Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Troisième partie. Éducation noble et bourgeoise : la question du public

Les dames de Saint-Louis, maîtresses des demoiselles de Saint-Cyr

Dominique Picco

Texte intégral

  • 1 Castel de Saint-Pierre, Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, 1738-1740, p. 270.
  • 2 Mme du Hausset, Mémoires sur Louis XV et Madame de Pompadour, Paris, Mercure de France, 1988, p. 5 (...)
  • 3 Mme Campan, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1988, p. 26.
  • 4 Mme Campan, De l’éducation, Paris, Beaudouin, 1824, tome I, chapitre IV.

1Au siècle des Lumières, l’éducation conventuelle a mauvaise réputation. Pour Castel de Saint-Pierre, à leur sortie, « les jeunes filles sont ignorantes des choses les plus communes et les plus importantes » et ont « peu d’usage de raisonner […] peu d’habitude à la politesse, à la douceur, à l’indulgence, à la patience, à la discrétion et aux manières vraies, gracieuses et prévenantes1 ». Saint-Cyr n’échappe pas à la critique. Selon Mme du Hausset, pour Louis XV, ces Demoiselles sont des « bégueules […], Mme de Maintenon s’est bien trompée avec d’excellentes intentions. Ces filles sont élevées de manière qu’il faudrait de toutes en faire des dames du palais ; sans quoi elles sont malheureuses et impertinentes2 ». Sans doute, cette prévention explique-t-elle que Mesdames, ses filles, aient été envoyées à Fontevraud. Mme Campan, leur lectrice à partir de 1768, est plus nuancée. Ses écrits mêlent admiration pour une « utile institution », un « bel établissement3 » qui « eut été plus convenable » pour des princesses que des « religieuses de province » et critiques : « Le système d’éducation donné par la fondatrice, et religieusement maintenu par les dames de Saint-Cyr, finit par trop vieillir dans l’enceinte de cette maison, et par se trouver trop loin de l’éducation donnée dans le monde4. »

  • 5 Sur un peu plus d’un siècle, la maison accueillit 3155 Demoiselles. Voir D. Picco, Les Demoiselles (...)

2Créée par Louis XIV en 1686, sur les instances de Mme de Maintenon, la Maison royale de Saint-Louis, installée non loin de Versailles, est réservée aux filles de la vieille noblesse désargentée. Elle répond aux préoccupations politiques du monarque et à la passion de Mme de Maintenon pour l’éducation. Même s’ils sont peu venus à Saint-Cyr, Louis XV et Louis XVI n’ont jamais remis en cause son existence ; ils ont même fait entreprendre des travaux pour assainir les bâtiments dégradés par l’humidité. Jusqu’à sa fermeture par la Convention en 1793, ce pensionnat accueille, aux alentours de dix ans, des fillettes sélectionnées avec soin5. Bien logées, bien nourries, elles reçoivent, aux frais de l’État, une éducation complète alliant tradition et originalité. Au terme de leur séjour, âgées de vingt ans, dotées de 3 000 livres, elles se marient ou entrent au couvent, retournant souvent dans leur province, porteuses des valeurs et des savoirs transmis par leurs institutrices, les dames de Saint-Louis.

  • 6 B. Neveu, « Du culte de Saint Louis à la glorification de Louis XIV : la Maison royale de Saint-Cy (...)

3Étudier ces maîtresses conduit à dessiner le portrait d’un groupe homogène dont les activités enseignantes sont connues surtout par des écrits normatifs et théoriques. Peu de sources laissent entrevoir les réalités des pratiques éducatives de ces femmes. L’homogénéité des enseignantes, la continuité des pratiques pédagogiques ont-elles contribué à construire la réputation, au siècle des Lumières, de Saint-Cyr conservatoire du Grand siècle6 ?

Portrait de groupe avec dames

Statut et fonctions des dames

  • 7 L’esprit de l’institut des filles de Saint Louis, Paris, J. Anisson, 1699, p. 3.
  • 8 Mémoires de ce qui s’est passé de plus remarquable dans l’établissement de notre maison de (...)
  • 9 Ibid., chapitre VIII.
  • 10 Mme de Brinon, la première supérieure trop encline aux mondanités est écartée dès 1688. Les représ (...)
  • 11 Lors de la fondation, Louis XIV a rattaché à Saint-Cyr les biens de la manse abbatiale de Saint De (...)
  • 12 Certaines prononcent des vœux simples, d’autres des vœux solennels mais sans le quatrième. S’y ajo (...)

4« Il n’y a point de communauté semblable à la vôtre7 » dit volontiers Mme de Maintenon aux dames. Louis XIV ne souhaite en effet « ni un couvent, ni rien qui le sentit8 ». À cette fin, il établit une compagnie de trente-six dames – assistées de converses – prononçant des vœux simples, comme les Filles de la Charité, les Filles de la Croix ou les dames de Saint-Maur. Placées sous l’autorité de l’évêque de Chartres, elles ne sont pas astreintes à la clôture : Saint-Cyr n’est donc pas une communauté régulière. Le monarque a d’ailleurs souhaité que leur costume se démarque du vêtement monastique tout en restant « fort grave, fort noble et fort modeste9 ». Mais des événements internes à la maison10 ou liés aux relations entre Louis XIV et la papauté11 ne permettent pas le maintien des structures initiales. Après l’installation des prêtres de Saint Lazare, hommes simples et rigoureux, l’institution est rattachée, à l’automne 1692, à l’ordre de Saint Augustin. Presque toutes les dames accomplissent un nouveau noviciat, avant de prononcer des vœux solennels : elles connaissent une transformation similaire à celle des ursulines et des visitandines au début du xviie siècle. Désormais, la maison comprend, jusqu’à sa suppression, quatre-vingts dames et converses. Pour moitié, ce sont des professes prononçant quatre vœux solennels – pauvreté, chasteté, obéissance et éducation des Demoiselles – les engageant pour leur vie entière. Religieuses de chœur, elles sont astreintes à chanter l’office divin et ont voix au chapitre. Elles ne revêtent l’habit monastique qu’en 1707 lorsque Louis XIV finit par s’y résoudre. À leurs côtés, des converses, sans aucune compétence pédagogique, sont chargées du service de la communauté12.

5Les dames doivent œuvrer en priorité à l’éducation des fillettes :

  • 13 Règlements généraux de la Maison royale de Saint Louis, 1695, BNF, Ms. fr. 14446, p. 31.

Comme l’éducation des Demoiselles est la fin particulière de l’institut des religieuses de Saint-Louis, elles comprendront que c’est à cela que se doivent rapporter tous leurs emplois et s’il se peut dire toutes les actions de leur vie : qu’elles sont obligées de quitter toutes les autres fonctions plutôt que de négliger cette éducation dont elles sont si étroitement et si indispensablement chargées13.

  • 14 Il existe quatre classes : rouge (7 à 10 ans), verte (11 à 14 ans), jaune (15 à 16 ans) et bleue ( (...)
  • 15 Supérieure, assistante, dépositaire, maîtresse générale des classes et des novices.
  • 16 Maîtresse du chœur, économe, secrétaire, portière, etc.
  • 17 Madeleine de Glapion (1674-1729), élue en 1716, réélue en 1720 et 1729.

6Parmi elles, les enseignantes sont une quinzaine : une première maîtresse par classe14 assistée par deux ou trois adjointes, souvent des novices. À leurs côtés, deux ou trois Demoiselles au ruban noir, les meilleures parmi les plus âgées. Ce corps enseignant est soumis à l’autorité de la maîtresse générale des classes, élue par le chapitre. Celle-ci a également la charge des élèves à l’extérieur des classes et des relations avec les familles. Au moment de la fermeture de l’institution en 1793, Henriette de Crécy doit, par exemple, veiller au retour des Demoiselles dans leur famille. Comme dans toutes les communautés, d’autres occupent des charges non enseignantes, électives15 ou à la nomination de la supérieure16. Ces fonctions étant limitées dans le temps, rares sont celles qui, à un moment ou à un autre, n’ont pas été maîtresses. Les supérieures, comme Madeleine de Glapion, ont souvent occupé la fonction de maîtresse générale avant d’être élues à la charge suprême17.

7L’admission au noviciat résulte d’une élection du chapitre suivi d’un examen de l’évêque et du supérieur spirituel ; il permet d’évaluer les connaissances, mais surtout un profil défini par Mme de Maintenon :

  • 18 Cité dans T. Lavallée, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr (1686-1793), Paris, Furne, 1853, (...)

[…] une fille humble, intérieure, obéissante, sera plus propre aux Demoiselles qu’une autre qui serait savante dans toutes les bienséances du monde : les talents sont moins nécessaires à Saint-Cyr que la vertu18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Il faut ajouter quatre décès en cours de noviciat, quatre noviciats interrompus par la fermeture d (...)

8Si, au moment du recrutement, les qualités morales et religieuses sont privilégiées, le noviciat permet de renforcer l’instruction des futures maîtresses dans tous les domaines enseignés aux élèves. La fondatrice, très sensible à l’expression écrite et orale, accorde une large place à la pratique : les novices séjournent aux infirmeries pour acquérir des rudiments de médecine et de chirurgie et assistent les maîtresses des classes, accomplissant ainsi de véritables stages. Au terme de leur noviciat, toutes ne prononcent pas leurs vœux à Saint-Cyr : « L’on ne devait recevoir à la profession aucune fille qui n’eût une inclination particulière pour les classes et qui ne s’y portât avec une grande ardeur19. » Sur les cent trente-trois noviciats attestés, dix sont suivis d’une prise de voile dans d’autres communautés religieuses dont trois au carmel et autant chez les ursulines20.

Les premières dames

  • 21 Ibid. À compléter avec le Registre des décès du personnel de la maison, ADY, 4E2416.

9Entre 1686 et 1692, trente femmes, nées entre 1652 et 1673, prononcent des vœux simples, en moyenne à 21 ans21. La plupart étaient déjà élèves ou religieuses à Noisy, mais Mme de Maintenon a conscience des limites de ce vivier :

  • 22 Lettre du 10 octobre 1685. Citée dans J. Prévôt, La première institutrice de France. Mme (...)

[…] je compte bien à l’avenir ne recevoir que des filles élevées à Noisy, mais il en faut d’autres présentement ; toutes celles que nous avons ne sont que des enfants qui, de longtemps ne pourront gouverner22.

10Moins des trois-quarts des origines géographiques de ces premières dames sont connus : quatre sont nées au sud de la Loire, mais les plus nombreuses viennent de Paris, d’Île-de-France, de Normandie, de Bourgogne ou de Picardie. Leur recrutement coïncide avec celui des premières élèves. Les archives sont peu loquaces sur leurs familles : quelques pères écuyer ou chevalier, d’autres mieux identifiés comme le père de Catherine du Pérou, garde de la manche du Roi.

  • 23 Suzanne d’Haussy, Geneviève de Montfort, Marie Anne de Loubert. Cette dernière avait succédé à Mme(...)
  • 24 Marie Marthe de Tourps, sous-maîtresse des novices, Silvine de la Maisonfort, cousine de Mme Guyon (...)
  • 25 Catherine Travers du Pérou (1666-1748).
  • 26 Née à Paris en 1670, petite fille d’un maître de camp d’infanterie et d’un conseiller du roi, elle (...)

11Avec la transformation en communauté régulière, trois refusent les vœux perpétuels et quittent la maison23 ; les troubles liés au quiétisme entraînent le encore le départ de trois24, mais la majorité demeure et pour longtemps, la dernière ne s’éteignant qu’en 174825. Nombre d’entre elles ont accédé aux grandes charges : trois maîtresses générales et six supérieures, dont Catherine Travers du Pérou, huit fois élue jusqu’en 1748, soit pendant presque un quart de siècle. Cette première génération a donc durablement marqué l’institution, d’autant plus que dix de ces dames ont été rejointes par des sœurs cadettes ou des parentes. Louise de Sailly de Berval26, maîtresse générale des classes à la fin du siècle puis dépositaire, est suivie de Catherine née en 1680. Reçue à Saint-Cyr en 1689, cette dernière y prend le voile et meurt en 1749, onze ans après son aînée.

Presque toutes d’anciennes Demoiselles

  • 27 Constitution de la Maison de Saint Louis établie à Saint-Cyr, Paris, J. Anisson, 1700.
  • 28 Élue en mai 1712, Marie de la Poype de Vertrieu est réélue trois ans plus tard et meurt en charge (...)

121694 marque un tournant dans le statut des dames, les nouveaux règlements imposant que toutes soient d’anciennes Demoiselles27. Sur les cent dix professions postérieures, cent une sont dans ce cas. Le faible recrutement externe comprend une supérieure28, des natives de la France septentrionale dont six ont été rejointes par une ou plusieurs parentes.

  • 29 L’âge moyen au décès passe de 31,8 ans en 1696/1705 à 72,4 ans entre 1786/92. Voir D. Picco, « Viv (...)
  • 30 Il ne semble pas cependant que les maîtresses des classes aient été plus âgées, car ce sont des po (...)
  • 31 Lettre à Mme de Berval, 1697. Citée dans J. Prévot, op. cit., p. 137.

13Les dames sorties des rangs des Demoiselles sont nées entre 1664 et 1771 dont 50 % avant 1715 ; une petite moitié est entrée à Saint-Cyr sous Louis XIV, cinquante-trois de 1715 à 1774 et trois sous Louis XVI. Elles commencent un noviciat à 20 ans en moyenne et prononcent leurs vœux deux ans plus tard. Après une décennie riche en professions, liée à l’ouverture récente, le rythme oscille entre cinq et dix par an, en fonction des décès. Sur l’ensemble du siècle, avec un âge moyen au décès de 57 ans, ces dames ont une longévité typique de populations protégées par leurs conditions de vie et vivent de plus en plus longtemps29. Le renouvellement des dames est donc de plus en plus lent, tandis que leur moyenne d’âge augmente30. Ce vieillissement, Mme de Maintenon en eut conscience très tôt : « Il est vrai [que les Demoiselles] seront toujours jeunes et que vous, vous deviendrez vieilles31. »

  • 32 L’étude des origines sociales et géographiques des dames et des Demoiselles s’appuie sur les preuv (...)

14Socialement, il n’existe guère de différence entre ces dames et leurs élèves32. Les règlements exigent quatre degrés de noblesse : 15 % correspondent à ce profil minimal, toutes les autres en annoncent plus. Cent quarante ans d’appartenance au second ordre sont requis ; Gabrielle (1697-1782) et Angélique de Mornay Montchevreuil (1700-1776), nièces du gouverneur du duc du Maine en attestent jusqu’à cinq cents !

  • 33 Seules les fonctions de vingt-six grands-pères maternels sont connues.

15Dans 80 % des cas, la place du père dans la hiérarchie nobiliaire est connue et le rattache, en grande majorité, à une noblesse « moyenne » : seuls 7 % sont titrés, soit une proportion identique à l’ensemble des élèves. Presque tous les pères dont l’activité est connue ont servi dans l’armée, comme capitaine ou lieutenant, mais dans une proportion moindre que parmi les élèves ; les officiers généraux sont bien plus nombreux. Pour deux tiers d’entre eux, le corps de rattachement est spécifié : la moitié a appartenu à la garde rapprochée du roi et à la cavalerie, soit les armes les plus prestigieuses ; en y ajoutant les capitaines de vaisseaux, on atteint les deux tiers. De là, et malgré la faiblesse de l’échantillon, surgit une hypothèse : les carrières militaires plus brillantes des pères des dames seraient-elles le signe de leur recrutement au sein des familles les plus en vue ? Certaines alliances matrimoniales33 contractées par ces hommes vont dans le même sens : ils épousent des filles d’officiers généraux, de nobles titrés, de gentilshommes ordinaires de la chambre, de parlementaires ou d’officiers, tel ce président des trésoriers de France à Amiens, grand-père maternel de Jeanne Françoise de Boufflers (1682-1751), maîtresse des rouges au début du xviiie siècle et supérieure de 1735 à 1741.

16Géographiquement, les Dames sont encore plus normandes que les Demoiselles, 25 % contre 15 % chez les élèves. Auvergne et Bourgogne ont un poids bien plus important, alors que celui de l’Île-de-France et du Poitou est moindre. Les provinces méridionales, qui ne pèsent guère dans le recrutement total (13 %) sont encore plus effacées. Ces distorsions s’expliquent à la fois par un décalage chronologique – les marges du royaume envoient tardivement des fillettes à Saint-Cyr, or la moitié des dames sont nées avant 1715 – mais également par le poids des parentés et des clientèles. En effet, deux sur trois sont insérées dans des réseaux familiaux : près de la moitié a été rejointe par une ou plusieurs sœurs ou demi-sœurs, d’autres sont entourées de cousines, de nièces et autres parentes plus lointaines, marque d’un vigoureux népotisme. Ainsi en est-il du « clan » auvergnat des Bosredon : Anne Claire (1693-1780) admise en 1704, prend le voile en 1713 ; trois de ses sœurs la rejoignent, dont Jeanne (1702-1775) professe, elle aussi. D’une longévité exceptionnelle, elles œuvrent pour leur famille : jusqu’en 1780, deux nièces – dont Catherine, dame jusqu’à la fermeture – une petite-nièce et cinq cousines sont reçues à Saint-Cyr.

17Après 1767, on ne compte plus aucune Dame qui n’ait été demoiselle et cela fait déjà vingt ans que la supérieure est une ancienne élève. Dans la seconde moitié du siècle, l’autorecrutement des enseignantes est complet ; le poids des réseaux est considérable tant au niveau de l’entrée des fillettes que du choix des dames. Saint-Cyr paraît donc replié sur lui-même : condition idéale pour perpétuer une éducation dont les bases ont été jetées au Grand siècle ?

L’éducation délivrée par les maîtresses

18L’historien ne dispose d’aucun plan d’étude et doit donc se contenter de textes normatifs – Constitutions, règlements – et des multiples écrits de Mme de Maintenon pour cerner cette éducation. Ceux-ci renseignent sur les objectifs, les contenus et les méthodes théoriques à mettre en pratique par les éducatrices. Reste à découvrir quelle fut la réalité des classes et de la formation reçue.

L’idéal à atteindre : objectifs, contenus et méthodes

  • 34 Propos attribués au père de la Chaize par T. Lavallée, op. cit., p. 40.
  • 35 Avis aux maîtresses des classes, 1686. Cité dans J. Prévot, op. cit., p. 84.
  • 36 Lettre à Mme de Fontaines, 1691. Cité dans J. Prévot, op. cit., p. 104.
  • 37 Conversations sur les inconvénients du mariage, dans Mme de Maintenon, Conseils et instruc (...)
  • 38 Soit avoir le sens de l’économie. Divers avis aux maîtresses des classes, 1702. Cité dans J. Prévo (...)
  • 39 Titre d’un Proverbe de Mme de Maintenon, cité dans J. Prévot, op. cit., p. 238-245.
  • 40 Lettre à Mme de Berval, 1699. Citée dans J. Prévot, op. cit., p. 146

19Le premier objectif des dames n’a rien d’original : l’éducation des filles est à la mode depuis la Renaissance et le reste au siècle des Lumières. Qu’il s’agisse d’enraciner la foi dans les familles, ou de préparer la société future voulue par les hommes des Lumières, les femmes ont un rôle essentiel à jouer comme premières enseignantes des nouvelles générations. Cette éducation répond également à des objectifs spécifiques. Pour Louis XIV, il s’agit de fidéliser une noblesse « moyenne » aux fortes attaches provinciales et de faire passer des messages religieux, moraux et politiques à l’ensemble du corps social. Par l’intermédiaire de ces femmes, le souverain veut pérenniser son image et rallier les générations à venir aux principes monarchiques. Largement politique, la finalité de Saint-Cyr rend impératif de préparer les élèves à leur vie future. Dès la création, Louis XIV a prévu de quoi doter chaque demoiselle à sa sortie. Mariage ou cloître, des deux états, le premier a sa préférence car « l’objet de la fondation [est] de donner à l’État des femmes bien élevées. Il y a assez de bonnes religieuses et pas assez de bonnes mères de famille34 ». Mme de Maintenon encourage les éducatrices à « disposer [les élèves] à remplir saintement les différents états où il plaira à la providence de les appeler35 », soit à en faire de « bonnes religieuses » ou de « bonnes femmes36 », car « une mauvaise religieuse n’est pas plus heureuse qu’une femme mariée37 ». Face à l’éventualité du mariage, il faut leur donner une formation « ménagère38 » car « les femmes font et défont les maisons39 » et leur apprendre à diriger leur domesticité. Il s’agit donc bien de préparer leur avenir, sans les leurrer sur leur position sociale : « Accoutumez-les à toutes sortes de fatigues ; elles sont pauvres et apparemment elles le seront toujours40. »

20En 1696, Mme de Maintenon résume ainsi les contenus de l’enseignement :

  • 41 Instruction, 1696. Citée dans J. Prévôt, op. cit., p. 135.

[…] apprenez à vos Demoiselles à être extrêmement sobres sur la lecture, à lui préférer toujours l’ouvrage des mains, les soins du ménage, les devoirs de leur état. […] Vos Demoiselles ont infiniment plus besoin d’apprendre à se conduire chrétiennement dans le monde et à bien gouverner leur famille avec sagesse, que de faire les savantes et les héroïnes ; les femmes ne savent jamais qu’à demi, et le peu qu’elles savent les rend communément fières, dédaigneuses, causeuses et dégoûtées des choses solides41.

  • 42 Constitutions…, op. cit.
  • 43 Mme de Maintenon, Entretien sur l’éducation des filles, Paris, Charpentier, 1854, p. 12.
  • 44 Mémoires de Manseau, intendant de la maison royale de Saint-Cyr, Versailles, L. Bernard, 1 (...)
  • 45 Constitutions, op. cit. Elles sont aidées, en ce domaine, par les prêtres lazaristes.
  • 46 Entretien, 1699. Cité dans Prévot J., op. cit., p. 150.

21En priorité, les dames doivent leur faire « connaître Dieu et la religion, [et] l’aimer par-dessus toutes choses42 », et rendre leur piété « solide, droite et simple43 » par le respect de « tous les devoirs de la piété chrétienne44 » : tout excès est ici proscrit. À elles de « leur enseigner le catéchisme fort simplement en leur montrant la vérité des mystères et la morale de l’Évangile. Il leur faut inspirer une grande horreur du vice et un grand amour pour la vertu45 ». Sur les traces de Fénelon, cette formation s’appuie dès l’âge de dix ans sur l’histoire sainte qui rend les dogmes plus accessibles. La formation morale est sexuellement très marquée : les élèves doivent acquérir les « vertus convenables à leur sexe46 », piété, vertu, modestie et soumission : femmes, elles devront obéir toute leur vie, à leur père, leur époux, ou leur supérieure.

  • 47 Instruction, 1696. Cité dans Prévot J., op. cit., p. 135.
  • 48 Rapport d’une visite de Mme de Maintenon à la classe bleue, 1685. Citée dans J. P(...)
  • 49 Ibid.
  • 50 Manceau, Mémoires, op. cit., p. 60.
  • 51 Mme de Maintenon, Entretien sur., op. cit., p. 342.
  • 52 Instruction sur les lectures profanes, 1696. Citée dans J. Prévot, op. cit., p. 136. Sur l (...)
  • 53 Histoire de la Maison royale de Saint-Cyr par Mme d’Eperville, BNF, Nelle Acq. fr (...)
  • 54 Voir A. Piéjus, « La musique des Demoiselles », Les Demoiselles de Saint-Cyr, Maison royale d’éduc (...)
  • 55 Entretien, 1700. Cité dans J. Prévot, op. cit., p. 154.

22S’il n’est pas question de former des femmes savantes, les maîtresses ne négligent pas pour autant les contenus intellectuels. Elles apprennent aux fillettes à lire en français et en latin, tout en proscrivant certains livres dont « […] les romans, parce qu’ils ne parlent que de vices et de passions47 ». L’écriture comprend calligraphie, orthographe et acquisition d’un « style simple, naturel et sans tour48 ». Leur faire parler un « bon Français49 » sous-entend d’« ôter le patois des provinces50 » et de « leur apprendre à bien prononcer51 », ce qui passe par le théâtre de Racine mais aussi par les Conversations de la marquise. Elles commencent le calcul par le jet puis abordent opérations et conversions monétaires. L’histoire est enseignée dès la classe verte pour répondre aux exigences de la noblesse et des conversations de salon ; en effet, « il est juste de connaître les princes de sa nation, pour ne pas brouiller la suite de nos rois et leurs personnes avec les princes des autres empires, dont il convient aussi qu’elles aient une légère connaissance52 ». Histoire sainte et antique puis, pour les grandes, moderne et nationale exalte la monarchie absolue et s’accompagne de géographie pour situer les événements. Cette matière apporte aussi un savoir étendu sur la France dans l’optique des Mémoires pour l’instruction du duc de Bourgogne. S’y ajoute la musique : les petites déchiffrent les partitions, « on apprend à chanter à celles qui ont de la voix53 » et, partir de quinze ans, les plus douées pratiquent un instrument, violon ou viole54. Le « travail » – broderie ou tapisserie – est exalté par la fondatrice. « Rien n’est plus nécessaire aux personnes de notre sexe que d’aimer le travail : il calme les passions, il occupe l’esprit, et ne lui laisse pas le loisir de penser au mal, il fait même passer le temps agréablement55 » mais peut aussi être nécessaire aux familles les plus modestes.

  • 56 Manseau, Mémoires, op. cit., p. 282.

23Non seulement la nourriture est abondante, le dispositif de santé impressionnant mais les institutrices n’oublient pas l’éducation du corps : l’apprentissage des règles d’hygiène est constant. Chaque matin, après la toilette, les dents et les vêtements sont inspectés par les maîtresses qui surveillent aussi que les fillettes se lavent les mains et se rincent la bouche, à l’entrée et à la sortie du réfectoire. Elles leur apprennent « à se tenir de bonne grâce56 » à l’aide d’un corset changé régulièrement et de la pratique de la danse. Selon la marquise, du maintien de leur corps dépend leur avenir :

  • 57 Lettre à Mme du Pérou, 1696. Citée dans J. Prévot, p. 132.

[…] je traite le soin de leur taille d’un endroit important, parce que si elles deviennent bossues, elles ne trouvent personne qui les veuille, n’ayant pas d’ailleurs une fortune qui fasse passer par-dessus la difformité57.

  • 58 Mme de Maintenon, L’esprit des filles de Saint Louis, Paris, Renouard, 1808, p. 63.
  • 59 Mme de Maintenon, Entretien sur…, op. cit., p. 269.
  • 60 Manceau, Mémoires, op. cit., p. 281.

24Les dames « ne sont pas seulement engagées à instruire les Demoiselles, mais à les élever, ce qui comprend tous les soins des mères envers leurs enfants58 » : affection et attention portées à chacune doivent les guider en tout. Certaines méthodes n’ont rien d’original : placées sous la surveillance constante d’une maîtresse, les fillettes sont occupées sans cesse, changent souvent d’activité ; seuls les « jours de récréation » viennent briser un rythme immuable. Plus moderne est la volonté que les enseignantes adaptent leur pédagogie car « la manière d’instruire les rouges est différente de celle qui convient aux bleues59 ». À cette fin, dans chaque classe, les élèves sont divisées en bandes de dix, selon leurs capacités. Les maîtresses manient le cours ex cathedra, le jeu, l’image et le travail par table. Pour leur apprendre progressivement – « il faut leur dire peu de choses à la fois, afin qu’elles retiennent plus facilement60 » – elles usent de douceur, de persuasion, encouragent l’entraide mais aussi l’émulation par des récompenses. Les punitions sont graduelles, légères et rarement corporelles ; elles ne doivent ni faire souffrir, ni humilier mais former.

25La plupart des contenus et des pratiques suggérés aux dames à l’époque de Mme de Maintenon correspond aux conceptions du temps et coexiste avec quelques originalités : les méthodes individualisées, le souci de donner à ces femmes les outils pour participer à la sociabilité de leur milieu, la dimension politique de certains contenus et la volonté d’exhaustivité d’une éducation sexuellement et socialement marquée.

Réalités et résultats de cette éducation

26L’appréhension par l’historien des enseignements dispensés dans une institution scolaire passe par des objets, des outils pédagogiques – comme des cartes – et par des témoignages d’utilisateurs. Or, à Saint-Cyr, ces sources sont maigres.

  • 61 Ibid., p. 247.
  • 62 Inventaire général des meubles trouvés à Saint-Cyr en 1686, ADY, D111, fol. 328.
  • 63 Voir H. Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles. L’exemple de la Maison Royale de Saint Louis de (...)
  • 64 ADY, D sup. 1 à 261.
  • 65 Voir, par exemple, F. Girard, « Le système éducatif à Saint-Cyr », Catalogue de l’exposition., op. (...)

27Au moment de l’installation, en 1686, Manceau ne dit mot de l’achat de livres ou de fournitures scolaires, ne consacrant que quelques lignes à la pièce à usage de bibliothèque61. Le premier inventaire fait état de 300 livres religieux pour les dames, de plus de 200 pour les classes – dont 60 alphabets – mais d’aucun matériel pédagogique62. Au moment de la fermeture, on dénombre plus de 6 000 ouvrages, pour environ 1 300 titres. En un siècle, les acquisitions ont donc été nombreuses pour un budget annuel moyen de 457 livres63. La répartition thématique des titres est inégale : théologie et ouvrages de piété dominent, suivis par l’histoire. La bibliothèque des dames correspond à un fonds classique de congrégation où le religieux l’emporte nettement sur les sciences, arts et belles lettres. Dans les classes, la place moindre du livre pieux va de pair avec une plus grande diversité thématique. Cette composition reflète à la fois la dualité de cette maison – communauté religieuse traditionnelle et maison d’éducation – et la diversité des thèmes abordés par les dames dans leur enseignement. Le fonds des Cahiers de géographie contient des cartes murales et des plus petites64. Vingt portefeuilles regroupent deux séries de six cahiers contenant carte et textes d’accompagnement ; sur la couverture, numéros de bande et de leçon laissent augurer d’une progression et de travaux de groupe. La politique d’acquisition repérée pour les livres se retrouve pour les cartes : seules deux d’entre elles sont antérieures à 1686, des factures attestent des achats postérieurs. Ce qui infirme à nouveau le poncif largement répandu au xviiie siècle – et aux siècles suivants – d’un enseignement figé dans la transmission des savoirs du Grand siècle65.

  • 66 Mémoire de ce qui s’observe dans la royale Maison de Saint Louis [à Saint-Cyr] fondée par (...)
  • 67 Lettre à George Montagu, 17 septembre 1769, Lettres d’Horace Walpole écrites à ses amis pe (...)

28La maison a produit nombre de Mémoires, tous centrés sur l’apologie de l’institution pendant la période où elle vécut dans l’orbite de la Cour et ne s’intéressant guère aux enseignantes, aux contenus et aux élèves. Un Mémoire, rédigé vers 1750, n’en est que plus exceptionnel : il donne l’emploi du temps des classes et précise même que « quarante [bleues] possèdent assez bien l’histoire des quatre premiers siècles de l’Église et poursuivent incessamment cette étude. Toutes savent un abrégé de l’histoire de France66 ». D’une visite de quelques heures à Saint-Cyr, en 1769, est née une lettre d’Horace Walpole67. Il a été « frappé de la simplicité et de la propreté extrême de toute la maison qui est fort vaste ». Au cours d’un office « assez ennuyeux » chanté par les Demoiselles, son regard s’attarde sur leur « très joli costume » et sur une religieuse « belle comme une madone ». Lors de sa visite des classes, « dans la première, les Demoiselles, qui étaient en train de jouer aux échecs, reçurent l’ordre de nous chanter les chœurs d’Athalie ; dans une autre, elles exécutèrent des menuets et des danses de campagne, tandis qu’une religieuse […] jouait du violon. Dans les autres classes, elles jouèrent devant nous des proverbes et des dialogues, écrits par Mme de Maintenon pour leur instruction ». En ce milieu du xviiie siècle, tout ramène au passé : textes, danses, jusqu’à la supérieure « vieille et noble dame fort gracieuse et très fière d’avoir vu Mme de Maintenon ».

29Rares sont les écrits d’anciennes Demoiselles. Au début de ses Œuvres spirituelles, Mme de Combes Morelles (1728-1771) revient sur ses années à Saint-Cyr, « maison sainte ». Orpheline, elle considère les dames comme ses mères :

  • 68 P. M. deCombes-Morelles, Œuvres spirituelles, Paris, Delaguette, 1778, p. 5.

[…] ne puis-je pas leur donner ce nom ? Des personnes qui sacrifient leur santé, leur repos et chaque moment de leur vie à l’éducation de la jeunesse, ne deviennent-elles pas les mères de celles qu’elles engendrent en Jésus-Christ […] quel talent pour reprendre et corriger les enfants68.

  • 69 Fonds Bombelles, ADY, E 398-400. Voir M. Cuirot, « Henriette Victoire de Bombelles, une jeune fill (...)
  • 70 Lettre à Joseph Fesch, 5 juin 1792. Napoléon Bonaparte, Correspondance générale, Tome I : (...)
  • 71 Ibid., p. 112, Lettre à Joseph Fesch, 18 juin 1792.
  • 72 Ibid., p. 110, Lettre à Joseph Fesch, 5 juin 1792.

30En elles, l’auteur a bien trouvé les qualités et les méthodes que Mme de Maintenon attendait des dames. La correspondance entre Henriette Victoire de Bombelles et son frère, entre 1773 et 1775, témoigne des résultats de l’éducation reçue. Sa piété, sa conduite, sa gentillesse sont admirées par Marc ; Henriette se soucie sans cesse des autres, manifestant qu’elle a parfaitement intégré les valeurs enseignées par les dames. Elle épouse, sans rébellion, Constantin, Landgrave de Hesse, un veuf malade, de 40 ans son aîné, père de neuf enfants, mesurant la chance qu’elle a d’avoir trouvé un mari qui, de surcroît, lui permet de s’élever socialement69. Reste le témoignage d’un frère de demoiselle, Napoléon Bonaparte. Dans sa correspondance, nulle description de ses visites à Saint-Cyr, mais quelques impressions sur l’éducation de Marianna, pensionnaire entre 1784 à 1792. Elle sait, écrit-il, « coudre, lire, écrire, faire des coiffes, danser et quelques mots d’histoire70. » Docile, elle « s’accoutumera très facilement au nouveau train de la maison71 », de bonne moralité, « elle n’a point de malice », « est absolument neuve » et « elle ne se souvient de rien, pas plus que si elle fut née à Saint-Cyr. Elle est aristocrate72 ». L’instruction donnée par les dames a gommé toutes ses particularités corses, son accent, ses usages : sa conversion en noble jeune fille fidèle à la monarchie est complète.

  • 73 ADY, D. 177 à 201.
  • 74 1887 destins connus sur 3155. On passe de 71 % à 26 % entre les premières et les dernières sorties
  • 75 Voir D. Picco, « De Saint-Cyr à la « vie de château » (fin xviie-xviiie siècles) (...)

31Les résultats de l’éducation reçue peuvent se mesurer à l’aune du devenir des anciennes élèves. Les Registres de dotation des Demoiselles mentionnent, entre 1698 et 1786, leur situation lors du paiement de la dot73. Le destin de 60 % d’entre elles est connu, avec une baisse sensible de l’information au fil du temps74 : 22 % sont mortes pendant leur séjour à Saint-Cyr, un tiers a pris le voile, 28 % se sont mariés ; chanoinesses, célibataires, novices représentent 4 % chacune. Même en excluant les décès, les femmes mariées dépassent juste le tiers des devenirs connus. Bel échec pour une maison qui devait former des épouses ! Si la faiblesse de la dot est sans doute en grande partie responsable, d’autres facteurs y contribuèrent et, en particulier, la difficulté pour des religieuses de former des femmes pour le monde. Si à la fin du xviie siècle, les femmes mariées représentent 20 %, un siècle plus tard, elles sont 62 % tandis que, dans le même temps, le nombre de religieuses s’effondre : la désaffection pour les couvents est réelle75. Derrière sa clôture, Saint-Cyr n’est donc pas à l’abri de l’air du temps.

  • 76 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772, Besterman 16707.
  • 77 Lettre de Finkenstein, 15 mai 1807, cité par R. Rogers, Les Demoiselles de la Légion d’hon (...)
  • 78 Mme Campan, Lettres de deux jeunes amies, élèves d’Ecouen, Paris, Beaudouin frères, 1824, p. 55.
  • 79 Mme Campan, De l’éducation, op. cit., p. 313

32Les dames de Saint Louis, maîtresses des Demoiselles de Saint-Cyr ont constitué de 1686 à 1792 un groupe homogène issu d’un autorecrutement presque complet. Éducatrices avant d’être moniales, elles ont toujours gardé comme base de leur pédagogie les textes de la fin du xviie siècle. Cela ne les a pas empêchées d’actualiser leurs savoirs, par des livres ou des cartes, et d’en faire sans doute profiter leurs élèves. Même si, contrairement aux vœux de Louis XIV, elles ont formé en un siècle plus de religieuses que d’épouses, leur réussite transparaît dans l’influence que l’éducation délivrée à Saint-Cyr a exercée sur d’autres maisons et sur les conceptions pédagogiques ultérieures. Au xviiie siècle, la Maison royale de l’Enfant Jésus de Paris, le « petit Saint-Cyr » de Luçon l’ont copié ; à l’institut Smolny à Saint-Pétersbourg, Catherine II et Betskoï s’en sont largement inspirés, tout en s’en démarquant, et en 1772, Voltaire peut écrire à la tsarine : « Votre Saint-Cyr […] est fort au-dessus de notre Saint-Cyr76. » Cette éducation sert de repoussoir à Napoléon pour son projet de maisons de la Légion d’honneur : « Gardez-vous de suivre l’exemple de l’ancien établissement de Saint-Cyr où l’on dépensait des sommes considérables et où l’on élevait mal les Demoiselles », écrit-il au comte de Lacepède en mai 180777. Néanmoins bien des parentés existent entre Saint-Cyr et Ecouen. Littérature pédagogique et grande littérature se sont emparées, au xixe siècle, de l’éducation donnée par les dames. Dans les écrits de Madame Campan, Saint-Cyr revient tel un leitmotiv. La mère d’une des deux protagonistes des Lettres de deux jeunes amies y a été élevée78, tout comme la comtesse de Pontourant, « pieuse, douce, sensée, d’un jugement parfait et digne, enfin, d’avoir profité dans la maison de Saint-Cyr où elle avait été élevée, des précieuses leçons de madame de Maintenon79 ». Au début de ses Mémoires, Chateaubriand décrit ainsi sa grand-mère :

  • 80 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Garnier, 1989, tome I, p. 133.

[…] mon aïeule maternelle […] avait été élevée à Saint-Cyr dans les dernières années de madame de Maintenon : son éducation s’était répandue sur ses filles. Ma mère, douée de beaucoup d’esprit et d’une imagination prodigieuse, avait été formée à la lecture de Fénelon, de Racine, de madame de Sévigné et nourrie des anecdotes de la cour de Louis XIV ; elle savait tout Cyrus par cœur80.

33Quelle belle postérité pour l’œuvre pédagogique des dames que l’admiration de Chateaubriand ! D’autant plus que cette grand-mère n’y fut jamais élève. Manière sans doute pour cet écrivain ou pour sa famille de se rattacher au Grand siècle à jamais disparu.

Notes

1 Castel de Saint-Pierre, Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, 1738-1740, p. 270.

2 Mme du Hausset, Mémoires sur Louis XV et Madame de Pompadour, Paris, Mercure de France, 1988, p. 58.

3 Mme Campan, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1988, p. 26.

4 Mme Campan, De l’éducation, Paris, Beaudouin, 1824, tome I, chapitre IV.

5 Sur un peu plus d’un siècle, la maison accueillit 3155 Demoiselles. Voir D. Picco, Les Demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), doctorat Paris I, sous la direction de Daniel Roche, 1999, chapitre I.

6 B. Neveu, « Du culte de Saint Louis à la glorification de Louis XIV : la Maison royale de Saint-Cyr », Journal des savants, juillet-décembre 1988, p. 277-290.

7 L’esprit de l’institut des filles de Saint Louis, Paris, J. Anisson, 1699, p. 3.

8 Mémoires de ce qui s’est passé de plus remarquable dans l’établissement de notre maison depuis sa fondation jusqu’à présent (1686-1739), dans Recueil de pièces et mémoires pour servir à l’histoire de la Maison royale de Saint-Cyr (1686-1732), BNF, Ms. fr. 11674, chapitre VII, p. 151-152.

9 Ibid., chapitre VIII.

10 Mme de Brinon, la première supérieure trop encline aux mondanités est écartée dès 1688. Les représentations d’Esther en 1689 et 1690 attirent une foule de courtisans et conduisent Mme de Maintenon à souhaiter protéger son œuvre.

11 Lors de la fondation, Louis XIV a rattaché à Saint-Cyr les biens de la manse abbatiale de Saint Denis, ce qui participe de ses mauvaises relations avec le Saint Siège. Innocent XII finit par entériner cette décision, en juin 1692, mais attend du roi qu’il transforme l’institution en communauté régulière.

12 Certaines prononcent des vœux simples, d’autres des vœux solennels mais sans le quatrième. S’y ajoutent des sœurs-servantes n’ayant prononcé aucun vœu et, hors de la clôture, quelques hommes : économe, boulanger, cuisinier, portier, cocher, garçon à tout faire.

13 Règlements généraux de la Maison royale de Saint Louis, 1695, BNF, Ms. fr. 14446, p. 31.

14 Il existe quatre classes : rouge (7 à 10 ans), verte (11 à 14 ans), jaune (15 à 16 ans) et bleue (jusqu’à 20 ans).

15 Supérieure, assistante, dépositaire, maîtresse générale des classes et des novices.

16 Maîtresse du chœur, économe, secrétaire, portière, etc.

17 Madeleine de Glapion (1674-1729), élue en 1716, réélue en 1720 et 1729.

18 Cité dans T. Lavallée, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr (1686-1793), Paris, Furne, 1853, p. 124.

19 Ibid.

20 Il faut ajouter quatre décès en cours de noviciat, quatre noviciats interrompus par la fermeture de la maison et quatorze inconnus. Voir Registre des noviciats et professions, Archives départementales des Yvelines (ci-après ADY), D 157.

21 Ibid. À compléter avec le Registre des décès du personnel de la maison, ADY, 4E2416.

22 Lettre du 10 octobre 1685. Citée dans J. Prévôt, La première institutrice de France. Mme de Maintenon, Paris, Belin, 1981, p. 74.

23 Suzanne d’Haussy, Geneviève de Montfort, Marie Anne de Loubert. Cette dernière avait succédé à Mme de Brinon.

24 Marie Marthe de Tourps, sous-maîtresse des novices, Silvine de la Maisonfort, cousine de Mme Guyon et Françoise de Montaigle reçoivent leur lettre de cachet en août 1698.

25 Catherine Travers du Pérou (1666-1748).

26 Née à Paris en 1670, petite fille d’un maître de camp d’infanterie et d’un conseiller du roi, elle prononce ses vœux en 1690 et les renouvelle en 1694. Elle a consigné une grande partie des Entretiens de Mme de Maintenon.

27 Constitution de la Maison de Saint Louis établie à Saint-Cyr, Paris, J. Anisson, 1700.

28 Élue en mai 1712, Marie de la Poype de Vertrieu est réélue trois ans plus tard et meurt en charge en 1716.

29 L’âge moyen au décès passe de 31,8 ans en 1696/1705 à 72,4 ans entre 1786/92. Voir D. Picco, « Vivre et mourir à Saint-Cyr entre 1686 et 1793 », in J.-P. Bardet et alii (dir.), Lorsque l’enfant grandit. Entre dépendance et autonomie, Paris, 2003, p. 151-153.

30 Il ne semble pas cependant que les maîtresses des classes aient été plus âgées, car ce sont des postes occupées par les plus jeunes.

31 Lettre à Mme de Berval, 1697. Citée dans J. Prévot, op. cit., p. 137.

32 L’étude des origines sociales et géographiques des dames et des Demoiselles s’appuie sur les preuves établies au moment de leur réception. Preuves de noblesse des filles Demoiselles reçues dans la Maison de Saint-Louis, fondée à Saint-Cyrpar le Roi (1685-1766), BNF Ms. fr. 32118-32136. Voir D. Picco, Les Demoiselles de Saint-Cyr…, op. cit., chapitres V et VII.

33 Seules les fonctions de vingt-six grands-pères maternels sont connues.

34 Propos attribués au père de la Chaize par T. Lavallée, op. cit., p. 40.

35 Avis aux maîtresses des classes, 1686. Cité dans J. Prévot, op. cit., p. 84.

36 Lettre à Mme de Fontaines, 1691. Cité dans J. Prévot, op. cit., p. 104.

37 Conversations sur les inconvénients du mariage, dans Mme de Maintenon, Conseils et instructions aux Demoiselles pour leur conduite dans le monde, Paris, Charpentier, 1857, p. 272.

38 Soit avoir le sens de l’économie. Divers avis aux maîtresses des classes, 1702. Cité dans J. Prévot,op. cit., p. 111.

39 Titre d’un Proverbe de Mme de Maintenon, cité dans J. Prévot, op. cit., p. 238-245.

40 Lettre à Mme de Berval, 1699. Citée dans J. Prévot, op. cit., p. 146

41 Instruction, 1696. Citée dans J. Prévôt, op. cit., p. 135.

42 Constitutions…, op. cit.

43 Mme de Maintenon, Entretien sur l’éducation des filles, Paris, Charpentier, 1854, p. 12.

44 Mémoires de Manseau, intendant de la maison royale de Saint-Cyr, Versailles, L. Bernard, 1902, p. 28.

45 Constitutions, op. cit. Elles sont aidées, en ce domaine, par les prêtres lazaristes.

46 Entretien, 1699. Cité dans Prévot J., op. cit., p. 150.

47 Instruction, 1696. Cité dans Prévot J., op. cit., p. 135.

48 Rapport d’une visite de Mme de Maintenon à la classe bleue, 1685. Citée dans J. Prévot, op. cit., p. 124.

49 Ibid.

50 Manceau, Mémoires, op. cit., p. 60.

51 Mme de Maintenon, Entretien sur., op. cit., p. 342.

52 Instruction sur les lectures profanes, 1696. Citée dans J. Prévot, op. cit., p. 136. Sur l’enseignement de l’histoire, voir D. Picco, « L’histoire pour les Demoiselles de Saint-Cyr, 1686-1793 », Les femmes et l’écriture de l’histoire, 1400-1800, Actes du colloque de Rouen, mai 2005. À paraître.

53 Histoire de la Maison royale de Saint-Cyr par Mme d’Eperville, BNF, Nelle Acq. fr. 10677.

54 Voir A. Piéjus, « La musique des Demoiselles », Les Demoiselles de Saint-Cyr, Maison royale d’éducation (1686-1793), Catalogue de l’exposition Saint-Cyr, maison royale (Versailles, 1999), Paris, Somogy, 1999, p. 174-181 et Le théâtre des Demoiselles. Tragédie et musique à Saint-Cyr à la fin du Grand Siècle, Paris, SFM, 2000.

55 Entretien, 1700. Cité dans J. Prévot, op. cit., p. 154.

56 Manseau, Mémoires, op. cit., p. 282.

57 Lettre à Mme du Pérou, 1696. Citée dans J. Prévot, p. 132.

58 Mme de Maintenon, L’esprit des filles de Saint Louis, Paris, Renouard, 1808, p. 63.

59 Mme de Maintenon, Entretien sur…, op. cit., p. 269.

60 Manceau, Mémoires, op. cit., p. 281.

61 Ibid., p. 247.

62 Inventaire général des meubles trouvés à Saint-Cyr en 1686, ADY, D111, fol. 328.

63 Voir H. Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles. L’exemple de la Maison Royale de Saint Louis de Saint-Cyr (1686-1793), TER de maîtrise, sous la direction d’A.-M. Cocula et D. Picco, Université Bordeaux 3, 2005, (à paraître Presses Universitaires d’Angers, 2007).

64 ADY, D sup. 1 à 261.

65 Voir, par exemple, F. Girard, « Le système éducatif à Saint-Cyr », Catalogue de l’exposition., op. cit., p. 163.

66 Mémoire de ce qui s’observe dans la royale Maison de Saint Louis [à Saint-Cyr] fondée par Louis XIV, BNF, Mss. fr. Nlle. Acq. 10678, p. 9-16.

67 Lettre à George Montagu, 17 septembre 1769, Lettres d’Horace Walpole écrites à ses amis pendant ses voyages en France (1739-1775), éd. Comte de Baillon, Paris, Didier, 1872, p. 209-216.

68 P. M. deCombes-Morelles, Œuvres spirituelles, Paris, Delaguette, 1778, p. 5.

69 Fonds Bombelles, ADY, E 398-400. Voir M. Cuirot, « Henriette Victoire de Bombelles, une jeune fille issue de Saint-Cyr se marie au siècle des Lumières (1773-1775) », HES, n° 2, 2002, p. 161-172.

70 Lettre à Joseph Fesch, 5 juin 1792. Napoléon Bonaparte, Correspondance générale, Tome I : Les apprentissages 1784-1797, Paris, Fayard, 2004, p. 110.

71 Ibid., p. 112, Lettre à Joseph Fesch, 18 juin 1792.

72 Ibid., p. 110, Lettre à Joseph Fesch, 5 juin 1792.

73 ADY, D. 177 à 201.

74 1887 destins connus sur 3155. On passe de 71 % à 26 % entre les premières et les dernières sorties.

75 Voir D. Picco, « De Saint-Cyr à la « vie de château » (fin xviie-xviiie siècles) », Le château au féminin, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, Périgueux, 2003, Bordeaux, Ausonius, 2004, p. 189-206.

76 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772, Besterman 16707.

77 Lettre de Finkenstein, 15 mai 1807, cité par R. Rogers, Les Demoiselles de la Légion d’honneur, Paris, Plon, 1992, p. 332-335.

78 Mme Campan, Lettres de deux jeunes amies, élèves d’Ecouen, Paris, Beaudouin frères, 1824, p. 55.

79 Mme Campan, De l’éducation, op. cit., p. 313

80 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Garnier, 1989, tome I, p. 133.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540