voyant que l’Anglais n’est pas convaincu, elle lui demande pourquoi :

  • 12 Practical Education, p. 293-294. « “Est-ce que vous doutez de mes capacités ? Ne parlé-je pa (...)

[…] “do you doubt my capability ? Do I not speak good Parisian French ? Have I any provincial accent ? I will undertake to teach the language grammatically. And for music and dancing, without vanity, may I not pretend to teach them to any young person ?” The lady’s excellence in all these particulars was unquestionable. She was beyond dispute a highly accomplished woman. Pressed by her forcible interrogatories, the gentleman was compelled to hint, that an English mother of a family might be inconveniently inquisitive about the private history of a person who was to educate her daughters. “Oh” said the lady, “I can change my name ; and at my age nobody will make further enquiries12”.

16Il est suggéré qu’une danseuse française, même à la retraite, n’est pas capable d’inculquer de bonnes mœurs à des filles britanniques. Edgeworth est surtout très sceptique sur la mode des « accomplishments » pour les jeunes filles – loin d’une éducation utile qui permettra à une jeune fille de raisonner, mais consistant en une série d’arts d’agrément qui permettront de briller en public :

  • 13 Practical Education, p. 299. « Chaque jeune demoiselle (et aujourd’hui chaque fille est une (...)

Every young lady (and every young woman is now a young lady) has some pretensions to accomplishments. She draws a little ; or she plays a little ; or she speaks French a little. […] Stop at any good inn on the London roads, and you will probably find that the landlady’s daughter can shew you some of her own framed drawings, can play a tune upon her spinet, or support a dialogue in French of a reasonable length, in the customary questions and answers13.

17C’est la mode que les filles britanniques parlent un bon français, avec un accent parisien. Edgeworth rejette cette pratique dans ses contes pour enfants. Elle a essayé de démontrer, en décriant les gouvernantes françaises, que rien ne vaut les bons soins d’une bonne mère britannique.

  • 14 Elle se trouve maintenant dans The Novels and Selected Works of Maria Edgeworth, volume 12, Elizab (...)
  • 15 Frances Anne Edgeworth, A Memoir of Maria Edgeworth, with a selection from her letters, London, Jo (...)
  • 16 Voir introduction, Whim for Whim, p. 279. « La pièce fut ensuite envoyée à Sheridan, mais rejetée  (...)

18Whim for Whim, la seule pièce d’Edgeworth, écrite en novembre/décembre 1798, est resté non publiée jusqu’en 200314. Dans son mémoire15 publié en 1867, sur Maria Edgeworth, Frances Anne Edgeworth, explique que « The piece was afterwards sent to Sheridan, but rejected : the subject was not considered of sufficient interest or comic enough for the stage16. » Comme les éditeurs de la pièce l’expliquent, la raison pour laquelle Sheridan a refusé la pièce est sûrement politique :

  • 17 Voir introduction, Whim for Whim, p. 279. « La pièce dévoile la subversion politique à Londres, et (...)

“The piece” acts out political subversion in London, based on real episodes involving not only the French Queen but an identifiable group in high society, which was also the parliamentary opposition ; in real life, if not in the play, it included the heir to the throne, the Prince of Wales17.

  • 18 Voir introduction, Whim for Whim, p. 283-285.
  • 19 Whim for Whim, p. 349. « Ces enfants me gâchent la vie – je voudrais ne pas avoir d’enfants  (...)

19Dans les « épisodes » en question, il s’agit d’une version des événements qui concernaient la reine Marie-Antoinette – l’affaire du collier en 178518. La vilaine Mademoiselle Fanfarlouche (la comtesse Jeanne de la Motte) se déguise en gouvernante pour essayer de voler les diamants d’une mère de famille, Mrs Fangles. Cette Mrs Fangles est plus intéressée par les livres sur les systèmes d’éducation que par la pratique de l’éducation. Elle va même jusqu’à dire : « These children are the plagues of my life – I wish I had no children ! – Nay not so neither – for then I could not so conveniently try my new course of experiments in Education19. » Comme parler aux enfants et répondre à leurs questions n’est pas une priorité pour Mrs Fangles, Mademoiselle Fanfarlouche en profite et néglige ainsi l’éducation des enfants à sa charge :

  • 20 Whim for Whim, p. 330. « (Entrent Christina et Hellidorus, en courant.)
    Chris (à Mademoiselle). – E (...)

(Enter Christina and Hellidorus running.)
Chris (to Madselle). – Can you tell me what this plant is called ?
Helle. – Can you tell me the name of this grass ?
Mad. – Ask your master of botany – Ask your master of botany – and don’t trouble me wid foolish questions – It is a weed, it is a grass dat’s enough Go – Go (pushes them away).
Helle – Come Chrysse she knows nothing20.

20Les enfants de Mrs Fangles sont les plus intelligents de tous les personnages de cette pièce, car eux au moins sont capables de raisonner. Ils savent qu’ils ne savent rien – et que leur gouvernante n’en sait pas plus !

21Notre deuxième gouvernante française apparaît dans un conte pour enfants, écrit au début des années 1790, intitulé Mademoiselle Panache. Dans ce conte, Mrs Temple est une mère raisonnable qui a éduqué ses deux filles, Emma et Helen, avec soin. Elle est devenue leur confidente ainsi que leur perceptrice. Comme pratiquement toutes les bonnes mères littéraires au dix-huitième siècle, elle s’est retirée de la ville, et a seulement un petit cercle d’amies. Un jour, Lady S*** arrive dans cette campagne anglaise, après avoir passé un certain temps à l’étranger. Elle a une fille, Lady Augusta, qui a le même âge qu’Helen. Helen est impressionnée par cette jeune fille, quoiqu’elle ne puisse pas expliquer pourquoi quand sa mère lui demande. Elle dit, vaguement :

I am sure Lady Augusta is very accomplished at least. Do you know, ma’am, she has a French governess ?

22Sa mère se moque d’elle :

  • 21 Mademoiselle Panache, dans The Parent’s Assistant Volume 1, 1796. « Je suis certaine que Lad (...)

Why undoubtedly Lady Augusta’s having a French governess [is] incontrovertible proof of the excellence of her education21.

23Mrs Temple est donc réticente sur les avantages d’une gouvernante française. Néanmoins, quelques jours plus tard, elle amène ses filles dîner chez Lady S***, où elles rencontrent Mademoiselle Panache pour la première fois :

  • 22 Helen, semble-t-il, s’était fait une idée sublime des gouvernantes françaises ; et quand elle entr (...)

Helen, it seems, had conceived a very sublime idea of a French governess ; and when she first came into the room, she looked up to Mademoiselle Panache with a mixture of awe and admiration. […] The conversation […] turned upon France, and French Literature : Mrs. Temple said she was going to purchase some French books for her daughters, and very politely begged to know what authors Mademoiselle would particularly recommend. “vat auteurs ! You do me much honour, madame – Vat auteurs ! Why, Mesdemoiselles, there’s Telemaque and Belisaire.” Helen and Emma had read Telemaque and Belisaire, so Mademoiselle was obliged to think again […]. But the result of all her recollection was still “Belisaire” and “Telemaque” and an Abbé’s book, whose name she could not remember […] Helen could scarcely forbear smiling, so much was her awe and admiration of a French governess abated22.

24En fait, il apparaît plus tard dans le conte, quand elle aide les jeunes filles à s’habiller, que Mademoiselle n’est pas gouvernante, ni par profession, ni par éducation :

  • 23 « “À quatre épingles !” se répéta Helen pour elle-même. “Assurément”, pensa Emma, “c’est une expre (...)

Mais tenez, toujours comme ça ; ressouvenez-vous bien, Mademoiselle – Ah bon ! vous voilà mise à quatre épingles !
“À quatre épingles !” repeated Helen to herself. “Surely,” thought Emma, “that is a vulgar expression ; Mademoiselle is not as elegant in her taste for language as for dress23.”

25Elle est, comme la jeune fille devine, chapelière. Son manque de lecture est ainsi expliqué par son manque d’éducation : elle ne lit que des romans, quoiqu’elle interdise à son élève de faire de même. À la fin du conte, Helen est guérie de son attirance pour les gouvernantes françaises :

  • 24 « “Mais”, dit Emma, “je pense que Mademoiselle Panache, d’après tout ce que j’ai vu d’elle, est re (...)

“But indeed,” said Emma, “I do think Mademoiselle Panache, from all I saw of her, is to blame for many of Lady Augusta’s defects.”
“For all of them, I’ll answer for it,” said Helen ; “I would not have a French governess for the world […]”
“That was too general an expression, Helen, said Mrs Temple and it is neither wise nor just to judge of any set of people by an individual, whether that individual be good or bad. – All French governesses are not like Mademoiselle Panache.” Helen corrected her expression and said, “Well, I mean I would not for the world have such a governess as Mademoiselle Panache24 !”

26Malgré les raisonnements de Mrs Temple, le lecteur termine sa lecture avec une impression très négative des gouvernantes françaises.

  • 25 « “Elle a été éduquée par une gouvernante française vulgaire, ridicule et vaniteuse ! […] mais cec (...)

27Néanmoins, Maria Edgeworth semblait être attachée à sa création, Mademoiselle Panache, car elle a écrit une « suite » – Mademoiselle Panache – second part, publié dans ses Moral Tales for Young People en 1801. Ce petit conte revisite les deux jeunes filles – Helen Temple et Lady Augusta – elles ont maintenant à peu près 16 ans, et pensent au mariage. Mr Montague, aimé par les deux filles, est, au début, attiré par la beauté et l’élégance de Lady Augusta. Il reconnaît quand même que « She has been educated by a vulgar, silly, conceited French governess ! [] but that is her misfortune, not her fault. She is very young, and a man of sense might make of her what he pleased25. »

28Malheureusement pour Lady Augusta, Mr Montague découvre que son choix de lecture n’est pas ce qu’une jeune Britannique modeste aurait dû élire :

  • 26 « Il vit un des pires livres de la langue française ; un livre que l’on n’aurait jamais dû trouver (...)

He saw one of the very worst books in the French language ; a book which never could have been found in the possession of any woman of delicacy – of decency. Her lover stood for some minutes in silent amazement, disgust, and, we may add, terror26.

29Augusta essaye de nier le fait qu’elle ait lu ce livre monstrueux, non identifié dans le texte :

  • 27 « “Je peux vous assurer”, dit Lady Augusta, “que je ne sais pas ce que ce livre contient, je ne l’ (...)

“I can assure you”, said her ladyship, “I don’t know what’s in this book ; I never opened it ; I got it this morning at the circulating library at Cheltenham : I put it into my pocket in a hurry – pray what is it ?”
“If you have not opened it”, said Mr Mountague, laying his hand upon the book ;
“I may hope that you never will – but this is the’second’volume.”
“May be so”, said Lady Augusta ; “I suppose, in my hurry, I mistook –”
“She never had the first, I can promise you”, cried mademoiselle.
“Never”, said Lady Augusta.
[…] the truth is, I have de first volume. “Mon Dieu !” I have not committed murder – do not look so shock – what signify what I read at my age ?”
“But Lady Augusta, your pupil !” said Mr Mountague.
“I tell you she has never read one word of it ; and, after all, is she child now ? When she was, Miladi S*** was very particular, and I, of consequence and of course, in de choice of her books ; but now,’oder affaire’, she is at liberty, and my maxim is –’Tout est saint aux saints27’.”

30Pour conclure Augusta s’enfuit avec Mr Dashwood – un très mauvais choix pour une fille noble – Lady S*** fini par comprendre que son choix de gouvernante a nui au bonheur futur de sa fille :

  • 28 « “Une mauvais éducation !” s’exclama Lady S***, avec une voix mêlée de colère et de tristesse. “Q (...)

“A bad education !” exclaimed Lady S***, with a voice of mingled anger and sorrow. “Leave the room, mademoiselle ; leave my house. How could I choose such a governess for my daughter ! Yet, indeed”, added her ladyship, turning to Mrs. Temple, “she was well recommended to me, and how could I foresee all this28 ?”

31Pour que ses lecteurs comprennent bien, nous avons quelques lignes de Maria Edgeworth qui servent à nous expliquer la leçon à apprendre par cœur :

  • 29 « À cet appel, en un pareil moment, aucune réponse n’était possible : il est cruel de montrer les (...)

To such an appeal, at such a time, there was no reply to be made : it is cruel to point out errors to those who feel that they are irreparable ; but it is benevolent to point them out to others, who have yet their choice to make29.

32Maria Edgeworth a peut-être eu mauvaise conscience de ne peindre que des méchantes gouvernantes françaises. Elle écrit dans une lettre à sa meilleure amie, Sophie Ruxton :

  • 30 Letter from Maria Edgeworth to Sophy Ruxton, oct. 1797. « J’ai une grande envie de peindre un port (...)

I have a great desire to draw a picture of an anti-Mademoiselle Panache, a well-informed, well-bred French governess, an emigrant30.

33Ce personnage, Madame de Rosier, apparaîtra dans un conte intitulé The Good French Governess :

  • 31 « Madame de Rosier […] possédait le pouvoir de maintenir son rang, honorablement, par son propre t (...)

Mad. de Rosier […] possessed the power of maintaining herself honourably by her own exertions. Her character and her abilities being well known, she easily procured recommendations as a preceptress. Many ladies anxiously desired to engage such a governess for their children, but Mrs. Harcourt had the good fortune to obtain the preference31.

34On remarquera en lisant la citation que cette gouvernante n’en est pas vraiment une : c’est une femme mariée, mère de famille elle-même, qui va travailler avec Mrs Harcourt pour éduquer ses quatre enfants. Les Demoiselles Fanfarlouche et Panache ont une influence nocive sur les enfants ; Madame Rosier, par contre, est un exemple de la femme d’esprit francaise qui a inspiré Edgeworth dans Madame de Fleury et Émilie de Coulanges.

35Est-ce que les écrits de Maria Edgeworth sur l’éducation et pour les enfants ont été lus en France, et si oui, qu’ont pensé les Français de sa représentation des gouvernantes ? Ce qui est certain, c’est qu’ils ignoraient l’existence de Mademoiselle Panache, car la pièce est restée inédite. Il ne semble pas non plus qu’il y ait eu des traductions de ses contes Mademoiselle Panache ni The Good French Governess. Mme de Genlis, elle-même, éducatrice et écrivaine de contes pour enfants n’a pas lu les œuvres de Maria Edgeworth, croit-on. Quoique cette dernière ait été influencée par Mme de Genlis dans ses écrits sur l’éducation, il semble que Mme de Genlis n’ait pas lu Practical Education. Maria Edgeworth en a été déçue : dans une lettre datée du 19 mars 1803, elle raconte sa visite dans l’appartement de l’Arsenal :

  • 32 Maria Edgeworth to Mary Sneyd, 19 March 1803. « Je pourrais être prévenue, ou être gênée par le fa (...)

I might be prejudiced or mortified by Mme de Genlis’assuring that she had never seen anything I had written except Belinda – that she had heard of Practical Education – […] heard it much praised but had never seen it32.

  • 33 Louise Swanton-Belloc, Les Jeunes industriels faisant suite à L’Education familière par Miss Edgew (...)

36Voici pour la plus célèbre éducatrice française de l’époque. Il reste à citer Louise Swanton-Belloc dans sa traduction Les Jeunes industriels faisant suite à l’éducation familière par Miss Edgeworth33. Maria Edgeworth connaissait cette jeune traductrice, et admirait son travail, car elle arrivait même à traduire les jeux de mots :

  • 34 « Ceux qu’il était impossible de traduire littéralement, elle leur trouvait des équivalences ; par (...)

Some which it was impossible to translate literally she has most ingeniously translated by equivalents ; for instance : Ma-jest-y – what is Majesty without its externals ? – by the word R-o-I, a cipher, zero34.

37Dans la préface pour Les Jeunes industriels, Belloc demande :

Mais que signifie une théorie en éducation ? C’est la pratique qui nous manque. Tout le monde est à peu près d’accord sur le point où il faut arriver, la route seule est incertaine ; chacun veut s’en frayer une, au lieu de s’en fier au temps et à l’instinct.

38Et là, elle trouve beaucoup à admirer dans les écrits de Maria Edgeworth, disant que chacun de ses Contes populaires relate une bonne action. D’autant plus que L. Belloc considère qu’il n’y a pas un seul ouvrage qu’on puisse lire sans avoir envie de devenir meilleur.

On lui a quelquefois reproché de marcher trop droit à son but, de ne pas oublier assez l’intention morale de son livre ; mais, à mon avis, c’est une des plus estimables qualités de son talent, que cette préoccupation du bien qui ne lui permet pas de le perdre de vue […] Cette droiture d’intention, si rare chez les écrivains, place Miss Edgeworth au premier rang parmi les moralistes. […] C’est ainsi que dans ses écrits pour les enfants, elle veut être comprise et non point admirée. Son langage est clair, simple, positif. Elle n’évite point les répétitions : elle les multiplie quand il le faut, au risque de perdre de l’élégance du style. On sent qu’elle n’a jamais hésité entre le petit amour-propre de briller, et le noble désir d’être utile. Aussi a-t-elle acquis en Angleterre, et en France, parmi tous ceux qui voient plus avant que la surface, une de ces réputations qui placent si haut, parce qu’elles sont le résultat d’une vie toute d’honneur et de conscience. Un jeune Anglais me disait un jour : « Comment ne l’aimerions-nous pas, elle nous a tous élevés ! » Ces mots touchants peignent bien l’immense et salutaire influence que ses écrits ont exercée sur les générations contemporaines.

39Mais même ce défenseur d’Edgeworth remarque son « patriotisme » :

Le seul reproche qu’on puisse adresser à l’ouvrage, et qui n’en est certes pas un pour l’auteur, est peut-être d’exciter à l’anglomanie, et de placer la Grande-Bretagne trop au-dessus des autres nations. On ne pouvait attendre moins du patriotisme de Miss Edgeworth ; mais son respect pour la justice l’a préservée des exagérations dans lesquelles sont tombés quelques-uns de ses compatriotes, qui, prodigues à insulter les étrangers, ont cru s’élever en abaissant les autres peuples. Les louanges chantées à toute action généreuse, à tout noble effort, ne s’adressent-elles pas, d’ailleurs, à l’humanité tout entière ?

40Ce qui est certain, c’est qu’en traçant l’évolution de la figure de la gouvernante française dans les œuvres de Edgeworth nous pouvons comprendre un peu plus l’influence de l’éducation française en Angleterre, et le rejet de cette dernière alors que le dix-neuvième siècle avance.

Notes

1 Les romans de Maria Edgeworth ont bénéficié d’une nouvelle édition érudite : The Novels and Selected Works of Maria Edgeworth, 12 volumes, London : Pickering and Chatto, 1999-2003.

2 Voir Marilyn Butler, Maria Edgeworth : A Literary Biography, Oxford, Clarendon Press, 1972, ainsi que la biographie écrite par Susan Manly sur le site-web de Chawton House Library – www. chawton.org

3 Butler, Maria Edgeworth, op. cit., p. 37-38. « À partir de 1767, lorsque son fils eut trois ans, Richard Lovell s’est expérimenté à l’élever selon les idées de Rousseau décrites dans Émile. Pendant les cinq années suivantes, le garçon n’était pas fatigué par l’apprentissage par cœur que les autres enfants avaient subi, mais à la place il fut encouragé à observer, à poser des questions et à apprendre par les choses qui l’entouraient. »

4 Voir Denise Yim, The Unpublished Correspondence of Mme de Genlis and Margaret Chinnery, and related documents in the Chinnery Family Papers, Oxford, Voltaire Foundation, 2003. Quoique éducatrice, Margaret Chinnery n’a rien publié et s’est contentée de voir dans ses jumeaux son plus bel ouvrage.

5 Richard Lovell Edgeworth to his sister, 13 December 1792, Richard Lovell Edgeworth to Erasmus Darwin, 2 March 1795. Cité dans Butler, p. 111, 112. « Quand la paix le permettra, si jamais elle le permet, tous ceux qui parlent français et qui aiment la liberté iront là-bas. »

6 Letters for Literary Ladies, 1795. « Heureuse Mad[ame] Dacier ! Vous avez trouvé un mari à votre goût ! Vous et Mons[ieur] Dacier, si l’on en croit d’Alembert, aviez ensemble préparé un plat, d’après une recette trouvée chez Apicius, et vous avez mangé votre ragoût, jusqu’à en mourir. ».

7 Voir Gillian Dow, « The good sense of the readers has encouraged the translation of the whole : les traductions anglaises des œuvres de Mme de Genlis dans les années 1780 », in La Traduction des genres non-romanesque au xviiie siècle, Annie Cointre et Annie Rivara (éd.), Metz, Centre d’études sur la Traduction, 2003, p. 285-297.

8 Voir The Novels and Selected Works of Maria Edgeworth, volume 11, Practical Education, ed. Susan Manly, p. ix-x. « Lorsqu’une œuvre est publiée sous le nom de deux auteurs il est raisonnable de se demander qui a écrit quoi. Tout ce qui traite de l’apprentissage de la lecture dans le chapitre sur les Tâches, les chapitres sur la Grammaire, la Littérature antique, la Géographie, la Chronologie, l’Arithmétique, la Géométrie, et la Mécanique ont été écrits par M. Edgeworth, et le reste du livre par Mademoiselle Edgeworth. Elle fut encouragée et autorisée à écrire sur ce sujet important par l’exemple qu’elle avait devant ses yeux – la judicieuse conduite d’une mère éduquant une famille nombreuse. »

9 Practical Education, p. 244. « Dans l’Adèle et Théodore de Mme de Sillery, de surprenante aides pratiques sont décrites pour enseigner l’histoire et la chronologie. Sans aucun doute elles sont utiles ; et quoiqu’elles ne puissent pas être facilement obtenues par des familles, les magasins d’estampes de chaque ville de province, et surtout de la capitale, fournissent heureusement de l’instruction, même aux gens de passage. Ne pourrait-on pas envisager de louer des dessins utiles dans des cabinets de lecture ? »

10 Practical Education, p. 131. « Madame de Genlis, dans son Adèle et Théodore, donne à Théodore, lorsqu’il a sept ans, une boîte de bonbons dont il doit prendre soin, et pour qu’il apprenne ainsi à maîtriser ses passions. Théodore montre le trésor à sa mère de temps en temps, avec beaucoup de contentement. Nous pensons que c’est une bonne leçon pratique. »

11 « Il casse [ses jouets] non par amour de la bêtise, mais par haine de l’ennui […]. Tout cela est parfaitement innocent : et il est bien dommage que son amour d’apprendre et son esprit actif soient écrasés par une bonne sévère, ou la critique incessante d’une gouvernante française. »

12 Practical Education, p. 293-294. « “Est-ce que vous doutez de mes capacités ? Ne parlé-je pas un bon français bien parisien ? Est-ce que j’ai un accent de province ? Je m’engage à enseigner la langue grammaticalement. Et pour ce qui est de la musique et de la danse, sans orgueil, ne puis-je prétendre à enseigner ces arts à n’importe quelle jeune personne ? » Les compétences de cette femme dans tous ces arts étaient incontestables. C’était, sans le moindre doute, une femme hautement accomplie. Poussé par ses questions, le gentilhomme fut forcé de suggérer qu’une mère anglaise pourrait poser des questions gênantes sur la vie privée de la personne qui éduquera ses filles. “Oh,” dit la femme, “je peux changer de nom ; et à mon âge, personne n’ira chercher plus avant.” »

13 Practical Education, p. 299. « Chaque jeune demoiselle (et aujourd’hui chaque fille est une jeune demoiselle) peut prétendre à être accomplie. Elle dessine un peu ; elle joue un peu de musique ; elle parle un peu le français […]. Si vous vous arrêtez à n’importe quelle auberge sur la route de Londres, vous découvrirez probablement que la fille de l’hôtelière peut vous montrer ses dessins encadrés, jouer un air sur l’épinette, ou bien converser en français pendant assez longtemps, avec les questions et réponses que l’on est en droit d’attendre. »

14 Elle se trouve maintenant dans The Novels and Selected Works of Maria Edgeworth, volume 12, Elizabeth Eger, Clíona O Gallchoir et Marilyn Butler (éd.), London, Pickering & Chatto, 2003, p. 299-384.

15 Frances Anne Edgeworth, A Memoir of Maria Edgeworth, with a selection from her letters, London, Joseph Masters and son, 1867.

16 Voir introduction, Whim for Whim, p. 279. « La pièce fut ensuite envoyée à Sheridan, mais rejetée : le sujet n’avait pas assez d’intérêt, ou n’était pas assez comique pour la scène. »

17 Voir introduction, Whim for Whim, p. 279. « La pièce dévoile la subversion politique à Londres, et se fonde sur des histoires vraies, incluant non seulement la reine française, mais aussi un groupe identifiable de la haute bourgeoisie, faisant partie de l’opposition parlementaire ; dans la vraie vie, contrairement à la pièce, ce groupe comprenait aussi l’héritier du trône, le Prince du pays de Galles. »

18 Voir introduction, Whim for Whim, p. 283-285.

19 Whim for Whim, p. 349. « Ces enfants me gâchent la vie – je voudrais ne pas avoir d’enfants ! – Non, ce n’est pas vrai – car sans enfants je ne pourrais pas essayer mes projets d’éducation. »

20 Whim for Whim, p. 330. « (Entrent Christina et Hellidorus, en courant.)
Chris (à Mademoiselle). – Est-ce que vous pouvez me dire ce que c’est comme plante ?
Helle. – Pouvez-vous me donner le nom de cette herbe ?
Mademoiselle. – Demandez à votre prof de botanique – Et ne me dérangez pas avec vos stupides questions – C’est une mauvaise herbe, c’est une herbe, c’est tout – Allez, Allez. (Elle les repousse.)
Helle. – Viens Chrysse, elle ne connaît rien. »

21 Mademoiselle Panache, dans The Parent’s Assistant Volume 1, 1796. « Je suis certaine que Lady Augusta est très accomplie. Savez-vous, madame, qu’elle a une gouvernante française ? » « Sans doute, le fait que Lady Augusta ait une gouvernante française est la preuve incontestable d’une excellente éducation. »

22 Helen, semble-t-il, s’était fait une idée sublime des gouvernantes françaises ; et quand elle entra dans la pièce, elle regarda Mademoiselle Panache avec un mélange de crainte et admiration […] La conversation […] s’orienta sur la France et la littérature française : Madame Temple disait qu’elle allait acheter des livres en français pour ses filles, et très poliment demanda quels auteurs étaient particulièrement recommandés par Mademoiselle. « Quels auteurs ! Vous me faites beaucoup d’honneur madame – Quels auteurs ! Eh bien, Mesdemoiselles, il y a Télémaque et Bélisaire. »
Helen et Emma ayant déjà lu Télémaque et Bélisaire, Mademoiselle dut réfléchir encore […] mais le résultat de ses souvenirs était encore “Bélisaire” et “Télémaque”, et le livre d’un Abbé, dont elle ne pouvait se souvenir le nom […]. Helen ne pouvait pas s’empêcher de sourire, tant son admiration et son respect pour une gouvernante française décrurent. »

23 « “À quatre épingles !” se répéta Helen pour elle-même. “Assurément”, pensa Emma, “c’est une expression bien vulgaire. Mademoiselle n’est pas aussi élégante dans ses goûts pour la langue que dans ses goûts pour la mode.” »

24 « “Mais”, dit Emma, “je pense que Mademoiselle Panache, d’après tout ce que j’ai vu d’elle, est responsable de beaucoup de défauts de Lady Augusta.” “Pour tous ces défauts, j’en suis persuadée”, dit Helen ; “Pour rien au monde je n’aurai une gouvernante française”.
“C’est une appréciation trop générale, Helen”, dit Madame Temple, “et il est ni sage, ni raisonnable de juger un ensemble de gens sur la base d’un individu, que cet individu soit bon ou mauvais. Toutes les gouvernantes françaises ne sont pas comme Mademoiselle Panache.” Helen corrigea son expression et dit : “Eh bien, je veux dire que je n’aurai pour rien au monde une gouvernante comme Mademoiselle Panache”. »

25 « “Elle a été éduquée par une gouvernante française vulgaire, ridicule et vaniteuse ! […] mais ceci est sa malchance, et non pas sa faute. Elle est très jeune, un homme intelligent pourrait en faire ce qu’il veut”. »

26 « Il vit un des pires livres de la langue française ; un livre que l’on n’aurait jamais dû trouver dans les mains d’une femme délicate et décente. Son amant resta silencieux pendant quelques minutes, dégoûté, et, nous pouvons même ajouter, terrorisé. »

27 « “Je peux vous assurer”, dit Lady Augusta, “que je ne sais pas ce que ce livre contient, je ne l’ai jamais ouvert. Je l’ai pris ce matin au cabinet de lecture Cheltenham ; je l’ai mis dans ma poche en vitesse – dites-moi ce qu’il contient, je vous prie ?” “Si vous ne l’avez pas ouvert” dit Mr Mountague, en posant sa main sur le livre, “je peux espérer que vous le ferez jamais. Mais ceci est le ‘deuxième’ volume. “Peut-être que oui” dit Lady Augusta ; “j’imagine, que dans ma précipitation, j’ai confondu” “Elle n’a jamais lu le premier, je vous promets”, cria mademoiselle. “Jamais” dit Lady Augusta. […] La vérité, c’est que j’ai lu premier volume.’Mon Dieu !’je n’ai pas commis un meurtre – il ne faut pas être si choqué – peu importe ce que je lis à mon âge ?” “Mais Lady Augusta, votre élève !” dit Mr. Mountague. “Je vous dis qu’elle n’a jamais lu un mot de ce livre ; et, après tout, est-elle encore un enfant ? Quand elle l’était, Miladi S*** faisait très attention, et donc moi aussi, bien évidemment, à son choix de livres ; mais maintenant, c’est’une autre affaire’, elle est libre, et ma maxime est’Tout est saint aux saints’. »

28 « “Une mauvais éducation !” s’exclama Lady S***, avec une voix mêlée de colère et de tristesse. “Quittez la pièce, mademoiselle ; quittez ma maison. Comment aurais-je pu choisir une pareille gouvernante pour ma fille ! Néanmoins”, ajouta Lady S***, en se tournant vers Mrs. Temple, “elle m’était recommandée, et comment aurais-je pu prévoir tout cette histoire ?” »

29 « À cet appel, en un pareil moment, aucune réponse n’était possible : il est cruel de montrer les erreurs à ceux qui estiment qu’elles sont irréparables ; mais c’est être bienveillant que de les expliquer à ceux qui ont encore leur choix à faire. »

30 Letter from Maria Edgeworth to Sophy Ruxton, oct. 1797. « J’ai une grande envie de peindre un portrait d’une anti-Mademoiselle Panache, une émigrée bien éduquée et bien élevée. »

31 « Madame de Rosier […] possédait le pouvoir de maintenir son rang, honorablement, par son propre travail. Son caractère et ses talents étant bien connus, elle eut facilement des recommandations en tant que préceptrice. Beaucoup de femmes eurent le désir pressant de l’engager comme gouvernante pour leurs filles, mais c’est Mrs. Harcourt qui eut la bonne fortune d’obtenir cette préférence. »

32 Maria Edgeworth to Mary Sneyd, 19 March 1803. « Je pourrais être prévenue, ou être gênée par le fait que Mme de Genlis m’a dit n’avoir rien lu de mes écrits à part Belinda – et qu’elle avait entendu parler de Practical Education – […] elle a entendu beaucoup de bien à son sujet, mais ne l’avait jamais lu. »

33 Louise Swanton-Belloc, Les Jeunes industriels faisant suite à L’Education familière par Miss Edgeworth, traduit de l’anglais, avec de nombreuses additions, par Mesdames L. SW.-Belloc et AD. Montgolfier, Première série, Tome 1, Paris, Jules Renouard et Cie, Libraire-éditeur, 1843.

34 « Ceux qu’il était impossible de traduire littéralement, elle leur trouvait des équivalences ; par exemple : Ma-jest-y – qu’est-ce que la Majesté sans ses apparences ? – pour le mot R-o-I, un chiffre, zéro. » Maria Edgeworth to Rachel Lazarus, 22 March 1827, cité par Margaret Lesser, « Early French Translations of Edgeworth, Gaskell, Brontë and Eliot », in Identity and Cultural Translation : Writing across the Borders of Englishness, Ana Gabriela Macedo et Margarida Esteves Pereira (éd.), Bern, Peter Lang, 2006, p. 112.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540