Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Deuxième partie. Contenus et méthodes

La place de l’image dans l’éducation : discours et livres de femmes

Isabelle MichelEvrard

Texte intégral

1Les acteurs des avancées éducatives au xviiie siècle ont souvent noté dans leurs écrits l’importance de l’image dans l’instruction. La présence de l’image dans le livre n’est pas nouvelle mais se développe au gré des encyclopédies et des portefeuilles pour enfants. Si le livre illustré voit sa production renouvelée dans la seconde moitié du xviiie siècle, les livres pour enfants n’ont pas encore acquis leur réelle spécificité et si les auteurs parlent d’images utilisées dans l’éducation, cela n’implique pas nécessairement des illustrations dans la publication de leurs écrits. Malgré cette contradiction apparente, ne pouvons-nous pas partir de l’illustration pour mieux discerner la cohérence qui l’unit au texte ? N’apporte-t-elle pas au lecteur – jeune ou adulte – une nécessaire complémentarité et une approche facilitée de l’écriture ?

2Ces questions se sont posées, entre autres, pour les ouvrages de trois femmes : Mme Benoist, Mme de Genlis et Mme d’Épinay. La position de ces auteurs sur l’utilisation de l’image dans l’éducation (peinture, dessin ou gravure), et de l’illustration est plus ou moins affirmée. Nous nous intéresserons ici à trois titres : Sophronie ou leçon prétendue d’une femme à sa fille de Mme Benoist (1769, un frontispice), Les Conversations d’Émilie de Mme d’Épinay (édition française de 1781, deux frontispices), et le Théâtre à l’usage des jeunes personnes de Mme de Genlis (édition parisienne de 1781, six frontispices).

3Les libraires et éditeurs ont joué leur rôle parfois indépendamment des préoccupations des auteurs. Cette intrusion entre le livre et l’auteur est-elle créatrice d’un lien nouveau ou d’une rupture immédiate entre texte et image ? Si l’illustration n’était pas prévue initialement par l’auteur, quel est finalement son apport au texte, et modifie-t-elle la portée du discours de l’auteur ?

4Nous verrons dans un premier temps la valeur de l’image dans l’éducation pour Mmes d’Épinay, de Genlis et Benoist puis, dans un second temps, la mise en relation de celle-ci avec les éditions mentionnées.

La valeur de l’image ou le sens de l’exemple

Madame de Genlis et l’éducation par l’image ?

  • 1 Commentaire de Mercier, L.-S., Tableau de Paris, Amsterdam, tome iii, p. 85, 1783 à propos des maq (...)
  • 2 Théodore est le futur Louis-Philippe, Adèle sa sœur Adélaïde.
  • 3 Mmede Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation, Isabelle Brouard-Arends (éd.), Rennes (...)

5Dans ses Mémoires ainsi que dans Adèle et Théodore, Mme de Genlis expose les bienfaits de l’utilisation de l’image dans l’éducation et son attrait pour le visuel se décline dans le théâtre, les maquettes (qui « frappe[nt] à la fois l’œil et l’entendement1 »), la lanterne magique ou les décorations intérieures des lieux de vie. Le texte, l’image et l’action peuvent fonctionner dans un même but pédagogique. Dans Adèle et Théodore2, Mme de Genlis décrit la résidence de Monsieur et Mme d’Almane3 qui dit combien l’utilisation de l’image est au centre de la vie quotidienne : des peintures à fresque ornent le plafond de la salle à manger avec des scènes des Métamorphoses d’Ovide, des portraits des empereurs et impératrices jusqu’à Constantin se trouvent dans un salon ainsi que des traits choisis de l’histoire romaine. L’histoire de France se découvre sur les murs de la chambre d’Adèle par cent vingt petits tableaux peints à la gouache, l’histoire sainte dans la chambre de la baronne d’Almane… Ces aménagements décoratifs et instructifs permettent même de réaliser des circuits chronologiques dans toute la maison et d’allier l’utile à l’agréable.

  • 4 Jacques-Hubert Butard et Augustin-Martin Lottin (et peut-être Charles Guillaume Le Clerc dès 1768)

6Le théâtre d’éducation de Mme de Genlis permet de mettre en image et en paroles divers traits moraux. Cet attrait pour le théâtre remonte à la jeunesse de l’écrivain ; elle a toujours joué de petites pièces, dès son plus jeune âge, avec Melle de Mars chargée de son éducation. Elle trouvait des idées pour les décors, les costumes et jouait aussi bien la tragédie que la comédie. À travers son théâtre d’éducation, elle souhaite également s’adresser à toutes les catégories sociales, en particulier dans le tome iv dont nous parlerons ici, avec des pièces destinées à l’éducation des femmes de chambre, des jeunes filles de boutique, des marchands et des artisans. Cependant, et en relation avec le souci de l’auteur de livrer l’instruction par le texte ou l’image, le Théâtre d’éducation à l’usage des jeunes personnes n’est pas illustré. Il n’existe qu’une seule édition dont nous n’avons trouvé que le tome iv, à l’INRP (Institut National de Recherche Pédagogique) à Lyon. Il s’agit de l’édition de 1781 par les Libraires associés4 de Paris. Le Théâtre de société est également édité par leurs soins et illustré. Six pièces composent ce volume : La Rosière de Salency, La Marchande de modes, La Lingère, Le Libraire, Le Vrai sage, Le Portrait ou les rivaux généreux.

7Si chez Mme de Genlis l’illustration du livre n’est pas souhaitée ni utilisée dans un réel but pédagogique, rien ne prouve à l’inverse que son impact ait été nul sur les yeux et l’esprit des lecteurs. Qu’ajoutent au discours de l’auteur ces images gravées – un frontispice au début de chaque pièce – ? Sont-elles cohérentes avec le discours de Mme de Genlis relatif à l’image dans l’éducation ? Ces frontispices permettent-ils de mieux valoriser ces exemples destinés à la jeunesse dans les scènes figuratives illustrant chacune des pièces ou s’agit-il d’un pur ornement placé dans le livre par la seule volonté du libraire ? C’est ce que nous analyserons dans un second temps.

Madame d’Épinay et l’Art

  • 5 J.-J. Rousseau, Confessions, in Œuvres complètes, tome i, Paris, Seuil, 1967, Livre VIII : « Mon o (...)

8Mme d’Épinay offre au public les dialogues qu’elle a eus avec sa petite-fille Émilie de Belzunce âgée de dix ans. Jean-Jacques Rousseau, qui fait partie des « ours » de Mme d’Épinay, raconte dans ses Confessions ses premiers élans d’écriture en 1756, lorsqu’elle voulut « tâter de la littérature5 » :

  • 6 Ibid., livre IX, p. 280.

[…] elle s’était fourré dans la tête de faire bon gré mal gré des romans, des lettres, des comédies, des contes, et d’autres fadaises comme cela. Mais ce qui l’amusait n’était pas tant de les écrire que de les lire, et s’il lui arrivait de barbouiller de suite deux ou trois pages, il fallait qu’elle fût sûre au moins de deux ou trois auditeurs bénévoles au bout de cet immense travail6.

  • 7 Notons que les propos de Voltaire dans une lettre à son ami Nicolas-Claude Thieriot à propos de Mm (...)
  • 8 L’événement est mentionné par F. Bluche, La vie quotidienne de la noblesse française au x (...)
  • 9 E. Badinter, Mme du Châtelet, Mme d’Épinay ou l’ambition féminine au xv (...)

9Après les Lettres à mon fils qu’elle écrit en 1756 et Mes moments heureux, Mme d’Épinay débute la rédaction de son ouvrage clé, Les conversations d’Émilie7, en 1773. Rousseau lui fait part de son opinion après l’écriture des deux lettres adressées à son fils. Le philosophe les trouvent inadaptées par leur ton et trop sérieuses. Quelques années plus tard, les Conversations semblent plus adaptées à la bonne volonté éducative de l’auteur8. De tendres dialogues ralliant la tradition socratique montrent l’évolution de la petite Émilie et les leçons qu’elle reçoit de la vie et des hommes avant de les recevoir des livres. Cela n’est pas sans lien avec la biographie de Mme d’Épinay qui profite beaucoup des conversations au début de son mariage pour s’instruire et approfondir ce qu’elle entend afin de combler les manques de son éducation9.

  • 10 Le frontispice unique de l’édition de 1774 montre une scène de dialogue entre la mère et la fille. (...)

10La première édition en un volume des Conversations est publiée à Leipzig en 177410 chez Crusius et la seconde, révisée et augmentée en 1781 à Paris. JeanMichel Moreau le Jeune réalise pour cette nouvelle édition deux frontispices : un par tome. Le premier frontispice represente une des promenades d’Émilie à l’issue de la ixe conversation :

Émilie : Maman, nous avons assez cause, si vous permettez, je vais courir un peu.
Mère : Je le veux bien ; mais courez dans cette allée, et ne me perdez pas de vue.

  • 11 Le texte diffère selon les éditions de 1774 ou de 1781 mais le graveur Noël le Mire ayant signé 17 (...)

11Une scène d’éducation fait donc l’objet du premier frontispice, évoquant ainsi un modèle pour les lecteurs. Le second frontispice n’a pas une moindre portée exemplaire [Fig. 1]. Dans l’édition de 1781 apparaît un nouveau passage dans la xixe conversation à propos d’une scène de bienfaisance. Le dialogue se déroule devant un dessin ; la petite Émilie parle à plusieurs reprises d’estampes, de Raphaël et semble être bien instruite de quelques règles de l’art. On s’aperçoit d’ailleurs à plusieurs reprises de la familiarité d’Émilie avec les représentations peintes, gravées ou dessinées. Les vêtements, les positions des personnages, de la pauvre femme alitée sont décrits. Émilie n’apprécie guère ni la position de la duchesse, juchée sur un escabeau, ni son visage : elle aurait préféré une figure « à la Raphaël ». Des critiques sont donc adressées au dessinateur. Malgré tout, Moreau le Jeune s’inspire des descriptions pour réaliser son frontispice. La présence de ce frontispice devient ainsi une incitation à la formation du jugement – et du goût – à l’instar d’Émilie11.

Fig. 1 : N. Le Mire d’après J.-M. Moreau le Jeune in Marquise d’Épinay, Conversations d’Émilie, frontispice, tome 2, Paris, Belin, 1783, in-12°, Cliché de l’auteur, ouvrage conservé à la Bibliothèque Municipale de Versailles.

Madame Benoist et la morale : de l’utilité du frontispice

  • 12 Sa réaction à l’égard des Femmes savantes est révélatrice du statut qu’elle préférerait pour elle (...)
  • 13 Benoist, op. cit., Lettre du 9 février 1757, p. 106-112.

12Avec Mme Benoist, Françoise-Albine Puzin de la Martinière, la matière éducative est traitée de manière beaucoup plus indirecte. L’auteur est surtout spécialiste de romans où les amants vertueux sont mis en valeur. Ses ouvrages ne sont pas véritablement des plans d’éducation mais elle traite de l’éducation morale et sentimentale en prévenant des dangers. L’histoire de Sophronie se veut utile pour toutes les jeunes demoiselles menacées par les pièges de l’amour. Comme Mme d’Épinay, Mme Benoist a souffert d’un manque d’instruction12 et tout comme Mme d’Épinay et Mme de Genlis, elle revendique l’importance du rôle de la femme qui doit former l’esprit et le cœur de ses enfants tout en s’affirmant également elle-même13 :

  • 14 Benoist, préface de Sophronie ou leçon prétendue d’une mère à safille, Londres et se trouve à Pari (...)

Quelques faibles que soient les talents, ils peuvent contribuer au bien général quand on est animé par de bonnes intentions. Puissent les miennes être de quelque utilité aux jeunes personnes ! ce serait pour moi la récompense la plus flatteuse14.

  • 15 Ibid., p. 2.

13Le frontispice de Jean-Baptiste Greuze, gravé par Moreau le Jeune, illustre le dénouement de ce court récit. La mère, Sophronie, est une jeune veuve de 31 ans ; sa fille Adèle en a quinze. Sophronie « […] avait été épouse fidèle, mère tendre et vigilante ; elle avait pris soin elle-même de l’éducation de sa fille. Ces principaux devoirs remplis lui avaient acquis l’estime publique15 ». Sophronie veut proposer à sa jeune fille un exemple vif de l’attitude à conserver face aux paroles souvent trompeuses des hommes. Elle demande à Valzan de se prêter à l’expérience – elle est attirée par lui en secret et veut le mener à l’aveu – car elle sait qu’Adèle regarde souvent dans son cabinet par une porte dérobée. Il doit lui faire des avances puis Sophronie lui dira de se mettre hors de sa vue tant qu’il n’aura pas expié sa faute, ce qui représente une bonne leçon pour Adèle qui ne pourra que se féliciter de sa curiosité. Seulement Valzan endure le pire puisqu’il aime Adèle en secret et qu’un refus de cette mise en scène pourrait compromettre ses espoirs. Mais au moment fatidique :

  • 16 Ibid., p. 39.

Le tendre Valzan insensible à l’attrait du plaisir, ne l’est point au sentiment de la pitié ; l’état de Sophronie le touche et l’émeut jusqu’au fond de l’âme […] il se jette à ses pieds […] Il est prêt à tout avouer lorsqu’Adèle accourt, entre d’un air troublé, le surprend aux genoux de sa mère […] Vous la voyez, s’écrie-t-il, en jetant sur elle un regard touchant. Ah ! Madame, laissez-vous fléchir ; daignez m’accorder sa main, vous comblerez tous mes vœux. Sophronie paraît confondue ; la honte abaisse son front, tandis qu’une pudeur charmante brille sur le visage de sa fille. L’embarras de l’innocence fixe ses yeux sur la terre […] : son cœur palpite, il est vivement agité ; mais une modestie divine la tient comme immobile à sa place. Sophronie garde un silence profond et terrible16 […].

14La sagesse maternelle retrouve bien sûr le cœur de Sophronie et les deux jeunes gens s’unissent. Mme Benoist invite par l’exemple à la moralité. Elle explique dans sa préface que le frontispice renforce ses propos :

J’ai tâché de rendre les divers effets que la même passion produit sur différents caractères : je sais que je n’ai tracé qu’une esquisse imparfaite des écarts où elle entraîne, et des vertus qu’elle fait naître mais ce qui n’était qu’une faible ébauche au sortir de mes mains, le crayon d’un peintre célèbre en a fait un tableau frappant et plein de vie ; la sensibilité de son âme, qui l’a rendu si supérieur dans tous les sujets qu’il a traités, l’a fait entrer dans mes vues, et saisir les nuances du sentiment avec cette sagacité qui caractérise tous ses ouvrages.

15Ce vibrant hommage au peintre – pour un temps dessinateur d’illustration – permet de comprendre à la fois l’éventuelle commande passée par Mme Benoist à Greuze mais aussi la force qu’une image peut donner à un discours dans un livre. Ce « tableau frappant » marque l’esprit du lecteur et les nuances de sentiment sont mieux exprimées que par des mots (comme le visage humble et heureux de la jeune Adèle).

16Nous venons de présenter trois situations face à l’image dans l’éducation et dans le livre. Chez ces trois femmes-auteurs, l’image, qu’elle soit ou non dans un livre, a une portée directe, permet de rendre directement intelligible une idée. Notre seconde partie va développer les apports de l’image au texte et la cohérence de cette relation texte-image.

Apports et cohérence entre texte et image

Madame Benoist et Greuze

  • 17 C. Michel, Cochin et le livre illustré au xviiie siècle, Genève, Droz, 1987, p. (...)
  • 18 Pour ces polémiques voir C. Michel, op. cit., chapitre V, p. 77-92.

17Dans les années 1769, Greuze participe à l’illustration de plusieurs ouvrages, ce qui provoque de vives réactions notamment chez Grimm dans la Correspondance littéraire qui l’accuse ouvertement de gaspiller son talent en faisant le Gravelot ou le Charles Eisen au lieu de faire le Greuze. Pour Grimm, plutôt hostile à la vignette qui orne le livre, ce travail permet de faire gagner aux artistes beaucoup d’argent en peu de temps17 ; les prises de position à l’égard de l’illustration se multiplient d’ailleurs dans les années 177018.

18Cependant le talent de Greuze est fort apprécié par Mme Benoist et il est évoqué ici comme peintre du sentiment. La position de Valzan, ses bras grands ouverts et sa présence au centre de la composition disent bien le talent de Greuze à peindre l’exacerbation des sentiments. La retenue d’Adèle d’un côté et la honte pointant dans le cœur de Sophronie de l’autre sont également très nettes. Tandis que la jeune fille laisse deviner un léger sourire, baisse les yeux par timidité et tient ses mains serrées par contenance, la mère semble affligée de ce qu’elle vient de faire et n’ose regarder autour d’elle. Elle se cache donc le visage derrière sa main. Le seul personnage qui regarde est Valzan : c’est lui qui regarde Sophronie et c’est également lui qui parle si l’on regarde le texte placé sous l’image. Cette phrase est le tournant du récit : ce sont les premiers mots prononcés par Valzan après que la pitié a succédé dans son cœur au trouble manifesté par Sophronie. Ce tournant est manifesté par la porte ouverte – une issue – et le cadre placé au mur qui montre une femme étendue sur un lit qui rappelle Sophronie attendant Valzan « presque couchée sur une duchesse ».

  • 19 Voir en comparaison la position de la jeune fille dans L’accordée de village de Greuze (1761).
  • 20 E. Badinter, op. cit., p. 402 : « Modestie, maintien et réserve sont les vertus qu’on attend d’une (...)

19Greuze montre donc le moment du dénouement. Mme Benoist conçoit parfaitement la répercussion que peut avoir ce frontispice sur le lecteur. Celui-ci ne peut cependant se comprendre qu’à la lumière du texte. Valzan est agenouillé devant la mère, lui prend le poignet, seul son bras gauche vient, semble-t-il, de bouger pour désigner Adèle qui entre dans la pièce. Cette grande ligne ainsi créée par les bras relie la mère et la fille19. Mme Benoist souhaite montrer la formation d’un couple honnête où l’amour règne. Ici Valzan n’est pas imposé par Sophronie à sa fille. Ceci n’exclut pas la retenue qui reste l’apanage de la jeune Adèle. Chez Mme d’Épinay la retenue est justement la qualité première de la femme qui doit s’efforcer de toujours paraître sans écarts20.

Madame d’Épinay et Moreau le Jeune

20Les attitudes à adopter par Émilie sont également montrées dans les deux frontispices des Conversations. Dans le premier, une mère et une petite fille se promènent dans un jardin, avec vraisemblablement un jardin régulier (Émilie parle d’allée) qui se dessinerait sur la gauche, au milieu des massifs, des parterres ou des fontaines. La main de la petite fille posée gentiment sur le poignet de sa mère et l’index pointé de la mère en signe d’avertissement attestent tous deux que l’adulte et l’enfant sont unis par la confiance et la tendresse. Plusieurs passages rappellent ces promenades :

21Dans la quatrième conversation :

  • 21 Épinay, Conversations d’Émilie, Texte présenté par Rosena Davison, Oxford, Voltaire Foundation, 19 (...)

Émilie : Maman, je voudrais vous demander quelque chose sur ce que j’ai lu.
Mère : Cet après-dîner nous en causerons en nous promenant21.

22Ou la sixième conversation :

  • 22 Ibid., p. 121.

Émilie : Irons-nous nous promener aujourd’hui ?
Mère : S’il fait beau.
Émilie : Oh, je crois qu’il fera beau. Il faut aller bien loin, bien loin. Ah, si vous vouliez, maman, nous irions boire du lait à cette ferme22 […].

23Ou encore la septième conversation :

  • 23 Ibid., p. 132.

Émilie : Quand nous faisons notre promenade ensemble, […] Nous parlons, nous causons, nous disons des choses sensées. S’il y a par-ci, par-là, quelques cabrioles, elles ne dérangent pas la conversation. Vous prenez patience avec votre Émilie, qui a quelquefois l’air d’un hanneton. Et puis vous me faites apercevoir tant de choses auxquelles je ne faisais pas attention ; je vois et j’entends cent fois plus à côté de vous23.

24Ce frontispice peut cependant se passer du texte, tout comme le second si l’on suit les recommandations de la mère à la xviiie conversation qui demande à Émilie de raconter l’histoire du dessin :

  • 24 Ibid., p. 362.

Émilie : Comment puis-je vous conter ce que je ne sais point ?
Mère : En regardant le dessin. S’il est bien fait, vous devez en deviner le sujet sans difficulté24.

  • 25 J.-B. Greuze, Dame de charité, huile sur toile, 114 x 117 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts, 1775.

25Émilie décrit donc peu à peu les protagonistes puis le sujet se définit. Elle remarque le geste de la noble femme qui évoque la « bonté ». La femme alitée lève-t-elle les bras pour remercier ou pour se lamenter ? Émilie hésite. Elle note l’air de compassion de la petite fille noble qui console l’autre enfant qui pleure. Après cette description, Émilie avoue que cette composition lui rappelle celle de la Dame de Charité de Greuze (177525). Et la petite fille d’en faire une description. La relation va même plus loin : n’oublions pas que Moreau et Greuze ont travaillé ensemble pour la gravure des œuvres du peintre (La Bonne éducation, Le Fils puni, L’Éducation d’un jeune savoyard) ou pour l’illustration (La Rose ou La Fête de Salency [titre de la première pièce du tome 4 du Théâtre d’éducation]), Sophronie ou leçon prétendue d’une mère à sa fille). À lire ces titres, on comprend que l’éducation représente pour les deux artistes un sujet fédérateur. Un passage de l’Histoire de Madame de Montbrillant nous donne une indication complémentaire très précieuse :

  • 26 Contre-Confessions, Histoire de Madame de Montbrillant, Paris, Mercure de France, 1989 [1r (...)

Il me passe une idée par la tête qui vous paraîtra peut-être bizarre. Je veux acheter toutes les estampes d’Ogarde [comprendre Hogarth] et celles des tableaux de Greuze, et j’aurai sur le vice et sur la vertu un cours de morale complet, qui suffirait pour l’instruction de mes enfants26.

  • 27 Ibid., p. 754.
  • 28 La seconde dans les années 1770-1771 aurait-elle apporté ce trait nouveau ?

26Quelques lignes auparavant, l’auteur remarquait déjà que les enfants sont plus frappés par « ce qu’on ne leur dit pas, plutôt que par ce qu’on leur dit27 ». L’image permettrait-elle ainsi d’emblée un éclairage marquant pour l’enfant, sans induire la nécessité du discours ? Ces propos sont antérieurs aux Conversations d’Émilie, la première partie de la rédaction se situant entre 1756 et 176228. L’aspect frappant des peintures et gravures de Greuze rejoint l’impact que produit le dessin placé sous les yeux d’Émilie et l’adjonction de l’illustration à un ouvrage.

Illustrations anonymes et uniques de Genlis

27Nous voyons encore deux illustrations de ce thème dans deux pièces de Mme de Genlis : La Lingère [Fig. 2] et La Marchande de modes. Cette fois-ci, la bienfaisance est perçue du côté de pauvres jeunes filles. La Lingère commence ainsi par cette citation de Jean-Baptiste Rousseau : « Le plus beau droit des vertus malheureuses est la faveur des âmes généreuses. »

28Les deux illustrations mettent en valeur le rapport d’une jeune fille de condition modeste avec une comtesse ou une marquise. Les deux femmes nobles se distinguent aisément par leur tenue vestimentaire mais aussi par leurs sentiments. La marquise de Lincé dans La Marchande de modes pose délicatement sa main sur l’épaule d’Isabelle, une jeune apprentie. De l’autre main elle lui remet une bourse. Elle l’embrasse ensuite, ce que suggère le rapprochement entre les deux personnages.

Fig. 2 : Anonyme in Comtesse de Genlis, Théâtre à l’usage des jeunes personnes, frontispice pour La lingère, Paris, Libraires associés, 1781, in-12°, p. 149, Cliché de l’auteur, ouvrage conservé à la bibliothèque de l’INRP à Lyon.

29La vertu de la comtesse de Limours dans La lingère n’est pas moins grande, elle ouvre grand ses bras pour accueillir la jeune Aline, agenouillée en signe de reconnaissance. Ces attitudes attirent dans les deux cas l’attendrissement des observatrices qui joignent les mains en signe de compassion ou les lèvent de surprise.

  • 29 Lire par exemple la pièce de Caron du Chanset, La dame de charité, publiée à Paris et à La Haye en (...)
  • 30 E. Barker développe avec précision ce point dans Greuze and the painting of sentiment, Cambridge, (...)

30La bienfaisance et la vertu font l’objet de véritables cultes, surtout dans les années 177029. Le thème est traité dans la peinture de genre autour du Salon de 1777 avec les peintures de Pierre-Alexandre Wille ou d’Étienne Aubry qui mettent en scène des membres de l’élite en contact avec les gens du peuple30 : La Première leçon d’amitié fraternelle d’Aubry en 1776, Le Seigneur indulgent et le braconnier de Wille (1779) ou encore en 1783, par Moreau le Jeune gravé par Delignon, Le Seigneur chez son fermier pour le Monument du costume physique et moral.

  • 31 Ibid., p. 195.
  • 32 L’histoire de la rosière paraît en 1777 et la préface assure que « Toute la France a pris (...)

31Mme de Genlis raconte dans ses mémoires comment à l’âge de dix-huit ans elle apprend l’existence de la fête de la rosière de Salency. Elle en parle à Le Pelletier de Morfontaine, l’intendant de Soissons et décide de se rendre au couronnement de la rosière31. Elle y apporte sa harpe. Cette fête a été instituée par saint Médard et se déroule à Salency près de Noyon. Elle récompense tous les ans la jeune fille la plus vertueuse de Salency et Mme de Genlis retient ce thème pour une des pièces de son Théâtre à l’usage des jeunes personnes. Plusieurs publications reprennent également la traditionnelle fête de Salency, comme Billardon de Sauvigny dont l’ouvrage en 177832 est orné d’un frontispice de Moreau le Jeune d’après Greuze – encore une collaboration dans un contexte d’édification et qui n’est pas sans lien avec l’exemple éducatif. L’ouvrage est d’ailleurs dédié à Mme de Genlis.

32Le frontispice montre l’arrivée de Basile qui vient féliciter sa sœur d’avoir été nommée rosière : il ouvre grand ses bras vers elle. Celle-ci est agenouillée devant sa grand-mère et près de sa mère pour recevoir leur bénédiction : tableau familial touchant et célébration de la vertu.

33Le dessinateur est ici inconnu, son art assez simple et sage, dépourvu de grands effets, les proportions parfois approximatives (les raccourcis des bras dans Le Libraire ou la femme de dos dans La Lingère) et sans rapport technique avec Greuze. Mais le trait essentiel, l’idée maîtresse est bien présente grâce aux gestes que nous venons de montrer dans ces trois pièces.

34Hormis les gestes représentés, notons également que si les décors sont précisés par Mme de Genlis, les illustrations ne présentent pas vraiment des allusions à des scènes de théâtre. Par exemple pour Le Vrai sage, la scène doit représenter un château. L’illustration présente quant à elle un paysage dans une grande perspective où se détachent un jardin ou verger qui semble être en terrasse, les villageois en train de danser au son du violon (André et Colette) puis les habitations modestes à l’arrière-plan. Par ce jardin se crée un autre monde, plus conforme peut-être à l’imaginaire des lecteurs. Une autre ouverture vers l’extérieur est également évoquée dans La Rosière de Salency : au fond de la « chambre de paysan » (didascalie au début de la pièce), la porte est grande ouverte (pas de battants visibles) et le village entier, les ménétriers viennent acclamer la rosière et l’emmener pour son triomphe. Un enfant semble même s’élever au-dessus de la foule. En revanche l’artiste se révèle plus fidèle pour Le Portrait : il a, semble-t-il, parfaitement suivi la didascalie :

Delphine prend sa place ; Verceil s’assied ; madame Duchemin s’assied près de sa fille, tire de son sac un ouvrage et travaille. Ophémon et Cléante restent debout, et vont tantôt derrière Delphine, et tantôt derrière Verceil.

35Les deux jeunes gens – le jeune homme qui pose et la jeune fille peintre – s’aiment en secret et cette séance de pose avec des regards forcés de se croiser devient vite insupportable. Souvenons-nous que dans le frontispice de Sophronie, Adèle baisse les yeux pour éviter de rencontrer ceux de son prétendant.

36Peut-être ces images ont-elles suscité l’intérêt des lecteurs dans cette unique édition illustrée ? Il est certain qu’aucune conclusion ne peut ressortir de la lecture de cette seule édition, dont nous n’avons retrouvé qu’un volume. Cependant les différentes scènes évoquent plutôt la vertu et renforcent le discours et la morale de chacune des pièces.

37Nous avons observé d’une part l’intérêt de nos auteurs pour l’image, de l’autre l’illustration de leurs ouvrages. Il n’y a pas de réelle adéquation entre le discours et le livre mais la présence significative de l’image annonce le succès prochain de l’image dans le livre d’éducation.

38De manière parallèle l’attrait pour l’image est visible à la fois dans le contexte de l’histoire du livre et dans celui de l’histoire littéraire. L’adéquation entre les deux n’est pas encore parfaitement réalisée mais les femmes participent à la construction, à l’élaboration d’un dialogue privilégié entre le texte et l’image, au même titre que les hommes de lettres de cette seconde moitié du xviiie siècle.

Notes

1 Commentaire de Mercier, L.-S., Tableau de Paris, Amsterdam, tome iii, p. 85, 1783 à propos des maquettes des Périer.

2 Théodore est le futur Louis-Philippe, Adèle sa sœur Adélaïde.

3 Mmede Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation, Isabelle Brouard-Arends (éd.), Rennes, PUR, collection des Textes rares, 2006, Lettre 9, p. 76-77. L’aménagement était sensiblement identique à Bellechasse.

4 Jacques-Hubert Butard et Augustin-Martin Lottin (et peut-être Charles Guillaume Le Clerc dès 1768).

5 J.-J. Rousseau, Confessions, in Œuvres complètes, tome i, Paris, Seuil, 1967, Livre VIII : « Mon ours, voilà votre asile, c’est vous qui l’avez choisi ; c’est l’amitié qui vous l’offre ; j’espère qu’elle vous ôtera la cruelle idée de vous éloigner de moi. » Le philosophe séjourne à l’Ermitage d’avril 1756 à l’été 1757.

6 Ibid., livre IX, p. 280.

7 Notons que les propos de Voltaire dans une lettre à son ami Nicolas-Claude Thieriot à propos de Mme Benoist et de l’écriture ne montrent pas davantage de crédibilité : « […] votre belle dame qui s’amuse à faire des romans ». Benoist, Célianne ou les amants séduits par leurs vertus suivi du Journal en forme de lettres, Saint-Étienne, Presses de l’université de Saint-Étienne, 2002, Lettre du 28 décembre 1765, p. 28.

8 L’événement est mentionné par F. Bluche, La vie quotidienne de la noblesse française au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1980, p. 47-48.

9 E. Badinter, Mme du Châtelet, Mme d’Épinay ou l’ambition féminine au xviiie siècle, Paris, Flammarion, 2006, p. 221.

10 Le frontispice unique de l’édition de 1774 montre une scène de dialogue entre la mère et la fille. La mère est assise, Émilie à ses côtés.

11 Le texte diffère selon les éditions de 1774 ou de 1781 mais le graveur Noël le Mire ayant signé 1779, nous utilisons le premier texte, d’ailleurs plus proche de l’attitude des personnages. Il y a bien questionnement sur la chronologie car le second frontispice est également daté de 1779. Cependant le passage de la XIXe conversation est non plus retouché mais ajouté à la nouvelle édition. Peut-on imaginer que Mme d’Épinay ait écrit ce passage pour l’édition de 1781 après la réalisation du dessin de Moreau le Jeune, gravé en 1779 ? Mme d’Épinay aurait-elle terminé ce passage en 1779 et permet-elle la réalisation du dessin ?

12 Sa réaction à l’égard des Femmes savantes est révélatrice du statut qu’elle préférerait pour elle et pour les femmes. Cette pièce ne peut être d’aucune utilité pour les femmes car elle mène plutôt à mépriser l’étude, op. cit., p. 108-112.

13 Benoist, op. cit., Lettre du 9 février 1757, p. 106-112.

14 Benoist, préface de Sophronie ou leçon prétendue d’une mère à safille, Londres et se trouve à Paris, veuve Duchesne, 1769, p. v-vi.

15 Ibid., p. 2.

16 Ibid., p. 39.

17 C. Michel, Cochin et le livre illustré au xviiie siècle, Genève, Droz, 1987, p. 82.

18 Pour ces polémiques voir C. Michel, op. cit., chapitre V, p. 77-92.

19 Voir en comparaison la position de la jeune fille dans L’accordée de village de Greuze (1761).

20 E. Badinter, op. cit., p. 402 : « Modestie, maintien et réserve sont les vertus qu’on attend d’une femme. » Allusion aux Ve et VIIIe conversations.

21 Épinay, Conversations d’Émilie, Texte présenté par Rosena Davison, Oxford, Voltaire Foundation, 1996, p. 87.

22 Ibid., p. 121.

23 Ibid., p. 132.

24 Ibid., p. 362.

25 J.-B. Greuze, Dame de charité, huile sur toile, 114 x 117 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts, 1775.

26 Contre-Confessions, Histoire de Madame de Montbrillant, Paris, Mercure de France, 1989 [1re édition 1818], p. 755.

27 Ibid., p. 754.

28 La seconde dans les années 1770-1771 aurait-elle apporté ce trait nouveau ?

29 Lire par exemple la pièce de Caron du Chanset, La dame de charité, publiée à Paris et à La Haye en 1775.

30 E. Barker développe avec précision ce point dans Greuze and the painting of sentiment, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

31 Ibid., p. 195.

32 L’histoire de la rosière paraît en 1777 et la préface assure que « Toute la France a pris parti pour la Rosière. » On y trouve notamment des épîtres et des chansons à la gloire de Salency et de la rosière.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : N. Le Mire d’après J.-M. Moreau le Jeune in Marquise d’Épinay, Conversations d’Émilie, frontispice, tome 2, Paris, Belin, 1783, in-12°, Cliché de l’auteur, ouvrage conservé à la Bibliothèque Municipale de Versailles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/39361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Fig. 2 : Anonyme in Comtesse de Genlis, Théâtre à l’usage des jeunes personnes, frontispice pour La lingère, Paris, Libraires associés, 1781, in-12°, p. 149, Cliché de l’auteur, ouvrage conservé à la bibliothèque de l’INRP à Lyon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/39361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 826k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540