Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Deuxième partie. Contenus et méthodes

Marie-Marguerite Biheron et son cabinet d’anatomie : une femme de science et une pédagogue

Adeline Gargam

Texte intégral

1Au siècle des Lumières se développe dans les différents corps sociaux un goût ardent pour les sciences, notamment pour l’histoire naturelle, la physique-chimie et l’anatomie. Les figures princières et les hommes du monde, les ministres et les hauts fonctionnaires, les militaires, le clergé, les artistes et les philosophes, les négociants et les savants, tous y compris les femmes, sont convertis au culte des sciences et se plaisent à collecter dans des cabinets privés divers objets scientifiques relatifs à ces différentes sciences, ou autres curiosités et merveilles issues des trois règnes de la nature. Posséder un cabinet était devenu un phénomène de société, et plus encore un véritable phénomène de mode sociale et intellectuelle largement européen. Selon les collections qu’ils contenaient et les finalités qu’ils poursuivaient, ces cabinets scientifiques obéissaient à une typologie particulière. Il en existait trois grands types : les cabinets formés par un désir d’exhibition et une soif de prestige, et destinés à des fins mercantiles ; les cabinets privés de « curiosités » que possédaient les grands seigneurs ou les personnages fortunés de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie, constitués sous l’emprise de leur libido sciendi ; enfin, les cabinets à finalité scientifique et didactique.

  • 1 A. Gargam, « Les cabinets féminins d’histoire naturelle au siècle des Lumières : de l’amateurisme (...)

2La mode des cabinets s’étendit également à la gent féminine. Les femmes fortunées de l’aristocratie et de la bourgeoisie parisienne et provinciale possédaient également leur cabinet privé de curiosité. Une enquête historique menée à travers les journaux d’histoire naturelle, les guides de voyageurs et les catalogues de vente des collections a permis d’apporter quelques informations quantitatives et chronologiques sur l’essor et le fonctionnement de ces cabinets féminins et ainsi d’en recenser 27 sur l’ensemble de la France. Notons dans les 27 dénombrés : 21 cabinets d’histoire naturelle, 2 cabinets parisiens d’anatomie artificielle, 1 cabinet de minéralogie, 2 cabinets de physique-chimie et 1 cabinet parisien d’objets d’art1. Ces cabinets féminins de curiosité étaient de simples cabinets d’amateurs. Leurs propriétaires n’étaient aucunement, excepté pour l’une d’entre elles Marie-Marguerite Biheron, de savantes professionnelles qui rassemblaient des objets dans un but scientifique pour en faire des matériaux d’étude et d’analyse. Il s’agissait de simples « curieuses », férues de sciences, désireuses de connaître, de percer et de posséder les mystères des sciences de la nature. Ces cabinets obéissaient à une triple finalité. Constitués pour la parade et le spectacle des visiteurs, ils l’étaient également pour le divertissement. Collecter, organiser et conserver des coquilles ou autres naturalia était pour ces femmes un passe-temps agréable propre à tuer le temps, les temps vides de leur existence et propre à amuser leur esprit. Enfin, ces cabinets étaient formés en vue d’assouvir leur passion pour les sciences naturelles : pour la zoologie, la botanique, la minéralogie, la géologie et surtout pour la conchyliologie (la science des coquilles). En marge de ces cabinets d’amateurs coexistait un cabinet d’un tout autre type, d’une tout autre finalité, celui de la demoiselle Biheron. Lieu de recherches et d’expérimentations, ce cabinet d’anatomie formait, comme nous le verrons, un véritable laboratoire scientifique au service de la science médicale (anatomie et obstétrique) et de l’instruction publique.

  • 2 M. Lemire, Artistes et mortels, Paris, Chabaud, 1990, chap. IV-VI ; Le corps en morceaux, Paris, É (...)

3L’anatomie était alors une science très à la mode, et particulièrement l’anatomie artificielle. Elle était tout à la fois un objet d’étude pour les savants et de divertissement pour le grand public. Les premiers cabinets anatomiques remontent à la première moitié du xvie siècle, mais ils n’atteignent véritablement leur apogée qu’au tournant de la seconde moitié du siècle des Lumières. Deux genres d’anatomie y étaient alors cultivés : l’anatomie artificielle ou autrement appelée « céroplastie anatomique » (sculptures en cire, moulées et travaillées directement à partir d’un modèle) et l’anatomie naturelle (préparations de cadavres entiers ou de pièces partielles, souvent injectés de cire colorée, conservés au moyen de techniques spécifiques). Parmi les céroplasticiens anatomiques les plus en vue au xviiie siècle, figurent Guillaume Desnoues, André-Pierre Pinson, Philippe-Guillaume Curtius, sa nièce Marie Grosholtz et la savante Marie-Marguerite Biheron2.

  • 3 Pour des indications biographiques plus précises, voir La médecine anecdotique, historique et litt (...)
  • 4 Peintre et dessinatrice d’histoire naturelle au Jardin du roi. Elle était notamment célèbre pour s (...)
  • 5 On visitait ses collections pour la somme de trois livres.
  • 6 L’état des pièces d’anatomie dressé par Vic d’Azir fait mention de 129 pièces en cire et en (...)

4Marie-Marguerite Biheron (1719-17953) appartenait, par son père, apothicaire à Paris, à la bourgeoisie commerçante. Elle avait suivi les cours de dessin et de peinture de Madeleine Françoise Basseporte (1701-17804), au Jardin du roi et assisté durant quatre années aux cours d’anatomie dispensés dans les amphithéâtres. À l’issue de sa formation intellectuelle, elle constitua son propre cabinet d’anatomie qu’elle tint pendant plus de trente ans à Paris. L’art anatomique était pour elle une passion, mais aussi un gagne-pain. Elle gagnait sa vie en y faisant des démonstrations et des expositions publiques5 et en y dispensant des cours d’anatomie. Son cabinet remplissait une double finalité : scientifique et pédagogique. Lieu de recherches et d’élaborations anatomiques, celui-ci fonctionnait comme un véritable laboratoire scientifique. Elle y confectionnait des représentations en cire et en autres matériaux, des pièces d’anatomie et de dissection. Son cabinet était constitué de 129 pièces détachées du corps humain6. En voici le descriptif dressé lors de l’acte de vente du 13 décembre 1796 :

  • 7 D’après l’Acte de vente du 13 décembre 1796 après étude du citoyen Boulard, notaire à Paris. Ibid. (...)

Ce cabinet, formé par feue Melle Biheron avec un procédé de son invention, est composé de toutes les parties du corps humain, représentées au naturel sous diverses formes et grandeurs, par pièces détachées et ensuite réunies en différents ensembles également de diverses formes et grandeurs, on y distingue plusieurs monstruosités très rares, un écorché, un corps de femme dont l’intérieur s’ouvre, et dont toutes les parties internes se détachent et se referment à volonté, et divers autres objets dignes de curiosité des amateurs, ou des étrangers chez qui l’art n’est point porté à ce degré d’imitation7.

  • 8 Voir notamment ceux dressés dans L’histoire de l’académie royale des sciences. Année 1759, Paris, (...)

5Ses pièces anatomiques furent présentées à deux reprises à l’Académie Royale des Sciences de Paris dont elle obtint des rapports élogieux8. En 1759, François Morand (alors chirurgien Major et membre de l’Académie des Sciences) présenta à l’Académie « une anatomie artificielle » réalisée sous sa direction par Marie-Marguerite Biheron, qui allait être adjointe à un arsenal de chirurgie, destiné à Saint-Pétersbourg. Selon la description brossée par François Morand, cette anatomie formait :

  • 9 F.-S. Morand, Catalogue des pièces d’anatomie, instruments, machines, qui composent l’arsenal de c (...)

Un corps de femme représentant une femme d’environ 22 ans, tronqué aux extrémités, dans lequel on voit imité par art, dans les proportions et avec les couleurs naturelles, toutes les parties qui composent les trois ventres. […] Les parties de la génération de l’homme et de la femme, de grandeur naturelle. Une matrice avec les parties adjacentes du volume naturel dans une femme à terme pour accoucher : une coupe particulière fait voir en place dans la cavité de la matrice un fœtus de neuf mois dans sa position, avec ses membranes, le cordon ombilical et le placenta9.

6François Morand reconnaît les talents anatomiques de cette savante distinguée :

  • 10 Ibid., p. 29-32.

Il ne fallait pas moins que les rares talents de la demoiselle Biheron pour l’exécuter à un si haut point de perfection10.

  • 11 Dans cet ouvrage, Melle Biheron dresse un descriptif de sa réalisation anatomique, mais surtout el (...)
  • 12 Ibid., p. 4.
  • 13 Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Année 1770, op. cit., p. 49.

7À l’issue de son travail, Melle Biheron rédigea en 1761 une Anatomie artificielle11 qui obtint les suffrages des Académies Royale des Sciences et de Chirurgie et de la Faculté de médecine. Son anatomie fut dès lors « exposée tous les jours, hors les fêtes et les dimanches, depuis onze heures du matin jusqu’à une heure l’après-midi et depuis quatre heures du soir jusqu’à six dans son cabinet, rue de la vieille Estrapade, au coin de la rue des Poules12 ». En 1770, elle fit une nouvelle présentation à l’Académie Royale des Sciences, celle d’une pièce ou « fantôme » relatif à la manœuvre des accouchements13. Buffon, dans son ouvrage De l’homme, lui attribue aussi la réalisation d’une tête d’enfant monstrueux :

  • 14 Buffon, De l’homme, Paris, Maspero, 1971, p. 404.

Les monstres par défaut sont moins communs que les monstres par excès : nous ne pouvons guère en donner un exemple plus remarquable que celui de l’enfant que nous avons fait représenter [pl. II, fig 3], d’après une tête en cire qui a été faite par Melle Biheron, dont on connaît le grand talent pour le dessin et la représentation des sujets anatomiques14.

8Les travaux de cette savante anatomiste eurent une vogue européenne et même internationale. Elle bénéficia de la protection et des soutiens intellectuels de savants renommés comme Hunter et Hewson à Londres, de Jussieu et de Villoison. En mars 1771, le souverain de Suède, Gustave III, fut convié à une démonstration officielle dont il est rendu compte dans la Correspondance littéraire :

  • 15 Correspondance littéraire, philosophique et critique, par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, M (...)

Sa majesté n’a pas voulu quitter Paris sans honorer de sa présence l’Académie Française et l’Académie Royale des Sciences. Elle se rendit le 6 mars […] à la séance particulière de l’Académie Royale des Sciences. […] Melle Biheron termina la séance par plusieurs démonstrations anatomiques, et c’est sans difficulté ce qu’il y a eu de plus digne de l’attention de sa Majesté. Cette fille, âgée de plus de 50 ans […] a eu toute sa vie la passion d’anatomie. Après avoir longtemps suivi la dissection des cadavres, dans les différents amphithéâtres, elle imagina de faire des anatomies artificielles, c-a-d de composer non seulement un corps entier avec toutes ses parties internes et externes, mais aussi toutes les parties séparément dans leur plus grande perfection. […] Je crois en effet que ce merveilleux ouvrage de Melle Biheron est une chose unique en Europe, et que le gouvernement aurait dû depuis longtemps en faire l’acquisition pour le cabinet d’histoire naturelle au Jardin du Roi, et surtout récompenser l’auteur d’une manière qui honore et encourage les talents. […] Melle Biheron a dans ses idées beaucoup de netteté et fait des démonstrations avec autant de clarté que de précision. Je sais bon gré à l’Académie des Sciences d’avoir songé à procurer au roi de Suède un spectacle si intéressant, quoiqu’elle n’ait d’ailleurs aucun droit sur les cadavres artificiels de notre anatomiste femelle15.

  • 16 État de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie en Europe pour l’année 1776, Paris, (...)

9L’État de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie en Europe pour l’année 1776 rapporte qu’à cette date Mlle Biheron figure parmi les ouvriers les plus connus en Europe en pièces anatomiques16.

10Elle jouit également d’une véritable audience auprès des hommes de lettres et des encyclopédistes. Bachaumont dans les Mémoires secrets du 29 octobre 1763 affirme que :

  • 17 Bachaumont, Mémoires secrets, Paris, Brissot-Thivars, 1830, t. I, p. 224.

Melle Biheron nous donne un spectacle des plus curieux et des plus intéressants. Cette fille aussi active qu’industrieuse, s’est depuis plusieurs années appliquée à l’anatomie d’une façon si intelligente, qu’elle en exécute des modèles dans la plus grande perfection. Elle emploie toutes sortes de matière, à mesure qu’elle les trouve plus propres à faire illusion, et à rendre dans toute leur vérité les diverses parties qu’elle veut figurer. De tels ouvrages pourraient être forts utiles pour plusieurs opérations, et cette habile ouvrière devrait être encouragée par le gouvernement17.

11Louis-Sébastien Mercier reconnaît lui aussi dans son Tableau de Paris (1781) la science et le savoir-faire anatomique de cette demoiselle :

  • 18 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Cl. Bonnet (éd.), Mercure de France, 1994, t. II, chap. DCXXIV, p (...)

Melle Biheron imite des squelettes si parfaitement qu’on croit en voir de véritables. Les muscles, les nerfs sont rendus avec une vérité frappante. La matière qu’elle emploie est un secret qu’elle se réserve. Vous diriez de la cire ; mais vous pouvez rapprocher ces anatomies du feu sans qu’elles soient endommagées ; vous pouvez les laisser tomber de la hauteur du plancher sans qu’elles se brisent. Le même auteur de cet étonnant travail vous nommera toutes les parties de l’ostéologie en grec et en latin. Des élèves font sous elle un cours anatomique18.

12Dans sa discipline, Mlle Biheron était une savante hors pair qui participa fortement à l’avancement de l’art et de la science de son siècle. Outre ses confections de céroplastie anatomique, elle élabora de nouvelles méthodes d’anatomie, notamment par le choix des matériaux autres que la cire, par le mode de composition des pièces et leur représentation aussi vraie que nature ainsi que le révèle F. Morand dans l’Extrait des registres de l’Académie Royale des Sciences du 23 juin 1759 :

  • 19 F.-S. Morand, op. cit., p. 29-32.

Ceux qui ont vu les anatomies en cire de feu M. Desnouës, et depuis ce temps-là des morceaux détachés, faits par quelques particuliers, trouveront à l’avantage de ce que Melle Biheron va montrer, des différences très essentielles :
1- Depuis le transport de l’Anatomie de M. Desnouës en Angleterre, l’on en n’avait point vu où sur un même corps l’on put démontrer les viscères contenus dans les trois ventres.
2- Ce qui avait été fait jusqu’ici en ce genre-là ne présente que des blocs de cire qui expriment mal les parties minces […]. Le corps même est fait de cire, ce qui entraîne beaucoup d’inconvénients ; car la surface extérieure se jaunit à la longue, et ne représente point du tout la peau ; les viscères que l’on déplace pour en faire la démonstration, sont sujets à se casser au plus petit accident et le tout se fend par l’effet de la grande sécheresse. Le corps qu’on présente à l’Académie est recouvert d’une vraie peau qui imite bien mieux l’enveloppe extérieure et générale que la cire, et qui permet le transport de toute la pièce facilement et sans danger.
3- On a imité les membranes naturelles à tromper les yeux des spectateurs.
4- Les viscères creux et membraneux, tels que l’estomac et les intestins, sont rendus artificiellement avec la consistance, la souplesse et la légèreté des viscères naturels ; on peut même faire enfler l’estomac pour en mieux faire voir le relief, la figure, les courbures.
5- Les parties solides, comme le foie, les reins, le cerveau sont faites en cire, mais avec un alliage particulier qui les empêche d’être susceptibles d’amollissement dans le temps des chaleurs et de cassure dans les temps froids ou par accident.
6- Enfin les proportions naturelles, les rapports des parties entre elles m’ont paru bien observées ; et pour tout dire, quoique cette pièce ne soit absolument pas sans défaut, j’espère que les anatomistes conviendront qu’on était point encore parvenu à copier la nature avec la précision et la netteté qu’on y remarquera19.

13Par la modernité de ces procédés, elle rivalisa ainsi avec des savants renommés et parvint même à les supplanter.

14Savante distinguée en science anatomique, Mlle Biheron fut aussi sur le plan social une illustre pédagogue. Elle fit de son cabinet une véritable école au service de l’instruction publique. Elle y faisait en effet des démonstrations et surtout y dispensait des cours publics. Vulgarisant son art dans des différents corps sociaux, elle forma ainsi à la science anatomique les filles de bonnes maisons, des jeunes gens des deux sexes âgés de seize à dix-huit ans, les femmes mariées de la haute société, les savants et les encyclopédistes comme Grimm, d’Alembert et Diderot. C’est ce que nous déclare ce dernier dans ses Mémoires pour Catherine II :

  • 20 Diderot, « Mémoires pour Catherine II », Œuvres complètes, t. X, Paris, Club français du livre, 19 (...)

Ma fille a pris ces cours chez une demoiselle, Melle Biheron, très honnête et très habile, où j’ai fait mes cours d’anatomie, moi, mes amis, vingt filles de bonnes maisons, et cent femmes de la société, science qu’elle a rendu assez commune parmi nous. Des pères y ont mené leurs fils et leurs filles séparément. On formait une compagnie et l’on prenait des leçons en commun […]. M. Grimm qui a passé par cette école, en pourra parler à Votre Majesté Impériale, afin qu’elle puisse savoir exactement par lui ce qu’il en pense. Pringle, Petit, nos plus célèbres anatomistes conviennent tous que les pièces sont parfaites. D’Alembert qui a été l’élève de cette demoiselle, m’a dit avoir appris chez elle plus de véritable anatomie en huit jours que chez notre célèbre Ferrein en six mois […]. J’ai fait ce cours avec Grimm. Il n’y a guère d’étrangers à Paris qui n’aient visité cette fille singulière et qui n’aient vu ses ouvrages. […] Elle a aussi donné des leçons publiques à Londres20.

15La formation pédagogique était constituée de cours théoriques (de leçons) associés à des pratiques expérimentales durant lesquelles elle démontrait les parties de l’anatomie humaine :

  • 21 Ibid., p. 714-715.

Le cerveau, le cervelet et toutes ses parties, l’œil, l’oreille, la poitrine, les poumons, le cœur, l’estomac, la rate, les intestins, la vessie, la matrice et les parties de la génération de l’un et l’autre sexe, les muscles, les veines, les artères. Et ce détail est précédé d’une leçon ou deux21.

16La durée de l’apprentissage intellectuel durait huit jours :

  • 22 Ibid., p. 714-715.

Pas un mois, pas quinze jours, à peine huit jours. En huit jours, on sait les choses, on en a une idée très nette, on n’ignore que la langue anatomique22.

  • 23 Diderot, Correspondance, G. Roth et J. Varloot (éd.), Paris, Éditions de Minuit, 1964, t. IX, p. 2 (...)

17Mlle Biheron contribua particulièrement à la formation médicale de Diderot. En juillet 1749, celui-ci s’installe rue de la Vieille Estrapade et devient son voisin. Il fréquente dès lors son cabinet, assiste à ses leçons, se faisant ainsi « une petite provision23 » d’anatomie et de physiologie. Il fit ensuite donner à sa fille trois leçons. Mlle Biheron fut pour elle une véritable éducatrice. Elle la forma en effet sur le plan intellectuel, moral, sexuel et social. Des leçons qui lui furent dispensées, elle retira de nombreux avantages. La suppression de curiosité malsaine raffermit sa vertu et purifia ses mœurs. Elle apprit la réserve, la modestie, la bienséance, la pudeur, la fermeté et l’innocence :

C’est ainsi que j’ai coupé racine à la curiosité dans ma fille. Quand elle a tout su, elle n’a plus rien cherché à savoir. Son imagination s’est assoupie et ses mœurs n’en sont restées que plus pures. C’est ainsi qu’elle a appris ce que c’était que la pudeur, la bienséance et la nécessité de se dérober aux yeux des hommes des parties dont la nudité, dans l’un et l’autre sexe, les auraient réciproquement menés au vice.

18Mieux avertie, elle devint plus apte à se défendre contre les entreprises des hommes et des séducteurs :

C’est ainsi qu’elle s’est instruite sur le péril et les suites de l’approche de l’homme. C’est ainsi qu’elle a apprécié la valeur de tous les propos séducteurs qu’on a pu lui tenir.

19La formation la prépara aussi à assumer sa condition de femme, autrement dit à assumer sa vocation sociale, celle de mère et d’épouse, notamment en la préparant au devoir conjugal, à l’accouchement et en lui procurant un solide appui moral et une aide physiologique pour elle et son entourage domestique :

  • 24 Diderot, « Mémoires pour Catherine II », op. cit., p. 714-715.

C’est ainsi qu’elle a été préparée au devoir conjugal et à la naissance d’un fils et d’une fille. C’est ainsi qu’on lui a inspiré des précautions pendant l’état de grossesse, et de la résignation au moment de l’accouchement. […] Aussi, à sa première couche, a-t-elle montré une fermeté qu’on n’a peut-être encore vu à aucune femme ignorante. Cette connaissance lui servira dans la santé pour la conserver ; dans la maladie pour bien désigner le lieu de sa douleur, dans la maison pour son mari, pour ses enfants et pour ses domestiques24.

20Enthousiasmé par l’art de Mlle Biheron, Diderot, dans ses Mémoires pour Catherine II (1773-1774), proposera à l’Impératrice de faire venir cette demoiselle à Saint-Pétersbourg, afin qu’elle donne aux jeunes filles de l’Institut Smolnyi Monastir des leçons d’anatomie :

  • 25 Diderot, « Mémoires pour Catherine II », op. cit., p. 612-617, 714.

On a pris dans votre couvent des précautions plus sûres pour fortifier la santé, conserver au caractère son naturel, son innocence et sa gaieté, donner des talents sans gêne, former à l’économie domestique sans avilir, en un mot préparer des mères, des épouses et des citoyennes instruites, honnêtes et utiles. Le seul point […] qu’on ait omis, c’est un petit cours d’anatomie sur des pièces en cire injectées […]. Je ne balancerais pas à faire faire aux jeunes filles de la maison un, deux, trois cours de cette curieuse, intéressante et utile science, pendant l’année qui précéderait leur sortie de la maison. […] En conséquence, je n’oublierai pas de solliciter Melle Biheron de faire le voyage de Pétersbourg avec ses pièces anatomiques25.

  • 26 Diderot, Correspondance, recueillie, op. cit., t. VIII, p. 46.

21Ainsi que le rapporte Diderot dans sa lettre au général Ivan Betskoi le 9 juin 1774 à La Haye, Melle Biheron qui avait accepté la proposition, s’engageait pour sa part à « instruire » et démontrer l’anatomie aux jeunes demoiselles, « à dresser des maîtresses qui puissent, quand elle n’y sera plus, en former d’autres et continuer les démonstrations anatomiques dans la maison aussi parfaitement qu’elle26 ». Le projet ne fut cependant point réalisé. Catherine II ne convia pas Mlle Biheron, mais négocia l’achat de ses collections par l’intermédiaire de son ambassadeur en France, le prince Ivan Bariatinski.

  • 27 A. Delacoux, Biographie des sages-femmes célèbres, anciennes, modernes, contemporaines, Paris, Tri (...)

22Malgré sa renommée, cette anatomiste fut en butte aux persécutions du monde médical. De nombreux médecins et chirurgiens provoquèrent contre elle la défense de faire des cours publics et de se livrer à l’enseignement des élèves. Le despotisme médical força Mlle Biheron à quitter deux fois Paris. Elle se rendit à Londres où elle dispensa des leçons publiques et reçut la protection du savant Hunter et Guillaume Hewson son élève. Ce n’est qu’après avoir connu Melle Biheron que Hunter publia son travail d’anatomie de l’utérus. Or sept ans auparavant, Mlle Biheron s’était déjà livrée à une étude spéciale de l’utérus et de ses annexes dans l’état de gestation et à un moulage en cire de cet organe. Les dates des deux travaux et les analogies qui s’y trouvent amènent à penser que Mlle Biheron fut le premier maître de son protecteur27.

23Ainsi, par le double rôle qu’elle a joué (scientifique et pédagogique), Marie-Marguerite Biheron peut être considérée comme une véritable femme savante. Elle a participé non seulement au progrès des sciences médicales, mais également à celui de la société, en éduquant intellectuellement, moralement et socialement les hommes des Lumières.

Notes

1 A. Gargam, « Les cabinets féminins d’histoire naturelle au siècle des Lumières : de l’amateurisme au professionnalisme », article à paraître.

2 M. Lemire, Artistes et mortels, Paris, Chabaud, 1990, chap. IV-VI ; Le corps en morceaux, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1990.

3 Pour des indications biographiques plus précises, voir La médecine anecdotique, historique et littéraire, Paris, Jules Rousset, 1901, t. I, p. 165-171 ; J. Gelis « La formation des accoucheurs et des sages-femmes aux xviie et xviiie siècles », Annales de démographie historique 1977, Paris, École des Hautes Études en sciences sociales et Mouton éditeur, 1977, p. 153-180 ; G. Boulinier, « Une femme anatomiste au siècle des Lumières : Marie-Marguerite Biheron (1719-1795) », Histoire des sciences médicales, t. XXXV, n° 4, 2001, p. 411-423 ; E. Sartori, Histoire des femmes scientifiques de l’Antiquité au xxe siècle, Paris, Plon, 2006, chap. X.

4 Peintre et dessinatrice d’histoire naturelle au Jardin du roi. Elle était notamment célèbre pour ses dessins de plantes médicinales et de coquillages. Marie-Françoise Basseporte peut être considérée comme l’une des premières femmes scientifiques professionnelles. Elle était en effet rémunérée par une pension annuelle de mille livres.

5 On visitait ses collections pour la somme de trois livres.

6 L’état des pièces d’anatomie dressé par Vic d’Azir fait mention de 129 pièces en cire et en baudruche : mains, pieds, estomacs, poumons, canaux alimentaires, membranes, fœtus, portions de peau, portions d’intestin, réseaux vasculaires artériels, cœurs, différents os (pariétal, temporal, coronal), trachées artères et bronches. Voir Documents de l’an IV et de l’an V, concernant le cabinet d’anatomie de la citoyenne Biheron, décédée, Archives nationales AJ/16/65 63.

7 D’après l’Acte de vente du 13 décembre 1796 après étude du citoyen Boulard, notaire à Paris. Ibid., Archives nationales AJ/16/65/63.

8 Voir notamment ceux dressés dans L’histoire de l’académie royale des sciences. Année 1759, Paris, Imprimerie royale, 1765, p. 94 et dans L’histoire de l’Académie des sciences. Année 1770, Paris, Imprimerie royale, 1773, p. 49.

9 F.-S. Morand, Catalogue des pièces d’anatomie, instruments, machines, qui composent l’arsenal de chirurgie formé à Paris pour la chancellerie de Saint-Pétersbourg, Paris, Imprimerie royale, 1759, p. 7.

10 Ibid., p. 29-32.

11 Dans cet ouvrage, Melle Biheron dresse un descriptif de sa réalisation anatomique, mais surtout elle y remet en question les anciennes méthodes anatomiques et y revendique le caractère novateur de son art. Marie-Marguerite Biheron, Anatomie artificielle, Paris, s. n, 1761.

12 Ibid., p. 4.

13 Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Année 1770, op. cit., p. 49.

14 Buffon, De l’homme, Paris, Maspero, 1971, p. 404.

15 Correspondance littéraire, philosophique et critique, par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, M. Tourneux (éd.), Paris, Garnier-Frères, 1879, t. IX, p. 275-276.

16 État de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie en Europe pour l’année 1776, Paris, Didot, 1776, p. 23.

17 Bachaumont, Mémoires secrets, Paris, Brissot-Thivars, 1830, t. I, p. 224.

18 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Cl. Bonnet (éd.), Mercure de France, 1994, t. II, chap. DCXXIV, p. 330.

19 F.-S. Morand, op. cit., p. 29-32.

20 Diderot, « Mémoires pour Catherine II », Œuvres complètes, t. X, Paris, Club français du livre, 1971, p. 714-715.

21 Ibid., p. 714-715.

22 Ibid., p. 714-715.

23 Diderot, Correspondance, G. Roth et J. Varloot (éd.), Paris, Éditions de Minuit, 1964, t. IX, p. 240-241.

24 Diderot, « Mémoires pour Catherine II », op. cit., p. 714-715.

25 Diderot, « Mémoires pour Catherine II », op. cit., p. 612-617, 714.

26 Diderot, Correspondance, recueillie, op. cit., t. VIII, p. 46.

27 A. Delacoux, Biographie des sages-femmes célèbres, anciennes, modernes, contemporaines, Paris, Trinquard, 1833, p. 35-36.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540