Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Troisième partie. Éducation noble et bourgeoise : la question du public

Des femmes éducatrices dans le roman français (1671-1807)

Annie Rivara

Texte intégral

  • 1 1671-1674, Mémoires d’Henriette Sylvie de Molière par Mme de Villedieu, 1807, Mémoires d’un (...)
  • 2 Comme l’ont bien démontré les travaux de René Démoris ainsi que nos « Sœurs de Marianne, Suites, I (...)
  • 3 Marivaux, La Vie de Marianne, Le Paysan parvenu ; Mme de Tencin, Les Mémoires du comte de Comminge(...)
  • 4 I. Brouard-Arends, Vies et images maternelles dans la littérature française du xviii(...)

1Notre corpus est largement dispersé1 mais nous ne traitons que des romans en première personne dits autobiographiques. Dans ce siècle où se développe le roman de formation, la période éducative et la première personne narrative ont une place majeure2. Nous évitons d’autre part presque toutes les œuvres très connues et déjà très analysées3 et plongeons dans la forêt des œuvres de moyenne importance et surtout des « minores » qui offrent toujours des données significatives du genre narratif. Il nous fallait éviter aussi plusieurs écueils, la suite chronologique de monographies, la succession de femmes éducatrices « types » organisée de façon thématique. Enfin une organisation construite autour des problèmes de l’éducation aurait dissous notre étude, nécessairement centrée, dans les larges questions traitées par I. Brouard-Arends, Sandrine Aragon, ou plus anciennement par P. Fauchery4.

2Nous souhaitons faire une analyse de structures littéraires et de représentations romanesques. Les femmes éducatrices naissent de plumes masculines ou féminines, éduquent jeunes filles et jeunes gens, elles agissent dans le monde ou en vase clos et sont fort diverses. Nous avons fait place aussi aux éducatrices subalternes, gouvernantes, femmes de chambre et aux compagnes légèrement plus âgées. Nous savons aussi que l’opposition entre éducation et corruption permettrait d’aller plus avant dans l’analyse mais elle n’est pas exactement le cœur de notre problématique encore qu’elle n’en soit nullement absente, au contraire.

3C’est ainsi qu’il nous semble que chaque roman ou ensemble de romans offre ce que nous appelons un système d’éducatrices plus ou moins nombreuses et complexes, se relayant dans l’œuvre, se renforçant ou se contredisant, avec des conséquences diverses. Nous présentons ces systèmes non pas dans l’ordre chronologique mais selon une organisation qui tient lieu de leur complexité et de leur signification, et qui va dans l’ordre croissant de la présence et de l’efficacité des éducatrices.

  • 5 Voir I. Brouard-Arends, op. cit., p. 64 et suivantes. Voir aussi Aurélie du Crest, Modèle familial (...)
  • 6 Poullain de la Barre, De l’égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit l’impor (...)
  • 7 I. Brouard-Arends, op. cit., p. 70-71 et suivantes.

4Notre étude suppose un rappel du statut juridique et politique de la femme qui résulte alors de la fusion de la tradition patriarcale antique et d’une tradition chrétienne misogyne. Saint Paul, après Aristote, souligne l’infériorité de la femme, méconnaissant d’ailleurs ainsi la leçon égalitaire du Christ. C’est sous l’autorité du père que se constitue la famille : le père est à l’image du roi, comme le dit I. Brouard-Arends5. Les idées du cartésien Poullain de La Barre sont tout à fait marginales (De l’Égalité des deux sexes, Discours physique et moral, Paris 16766), se fondant sur l’égale répartition du jugement entre hommes et femmes, selon la double nature de l’être humain. Quelle que soit la diversité régionale du droit français, la législation est muette sur la mère, sauf dans le règlement de ses droits après la mort du mari, qui vise à préserver l’héritage des enfants, la mère ne jouissant que de l’usufruit de la moitié des biens de ces héritiers. Il faut ainsi éviter que ces biens ne passent à la ligne maternelle. La situation de la mère est donc « infantilisante et vexatoire7 ». L’autorité ne peut lui être accordée qu’après la mort du père ou si, par sa démence ou son absence, il ne peut pas l’exercer. Hormis ces cas, la puissance de la mère est exclue, puisque la femme est sous la puissance de son mari et ne peut rien faire sans son autorisation. L’importance croissante de la dévotion à la Vierge Marie dans le cours du siècle n’infléchit en rien cette situation puisqu’elle renforce le modèle maternel de l’abnégation, de l’humilité, de la soumission et des sacrifices de soi. L’univers éducatif est donc peu maternel sauf si la mère veuve se concentre dans la préoccupation unique de l’avenir de son enfant. La famille soudée ou éclatée pèse de tout son poids sur les comportements maternels.

  • 8 Courtilz de Sandrars, Mémoires de LCDR, Paris, 1687 ; Anonyme, Mémoires du chevalier Hazard, tradu (...)

5Or nous constatons que dans l’univers de la fiction prédomine une carence de figures maternelles et même de figures éducatrices de substitution. L.C.D.R. perd sa mère deux jours après sa naissance, ne connaît qu’une nourrice subalterne et est en butte à la haine de sa belle-mère. Le chevalier Hazard trouvé devant une église, élevé aux frais de la paroisse, trouve, grâce à sa foi et à ses connaissances religieuses, non pas une éducatrice, mais une protectrice qui paie pour lui une formation chez un orfèvre (p. 17), mais elle meurt au bout de six mois. Des Grieux et Manon sont sans mère et sans figure éducatrice féminine. Pas de figure féminine non plus près du commandeur qui a reçu fortune et chance par la mort de son frère aîné, et qui choisit l’ordre de Malte « ayant pris ce goût dans la lecture » et malgré la « résistance de [sa] famille », non précisée (p. 44). Pas d’éducatrice non plus dans Les Confessions du Comte de * de Duclos ni dans La Poupée de Galli de Bibiéna. Dans Imirce ou la fille de la Nature de Du Laurens, c’est le philosophe Ariste qui assure la formation des héros. Dans Amabile enfin du Prince de Ligne, le prince n’a d’autre éducatrice que la « Nature8 ».

6Notre analyse a quatre étapes, deux modèles fondés sur la mort de la mère, quatre modèles illustrant la problématique de la mère qui renonce à son rôle d’éducatrice ou qui échoue, puis les deux modèles en miroir contradictoire des éducatrices de l’ascension sociale des paysannes parvenues, cinq systèmes enfin d’éducatrices cohérentes en dépit d’une tonalité parfois très paradoxale.

7Sur la mort de la mère peuvent se construire d’abord deux systèmes, un système de mystères non résolus et un système conventuel perverti.

  • 9 Mme de Villedieu, Mémoires de la vie d’Henriette Sylvie de Molière, Paris, Barbin, 1671-1674 ; rep (...)

8Le premier système est celui des mystères Dans les Mémoires d’Henriette Sylvie de Molière9, la mère a accouché mystérieusement dans un village au bord de la Méditerranée puis a disparu. Sur son ordre, la petite fille est nommée Henriette Sylvie : Henriette évoque une haute lignée, Sylvie le lieu de sa naissance. C’est d’abord une paysanne qui se charge d’elle mais à cinq ans elle plaît au duc de Candale qui la remet à un couple de financiers de Pézenas. L’épouse la fait instruire avec soin mais on ne sait comment. Elle acquiert des talents convenables à ses futures aventures : elle a le don d’apprendre les langues y compris l’allemand. Elle chasse et, dès l’âge de dix ans méprise les divertissements du sexe « pour monter à cheval, tirer au pistolet ou quelque autre semblable exercice ». En fait sa mère adoptive, la dame de Molière, cherche à se débarrasser d’elle quand celle-ci a refusé à coup de pistolet de se laisser prendre par violence par le mari. La « bonne fortune » amène heureusement « une puissante dame » du fond de la Flandre pour prendre soin d’elle en France comme si elle eût été sa mère (p. 41). Les enquêtes mystérieuses de cette Mme de Séville, qui fait tout pour retrouver Sylvie s’achèvent sur une rencontre révélatrice qui évoque par avance celle de Marianne et de Mme de Miran : « Je la vis, je ne sais quoi que je ne puis exprimer nous donna de l’émotion à la vue l’une de l’autre. » (p. 57) « Sympathie » entre celle qui enquête et celle qui en est le but ou « mouvement plus caché » ? Une fois assurée que ce n’est pas une émissaire de Mme d’Englesac, la mère hostile du jeune noble qui l’aime, elle reste avec elle à Bruxelles, reçoit une donation de ses biens et épouse Englesac (p. 116). « Ce fut à cette fois que je la regardais comme si elle eût été ma véritable mère. » (p. 60) Ainsi s’achève cette étrange éducation mystérieuse et providentielle.

  • 10 Longchamp, Mémoires d’une religieuse écrites par elle-même, Amsterdam-Paris, 1766.

9Le système conventuel perverti apparaît dans les Mémoires d’une religieuse, 176610. Des éducatrices faibles et sottes mènent les héros à l’inceste. Deux religieuses dont l’une est la tante des enfants et l’autre la maîtresse des études de l’institution, éduquent deux jumeaux, un garçon et une fille, tous deux vêtus en fille. Ils ont alors huit ou neuf ans. Elles s’associent ainsi aux manœuvres familiales frauduleuses du baron de Roche-Ecueil qui veut s’assurer la succession de son frère. Par la douceur de sa sœur Adélaïde, cette éducation freine la pétulance du garçon, prénommé Henriette, qui pourrait être révélatrice. La nature peu à peu parle chez les enfants, en un amour incestueux et innocent, puisqu’il s’ignore, mais les engage à progresser ensemble sur tous les plans. « Ce fut donc à l’Amour que nous dûmes notre avancement dans l’étude… et nos progrès dans la vertu. » (p. 44) Ce n’est qu’au bout de quatre ans qu’un hasard de la règle monastique révèle leur sexe aux adolescents, avec les dangers d’une indiscrétion. Pour préserver le secret familial, les deux religieuses montrent alors « un empressement […] qui n’avait d’autre principe que l’intérêt, la crainte ou le remords » (p. 89) et ont sur leur visage « un air de confusion et d’embarras » qui réjouit d’abord les jeunes gens (p. 91). Le père emmène son fils avec « quelques malédictions contre le couvent et surtout contre sa sœur à qui il a imprudemment confié le secret de sa fortune » (p. 98). Henriette étant rendue malade à mourir par la séparation, on réunit les deux adolescents et l’inceste s’accomplit entre ces jumeaux si semblables : « Jamais ressemblance ne fut plus parfaite. La nature n’avait eu qu’un modèle en formant nos deux corps et nos deux âmes. Sans la différence des sexes, j’eusse été Henriette, Henriette Adélaïde. » Après des aventures multiples et violentes, Henriette consacrera le reste de sa vie à expier des crimes dont les vrais responsables sont les deux religieuses.

  • 11 Gaillard de la Bataille, Histoire de la vie et mœurs de Mademoiselle Crosnel, dite Frétillon, écri (...)
  • 12 Thérèse philosophe ou mémoires pour servir à l’histoire du Père Dirrag et de Mlle Era (...)
  • 13 Mémoires d’Anne-Maris de Moras, comtesse de Courbon, écrits par elle-même, adressés à Mademo (...)

10Un second ensemble de romans illustre justement la problématique d’un renoncement de la mère à son rôle éducateur, mais dans des perspectives très différentes, l’Histoire de Mlle Crosnel dite Frétillon, par Gaillard de La Bataille, 1739-176211, Thérèse philosophe, roman anonyme, 1748, Les Confessions de la Baronne de**, attribuées au chevalier de Neuville Brunaubois Montador, 174312 et enfin les Mémoires d’Anne-Marie de Moras, par le Chevalier de Mouhy13. Les deux premiers sont des romans libertins. Frétillon satirise l’actrice Mlle Clairon, connue pour ses sympathies envers le parti des philosophes. Gaillard montre comment sa mère a voulu la former à la galanterie. Frétillon qui est « le fruit de ses complaisances générales » (p. 135) doit remédier à la misère de cette mère vieillissante. Ses penchants et ses lectures, Brantôme et Aloysia, y inclinent fort l’adolescente qui reçoit volontiers ce discours maternel « pathétique » (p. 136) : sa figure « chiffonnée » et badine lui permettra de « ménager » les hommes avec art, et d’« exploiter leurs faiblesses » pour se procurer les revenus nécessaires : « La galanterie est un art méthodique. » (ibid.) Il faut « parfois paraître plus facile à vaincre, céder à propos et toujours attribuer le sacrifice à l’excès d’un amour supposé ». Elle gagnera sous cette conduite, robes, bijoux, porcelaines, pièces d’argent, trumeaux, meubles et surtout argent comptant. En fait, la mère échoue dans ce projet ce qui contrarie fort les treize ans de Crosnel à qui un « badinage secret » ne suffit plus. C’est un homme qui assure l’initiation et le succès, de Crosnel que sa mère est désormais obligée de ménager. L’éducatrice entremetteuse a échoué.

11L’héroïne de Thérèse philosophe, née en Vencerop (Provence) est d’abord éduquée par sa mère, elle-même entretenue autrefois par un gentilhomme fort riche, mais celle-ci est devenue dévote par incapacité aux plaisirs après cette naissance. Dès les sept ans de l’enfant, cette mère s’aperçoit que la petite fille maigrit, dévore et se livre au plaisir solitaire. Elle se contente alors de lui lier les mains et de l’envoyer au couvent où son tempérament la rendra très ouverte à tous les enseignements philosophiques libérateurs, notamment ceux d’une Mme de C., couronnés par la rencontre du Comte, qui fera d’elle une femme audacieuse et conforme au libertinage savant du xviie siècle. La mère n’a donc joué aucun rôle, ce qui est fort en accord avec l’optique libertine du récit.

12La baronne de** est une sœur de L.C.D.R. de Courtilz de Sandrars, garçon noble mal aimé. Dans son récit de pécheresse, s’entassent liaisons, meurtres, procès, mutilations et tromperies. Bien nommée, Marie Madeleine a été élevée à « l’orgueil », la « volupté », la « ruse », aux précautions frivoles nées de « l’intérêt » et du « dérèglement ». « Enfant de bienséance », elle paraît incarner l’ordre établi et n’est qu’un être livré à l’anarchie morale. Son inquiétant prénom lui vient de sa marraine, une domestique, sa première éducatrice. Quoique « Des Zongaux », elle est éduquée « sans façons » (I, p. 3) c’est-à-dire sans soin. Sa mère lui en veut d’exister et lui préfère sa sœur, haineuse et moins belle qu’elle. Ses parents semblent souhaiter la voir mal tourner pour justifier leur indifférence et leur permettre de se débarrasser d’elle par un couvent. Elle est vouée à la dégradation par manque d’éducation ; elle est inconsistante et sans principes, aventurière sans dessein qui nie sa propre « qualité » sociale, se sentant autorisée par l’injustice de ses parents à bafouer les lois de l’honneur et de la famille. « Je crus que ma mère oubliant que j’étais sa fille, je pouvais oublier qu’elle était ma mère. » (I, p. 21) Ce roman est donc problématique et, à l’inverse de La Vie de Marianne montre comment une fille noble, nantie d’une mère et d’alliances, peut se commettre, si on ne lui enseigne pas la dignité. Cette confession pseudo-expiatoire se termine d’ailleurs sur un bilan farcesque et chiffré de cette vie anarchique.

13Les Mémoires d’Anne Marie de Moras présentent une version complexifiée de cette problématique de la mère nuisible. Ce système d’éducatrices est un relais complexe sur trois générations et passe par des éducatrices subalternes. L’héroïne narratrice, fille de M. Perrin de Moras et de Mlle de Farges, hérite d’abord du poids de l’éducation donnée à sa mère par sa grand-mère. Celle-ci a fait lire à sa fille les « ouvrages où la tendresse domine » (I, p. 22) pour pouvoir se livrer à une « dissipation aimable » (ibid.). À onze ans, celle-ci connaît les tragédies, à douze, les grands romans. « Ma mère », raconte Mme de Moras à sa fille, « charmée de la vivacité avec laquelle je dévorais les livres m’en fournissait chaque jour de nouveaux ». L’adolescente est mue par un mimétisme correcteur des héroïnes :

  • 14 Sur ces mécanismes de la lecture imitatrice, voir Sandrine Aragon, op. cit., notamment p. 132140 ; (...)

[…] il me semblait en m’examinant qu’à leur place je ne me serais pas fait un principe de devoir, de mettre les malheureux amants dans une situation désespérée14 » (I, p. 23).

14Elle devient rêveuse et plus avide de lectures que jamais. Pour la guérir de sa « mélancolie », sa mère l’autorise à lire « ces romans, modernes où il est permis d’avoir un cœur et d’en faire un aimable usage » (ibid.), ce qui l’attache encore à sa rêverie. Devenue mère à son tour, elle ne se charge pas non plus de sa fille :

Ma mère qui aimait le grand monde avait remis mon éducation à une fille nommée Mlle de La Selle. (II, p. 5)

15Jusqu’à huit ans elle reçoit l’éducation ordinaire pour une personne « née avec du bien » (ibid.). À la mort du père, Mme de Moras veut lui faire donner désormais « une éducation solide et suivie » (II, p. 6), ce qui est impossible dans sa maison « sans cesse remplie d’un monde distrait et vif » (ibid.). Elle la conduit au couvent du Cherche-Midi, avec une grande affliction et en demandant tant d’indulgence qu’il est clair que « les manières qu’on aurait pour [l’enfant] seraient peut-être toutes prises avec un peu trop d’aveuglement » (II, p. 7). L’« air sévère et rébarbatif » des vieilles religieuses destinées à l’éduquer fait « jeter les hauts cris » à l’enfant et Mlle de La Selle les éloigne de peur de mécontenter la mère. L’héroïne s’habitue enfin à cette maison, et à 10 ans et demi sait « tout ce qu’une fille bien née doit savoir » (II, p. 8), tout en gardant le dégoût du couvent. Comme sa propre mère et sans qu’on sache d’abord par quelle médiation, elle dévore les romans, « où les tendres sentiments dominent tous seuls » (II, p. 9), ce qui « mollit » le cœur et l’engage à « les imiter » (ibid.). Elle a trouvé une compagne, de deux ans plus âgée qu’elle, Julie, avec qui elle partage expériences et réflexions. Celle-ci plus avancée qu’elle, trouve la métaphore de la bouteille des bulles de savon pour lui expliquer la réalité du mariage et se charge, à ses risques et périls, de découvrir le mystère de l’anatomie masculine chez leur maître de musique endormi, ce qui fait un scandale et cause le renvoi de celui-ci. Mme de Moras donne à sa fille une femme de chambre, Étiennette Auger accompagnée de sa fille, La Gauri, parce que sa fille s’est plainte de Mlle de La Selle. Ainsi l’héroïne narratrice est désormais entre quatre éducatrices manipulatrices, sa mère, Julie, Étiennette et La Gauri. Sa mère favorise curieusement les relations de Julie avec un M. de La Motte, prétendant de sa fille parce qu’elle trouve « un plaisir ravissant à se gouverner tout différemment des usages ordinaires » (II, p. 53). Julie lui ment et ménage ses intérêts pour se marier et éviter une vocation forcée. Étiennette est « souple et adroite » (II, p. 73), la brouille avec Julie, se fait pardonner d’avoir révélé à la mère le secret des bandelettes soulevant les chairs pour feindre une gorge encore absente (II, p. 71) et partage le sacrifice secret d’un poulet pour faire croire qu’Anne-Marie est nubile. La Gauri lui fournit des romans, y compris des ouvrages libertins, contre l’avis de Mlle de La Selle, et les attribue à Julie quand ils sont découverts. Le secret de cet ensemble est l’orgueil maternel de Mme de Moras : « Elle s’admirait en moi » (II, p. 104), « Quelle est la mère idolâtre qui se rend justice sur l’éducation qu’elle donne à sa fille ? (II, p. 105)

  • 15 Mouhy, La Paysanne parvenue, Paris, Prault, 1735-1736, La Haye, Néaulme, 1737 ; éd. utilisée, prés (...)

16Il faut associer en miroirs contradictoires les deux systèmes éducatifs ascensionnels de la Jeannette de Mouhy (La Paysanne parvenue) et de Jeannette seconde (La Nouvelle Paysanne parvenue15). Les nombreuses éducatrices de Jeannette lui enseignent peu à peu le brillant univers où elle parvient. Celles-ci apparaissent dans quatre mondes successifs, la campagne natale, la route qui mène à Paris, la capitale (parties I et II), le couvent de S.N. (partie III). Au hameau, sa mère lui enseigne la vertu et la prudence, sa marraine Mme de N. lui fait apprendre à écrire et à broder, une gouvernante intéressée, la Duparc reçoit de l’argent du jeune marquis de L.V. pour servir l’amour qu’il éprouve pour elle. La nièce de la Duparc, Catherine a « beaucoup d’esprit et d’éducation », Jeannette reconnaît lui devoir « beaucoup » car c’est « elle qui commença à [lui] ôter les façons villageoises » (I, p. 62). Plus avancée que Jeannette, elle lui révèle les secrets de Mme de N. qui, quoique vertueuse, a « des adorateurs » (I, p. 62). Le jeune marquis de L.V. « fort assidu auprès d’elle » en « paraît fort amoureux » (I, p. 63). Cette nouvelle fait s’évanouir Jeannette, qui s’est éprise du marquis, et qui tombe malade. Catherine la soigne et lui apprend alors que la cour de L.V. auprès de Mme de N. n’est qu’« une feinte adroite pour être à portée de la voir » (I, p. 66). Elle ne sait toujours pas lire, car ni sa mère ni sa marraine, qui continuent à prendre soin d’elle ne s’en sont occupées. Après la tentative d’enlèvement de d’Elbieu fils de Mme de N., elle reçoit dans sa fuite les conseils d’une vieille femme qui lui raconte l’histoire de sa fille, Marianne, morte d’amour malheureux et de honte d’avoir failli céder à un marquis qui allait l’épouser sous un nom supposé. Encore poursuivie, Jeannette reçoit le secours d’une dame qui voyage avec sa fille dans une chaise. « Jamais les mères ne devraient s’éloigner de leurs filles et jamais une jeune fille bien née ne devrait faire un pas sans sa mère » (II, p. 87) dit-elle alors sentencieusement mais sans à propos ! Elle-même n’est pas « bien née » ! Cette dame, Mme de G., l’emmène à Paris, lui donne des maîtres d’écriture et de musique et maintient ses liens avec Mme de N. M. de G. ayant essayé de la séduire, Jeannette se confie entièrement à elle : « trop heureuse d’être guidée par une personne aussi éclairée » (II, p. 92). Désormais c’est elle qui assure un rôle formateur et médiateur, ayant pris Jeannette « dans une affection si tendre qu’elle ne mettait aucune différence entre mademoiselle sa fille » et elle. Jeannette s’est « perfectionnée avec [ses] maîtres » et sa voix est « admirée de tous » (II, p. 99). Mme de G. finit même par renoncer à lui faire épouser le financier Gripart, vulgaire et peu estimable, mais lui demande d’user de l’amour du jeune marquis pour le faire renoncer à son projet d’« union secrète » (II, p. 112) avec Jeannette, que son père n’acceptera jamais. La seule solution est que Jeannette se retire dans un couvent : « allez, vous serez toujours ma fille ; votre vertu me touche et m’attendrit » dit Mme de G., en l’envoyant au couvent de S.N. (III, p. 116). « Saluez votre respectable supérieure, elle est bonne, je lui ai parlé pour vous, elle veut bien se charger de votre éducation. » (III, p. 121) Jeannette ravale ses larmes car « il y a des occasions où il faut de la raison et de la patience » et Mme de G. doit même cacher leur complicité (III, p. 122). Ainsi s’achève cette éducation, là où doit commencer celle d’une fille de famille, au couvent. Celui-ci est un véritable « décrassage » social et moral qui sert ensuite de palier d’élan à la paysanne. Dans Jeannette seconde ce système est retourné en ensemble supposé révélateur de la malhonnêteté de Jeannette. Les femmes éducatrices ne font que favoriser un tempérament décrit dès les premières pages : « Un grand fonds d’orgueil, beaucoup d’amour propre, un peu de vanité, désir de plaire, goût du plaisir, penchant pour l’amour », servis par « l’art de déguiser tous [ces] défauts avec une heureuse adresse » (I, p. 4). La dynamique ascensionnelle qui projette Jeannette seconde vers la réussite est celle de la sensualité ; et Gaillard de La Bataille accuse ainsi le roman de Mouhy d’hypocrisie. Sa complexité est ramenée à un raccourci sardonique : disparition de la mère, présence d’une femme qui lui enseigne seulement « les pièces de l’ajustement », un couvent, une femme de chambre, la Duparc, qui renforce sa curiosité sexuelle, les mondaines des eaux de Forges et surtout une princesse. Elle est fille d’un très riche laboureur mise au couvent selon les conseils du curé pour la guérir de sa « mélancolie ». Or elle n’y trouve qu’une éducation au plaisir. « L’usage […] étant qu’une religieuse avait quatre pensionnaires sous sa direction, la supérieure (nommée Ste Félicité) me confia aux soins de Mère Sainte Pélagie qui n’en avait que trois » (I, p. 20). Pour se réjouir elle-même, celle-ci encourage ses élèves à de petits goûters de « friandises » qui s’achèvent sur des conversations « éveillées » qui passent les bornes d’une éducation décente (I, p. 22). Quant aux religieuses, elles ont un « esprit curieux, jaloux », enclin à l’intrigue et désireux de petites supériorités (ibid.). Ayant reçu de Ste Félicité le nom supposé de Mlle du Bigard, Jeannette seconde voit ainsi sa paysannerie parée d’un prestige emprunté. Quittant le couvent avec Ste Félicité pour les eaux de Forges et abandonnant l’encombrante Duparc, elle montre aux eaux sa capacité de jouer son argent avec une certaine élégance, ce qui séduit une Princesse. Celle-ci l’emmène à Paris où sa dot de financière, heureusement découverte et sauvée, lui permet de devenir duchesse, en dépit de sa « chute » ! Gaillard de La Bataille ironise férocement sur les valeurs éthiques et sociales affichées par l’aristocratie, la finance, les couvents : les éducatrices sont corrompues comme la société ; la leçon est un ricanement universel.

  • 16 Mlle de Lussan, Histoire de Mme de Gondez, Paris, 1725 ; Prévost, Cleveland, 1731-1739, Ams (...)

17Cinq romans enfin, pourtant très différents, offrent des systèmes d’éducatrices en totale cohérence, l’Histoire de Mme de Gondez, de Mlle de Lussan, Cleveland de Prévost, Les Mémoires d’un jeune Espagnol, de Florian, l’Histoire de Mme la Comtesse des Barres de l’abbé de Choisy, encore que ce soit dans un ton très paradoxal16.

18L’héroïne de Mlle de Lussan qui a 12 ans à la mort de sa mère, est confiée à l’Abbaye de Saint Antoine où sa tante religieuse, « fille d’un grand mérite qui [l’] aimait tendrement […] fit dans la suite sa principale affaire de [lui] donner les vraies idées de la vertu sans pourtant la [lui] montrer avec trop de sévérité » (I, p. 3). La mère mourante l’avait aussi confiée à la gouvernante Souville, également estimée du père, pour « continuer à donner ses soins » à éduquer l’enfant et lui « recommander avec tendresse d’écouter toujours avec douceur les conseils de cette fille, de les suivre et de [se] souvenir que c’étaient les impressions [qu’elle] recevrait dans sa jeunesse qui décideraient de toute [sa] vie » (I, p. 4). Souville et la tante l’éduquent pour entrer dans le monde en riche parti. Souville lui continue ses conseils. Quand elle s’éprend du chevalier de Fanime qui ne vaut rien, elle l’avertit :

Ma tendresse pour vous, permettez ce terme au soin que j’ai pris de votre enfance et de votre éducation, veut que je vous montre le danger où vous êtes. » (II, p. 154)

19Cette cohérence finit par porter ses fruits. Dans Cleveland, c’est sa mère qui élève le héros avec l’aide d’une certaine Mme Riding qui en fournit le lieu, qui ne manque pas de paradoxe. Cette mère qui a été la maîtresse de Cromwell après avoir été celle de Charles I, veut expier ses égarements dans une « vie sérieuse et appliquée » (I, p. 18). Elle s’est formée elle-même dans les bons auteurs, philosophes anciens et modernes. Ayant pour « principal objet de son étude la philosophie morale, elle y rapportait toutes ses lumières. Les autres sciences lui servaient comme de degré pour arriver à ce but » (I, p. 19). Elle a constitué pour son fils « un système complet » fait d’un petit nombre de principes clairs et bien établis » : pas de latin ni de langues étrangères sauf le français. « C’est le cœur et l’esprit qu’il faut cultiver à cet âge : de là dépend tout l’édifice du bonheur et de la vertu. » (I, p. 20) À la mort de Charles Ier, Cromwell refuse d’assumer son fils et devient même menaçant. Mme Riding, qui a déjà aidé une autre ancienne maîtresse de Cromwell, lui propose alors un abri sûr dans une « petite vallée » du Devonshire. En dépit d’une « espèce d’horreur naturelle que la disposition des lieux ne pouvait manquer d’inspirer » à la mère et à son fils (I, p. 33), cette retraite de Rumney Hole, profonde caverne aménagée pour être confortable, redouble la figure maternelle. « La terre nous ouvrait son sein. » (ibid.) Par cette éducation fusionnelle, favorisée par une autre femme, la mère ne veut pas inspirer l’horreur du père ni le travers de « juger par les dehors qui sont souvent trompeurs » (I, p. 81). Elle est lucide : « gare le naufrage de la sagesse parmi les écueils de l’amour » et pourtant elle ne condamne pas l’amour. Hors de Rumney Hole, Cleveland doit ensuite de façon tragique confronter ces principes avec une expérience familiale et amoureuse, contradictoire et difficile : quel lien avec l’éducation maternelle ?

20Dans les Mémoires d’un jeune Espagnol, le héros, qui est fort proche de Florian lui-même, a perdu sa mère un an après sa naissance. Mais à Fernixo (Ferney), sa tante cherche « à contribuer à [son] éducation ». « Tous les jours à sa toilette », écrivent ces mémoires, « je venais lire haut le Télémaque de Fénelon et Le Siècle de Louis XIV », ce qui associe l’éducation religieuse exigeante et l’Histoire contemporaine de Voltaire regardant le Grand Siècle. « Elle me demandait mes réflexions, elle s’efforçait de rendre mon esprit juste et personne n’était plus en état qu’elle de me donner de telles leçons. » (I, IV, p. 15) Une affection réciproque facilite cette instruction. Tout cet univers est imprégné de la présence de Voltaire travesti sous le nom de Lope de Vega. La Clairon vient jouer sur la scène construite à cette intention à Fernixo. Le héros n’a alors que dix ans : « Je fus enchanté de sa figure. Je ne la quittais jamais », écrit-il, « et me trouvais toujours dans sa chambre ». « Ma tante fut bien aise qu’on me donnât de petits rôles et je jouai deux ou trois valets dans les comédies de Lope de Vega (I, p. 18). La Clairon « avait la bonté de me faire répéter. Je prenais aisément ses inflexions de voix, et lorsqu’elle me donnait mes leçons je voulais toujours les prendre à ses genoux » (I, p. 19). La tante qui a été galante en son temps (p. 23), reste subjuguée par le besoin d’aimer, généreuse, noble, mais elle est aussi inconstante, oubliant les injures comme les services. Elle reste une éducatrice cependant. « Je méritais la tendresse de ma tante par celle que j’avais pour elle » (I, p. 25) et son influence est meilleure que celle de son précepteur Marianno (l’abbé Mignot) et d’autres. Une fois à Madrid (Paris), sa tante continue à le former doublement. « Elle s’était chargée de mes lectures et avait l’art de me faire lire avec fruit. Son grand désir était de me rendre l’esprit juste et tous les matins je lui portais l’extrait de ce que nous avions lu la veille : ces extraits en me rappelant les faits m’apprenaient à écrire et à narrer ; ma tante corrigeait mes extraits et lorsqu’elle était contente de mon travail, ma récompense était d’aller à la Comédie Française. Je jouissais souvent de ce plaisir. » « Elle regardait le spectacle comme une partie de l’éducation. » (I, VII, p. 27-28) Lorsqu’ils s’y rendent ensemble, le héros écoute le texte avec attention, sachant que « [sa] tante [lui] en demander [a] compte ». « Cette manière, dit-il, de m’amuser m’instruisit à rendre ce que [je] sentais. » Il y a donc cohérence entre l’enseignement mondain du théâtre, les lectures et les séances formatrices de la tante « philosophe ».

21Il y a au contraire une pétulante et licencieuse ironie dans le système des éducatrices de l’Histoire de la comtesse des Barres. Il repose sur le travesti du héros qui, après la mort de sa mère, profite des pierreries qu’elle lui a laissées pour se « parer et faire la belle ». Car, dit-il, « depuis mon enfance, j’avais toujours aimé m’habiller en fille » (p. 3). C’est d’autant plus facile qu’il n’a point de barbe et qu’il se frotte d’une eau qui tue le poil à la racine. Mme de La Fayette, sa formatrice mondaine, l’engage à continuer et chez elle on s’exclame : « Ah la belle femme. » (p. 13) Il soutient ce rôle notamment dans ses relations avec un Prince qui, lui aussi, s’habille en femme. Malgré les reproches de M. de Montausier qui s’efforce de lui faire honte (I, p. 18), le héros décide de « demeurer trois ou quatre ans » dans une province « où il pourra faire la belle tant qu’il lui plaira ». À Bourges, il prend le nom de comtesse des Barres, achète un domaine et une maison et se fait d’abord à son tour l’éducatrice de Mlle de La Grise, sous prétexte de lui apprendre à coiffer puis celle de Mlle du Coudrai, fille de la lieutenante générale. Le récit s’attarde sur l’initiation de la première dans une « manière fort tendre » et totalement ambiguë. « Nos bouches étaient collées l’une sur l’autre. Je tins longtemps la petite fille entre mes bras et baisai sa gorge qui était fort belle. Je lui fis aussi mettre la main sur le peu que j’en avais afin qu’elle fût encore plus assurée que j’étais femme. » (III, p. 53) Le cri de sa véritable initiation fait lever la gouvernante mais la petite prétend que c’est une « crampe » et passe des « larmes de douleur » aux « larmes de plaisir » (ibid.). La comtesse des Barres complète cette initiation par l’apprentissage de textes dramatiques, d’abord Polyeucte (III, p. 65), puis Cinna. « La petite fille dit [ses scènes] à merveille et l’on convint que j’étais une bonne maîtresse mais aussi qu’elle était elle-même une bonne écolière. » (VII, p. 91) Ici s’arrête son rôle d’éducatrice. « Je n’avais que vingt-trois ans, je croyais être encore aimable et je voulais être aimée. » (IX, p. 124) Mais sa famille mécontente fait « cesser ce badinage » en l’envoyant à Venise où le jeu remplace chez lui ce goût du travesti. Curieuse éducatrice que cet abbé de Choisy déguisé par la fiction, travesti en femme et relayant l’influence de Mme de La Fayette ! L’intérêt romanesque du pseudo-authentique est ici à son comble. Curieux roman aussi !

  • 17 Fénelon, Éducation des filles (1681-1687), éd. utilisée : Octave Gréard, librairie des Bibliophile (...)
  • 18 Madame de Lambert, Avis d’une mère à sa fille, in Œuvres, R. Granderoute (éd.), Paris, Champion, 1 (...)
  • 19 Lettre à une dame de qualité, éd. cit., p. 144.
  • 20 Éducation, op. cit., p. 14.
  • 21 Ibid., p. 97 et 119.

22Toutes ces fictions confirment le bien-fondé général des analyses de Fénelon et de Mme de Lambert. « Rien n’est plus négligé que l’éducation des filles », écrit le premier, « La coutume et le caprice des mères décident souvent de tout. » On donne peu d’instruction aux filles, or ce sont les femmes « qui ruinent ou contiennent les maisons », « règlent la vie domestique et décident de ce qui touche le plus près à tout le genre humain » (p. 3). « Si les mères les gâtent dès les premières années » (p. 4), elles causent grand mal » dans le monde par manque « d’une éducation qui leur inspire la vertu17 » (ibid.). La seconde dit, de même et après lui, « on a, dans tous les temps, négligé l’éducation des filles […] comme si les femmes étaient une espèce à part ; on les abandonne à elles-mêmes, sans secours, sans penser qu’elles composent la moitié du monde18 »(p. 95). En outre les gouvernantes à qui on les confie sont souvent néfastes. « Si vous laissez » votre fille, « à des femmes d’un esprit léger, mal réglé et indiscret » écrit Fénelon à une dame de qualité, « elles lui feront plus de mal en huit jours que vous ne pourriez lui faire de bien en plusieurs années19 » (p. 144). Un esprit servile ne peut enseigner que grossièreté et superstition. Or le but de l’éducation des filles est de faire d’elles des femmes adaptées à la vie pratique correspondant à leur condition, y compris dans le domaine du droit, si c’est nécessaire, mais surtout à faire d’elles des chrétiennes, d’« une instruction solide » (p. 77), sans crédulité et capables de supporter la privation des biens d’ici bas car c’est le destin humain. Il faut « accoutumer doucement l’enfant à être privé des choses pour lesquelles il a témoigné trop d’ardeur afin qu’il n’espère jamais d’obtenir les choses qu’il désire20 » (p. 14). Pour Mme de Lambert aussi « la religion seule calme tout et console de tout, en vous unissant à Dieu, elle vous réconcilie avec le monde et avec vous-même » (p. 97). Mais celle-ci a plus que Fénelon le souci de l’humanité sociale : « La morale n’a pas pour objet de détruire la nature mais de la perfectionner21. » (p. 119).

  • 22 Fénelon, Éducation, op. cit., p. 126-127 passim.
  • 23 Mme de Lambert, op. cit., p. 111.

23Toutefois on voit bien dans tous ces romans que l’absence d’éducatrices, ou la présence d’éducatrices de mauvaise qualité ou irresponsables est un meilleur ressort romanesque pathétique. Rappelons justement ici que Fénelon et Mme de Lambert, refusant aux jeunes filles le droit de lire des romans qui préparent trop à l’amour, leur proposent des lectures sérieuses, l’Histoire de France, l’Histoire grecque et romaine. Mme de Lambert y ajoute la philosophie cartésienne. Tous deux se méfient de l’italien, langue de l’amour et même Fénelon, de la poésie ou de l’éloquence qui peuvent « ébranler trop les imaginations vives ». Mieux vaut encore le latin tenu dans les bornes de la discrétion chez des esprits de qualité (p. 126-127 passim22). « C’est la langue de l’église, elle vous ouvre la porte à toutes les sciences » dit Mme de Lambert (p. 11123).

24Mais dans ces romans figurent des éducatrices qui ont réussi la formation morale des enfants qui leur ont été confiés (Histoire de Mme de Gondez). Il en est qui ont assumé toute l’éducation de leur enfant (Cleveland) mais c’est alors le monde extérieur avec ses disgrâces qui vient l’entraver par ses difficultés ou au contraire en enrichir et réformer l’étroitesse. Il est enfin un couple d’éducatrices qui parvient à une réussite paradoxale, fondée sur une parenté avec l’actualité philosophique et littéraire. Dans la société de Voltaire, déguisé en Lope de Vega, la tante du jeune Espagnol (Florian) et la Clairon font une démonstration brillante que lecture et théâtre peuvent être formateurs et se compléter harmonieusement.

Notes

1 1671-1674, Mémoires d’Henriette Sylvie de Molière par Mme de Villedieu, 1807, Mémoires d’un jeune Espagnol de Florian.

2 Comme l’ont bien démontré les travaux de René Démoris ainsi que nos « Sœurs de Marianne, Suites, Imitations, Variations, 1731-1761 », Oxford 1991.

3 Marivaux, La Vie de Marianne, Le Paysan parvenu ; Mme de Tencin, Les Mémoires du comte de Comminge ; Prévost, Mémoires et aventures d’un homme de qualité…

4 I. Brouard-Arends, Vies et images maternelles dans la littérature française du xviiie siècle, Oxford 1991 ; Sandrine Aragon, Des liseuses en péril, Les images de lectrices dans les textes de fiction de la Prétieuse de l’abbé de Pure à Mme Bovary de Flaubert (1656-1856), P. Fauchery, La Destinée féminine dans le roman européen du xviiie siècle, 1713-1807, Paris 1972.

5 Voir I. Brouard-Arends, op. cit., p. 64 et suivantes. Voir aussi Aurélie du Crest, Modèle familial et pouvoir monarchique (xvie-xviie siècles), Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2002, p. 160-161. Le père est « Roi et petit monarque en sa famille ». Au contraire, Locke distingue le pouvoir paternel (naturel et temporaire) du pouvoir politique royal (de convention).

6 Poullain de la Barre, De l’égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit l’importance de se défaire des préjugés, Paris 1673.

7 I. Brouard-Arends, op. cit., p. 70-71 et suivantes.

8 Courtilz de Sandrars, Mémoires de LCDR, Paris, 1687 ; Anonyme, Mémoires du chevalier Hazard, traduit de l’anglais, 1705 ; Prévost, Histoire de Des Grieux et de Manon Lescaut, 1731 ; Histoire de lajeunesse du commandeur de *** [1741], R. Démoris, E. Leborgne (éd.), GF, 2005 ; Duclos, Les Confessions du comte de * par lui-même à un ami, Amsterdam, 1741 ; Galli de Bibiéna, La Poupée, 1747 ; Du Laurens, Imirce ou la fille de la Nature, 1765 ; Le Prince de Ligne, Amabile, éd. Desjonquères.

9 Mme de Villedieu, Mémoires de la vie d’Henriette Sylvie de Molière, Paris, Barbin, 1671-1674 ; reprint de l’édition de 1702, groupe d’étude du xviie siècle, U. François Rabelais, Tours, 1977.

10 Longchamp, Mémoires d’une religieuse écrites par elle-même, Amsterdam-Paris, 1766.

11 Gaillard de la Bataille, Histoire de la vie et mœurs de Mademoiselle Crosnel, dite Frétillon, écrite par elle-même, actrice à la comédie de Rouen, La Haye, aux dépens de la compagnie, 1739-1762, éd. utilisée, Œuvres badines et galantes du Comte de Caylus, Radeville et Deschamps, Paris, Bibl. des Curieux, 1921.

12 Thérèse philosophe ou mémoires pour servir à l’histoire du Père Dirrag et de Mlle Eradice, La Haye, 1748 ; Chevalier de Neuville de Brunaubois Montador, Les Confessions de la baronne de *** écrites par elle-même et rédigées par le C.D.***, Amsterdam, 1743.

13 Mémoires d’Anne-Maris de Moras, comtesse de Courbon, écrits par elle-même, adressés à Mademoiselle d’Au**, Pensionnaire du couvent du Cherche-Midi, 4 parties, Pierre Dehondt, La Haye, 1739. Il s’agit d’une version romancée d’un fait divers juridique qui fit scandale. On reconnaît un aspect de ce que nous appelons le « contre-réalisme » de Mouhy (Les Sœurs de Marianne, op. cit., conclusion).

14 Sur ces mécanismes de la lecture imitatrice, voir Sandrine Aragon, op. cit., notamment p. 132140 ; 283-297 ; 317-335, etc.

15 Mouhy, La Paysanne parvenue, Paris, Prault, 1735-1736, La Haye, Néaulme, 1737 ; éd. utilisée, présentée par Henri Coulet, Paris, Desjonquères, 2005 ; Gaillard de la Bataille, Jeannette seconde ou La Nouvelle Paysanne parvenue, par M. G. de La Bataille, Amsterdam, Cie des libraires, 1744.

16 Mlle de Lussan, Histoire de Mme de Gondez, Paris, 1725 ; Prévost, Cleveland, 1731-1739, Amsterdam et La Haye, éd. utilisée : J. Sgard (éd.), PUG, t. II ; Florian, Mémoires d’un jeune Espagnol, publiés après sa mort en 1807, éd. utilisée, préface et notes d’Honoré Bonhomme, librairie des Bibliophiles, 1883 ; Abbé de Choisy, Histoire de la comtesse des Barres, s.d., éd. utilisée : Éd. des Quatre Vents, 1945.

17 Fénelon, Éducation des filles (1681-1687), éd. utilisée : Octave Gréard, librairie des Bibliophiles, 1890, avec la Lettre à une dame de qualité.

18 Madame de Lambert, Avis d’une mère à sa fille, in Œuvres, R. Granderoute (éd.), Paris, Champion, 1990.

19 Lettre à une dame de qualité, éd. cit., p. 144.

20 Éducation, op. cit., p. 14.

21 Ibid., p. 97 et 119.

22 Fénelon, Éducation, op. cit., p. 126-127 passim.

23 Mme de Lambert, op. cit., p. 111.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540