Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Troisième partie. Éducation noble et bourgeoise : la question du public

De Minette à Théonise : Françoise de Graffigny et l’éducation féminine

Charlotte Simonin

Texte intégral

  • 1 Letters from a Peruvian woman, D. Kornacker (éd.), New York, MLA Bookstore, 1993.
  • 2 Par exemple dans l’anthologie de M. H. Prat et M. Aviérinos, chez Bordas (1997) ou dans le manuel (...)
  • 3 Par exemple C. Daniels, « Negociating space for women : incest and the structure of Graffigny’s Le (...)

1Oubliée pendant deux siècles, Françoise de Graffigny (1695-1758) est désormais une favorite des gender studies. Ses Lettres d’une Péruvienne, soit en français soit en traduction1, sont désormais au programme de nombreuses universités américaines ; elles figurent même dans certains manuels français pour le baccalauréat2, et si l’on consulte le site de la MLA, l’on est frappé à la fois par la croissance exponentielle des articles qui portent sur son œuvre et par leurs titres évocateurs3. Être une favorite des gender studies suppose que votre œuvre aborde, voire revendique des thèmes « féminins » sinon féministes : qu’en est-il de celui de l’éducation féminine dans l’œuvre de la « Grosse » ? Aussitôt, l’admirateur de Zilia songe à l’éloquente lettre 34 où la jeune Péruvienne proteste contre la vacuité et la dangerosité de l’éducation couventine donnée aux jeunes filles en France. Mais est-ce là tout ? On pourrait le croire, puisque de nombreux travaux ne traitent que de ce seul roman sinon de cette seule lettre. Sans négliger ce texte en effet fondamental, nous envisagerons le thème de l’éducation féminine, mais aussi masculine, dans l’ensemble de l’œuvre fictionnelle de Françoise de Graffigny, son roman bien sûr, mais aussi ses contes et ses pièces de théâtre.

2Dans les Lettres d’une Péruvienne (1747), Zilia, jeune Péruvienne enlevée par les Espagnols, puis par les Français, se retrouve à Paris et porte sur la société française un regard critique, à l’instar de ses devanciers Rica et Usbek. Tout au long de la lettre 34, elle critique une éducation féminine superficielle fondée sur le seul paraître et qui ne prépare la femme ni à la sagesse ni à la vieillesse :

  • 4 Se retrouve ici en filigrane la célèbre distinction de La Bruyère dans Des ouvrages de l’esprit : (...)

Il m’a fallu beaucoup de temps, mon cher Aza, pour approfondir la cause du mépris que l’on a presque généralement ici pour les femmes. Enfin je crois l’avoir découverte dans le peu de rapport qu’il y a entre ce qu’elles sont et ce que l’on s’imagine qu’elles devraient être4. On voudrait, comme ailleurs, qu’elles eussent du mérite et de la vertu. Mais il faudrait que la nature les fît ainsi ; car l’éducation qu’on leur donne est si opposée à la fin qu’on se propose, qu’elle me paraît être le chef-d’œuvre de l’inconséquence française […]. Je ne sais quelles sont les suites de l’éducation qu’un père donne à son fils, je ne m’en suis pas informée. Mais je sais que, du moment que les filles commencent à être capables de recevoir des instructions, on les enferme dans une maison religieuse pour leur apprendre à vivre dans le monde ; que l’on confie le soin d’éclairer leur esprit à des personnes auxquelles on ferait peut-être un crime d’en avoir, et qui sont incapables de leur former le cœur, qu’elles ne connaissent pas […]. Il serait encore temps de réparer les défauts de la première éducation ; on n’en prend pas la peine. Une jeune femme, libre dans son appartement, y reçoit sans contrainte les compagnies qui lui plaisent. Ses occupations sont ordinairement puériles, toujours inutiles, et peut-être au-dessous de l’oisiveté. On entretient son esprit tout au moins de frivolités malignes ou insipides, plus propres à la rendre méprisable que la stupidité même. Sans confiance en elle, son mari ne cherche point à la former au soin de ses affaires, de sa famille et de sa maison. Elle ne participe au tout de ce petit univers que par la représentation.

  • 5 Rappelons que Françoise de Graffigny eut à souffrir d’un mari violent après avoir eu un père, pour (...)

3L’adjectif qualificatif « première » épithète d’« éducation » sous-entend que pour Graffigny il y a bien deux coupables : d’abord le père aveugle qui confie la fillette aux couvents indigents, ensuite, le mari indifférent qui, loin de combler les lacunes de sa jeune épouse, laisse perdurer un état des choses qui ne peut ultimement que lui nuire en favorisant l’adultère. Le gâchis de l’éducation féminine à la française s’accomplit donc dans un consternant diptyque où par deux fois ceux qui ont autorité sur la femme5 s’obstinent à en mésuser et lui refusent la chance d’augmenter sa culture pour la maintenir dans une éternelle puérilité frivole. Il ne s’agit certes pas du seul passage des Lettres où Zilia exerce sa verve à l’encontre de la versatilité et de l’inconséquence françaises : mais sous le poli des subjonctifs imparfaits, le tranchant de la condamnation et sa virulence jubilatoire trahissent l’importance pour elle de ce thème.

  • 6 Contrairement à la légende qui la voudrait inculte et amorphe avant le providentiel séjour à Cirey (...)
  • 7 Voir D. Smith, « La composition et la publication des contes de Mme de Graffigny », French Studies (...)

4Avant de triompher avec son roman épistolaire, Françoise de Graffigny avait déjà publié6 en 1745 deux récits brefs7 sous l’égide du groupe du Bout du Banc, une nouvelle romanesque sur un canevas imposé, et un conte de fées. Quid du thème de l’éducation ? On lit dans l’incipit de la Nouvelle espagnole :

La fierté du caractère de Dom Pèdre inspirait à sa sœur cette fermeté d’âme aussi négligée dans l’éducation des femmes que nécessaire à leur conduite : la raison d’Elvire, soutenue du charme de la persuasion, tempérait l’humeur altière de son frère ; elle trouvait en lui ce qui pouvait satisfaire son goût pour les belles connaissances.

  • 8 Alvar, lui aussi orphelin à la suite de l’assassinat de ses parents, a bénéficié des soins d’un «  (...)

5Cette remarque d’apparence anodine fait, sept ans avant la lettre 34, le constat de la négligence où l’on laisse l’éducation féminine, et le rêve d’une éducation idéale où fusionneraient harmonieusement virtus masculine et suavitas féminine. De facto, l’héroïne ainsi idéalement éduquée charme tout autant le roi Alphonse que le mystérieux inconnu Alvar8.

6La Lorraine écrivit ensuite La princesse Azerolle, qui resta d’ailleurs longtemps attribuée à Mlle de Lubert ou à Mme Levesque. L’éducation du beau prince Doudou est d’abord négligée par la bonne mais sotte Babonette, encouragée par de néfastes intrigants :

Les ministres s’aperçurent aisément de l’incapacité de Babonette ; mais loin d’apporter à l’éducation du jeune Roi les soins qui pouvaient y suppléer, ils s’applaudirent en secret de son ignorance.

  • 9 Ajoutons que l’écrivaine a souhaité se peindre elle-même dans Canadine (« Si tu n’as reconnu perso (...)

7Puis intervient la fée Canadine9 qui pratique une pédagogie étonnante :

Pour mieux réussir dans son entreprise, elle s’écarta autant qu’elle put de la méthode ordinairement suivie dans l’instruction de la jeunesse : son pouvoir répondant à la fécondité de son imagination, il n’y eut rien de tout ce qui fait l’objet de l’étude, ou des amusements du monde entier, qu’elle ne présentât au jeune Doudou sous des formes agréables. Curieux comme tous les enfants, ses questions auraient épuisé toutes autres complaisances que celles de l’amour, mais loin d’y répondre, comme on fait communément, en éludant, ou en substituant une erreur à une autre, Canadine ne laissait échapper nulle occasion d’expliquer au Roi les causes et les effets de tout ce qui frappait ses sens. Les amusements, quels qu’ils puissent être, ont une liaison immédiate avec les arts ou les sciences ; le Prince ayant les dispositions nécessaires fut bientôt au-delà de toutes les éducations données et reçues avec tant de fatigues. La joie de Doudou, à chaque découverte, se communiquait à la Fée ; elle jouissait voluptueusement du plaisir de perfectionner l’objet de sa tendresse. Il n’y a que le bonheur d’être aimé, qui surpasse celui d’être nécessaire à ce que l’on aime.

  • 10 L’intérêt de Canadine pour Doudou n’est pas purement pédagogique ; la maîtresse souhaiterait l’êtr (...)

8Héritière de Thélème, cette éducation encyclopédique, ludique et centrée sur l’élève10 paraît étonnamment moderne et annonce l’Émile.

  • 11 Pour une édition moderne de la pièce, voir Femmes dramaturges en France (1650-1750), Pièces choisi (...)
  • 12 C. François-Giappiconi, « “Une géante et. un myrmidon ?” Graffigny et Nivelle de La Chaussée », à (...)
  • 13 Par amour pour sa sœur défunte, Dorimond a élevé avec soin ses neveux Clerval et Méricourt, ce don (...)
  • 14 Comme le veut l’étymologie, l’élève Cénie a été portée vers le haut par Orphise. Elle loue d’aille (...)
  • 15 Clerval s’enflamme : « Les charmes naissants de Cénie me firent connaître l’amour ; le développeme (...)

9Venons au théâtre. Cénie11 (1750) fut longtemps surnommée La gouvernante par Graffigny elle-même. La question de l’influence de Nivelle de La Chaussée dont la pièce fut jouée dès 1747, n’est pas le sujet ici12, mais ce titre même signale bien à quel point la question de l’éducation est prégnante dans la pièce. En effet, Cénie qu’on croit la fille de Mélisse, a été éduquée par la gouvernante Orphise, en fait sa véritable mère13. Quelque vile que puisse être la naissance de Cénie, son éducation a fait d’elle une jeune fille emplie de charme, d’honnêteté et de modestie14 et donc digne d’être épousée et c’est ce qu’explique l’amoureux Clerval aux incrédules Dorimond et Orphise15. L’éducation constituerait une dot qui surpasse le sang ou la richesse.

  • 16 En I, 4, elle déclare à Parmenon : « Jetez les yeux sur ce qu’il a fait pour moi. Orpheline sans b (...)
  • 17 Remarque faite par E. Showalter, dans son article « Writing off the stage : Women Authors and Eigh (...)
  • 18 M.-E. Plagnol-Diéval, Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au xviiie siècle, S (...)
  • 19 Nous préparons une édition de ces deux pièces ainsi que de Cénie aux Presses de l’Université de Sa (...)
  • 20 Ch. Simonin, « Phaza, la “fille-garçon” de Madame de Graffigny », in Le mâle en France 1715-1830, (...)
  • 21 À l’ambassadeur qui la remercie des soins qu’elle a pris pour le prince, la fée déclare dans la sc (...)

10Dans La fille d’Aristide (1758), Théonise, fille du célèbre Aristide, a été élevée avec dévouement par le philosophe Cléomène après la mort de son père. Sa gratitude envers l’éducation qu’il lui a offerte est telle qu’elle la conduit par gradation au sacrifice ultime : elle renonce d’abord à son argent, puis à sa réputation et enfin à sa liberté même pour sauver ce second père16. En ce qui concerne les petites pièces de théâtre écrites pour la cour de Vienne, elles sont au cœur de notre sujet, puisqu’elles relèvent déjà, trente ans auparavant, du théâtre d’éducation17 dont Mme de Genlis passe souvent pour la créatrice18. Destinées aux enfants de l’empereur, ces pièces mettent en scène brièvement (un acte le plus souvent, parfois trois) des moralités simples. Ziman et Zenise et Phaza19 reprennent le dispositif du laboratoire éducatif déjà illustré dans La Dispute de Marivaux : des enfants sont élevés loin du monde afin que leur nature s’exprime sponte sua. Dans Ziman et Zenise, les héros éponymes se distinguent des paysans Mirflot et Philette par leurs nombreuses qualités, tandis que dans Phaza, l’héroïne éponyme, en dépit de l’éducation androgyne prodiguée par la fée Singulière, redevient une femme comme les autres et achève significativement la pièce agenouillée devant son futur époux20. Paradoxalement, l’éducation revêt un statut ambivalent dans ce genre de pièces dans la mesure où au lieu de transformer l’être, elle permet de le révéler tautologiquement : le meilleur prince est celui qui est le mieux né, et la jeune fille celle qui manifeste la soumission propre à son sexe. L’éducation est donc comme le dit crûment le sous-titre de Phaza inutile à tout le plus21, redondante à tout le moins. L’obéissante Cornélie des Saturnales (1752) est encore un modèle de piété et d’obéissance filiale.

  • 22 La lettre 34 ne figure pas dans le texte originel de 1747 et n’existe qu’à partir de la réédition (...)
  • 23 H. Bostic, « “Que faire pour être raisonnable ?” : La réunion du bon sens et de l’esprit de Franço (...)
  • 24 Elle avait aussi en projet des fables pour enfants et une biographie de Christine de Suède.

11Ainsi l’intérêt pour l’éducation si brillamment exprimé dans la lettre 34, loin d’être un hapax uniquement dû à l’appât du gain22, se retrouve-t-il dans toutes les autres œuvres de Graffigny, y compris donc celles où l’on s’attendrait le moins à l’y trouver, de l’espagnolade au conte de fées en passant par les pièces grandes et petites et les œuvres restées inachevées23 ou esquissées24. Que l’éducation féminine soit assumée par le frère, la gouvernante, le tuteur, ou la fée, elle est toujours abordée ; c’est une préoccupation, pour ne pas dire une obsession constante de l’auteur.

12Les critiques contemporains ne s’y trompèrent pas et réagirent dès la version de 1747 des Lettres d’une Péruvienne. Fréron étonnamment féministe renchérit sur les plaintes de Graffigny dans ses Lettres sur quelques écrits de ce temps (Genève, 15 avril 1749) et déplore l’inconséquence et la lâcheté masculines qui condamnent les femmes âgées à l’inutilité et au désespoir :

On les [les femmes] a pour ainsi dire, condamnées à une ignorance perpétuelle. Il leur est défendu d’orner leur esprit et de perfectionner leur raison. Notre orgueil a sans doute imaginé ces lois insensées. Comme les femmes nous effacent déjà par les charmes de la figure, nous avons craint qu’elles n’eussent encore sur nous la supériorité des lumières et des talents. Que nous entendons bien mal nos propres intérêts, en les livrant dès leur enfance à la mollesse, au monde et aux préjugés ! Nous exigeons qu’elles soient raisonnables et vertueuses ; mais le moyen qu’elles le deviennent, si de bonne heure on ne leur imprime des maximes de force et de sagesse ? Se peut-il qu’on élève si mal la plus belle moitié de l’univers ? Ce sexe charmant n’est-il donc fait que pour être l’objet de l’admiration passagère de nos yeux ? Une pareille éducation nous prive des seuls vrais plaisirs, des plaisirs de l’esprit qu’on goûterait dans leur commerce. Quand il ne s’agirait que du bonheur des femmes seules, ne devrait-on pas, par humanité, leur ménager un avenir agréable, et des ressources pour un âge, où il ne leur est plus permis de plaire […]. Si dans leur jeunesse elles avaient pris le goût de la lecture, la privation des plaisirs ne leur laisserait ni vide ni besoin ; elles recueilleraient le fruit de leurs études et de leurs réflexions, en se procurant des amusements d’une autre espèce, plus réels et plus durables. Les charmes de leur raison cultivée subjugueraient les esprits de ceux dont les attraits de leur figure auraient dompté les cœurs.

  • 25 La formule est d’E. de Guerle, dans son « Madame de Graffigny, discours de réception » (Mémoires d (...)
  • 26 F. Lotterie, « La romancière et le philosophe, ou le sexe de la civilisation : la Lettre à Madame (...)

13Quant à Turgot, Zilia lui inspire une lettre qui constitue en fait un véritable traité d’éducation25 à l’usage des deux sexes26. Le futur ministre fustige l’absurdité d’une l’éducation qui nie le corps et s’interdit toute tendresse parentale. Appelant de ses vœux davantage d’exercice physique, d’autonomie et d’expérience pour l’enfant, il préfigure le Rousseau de l’Émile :

Qu’elle [Zilia] critique surtout la marche de notre éducation, qu’elle critique notre pédanterie ; car c’est en cela que l’éducation consiste aujourd’hui. On nous apprend tout à rebours de la nature. Voyez le rudiment ; on commence par vouloir fourrer dans la tête des enfants une foule d’idées les plus abstraites. Eux que la nature tout entière appelle à elle par tous les objets, on les enchaîne dans une place ; on les occupe de mots qui ne peuvent leur offrir aucun sens, puisque le sens des mots ne peut se présenter qu’avec les idées, et puisque ces idées ne nous sont venues que par degrés, en partant des objets sensibles […]. Un autre article de notre éducation qui me paraît mauvais et ridicule, est notre sévérité à l’égard de ces pauvres enfants. Ils font une sottise, nous les reprenons comme si elle était bien importante. Il y en a une multitude dont ils se corrigeront par l’âge seul, mais on n’examine point cela ; on veut que son fils soit bien élevé, et on l’accable de petites règles de civilité souvent frivoles, qui ne peuvent que le gêner puisqu’il n’en sait pas les raisons. Je crois qu’il suffirait de l’empêcher d’être incommode aux personnes qu’il voit. Le reste viendra petit à petit. Inspirez lui le désir de plaire, il en saura bientôt plus que toutes les parties ne pourraient lui en apprendre. On veut encore qu’un enfant soit grave, on met sa sagesse à ne point courir, on craint à chaque instant qu’il ne tombe. Qu’arrive-t-il ? On l’ennuie et on l’affaiblit. Nous avons surtout oublié que c’est une partie de l’éducation de former le corps, et j’en sais bien la raison, elle tient à nos anciennes mœurs, à notre ancien gouvernement. Notre noblesse ignorante ne connaissait que le corps ; c’étaient les gens du peuple qui étudiaient ; c’étaient uniquement pour faire des prêtres et même des moines ; encore n’étaient-ce que des gens d’un certain âge, et dont, par conséquent les études pouvaient être conduites d’une manière plus grave […]. Bien loin de me plaindre des caresses qu’on fait aux enfants, je me plaindrai bien plus de qu’on en ignore toute la force, de ce qu’on laisse inutile un instrument si puissant ; je me plaindrai surtout de ce que l’éducation n’est chez nous, la plupart du temps, qu’un amas de règles très frivoles pour enseigner des choses très frivoles […]. Je sais que ces progrès ne peuvent être bien rapides ; je sais que le genre humain se traîne avec lenteur pour faire les moindres pas ; je sais qu’il faudrait commencer par apprendre aux parents à donner cette éducation et à en sentir la nécessité ; chaque génération doit en apprendre un peu, et c’est aux livres à être ainsi les précepteurs de la nation.

  • 27 Londres-Paris, Duchesne, 1752, t. VII, article V, p. 63-66.

14L’abbé de la Porte dans ses Observations sur la littérature moderne27 cite largement et avec approbation les revendications de Graffigny :

Le sujet de la trente-quatrième lettre est la mauvaise éducation, qu’on donne aux filles. Ecoutons ce que dit Mme de Graffigny sur cette importante matière […].

15Qui plus est, il retourne habilement la misogynie latente du propos de Zilia sur les femmes françaises en concetto pour mieux louer l’exceptionnelle singularité de la romancière :

« Il est cependant des femmes, dit Madame de Graffigny, assez heureusement nées, pour se donner à elles-mêmes, ce que l’éducation leur refuse. L’attachement à leurs devoirs, la décence de leurs mœurs, et les agréments honnêtes de leur esprit attirent sur elles l’estime de tout le monde. Mais le nombre de celles-là est si borné, en comparaison de la multitude, qu’elles sont connues et révérées par leur propre nom ». Parmi le peu de personnes qui pourraient se reconnaître dans ce dernier portrait, il n’est pas difficile de voir à qui il ressemble plus parfaitement. Mais épargnons la modestie du peintre.

16Une vingtaine d’années plus tard, la comtesse de Vidampierre donne avec ses Mélanges de poésie et de prose (Londres/Paris, 1777) une anthologie de la littérature féminine où elle réserve une bonne place à Graffigny. Le préfacier anonyme s’emporte :

On dit que le siècle des Sévigné, des La Fayette et des Dacier est passé ; on a tort ; jamais cette moitié du genre humain qui nous subjugue par ses charmes, ne s’occupa plus à nous subjuguer par ses talents : jamais ce Sexe que l’éducation nationale semble condamner à une enfance éternelle, ne rougit moins de cultiver les lettres et la raison.

  • 28 « Je suis fachée que tu n’ais pas trouvé comme moi dans la letre sur l’education un ton de sermon (...)
  • 29 1er juin 1771, tome IV, partie II, p. 225. Ziman et Zénise et Phaza parurent en effet posthumes en (...)

17C’est surtout sur son roman et sur ce que l’auteur elle-même appelle la lettre sur l’éducation28 que s’attardent les critiques. Mais certains savent repérer ce thème dans le reste du corpus. Le Journal encyclopédique29 loue en incipit ses vertus d’éducatrice :

Madame de Graffigny mérita, par ses talents et son honnêteté, qu’une grande princesse la chargeât de tracer aux princes ses enfants des leçons capables de développer en eux les germes des vertus héréditaires à leur famille. M. de G. pensait que si, pour les hommes faits, il est nécessaire d’emmieller les bords de la coupe de vérité, il faut employer bien d’autres précautions quand il s’agit de la présenter à des enfants. C’est dans ce dessein qu’elle a fait plusieurs comédies ornées de ballets, propres à être jouées en société, respirant partout la morale la plus pure et remplies des principes les plus sages.

  • 30 Georges Mangeot, « Une biographie de Madame de Graffigny », Société d’Archéologie lorraine, Le Pay (...)
  • 31 Le récent film de Sofia Coppola, Marie-Antoinette, entre rose et macarons, eût pu s’ouvrir sur une (...)

18D’autres, tels Georges Mangeot30, se demandent si l’éducation reçue à la cour de Vienne et plus précisément l’interprétation des piécettes31 de Mme de Graffigny n’ont pas pernicieusement influé sur le funeste destin de Marie-Antoinette :

Quant à leur ascendant moral, il serait sans doute injuste de rendre l’auteur de Phaza responsable […]. Dans la suite, malheureusement, la reine n’eut plus auprès d’elle une fée Bienfaisante, ou une fée Clémentine, pour la rappeler avec indulgence à la sagesse, comme dans les saynètes de Mme de Graffigny.

  • 32 Paris, Maradan, 1811.

19Laissons enfin la parole à une spécialiste, Stéphanie-Félicité du Crest de Genlis. Dans son essai De l’influence des femmes sur la littérature française32, elle révèle que la Nouvelle espagnole, Le mauvais exemple produit autant de vertus que de vices l’inspire sur le plan éducatif :

On ne pourrait tracer un tableau plus moral, plus intéressant que celui d’une jeune personne spirituelle, réfléchie, bien née, mais dont l’éducation entièrement négligée n’aurait pu lui donner un seul principe arrêté, et qui, tombée en de mauvaises mains, se perfectionnerait chaque jour par son dégoût naturel pour le vice, la fausseté ; par sa pénétration, la justesse d’un esprit observateur, ses réflexions et la force de son caractère. Un tel sujet qui exigerait de grands développements, ne pourrait être traité dans une nouvelle, il faudrait en faire un roman. Le fond de cette idée appartient à Madame de Graffigny : mais elle n’en a pas tiré un parti heureux dans sa nouvelle, dont les événements même semblent n’offrir aucun rapport avec le titre.

20Elle ajoute dans une note à roman : « J’ai entrepris cet ouvrage il y a longtemps, sous ce titre : Les Réfutations ; je compte le finir dans le courant de l’année prochaine. »

  • 33 Par exemple de la fille de Mme de Pompadour : « La Petite [Mlle Gaussin] est venue me demander a d (...)
  • 34 Elle exerça un rôle éducatif par correspondance auprès des filles du comte de Cobenzl, voir J. Ver (...)
  • 35 En effet, à partir de septembre 1746, Mme de Graffigny fit venir auprès d’elle sa petite-nièce, qu (...)

21Mme de Graffigny dont les enfants moururent en bas âge et qui refusa les prestigieux postes d’éducatrice33 que lui valait sa nouvelle notoriété, ne sut-elle éduquer que de la pointe de la plume34 ? Dans la notice nécrologique nourrie et pleine d’empathie qu’il consacre à Françoise de Graffigny juste après sa mort (L’année littéraire, janvier 1759), Fréron n’oublie pas de compter au titre des grandes réussites de l’auteure l’éducation accomplie d’Anne-Catherine de Ligneville, dite Minette, parachevée par son mariage avec le brillant Helvétius35 :

Elle était tante, à la mode de Bretagne, de Madame Helvétius et de Madame de la Garde, toutes deux nées Comtesses de Ligneville, c’est-à-dire, d’une des premières Maisons de l’Europe, toutes deux élevées pendant quelque temps, avec le succès qu’elles prouvent, sous les yeux de Madame de Grafigny, toutes deux mariées à deux Fermiers Généraux.

  • 36 « Une cousine de madame de Graffigny, mademoiselle de Ligniville, alliée à la maison de Lorraine, (...)

22La Galerie Française de 1770 va jusqu’à parler de « seconde mère36 ». Ainsi cette éducation éclairée que Françoise de Graffigny vantait dans ses œuvres, elle s’évertua aussi à la prodiguer en offrant à Minette une liberté inconcevable à son époque pour une jeune femme et en la laissant, last but not least, choisir son futur époux. Cette parfaite gémellité du discours et de la pratique tranche en un temps où les grands pédagogues sur papier ne le sont pas toujours en chair et en os : l’auteur de l’Émile abandonne ses enfants, et Mme du Châtelet qui dédie ses Institutions à son fils et lui adresse moult conseils, le fait élever en pension. L’atypique Minette, cultivée, amoureuse et aimée de son mari, ne représente-t-elle pas, plus que Zilia, le chef-d’œuvre de Françoise de Graffigny en matière d’éducation féminine ?

Notes

1 Letters from a Peruvian woman, D. Kornacker (éd.), New York, MLA Bookstore, 1993.

2 Par exemple dans l’anthologie de M. H. Prat et M. Aviérinos, chez Bordas (1997) ou dans le manuel de première de B. Lacoste, sous la direction de J. Jordy (2002).

3 Par exemple C. Daniels, « Negociating space for women : incest and the structure of Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne », Romance Languages Annual 6 (1994), p. 32-37 ; C. Hogg, « The philosopher as tramp and female in the writings of Graffigny », Women in French Studies 6 (1998), p. 315 ; B. Knauff, « Figures of female alienation : the use of periphrasis in Lettres d’une Péruvienne », Studies in Eighteenth-century Culture 26 (1998), p. 125-138.

4 Se retrouve ici en filigrane la célèbre distinction de La Bruyère dans Des ouvrages de l’esprit : « Corneille nous assujettit à ses caractères et à ses idées, Racine se conforme aux nôtres ; celui-là peint les hommes comme ils devraient être, celui-ci les peint tels qu’ils sont » (Pensée 54). L’intertexte théâtral affleure dans une lettre dénonçant la comédie humaine.

5 Rappelons que Françoise de Graffigny eut à souffrir d’un mari violent après avoir eu un père, pour le moins lointain, qui se remaria aussitôt sa femme décédée. Comme pour beaucoup de femmes auteurs de l’Ancien Régime, il faut malheureusement remarquer que son épanouissement, tant personnel que littéraire, correspond à l’époque de sa vie où elle se retrouve et veuve et orpheline, libérée donc d’un double joug masculin.

6 Contrairement à la légende qui la voudrait inculte et amorphe avant le providentiel séjour à Cirey, Mme de Graffigny écrivait dès la Lorraine.

7 Voir D. Smith, « La composition et la publication des contes de Mme de Graffigny », French Studies 50 (1996), p. 275-284 ; C. Seth, « “Je ne suis pas bien aise d’être connue comme auteur” : La Nouvelle espagnole de Mme de Graffigny », p. 5-15 et A. Defrance, « La Princesse Azerolle, ou l’Excès de la constance de Mme de Graffigny : conte parodique, conte d’auteur ? », p. 16-25 in Françoise de Graffigny, femme de lettres, écriture et réception, études présentées par J. Mallinson, SVEC, Oxford, 2004, p. 12.

8 Alvar, lui aussi orphelin à la suite de l’assassinat de ses parents, a bénéficié des soins d’un « tendre ami » [sic] qui « a consacré son bien, son esprit et ses talents à l’éducation de son élève ».

9 Ajoutons que l’écrivaine a souhaité se peindre elle-même dans Canadine (« Si tu n’as reconnu personne à son portrait, tu es bien bouché » nargue-t-elle Devaux le 25 février 1745) ; l’intertexte autobiographique est d’autant plus évident pour les happy few que Doudou est à l’époque le surnom de l’avocat Pierre Valleré, locataire et alors amant de Graffigny. Ils ont de surcroît une quinzaine d’années de différence d’âge, comme Doudou et Canadine.

10 L’intérêt de Canadine pour Doudou n’est pas purement pédagogique ; la maîtresse souhaiterait l’être à tous les sens du terme. Jouer au pygmalion se révèle douloureux, car la professeure voit son pupille s’éprendre de la princesse Azerolle.

11 Pour une édition moderne de la pièce, voir Femmes dramaturges en France (1650-1750), Pièces choisies, tome I (L’amoureux extravagant de Françoise Pascal, Le Favori de Marie-Catherine Desjardins (Mme de Villedieu), Rare-en-tout d’Anne de la Roche Guilhem, Laodamie reine d’Épire de Catherine Bernard, Arrie et Pétus de Marie-Anne Barbier et Cénie de Françoise de Graffigny), textes établis, présentés et annotés par Perry Gethner, Paris/Seattle/Tübingen, Gunter Narr Verlag, Biblio 17 n° 79, 1993.

12 C. François-Giappiconi, « “Une géante et. un myrmidon ?” Graffigny et Nivelle de La Chaussée », à propos de Cénie et de La Gouvernante », p. 169-178 in Françoise de Graffigny, op. cit. ; Ch. Simonin, « Cénie et La Gouvernante : de troublantes similitudes », in Colloque Nivelle de la Chaussée, Destouches et la comédie nouvelle, Sorbonne, à paraître (2007).

13 Par amour pour sa sœur défunte, Dorimond a élevé avec soin ses neveux Clerval et Méricourt, ce dont ce dernier le remercie : « Eh ! Monsieur, que n’avez-vous pas fait pour nous ? Vos neveux n’ont-ils pas trouvé dans votre maison des bontés paternelles, une éducation, une abondance… » (I, 3).

14 Comme le veut l’étymologie, l’élève Cénie a été portée vers le haut par Orphise. Elle loue d’ailleurs hagiographiquement sa gouvernante : « Ils [l’élévation de [mon] âme, la noblesse de [mon] cœur, de [mes] sentiments] sont tels que vous les avez fait naître : je ne suis que votre ouvrage. Quelle âme, quel cœur, vos soins et vos conseils n’auraient-ils pas élevés ? Je vous dois tout, et je ne suis plus rien » (IV, 1).

15 Clerval s’enflamme : « Les charmes naissants de Cénie me firent connaître l’amour ; le développement de son caractère me fixa pour jamais : c’est son cœur, c’est son âme que j’adore ; ce n’est qu’à la beauté qu’on devient infidèle » (II, 2).

16 En I, 4, elle déclare à Parmenon : « Jetez les yeux sur ce qu’il a fait pour moi. Orpheline sans bien, sans patrie, je n’ai d’asile sur la terre que sa maison. Il ne rougit pas de protéger la fille d’un proscrit, de lui tenir lieu de père et de famille. Ah ! Ses vertus sont héroïques ».

17 Remarque faite par E. Showalter, dans son article « Writing off the stage : Women Authors and Eighteenth Century theater », Yale French Studies 75 (1988), p. 95-111.

18 M.-E. Plagnol-Diéval, Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au xviiie siècle, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Voltaire Foundation, vol. 350, Oxford, 1997.

19 Nous préparons une édition de ces deux pièces ainsi que de Cénie aux Presses de l’Université de Saint-Etienne dans une collection d’œuvres de femmes dramaturges dirigées par A. Evain, P. Gethner et H. Goldwyn.

20 Ch. Simonin, « Phaza, la “fille-garçon” de Madame de Graffigny », in Le mâle en France 1715-1830, Représentations de la masculinité, actes rassemblés par K. Astbury et M.-E. Plagnol-Diéval, Peter Lang, 2004, p. 51-62.

21 À l’ambassadeur qui la remercie des soins qu’elle a pris pour le prince, la fée déclare dans la scène dernière de Ziman : « Vous devez plus à son heureux naturel qu’aux soins de son éducation. Je vais vous donner un grand Roi, heureux les peuples qui vivront sous son obéissance ».

22 La lettre 34 ne figure pas dans le texte originel de 1747 et n’existe qu’à partir de la réédition augmentée de deux lettres du roman en 1752, qui est motivée par le désir qu’a la romancière de renégocier à la hausse son contrat auprès des libraires. Voir D. Smith, « Vers une édition critique des Lettres d’une Péruvienne » in Françoise de Graffigny, op. cit.

23 H. Bostic, « “Que faire pour être raisonnable ?” : La réunion du bon sens et de l’esprit de Françoise de Graffigny » p. 337-344 in Françoise de Graffigny, op. cit. Parmi les Graffigny Papers de Yale figure aussi une pièce intitulée Les tuteurs, « comédie en un acte en prose » (vol. 82).

24 Elle avait aussi en projet des fables pour enfants et une biographie de Christine de Suède.

25 La formule est d’E. de Guerle, dans son « Madame de Graffigny, discours de réception » (Mémoires de l’académie de Stanislas, Nancy, 1882), où il déclare : « On ne s’étonne pas que la lecture des Lettres d’une Péruvienne ait inspiré au grave Turgot tout un traité d’éducation ».

26 F. Lotterie, « La romancière et le philosophe, ou le sexe de la civilisation : la Lettre à Madame de Graffigny de Turgot (1751) », Littérature, 36, (1997), p. 71-80.

27 Londres-Paris, Duchesne, 1752, t. VII, article V, p. 63-66.

28 « Je suis fachée que tu n’ais pas trouvé comme moi dans la letre sur l’education un ton de sermon fort monotone et point du tout ressemblant a celui de La Peruviene. Aussi l’ai-je culbutée d’un bout a l’autre et je la crois mieux. Je t’en envoierai le brouillon quand elle sera transcrite ; tu n’as qu’a torcher ton deriere de ceux que tu as, ils me sont inutils » (5 avril 1751).

29 1er juin 1771, tome IV, partie II, p. 225. Ziman et Zénise et Phaza parurent en effet posthumes en 1770.

30 Georges Mangeot, « Une biographie de Madame de Graffigny », Société d’Archéologie lorraine, Le Pays Lorrain 11 (1914-1919), Onzième année, p. 65-77 et 145-53.

31 Le récent film de Sofia Coppola, Marie-Antoinette, entre rose et macarons, eût pu s’ouvrir sur une représentation théâtrale à la cour de Vienne où la toute jeune princesse aurait joué Phaza ou Zénise.

32 Paris, Maradan, 1811.

33 Par exemple de la fille de Mme de Pompadour : « La Petite [Mlle Gaussin] est venue me demander a diner tout courant pour me faire une proposition que j’ai refusée tout net quoique bien brillante ; on est allé la trouver pour savoir si je voulois me charger de l’education de la fille de Md la Marquise on va la mettre a l’Asomption en grand apparat, on donne six mille francs par an et toutes les pretintailles, on se portoit fort de me faire avoir cette place honnorable. J’en vois tout le beau mais comme je voudrois a faire bien mon devoir si j’y etois ma santé m’en empecheroit, c’est ce que j’ai repondu. » (11 août 1749).

34 Elle exerça un rôle éducatif par correspondance auprès des filles du comte de Cobenzl, voir J. Vercruysse, « Madame de Grafigny précepteur des enfants Cobenzl : lettres inédites », Cahiers Bruxellois, 13, (1968), p. 73-77.

35 En effet, à partir de septembre 1746, Mme de Graffigny fit venir auprès d’elle sa petite-nièce, qu’elle avait déjà élevée en Lorraine jusqu’à ses douze ans, et qu’elle garda auprès d’elle jusqu’à son mariage en 1751.

36 « Une cousine de madame de Graffigny, mademoiselle de Ligniville, alliée à la maison de Lorraine, dut à la tendresse éclairée de cette seconde mère, chez qui elle passa une partie de sa jeunesse, le développement des vertus et des agréments qui firent de madame Helvétius une des personnes les plus distinguées du siècle dernier. »

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540