Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Troisième partie. Éducation noble et bourgeoise : la question du public

De Mme de Maintenon aux auteurs de théâtres d’éducation : avatar ou mutations de la « conversation pédagogique »

Christine Mongenot

Texte intégral

1Deux noms ont été fréquemment prononcés au cours de ces journées : celui de Mme de Genlis et celui de Mme de Maintenon. On perçoit évidemment à quel titre l’auteure d’Adèle et Théodore peut être mentionnée dans un colloque consacré aux « femmes éducatrices au siècle des Lumières ». La référence à Mme de Maintenon pourrait paraître plus inattendue dans un tel cadre, l’histoire littéraire la rattachant légitimement au xviie siècle.

  • 1 Sur la faveur des textes maintenoniens au xixe siècle par exemple, on se reportera à la com (...)

2Pourtant ce rapprochement est loin d’être incongru. Il se justifie tout d’abord par les intérêts que partagent Mme de Maintenon et Mme de Genlis : toutes deux n’ont cessé d’explorer le vaste champ de l’écriture pédagogique et se sont essayées à composer, parmi d’autres genres, un théâtre d’éducation favorablement accueilli par leurs contemporains mais aussi par les éducateurs du – voire des –, siècle(s) suivant(s)1.

  • 2 Le terme de « théâtre » englobe ici une série de 40 Proverbes dramatiques et de 56 Conversations, (...)
  • 3 De l’éducation, suivi des conseils aux jeunes filles, d’un théâtre pour les jeunes personnes (...)
  • 4 Entretiens, drames et contes moraux à l’usage des enfants, La Haye, 1778.

3Mais cette communauté d’intérêts et de pratiques ne suffit pas à justifier que l’on privilégie Mme de Genlis lorsqu’il s’agit de construire un parallèle éducatif entre Mme de Maintenon et une éducatrice du siècle des Lumières. Si l’on se limite au champ théâtral, il serait ainsi tout aussi légitime d’explorer les parentés éventuelles entre le théâtre maintenonien2 et celui composé par Mme Campan3, ou celui retenu par Madame de La Fite dans son ouvrage intitulé Entretiens, drame et contes moraux à l’usage des enfants4. D’autres arguments doivent donc être avancés pour justifier ce rapprochement.

4Le premier tient au fait que, chez ces deux éducatrices, le recours à la composition dramatique n’est nullement un hasard mais puise aux sources d’une expérience personnelle et mondaine. Ce facteur détermine certaines modalités de leur écriture pédagogique et doit donc, à ce titre, retenir l’attention.

5Par ailleurs, chez Mme de Maintenon comme chez Mme de Genlis, l’écriture théâtrale ne doit pas être appréhendée sous le seul angle générique car elle a partie liée avec un projet éducatif plus vaste. En effet, ces deux pédagogues polygraphes ne limitent pas leur intérêt à la conception de textes dramatiques, elles en projettent aussi la réception précise dans le cadre d’une éducation qu’elles conçoivent globalement. Le rôle qu’elles assignent à la représentation, à la lecture ou au commentaire de leurs textes est-il identique ? Quelles incidences a-t-il sur l’écriture même ? Ces deux questions méritent d’être posées.

  • 5 Madame de Maintenon, pour servir de suite à l’Histoire de la Duchesse de La Vallière, par Mm (...)
  • 6 Discours sur la suppression des couvents de religieuses et sur l’éducation publique des femm (...)

6S’il fallait encore un dernier argument, il serait enfin légitime d’évoquer l’admiration explicitement vouée par Mme de Genlis à la personnalité et à l’œuvre de Mme de Maintenon. On sait que la gouvernante des enfants d’Orléans, non contente de se constituer en biographe de sa devancière5, reprendra aussi de manière détaillée plusieurs principes de la pédagogie saint-cyrienne dans son Discours sur la suppression des couvents6, allant jusqu’à les proposer, à peine amendés, comme modèle pour une éducation féminine « publique » à la fin du xviiie siècle.

  • 7 Lors de la fête séculaire de Saint-Cyr, en 1786, plusieurs des éloges consacrés à la fondatrice s’ (...)
  • 8 Antoine de Caraccioli décrit cette pratique dans La vie de Madame de Maintenon, Institutrice de la (...)

7Certes, aucun témoignage de même nature n’existe à l’égard du théâtre composé par la fondatrice de Saint-Cyr. Mme de Genlis ne fait jamais référence aux textes créés par Mme de Maintenon, pas plus qu’elle n’évoque le mode de représentation que celle-ci a instauré dans la Maison Royale où il se pérennisera pourtant pendant tout le xviiie siècle. Silence surprenant chez une éducatrice d’un tel rang et que sont d’ailleurs loin d’observer d’autres éducateurs, contemporains de Mme de Genlis. Il paraît douteux qu’en parfaite connaisseuse des grandes sources historiographiques sur le siècle de Louis XIV, celle-ci ait ignoré une pratique et des textes que ses propres contemporains valorisent chaque fois qu’ils louent l’œuvre éducative de Mme de Maintenon7 ou qu’ils décrivent Saint-Cyr et sa pédagogie spécifique8.

  • 9 Les loisirs de Madame de Maintenon, Londres ; Paris, Duchesne, 1757, in-12, p. 359.
  • 10 L’édition opère volontairement une sélection parmi les Conversations déjà composées à l’époque, or (...)

8Deux faits tendraient plutôt à faire penser que Mme de Genlis n’ignore pas ce théâtre. Tout d’abord une partie de ce modeste corpus dramatique a été publié, en 1757, dans un recueil intitulé Les loisirs de Madame de Maintenon9. L’ouvrage a livré au public le texte de 40 Conversations, soit une bonne part de l’un des deux genres dialogués explorés par Mme de Maintenon10.

  • 11 Parmi d’autres visiteurs souvent cités, Antoine de Caraccioli bénéficiera ainsi d’une telle faveur (...)

9Par ailleurs, l’évocation précise de certains pans de la pédagogie saint-cyrienne dans le Discours sur la suppression des Couvents, suggérerait que Mme de Genlis a pu l’observer directement : a-t-elle été admise à visiter Saint-Cyr comme cela a été le cas pour d’autres pédagogues, jusque dans les dernières décennies du xviiie siècle encore11 ? Nul doute alors que la visite n’ait donné lieu à une représentation, dans les classes, des saynètes composées par Mme de Maintenon, car cette démonstration pédagogique constitue un véritable rituel lors des visites officielles.

  • 12 Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au xviiie siècle, Studies on Voltai (...)

10L’absence d’éléments décisifs sur tous ces points interdit donc a priori de parler de filiation concertée entre les textes maintenoniens et le théâtre genlisien. D’autres facteurs sont d’ailleurs prépondérants pour expliquer le recours à l’écriture théâtrale chez l’éducatrice du siècle des Lumières, comme l’a fortement souligné Marie-Emmanuelle Plagnol12 : l’expérience personnelle antérieure de Mme de Genlis, sa propre participation comme interprète à un théâtre de société et sa pratique très précoce de la composition dans ce cadre sont en effet déterminantes.

11Ces constats n’interdisent pas en revanche d’observer, dans l’œuvre de Mme de Genlis, des résurgences, fortuites ou inspirées, de conceptions et de formes déjà explorées par sa devancière. Parallélismes ou divergences permettront peut-être de suivre, modestement, le fil ténu mais résistant d’une logique éducative féminine qui se joue du changement de siècle.

  • 13 Mais, à l’inverse, une autre série de textes tardifs, permettra de montrer la longévité de certain (...)

12Un parallèle peut donc être esquissé entre le corpus maintenonien publié au xviiie siècle, c’est-à-dire les Conversations, et les premières pièces composées par Mme de Genlis, pièces à la fois chronologiquement et formellement plus proches du théâtre de sa devancière. Sont, à ce titre, particulièrement éclairantes des pièces comme Les flacons ou La colombe, jouées en société et interprétées par les deux filles de Mme de Genlis, mais encore La Curieuse ou Les Dangers du monde13 représentées devant un public élargi.

13Les Conversations maintenoniennes mettent fictivement en scène un cercle de jeunes filles – dans la plupart des cas des Demoiselles de Saint-Cyr – déjà assemblées ou s’assemblant pour débattre de questions morales. Au gré des entrées de nouvelles protagonistes, le cercle parfois s’élargit : les Demoiselles sont entre 4 et 6 dans chaque conversation et le groupe de pairs ainsi constitué coopère dans un même exercice d’investigation rationnelle. Les interlocutrices tentent en effet, par le jeu de la conversation, de clarifier certaines notions morales et de définir les comportements qui peuvent en découler.

  • 14 On le retrouvera aussi dans les Proverbes, bien que cette catégorie de saynètes propose une intrig (...)

14Qu’advient-il donc de ce dispositif caractéristique du théâtre maintenonien14 dans d’autres dialogues conçus pour édifier la jeunesse au xviiie siècle ? Perdure-t-il et sous quelle forme ? D’autres modalités apparaissent-elles dans un théâtre composé à un demi-siècle d’intervalle ?

Le recours au dialogue théâtral : une foi commune dans les vertus pédagogiques de l’échange

  • 15 L’Éducation des Filles a largement valorisé la conduite de l’entretien entre maître et élèv (...)
  • 16 Chapitre V, « Instructions indirectes : il ne faut pas presser les enfants », in De l’éducation de (...)

15Le détour par l’œuvre de Fénelon s’avère indispensable pour comprendre la primauté de la forme dialogique dans les œuvres respectives de ces deux éducatrices, le théâtre d’éducation n’étant que l’une des transpositions, dans l’ordre de la fiction littéraire, de cette hégémonie de la parole échangée. Il n’est pas nécessaire de rappeler ici le rôle déterminant joué, entre particulier, par le traité de L’éducation des filles dans la diffusion d’un modèle éducatif qui célèbre les vertus de l’échange15 et de l’entretien, ainsi placés au cœur du processus d’apprentissage moral. Nos deux éducatrices ne font d’une certaine manière que s’approprier la préconisation de Fénelon selon laquelle « le moins qu’on peut faire des leçons en forme, c’est le meilleur ; on peut insinuer une infinité d’instructions plus utiles que les leçons mêmes dans des conversations gaies16. »

16Mme de Maintenon ne cessera, en écho, d’inciter les maîtresses des Demoiselles de Saint-Cyr à établir cette indispensable interaction :

  • 17 Entretien LVI, « Avec les Dames de Saint Louis », novembre 1706, in Lettres et Entretiens sur l’éd (...)

Il ne faut point éviter d’entrer dans leurs jeux, dans leurs conversations, même dans leurs démêlés : il y a du bien à faire partout quand on le veut sincèrement, et tout cela fait partie de leur éducation17.

17On ne s’étonnera donc pas de retrouver, sous la plume fictive de la baronne d’Almane, l’évocation exemplaire de cette conduite pédagogique :

  • 18 Adèle et Théodore, ou Lettres sur l’éducation, Contenant tous les principes relatifs aux tr (...)

En voiture, nous tâchons que la conversation ne soit pas sans fruit pour eux : cet art d’instruire les jeunes gens sans qu’ils s’en doutent, en causant familièrement avec eux, ce grand moyen si négligé dans les éducations communes, est peut-être le plus efficace et le plus utile de tous18.

  • 19 Ces Entretiens, transcrits par les Dames de Saint-Louis maîtresses des classes à Saint-Cyr, ont ét (...)

18Ce postulat conduit les deux auteures à privilégier, dans leur écriture pédagogique, toutes les formes littéraires dérivées de l’oralité. Mme de Maintenon expose didactiquement le rôle de l’entretien individuel ou collectif dans sa correspondance, elle en propose une démonstration dans les Entretiens qu’elle conduit collectivement avec les Demoiselles de Saint-Cyr et qui, une fois transcrits, accèdent ainsi à leur tour au statut de textes littéraires dialogués19 ; elle en livre enfin une représentation fictive à l’intérieur de son propre théâtre.

  • 20 Le titre intégral de l’ouvrage est : Les Leçons d’une gouvernante à ses élèves ou Fragmens d’un Jo (...)
  • 21 Tel est le cas pour l’exercice d’écriture proposé à Adèle et dans lequel il s’agit de rédiger une (...)
  • 22 Le titre complet est Nouvelle méthode d’enseignement pour la première enfance par Mme de G (...)

19Dans la pédagogie de Mme de Genlis, le procédé connaît une déclinaison proche : Les leçons d’une gouvernante à ses élèves20, intégralement construites pour organiser l’apologie d’une gouvernante idéale, insistent sur la mise en place stratégique de ces entretiens, discussions entre élèves suscitées par la gouvernante ou entretiens duels maître/élève dans lesquels elle retrouve le rôle d’accoucheuse des esprits. Mais, d’une certaine manière, toute l’écriture fictionnelle de Mme de Genlis est traversée par ce même principe structurant. Adèle et Théodore démultiplie ainsi la représentation des vertus du dialogue : la forme prise par l’ouvrage – un dialogue épistolaire – fait ainsi écho à un contenu dans lequel les entretiens éducatifs rapportés occupent une large place. Même les activités d’écriture proposées à titre d’exercice pédagogique miment, dans leur principe, la situation de dialogue argumentatif21. Enfin, en 1801 encore, et donc tardivement, la Nouvelle méthode d’enseignement pour la première enfance22 livre 17 nouveaux dialogues, sans doute destinés à être lus plus que joués, et dans lesquels s’élabore aussi un contenu moral à travers un discours à deux voix.

  • 23 Dans un entretien de 1716 à la classe jaune, Mme de Maintenon renvoie ses auditrices à la conversa (...)

20Cette forme de redondance ainsi que les finalités convergentes de tous les genres explorés – dans tous les cas il s’agit d’édifier – justifient qu’ils soient d’ailleurs eux-mêmes constamment « mis en dialogue » dans une démarche éducative qui intègre la définition de leur réception. À Saint-Cyr, les Conversations sont jouées comme texte de façon autonome, lors de récréations ou de représentations de différents statuts, mais elles sont ensuite citées, commentées dans des Entretiens avec les Demoiselles et servent alors de références ou d’exemples dans un nouveau dialogue pédagogique, bien réel cette fois23.

21La fiction pédagogique Adèle et Théodore restitue une circulation du même type entre la représentation théâtrale et d’autres situations : la saynète théâtrale trouve ainsi sa place dans la stratégie de prévention morale que la Baronne d’Almane clarifie devant Adèle :

  • 24 Adèle et Théodore, op. cit., p. 256. C’est nous qui soulignons. Le rôle de la saynète drama (...)

[…] par exemple pour votre habit de bal, je vous avais conseillé d’en préférer un bien simple ; ma petite comédie de La Colombe avait paru vous inspirer même de l’aversion pour une parure si recherchée ; et cependant, quand vous avez vu, chez Mademoiselle Hubert, un habit garni de fleurs, vous avez désiré d’en avoir un semblable ; vous voyez le succès qu’il vous a procuré…
– Oh, c’en est fait, je n’aurai jamais d’habit garni de fleurs, et je ne mettrai jamais de rouge24.

22Une démarche éducative en trois temps est ainsi livrée par cette relecture explicative qui a, elle aussi, un rôle pédagogique : Adèle passe par l’expérience figurée de la représentation théâtrale préventive, puis par l’expérience réelle, avant de parvenir à un savoir moral construit à partir de la mise en relation des deux premières étapes. Cette stratégie d’apprentissage est enfin, elle-même, figurée dans une fiction littéraire qui en offre la mise en abyme. Adèle et Théodore organise ainsi la représentation d’une pédagogie de l’écho qui ne cesse de revendiquer une articulation forte entre toutes les situations éducatives conçues et qui pose comme un principe l’efficacité de la redondance.

Des jeux dialogués au dialogue théâtral : utilité de la fiction

23La fiction dans un tel projet pédagogique n’a donc pas de réelle autonomie, quel que soit l’espace où elle se déploie, qu’il s’agisse des jeux enfantins organisés ou des dialogues dramatiques proposés à l’interprétation. Sa principale valeur réside dans sa rentabilité édifiante, dans sa portée formatrice.

24À Saint-Cyr, Mme de Maintenon sanctionne ainsi avec force les « stupidités » ludiques auxquelles se livrent les Demoiselles pensionnaires :

  • 25 52e instruction, « Des jeux d’esprit », in Copie des instructions de Madame de Maintenon, Biblioth (...)

[…] si vous étiez raisonnables, vous aimeriez mieux un jeu d’esprit qui en vous divertissant vous instruirait que ceux dont il ne vous revient aucune utilité ; quand vous auriez passé une heure à jouer « à quoi comparez-vous ma pensée », que vous en reste-t-il de bon ? Comment voulez-vous qu’on puisse se tirer avec esprit d’un jeu où il n’y a aucune raison25 ?

  • 26 « Instruction aux Demoiselles de la classe verte », Sur les jeux d’esprit, octobre 1705, Entretien (...)

25À l’inverse, si elle tolère un jeu comme celui intitulé « à la madame26 », c’est précisément parce qu’elle entrevoit une possibilité de le faire dériver vers un possible apprentissage langagier, ainsi qu’elle l’indique au marquis de Dangeau en charge de la jeune duchesse de Bourgogne :

  • 27 Lettre du 26 octobre 1696, à M. le Marquis de Dangeau (Lettres de Mme de Maintenon, éd. pa (...)

Le jeu à la Madame peut l’accoutumer à la conversation et à bien parler, les proverbes à entendre finement… enfin tout me paraît bon, et d’autant plus qu’elle fait toutes ces choses-là avec des personnes raisonnables qui peuvent l’instruire en la divertissant27.

26Cette orientation du jeu rejoint un des objectifs que l’Institutrice assigne aussi à ses propres Conversations lorsqu’elle les compose : fournir aux jeunes pensionnaires une matrice conversationnelle. La densité des formules exprimant le compliment, le remerciement, mais aussi l’excuse ou l’objection polie est considérable dans ces textes qui sont conçus comme des exercices de civilité au même titre que le jeu spontané.

  • 28 L’exposé du jeu lui-même est encore suivi d’un développement intitulé « Instructions relatives au (...)

27La mention de ce jeu n’est pas anodine : un siècle plus tard Mme de Genlis exploitera cette fois toutes les possibilités déjà pressenties par Mme de Maintenon. Elle déclinera le jeu dans le XVe et dernier dialogue de la Nouvelle méthode d’enseignement pour la première enfance (1801), poussant à l’extrême son fonctionnement en l’appliquant à toutes sortes de contenus – enseignements étroitement domestiques mais aussi écriture ou calcul28. On pourra objecter que cet écrit pédagogique est tardif mais il ne constitue en fait que la radicalisation théorisée d’une pratique dont on trouve déjà un témoignage dans Adèle et Théodore. Évoquant ce même jeu, la Baronne d’Almane écrit à sa correspondante :

  • 29 Adèle et Théodore., op. cit., lettre XI, p. 87.

Ce jeu, par mes soins, est devenu un vrai cours de morale ; j’invente les plans, et vous imaginez bien que les petits sujets que je leur donne ne peuvent développer que des sentimens honnêtes, et qu’une bonne action en forme toujours le dénouement. Le fils de Mme de Valmont se mêle à ces jeux, et très souvent on m’y donne à moi-même un rôle que je joue, je vous assure, aussi bien qu’il m’est possible29.

28Les termes de « plan » ou « de dénouement » utilisés ici pour évoquer la conception du jeu par l’éducatrice pourraient parfaitement convenir à celle d’une composition dramatique. Par ailleurs en retenant pour le jeu des « sujets » susceptibles de « développer des sentiments honnêtes », Mme de Genlis explicite un principe de composition qui est déjà et demeurera celui de son théâtre d’éducation.

29Le jeu dialogué et le dialogue théâtral relèvent donc d’une même stratégie de composition : il s’agit pour leurs auteures d’organiser de manière précise les conditions d’une projection dans un rôle pour permettre à l’enfant de s’approprier les contenus moraux mis en jeu dans la situation. La conception d’un théâtre qui offre à ses actrices l’occasion de jouer des rôles féminins préalablement définis et de s’identifier à eux obéit finalement au même principe que ce jeu de rôle apparemment spontané mais en fait bien encadré.

30Il faut sans doute restituer derrière cette valorisation de la pratique ludique dont le dialogue théâtral constitue un aboutissement, une foi commune dans les vertus de la fiction, fiction conçue comme préparatoire à la rencontre avec le réel, ainsi que nous l’observions plus haut.

31Chez Mme de Maintenon ce postulat est d’autant plus fort que les pensionnaires de la maison Royale de Saint-Cyr, pour lesquelles elle compose ses saynètes, sont coupées du monde pendant une scolarité qui, en principe, dure treize années consécutives : les fillettes éduquées dans l’institution de sept à vingt ans ne reçoivent en principe les visites des parents qu’aux « quartiers », c’est-à-dire tous les trois mois, et les sorties ne sont tolérées qu’à titre tout à fait exceptionnel. La fiction dramatique constitue donc une réponse à la contrainte institutionnelle en proposant une expérience substitutive d’une rencontre avec le réel longtemps différée.

32En ce sens la représentation des Conversations à Saint-Cyr va bien au-delà d’un simple divertissement ou de l’appropriation d’un contenu moral dialogué. Les Demoiselles personnages des Conversations le rappellent explicitement, à l’intérieur de la représentation littéraire, lorsqu’elles soulignent les vertus de la parole échangée :

  • 30 La substitution des vertus de la parole à celles de l’expérience, ou leur équivalence est aussi af (...)

Floride : […] nous faisons quelque observation ; on nous écoute, on y répond : nous disons des choses pleines de raison et de vérité.
Euphrosine : Notre esprit s’éclaire sur des choses que nous n’aurions peut-être jamais connues, ou du moins qui ne nous seraient venues qu’après une longue expérience
Eléonore : Non seulement notre esprit s’élève, mais notre cœur se forme à toutes sortes de vertus30.

33Certes, le cadre éducatif qui sert d’arrière-plan à la pensée de Mme de Genlis n’est pas celui d’une rupture avec le monde, au contraire : les destinataires projeté(e)s pour son théâtre ne vivent pas au couvent mais sont en prise avec des formes concrètes de sociabilité. Pourtant l’éducatrice partage avec sa devancière la conviction que le passage par la fiction, par l’expérience fictive dans le cas du théâtre, peut constituer une alternative à une expérience non pas interdite cette fois, mais consommatrice de temps parce que cumulative. La fiction dramatisée constitue donc un relais de l’expérience réelle chez Mme de Genlis, ou plutôt elle prédispose l’élève à tirer un profit moral de l’expérience réelle à venir.

34De ce point de vue l’écriture de dialogues théâtraux à des fins édifiantes paraît donc en parfaite harmonie avec un projet pédagogique qui organise l’ensemble de la stratégie d’éducation comme un petit théâtre, ainsi que l’explicite plus tardivement la Nouvelle méthode d’enseignement :

  • 31 Nouvelle méthode…, op. cit., p. 18.

Oui, l’éducation peut nous donner jusqu’à l’expérience en composant un plan de scènes fictives et successives selon les âges, qui ferait passer l’élève abusé par une certaines quantité d’épreuves. C’est une idée neuve, de très facile exécution, et que je crois avoir passablement bien développée dans Adèle et Théodore31.

35Mme de Genlis semble ainsi franchir un pas en deçà duquel la pédagogie maintenonienne se maintient : elle organise une pédagogie d’essence dramatique et préalablement concertée, là où l’Institutrice de Saint-Cyr se contente souvent de saisir les occasions et les situations pour leur donner un plein rendement moral.

36Cependant cette différence au plan de leur pédagogie générale n’intervient plus lorsque l’on s’attache à la composition de leur théâtre : celui-ci est aussi concerté chez Mme de Maintenon que chez la gouvernante des enfants d’Orléans et ce sont donc bien deux écritures dialoguées fortement intentionnelles qu’il s’agit alors de mettre en parallèle.

Les possibilités offertes par le dialogue dramatique : usages communs et variations

  • 32 Nous renvoyons ici aux remarquables synthèses de Myriam Maître et de Delphine Denis sur l’œuvre de (...)

37Chez Mme de Maintenon l’écriture du dialogue théâtral est d’abord modélisée par la pratique de la conversation mondaine, comme joute argumentative et processus pacifiant32. Les dialogues dramatiques qu’elle compose sont donc fortement marqués par cette source : le propos édifiant s’y trouve mis en forme dans un échange entre des pairs qui développent un principe de collaboration. Cet idéal rhétorique domine la fiction et la structure intégralement dans les Conversations.

38Le premier théâtre de Mme de Genlis se construit, lui, en référence à un théâtre de société et se ressent de cette inspiration première : le dialogue à visée purement édifiante ne saurait y occuper tout l’espace dramatique mais il réapparaît dans les interstices d’une trame dramatique qui est elle aussi porteuse d’enseignement.

39Ces différences posées, la finalité édifiante détermine néanmoins – totalement chez Mme de Maintenon, partiellement chez Mme de Genlis – l’économie d’un dialogue dramatique conçu pour livrer un message moral clair et sans ambiguïté.

40Chez l’une comme chez l’autre, le dialogue théâtral ne saurait demeurer ouvert : il se clôt nécessairement par un propos fort, définition univoque ou rappel à l’ordre. La fin de la pièce intitulée La colombe fournit un exemple du procédé :

Amélie : […] Non, non Rosine a trop d’esprit pour ne pas sentir que la délicatesse qui va jusqu’à la défiance est un tourment pour celle qui l’éprouve, et la plus mortelle injure pour celle qui la fait naître. Songez-y bien, chère Rosine, et répétez-vous que l’amitié ne peut exister sans l’estime et la confiance.

41L’écriture maintenonienne souscrit aux mêmes exigences de clarté dans les Conversations : si le débat semble rester en suspens, le propos final vient définitivement mettre un terme à cette incertitude. Ainsi, lorsque dans la Conversation « Sur les égards », et alors qu’une Demoiselle constate : « Il faut donc nous séparer sans avoir trouvé le secret de vivre sans contrainte », sa consœur apporte immédiatement un correctif :

  • 33 Conseils et Instructions aux Demoiselles pour leur conduite dans le monde (Avis, Lettres, e (...)

Vous le chercheriez inutilement : nous avons tous des défauts, des humeurs ; il faut se ménager pour vivre en paix, et les plus aimables sont ceux qui ont beaucoup d’égards pour les autres, et qui en demandent peu pour eux33.

42Fiction destinée à préparer une lecture adéquate du monde, le dialogue théâtral est par ailleurs le lieu de sa peinture anticipée. Le dispositif des personnages sert donc cette fonction descriptive : ils sont répartis entre quêteurs d’information et informateurs, ce qui permet de légitimer de véritables comptes rendus sur l’univers qu’il s’agira de fréquenter et dans lequel il faut apprendre à se comporter.

  • 34 On trouve de telles évocations dans les Conversations « Sur la liberté des femmes lorsqu’elles son (...)
  • 35 À la scène III, Zélis qui a déjà connu l’expérience du bal en dévoile les inconvénients pour les n (...)

43Cette description peut être très concrète, dans certaines Conversations maintenoniennes : elle permet d’imaginer la vie d’une jeune fille en famille ou celle d’une jeune mariée, les différentes situations que projettent les jeunes pensionnaires comme celles qu’elles rencontreront effectivement34. Le même prosaïsme se retrouve chez Mme de Genlis, mais pour évoquer cette fois, les contraintes et la frivolité de certaines occupations mondaines : tel est le sens de la longue évocation du véritable harnachement que doit subir Zélis avant de se rendre au bal dans La colombe35 et de son récit témoignage sur l’expérience qu’elle vit ensuite.

44Dans d’autres cas cette peinture se fait plus abstraite, la représentation empruntant un langage qui frise l’allégorie. Dans la comédie Les flacons, c’est la mère, Mélinde, qui se trouve investie de cette fonction descriptive préventive :

  • 36 Comédie en un acte, scène II, p. 99 sq.

Mélinde : Quand vous connaîtrez le monde, vous saurez mes enfants, comme on doit compter sur ses louanges.
Cénie : Ah ! Si le monde est menteur, je ne l’aimerai pas.
Mélinde : Il faut le connaître, s’en défier ; ne le point haïr, parce qu’il faut y vivre, et s’en faire estimer parce qu’il nous juge.
Iphise : S’il est trompeur, je le fuirai.
Mélinde : Il ne trompe que ceux que l’amour-propre aveugle, les sots ou les fous. Il est injuste quelque fois, mais il revient de ses préventions. Il est plus léger que méchant, plus frivole que dangereux : enfin il n’est pas méprisable ; car toujours il honore, il respecte la vertu36.

  • 37 La Conversations « Sur les lettres » ou celle « Sur les occasions » se saisissent de la peinture c (...)

45La description faite par Mélinde est déjà, on le voit, au-delà de la simple description, une mise en forme allégorique et critique du monde observé : dans les Conversations saint-cyriennes, des Demoiselles, plus sages que les autres, se livrent au même exercice, quoique dans des termes plus sombres37. On pourrait multiplier les exemples de ce procédé commun que le théâtre d’éducation du xviiie siècle ne cessera de reproduire et même de systématiser au point d’en surcharger le dialogue théâtral et de la faire basculer dans une peinture du monde lourdement didactique.

46Mais la description n’est pas le seul procédé mis en jeu dans le dialogue édifiant. Préparer les jeunes filles à la rencontre avec le monde suppose un « outillage » moral, une conscience claire non seulement des comportements à adopter mais surtout des valeurs et des vertus qui les fondent. Le propre de l’éducation pour Mme de Maintenon comme pour Mme de Genlis est donc aussi de permettre d’accéder à la définition d’un certain nombre de concepts moraux. Or les modalités de cet accès ne sont pas identiques dans les Conversations maintenoniennes et dans le dialogue théâtral genlisien.

47Dans l’écriture maintenonienne, cette quête notionnelle suppose la mise en œuvre d’un processus distinctif qui permet d’élaguer les fausses représentations, de différencier des termes proches, etc. Dans la Conversation « Sur la bonne humeur », celle-ci sera par exemple définie par opposition à l’esprit :

[…] l’esprit peut plaire davantage en passant, il donne des plaisirs plus vifs ; mais pour vivre ensemble, l’humeur est préférable à tout.

  • 38 Le même priorité est réaffirmée dans la correspondance avec les maîtresses des classes : « […] tâc (...)

48Une telle élaboration, rigoureusement conduite constitue l’un des principes fondateurs de l’éducation saint-cyrienne, comme le rappelle une Demoiselle personnage dans la Conversation « Sur l’éducation de Saint-Cyr », sur le mode de la critique. La Demoiselle déplore le temps passé à « examiner ce que c’est que l’indiscrétion, quelle différence il y a d’un bon esprit à un bel esprit, et une infinité d’autres choses qu’on nous apprend38 ».

49Dans la Conversation « Sur l’envie », une Demoiselle établit aussi, dès la deuxième réplique, le principe d’une distinction entre l’émulation et l’envie :

Sophie : Je les crois pourtant très différentes.
Marcelle : Dites-nous ce que vous en pensez.
Sophie : L’envie consiste à être fâchée du bien qu’on voit dans les autres…

50Le dialogue théâtral offert par chacune des Conversations maintenoniennes met précisément en scène ce processus d’élaboration progressive, qui conduit au classement et à la hiérarchisation des conduites.

51Le dialogue genlisien, lui, n’offre plus que quelques interstices à l’expression d’une telle quête, et surtout, le contenu moral final s’y trouve fréquemment délivré plus que construit. Ainsi, dans la comédie Les flacons, la question initiale de Cénie – « Maman, expliquez-moi ce que c’est que d’être méchant, je ne le comprends pas bien » – enclenche-t-elle un processus de définition. Mélinde en pose le premier terme :

Ma fille un méchant c’est un mauvais cœur, incapable d’aucune espèce de sensibilité, qui n’aime rien…

52La réaction de sa fille conduit alors à affiner cette première ébauche :

  • 39 Les flacons, Comédie en un acte, scène II, p. 99 sq.. Le processus distinctif apparaît bien (...)

Mélinde : Les méchans sont rares mais les méchancetés sont communes ; elles sont produites ordinairement par le défaut d’esprit, par le désœuvrement et la légèreté.
Iphise : Quoi ! L’on peut faire des méchancetés sans être méchant ?
Mélinde : C’est ce qui arrive tous les jours39.

53Mais, à partir de là, le contenu de morale abstraite n’est guère plus exploré car le travail de définition par distinction ne saurait fonctionner avec l’ampleur que lui donne, chez Mme de Maintenon, le modèle rhétorique sous-jacent.

54En effet, dans les saynètes maintenoniennes la portée édifiante ne réside pas seulement dans une norme morale à intérioriser mais dans l’appropriation du mode de raisonnement qui conduit à ladite norme. La conversation dramatique entend fournir une représentation exemplaire de ce cheminement, et c’est cet exemplum-là – véritable mode de conduite intérieur – que les Demoiselles sont censées transposer et mettre en œuvre dans leur existence à venir.

  • 40 Ce présupposé constitue d’ailleurs une différence essentielle entre les Conversations de Mme de Ma (...)

55Un tel projet implique le déploiement de toute une rhétorique argumentative à l’intérieur du dialogue théâtral, la dynamique de l’élucidation rationnelle étant servie par une distribution de personnages statutairement égaux : cette égalité superficielle fonde la fiction d’une confrontation des points de vue même si, au terme de l’échange, tous ceux-ci se réduiront à une position unique, vérité dominante présupposée latente depuis le début du dialogue40.

  • 41 De façon parallèle dans Les dangers du monde, Dorizée parlant de Mme de Germini, est celle qui liv (...)

56Autre clivage net, dans le dialogue genlisien évoqué, l’apport argumentatif de l’enfant est inexistant : son discours n’est qu’un étayage du propos adulte puisque c’est la mère qui possède et délivre progressivement le savoir moral41.

57Plusieurs interprétations peuvent être avancées à ce glissement : la première ferait référence au contexte d’écriture et aux destinataires effectifs du théâtre composé, c’est-à-dire un petit phalanstère dans lequel la mère – ce sera aussi plus tard la gouvernante – écrit pour ceux qu’elle éduque elle-même. Il y aurait ainsi une certaine relation entre les fonctions remplies dans l’ordre du réel et la place conquise dans l’ordre de la fiction.

58Mais plus profondément, ce changement de perspective marque peut-être aussi la fin d’un primat de la rhétorique, son abandon par l’écriture pédagogique, y compris dans des formes qui constituaient déjà de profondes adaptations de la grande rhétorique, comme c’était le cas avec les Conversations maintenoniennes.

59Dans un théâtre plus nettement inspiré par les formes du théâtre de société et qui en intègre quelques ressorts, la définition comme la peinture morale quittent en effet le champ de la rhétorique argumentative : elles deviennent susceptibles d’être prises à contre-pied, retournées et c’est précisément leur échec que l’on retrouve au service d’une logique dramatique qui vise l’effet comique. Tel est le cas dans L’enfant gâté, lors du dialogue qui oppose Toinette et Lucie et où il est question de brosser le portrait d’une pédante :

Toinette (à Lucie) : Mais Mademoiselle, oserais-je vous demander en quoi elle est pédante ?
Lucie : En quoi ? Mais en tout.
Toinette : Mais ayez encore la bonté de m’en citer quelques traits
Lucie : Eh, je vous en citerai mille. Toinette : Hé bien, un seulement.
Lucie : Mais elle a un maintien pédant, une certaine manière de pincer la bouche et d’entrer dans une chambre… Tenez, voulez-vous la voir ?… la voilà…
Dorine (riant) : Ah, parfait, parfait, c’est elle-même… Encore, je vous en prie.

  • 42 Lorsqu’il arrive qu’une « mauvaise » définition soit proposée, elle est immédiatement explicitemen (...)

60L’inanité de ce portrait qui finit d’ailleurs par le mime suggère en filigrane une autre définition de la pédanterie mais qui n’est ici que suggérée alors que la Conversation maintenonienne sur un sujet identique ne saurait, elle, se satisfaire d’une telle « incertitude42 ». De plus, dans cette scène, la fausse définition de Lucie dessine en retour celle de l’enfant gâtée pleine de préjugés, qu’elle est finalement. Le message moral se déporte ainsi d’une définition qui serait portée par le discours explicite et construit des personnages vers une autre définition implicite celle-là, et que la raillerie de Toinette permet de restituer encore un peu plus nettement :

Lucie : Toinette est fâchée, elle ne rit pas.
Toinette : J’écoute, je regarde et je m’instruis. Je me faisais une toute autre idée de la pédanterie : je croyais qu’elle consistait surtout à chercher les occasions de briller, de faire des citations et de décider hardiment ; mais votre définition est beaucoup plus simple… avoir la poitrine délicate et s’asseoir sur le bord de sa chaise, voilà ce qui fait une pédante : je m’en souviendrai.

  • 43 Voir Dominique Bertrand, « L’éducation selon Fénelon », Enfance et littérature au xviie si (...)

61Le jeu de la raillerie dans le dialogue théâtral pourrait d’ailleurs, en surface, représenter un point de convergence entre deux théâtres qui relèvent chacun d’une pédagogie du sourire dont on retrouve déjà l’inspiration chez Fénelon43.

  • 44 Conversation « Sur les discours populaires ».
  • 45 Conversation « Sur la faveur ».
  • 46 Conversation « Sur le bon esprit ». Propos de Célestine après la longue description de sa vie sage (...)

62Dans les Conversations maintenoniennes, le propos railleur remplit cependant plusieurs fonctions : il permet tout d’abord, à l’intérieur du dialogue, de désamorcer la lourdeur du message moral. Il intervient de manière rétroactive, comme un commentaire porté sur l’échange sérieux qui vient de se tenir : « Je ne croyois pas que les toiles peintes nous menassent à tant de réflexions sérieuses44 », ironise une Demoiselle tandis que l’autre s’étonne faussement « Je n’aurais jamais cru qu’on apprît à la cour à devenir philosophe45 », ou bien encore : « À ce que je vois vous aimez les femmes ménagères46. »

63La raillerie anticipe alors au cœur du texte la réaction éventuelle du destinataire, en l’occurrence le lecteur ou l’auditeur qui pourrait juger le contenu du message excessif ou son exposé pontifiant : portée par l’une des protagonistes, la critique virtuelle se voit ainsi privée d’aliment et l’efficacité du texte renforcée par son auto-commentaire.

64Mais dans la Conversation maintenonienne la raillerie peut aussi devenir une pièce du dispositif argumentatif : elle peut aller ainsi jusqu’à l’énoncé d’un paradoxe qui détruit la validité de la position défendue par un personnage : c’est Anastasie déclarant dans la conversation « Sur l’ajustement » : « il faut donc être malpropre pour être estimée » ou Aglae et Mélanie se lançant dans la surenchère paradoxale dans la Conversation « Sur la dévotion » :

Aglae : J’aime à plaire à mes maîtresses ; je vais donc tâcher de les fâcher.
Mélanie : J’aime à vivre avec douceur, je vais donc tâcher de me mettre en colère.

  • 47 L’île heureuse offre ainsi une scène dans laquelle les jeux subtils de raillerie entre les deux pe (...)

65Variée dans ses procédés comme dans ses fonctions, la raillerie trouve donc dans l’écrit pédagogique un nouveau lieu d’exercice ; elle participe de l’illusion de naturel que l’ancrage du dialogue ou son cheminement s’efforce aussi d’installer. Mme de Genlis, comme Mme de Maintenon y recourra fréquemment mais parfois surtout pour peindre une certaine psychologie féminine47. La raillerie devient alors un élément de la caractérisation du personnage, là où elle est, dans le dialogue maintenonien, un élément de l’argumentation morale.

L’écriture pédagogique dialoguée : un art féminin du détournement ?

66Le dialogue théâtral que construit Mme de Genlis à des fins édifiantes fait disparaître un idéal classique encore perceptible chez Mme de Maintenon et qui investit la forme rhétorique elle-même d’une portée modélisante ; simultanément disparaissent aussi les objectifs d’apprentissage linguistique étroitement ciblés qui commandent l’écriture des textes destinés aux Demoiselles de Saint-Cyr.

67Le changement des conditions de réception – un théâtre de société qui ne mobilise que quelques actrices au lieu d’un théâtre scolaire en milieu fermé qui s’adresse à un grand nombre d’élèves – explique cette évolution des formes et des personnages : au dialogue de pairs se substitue largement un dialogue hiérarchique mère/enfant avec plusieurs variations : maître/élève, jeune fille avertie/jeune fille à former.

  • 48 Alain Génetiot, Poétique du loisir mondain de Voiture à La Fontaine, Paris, H. Champion, 1997.

68Mais, quelles que soient les différences observables dans le fonctionnement de leurs dialogues dramatiques, ces deux éducatrices mobilisent au service de l’écriture pédagogique des capacités, qui ne sont pas seulement d’ordre scriptural. Elles réinvestissent là des talents qu’elles ont toutes deux rodés en pratiquant tous les aspects de la sociabilité mondaine à un siècle d’intervalle : leur participation au « loisir mondain » pour reprendre le terme d’Alain Génetiot48, a développé chez elles une connaissance de petits genres mais aussi de codes qu’elles sont aptes à réutiliser, mais en les adaptant, en les déformant ou en les parodiant.

  • 49 Dans ses Mémoires, tome II, p. 361, Mme de Genlis, expose les règles de cette société, parodie des (...)

69Mme de Maintenon, comme Mme de Genlis ont été des actrices de tout premier plan dans ces cercles : les formes de badinage qu’elles y ont pratiquées l’une et l’autre s’inscrivent d’ailleurs dans une continuité : entre le Couvent que Mme de Maintenon reconstitue à la Cour, et par jeu, pour métaphoriser la notion de cercle amical et dévot et l’Ordre de la Persévérance institué par Mme de Genlis49, l’inspiration est la même.

  • 50 La pratique des définitions mobilise nombre de cénacles parisiens ou provinciaux ; on verra ainsi (...)

70On conçoit aisément que les aptitudes développées dans ces cercles à des fins de reconnaissance par les pairs se trouvent logiquement réinvesties dans l’écriture pédagogique avec, cette fois, un objectif d’efficacité pédagogique. Ce nouvel enjeu conduit Mme de Maintenon, dans ses Conversations, à se ressaisir des formes d’une rhétorique mondaine directement pratiquées dans les cercles précieux50 ; le même projet conduit Mme de Genlis à réinvestir la forme de la petite comédie de société pour la lester d’un contenu moral.

71Dans les deux cas, le projet édifiant crée parfois de réelles tensions dans une écriture qui prétend adapter des formes conçues pour un autre usage : les auteurs des théâtres d’éducation seront tous confrontés à cette recherche d’un équilibre instable entre discours édifiant et logique dramatique.

  • 51 Mme de Genlis ne fera que quelques tentatives relativement marginales pour s’approcher du genre et (...)
  • 52 En 1786, lors de la fête séculaire de Saint-Cyr, le terme revient à plusieurs reprises dans les di (...)

72Mais sur un autre plan, cette capacité à détourner des formes, à les réinvestir à d’autres fins nous paraît très caractéristique d’une écriture pédagogique féminine qui, loin de se glisser dans les formes majeures de la littérature morale – l’essai, ou le traité par exemple – ne réinvestit pas davantage d’autres formes majeures de la littérature comme la tragédie51, mais s’emploie à faire dériver des formes mondaines une littérature morale buissonnière et de dimension modeste, façonnée par une « ingéniosité52 » acquise dans l’expérience mondaine. En ce sens, comme femmes et comme auteures – même si Mme de Maintenon se défend vivement de revendiquer ce statut – toutes deux se situent au point d’articulation entre des genres ailleurs pratiqués et une écriture pédagogique qui tente, au xviiie siècle encore, de s’inventer.

Notes

1 Sur la faveur des textes maintenoniens au xixe siècle par exemple, on se reportera à la communication de B. Bray, « Autour de Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon », Albineana, 10-11, Niort, 1988, Association des amis d’Agrippa d’Aubigné, 1999.

2 Le terme de « théâtre » englobe ici une série de 40 Proverbes dramatiques et de 56 Conversations, saynètes édifiantes dialoguées et composées pour être jouées par les pensionnaires de la Maison Royale de Saint-Cyr. La composition de ces textes s’échelonne entre 1687 et 1718.

3 De l’éducation, suivi des conseils aux jeunes filles, d’un théâtre pour les jeunes personnes et de quelques essais de morale, publiés par M.-F. Barrière, Paris, 1824 ; édition nouvelle et augmentée, Paris, 1824.

4 Entretiens, drames et contes moraux à l’usage des enfants, La Haye, 1778.

5 Madame de Maintenon, pour servir de suite à l’Histoire de la Duchesse de La Vallière, par Mme. de Genlis, 3e édition, revue et corrigée par l’Auteur, Paris, Cellot, 1806.

6 Discours sur la suppression des couvents de religieuses et sur l’éducation publique des femmes, par Mme de Brulart, ci-devant Mme de Sillery, Gouvernante des Enfans de la Maison d’Orléans, Paris, chez Onfroy, 1790. Saint-Cyr y est largement décrit et présenté comme « une ingénieuse et sage institution [qui] prépare, pour le bonheur de la Société, des femmes éclairées et vertueuses, & d’excellentes mères ».

7 Lors de la fête séculaire de Saint-Cyr, en 1786, plusieurs des éloges consacrés à la fondatrice s’attardent sur ses compositions dramatiques, qu’il s’agisse du discours du Père Lenfant ou de celui de l’abbé Du Serre Figon (Discours pour la fête séculaire de la Maison Royale de Saint-Cyr, prononcé dans l’Eglise des Dames de St-Louis, le 27 juillet 1786, dédié à son A.R. Mme Elizabeth de France, Sœur du Roi, Paris, de l’imprimerie de Clousier, chez Berton/Lesclapart, 1786, Approb. du 28 septembre 1786, p. 23).

8 Antoine de Caraccioli décrit cette pratique dans La vie de Madame de Maintenon, Institutrice de la Royale Maison de Saint-Cyr, Paris, chez Buisson, 1786. Un auteur édifiant comme Pierre Collet en préconise encore l’introduction dans les établissements féminins d’éducation à la fin du xviiie siècle (Cf. Recueil d’histoires édifiantes pour servir de lecture aux jeunes personnes de l’un et l’autre sexe. Nouvelle Edition, revue, mise en ordre, & considérablement augmentée. Par M. Collet, Prêtre de la Congrégation de la Mission, Docteur en Théologie, à Paris, chez la Vve Duchesne, 1767, p. 411-412).

9 Les loisirs de Madame de Maintenon, Londres ; Paris, Duchesne, 1757, in-12, p. 359.

10 L’édition opère volontairement une sélection parmi les Conversations déjà composées à l’époque, organise les textes à partir de notions susceptibles d’intéresser le public en ce milieu du xviiie siècle (« la société », « la raison ») et adoucit quelques formulations socialement marquées et donc datées. Les échos de cette publication dans le Journal de Trévoux en mars 1757 et les débats sur l’authenticité des textes, n’ont pu laisser cette parution passer inaperçue ; mais il est vrai que la future Mme de Genlis n’a alors qu’une dizaine d’années.

11 Parmi d’autres visiteurs souvent cités, Antoine de Caraccioli bénéficiera ainsi d’une telle faveur en 1784 et s’en fera l’écho dans une « Lettre de l’Auteur, sur la Maison Royale de Saint-Cyr, à Madame la Comtesse de *** », insérée à la fin de La vie de Madame de Maintenon, op. cit., p. 501.

12 Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au xviiie siècle, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Voltaire Foundation, Oxford, vol. 350, 1997.

13 Mais, à l’inverse, une autre série de textes tardifs, permettra de montrer la longévité de certains choix ou de certaines conceptions : ainsi les 17 dialogues présents dans la Nouvelle méthode d’enseignement pour la première enfance…, Imprimerie de Crapelet, Paris, 1801. Les différentes pièces sont citées d’après l’édition suivante : Théâtre à l’usage des jeunes personnes, Paris, M. Lambert et F.-J. Baudoin, 4 vol., 1779-1780, 522 ; 463 ; 435 ; 411 p.

14 On le retrouvera aussi dans les Proverbes, bien que cette catégorie de saynètes propose une intrigue minimale, construite autour d’un adage qu’elle est censée illustrer ou traduire dans une « action ». Quoique plus proches à ce titre d’une petite comédie, les Proverbes sont parfois phagocytés par le genre de la Conversation tel qu’il est mis en place dans les textes éponymes.

15 L’Éducation des Filles a largement valorisé la conduite de l’entretien entre maître et élève en soulignant l’effort de mise à niveau du maître par rapport à son interlocuteur enfantin.

16 Chapitre V, « Instructions indirectes : il ne faut pas presser les enfants », in De l’éducation des filles [1687], Bassompierre, Paris, 1771, p. 34.

17 Entretien LVI, « Avec les Dames de Saint Louis », novembre 1706, in Lettres et Entretiens sur l’éducation des filles, T. Lavallée éd., Paris, Charpentier, 1854, 2 vol., p. 235.

18 Adèle et Théodore, ou Lettres sur l’éducation, Contenant tous les principes relatifs aux trois différents plans d’éducation des Princes et des jeunes personnes de l’un et l’autre sexe, introduction, édition, index et notes par Isabelle Brouard-Arends, Presses Universitaires de Rennes, 2006, Tome second, Lettre XXXIII, La même (baronne) à la vicomtesse, p. 355.

19 Ces Entretiens, transcrits par les Dames de Saint-Louis maîtresses des classes à Saint-Cyr, ont été « révisés » par Mme de Maintenon elle-même. La plupart sont rassemblés dans les Lettres et Entretiens sur l’éducation des filles, (voir note 18) ; quelques-uns figurent aussi dans les Lettres historiques et édifiantes, T. Lavallée éd., Paris, Charpentier, 1856, 2 vol.

20 Le titre intégral de l’ouvrage est : Les Leçons d’une gouvernante à ses élèves ou Fragmens d’un Journal, qui a été fait pour l’Éducation des Enfans de Monsieur d’Orléans, par Madame de Sillery-Brulart, Gouvernante de Monsieur d’Orléans, Paris, Onfroy, 1791, 2 vol.

21 Tel est le cas pour l’exercice d’écriture proposé à Adèle et dans lequel il s’agit de rédiger une lettre de réponse aux positions développées par sa mère : l’échange rédigé apparaît bien comme une autre situation de dialogue.

22 Le titre complet est Nouvelle méthode d’enseignement pour la première enfance par Mme de Genlis ; Impr. de Crapelet, Paris, 1801.

23 Dans un entretien de 1716 à la classe jaune, Mme de Maintenon renvoie ses auditrices à la conversation « Sur l’indiscrétion » (Entretiens sur l’éducation des filles, op. cit., Entretien LXXVI, p. 332) ; dans un autre entretien, inédit celui-là et intitulé « De la manière de parler raisonnablement », l’Institutrice explicite les intentions qui ont guidé la composition de la conversation « sur le mensonge » et précise : « […] c’est ce qui m’a fait mettre des sentiments si différents dans ces conversations surtout en celle du mensonge ».

24 Adèle et Théodore, op. cit., p. 256. C’est nous qui soulignons. Le rôle de la saynète dramatique avait déjà été mentionné plus haut : « Adèle, prévenue par la petite comédie de La Colombe, n’avait qu’une médiocre envie d’aller au bal. » (ibid., p. 243)

25 52e instruction, « Des jeux d’esprit », in Copie des instructions de Madame de Maintenon, Bibliothèque de l’Institut Catholique, Manuscrit 243, p. 558 sq.

26 « Instruction aux Demoiselles de la classe verte », Sur les jeux d’esprit, octobre 1705, Entretiens sur l’éducation des filles, op. cit., Entretien XLIX, p. 196-197.

27 Lettre du 26 octobre 1696, à M. le Marquis de Dangeau (Lettres de Mme de Maintenon, éd. par Marcel Langlois, t. V. Dans un autre entretien aux Dames de Saint-Louis Mme de Maintenon concédera même une variante religieuse du jeu, à condition que cela ne conduise pas à singer de façon blasphématoire les pratiques du christianisme.

28 L’exposé du jeu lui-même est encore suivi d’un développement intitulé « Instructions relatives au jeu de Madame pour la petite fille qui doit jouer le rôle de mère » et qui livrent des contenus concernant les propriétés des aliments qui pourraient être réinvestis utilement dans le jeu.

29 Adèle et Théodore., op. cit., lettre XI, p. 87.

30 La substitution des vertus de la parole à celles de l’expérience, ou leur équivalence est aussi affirmée par Mélanie dans la Conversation « Sur les lettres » lorsqu’elle conseille d’écouter Héloïse : « […] il vaut mieux profiter des lumières qu’elle nous donne, et qui devraient nous avancer dans la sagesse que tant d’autres n’acquièrent que par l’expérience ».

31 Nouvelle méthode…, op. cit., p. 18.

32 Nous renvoyons ici aux remarquables synthèses de Myriam Maître et de Delphine Denis sur l’œuvre de Mlle de Scudéry, qui soulignent cette dimension de la conversation pratiquée dans les cercles mondains à partir du milieu du xviie siècle.

33 Conseils et Instructions aux Demoiselles pour leur conduite dans le monde (Avis, Lettres, entretiens, Conversations, Proverbes), T. Lavallée éd., Paris, Charpentier, 1857, Conversation 28.

34 On trouve de telles évocations dans les Conversations « Sur la liberté des femmes lorsqu’elles sont dans le monde », « Sur l’éducation et l’avantage d’être élevée un peu durement », « Sur la bonne et la mauvaise gloire », « Sur le célibat », « Qu’il y a de la peine dans tous les états », ou « Sur les inconvénients du mariage ».

35 À la scène III, Zélis qui a déjà connu l’expérience du bal en dévoile les inconvénients pour les néophytes que sont Rosine et Amélie

36 Comédie en un acte, scène II, p. 99 sq.

37 La Conversations « Sur les lettres » ou celle « Sur les occasions » se saisissent de la peinture concrète et horrifiante des situations dans lesquelles les femmes peuvent se perdre de réputation.

38 Le même priorité est réaffirmée dans la correspondance avec les maîtresses des classes : « […] tâchez de leur apprendre à distinguer le bon, le mauvais, l’indiscret, l’imprudent, l’immodeste, le grossier et tout cela peu à peu, laissant passer même bien des choses. », LANGL. INED., L. 3418, 12 juin 1715, A ma Sr de Vandam, Première maîtresse des Bleues.

39 Les flacons, Comédie en un acte, scène II, p. 99 sq.. Le processus distinctif apparaît bien comme caractéristique de l’élaboration du savoir moral comme on le voit encore dans Adèle et Théodore, lorsque la vicomtesse demande à Mme d’Almane d’évoquer le défaut secret d’Adèle : « D’abord il faut nous entendre : définissez-moi ce que c’est qu’avoir un défaut ? – C’est un penchant plus ou moins dangereux qui nous domine constamment… – Qui nous domine constamment ! Quelle terrible définition !…. – Je la crois juste. – Et moi aussi c’est pourquoi j’ai toujours pensé qu’il est impossible d’être parfaitement heureux si l’on a un seul défaut. – Et vous pensez que l’éducation peut les corriger tous ? – Si elle ne corrige un, pourquoi n’en corrigerait-elle pas deux, trois, quatre ? – Oh, parce que nous ne pouvons être parfaits. – Parfaits ! Non, certainement. Mais songez qu’il est fort différent de faire une faute ou d’avoir un défaut » (op. cit., p. 596). Les opérations de définition interviennent ici entre adultes et ont quitté l’espace du dialogue théâtral.

40 Ce présupposé constitue d’ailleurs une différence essentielle entre les Conversations de Mme de Maintenon et les textes éponymes de Mlle de Scudéry publiés à partir de 1680 : les Conversations morales de cette dernière laissent parfois coexister plusieurs points de vue ou admettent qu’une question ne soit pas résolue.

41 De façon parallèle dans Les dangers du monde, Dorizée parlant de Mme de Germini, est celle qui livre la leçon à tirer de sa mauvaise conduite : « Eh quoi ! Tant de confiance et d’estime n’ont pu la retenir ? Ignore-t-elle donc qu’en abuser, c’est, en se déshonorant, s’en rendre à jamais indigne ?/Juliette : Ah ! Madame, n’accusez point son cœur./Dorizée : Mais à quoi sert un bon cœur, si la conduite et les actions de la vie en démentent les sentiments ?/Juliette : A gémir de ses fautes et à les réparer./Dorizée : Les réparer ! Eh ! Le peut-on toujours ? Non, celui qui peut en commettre de graves ne réfléchit guère à la possibilité de la réparation ; ou, pour mieux dire, la supposition d’un tel calcul est chimérique : entraîné, séduit, égaré, conserve-t-on encore l’usage de la raison et la faculté de réfléchir ? » (Op. cit., tome II, acte I, sc. 2, p. 371).

42 Lorsqu’il arrive qu’une « mauvaise » définition soit proposée, elle est immédiatement explicitement dénoncée par les protagonistes et conduit à des rectifications (voir par exemple la Conversation « Sur la contrainte » qui est construite sur la réfutation successive des définitions du bonheur respectivement proposées par plusieurs Demoiselles : le jeu des contre-exemples successifs conduit à renouveler plusieurs fois les hypothèses de définition jusqu’à la résolution de la question posée.

43 Voir Dominique Bertrand, « L’éducation selon Fénelon », Enfance et littérature au xviie siècle, Littératures Classiques, n° 14, janvier 1991, p. 222 sq.

44 Conversation « Sur les discours populaires ».

45 Conversation « Sur la faveur ».

46 Conversation « Sur le bon esprit ». Propos de Célestine après la longue description de sa vie sage par Agathine. D’autres Conversations fournissent des exemples de jugements railleurs du même ordre : « Croyez-vous ces distinctions-là bien divertissantes ? (« Sur les différents caractères d’esprit »), « Voilà une dévotion bien mélancolique » (« Sur la dévotion »), « Ce beau parti sera peu suivi » (« Sur la générosité »).

47 L’île heureuse offre ainsi une scène dans laquelle les jeux subtils de raillerie entre les deux personnages de jeunes filles et leurs retournements – l’une croit être seule capable de railler alors que l’autre lui retourne habilement sa raillerie – constituent une véritable joute parfois proche de la méchanceté et en tout cas significative d’un rapport de forces.

48 Alain Génetiot, Poétique du loisir mondain de Voiture à La Fontaine, Paris, H. Champion, 1997.

49 Dans ses Mémoires, tome II, p. 361, Mme de Genlis, expose les règles de cette société, parodie des modes de recrutement de l’ancienne chevalerie. Le loisir mondain au xviie siècle détourne lui aussi les règles d’autres institutions comme celle du couvent, ou de l’Académie avec son système d’élection.

50 La pratique des définitions mobilise nombre de cénacles parisiens ou provinciaux ; on verra ainsi Bussy-Rabutin exiger de sa fille qu’elle fasse clairement la distinction entre la bonne grâce et le bon air, la différence « de bon sens et de jugement, celle de raison et de bon sens, celle de génie et de talent, celle de l’humeur, du caprice et de la bizarrerie ; de l’ingénuité et de la naïveté ; de l’honnêteté, de la politesse, de la civilité ; du plaisant, de l’agréable et du badin » (Correspondance de Roger de Rabutin, Comte de Bussy avec sa famille et ses amis (1666-1693), Ludovic Lalanne (éd.), Paris, Charpentier, 1858-59, Lettre du 28 décembre 1678).

51 Mme de Genlis ne fera que quelques tentatives relativement marginales pour s’approcher du genre et ses toutes premières pièces ne sont pas de cette nature, quant à Mme de Maintenon elle n’entendra jamais qu’être la commanditaire de telles pièces, faisant appel à Racine certes mais aussi à Duché de Vancy ou à l’abbé Boyer.

52 En 1786, lors de la fête séculaire de Saint-Cyr, le terme revient à plusieurs reprises dans les discours du Père Lenfant ou de l’abbé Du Serre Figon, lorsqu’ils célèbrent les talents d’auteure de Mme de Maintenon.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540