Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Première partie. Les partenaires éducatifs : rapports, représentations

De l’éducation des mères à une possible éducation publique : mesdames d’Épinay et de Miremont

Sonia Cherrad

Full text

  • 1 Charles Irénée Castel de Saint-Pierre, Œuvres diverses, Paris, Briasson, 1730.
  • 2 Charles Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique, Rotterdam, Jean Daniel Bernam, Paris (...)

1L’abbé Castel de Saint Pierre avait à cœur en son temps de proposer des solutions à différents problèmes de la société. C’est ainsi qu’en 1730, dans son Projet pour perfectionner l’Éducation1, qui traite principalement de l’éducation masculine, il pose les bases d’une nouvelle éducation publique féminine ; en 1733, il reprend la même idée dans Ouvrajes de politique avec un chapitre intitulé : « Projet pour multiplier les coleges de filles2 ». En effet, selon lui, l’éducation des filles vise le même but que celle des garçons : le bien de la société. Mais cette vue particulièrement éclairée ne trouve pas d’écho chez les autres penseurs de l’éducation. Même dans la seconde moitié du siècle, alors qu’un débat public tente de définir de nouvelles données pour l’éducation collégiale des garçons, celle des filles continue à susciter peu d’intérêt. Or, si les théoriciens et les autorités qui souhaitent réorganiser l’éducation des garçons excluent celle des filles de leur réflexion, qu’en est-il de ces auteurs féminins dévoués aux questions pédagogiques que l’on peut nommer des éducatrices ?

  • 3 Louise Tardieu d’Esclavelles, Mme d’Épinay, Les conversations d’Émilie (1782), éd. Rosena Davison, (...)
  • 4 Cependant, pour l’analyse de la pensée pédagogique de Mme d’Épinay, il est nécessaire de faire app (...)
  • 5 Anne d’Aubourg de la Bove, Comtesse de Miremont, Traité de l’éducation des femmes et cours complet (...)
  • 6 Madame de Lambert, Œuvres, éd. Robert Granderoute, Paris, H. Champion, 1990.

2De manière générale, devant le peu de choix qui leur est laissé, elles se conforment au modèle traditionnel faisant de la mère l’institutrice de tous ses enfants dans leur jeune âge et de ses filles jusqu’à leur mariage. Elles se l’approprient même pour lui donner des caractéristiques proprement féminines et vantent les avantages et les garanties de réussite de ce modèle. Dans leurs écrits, pour tenter de parvenir à une amélioration du statut des femmes, certaines exhortent leurs lectrices, membres de la bonne société, à remplir le rôle auquel elles sont naturellement destinées lorsqu’elles deviennent mères. Mme d’Épinay avec Les Conversations d’Émilie3, ouvrage paru en 1774 puis 17814, et Mme de Miremont dans son Traité de l’éducation des femmes5 datant de 1779 s’inscrivent dans ce discours et exposent les avantages de l’éducation maternelle. Cependant, leurs réflexions sur le sujet les amènent à constater que ce choix éducatif, qui devrait théoriquement être le meilleur, révèle certaines faiblesses qui ne peuvent permettre d’atteindre ce qu’elles-mêmes et d’autres femmes de lettres souhaitent pour leur sexe : établir les bases d’une formation offrant enfin la possibilité à celles qui « composent la moitié du monde6 » d’occuper une place honorable dans la société. Ainsi, si dans un premier temps les deux auteurs considèrent que l’éducation maternelle possède de grands avantages, force est pour elles de constater que ce type d’éducation a une application limitée sur un plan pratique ; ce qui les conduit à envisager, mais avec précaution, les possibles avantages de la mise en place d’une nouvelle éducation publique féminine.

3Dans le contexte qui est celui de la seconde moitié du xviiie siècle, les filles et femmes n’ont guère le choix : la « bonne éducation » des premières dépend en grande partie des secondes. De fait, Mme d’Épinay avec Les conversations d’Émilie et Mme de Miremont avec son Traité de l’éducation des femmes exposent les avantages d’une éducation domestique dirigée par la mère. La nécessité de ce type d’éducation naît dans un premier temps de la spécificité des besoins des filles en matière de formation. En effet, elles seront elles-mêmes pour la plupart épouses et mères ; et les femmes, ainsi que le rappelle la Mère à Émilie, sont destinées à occuper une place obscure dans la société tandis que les hommes doivent se consacrer à des obligations extérieures. Il y a donc là une filiation qui pourrait apparaître comme naturelle entre le type d’éducation prévue traditionnellement pour les filles et le genre de vie auquel elles sont destinées. De plus, Mmes d’Épinay et de Miremont montrent bien que si la mère tient un rôle de première importance auprès de sa fille, c’est qu’elle seule est susceptible de lui apporter les qualités que la société attend des femmes ; il s’agit en particulier de qualités de pudeur, retenue et modestie propres à leur sexe. L’élève est donc préparée par sa mère-institutrice tout à la fois à un rôle domestique et à tenir dignement son rang dans le monde. Mais l’éducation maternelle ne se limite pas à former la jeune personne à son rôle familial et social ; elle se charge également de lui enseigner ou faire enseigner les quelques matières qui sont le propre de l’apprentissage féminin.

4Traditionnellement, l’essentiel du contenu de l’instruction destinée aux filles est réduit à la portion congrue : outre la nécessaire instruction religieuse, il s’agira essentiellement pour elles de savoir lire, écrire et d’être capable d’effectuer des calculs simples ; ces petites connaissances étant accompagnés de deux ou trois arts d’agrément et des nécessaires travaux d’aiguille. Reliant en partie la préservation de la vertu des femmes à la qualité de leur instruction, les auteurs féminins montrent que seules les mères ont intérêt à élargir le champ des matières enseignées grâce à leurs propres connaissances et en faisant appel à des maîtres spécialisés. Tout en évitant l’approfondissement des savoirs – les auteurs rappellent que leur but n’est pas de faire des filles des savantes – elles ouvrent l’horizon féminin en matière d’apprentissage. C’est ainsi que l’histoire (comprenant plusieurs branches allant de la mythologie à l’histoire moderne) et la géographie apparaissent comme des matières privilégiées de l’éducation maternelle ; elles sont cependant assez facilement accessibles aux filles dans les programmes les plus complets, dans les meilleurs couvents par exemple. Mais l’accent est également mis sur l’apprentissage des langues étrangères et des sciences. Programme à la tournure vraiment moderne puisque les changements envisagés par les autorités dans la seconde moitié du xviiie siècle pour renouveler l’éducation des garçons s’y apparenteront.

  • 7 L’importance de la tendresse maternelle est telle dans l’éducation des filles que Mme Le Prince de (...)

5Ce qui permet également à l’éducation maternelle d’être la meilleure pour les filles, c’est la tendresse ressentie par toute mère à l’égard de sa progéniture7. Pour Mmes d’Épinay et de Miremont, ainsi que pour nombre d’auteurs féminins, il s’agit là du ressort profond garantissant la réussite d’une éducation féminine. Seul ce sentiment permet d’aplanir les difficultés et de ne pas ressentir d’ennui dans une tâche vécue comme une lourde contrainte par les « mercenaires » qui l’accomplissent par nécessité. Cette prédisposition naturelle pour l’éducation se double de la conscience aiguë qu’a toute mère des dangers encourus par le sexe dans le monde ; là encore, l’instinct maternel est le meilleur guide pour la jeune fille. Par ailleurs, dans le domaine de la transmission des savoirs, il est particulièrement intéressant de constater que tout en étant conscientes des lacunes dont peuvent souffrir les connaissances des femmes, les deux pédagogues n’y voient pas un frein à l’entreprise maternelle. Elles évoquent des palliatifs qui, une fois de plus, ne peuvent provenir que de l’aspect très particulier des sentiments maternels : il s’agit pour les mères de se former elles-mêmes pour être en mesure d’accomplir correctement leur tâche. Bien plus, selon Mme d’Épinay, une femme, grâce à sa qualité de mère, acquiert des lumières naturelles qui lui permettent de savoir instinctivement ce qu’il est utile d’enseigner et la meilleure manière de le transmettre à son élève. Or cet enseignement serait bien supérieur à celui qui est traditionnellement prévu par la société, même pour les garçons :

  • 8 Mme d’Épinay, Les contre-confessions, Histoire de Madame de Montbrillant (1756-1770), éd Élisabeth (...)

Quelque bornée que je fusse du côté des lumières, j’ai pensé que, sur les intérêts de ce que j’ai de plus cher au monde, je ne devais pas déférer aveuglément aux lumières d’un autre ; j’ai regardé la tendresse, le sentiment, l’instinct d’une mère, comme supérieurs à tout ce que la réflexion et la sagesse peuvent suggérer de plus lumineux8.

6Ainsi, en faisant tenir la « bonne éducation » des enfants, et en particulier celle des filles, de la tendresse de leur mère, les deux auteurs mettent en valeur des buts différents de ceux de l’éducation traditionnelle. Ce qui importe dans cette vision féminine et moderne de l’enseignement, c’est bien la formation d’un être pourvu de qualités morales et sociales solides davantage que l’acquisition d’un certain nombre de connaissances et compétences. Pourtant, les plans d’éducation maternelle qui semblent réunir toutes les qualités pour mener à bien la formation des filles ne laissent pas de soulever des problèmes pratiques que les deux éducatrices n’ont pas hésité à souligner.

  • 9 Martine Sonnet, « L’éducation des filles à l’époque moderne », in Historiens et géographes, févrie (...)
  • 10 On se rappelle de la situation de Mme de Montbrillant qui doit s’imposer auprès de sa famille et d (...)
  • 11 Les articles de M. Philippe Marchand et de Mme Christine Dousset, qui figurent dans ces actes, app (...)

7L’éducation maternelle possède des avantages certains sur un plan théorique pour les deux auteurs ; mais elles sont également conscientes de contraintes qui la privent d’une partie de son efficacité dans son application. En effet, elle réclame une présence et un soin de tous les instants de la mère auprès de sa fille. Or, cela n’est que rarement voire guère applicable dans la réalité quotidienne. Certaines mères doivent remplir des obligations sociales, comme c’est le cas pour celles évoquées dans le traité de Mme de Miremont. D’autres, et c’est la situation mise en scène par Mme d’Épinay dans Les conversations d’Émilie, peuvent souffrir d’une santé fragile qui interrompt longuement la relation pédagogique. Ainsi, tout en invitant les mères à se charger de l’éducation de leurs filles, les auteurs ont conscience de la faible portée de leur message. D’ailleurs, combien de mères qui en avaient la possibilité accomplissaient effectivement ce devoir social et « naturel » ? Comme le rappelle Martine Sonnet9, cette part de l’éducation féminine échappe à toute étude quantitative. Les différents appels lancés par des auteurs à l’adresse des mères pour qu’elles s’acquittent de cette tâche depuis la fin du xviie siècle et jusqu’à l’aube de la Révolution semblent être restés régulièrement lettre morte. Mais on peut penser qu’ils dénonçaient essentiellement le comportement de certaines mères de la bonne société parisienne qui délaissaient leurs devoirs familiaux, volontairement ou par obéissance10, pour participer à la vie sociale de la capitale. Leur public était donc certainement constitué d’une grande majorité de femmes de la bonne société accomplissant les tâches familiales et domestiques qui leur étaient dévolues. De récents travaux permettent effectivement de distinguer la noblesse de province au sein de laquelle les mères prenaient en charge l’éducation de leurs enfants aussi bien de sexe féminin que masculin11.

8Un autre problème que les deux éducatrices relèvent dans l’éducation particulière est son peu d’adaptation aux besoins de l’enfant. En effet, elles sont toutes deux conscientes du déséquilibre qu’implique cette relation pédagogique exclusive : elle entraîne des efforts de la part de l’élève pour s’élever au niveau de son institutrice alors qu’il faudrait que cette dernière s’adapte aux capacités de l’élève. La solution évoquée par Mme de Miremont pour combattre ce déséquilibre évident entre adulte et enfant dépasse les limites de la stricte éducation domestique puisqu’il s’agirait pour une mère-institutrice de s’occuper de plusieurs enfants à la fois :

  • 12 Mme de Miremont, op. cit., p. 19-20.

Notre supériorité les engage à une sorte de contrainte. Nos goûts, nos plaisirs, nos besoins n’étant pas les leurs, la rivalité qui décele tant de mouvemens cachés reste dans l’inaction. Cette seule observation me persuaderoit qu’il est aussi facile qu’avantageux, d’élever plusieurs Enfans ensemble. […] Des Enfans étrangers qu’on rassemble avec les siens, aident encore plus qu’on ne pense à une éducation suivie12.

9Ainsi se profile la nécessité de dépasser la relation privilégiée établie entre une mère et sa fille dans le cadre de l’éducation. Mais le plus surprenant dans ces limites de l’éducation maternelle est la remise en cause par Mme d’Épinay de ce qui en faisait sa qualité première : la tendresse maternelle. Ce sentiment guidant toute femme dans son rôle d’éducatrice est lui-même vu comme un frein possible à la « bonne marche » de la formation. On voit combien la pensée pédagogique de Mme d’Épinay a évolué entre l’Histoire de Mme de Montbrillant et Les conversations d’Émilie :

  • 13 Mme d’Épinay, Les Conversations d’Émilie, op. cit., p. 404.

La Mère – Il me semble au contraire, que jamais je ne vous aurais prouvé plus fortement combien vous m’etiez chere, qu’en […] vous priv [ant] pour un temps de l’apui trop constant de la tendresse maternele, qui a aussi ses dangers, et qu’il faut peut-être compter parmi les inconvéniens de l’éducation domestique13.

10Ainsi, à l’âge de la maturité et après s’être chargée de différentes éducations, Mme d’Épinay juge que ces sentiments maternels tant vantés ne permettraient pas à la mère de penser avec discernement aux meilleurs choix éducatifs ; ils l’inclineraient à confondre les intérêts de ses enfants avec ses propres intérêts affectifs qui la poussent à garder ces derniers auprès d’elle.

  • 14 Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Cerf, 1987.
  • 15 Anne d’Aubourg de la Bove, Comtesse de Miremont, Mémoire de Mme la Marquise de Crémy, écrit (...)

11Les différents problèmes que les auteurs relèvent dans l’éducation maternelle les conduisent donc à envisager un autre type d’éducation qui serait plus utile aux filles. Cependant, en songeant à une éducation publique, elles sont loin d’envisager de recourir à celle des couvents dans leur forme traditionnelle. Elles sont en effet d’accord avec la pensée du temps qui condamne de manière générale ces établissements. Ils ne représentent pas un lieu souhaitable pour la préparation des filles à leurs futurs rôles d’épouses et de mères qui, même s’ils doivent s’accomplir dans un esprit chrétien, seront tenus dans le monde. De plus, les piètres connaissances des religieuses sont régulièrement critiquées alors même que certains ordres comme celui des Ursulines font de l’éducation des filles leur vocation première. Le passage par le couvent des jeunes filles se fait donc surtout pour des raisons religieuses, principalement pour la préparation de la première communion14. D’ailleurs, dans les romans de la même époque, l’instruction n’est que très rarement la raison de l’entrée au couvent d’une jeune fille. Les principales motivations étant un enfermement préventif ou le désintérêt de la mère pour son rôle éducatif. C’est le cas dans les Mémoires de la Marquise de Crémy écrits par elle-même15, roman de Mme de Miremont. Cette fiction parue en 1766 illustre le propos de l’auteur dans son traité : peu de femmes de la bonne société ont réellement le goût ou les compétences nécessaires pour s’occuper de leurs filles et assurer leur éducation. Finalement, pour sortir de la traditionnelle dialectique entre éducation maternelle et éducation conventuelle, les deux éducatrices étendent leur réflexion à l’établissement d’une nouvelle éducation publique qui répondrait davantage aux besoins des filles.

12Le règlement des différents problèmes liés à l’éducation féminine requiert que cette question soit appréhendée sur un plan général et non plus seulement particulier. En effet, l’un des principaux buts visés par les éducatrices dans la réformation du système éducatif féminin est la valorisation de la position des femmes dans la société. Or, la proposition d’une éducation maternelle, en dehors du peu de succès qu’elle remporte dans les faits malgré une grande adhésion du public à cette idée, ne permet pas de toucher les filles de manière globale. Mmes d’Épinay et de Miremont se penchent donc sur l’aspect public de l’éducation féminine. Dès lors, elles n’en appellent plus seulement aux mères mais à la société dans son ensemble et à ceux de ses tenants capables de créer des conditions favorables à l’établissement d’écoles nouvelles destinées aux filles.

  • 16 On le sait, outre l’évolution des mentalités, avec l’expulsion des jésuites, l’Église perd alors u (...)
  • 17 Tout en étant profondément croyante, Mme de Miremont fait ici une distinction entre les nécessités (...)
  • 18 Mme d’Épinay, Les Conversations d’Émilie, op. cit., p. 401-403. Les idées attribuées au censeur co (...)

13C’est ainsi que Mme de Miremont évoque la nécessaire évolution que doivent connaître les mentalités pour accepter le nouveau plan public qu’elle propose pour rénover les couvents. Or, cela ne peut se faire qu’avec l’intervention d’une « autorité supérieure », en l’occurrence religieuse puisque l’éducation publique féminine reste le domaine privilégié de l’Église16. Un accord avec cette institution s’avère d’autant plus nécessaire que les propositions de Mme de Miremont tendent à établir davantage de laïcité dans ces nouveaux établissements. Elle suit en cela les initiatives du temps dans le domaine de l’éducation masculine qui cherchaient à réduire l’influence des religieux17. De manière plus allusive, dans Les conversations d’Émilie, la Mère en appelle à un « censeur18 » qui ouvrirait des établissements publics. Et les vues de cette autorité en matière de pédagogie féminine se confondent avec celles de la Mère, porte-parole de Mme d’Épinay. De même, la longue formation que Mme de Miremont prévoit pour les maîtresses dans son plan leur conférerait des compétences dans toutes les matières propres à l’éducation maternelle. Ainsi, en passant d’un mode d’éducation particulier à un mode d’éducation général, les deux auteurs ne font pas le sacrifice de leurs idées pédagogiques : elles les adaptent à une application à plus grande échelle ce qui en promet davantage d’efficacité.

14L’originalité et la force de Mmes d’Épinay et de Miremont sont d’avoir mis au jour le lien entre la réorganisation du système éducatif féminin et la réorganisation de la société. Ainsi, Mme de Miremont aspire à voir s’établir une action qui pourrait combattre l’inertie sociale découlant de l’inertie des mentalités :

  • 19 Mme de Miremont, Traité de l’éducation des femmes, op. cit., p. 65.

Les conseils n’ont pas plus de poids pour les Communautés que pour le Peuple. Où les préjugés ont établi leur empire, la Coutume (quelque mauvaise qu’elle puisse être), a force de loi. On voit les esprits les plus divisés se réunir, et toujours l’opinion générale est pour l’ancien usage ; ce n’est que par la contrainte qu’on les détermine à consentir au bien qu’on veut leur faire19.

15Madame d’Épinay va plus loin et associe l’éducation idéale à la République :

  • 20 Mme d’Épinay, Les conversations d’Émilie, op. cit., p. 402. Cette idée apparaît de manière plus dé (...)

[…] vous devez y avoir remarqué qu’un des plus grands avantages de la forme républicaine, c’est d’influer directement sur les caractères, d’animer la masse générale dans toutes ses parties, d’y porter l’activité et la vie, et par conséquent de faire connaître à chaque individu sa valeur propre, dont il ne se serait peut-être pas douté sous un autre gouvernement […] Eh bien, les écoles publiques bien instituées suivent cette forme républicaine, et procurent à leurs élèves tous ces avantages20.

  • 21 Mme de Miremont, Traité de l’éducation des femmes, op. cit., « Nota. Suit ici le Projet de réforma (...)

16La pensée de Mme d’Épinay est particulièrement moderne et audacieuse sur ce point et les limites qu’elle y apporte peuvent s’expliquer par sa position de femme et en particulier de femme de la bonne société. Il est d’ailleurs frappant de constater les précautions avec lesquelles les deux pédagogues abordent la question de l’éducation publique : elle n’apparaît que dans la vingtième et dernière conversation d’Émilie, au sein d’un ouvrage considéré par ses admirateurs comme la parfaite peinture de l’éducation maternelle. Quant à Mme de Miremont, ses propositions et réflexions en la matière s’inscrivent comme un aparté dans un ouvrage destiné à engager les mères à remplir leurs devoirs envers leurs enfants ; une note au début du chapitre concerné invite en effet les lecteurs que le sujet n’intéresserait pas à le passer21. L’éducation publique est donc présentée sous l’angle de la compensation face à la défection des mères chez Mme de Miremont tandis qu’elle se profile comme un horizon pédagogique grandement souhaitable, mais peu susceptible d’application, chez Mme d’Épinay.

  • 22 Et celle de ses manuscrits, aujourd’hui perdus.
  • 23 L’Histoire de Madame de Montbrillant sera publiée de façon posthume. Quant à sa correspondance ave (...)

17Ainsi, tout en faisant des propositions pouvant porter le débat sur l’éducation des filles à un niveau similaire ou du moins approchant de celui consacré à la formation des garçons, les deux pédagogues n’osent pas aller jusqu’au bout d’idées en contradictions avec celles établies dans la société, particulièrement rétive à tout changement pour le sexe faible. Elles en restent à un stade premier dans les idées nouvelles qu’elles exposent à leurs lecteurs. Madame de Miremont en particulier a du mal à se défaire des schémas maternels et conventuels caractéristiques de l’éducation féminine de son époque ; sur ce point, sa tentative apparaît plus timide que celle de sa contemporaine. Cependant, pour mieux connaître sa pensée, il manque l’étude de sa correspondance22 qui pourrait s’avérer fructueuse tout comme l’est celle de Mme d’Épinay avec l’abbé Galiani. En effet, la pensée de Mme d’Épinay sur l’éducation se développe de façon plus libre dans des écrits qui n’étaient pas destinés explicitement à la publication23. C’est ainsi que l’éducation publique est l’occasion d’analyses approfondies avec Galiani tandis qu’elle n’apparaît qu’en matière de conclusion en demi-teinte dans la dernière des Conversations d’Émilie.

18En 1762 paraissait l’Émile de Rousseau ; un an plus tard, après l’expulsion des jésuites, un édit royal posait les premières bases d’une instruction publique masculine. C’est ainsi que d’une part, les autorités publiques et les penseurs de l’éducation, appuyés par une forte demande sociale, envisagent une restructuration du réseau éducatif prévu pour les garçons ainsi qu’une rénovation du contenu de l’enseignement qui leur est destiné. D’autre part, la bonne société adhère avec engouement au renouveau des idées sur les rôles traditionnels de la femme et, en particulier, celui du sacrifice entier qu’elle doit consentir à la plus douce des tâches, celle de prendre soin de ses enfants. L’éducation des filles ne fait donc pas débat comme celle de leurs frères malgré les nombreux problèmes qu’elle soulève. Elles sont toujours éduquées dans les mêmes lieux, les couvents ou les maisons familiales, avec des résultats plus ou moins heureux. À cet immobilisme social, des éducatrices et romancières opposent la verve de leur pensée et de leur plume réclamant une prise en considération de la situation de leur sexe. Mmes d’Épinay et de Miremont vont plus loin en tentant de donner une place aux filles dans le débat contemporain sur l’instruction publique. Mais toute l’ambivalence de l’époque opposant l’éducation traditionnelle des filles à une recherche de modernisation de celle des garçons se retrouve dans leurs écrits. Leur timide tentative n’étant pas reprise, elle restera sans suite. Et si dans cette nouvelle étape de l’histoire de l’éducation, les filles sont laissées une fois de plus dans l’ombre, la Révolution ne leur offrira guère plus de perspectives. Le bouleversement social qui aurait pu faire enfin une place au sexe féminin trompera une fois de plus les attentes.

Notes

1 Charles Irénée Castel de Saint-Pierre, Œuvres diverses, Paris, Briasson, 1730.

2 Charles Irénée Castel de Saint-Pierre, Ouvrajes de politique, Rotterdam, Jean Daniel Bernam, Paris, Briasson, 1733-1740, 14 tomes.

3 Louise Tardieu d’Esclavelles, Mme d’Épinay, Les conversations d’Émilie (1782), éd. Rosena Davison, Oxford, Voltaire foundation, 1996. L’édition de 1774 comporte douze conversations tandis que celle de 1781, remaniée, en comporte vingt. L’édition de 1782 corrige des erreurs de la précédente.

4 Cependant, pour l’analyse de la pensée pédagogique de Mme d’Épinay, il est nécessaire de faire appel également à son roman en partie autobiographique, Histoire de Mme de Montbrillant, et à sa correspondance avec Galiani.

5 Anne d’Aubourg de la Bove, Comtesse de Miremont, Traité de l’éducation des femmes et cours complet d’instruction, Paris, P.-D. Pierres, 1779-1789, 7 tomes.

6 Madame de Lambert, Œuvres, éd. Robert Granderoute, Paris, H. Champion, 1990.

7 L’importance de la tendresse maternelle est telle dans l’éducation des filles que Mme Le Prince de Beaumont évoque des sentiments de type maternel ressentis par la gouvernante, Mlle Bonne, envers ses élèves dans ses différents Magasins.

8 Mme d’Épinay, Les contre-confessions, Histoire de Madame de Montbrillant (1756-1770), éd Élisabeth Badinter, Paris, Mercure de France, coll. « Le temps retrouvé », 1989, t. II, p. 696-697. Mme d’Épinay n’a pas donné de titre définitif à son manuscrit. É. Badinter a choisi celui qu’elle donne à l’édition critique qu’elle propose et qui reprend pour l’essentiel celle de Georges Roth, Histoire de Madame de Montbrillant : les pseudo-mémoires de Madame d’Épinay, Paris, Gallimard, 1951, 3 tomes. Voir à ce sujet Odette David, L’autobiographie de convenance de Madame d’Épinay, Écrivain-philosophe des Lumières. Subversion idéologique et formelle de l’écriture de soi, Paris, L’Harmattan, 2007.

9 Martine Sonnet, « L’éducation des filles à l’époque moderne », in Historiens et géographes, février 2006, n° 393, p. 255-267.

10 On se rappelle de la situation de Mme de Montbrillant qui doit s’imposer auprès de sa famille et de son mari pour pouvoir se charger de l’éducation de son fils. Mme d’Épinay, Les contre-confessions, op. cit.

11 Les articles de M. Philippe Marchand et de Mme Christine Dousset, qui figurent dans ces actes, apportent sur ce point de très précieux éclairages.

12 Mme de Miremont, op. cit., p. 19-20.

13 Mme d’Épinay, Les Conversations d’Émilie, op. cit., p. 404.

14 Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Cerf, 1987.

15 Anne d’Aubourg de la Bove, Comtesse de Miremont, Mémoire de Mme la Marquise de Crémy, écrits par elle-même, Lyon, chez Pierre Duplain libraire, 1766, 3 tomes.

16 On le sait, outre l’évolution des mentalités, avec l’expulsion des jésuites, l’Église perd alors une partie de son influence dans le domaine scolaire masculin.

17 Tout en étant profondément croyante, Mme de Miremont fait ici une distinction entre les nécessités civiles et la réalité de la vie des religieuses inadaptée aux besoins éducatifs.

18 Mme d’Épinay, Les Conversations d’Émilie, op. cit., p. 401-403. Les idées attribuées au censeur correspondent en partie à celles de Rousseau sur les questions des formations physique et intellectuelle.

19 Mme de Miremont, Traité de l’éducation des femmes, op. cit., p. 65.

20 Mme d’Épinay, Les conversations d’Émilie, op. cit., p. 402. Cette idée apparaît de manière plus développée dans une lettre de Galiani à Mme d’Épinay datée du 4 août 1770 : « Les règles de l’éducation sont donc bien simples, et bien courtes. Il faut moins éduquer dans une république, que dans une monarchie, et sous le despotisme il faut garder les enfants dans les sérails pire que les esclaves, et les femmes. » et « L’éducation publique pousse à la démocratie, l’éducation particulière mène droit au despotisme. Point de collèges à Constantinople, en Espagne, au Portugal. Le peu qu’il y a dans ces pays étaient menés par des jésuites avec une cruauté, qui les dénaturait […] Partez de ces théories, développez, vous aurez un livre tout contraire à celui d’Émile, et qui n’en vaudra que mieux. », Ferdinando Galiani, Louise d’Épinay, Correspondance (1769-1781), éd. Georges Dulac et Daniel Maggetti, Paris, Desjonquères, 1992-1997, 5 tomes, t. I (1769-1770), p. 223-225.

21 Mme de Miremont, Traité de l’éducation des femmes, op. cit., « Nota. Suit ici le Projet de réformation pour des Couvens voués à l’Education des jeunes Personnes, et un Plan pour la distribution des heures destinées aux études, avec quelques avis sur la manière de montrer et d’apprendre. Cette partie est si aride en elle-même, qu’elle ne peut intéresser que ceux qu’elle regarde personnellement ; c’est ce qui détermine à la réduire à un Article séparé, dont on puisse s’épargner la lecture. », p. 67.

22 Et celle de ses manuscrits, aujourd’hui perdus.

23 L’Histoire de Madame de Montbrillant sera publiée de façon posthume. Quant à sa correspondance avec Galiani, malgré l’allusion plaisante de l’abbé à une publication posthume, elle reste privée au sens du xviiie siècle ; c’est-à-dire communiquée en partie à quelques proches.

Author

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540