Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Deuxième partie. Contenus et méthodes

Mademoiselle Marie Le Masson Le Golft, une intellectuelle pédagogue au Havre au XVIIIe siècle

Aline Lemonnier-Mercier

Texte intégral

1Née au Havre le 25 octobre 1749, fille d’un capitaine de navires, personnalité connue et pourvue d’une honorable fortune, Marie Le Masson Le Golft n’avait cependant aucune chance de devenir une « intellectuelle » dans une ville où les garçons de familles aisées pouvaient entrer au collège, mais où les filles étaient destinées à une vie de dentellières et de femme au foyer.

  • 1 « Messire d’Après de Blangy, écuyer, sieur de Mannevillette chevalier de l’ordre du roi, capitaine (...)
  • 2 Abbé Anthiaume, L’abbé Dicquemare, sa vie, Recueil de l’association des amis du Vieux Havre, n° 12 (...)
  • 3 Le Havre au jour le jour de 1778 à 1790, édition d’un manuscrit de Marie Le Masson Le Golft, (...)

2On ne sait pas exactement quelle a été son éducation première, elle en parle peu, mais il est certain que c’est grâce au navigateur-géographe Jean-Baptiste d’Après de Mannevillette1 et à son mentor l’abbé Jacques-François Dicquemare2qu’elle a acquis un bon niveau dans l’étude des « humanités » de même que pour les connaissances historiques, géographiques et scientifiques (astronomie, mathématiques, physique et biologie) mais aussi en l’histoire de l’Art et dans la pratique du dessin. Grâce à eux, elle a pu aborder des domaines généralement réservés aux hommes et elle fera des communications dans ces différents domaines pour les Académies dont elle sera membre. Elle a acquis aussi une sensibilité artistique qui lui permettra de rédiger des textes d’une honorable critique d’art. De plus, infatigable polygraphe à la plume facile et à l’écriture ferme, parfaitement renseignée sur tous les événements havrais, elle a tenu de 1778 à 1790 un « Journal » du plus grand intérêt pour les historiens du Havre au xviiie siècle, tout en travaillant à ses communications scientifiques et rédigeant ses ouvrages3.

3Mais, par-dessus tout, Melle Le Masson Le Golft a la fibre pédagogique. Sans doute la tient-elle de l’abbé Dicquemare, élève lui-même de l’abbé Nollet, qui organise des cours de sciences auxquels elle assiste. Peut-être aussi est-ce le résultat de la constatation qu’à part elle, il n’y a aucune autre « intellectuelle » au Havre. Elle s’estime donc investie d’une mission : transmettre le savoir qu’elle a acquis, mais aussi faire connaître l’histoire de sa ville, sa « petite Ithaque » pour les générations montantes, espoirs de la ville et de la nation. Car c’est une admiratrice passionnée de sa ville natale, grande ville portuaire cosmopolite et vivante, où, dans cette deuxième moitié du xviiie siècle, sont entrepris de gigantesques travaux d’embellissements. Aussi commence-t-elle en 1778 la rédaction de son Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre, 357 feuillets, en neuf entretiens, pour lesquels elle choisit comme exergue une citation de Tancrède : « À tous les cœurs bien nés que la patrie est chère », qu’elle dédicace aux « écoliers » :

  • 4 Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre, BMR, Ms Y 45, dédicace, 20 octobre 1780.

S’il est un respectable, un ordre distingué entre les citoyens du monde entier, c’est sans doute celui des écoliers, puisqu’il renferme tous les autres ; j’y vois pour l’avenir des Lumières placées sous le chandelier de l’église. Des magistrats intègres, des philosophes bienfaisants, des savants pour toutes les parties ; j’y vois des littérateurs en tous genres, des artistes éclairés, des citoyens vertueux. C’est donc à vous Messieurs, qui par des exercices publics, faites déjà l’un des plus beaux ornements de notre société et à qui vont être confiés, avec les intérêts et la gloire de la patrie, le bonheur des citoyens que je vais offrir ce petit ouvrage. S’il n’a pas eu l’avantage de prendre naissance parmi vous, j’ose me flatter qu’à cause de son objet il s’y trouvera toujours de zélés protecteurs4.

  • 5 Il semble qu’elle prenne la chose avec philosophie si l’on en croit différents courriers dont celu (...)
  • 6 « Entretien sur Le Havre, par Melle Le Masson Le Golft. À tous les cœurs bien nés que la patrie es (...)
  • 7 BMR, Ms g 15, lettre à la municipalité le 6 mars 1781. Et elle souligne !

4Elle cherchera à faire éditer cette œuvre trop ambitieuse et un peu irréaliste, en faisant appel au soutien des personnalités de sa connaissance comme l’abbé Rozier, mais sera obligée de l’amputer sérieusement5. En 1781, il paraît sous le titre d’Entretien sur Le Havre6, un unique « entretien », mais de 171 pages tout de même, pour cet ouvrage destiné aux collégiens du Havre. « Il n’y a point de ville en France où les lettres ne soient moins cultivées qu’au Havre, reproche humiliant dans le siècle où nous sommes et le peuple est livré aux excès même du libertinage », écrit-elle à la municipalité en offrant son livre7. Les abbés du collège l’encensent, achètent l’ouvrage et le distribuent comme livre de prix.

Coup d’œil sur Le Havre

  • 8 Oserais-je citer Pierre Rosenberg qui affirme que se rencontrent dans les villes, le monde des art (...)

5Dans ces deux œuvres, elle imagine une sorte de promenade dialoguée, sur un ton un peu convenu sentencieux et naïf il faut bien l’admettre, entre elle-même, la pédagogue, et un jeune homme de seize ans et demi, qui, de retour après deux ans passés dans un collège parisien afin d’y étudier la philosophie et la physique, retrouve sa ville natale. Elle entreprend donc de lui faire redécouvrir l’histoire du Havre, l’état passé et l’état présent. « Que désirez-vous pour le plus grand nombre ? », interroge son jeune interlocuteur. « Des Lumières » répond-elle, sans hésiter ! Le but étant de persuader le parisien qu’il est devenu de la qualité exceptionnelle de la ville de négoce où il peut parfaire son instruction et son éducation, tant historique que morale et philosophique. Car le commerçant, que l’on ne doit pas vilipender, est un homme des Lumières. Non seulement il ranime l’aisance et l’abondance, circule dans le monde entier, se lie avec toute la terre au travers de son courrier, mais « les moyens d’exécution exigent des talents, des connaissances, comme la géographie, le calcul, le change, les lois, les coutumes, les langues étrangères. Et des qualités comme la bonne foi, l’exactitude, l’économie et la prudence ». S’y ajoutent les connaissances du navigateur, géométrie et astronomie, et surtout l’incomparable spectacle de la nature, indispensable au naturaliste et au physicien. La conclusion étant : « Tout parle, tout appelle, tout instruit dans une place comme celle-là8. » « Croyez-vous que je fais des livres ? Combien de volumes croyiez-vous emporter ? », interroge-t-elle. Aucun, car elle emmène son jeune interlocuteur dans une galerie imaginaire (qu’elle ne craint pas de comparer à la galerie de Versailles dédiée à la gloire de Louis XIV !) dont elle loue la simplicité de la décoration, le silence et le recueillement. Elle affirme y avoir rassemblé une suite de dessins et de tableaux de sa main, cinquante-cinq œuvres représentant les épisodes de l’histoire de la ville du Havre depuis sa fondation, en rapport avec les événements nationaux, suivies de six portraits de personnalités havraises, écrivains et scientifiques de son choix, dont l’exemple est à imiter : Georges et Madeleine de Scudéry, Madame de Lafayette, puis Jean Baptiste d’Après de Mannevillette, l’abbé Clémence et l’abbé Dicquemare… ses éducateurs

6Tel est l’enseignement qu’elle a imaginé pour un interlocuteur dont l’intérêt, réel ou feint, ainsi que les connaissances, permettent de relancer la conversation : une instruction « agréable » en une suite de scènes ou de paysages qui sera prétexte à un récit, une description, une dissertation. Histoire de la ville par l’histoire de l’Art, qui lui permet de faire passer ses idées philosophiques, sa morale, (sur la religion et le respect de l’autorité royale par exemple), des commentaires sur les avantages de la province par rapport à Paris. La tentative est ambitieuse, elle la juge indispensable : le savoir des Havrais étant à ses yeux parfaitement superficiel. Le collégien d’ailleurs s’étonne en retrouvant sa ville natale :

  • 9 Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre, BMR, Ms Y 45, p. 239.

Il faut être quelque chose, mais nul ne m’a parlé [ici] de sciences ni de beaux-arts ; la gloire des Descartes, des Le Brun, des Corneilles, des Réaumur, ne me paraît toucher aucun d’eux.
– Cela ne doit point vous surprendre. Ne méprisiez-vous pas il y a peu de jour la marine et le commerce ? Ici, pour l’ordinaire, on ne voit que ces objets ; ajoutez-y le sacerdoce et le barreau, c’est où se terminent les vues de la plus grande partie de nos concitoyens. Il s’en trouve même qui ont une sorte d’indifférence pour tout ce qui n’est pas commerce ou marine9.

  • 10 Ibid., p. 108-109.
  • 11 Relation de l’arrivée du Roi au Havre, le 19 septembre 1749 et des fêtes qui se sont donnée (...)

7La galerie commence très pédagogiquement par des plans et des vues depuis la fondation de la ville en 1517 : il faut apprendre à regarder autour de soi, les images y aident, et Mlle Le Masson Le Golft établit un va-et-vient entre l’image et la réalité puisqu’elle emmènera son collégien faire un « tour de ville ». Elle profite de toutes les occasions pour placer ses idées et connaissances : la vue du port lui permet d’évoquer les ports de l’Antiquité : Tyr, Sidon, Carthage, Marseille, Alexandrie, Byzance, puis un thème et un message qui lui tiennent à cœur, l’esclavage (l’abbé Grégoire fait partie de ses correspondants). Il est plus surprenant, lorsqu’elle présente la statue de Louis XIV érigée sur la fontaine de la place d’Armes, de la voir affirmer que ce monument est dû à la reconnaissance des Havrais après la révocation de l’Édit de Nantes ! Tant il est vrai que Le Havre a eu longtemps à souffrir des Anglais et s’en souvient10. Et sa fibre royaliste vibre encore quand elle décrit la visite de Louis XV en 1749, prétexte à un très long texte dans lequel elle rappelle l’ouvrage de Jean-Baptiste Descamps, Relation de l’arrivée du roi au Havre de Grace enrichi de six estampes11. Elle insiste sur les mérites et les qualités du roi, « ce monarque qui venait de donner par une modération peu commune la paix à l’Europe ». Elle commente les vues, la joie des habitants, les transports qui éclatent dans toute la ville, et les espoirs que fait naître sa visite. Puis, sensible à la beauté du paysage que le roi va admirer, aux couleurs et à la lumière, elle ajoute, en vraie critique d’art :

Cette vue reçoit un nouvel intérêt à chaque heure du jour car la mer varie en couleur, en degré d’agitation, sous un ciel différent. Cette vue offre quelque chose de vivant et d’animé qui ne se rencontre pas partout.

  • 12 BMR, Ms g 15, le 22 février 1789.

8L’ouvrage est loué par ses correspondants : « Quand verrons-nous des villes à l’exemple de Langres consacrer par des monuments durables la mémoire des personnages illustres nés dans leur sein ? », s’exclame Parmentier. « Messieurs, des livres pareils sur toutes les villes de France formeraient une charmante description de ce royaume », déclare Dubois de Fosseux dans sa présentation à l’académie d’Arras. Quant à l’abbé Rozier il propose que l’éducation soit reprise en ce sens à Saint-Cyr12 !

Les Lettres sur l’éducation

  • 13 BMR, Ms g 15, lettre de Madame de Bourbon comtesse de Puget, du 10 novembre 1784.
  • 14 Marguerite Marie de Bourbon (1754-1839) était la fille naturelle de Charles de Bourbon-Condé, comt (...)

9Mais une occasion bien différente de soutenir ses idées sur l’éducation va se présenter, lorsqu’en 178413 la comtesse de Bourbon, fille naturelle du comte de Charolais désirant veiller elle-même sur sa fille, sollicite ses conseils14. Conseillère d’une noble personne est un rôle prestigieux et flatteur, mais difficile. Est-ce pour cela que Mlle Le Masson Le Golft prend bien des précautions épistolières ? Est-ce vraiment, écrit-elle, le rôle d’une « demoiselle » d’écrire sur l’éducation ? Non ! Seuls ses travaux et sa culture le lui permettent, mais elle y a été poussée et se justifie par les compliments et encouragements de quelques Académies !

  • 15 Lettres relatives à l’éducation, par Melle Le Masson Le Golft de l’Académie royale des Bell (...)

10Et, en 1788, elle publie ses douze Lettres sur l’éducation15, destinées à la comtesse de B., s’échelonnant entre mars 1785 et mars 1788 dans lesquelles elle développe, cette fois, ses idées sur l’éducation d’une jeune fille noble. Ses préoccupations sont doubles : l’éducation familiale est-elle une bonne solution, mais surtout quel va en être le programme ?

  • 16 Ibid., p. VI.
  • 17 BMR, Ms g 15, le 15 octobre 1786.
  • 18 BMR, Ms g 15, lettre à Clémence, 28 octobre 1788.
  • 19 Lettres, op. cit., avertissement.

11Sa réflexion l’incite à préférer l’éducation maternelle, ce que « la prudence, la tendresse et la sagesse » préconisent, la mère devant être secondée par une personne avertie, elle en l’occurrence. « Philippe, père d’Alexandre se félicitait moins de ce que le ciel lui avait donné un fils, que d’en avoir confié son éducation à Aristote », affirme-t-elle, en toute simplicité16. Cependant elle demande à Dubois de Fosseux, un de ses correspondants préférés, de la conseiller. « C’est une grande question », lui répond le secrétaire perpétuel de l’Académie d’Arras, « Vous me faites la question de savoir si l’éducation particulière est préférable à l’éducation publique. Je me féliciterai toujours de n’avoir pas été livré à des gens dominés par l’intérêt ; il me semble que pour les jeunes gens l’éducation publique est préférable ne fusse que pour l’émulation17. » Et, comme « rien n’est comparable à l’âme d’une femme bien instruite18 » la vie de la jeune fille va être parfaitement organisée : tout doit être fait afin de former une demoiselle pour laquelle « il est beau sans doute de posséder un fond riche pour ainsi dire inépuisable, qui fournisse également à la conversation et à la retraite à laquelle les femmes sont souvent obligées par bienséance19 ».

  • 20 BMR, Ms g 15 le 5 novembre 1786.

12Pourquoi Melle Le Masson Le Golft ne se lance-t-elle pas d’emblée dans un projet d’éducation féministe novatrice, elle si fière de ses nominations d’Académicienne ? Elle si dynamique, indépendante et volontaire, qui se pose en modèle de femme cultivée, pédagogue, célibataire, fière de sa notoriété, toujours prête à se poser en exemple, devient soudainement réservée. Elle explique dans la première lettre que « malgré un travail assidu [elle] a eu de la peine à prendre quelque essor », dans la seconde « qu’une personne de notre sexe ne doit entrer en rien dans le gouvernement de la société », dans la troisième « que les besoins de notre sexe forment un cercle plus mince que celui des hommes… » et que la jeune élève, « si elle s’accoutumait à parler avec force sur les sciences et sur plusieurs autres, sortirait du caractère féminin ». Est-ce la peur des responsabilités ? Regrette-t-elle soudain ses décisions passées, constate-t-elle une certaine solitude personnelle et ses engagements, son choix de la science, dont la conséquence a été de vivre dans un milieu essentiellement masculin ? Est-ce l’influence, encore, de Dubois de Fosseux qui affirme avoir donné « à peu près la même éducation » à ses enfants « du moins par rapport aux sciences, car quant aux exercices du corps et à la morale, elle ne peut être la même pour les deux sexes20 » ?

13L’éducation familiale une fois choisie, il faut en fixer le programme. La jeune femme noble sera cultivée, instruite de toutes les matières, mais surtout pas une « femme savante », terme à proscrire absolument ! Elle devra acquérir des Lumières en tout : physique expérimentale, « électricité atmosphérique qui produit le tonnerre et les éclairs, découverte qui fait honneur à notre siècle », sans oublier l’astronomie, le feu, les volcans, la puissance de l’océan, les aurores boréales. Elle sera mise en garde contre les charlatans scientifiques et les superstitions. Est-ce seulement afin d’être capable de comprendre les conversations mondaines ?

14Cependant, pour contrebalancer toutes ces connaissances scientifiques, notre pédagogue, elle-même fort pieuse, prévoit une solide formation religieuse, une soumission aux croyances catholiques qui lui permettront d’entreprendre l’étude critique des autres religions et de leurs erreurs. On la sent alors mal à l’aise, gravement tiraillée entre son goût pour la connaissance et les préceptes religieux. Cette étude, insiste-t-elle, n’a d’autre but que « d’avoir des idées nettes de tout ce qui s’écarte du vrai esprit de la religion et de la solide piété » et de mettre en garde contre « la philosophie qui sous prétexte de dissiper les préjugés tend à saper les fondements de la religion, préconise le déisme, l’impiété et jusqu’à l’athéisme ». Ce qui ne l’empêche pas de souhaiter la connaissance des autres religions dans une approche critique. Elle s’interroge :

Après nous avoir instruites sur la religion, ne devrait-on pas nous faire connaître les erreurs de la nature humaine à cet égard ? Devrions-nous ignorer […] l’état actuel du paganisme et du mahométisme et ce que pensent les juifs les plus éclairés de notre siècle ?

15L’un de ses textes porte sur le problème de l’esclavage bien connu au Havre. L’abbé Dicquemare est un fervent abolitionniste et Melle Le Masson Le Golft, qui a conçu un Tableau général du genre humain, planisphère monumental – dont l’usage géographique se double d’une approche pédagogique des différentes races – en profite pour écrire un beau développement sur la diversité humaine et sur la tolérance.

  • 21 Ibid., Dubois de Fosseux 15 octobre 1786.
  • 22 BMR, Ms g 15, lettre à Bernstorff. 16 septembre 1784. « « M. l’abbé Dicquemare a rétabli la ligne (...)

16L’amour de la vie et de la connaissance qu’elle tient à communiquer à son élève tient de la boulimie. Il faut s’intéresser à tout, puisque Dieu a tout créé et que nous lui devons non seulement toutes les sciences, mais aussi tout ce qui vit en nous, notre corps humain et ses structures (le cœur, les poumons dont elle préconise l’étude avec des imitations en cire colorée dans sa cinquième lettre lue à l’Académie d’Arras21). Elle insiste sur le « génie sublime » de Buffon, « les grandes vues de son ardent génie » et la ligne de démarcation qui sépare les trois mondes22.

  • 23 Sixième lettre.
  • 24 « La plus belle des créatures étant l’homme, n’est-il pas représenté par les sublimes beautés de l (...)
  • 25 BMR, Ms g 15.

17Chantant ainsi Dieu puis la Nature, cette admiratrice et amie de Bernardin de Saint Pierre revient naturellement à l’éducation artistique qui lui tient tant à cœur : « La nature est le plus grand des tableaux qui conduit aux Beaux-Arts23. » Et elle développe ses idées en histoire de l’Art, peinture, dessin, sculpture et architecture24. Elle reparle de l’intérêt des tableaux d’histoire, le grand genre, sur l’expression des passions, sur les mérites respectifs du coloris et du dessin. L’Art est l’école de la vie, l’Art est la vie ! « Combien on perd à n’être ni peintre ni poète ni musicien », écrit-elle à l’abbé Clémence l’un de ses éducateurs25. S’ensuit, bien évidemment, un grand cours d’histoire de l’Art à l’usage des jeunes filles, connaissances indispensables à une femme de qualité. Alors que le jeune collégien admirait une galerie de tableaux historiques, prétextes à des digressions, et partait dans la ville à la découverte de sa vie et de ses monuments, la jeune aristocrate est initiée chez elle aux grandes œuvres de la peinture, aux théories sur le dessin et le coloris, à l’expression des passions douces, à la civilisation athénienne (dont la grandeur est proche de la civilisation française !).

18Enfin, unissant à la piété l’éducation architecturale, l’élève sera conduite dans « nos temples » en particulier dans :

  • 26 Douzième lettre, 28 novembre 1787, p. 126.

Le temple magnifique, monument de la piété de Louis XV, élevé sous l’invocation de Ste Geneviève, [qui] présentera à son esprit un fait historique, bien capable de lui faire comprendre combien la vertu se fait admirer dans tous les siècles, et jusqu’à quel degré de gloire la vraie piété peut élever les personnes de notre sexe en apprenant quelle fut Geneviève26.

19Toute la douzième lettre s’étend longuement sur l’éducation de la sensibilité, indispensable pour apprécier les grandes œuvres de la peinture certes, mais surtout en architecture dont on ne peut sinon goûter toutes les beautés.

  • 27 Nous possédons une lettre de la comtesse de Puget qui la remercie de ses conseils. BMR, Ms g 15.
  • 28 « Lettre d’un amateur à son ami, Sur les Arts & les Ouvrages de Peinture, Sculpture, Architecture (...)
  • 29 La première pierre a été posée par Louis XV en 1764. en 1787, les ingénieurs sont en train de trav (...)

20Mais, sont-ce vraiment là des « lettres » ? Ne serions-nous pas plutôt en présence, grâce à ce subterfuge, d’un texte-testament dans lequel nous constatons, au-delà de l’ambitieux et un peu excessif plan d’éducation, que Melle Le Masson Le Golft rappelle ses succès, littéraires et scientifiques, ses ambitions, ses déceptions27 ? En fait, la finalité n’est-elle pas plutôt un bilan des connaissances du xviiie siècle dont elle est actrice ? N’est-ce pas plutôt, une fois les recommandations indispensables faites, une manière déguisée de publier aussi sa « Lettre sur les Beaux Arts » comme l’a fait l’abbé Dicquemare28. Nous y reconnaissons les idées de Jacques-François Blondel sur l’architecture que l’abbé soutenait avec force, mais enrichies de ses idées personnelles novatrices, dans son admiration pour l’église Sainte-Geneviève de Soufflot29.

Conclusion

21Nous ne connaissons pas la carrière éducative de Melle Le Masson Le Golft.

  • 30 BMR, Ms g 15.

22Au Havre, il ne faut pas négliger le rôle qu’elle a certainement eu sur le niveau des études au collège, ce dont les courriers et les lettres d’éloge témoignent. Quand les abbés-enseigants l’encensent, elle leur dessine des médailles qu’elle décerne aux écoliers. Ils lui adressent en retour des remerciements fleuris. Outre ce rôle dans une société négociante, elle a certainement eu une certaine influence sur l’éducation de Mademoiselle de Puget : celle-ci l’en remercie en janvier 178930.

  • 31 Qui le lui a légué avec mission de la faire publier. L’abbé est mort en mars 1789.
  • 32 En fait, elle vient au Havre souvent, sa mère y réside. Mais il semble impossible d’y trouver un p (...)
  • 33 BMR, Ms g 16/141.
  • 34 Afin que les demoiselles parviennent à « la sagesse de Rebecca, la fidélité de Pénélope, l’amabili (...)

23À partir de 1789, sa préoccupation essentielle, et vaine, est pendant de longues années la publication du « portefeuille » de plans, dessins et textes de l’abbé Dicquemare31. Lorsqu’il lui faut gagner sa vie, elle pense à un poste d’éducatrice. Mais les événements politiques l’obligent à travailler à Rouen32 où la directrice de la pension qui l’emploie l’assure de sa considération, reconnaît ses talents et ses vertus, et où ses élèves l’assurent de leur reconnaissance33. Mais les témoignages sont ténus. On sait seulement qu’elle poursuit longtemps sa correspondance avec les personnalités savantes ou politiques : l’abbé Grégoire, Cadet Gassicourt, Lacépède, Quatremère de Quincy, et qu’elle rencontre Madame de Genlis. Elle sollicite, sans succès, en 1807, un poste d’enseignante à l’école de la Légion d’Honneur d’Écouen34. Nous pensons à sa déception.

24Néanmoins, nous retiendrons d’elle ses idées sur l’éducation, idées originales d’un apprentissage fondé sur l’histoire de l’Art dans une ville où l’on s’en préoccupait si peu, et à laquelle elle vouait une véritable passion. L’enseignement de la vie par l’Art !

Notes

1 « Messire d’Après de Blangy, écuyer, sieur de Mannevillette chevalier de l’ordre du roi, capitaine des vaisseaux de la compagnie des Indes orientales, inspecteur général pour le Roi du dépôt des cartes plans et journaux de la navigation des Indes orientales et de la Chine, associé de l’Académie royale de marine, correspondant de celle de Paris, né au Havre le 11 février 1707, mort à Lorient le 1er mars 1780. Auteur du Neptune oriental et de plusieurs autres ouvrages relatifs à la marine, le premier navigateur qui ait réduit en pratique l’observation des longitudes à la mer par la distance de la lune au soleil et aux étoiles. », Marie Le Masson Le Golft, Annales 1778-1790, Bibliothèque municipale de Rouen (BMR), Ms Y 45.

2 Abbé Anthiaume, L’abbé Dicquemare, sa vie, Recueil de l’association des amis du Vieux Havre, n° 12, 1932, p. 1-21. Aline Lemonnier-Mercier, « L’abbé Dicquemare et Melle Le Masson Le Golft ; deux intellectuels du Havre au xviiie siècle », Cahiers Havrais de recherche historique, n° 62, 2004.

3 Le Havre au jour le jour de 1778 à 1790, édition d’un manuscrit de Marie Le Masson Le Golft, présenté par P. Manneville, Société de l’histoire de l’estuaire, ADSM, 1999.

4 Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre, BMR, Ms Y 45, dédicace, 20 octobre 1780.

5 Il semble qu’elle prenne la chose avec philosophie si l’on en croit différents courriers dont celui à madame Dufou (qui est-ce ?) à qui elle adresse deux vers : « Que produira l’auteur après de si grands cris ?/La montagne en travail enfante une souris. » BMR, Ms g 15.

6 « Entretien sur Le Havre, par Melle Le Masson Le Golft. À tous les cœurs bien nés que la patrie est chère ! Tanc. Au Havre chez les libraires, 1781. Avec approbation et permission. »

7 BMR, Ms g 15, lettre à la municipalité le 6 mars 1781. Et elle souligne !

8 Oserais-je citer Pierre Rosenberg qui affirme que se rencontrent dans les villes, le monde des arts, le monde politique et le monde économique, qu’il faut exciter la curiosité sur leur histoire : « Je suis pour ma part convaincu », écrit-il, « que […] ces questions relèvent des missions de l’Éducation nationale et retiendrait la curiosité de bien de lycéens. », Pierre Rosenberg, « Avant-propos », De l’esprit des villes, 1720-1770, Ville de Nancy, 2005.

9 Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre, BMR, Ms Y 45, p. 239.

10 Ibid., p. 108-109.

11 Relation de l’arrivée du Roi au Havre, le 19 septembre 1749 et des fêtes qui se sont données à cette occasion, Jean-Baptiste Descamps, Jacques-Philippe Le Bas, Michel-Ange Slodtz, Paris, de l’imprimerie d’Hippolyte-Louis Guérin et de Louis-François Delatour, 1753.

12 BMR, Ms g 15, le 22 février 1789.

13 BMR, Ms g 15, lettre de Madame de Bourbon comtesse de Puget, du 10 novembre 1784.

14 Marguerite Marie de Bourbon (1754-1839) était la fille naturelle de Charles de Bourbon-Condé, comte de Charolais (1700-1780) et de Marguerite Caron de Rancurel, Madame de Lassone. Melle de Bourbon épousa le comte Denis de Puget en 1769 et le couple eut une fille Marguerite Marie du Puget (1772-1860). Cette jeune fille qui avait donc 13 ans en 1785, se maria avec Michel Chemin Deforges en Louisiane. Bradley, ABF, I/289, 329. Je remercie tout particulièrement Bridgette Byrd à qui j’avais envoyé des documents et qui en retour m’a communiqué plusieurs pages de la thèse qu’elle a soutenue à Oxford.

15 Lettres relatives à l’éducation, par Melle Le Masson Le Golft de l’Académie royale des Belles Lettres d’Arras, du cercle des Philadelphes, etc., à Paris chez Buisson libraire, hôtel de Goëtlosquet, rue Hautefeuille, n° 20. 1788. « Avec approbation et privilège du Roi ».

16 Ibid., p. VI.

17 BMR, Ms g 15, le 15 octobre 1786.

18 BMR, Ms g 15, lettre à Clémence, 28 octobre 1788.

19 Lettres, op. cit., avertissement.

20 BMR, Ms g 15 le 5 novembre 1786.

21 Ibid., Dubois de Fosseux 15 octobre 1786.

22 BMR, Ms g 15, lettre à Bernstorff. 16 septembre 1784. « « M. l’abbé Dicquemare a rétabli la ligne de démarcation qui sépare les trois règnes, auriez-vous admis la loi de continuité ? »

23 Sixième lettre.

24 « La plus belle des créatures étant l’homme, n’est-il pas représenté par les sublimes beautés de la Vénus Médicis, l’Apollon du Vatican, l’Antinoüs, le Gladiateur… malheureusement trop indécents ». (Sixième lettre)

25 BMR, Ms g 15.

26 Douzième lettre, 28 novembre 1787, p. 126.

27 Nous possédons une lettre de la comtesse de Puget qui la remercie de ses conseils. BMR, Ms g 15.

28 « Lettre d’un amateur à son ami, Sur les Arts & les Ouvrages de Peinture, Sculpture, Architecture & sur les Fêtes Publiques », 1770, Le Havre de Grace, in 12, 27 pages, « par L’abbé Dicquemare », 30 janvier 1770.

29 La première pierre a été posée par Louis XV en 1764. en 1787, les ingénieurs sont en train de travailler à sa consolidation.

30 BMR, Ms g 15.

31 Qui le lui a légué avec mission de la faire publier. L’abbé est mort en mars 1789.

32 En fait, elle vient au Havre souvent, sa mère y réside. Mais il semble impossible d’y trouver un poste d’enseignante. Les enseignants de collège sont des hommes et les écoles de filles sont dirigées par des religieuses puis des institutrices laïques. Or, Melle Le Masson Le Golft est très croyante.

33 BMR, Ms g 16/141.

34 Afin que les demoiselles parviennent à « la sagesse de Rebecca, la fidélité de Pénélope, l’amabilité de Rachel ». BMR, Ms g 15, en 1807.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540