Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Première partie. Les partenaires éducatifs : rapports, représentations

Le droit à l’instruction : prises de paroles et projets pédagogiques des femmes, 1789-1799

Élisabeth Liris

Volltext

1Éducation et instruction des femmes s’inscrivent, pendant la période révolutionnaire, dans le cadre de la régénération, démarche qui suppose de revoir l’image et la représentation de la femme véhiculées depuis des siècles. Il s’agit bien, pour les femmes, d’avoir accès à l’instruction afin de sortir de l’espace d’exclusion dans lequel elles se trouvent enfermées. Certes, la revendication du droit à l’instruction n’est pas nouvelle, des femmes avaient élaboré des projets pédagogiques, dans le cercle relativement étroit du monde des Lumières avec des intellectuelles, mais aussi des femmes plus engagées sur la scène politique comme Olympe de Gouges, Etta Palm d’Aelders, Mme Hebert, Pauline Léon ou Louise de Kéralio.

  • 1 A. Geffroy, « Louise de Kéralio Robert, pionnière du républicanisme sexiste », AHRF, avril-juin 20 (...)
  • 2 H.-C. Harten, Les écrits pédagogiques sous la Révolution, Paris, INRDP, 1989. L’auteur a établi un (...)

2Comment reconsidérer et donc remettre en cause la place assignée aux femmes avec les espérances et l’ouverture que constitue la Révolution française ? Dès leurs premières interventions, les femmes dénoncent, avec vigueur, la véritable instrumentalisation de cette « nature féminine » qui depuis des siècles, avec la bienveillante complicité de la religion, les cantonne dans le rôle de mères et d’épouses, les excluant de l’espace du savoir et du politique. Faute d’instruction, elles ne peuvent pas exercer de professions valorisantes, leur rôle dans la vie économique et dans l’espace public, pourtant important, reste peu ou pas reconnu. Aussi, dès les premiers frémissements révolutionnaires, par leurs projets éducatifs, leurs manuels scolaires, leurs programmes de mise en place d’écoles, leurs ouvrages pédagogiques, leurs catéchismes, leurs productions théâtrales, leur participation active dans la mise en scène des fêtes patriotiques, les femmes s’expriment, en dépit des obstacles et des résistances qu’elles rencontrent. Elles parviennent à des prises de parole grâce à des cahiers de doléances présentées au roi, des pétitions, des adresses envoyées aux assemblées ou à des députés, ainsi qu’aux différents comités. Dans la presse, même si celle-ci reste presque uniquement aux mains des hommes, elles publient quelques articles et créent des journaux (à Paris, on recense 18 femmes éditrices1). Par ailleurs, elles parviennent à s’introduire dans les sociétés populaires et à former des associations de femmes, s’affranchissant, pour un temps, de la loi du silence dans lequel on souhaiterait les maintenir2.

3Il convient donc de revisiter les plaidoyers des femmes pour le droit à l’instruction, de questionner les différents protagonistes du débat, de prendre en compte leurs projets, pour tenter d’appréhender les difficiles rapports entre femmes, pouvoir, instruction et Révolution. Il s’avère aussi nécessaire de s’interroger sur les réformes proposées par les assemblées successives et sur le rôle joué par le Comité d’instruction publique et les législateurs avec les difficultés et les résistances pour mettre en place des écoles.

Le droit à l’instruction : un défi, un combat pour les femmes

4Dès l’année 1789 on trouve des femmes actrices dans l’espace politique, le 14 juillet participant à la prise de la Bastille. Les 5 et 6 octobre, c’est en armes que les femmes du peuple se rendent à Versailles et ramènent à Paris « le boulanger, la boulangère et le petit mitron », sous bonne escorte. Olympe de Gouges, qui participe à toutes ces journées, publie Les droits de la femme et de la citoyenne, dédié à Marie Antoine, texte qui proclame « l’égalité civique entre les sexes, fondée sur la nature et la raison », tandis que Condorcet fait paraître, le 3 juillet 1790, L’admission des femmes au droit de cité.

  • 3 M.-P. Duhet, Cahiers de doléances des femmes en 1789, et autres textes, Paris, Éditions des femmes (...)

5Paule-Marie Duhet montre comment, dans les Cahiers, en dehors des revendications corporatives, « les femmes qui réfléchissent et publient leurs doléances, espèrent que la Révolution permettra de dissiper quantité d’injustices ou d’erreurs […] qu’elles recevront une instruction publique sérieuse3 ». Ainsi, des femmes cauchoises, et une mystérieuse dame B*** B*** présentent un Cahier de doléances et réclamations des femmes. Elles déplorent leur carence en matière d’éducation et les conséquences qui en découlent :

Les filles du Tiers État naissent presque toutes sans instruction, leur éducation est négligée ou très vicieuse ; elle consiste à envoyer à l’école chez un Maître qui, lui-même, ne sait pas le premier mot de la langue qu’il enseigne […] Les premiers devoirs de la religion remplis, on leur apprend à travailler ; parvenues à l’âge de quinze ou seize ans, elles gagnent cinq ou six sous par jour.

6Elles revendiquent leur légitime droit à l’instruction gratuite :

Sire, nous vous supplions d’établir des écoles gratuites où nous puissions apprendre notre langue par principes, la Religion et la morale […] Les sciences, elles, ne servent qu’à nous inspirer un sot orgueil, nous conduisent au pédantisme, contrarient les vœux de la nature, font de nous des êtres mixtes qui sont rarement des épouses fidèles et plus rarement encore des bonnes mères de famille.

  • 4 Bibliothèque Nationale, Lb39 920.

7Certes, le cahier témoigne d’ambitions bien modestes, dans le cadre d’une rhétorique encore largement rousseauiste, il conclut : « Nous voulons bien laisser aux hommes la valeur, le génie, mais nous leur disputerons toujours le dangereux et précieux don de la sensibilité4. »

8En juillet 1789, on trouve une première adresse à l’Assemblée : « Motion en faveur du sexe », sous-titrée : Le bonheur des femmes doit-il être seul dépendant des hommes, quels seraient pour elles les moyens de trouver ce bonheur dans leurs propres ressources ? Le texte est attribué à Madame Bastille (citoyenne Desmoulins). Elle interpelle les représentants, en train de rédiger la constitution et invoque timidement la raison :

  • 5 Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP), 12 807 t., 1, n° 20.

Vous, citoyens, occupés à former des lois plus précises, écoutez mon langage, il est guidé par la raison, et surtout par l’expérience […] si quelques-unes d’entre elles trouvent quelque ressource par le travail le plus assidu, il en est une infinité d’autres à qui l’éducation, le préjugé ou la nature, refusent tous les moyens de pourvoir par elles-mêmes à l’existence de leur famille5.

9Par l’intermédiaire des sociétés féminines qui existent à partir de 1790, telles La société fraternelle de l’un et l’autre sexe, Les sociétés populaires des deux sexes, les femmes trouvent un accès aux débats politiques et un lieu d’expression. Ainsi, à l’Assemblée fédérative des Amis de la Vérité, Mme Etta Palm, le 30 décembre 1790, dénonce « L’injustice des lois en faveur des hommes. » Elle reproche aux représentants, qui ont proclamé la Déclaration des droits de l’homme leurs propres contradictions : « Partout les lois sont en faveur des hommes aux dépens des femmes, parce que le pouvoir est entre vos mains. » Elle reprend l’argument de la nature qu’elle retourne en faveur des femmes, et déclare :

Soyez justes envers nous, Messieurs, vous que la nature créa supérieurs en forces physiques, tandis que nous avons une existence si fragile, dont la somme des maux est énorme […] puisqu’au lieu d’y suppléer par l’éducation et des lois en notre faveur, il semble que l’on nous forme uniquement pour votre plaisir.

10Avec arrogance, elle montre que les hommes redoutent la compétition :

[…] si ces qualités naturelles étaient fortifiées par une éducation soignée, par l’encouragement de vos suffrages, par des récompenses publiques, je ne crains pas de le dire, notre sexe surpasserait souvent le vôtre.

11Et de rappeler :

  • 6 BHVP, 12 807 t. 1, n° 15

L’éducation et la philosophie n’avaient-elles pas élevé l’âme de l’illustre fille de Caton au-dessus des hommes de son siècle […] l’intrépide courage des femmes ne surpassait-il pas celui des hommes à la bataille de Salamine6 ?

12Dans le Courrier de l’Hymen, Journal des Dames, le 24 avril 1791 Mme L*** s’adresse au rédacteur du journal dans la Première lettre d’une femme sur l’éducation de son sexe :

Monsieur, votre journal étant particulièrement destiné aux Dames, je crois que ma lettre peut y trouver place.

13Le texte s’engage dans un registre beaucoup plus provocateur :

  • 7 BHVP, 12807 t. 1, n° 22.

Jusqu’à présent on n’a point vu de milieu entre une femme de ménage et une ignorante, entre une femme instruite et une pédante, pourquoi cela ? […] Je crois, Monsieur, qu’en général, les femmes sont plus susceptibles d’apprendre aussi bien que les hommes, moins dissipées dans leur enfance, par conséquence plus portées à la réflexion, il faut, en vérité, toute la force d’une mauvaise éducation, pour réprimer en elles le goût qu’elles ont naturellement pour s’instruire […] Le seul droit que la nature vous ait accordé est le droit du plus fort, c’est-à-dire celui du plus sot7.

14Toutes ces revendications, reprenant les arguments avancés par les hommes hostiles à l’éducation des femmes, sont largement relayées par des projets pédagogiques précis qui donnent le change.

15Mme Mouret de La Fontaine, descendante du fabuliste, institutrice du Musée des Dames, parvient, en 1790, à fonder un journal intitulé Annales de l’éducation et du sexe, dans lequel elle propose un Plan d’éducation pour les demoiselles :

Dans un État où le sexe donne le ton à la Nation, si ce sexe est dépravé par la négligence de son éducation et par un goût dominant pour le luxe et la frivolité, tous les citoyens le seront.

16Elle adresse à l’Assemblée Nationale, le 26 février 1790 son « Plan d’éducation pour les demoiselles » élaboré dans le district de Saint-Nicolas du Chardonnet :

Je pense qu’il conviendrait que chaque district eut ses maîtresses d’éducation ainsi que ses maîtres, pour présider à cette partie si essentielle de la législation. Si dans les soixante districts de cette capitale on choisit soixante maîtresses d’éducation et autant de maîtres distingués par leurs mœurs, leurs zèles et leurs capacités, pour présider à l’éducation, si on leur accorde la considération due à la vertu, aux lumières, aux zèles et aux talents […] une retraite assurée pour prix de leurs travaux après un certain nombre d’années d’exercice assidu et bien concerté […],

  • 8 Archives Nationales (AN), D.I. § 2-1, dossier 2.

17les filles apprendront la musique en particulier et les arts en général8.

18Avec le Mémoire relatif à l’école des femmes. Ecole des métiers pour les femmes, publié le 5 avril 1792 par la Citoyenne Acrin, brodeuse de la maison du Roi et du Corps royal de la marine, on voit bien le chemin parcouru depuis l’année 1789. Elle déclare :

Le moment est venu où l’assemblée nationale va s’occuper de l’éducation de ce sexe timide que la faiblesse éloigne des emplois lucratifs et des travaux qui demandent la force du corps. Il ne suffit pas que l’instruction les forme aux premiers éléments de l’art de parler et d’écrire et aux préceptes de la morale.

  • 9 AN, F17 1009C-2289, E. et H.-C. Harten, Femmes, culture et Révolution, Paris, Éditions des femmes, (...)

19En conséquence, elle développe son projet, chiffré avec le plus grand soin. Il s’agit d’écoles pour les filles où on leur enseignerait la broderie, la couture, et la lingerie, en somme un apprentissage professionnel, dans un registre qu’il faut bien qualifier de traditionnel ! Des écoles distribuées « dans toute la France, selon le mode qui conviendrait à l’Assemblée Nationale ». Les filles seraient éduquées de 9 à 15 ans, on admettrait également les Françaises et les étrangères en vertu du « principe de fraternité recevant tous les étrangers dans le sein de l’Empire ». (Cette disposition concerne peut-être aussi une femme qui épouserait un étranger ?). Pour l’emploi à la sortie de l’école : « On observera pour la couture et la lingerie que les particuliers et les marchands emploieront les élèves parce qu’elles travailleront bien et vite et au plus bas prix possible, attendu que ces élèves n’auront d’autre salaire que le talent qu’elles acquerront. » L’idée d’une exploitation économique du travail des femmes ne semble pas envisagée ! Mais la citoyenne Acrin annonce un bilan financier tout à fait rassurant, à savoir : « Les six écoles de broderie, dès la deuxième année rapporteront 108 000 livres9 » Son plan ne sera pas adopté, mais elle le reformulera en 1799.

Quand les femmes participent à l’utopie égalitaire de l’an II

20En septembre 1792, la Convention a nommé un comité, chargé d’élaborer une nouvelle constitution et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 24 juin 1793 proclame (article 22) :

L’instruction est le besoin de tous. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique, et mettre l’instruction à la portée de tous les citoyens.

21Au cours des débats juridiques, la situation des femmes est peu abordée, mais, le 29 avril, Pierre Guyomar intervient à l’Assemblée, se disant « le partisan de l’égalité entre les individus ». Il rappelle que, pour les Latins, « homo », exprimait lui seul ces deux mots consacrés par l’usage, l’homme et la femme […] » Il déclare, se référant toujours à l’Antiquité :

  • 10 Archives Parlementaires (AP), t. 63, p. 591.

En ce cas, les femmes naissent et demeurent esclaves et inégales en droit […] les femmes sont les hilotes de la République […]. Républicains, affranchissons les femmes d’un esclavage flétrissant l’humanité, comme nous brisons les chaînes de nos voisins10.

22Dans cette perspective égalitaire, le plan Lepeltier, qualifié de « rêve dangereux » à la spartiate par Grégoire, et présenté par Robespierre, en juillet 1793, prévoit pour « former un peuple nouveau » que la République prenne totalement en charge dans des internats, les garçons de 5 à 12 ans et les filles de 5 à 11 ans. On apprendrait : la lecture, l’écriture, le calcul, ainsi que des récits historiques et des hymnes civiques. Ce système rappelle celui de l’École de Mars, où l’État se substitue à la famille dès la petite enfance. Les femmes éduquent leurs enfants pour qu’ils aiment leur patrie, avec une sorte d’effacement du rôle de la mère « biologique » devant « la mère patrie », celle-ci devenant une « mère Médée », toutefois qualifiée de « tendre mère ». Donc des mères toujours privées de droits, mais investies d’une responsabilité civique. Même le corps des femmes appartient à la patrie, le privé devient le politique et Sade, bien isolé, dénonce ces fausses écoles de la liberté !

  • 11 E. et H.-C. Harten, op. cit., p. 528-542.

23La citoyenne Desmarêts, s’inscrivant totalement dans cette utopie pédagogique de la « révolution culturelle », au sein de la tension politique extrême de l’an II, publie les Eléments d’Instruction Républicaine. L’ouvrage, édité aux frais de la société populaire de la commune de Corbeil et envoyé à la Convention, comprend dix chapitres, sous forme de demandes et de réponses. Première demande : « Qui es-tu ? » réponse « Je suis enfant de la patrie. » ; « Quelles sont tes richesses ? » réponse : « La Liberté et l’Égalité. », et surtout, au chapitre III : « De la patrie » : « Comment doit-on aimer sa patrie ? » réponse : « Par-dessus toute chose, elle est notre première mère : nous tenons tout d’elle, nous lui devons tout11. »

24La citoyenne Hardou et de la citoyenne Levacher de Valincourt s’engagent dans le même patriotisme militant.

25Mme Hardou appartient à la Société fraternelle des amies de la Constitution. En octobre 1793, elle publie un Projet de règlement pour l’Instruction :

Convaincue que l’ignorance ne tend qu’à ramener et à perpétuer le despotisme et l’immoralité. J’ai cru devoir me dévouer toute entière à ma patrie, en réunissant tous mes efforts pour arracher la génération actuelle aux préjugés honteux de notre décrépite éducation, en faisant germer dans les cœurs de nos jeunes citoyennes l’amour de la liberté et de l’égalité.

26Elle préconise la mixité et la gratuité au nom de l’égalité :

[…] des classes composées d’enfants de tous âges […]. Il y aura des époques dans la journée, où on enseignera à lire et à écrire et l’arithmétique ; les jeunes élèves en qui on découvrira de l’aptitude à d’autres connaissances, seront instruites de l’histoire de notre Révolution, des idées qu’elles doivent se former des droits et des devoirs des hommes réunis en société.

27« Les jeunes élèves effectueront des travaux de linges, dans chaque section, la moitié des produits du travail est dévolue aux enfants de nos frères morts en combattant pour la patrie. » Donc une certaine mission civique de l’école à laquelle on associe la famille :

  • 12 AN, F17 1310, dossier 2. Compte tenu des problèmes engendrés par la guerre, aussi bien avec les en (...)

[…] afin que les parents puissent juger par eux-mêmes de l’instruction donnée […] On n’assigne aucune rétribution fixe pour l’institutrice, les parents ne consulteront sans doute, dans cette circonstance, que leur patriotisme et l’égard que mérite un dévouement aussi désintéressé que possible12.

  • 13 AP, t., 81, p. 326.
  • 14 En 1793-1794, le comptage des manuels scolaires effectué par H.-C. Harten montre une très nette au (...)
  • 15 AN, F17 1005A-750. Le projet de créer une École Normale d’instituteurs, qui seraient ensuite envoy (...)

28La républicaine Valincourt, institutrice, qui, en 1788, a élaboré un Projet d’éducation pour les jeunes filles et un jeune homme, en ce qui concerne les hautes sciences, envoie le 8 mai 1794, une pétition à la Convention. Elle s’adresse à Bouquier qui a proposé un nouveau projet, envisageant une éducation, dans le cadre d’une « société-école ». Celle-ci reste obligatoire, mais l’enseignement étant libre, toute personne peut en ouvrir une (y compris les anciens ecclésiastiques munis d’un certificat de civisme) car « les nations libres n’ont pas besoin d’une caste de savants spéculatifs, dont l’esprit voyage constamment dans des pays perdus, dans la région des songes et des chimères13 ». Pour les filles, donc, le droit à l’instruction est menacé par la réouverture massive d’écoles privées ! Mme de Valincourt réagit en déclinant des propositions « pour aplanir la marche élémentaire des connaissances, toujours rebutantes tout en conservant des règles ». La petite fille apprendra, en même temps, l’écriture, l’orthographe, la grammaire « en moins de temps que l’on met d’ordinaire à savoir chacun d’elles en particulier ». Elle détient « une méthode douce et facile pour les connaissances scientifiques ». On voit bien comment les femmes, désormais, veulent une véritable égalité, y compris dans les programmes14. Mme de Valincourt supplie la Convention nationale « de lui faire nommer un rapporteur, à qui elle confiera ses secrets, ainsi qu’un local où elle donnera un cours gratuit aux citoyennes, en particulier à celles qui se destineront à devenir institutrices ». Elle s’engage également à prodiguer des conseils, par correspondance, aux institutrices des départements afin « d’éviter toutes les idées de charlatanisme que les magiciens d’Ancien Régime avaient si grand intérêt à conserver15 ».

29Mme Valincourt participe aussi au concours des manuels scolaires de l’an II, pour lequel elle écrit La maman républicaine, composé sous forme de demandes et réponses, véritable « catéchisme républicain », adressé à l’Assemblée. Il « contiendra tous les devoirs respectifs et particuliers des deux sexes. J’ai cru que pour faire comprendre aux enfants, ce que l’on entend par l’unité et l’indivisibilité de la République, il faut qu’ils sachent qu’un citoyen républicain est celui qui, seul ou avec sa famille a juré de vivre libre ou de mourir ». Le texte se termine par un appel à la Raison, dont le culte, assez éphémère commence en brumaire an II (novembre 1793) avec une mise en scène de Chaumette (qui envisageait d’honorer les femmes enceintes.) et la participation des artistes de l’Opéra.

  • 16 AN, F17 1004A-385.

30Au cours de l’an II, on trouve également des projets émis par des sociétés populaires de femmes, comme les Amies de la Liberté et de l’Egalité de la ville de Besançon, rappelant aux députés que « l’éducation des hommes commence par les femmes ». Elles souhaitent, dans chaque canton « une école primaire gratuite pour les filles à partir de six ans et une école secondaire à partir de onze ans. Le programme se composera des disciplines de base, mais aussi de l’étude des droits de l’homme et des principes de Liberté et d’Égalité et de démocratie. La scolarisation se terminera à quinze ans, mais les filles qui le désirent pourront assister, avec leurs mères aux écoles destinées aux jeunes gens pour y étudier les sciences ». Les enfants des pauvres doivent s’asseoir sur les mêmes bancs que les enfants des riches et la mixité et l’égalité seront respectées. Elles désirent accueillir les petites orphelines, « livrées à des religieuses pour la plupart ignorantes et superstitieuses ». Enfin, on procédera à un choix démocratique des enseignantes en affichant le nom des candidates dans chaque municipalité où elles seront élues en assemblées primaires16.

31Quelques mois plus tard, le 17 février 1794, la citoyenne Thérésia Cabarrus-Fontenay, revient sur cette vision de l’enfant-citoyen et futur soldat :

  • 17 Comité d’Instruction Publique (CIP) de la Convention nationale, t., 3, p. 634.

L’éducation doit former de jeunes soldats, des républicains, des défenseurs de la liberté, des hommes […] Mère de famille, respectez, chérissez le titre que la nature vous donne […] rappelez-vous qu’une mère insouciante est une calamité publique que la société doit punir de tout son mépris […]. Les enfants appartiennent à l’État avant d’être à leurs parents17.

32Ces mères, toujours privées de droits, se trouvent investies d’une responsabilité civique, tandis que subrepticement, le corps des femmes appartient à la patrie et le privé se confond avec le politique !

33En l’an III, le combat s’étiole, les voix féminines seront à nouveau peu audibles, avec le rétablissement du suffrage censitaire, la réaction thermidorienne, le Directoire et le retour à l’intime. Pour appréhender cette évolution, il faut donc, dans un mouvement de va-et-vient questionner les législateurs et prendre en compte le rôle essentiel mais ambigu du comité d’instruction publique, tout en mesurant les obstacles et les résistances pour la mise en place de l’instruction des femmes.

Le rôle du comité d’instruction publique, et des législateurs : des espérances aux illusions perdues

34Après le vote de la Constitution civile du clergé le 12 juillet 1790 et la question du serment, la Constituante prend en main les problèmes de l’instruction publique. Les 3 et 4 septembre, elle décide la mise en place d’une instruction publique et face à l’urgence, crée un Comité d’instruction publique qui siégera du 14 octobre 1791 au 28 août 1794. Il comprend 24 membres, périodiquement renouvelables et sera remplacé par la commission d’instruction publique, puis par le ministère de l’instruction sous le Directoire. Il accueille des personnalités très différentes, avec des modérés comme Arbogast ou Lacépède, Pastoret, Quatremère de Quincy, des Girondins comme Lanthenas ou Condorcet et des montagnards, comme Lakanal, Carnot aîné ou Romme. Ainsi, Condorcet, plutôt girondin, une des personnalités les plus influentes au Comité, présente, à l’automne 1792, son plan d’éducation élaboré en collaboration avec Romme. Ces hommes se passionnent pour les questions pédagogiques et s’impliquent dans la législation révolutionnaire aussi bien pour l’instruction que pour l’éducation, l’une et l’autre intimement liées. Ducos déclare en effet à la Convention, le 14 décembre 1792 :

  • 18 Intervention de Ducos, « Mardi, 18 décembre 1792 », AP, t., 55, Paris, Dupont, 1889, p. 139142.

[…] la distinction entre éduquer et instruire correspond aux deux institutions conçues comme moyens essentiels d’action pédagogique. L’éducation se fait surtout par les fêtes civiques, l’instruction se donne dans et par l’école […] une voix unanime s’élève pour réclamer l’organisation de l’instruction publique trop longtemps attendue, lorsque tous les citoyens semblent vous dénoncer l’ignorance et l’erreur comme les derniers tyrans qui restent à poursuivre et à bannir18.

35La première mention des femmes dans les procès verbaux du Comité se trouve dès la deuxième séance de travail, le 1er novembre 1791, Condorcet est président, de Wouves déclare :

  • 19 CIP de la Convention nationale, t. 1, p. 7.

Un plan d’éducation pour les femmes semblerait devoir suivre celui sur les hommes. Un tel plan doit être aussi simple que facile à tracer ; mais ce qui ne l’est pas également, c’est de déterminer, d’une manière claire, nette et précise, le rang que les femmes doivent tenir dans la société19.

  • 20 CIP de la Convention nationale, t. 1, p. 29.

36La question plonge les membres du comité dans un grand embarras ! Dès le 18 août 1792, ils décident de diligenter une vaste enquête « dans toute l’étendue de l’Empire, pour connaître la situation exacte de l’enseignement depuis la suppression des congrégations séculières, jusqu’aux plus petites écoles de campagne de l’un et l’autre sexe20 ». Le 9 décembre Romme propose que « toutes les congrégations d’hommes ou de filles dévouées à l’instruction publique soient supprimées et que tout enseignement public sera ôté aux filles cloîtrées ou non cloîtrées ». Le 20 décembre 1792, il précise :

  • 21 CIP de la Convention nationale, t. 1, p. 124.

[…] l’éducation des femmes doit avoir aussi une place dans le système général d’instruction publique, parce que la première éducation de l’enfance leur est confiée, parce que la nature veut que les femmes terminent l’éducation des hommes […]. Si, dans l’ordre social, l’homme est appelé à exécuter et à agir […] il faut qu’il y ait dans l’éducation des deux sexes cette harmonie21.

37On peut noter la prudence des propos ! Mais, le 24 décembre 1793, Romme et Lanthenas demandent à la Convention

  • 22 CIP de la Convention nationale, t. 3, p. 92-93 et annexes p. 571-584.

de mettre continuellement l’instruction à l’ordre du jour, avec l’école publique, pour les deux sexes, gratuite et obligatoire. Elle doit initier les enfants des deux sexes aux droits et devoirs des pratiques politiques, à partir du cadre des communes, en s’appuyant sur les sociétés populaires et en participant aux fêtes civiques. L’État et les communes assureront le financement, les institutrices devront produire un certificat de civisme. L’apprentissage de la lecture se fera non plus à partir de textes religieux, mais à l’aide de la déclaration des droits et de la constitution et des récits des actions héroïques. Les instituteurs et institutrices sont sous surveillance immédiate de la municipalité ou section, des pères, des mères, tuteurs ou curateurs, et sous la surveillance de tous les citoyens22.

38On doit souligner que l’égalité reste relative en ce qui concerne les salaires, deux cents livres pour les hommes et cent livres pour les institutrices.

  • 23 AP, t. 78, p. 20.

39C’est alors que Amar intervient aussi au comité pour exclure définitivement les femmes de l’espace politique le 30 octobre 1793, au nom du comité de sûreté ! « Les clubs et sociétés populaires de femmes, sous quelque dénomination que ce soit, sont défendus », « le comité a examiné cet arrêté sous les différents rapports de la société, des convenances et de la politique. Sous le rapport social, le premier devoir des femmes est l’éducation des enfants, l’épuration des mœurs par l’exemple des grâces. Sous le rapport des convenances, la nature, en les créant libres, leur dénia cette force politique qui mène à la résistance ». Amar se justifie : « Les femmes, plus esclaves des préjugés nobiliaires et religieux que les hommes, ont été constamment entre les mains des prêtres et des ennemis de l’État, les premières motrices des troubles qui ont agité la République23. » Ce décret doit être lu dans son contexte, après une émeute de soi disant 6 000 femmes, au marché des Innocents, près Saint-Eustache, qui auraient refusé qu’on leur impose le port du bonnet rouge ! Fabre d’Eglantine surenchérit :

  • 24 AP, t. 78, p. 48-50

[…] ces femmes n’étaient point des femmes occupées du soin de leur ménage, des mères inséparables de leurs enfants, des filles qui travaillent pour leurs parents ou prennent soin de leurs plus jeunes sœurs, mais ce sont des filles, des grenadiers femelles qui se répandent partout et causent des troubles dans la ville24.

40Toujours cette image de femmes violentes, voire hystériques et perturbant l’ordre public.

41Or, pour les femmes, cette mesure est très grave, et tandis que le port de la cocarde vient d’être rendu obligatoire, le 21 septembre, elles se voient exclues de lieux privilégiés dans lesquels elles écoutaient, prenaient la parole ou la plume, parfois, mais aussi pouvaient apprendre à lire et à écrire.

  • 25 CIP de la Convention nationale, t. 4, p. 939.

42En thermidor an IV (juillet 1794), lors d’une des dernières séances du comité d’instruction publique (la 281e) et tandis que Condorcet et Romme avaient autorisé les femmes à fréquenter des cours pour adultes et des lieux de culture, elles se voient interdire l’accès du Conservatoire : « Considérant que le Museum national des arts est la propriété du peuple […] le mélange des sexes qui se présente pour étudier facilite le scandale […] prête des armes à la calomnie25. » On peut donc estimer que les femmes ne font pas partie du peuple !

  • 26 D. Julia, « Instruction publique/Éducation Nationale », in A. Soboul (dir.), Dictionnaire historiq (...)

43Depuis le 9 nivôse (29 décembre 1793), le comité se préoccupe aussi de la question des manuels scolaires pour l’école primaire et des ouvrages plus spécialement destinés aux mères. Grégoire est le rapporteur, le jury, présidé par Daubenton, se compose de savants, politiquement plutôt modérés, comme Lagrange, Daubenton, Lebrun ou Corvisart. De nombreux textes de femmes déclinent un patriotisme et un engagement sans faille. Pourtant, sur les 43 mémoires envoyés à la Convention, un seul ouvrage de femme sera primé, et c’est celui destiné à la formation des jeunes mères pour l’allaitement (pratique dont Grégoire avait souligné l’importance à la Convention) ! Avec la loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) qui, comme l’écrit D. Julia « renonce expressément au rêve d’éduquer un peuple tout entier26 », on assiste à un véritable recul confirmé par la production des manuels scolaires, la baisse du recrutement des institutrices et de la fréquentation scolaire des filles.

  • 27 Réflexions sommaires sur l’éducation publique par le républicain Hassenfratz, CIP de la Convention (...)

44En réalité, depuis juin 1793, Romme et Condorcet ne se rendent plus au comité qui passe sous le contrôle du comité de salut public, l’ancien oratorien Daunou et l’ex-congrégationniste Lakanal prennent l’essentiel des décisions, ils ne restent plus que quatre montagnards. Hassenfratz déclare au club des Jacobins : « Siéyès a écarté tous les hommes instruits du comité d’instruction publique. » On élimine l’idée d’un enseignement supérieur pour les femmes, tandis que les écoles primaires, seules instituées aux frais de la nation sont maintenues, les autres sont abandonnées aux congrégations enseignantes desquelles les filles sont les premières exclues. Hassenfratz essaie de dénoncer le plan Siéyès parce qu’il entraîne un surcroît de travail aux institutrices dont l’enseignement est centré sur les travaux manuels, avec des classes surchargées, et un salaire diminué d’un quart ! Il accuse ce plan d’établir « une véritable hiérarchie des sexes dans l’enseignement27 ». Mais Daunou s’impose :

  • 28 Essai sur l’instruction publique par J.-F.-C. Daunou, CIP de la Convention nationale, t., 1, p. 58 (...)

[…] je conclurai que vous devez vous borner à un très petit nombre d’éducation publique des filles, leurs mères y suppléeront avec zèle et remercieront la loi de ne pas les avoir exemptées de leur occupation la plus douce28.

45On le voit, les discordances entre idéalité et réalité, comme les obstacles à surmonter pour les législateurs eux-mêmes, afin de mettre en place cette instruction, sont considérables.

  • 29 E. et H.-C. Harten, op. cit., p. 98-99.
  • 30 CIP de la Convention nationale, t., 3, p. 337-794.
  • 31 Archives Municipales de Rouen (AMR), série R.
  • 32 Archives départementales de Côte-d’Or (ADCO), série L. 1779.
  • 33 Archives départementales de Haute-Garonnes (ADHG), série L. 25-41.
  • 34 Ibid., p. 100.

46Dès le 4 mars 1792, la supérieure des Ursulines de Montluçon s’interrogeait sur la notion de « fonctionnaire public » : « Messieurs, veuillez, nous vous en conjurons, ou nous confirmer dans nos croyances et dans nos droits, ou nous éclairer sur notre erreur, si nous y sommes engagées. » Avec la suppression des ordres religieux, le recrutement des enseignantes devient très difficile. Dans les villes, les institutrices, dont l’âge moyen se situe autour de 28 ans, sont aussi nombreuses que les instituteurs, mais leur nombre, dans les campagnes, n’excède pas 10 à 15 % : « On constate que les possibilités de scolarisation pour les filles (autrement dit le nombre de maîtresses d’école) restaient très loin des objectifs visés. Comparativement, la situation pour les garçons était plus favorable29. » Les sources indiquent, pour l’an II et pour l’an III, une situation plus mauvaise qu’avant la Révolution. En l’an III, Daunou essaie de supprimer l’école primaire pour les filles qui seront éduquées soit dans leur famille, soit dans des écoles privées30. Lakanal impose un compromis avec un enseignement plus court pour les filles que pour les garçons, en moyenne deux ans de moins, un enseignement minimal et une partie réservée aux travaux manuels. La scolarité obligatoire étant abolie en l’an III, à Rouen, le nombre d’institutrices passe alors de 55 % en l’an II à 40 %31, à Châlons-sur-Marne, de 51,7 à 26 %, tandis qu’à Dijon, le jury pour le recrutement en Côte-d’Or doit interroger 14 candidates, dont 5 ne savent ni lire ni écrire32 ! Certaines grandes villes sont très touchées, comme Toulouse où, en germinal an II, on compte 68 enseignantes dites modérées, aristocrates ou fanatiques : tous les prétextes semblent bons pour les expulser ! Après germinal, aucune ne sera admise dans l’enseignement public et si, jusqu’en l’an II, 83 % des établissements de filles fonctionnent, en l’an III, il n’y en a plus que 20 %33, tandis que la majorité des anciennes religieuses se « réfugient » dans les écoles privées : « Dans le département du Gers, en l’an IV, furent fermées, pour des raisons politiques, 25 écoles, dont 20 avaient été dirigées par des femmes34. » En revanche, le nombre des écoles privées ne cesse d’augmenter. Dans le département de la Marne, en l’an IV, on compte seulement 6,3 % d’écoles publiques et 27,8 % d’écoles privées.

  • 35 M. Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, p. 81-94.

47Il faut noter aussi, que, durant les années 1793-1794, les maîtresses républicaines sont appréciées par les autorités dès lors qu’elles participent aux réunions républicaines, qu’elles montrent un patriotisme engagé, font apprendre les hymnes patriotiques, conduisent les enfants aux fêtes décadaires35. Elles peuvent être, pour les mêmes raisons, rejetées par les familles qui vont jusqu’à retirer leurs filles de ces écoles qualifiées de « fanatisées ».

  • 36 E. et H.-C. Harten, op. cit., p. 104.

48On trouve ainsi trace d’un conflit d’une extrême violence à l’encontre de ces institutrices républicaines de la part des autorités constituées. Élisabeth Desaint, maîtresse à Ay, district d’Epernay, s’adresse à la Convention Nationale en germinal an III, pour exposer sa situation. Elle avait remplacé deux religieuses qui avaient refusé le serment en 1793, or la nouvelle municipalité veut remettre la religieuse dans son poste. Comme Mme Desaint résiste, on lui supprime son salaire et on la couvre d’injures, on la traite de criminelle. Finalement elle doit, sous les pressions multiples abandonner son poste36. Certaines maîtresses républicaines préfèrent alors, elles aussi, ouvrir une école privée où elles seront mieux rémunérées.

49Dans les communes rurales, les parents peuvent également se montrer réticents pour envoyer leurs filles à l’école. Les raisons officiellement invoquées sont le danger de la mixité (leurs filles pouvant fréquenter des garçons plus âgés) et l’insécurité des routes de campagne. En réalité, il faut le dire, beaucoup de mères pensent que le destin de leurs filles peut se forger à la maison et qu’il n’est point besoin d’école pour former de bonnes mères et de bonnes ménagères ! Avec le Directoire, la question scolaire pour les femmes passe au second plan, le silence qu’on leur impose correspond bien au retour à l’intime.

  • 37 S. Desan, « Pétition des femmes en faveur d’une réforme révolutionnaire de la famille », AHRF, op. (...)
  • 38 M. Bouyssy, « Thérésia Cabarrus, de l’instruction des filles et de la révolution », AHRF, op. cit.(...)

50Au crépuscule de la Révolution, les femmes demeurent des sujets de droit privé, hors de la citoyenneté. Les législateurs, en guise d’égalité se contentent du fait de la nature. Il n’est pas question d’égalité des sexes mais de partage des rôles. La fonction sociale de la femme reste la maternité et les « infirmités » qui en découlent dont l’inaptitude à apprendre. En outre, l’empire des femmes fait peur, ce qui permet de les rendre responsables des désordres et de tous les excès. Certes, on peut déplorer la violence qui s’invite au quotidien surtout en période révolutionnaire, mais les hommes politiques l’ont largement utilisée contre les femmes, pour justifier leur inaptitude à l’instruction. Certes, elles obtiennent le droit au divorce et les veuves, gérantes des biens, conservent le droit de reprendre le métier de leurs maris, mais S. Desan souligne bien que les femmes « considéraient la politique révolutionnaire comme un combat pour la justice et l’économie morale de la famille et de la nature37 ». On voit aussi combien elles restent encore engluées dans le registre de l’affectif car, même lorsqu’elles participent à la rhétorique révolutionnaire, il leur faut se plier au langage de la retenue, ne serait-ce que pour avoir droit à la parole. Pour Thérésia Cabarrus (Mme Tallien), « la revendication de l’éducation des filles comme l’idée d’obliger toutes les jeunes filles à la pratique de la bienfaisance avant le mariage est largement révolutionnaire encore que compatible avec l’éducation aristocratique et les vertus salaisiennes38 ».

51On peut alors s’interroger sur l’importante présence des femmes dans le langage des images et des symboles, durant la décennie révolutionnaire. En effet, pour représenter la liberté, l’égalité, la justice, la loi, la République… ce sont bien les allégories féminines qui sont convoquées, dans les cortèges, sur les documents officiels ou dans les arts, comme de véritables objets pédagogiques. Pour les fêtes, ne jouent-elles pas un rôle de figurantes, vêtues de blanc comme des vestales, ceinturées de rubans tricolores en bonnes patriotes et accompagnées de leurs enfants en dignes mères de famille ? Lors de la somptueuse cérémonie du 10 août 1793, mise en scène par David, c’est aux seins d’une allégorie féminine gigantesque que chaque député vient se régénérer, de façon quasi incestueuse ! Véritable instrumentalisation du corps des femmes ou discrimination positive ? Officiellement mère féconde, actrice de la régénération sociale. En réalité femmes réduites à nouveau au silence, femmes déifiées, mais aussi réifiées.

  • 39 B. Baczko, Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Genève (...)

52« La Révolution s’offrait comme une chance, unique et inédite, à saisir par le rêve de création pédagogique ex nihilo39. » Les femmes pour réclamer le droit à l’instruction, ont bien mené un vrai combat, avec son apogée en l’an II. Les femmes rencontrées ne mènent pas une lutte pour l’égalité des sexes et ne cherchent pas à ressembler aux hommes. En vraies pionnières du féminisme contemporain, elles ont compris qu’elles devaient se battre pour la liberté, pour le droit au travail, objectifs dépendant de l’accès au savoir, mais aussi du bon vouloir des hommes !

53Alors comment s’étonner de l’article accusateur paru dans les Révolutions de Paris, au lendemain de l’exécution d’Olympe de Gouges et de Mme Roland : « La première voulut être homme d’État, la seconde savante. »

Anmerkungen

1 A. Geffroy, « Louise de Kéralio Robert, pionnière du républicanisme sexiste », AHRF, avril-juin 2006, p. 110-113. Louise crée un journal hebdomadaire de 8 pages, chez Noyon, le JEC, Journal de l’État et du Citoyen, appelé ensuite MN, qui paraît de 1789 à 1791.

2 H.-C. Harten, Les écrits pédagogiques sous la Révolution, Paris, INRDP, 1989. L’auteur a établi un répertoire sous la direction d’A. Choppin et une banque de données : Emmanuelle III, consultable en ligne qui recense tous les manuels scolaires publiés en France depuis 1789. Soit 1 346 ouvrages, avec noms d’auteurs, titres, dates et lieux de parution. Sur les 1 346 ouvrages, on compte 1 231 écrits par des hommes, 90 par des auteurs anonymes et seulement 25 ouvrages par des femmes ! M. Manson, Les livres pour l’enfance et la jeunesse sous la Révolution, Paris, INRDP, 1989. Sur 189 auteurs, 8,53 % de femmes, dont 10 anglaises !

3 M.-P. Duhet, Cahiers de doléances des femmes en 1789, et autres textes, Paris, Éditions des femmes, 1981, p. 18.

4 Bibliothèque Nationale, Lb39 920.

5 Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP), 12 807 t., 1, n° 20.

6 BHVP, 12 807 t. 1, n° 15

7 BHVP, 12807 t. 1, n° 22.

8 Archives Nationales (AN), D.I. § 2-1, dossier 2.

9 AN, F17 1009C-2289, E. et H.-C. Harten, Femmes, culture et Révolution, Paris, Éditions des femmes, 1989, p. 504-514.

10 Archives Parlementaires (AP), t. 63, p. 591.

11 E. et H.-C. Harten, op. cit., p. 528-542.

12 AN, F17 1310, dossier 2. Compte tenu des problèmes engendrés par la guerre, aussi bien avec les ennemis extérieurs qu’avec ceux de l’intérieur (révoltes de Vendée et la crise fédéraliste), il est prévu un enseignement professionnel qui serait destiné, en partie, à contribuer à l’effort patriotique.

13 AP, t., 81, p. 326.

14 En 1793-1794, le comptage des manuels scolaires effectué par H.-C. Harten montre une très nette augmentation des livres de mathématique et de sciences naturelles et sciences « pratiques », alors qu’en revanche, les manuels de langues et d’histoire ancienne sont en nette diminution.

15 AN, F17 1005A-750. Le projet de créer une École Normale d’instituteurs, qui seraient ensuite envoyés dans les départements (conçu par Garat et présenté par Lakanal le 30 octobre 1794) ne sera jamais mis en œuvre !

16 AN, F17 1004A-385.

17 Comité d’Instruction Publique (CIP) de la Convention nationale, t., 3, p. 634.

18 Intervention de Ducos, « Mardi, 18 décembre 1792 », AP, t., 55, Paris, Dupont, 1889, p. 139142.

19 CIP de la Convention nationale, t. 1, p. 7.

20 CIP de la Convention nationale, t. 1, p. 29.

21 CIP de la Convention nationale, t. 1, p. 124.

22 CIP de la Convention nationale, t. 3, p. 92-93 et annexes p. 571-584.

23 AP, t. 78, p. 20.

24 AP, t. 78, p. 48-50

25 CIP de la Convention nationale, t. 4, p. 939.

26 D. Julia, « Instruction publique/Éducation Nationale », in A. Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989, p. 580.

27 Réflexions sommaires sur l’éducation publique par le républicain Hassenfratz, CIP de la Convention nationale, t., 1, p. 580.

28 Essai sur l’instruction publique par J.-F.-C. Daunou, CIP de la Convention nationale, t., 1, p. 587.

29 E. et H.-C. Harten, op. cit., p. 98-99.

30 CIP de la Convention nationale, t., 3, p. 337-794.

31 Archives Municipales de Rouen (AMR), série R.

32 Archives départementales de Côte-d’Or (ADCO), série L. 1779.

33 Archives départementales de Haute-Garonnes (ADHG), série L. 25-41.

34 Ibid., p. 100.

35 M. Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, p. 81-94.

36 E. et H.-C. Harten, op. cit., p. 104.

37 S. Desan, « Pétition des femmes en faveur d’une réforme révolutionnaire de la famille », AHRF, op. cit., p. 33-35.

38 M. Bouyssy, « Thérésia Cabarrus, de l’instruction des filles et de la révolution », AHRF, op. cit., p. 144.

39 B. Baczko, Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Genève, Droz, 2000, p. 20.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540