Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Deuxième partie. Contenus et méthodes

Le code de la sensibilité et l’éducation morale chez les femmes éducatrices au XVIIIe siècle1

Rotraud von Kulessa

Texte intégral

  • 1 J’entends ici « femmes éducatrices » au sens large, à savoir : des auteures ayant réfléchi à l’édu (...)
  • 2 Pour le code de la sensibilité, cf. F. Baasner, Der Begriff der « sensibilité » im 18. Jahrhundert (...)
  • 3 Voir R. Von Kulessa, « « Vertu » et « sensibilité » dans les romans de femmes », Femmes des Lumièr (...)

1Le code de la sensibilité, qui au xviiie siècle, tend à harmoniser l’antagonisme classique entre le cœur et la raison2, et qui fonde un concept de la vertu basé sur de « vrais sentiments » n’a pas seulement été exploité par les autrices françaises comme projections, invitations pour des modèles de vies féminines alternatives3, mais également comme base de réflexion pour l’éducation des jeunes filles. Ce concept crucial pour le siècle des Lumières, particulièrement abordé par des autrices, se trouve dans tous les genres, et notamment dans les traités d’éducation, des ouvrages littéraires proprement dits, et dans des ouvrages dédiés spécialement à la jeunesse, voire aux jeunes filles. Les traités de Mme de Lambert, de Mme d’Épinay, les romans de Françoise de Graffigny, de Mme de Riccoboni, de Mme de Tencin et Mme de Charrière, quelques ouvrages choisis de Mme de Genlis ainsi que des pièces de théâtre de société de Françoise de Graffigny et de Mme de Genlis sont mes objets de réflexion.

2Un regard dans l’Encyclopédie nous révèle toute la complexité de la question de la vertu au xviiie siècle ; l’article « Vertu » fait référence à la religion, à la morale et à la nature. De plus, l’article « Femme » (morale) de l’Encyclopédie constate le caractère sexué de la vertu. Si la femme semble à première vue particulièrement disposée à la vertu par son penchant naturel au sentiment, c’est ce même sentiment qui la fait pencher vers le vice, comme l’exprime l’article « Vertu » :

  • 4 Encyclopédie, art. « Vertu », 1765.

J’ai lu que de toutes les passions, l’amour est celle qui sied le mieux aux femmes ; il est du moins vrai qu’elles portent ce sentiment, qui est le plus tendre caractère de l’humanité, à un degré de délicatesse et de vivacité où il y a bien peu d’hommes qui puissent atteindre. Leur âme ne semble n’avoir été formée que pour sentir, elles semblent n’avoir été formées que pour le doux emploi d’aimer. À cette passion qui leur est si naturelle, on donne pour antagoniste une privation qu’on appelle l’honneur ; mais on a dit, et il n’est que trop vrai, que l’honneur semble n’avoir été imaginé que pour être sacrifié4.

  • 5 L. Steinbrügge, Das moralische Geschlecht. Theorien und literarische Entwürfe über die Natur der F (...)
  • 6 F. Baasner, op.cit.

3Que signifie ici l’honneur ? C’est en fait la chasteté, la domestication des passions et du corps. Comme le souligne Liselotte Steinbrügge dans ses ouvrages sur la conceptualisation de la femme au xviiie siècle5, la conceptualisation des « genres » repose bien sur le principe de la différence et non pas sur celui de l’égalité. La morale naturelle vaut donc pour la femme et la morale raisonnée pour l’homme. Frank Baasner montre en effet, dans son ouvrage sur la sensibilité, que le discours de la sensibilité tend à harmoniser l’antagonisme entre l’esprit et le cœur, la nature et la raison6. Ainsi, ce concept permet de contrôler les passions dangereuses ce qui est une préoccupation primordiale de ce siècle. Marcel Grandière remarque à ce propos :

Le milieu du dix – huitième siècle n’a pas de plus grande préoccupation que le cœur et la vertu. […] C’est aussi le sujet favori de l’éducation et cela dans le cadre d’une philosophie de la connaissance liée à la nature. […]

  • 7 M. Grandière, L’idéal pédagogique en France au xviiie siècle, Oxford, Studies on Vol (...)

Le contrôle du cœur, des sentiments, c’est-à-dire des passions, sources du mouvement chez l’homme, est indispensable. Il revient à tout instituteur, selon la définition de l’Encyclopédie, d’occuper le terrain du cœur pour réussir toute œuvre d’éducation. Il faut conduire les enfants, non par des préceptes et raisons, mais par le cœur et c’est à ses qualités de cœur qu’on juge un enfant ou un maître7.

4Si, à cette époque, les auteurs sont généralement d’accord sur le fait que l’éducation des femmes est à repenser, ceci se fait principalement dans le but d’en faire des épouses et des mères exemplaires, et des mères qui sont à leur tour capables d’éduquer leurs filles. Une des questions centrales traitées notamment dans les romans est donc la question du mariage, sujet clé des romans de femmes depuis La princesse de Clèves de Mme de Lafayette, sujet qui est également au centre du théâtre d’éducation. Le problème qui se pose alors quant à l’éducation des filles, c’est de les préparer à cette institution, et également à l’injustice qui y règne. Ainsi dans les Lettres écrites de Lausanne, Isabelle de Charrière fait remarquer à la mère de l’héroïne :

  • 8 I. De Charrière, « Lettres écrites de Lausanne », in R. Trousson (éd.), Romans de femmes au (...)

Ce que je puis vous dire, c’est que la société, qui dispense les hommes et ne dispense pas les femmes d’une loi que la religion paraît avoir donné également à tous, impose aux hommes d’autres lois qui ne sont peut-être pas d’une observation plus facile. Eh bien ! Cécile, c’est le devoir, c’est la profession de toute femme que d’être sage. […] Les filles peu sages plaisent encore plus que les autres ; mais il est rare que le délire aille jusqu’à les épouser : encore plus rare qu’après les avoir épousées, un repentir humiliant ne les punisse pas d’avoir été trop séduisantes. Ma chère Cécile, un moment de cette sensibilité, à laquelle je voudrais que vous ne cédassiez plus, a souvent fait manquer à des filles aimables, et qui n’étaient pas vicieuses, un établissement avantageux, la main d’un homme qu’elles aimaient et qui les aimait8.

  • 9 J. Ehrhard, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Par (...)

5La deuxième question concernant la préparation des filles au mariage est de savoir si l’amour dans le mariage est possible ou non. Ici, le concept de la sensibilité propose une solution en évoquant ce que Jean Ehrhard appelle « la morale du sentiment9 ». La sensibilité qui suggère le concept d’une vertu fondée sur la sincérité des sentiments, et qui met en même temps en valeur l’idée de l’amitié permet donc la réalisation de l’amour-amitié dans le mariage en neutralisant ainsi l’idée des passions destructrices et néfastes.

  • 10 F. Baasner, op. cit., p. 123 : « Grund in der Annahme einer natürlichen Moral, deren Regeln allen (...)

6Si en général, on est d’accord sur le fait que tout homme a des dispositions naturelles à la sensibilité ou à la vertu10, on peut cependant observer, dans certains ouvrages, que cette question reste ouverte. Dans les pièces de Françoise de Graffigny, ainsi que dans celles de Mme de Genlis ou encore chez Mme de Charrière dans son roman Trois femmes, le lecteur ou le spectateur assistent à des expériences dans lesquelles l’autrice met à l’épreuve la relation entre la disposition naturelle à la vertu et l’éducation. Cette dernière question sera au centre de cet article. Ensuite, j’analyserai brièvement le rapport entre le concept de la sensibilité et la religion dans les textes de mon corpus. Et en guise de conclusion, je me livrerai à quelques réflexions sur la sensibilité et l’acquisition du savoir.

Disposition naturelle à la vertu

7En général, au xviiie siècle, les auteurs partent, avec Rousseau, du principe que l’homme est naturellement bon, et que c’est la civilisation qui est à l’origine de la corruption des mœurs. En littérature se multiplient alors les bons sauvages et les ingénus, et ceci à travers tous les genres littéraires.

  • 11 F. de Graffigny, « Lettres d’une Péruvienne », in R. Trousson (éd.), op. cit., p. 79-164.

8Comme premier exemple précis, prenons les Lettres d’une Péruvienne de Françoise de Graffigny11. Dans cet ouvrage, qui nous livre une critique de la société française à travers le regard de la jeune péruvienne Zilia, Françoise de Graffigny met en effet en œuvre un concept de la sensibilité qui comporte quelques éléments tout à fait originaux. Elle travaille avec le système d’oppositions traditionnelles qui assimile la femme à la nature et au cœur, et l’homme à la civilisation et à l’esprit. Dans les Lettres d’une Péruvienne, ces oppositions sont en quelque sorte déconstruites par le fait que Zilia réunit dans sa personne le domaine de la nature et du cœur ainsi que des aspects de la civilisation. La nature est ici synonyme de sentiments naturels, sincères, exprimés dans un langage naturel. Ce concept de nature devient alors synonyme de « vertu » tandis que la corruption de la société est synonyme d’absence de véritables sentiments. Zilia, en tant que personnification de la « vertu », sert de médiatrice entre la nature et la civilisation, entre le domaine du cœur et celui de l’esprit. En tant que « bonne sauvage », naturellement sensible, elle a en plus le rôle du’visiteur étranger’qui peut se livrer à une critique acerbe des principes d’éducation des filles en France. Ainsi, elle constate dans la lettre 34 consacrée à l’éducation des femmes :

  • 12 Ibid., p. 148-151.

Il m’a fallu beaucoup de temps, mon cher Aza, pour approfondir la cause du mépris que l’on a presque généralement ici pour les femmes. Enfin je crois l’avoir découverte dans le peu de rapport qu’il y a entre ce qu’elles sont et ce que l’on s’imagine qu’elles devraient être. On voudrait, comme ailleurs, qu’elles eussent du mérite et de la vertu. Mais il faudrait que la nature les fît ainsi ; car l’éducation qu’on leur donne est si opposée à la fin qu’on se propose, qu’elle me paraît être le chef-d’œuvre de l’inconséquence française. […] Ne crois pas non plus que le dérangement de la conduite des autres vienne de leur mauvais naturel. En général il me semble que les femmes naissent ici bien plus communément que chez nous, avec toutes les dispositions nécessaires pour égaler les hommes en mérite et en vertus. Mais comme s’ils en convenaient au fond de leur cœur, et que leur orgueil ne pût supporter cette égalité, ils contribuent en toute manière à les rendre méprisables12

9Zilia part donc du principe d’une disposition naturelle à la vertu qui est cependant corrompue par une mauvaise éducation, donc par la civilisation. Cette idée centrale au xviiie siècle, à savoir le conflit entre la nature et la civilisation, est résolue dans la personne de Zilia dont l’éducation au Pérou a contribué à fortifier son penchant à la sensibilité, garant de vertu.

10Je voudrais maintenant rappeler le deuxième modèle littéraire qui met en quelque sorte en scène une expérience d’éducation, qui, depuis Molière et son École des Femmes, a été maintes fois reprise et variée. La question qu’on se pose alors c’est de savoir si l’ignorance protège contre le vice. Cette tentative d’éducation est d’ailleurs souvent employée dans un but égoïste et ainsi condamnée à l’échec.

11Le deuxième exemple de la littérature narrative sera L’histoire d’Ernestine de Marie-Jeanne Riccoboni. Ici, c’est l’éducation simple, une vie retirée qui contribuent à faire évoluer les bonnes dispositions de la protagoniste :

  • 13 M.-J. Riccoboni, Histoire d’Ernestine, Paris, Côté-Femmes, 1991, p. 29.

Elle l’oublia, grandit, se forma, devint belle : sa taille svelte… un sourire doux et tendre, des grâces, un esprit naturel, la rendaient, à douze ans, une fille charmante. Elle reçut une éducation simple, apprit à chérir la sagesse, à regarder l’honneur comme sa loi suprême ; mais vivant très retirée, ses idées ne purent s’étendre ; elle n’acquit aucune connaissance du monde, et conserva longtemps cette tranquille et dangereuse ignorance des vices, qui, éloignant de notre esprit la crainte et la triste défiance, nous porte à juger des autres d’après nous-même et nous fait regarder tous les humains comme des créatures disposées à nous chérir et à nous obliger13.

12Contrairement aux Lettres d’une Péruvienne, dans lesquelles les connaissances et la culture entretiennent une relation étroite avec la sensibilité, c’est ici l’ignorance qui garantit la sensibilité naturelle et ainsi la vertu. Au cours de cette nouvelle, sera cependant illustré le danger qu’une telle éducation comporte et auquel la protagoniste peut échapper par l’intermédiaire de divers stratagèmes. À la fin, ce sentiment pur et sincère sera récompensé, et contribuera à réaliser le bonheur de l’héroïne.

  • 14 Mme De genlis, « La cloison », in Théâtre de société, t. 1er, Parais, Maradan, 1791, p. 394-456.

13Dans son théâtre de société, Mme de Genlis se fait également adepte de cette expérience. Dans La cloison14, ouvrage inspiré de L’école des mères de Marivaux, la tante Orphise élève sa nièce dans l’ignorance complète en matière sentimentale afin que celle-ci lui soit soumise et se soumette au projet de mariage avec un homme âgé que son père lui a choisi. Si la tante est dès le départ peinte de manière ironique, c’est le code de la sensibilité qui domine le langage des deux jeunes amants et du frère qui constate dans la scène 9 : « Sans doute l’amour, quand il est véritable, éclaire l’esprit, forme le cœur, et sait donner de nouvelles vertus. » À la fin les parents sont vite convaincus de leur erreur et le père rappelle au jeune couple : « Conservez, mes enfants, des sentimens si touchans et si naturels… »

  • 15 Mme De Genlis, « Zélie ou l’ingénue », ibid., t. 2, Paris, Maradan, 1791, p. 142-291.
  • 16 M.-E. Plagnol-Dieval, Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au xviiie siècle, (...)

14La deuxième variation sur le sujet est la pièce Zélie ou l’ingénue15 de la même autrice. Dans cette pièce, c’est le protecteur/éducateur lui-même qui tombe amoureux de sa pupille, amour auquel celle-ci répond naturellement. L’éducation très soignée du Marquis de Sainville qui cultive l’ignorance de son élève, surtout en ce qui concerne le domaine de l’amour, protège la pupille contre les dangers de la séduction, et l’amène à éprouver des sentiments envers son protecteur, lui – même en l’occurrence ! Zélie a des traits qui ressemblent en plus d’un point à la jeune Péruvienne de Françoise de Graffigny, tout comme les noms des personnages de La cloison rappellent ceux des Lettres d’une Péruvienne et de Cénie, comédie larmoyante de la main de Françoise de Graffigny que Mme de Genlis a jouée avec sa famille pendant son enfance16. Tout comme dans La Cloison y domine le code de la sensibilité. Zélie est à maintes fois décrite comme naturellement sensible ou comme un « cœur sensible », et ainsi comme vertueuse. Dans les deux pièces, c’est finalement la disposition naturelle qui brave l’éducation de l’ignorance.

  • 17 F. De Graffigny, « Ziman et Zénise », « Phaza », Œuvres posthumes de Madame de Grafigny, Amsterdam (...)
  • 18 Pour l’analyse du contenu, de la genèse et de la réception des deux pièces, voir Ch. Simonin, « Ph (...)

15Dans deux des pièces écrites pour les enfants de la Cour de Marie Thérèse à Vienne, Ziman et Zénise et Phaza17, Françoise de Graffigny illustre de façon tout à fait originale la relation entre la disposition naturelle et l’éducation. Ces pièces s’inscrivent dans le domaine du théâtre d’éducation, et relèvent du genre féerique18. Dans les deux pièces, les fées prennent le rôle d’éducatrices, et s’aventurent dans des projets éducatifs en quelque sorte utopiques. Les sujets principaux restent ceux chers à Françoise de Graffigny, à savoir la sensibilité et la vertu naturelle.

16Dans Ziman et Zénise la question posée concerne la relation entre vertu et rang social, autour du thème de l’éducation du Prince.

  • 19 F. De Graffigny, « Ziman et Zénise », op. cit., p. 28.
  • 20 Ibid., p. 26.

17La fée Bienfaisante élève ensemble deux filles, Zénise et Philette, et deux garçons, Ziman et Mireflot (Zénise et Ziman sont de sang royal alors que Mireflor et Philette sont enfants de paysans) dans le but de voir au bout de quinze ans lesquels seront dignes d’être le couple royal. Si tous les quatre sont élevés dans l’esprit de porter la couronne, ce seront Ziman et Zénise, les enfants royaux qui confirmeront leur disposition naturelle à leur rang social. Si dans cette pièce, l’autrice peint le modèle du Prince idéal en faisant dire à Ziman : « Oui, Zénise, il est même presque impossible dans cette place, de concilier toutes les vertus. La Fée ne me l’a que trop fait connoître. La clémence est souvent obligée de céder à la justice ; la noble sincérité à l’artificieuse dissimulation, et quelquefois la générosité se trouve forcée de céder à la vengeance19. » Le sujet principal reste cependant la vertu naturelle qui repose sur le concept de la sensibilité, le rang se révèle en effet par la vertu et les sentiments. Ainsi Zénise remarque à propos de Mireflor : « Voilà de belles vertus ! et moi je vous dis que cela ne vient que de la grossièreté de son âme. Il n’a ni sensibilité, ni délicatesse20. »

18On constate une disposition naturelle à être roi, la nature prime sur l’éducation. Ainsi, la fée conclut quand elle révèle l’identité de ses pupilles :

  • 21 Ibid., p. 40.

Vous devez plus à son heureux naturel qu’aux soins de son éducation. Je vais vous donner un grand Roi, heureux les peuples qui vivront sous son obéissance21.

19Ce thème est repris dans une autre petite pièce de Françoise de Graffigny, Phaza, pièce dans laquelle est esquissée une expérience utopique qui met en question les genres sexuels, et qui met en scène un travestissement ou cross-dressing. Comme dans les autres ouvrages de Françoise de Graffigny y dominent le code la sensibilité et les sujets qui lui sont chers, comme par exemple l’amitié. Phaza est une princesse élevée par la fée Singulière dans le but de prouver que le sexe, ou la masculinité et la féminité, ne sont que des rôles enseignés qui peuvent donc être transformés par l’éducation. La fée Clémentine décrit cette expérience de la façon suivante :

  • 22 Ibid., p. 52 sq.

Elle prétend que la supériorité que les hommes ont usurpée sur les femmes seroit bientôt détruite si, dès l’enfance, au lieu d’inspirer aux jeunes femmes la timidité, la douceur et la modestie, on leur donnoit de la valeur, de l’ambition, de l’indépendance, et surtout qu’on les rendit bien inconstantes, bien perfides en amour ; les choses devenant égales, la société en tireroit de grands avantages22.

20Azor, le fils de la fée Clémentine, est amoureux de Phaza, et ce sera par une ruse que Clémentine et Azor feront découvrir à Phaza son identité sexuelle et son amour pour Azor, sentiment qu’elle avait pris pour de l’amitié.

21Le projet de la fée Singulière s’oppose cependant à la vision différentialiste d’Azor qui dépeint ainsi les femmes :

  • 23 Ibid., p. 53.

Quel travers ! nous serions des barbares si les femmes pensoient comme nous. C’est à la douceur de leurs mœurs que nous devons la politesse des nôtres ; la délicatesse de leurs sentimens nous éclaire tous les jours sur l’honneur et les bons procédés, et leurs vertus aimables nous donnent de l’émulation pour celles qui nous sont propres. Il faut combattre vivement un projet pernicieux23

22Azor a, en revanche, confiance en la disposition naturelle de Phaza :

  • 24 Ibid., p. 54.

Phaza n’a conservé aucun des défauts qu’on a voulu lui donner. L’heureux naturel l’emporte ; ses sentiments sont si nobles, si généreux, si sincères24

23Il ne faut évidemment pas prétendre à des réflexions féministes au sens moderne chez Françoise de Graffigny, mais du moins nous pouvons retenir qu’il s’agit de réflexions tout à fait originales qui mettent en cause les modèles traditionnels de genres.

24En outre, dans Phaza, l’amitié paraît, tout comme dans les Lettres d’une Péruvienne, comme alternative ou sinon comme complément de l’amour, étant apte à remplacer l’amour dans les rapports entre homme et femme :

  • 25 Ibid., p. 55.

Je l’adore, Madame, et dût-elle n’avoir jamais pour moi que l’amitié dont elle m’assure… Ah ! Si vous saviez avec quel sentiment elle en parle, quelle franchise dans ses expressions ! le titre d’ami qu’elle me prodigue est un dédommagement si tendre de l’amour, que souvent il me le fait oublier25.

  • 26 Ibid., p. 72.

25Dans cette pièce, Phaza, se croyant encore homme, dépeint d’ailleurs tout comme Zilia, la position inégale entre l’homme et la femme dans le mariage, et elle accuse Zamie, la nièce de la fée Clémentine de son ignorance : « On vous élève si mal. Vous êtes d’une ignorance ! Le plus sot des hommes peut vous tromper et c’est l’amour qui vous perd26. » L’amitié apparaît, par contre, comme un substitut vertueux de l’amour.

Le code de la sensibilité et la religion

  • 27 F. Bassner, op. cit., p. 55-68.
  • 28 Mme De Lambert, « Avis d’une mère à sa fille », Œuvres, Paris, Champion, 1990, p. 95 sq.

26Si les autrices que nous avons vues jusqu’ici sont d’accord sur le principe que la disposition naturelle à la sensibilité mène à la vertu, nous n’avons pas encore vu évoquer la question de la religion. Il est vrai que la relation entre la sensibilité et la religion apparaît plutôt dans des textes du xviie siècle, surtout dans des discussions au sujet de l’honnête homme comme le souligne Frank Baasner27. C’est en effet chez Mme de Lambert, dans ses Avis d’une mère à sa fille28, que nous trouvons la liaison entre le concept de la sensibilité et la religion. Ainsi, Mme de Lambert accuse l’éducation qu’on confère aux jeunes filles tout comme le fera plus tard Françoise de Graffigny :

[…] on les destine à plaire ; on ne leur donne des leçons que pour les agréments ; on fortifie leur amour-propre ; on les livre à la mollesse, au monde et aux fausses opinions ; on ne leur donne jamais des leçons de vertu ni de force.

27Et elle ajoute :

  • 29 Ibid., p. 95 sq.

Il ne suffit pas, ma fille, pour être estimable, de s’assujettir entièrement aux bienséances ; ce sont les sentiments qui forment le caractère, qui conduisent à l’esprit, qui gouvernent la volonté, qui répondent de la réalité et de la durée de toutes nos vertus. Quel sera le principe de ces sentiments ? La religion ; quand elle sera gravée dans notre cœur, alors toutes les vertus couleront de cette source ; tous les devoirs se rangeront chacun dans leur ordre. […] Nous avons tant d’intérêt à pratiquer la vertu que nous ne devons jamais la regarder comme notre ennemie, mais comme la source du bonheur, de la gloire et de la paix29.

28C’est donc le cœur même, ou plus précisément la sensibilité, réunie à la religion et le bon sens qui règle les passions.

Vertu et « Lumières »

  • 30 Ibid., p. 112.

29Il s’agit maintenant d’analyser le rapport entre le code de la sensibilité et l’acquisition de connaissances et du savoir dans quelques ouvrages de notre corpus. Si les sciences trop approfondies sont généralement jugées défavorables et contraires à la vertu : « mais songez que les filles doivent avoir sur les sciences une pudeur presque aussi tendre que sur les vices30 », un certain canon de lecture, qui varie d’une autrice à l’autre, peut contribuer favorablement au développement de la vertu :

  • 31 Ibid., p. 96.

Vous arrivez dans le monde, venez-y, ma fille, avec des principes ; vous ne sauriez que trop vous fortifier contre ce qui vous attend. Apportez-y toute votre religion : nourrissez-la dans votre cœur par des sentiments ; soutenez-la dans votre esprit par des réflexions et par des lectures convenables31.

  • 32 R. Von Kulessa, Françoise de Grafigny : Lettres d’une Péruvienne. Interpretation, Genese und Rezep (...)

30À cet endroit, je ne voudrais pas revenir sur l’importance de la bibliothèque dans la maison de la jeune Péruvienne de Françoise de Graffigny32, la bibliothèque qui devient en effet une métaphore des connaissances et de l’entendement, domaines qui, dans le personnage de Zilia, relient la nature et la civilisation. En ce qui concerne la lecture, il faudrait souligner les propos de Mme de Tencin au sujet de la lecture de romans, tout à fait originaux, puisqu’il s’agit d’un genre littéraire principalement banni du canon de lecture des jeunes filles :

  • 33 Mme De Tencin, Les Malheurs de l’Amour, Paris, Desjonquères, 2001, p. 43 sq.

Dès que mes maîtres m’avaient quittée, je lisais des romans que je dévorais. Un fond de tendresse et de sensibilité que la nature a mis dans mon cœur, me donnait alors des plaisirs sans mélange. Je m’intéressais à mes héros, leur malheur et leur bonheur étaient les miens. Si cette lecture me préparait à aimer, il faut convenir aussi qu’elle me donnait du goût pour la vertu : je lui dois encore de m’avoir éclairée sur mes amants33.

31C’est donc une disposition naturelle à la sensibilité de l’héroïne qui lui confère la capacité à tirer un profit moral même de la lecture de romans. Comme le souligne Marcel Grandière quand il écrit :

  • 34 M. Grandière, op. cit., p. 157.

Que nous apprend la nature ? Que nous enseigne la « physique expérimentale de l’âme » selon Locke ? Que pour acquérir des connaissances, […] que les notions de vice et de vertu naissent des premières idées que nous procure la réflexion sur nos sentiments34.

  • 35 Mmed’Épinay, Les conversations d’Émilie, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Oxford, 1 (...)

32Mme d’Épinay explique aussi à sa petite fille Emilie le rapport entre la sensibilité et l’acquisition du savoir : « Il faut s’accoutumer à respecter la sensibilité jusque dans les moindres productions de la nature35… » Et elle insiste sur l’importance des connaissances pour les femmes, garantes de vertu et du bonheur :

  • 36 Ibid., p. 249.

Lorsque vous portez vos soins à cultiver votre raison, et l’orner de connaissances utiles et solides, vous vous ouvrez autant de sources nouvelles de plaisir et de satisfaction ; vous vous préparez autant de moyens d’embellir votre vie, autant de ressources contre l’ennui, autant de consolations dans l’adversité, que vous acquérez de talents et de connaissances. Ce sont des biens que personne ne peut vous enlever, qui vous affranchissent de la dépendance des autres, puisque vous n’en avez pas besoin pour vous occuper et pour être heureuse ; qui mettent au contraire les autres dans votre dépendance car plus on a de talents et de lumières, plus on devient utile et nécessaire à la société. Sans compter que c’est le moyen le plus sûr contre le désœuvrement, qui est l’ennemi le plus redoutable du bonheur et de la vertu36.

Conclusion

33Ces réflexions révèlent que le concept de la sensibilité confère non seulement aux autrices des stratagèmes pour s’inventer des modes de vie différentes, il propose également un modèle d’éducation qui permet de résoudre les conflits traditionnels de l’idée de la vertu féminine en neutralisant les oppositions classiques entre la passion et la raison, entre la nature et la civilisation. Si la femme naît avec des dispositions naturelles à la vertu, il faut alors les fortifier par l’éducation, une éducation qui inclut la culture, la lecture, le raisonnement et, dans certains cas, la religion.

Notes

1 J’entends ici « femmes éducatrices » au sens large, à savoir : des auteures ayant réfléchi à l’éducation dans des ouvrages avant tout littéraires.

2 Pour le code de la sensibilité, cf. F. Baasner, Der Begriff der « sensibilité » im 18. Jahrhundert, Heidelberg, Carl Winter, 1988.

3 Voir R. Von Kulessa, « « Vertu » et « sensibilité » dans les romans de femmes », Femmes des Lumières. Dix-Huitième Siècle, n° 36, 2004, p. 211-222.

4 Encyclopédie, art. « Vertu », 1765.

5 L. Steinbrügge, Das moralische Geschlecht. Theorien und literarische Entwürfe über die Natur der Frau in der französischen Aufklärung, Stuttgart/Weimar, Metzler, 1992 ; et L. Steinbrügge, H.-E. Bödeker (éd.), Conceptualiser la femme, Berlin, Berlin Verlag, 2001.

6 F. Baasner, op.cit.

7 M. Grandière, L’idéal pédagogique en France au xviiie siècle, Oxford, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1998, p. 147-148.

8 I. De Charrière, « Lettres écrites de Lausanne », in R. Trousson (éd.), Romans de femmes au xviiie siècle, Paris, Laffont, 1996, p. 400.

9 J. Ehrhard, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1994, (1963), p. 349 sq.

10 F. Baasner, op. cit., p. 123 : « Grund in der Annahme einer natürlichen Moral, deren Regeln allen Menschen zugänglich sind, sofern sie sich nur ihrer angeborenen – rationalen wie nicht rationalen – Fähigkeiten bedienen. »

11 F. de Graffigny, « Lettres d’une Péruvienne », in R. Trousson (éd.), op. cit., p. 79-164.

12 Ibid., p. 148-151.

13 M.-J. Riccoboni, Histoire d’Ernestine, Paris, Côté-Femmes, 1991, p. 29.

14 Mme De genlis, « La cloison », in Théâtre de société, t. 1er, Parais, Maradan, 1791, p. 394-456.

15 Mme De Genlis, « Zélie ou l’ingénue », ibid., t. 2, Paris, Maradan, 1791, p. 142-291.

16 M.-E. Plagnol-Dieval, Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au xviiie siècle, SVEC, n° 350, 1997, p. 85.

17 F. De Graffigny, « Ziman et Zénise », « Phaza », Œuvres posthumes de Madame de Grafigny, Amsterdam, 1770.

18 Pour l’analyse du contenu, de la genèse et de la réception des deux pièces, voir Ch. Simonin, « Phaza, « la fille-garçon » de Madame de Graffigny », in K. Astbury, M.-E. Plagnol-Dieval (éd.), Le mâle en France. 1750-1830. Représentations de la masculinité, Oxford/Bern/Berlin, Peter Lang, 2004 (French Studies of the Eighteenth and Nineteenth Centuries 15), p. 51-62.

19 F. De Graffigny, « Ziman et Zénise », op. cit., p. 28.

20 Ibid., p. 26.

21 Ibid., p. 40.

22 Ibid., p. 52 sq.

23 Ibid., p. 53.

24 Ibid., p. 54.

25 Ibid., p. 55.

26 Ibid., p. 72.

27 F. Bassner, op. cit., p. 55-68.

28 Mme De Lambert, « Avis d’une mère à sa fille », Œuvres, Paris, Champion, 1990, p. 95 sq.

29 Ibid., p. 95 sq.

30 Ibid., p. 112.

31 Ibid., p. 96.

32 R. Von Kulessa, Françoise de Grafigny : Lettres d’une Péruvienne. Interpretation, Genese und Rezeption eines Briefromans aus dem 18. Jahrhundert, Stuttgart/Weimar, Metzer, 1997, p. 62.

33 Mme De Tencin, Les Malheurs de l’Amour, Paris, Desjonquères, 2001, p. 43 sq.

34 M. Grandière, op. cit., p. 157.

35 Mmed’Épinay, Les conversations d’Émilie, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Oxford, 1996, n° 342, Troisième conversation, p. 69.

36 Ibid., p. 249.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540