Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Première partie. Les partenaires éducatifs : rapports, représentations

La présidente Du Bourg : diffuser et mettre en pratique ses lectures

Réflexion à partir d’un exemple toulousain

Christine Dousset

Texte intégral

  • 1 On trouve l’orthographe Du Bourg, qui sera adoptée ici, mais aussi Dubourg.
  • 2 C’est notamment le cas d’Antoine Du Bourg, La vie religieuse en France sous la Révolution, l’Empir (...)
  • 3 L’essentiel des archives familiales a été déposé par les descendants dans des fonds publics toulou (...)
  • 4 Marie-Claire Grassi remarque de la même façon que les correspondances de jeunes filles sont peu no (...)

1La présidente Du Bourg fait partie de ces « praticiennes », qui furent des actrices obscures mais essentielles des transformations éducatives au temps des Lumières. Elisabeth d’Aliès de Mondonville (1721-1794) est issue de la noblesse de la région toulousaine. Elle épouse en 1745 à l’âge de vingt-quatre ans Valentin Du Bourg, conseiller puis président au Parlement de Toulouse1. Le couple entame alors une longue vie commune, exceptionnellement féconde, qui se terminera au bout de trente-trois ans par le décès de Valentin en 1778. Sur les vingt enfants qu’aurait eus le couple d’après certains auteurs2, quatorze au moins sont attestés, dont six atteindront l’âge adulte. Tandis que les deux filles sont mariées dans la noblesse locale, l’aîné, Mathias, devient parlementaire comme son père, et les trois cadets sont établis, l’un dans le clergé, l’autre dans l’armée et le dernier dans la marine. Cette nombreuse maisonnée vit entre l’hôtel toulousain de la place Saintes-Scarbes et le château de campagne de Rochemontès, à quelques kilomètres de Toulouse. Les Du Bourg constituent par bien des aspects une famille banale de la noblesse provinciale éclairée, mais que nous connaissons mieux que d’autres car elle a laissé des archives accessibles3. Parmi celles-ci, la correspondance privée aussi bien amicale que familiale, abondante à partir de la fin des années 1760 jusqu’à la Révolution, est particulièrement intéressante, notamment les nombreuses lettres reçues ou envoyées par la présidente. De multiples aspects de la vie nobiliaire en province s’en trouvent éclairés, comme l’éducation des enfants conçue et pratiquée par Mme Du Bourg, soit directement grâce aux lettres qu’elle écrit à certains d’entre eux, soit indirectement à travers des informations disséminées dans sa correspondance. Soulignons cependant d’emblée la limite de la documentation utilisée. Elle est d’abord lacunaire, car inégalement conservée, au détriment notamment des filles4. Elle débute assez tardivement, à un moment où les aînés nés autour de 1750 sont déjà adolescents, et renseigne davantage sur l’enfance des cadets. Elle met enfin nécessairement en valeur les situations d’éloignement géographique entre mère et enfants, notamment quand ceux-ci sont confiés aux soins d’institutions éducatives comme le collège. C’est donc quand le lien éducatif est le moins fort que nous le saisissons, paradoxalement, le mieux.

2En l’état cependant, ce fonds possède une importance documentaire réelle, qui permet d’aborder à travers un cas singulier des questions plus générales concernant le rôle des femmes dans l’éducation nobiliaire de la deuxième moitié du xviiie siècle. L’importance de la période 1765-1780 dans les archives utilisées, l’écart d’une quinzaine d’années qui sépare l’aîné né en 1746 du petit dernier de la famille Bruno né en 1761, sont autant d’éléments qui nous invitent à nous interroger sur la transformation des conceptions et pratiques éducatives durant ce moment-clé, situé entre la parution de l’Émile et la mort de Voltaire et Rousseau. Comment se diffusent les changements ? Comment une femme issue d’un milieu sensible aux nouveautés intellectuelles peut-elle s’en saisir ? Quels freins rencontre-t-elle ? Quelle place tient la lecture dans ces processus ?

Des conceptions éducatives nouvelles

  • 5 AMT, 5 S 445, lettre à Mazade (un de ses gendres), 14 juin 1776.
  • 6 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 14 février 1773.

3C’est d’abord parce qu’elle est mère que Mme Du Bourg s’intéresse à l’éducation des enfants, ou plutôt de ses enfants, comme d’autres mères ou grands-mères plus célèbres du xviiie siècle, telles Mme de Lambert ou Mme d’Épinay. Dans une lettre de juin 1776, elle écrit : « pour moi je ne suis véritablement attachée qu’à remplir mes devoirs de femme et de mère5… » ; une affirmation à prendre au sérieux de sa part. Dans son cas, l’importance du rôle maternel est amplifié par sa fécondité ; pendant une quinzaine d’années, elle est enceinte pratiquement tous les ans, accouche même de jumeaux, et se retrouve nantie d’une abondante progéniture. La correspondance familiale reflète clairement le rôle central qu’elle joue au sein d’une famille dont les membres sont souvent dispersés : c’est elle qui écrit de sa main à ses enfants, c’est à elle qu’ils adressent leurs lettres. Les liens épistolaires qui se tissent entre parents et enfants laissent le « papa » au second plan et apparemment très en retrait par rapport à sa femme. Celle-ci est une intermédiaire indispensable entre le père et ses enfants, transmettant les salutations respectueuses des uns et les recommandations de l’autre : « Votre père vous recommande de vous appliquer d’abord à remplir vos devoirs ensuite à la musique dans vos moments perdus. Il vous laisse le choix de l’instrument6. » Mère de famille nombreuse, elle se retrouve confrontée à des situations et des problèmes spécifiques. Difficultés d’ordre matériel : comment financer l’éducation de tous ? comment leur trouver à tous une situation ? les « établir » ? Mais aussi difficultés psychologiques et éducatives : comment ne pas paraître injuste ? comment s’adapter aux goûts et aux caractères différents des uns et des autres ? aux âges et aux sexes ? La situation familiale de la présidente Du Bourg l’éloigne donc du modèle pédagogique abstrait privilégié au xviiie siècle dans les écrits qui mettent en scène le couple maître/élève, comme dans l’Émile. Textes qui ne lui sont que d’un faible secours sur un certain nombre des problèmes qu’elle rencontre. Mère, elle ne conçoit pas ses fonctions d’éducatrice comme limitées à un seul âge de la vie, à la différence de l’action d’un précepteur ou d’une gouvernante. Au contraire elles doivent se dérouler de la petite enfance à l’âge adulte. Progressivement, d’éducatrice proprement dite elle se transforme en conseillère, adaptant ses interventions en fonction de l’âge de l’enfant et de son caractère. Femme, elle ne limite pas non plus son action aux filles. Bien au contraire, l’éducation des garçons est omniprésente dans la correspondance dont nous disposons.

4Mère avant tout, mais mère « éclairée », telle apparaît Mme Du Bourg.

  • 7 François Prêtre, « Les pratiques culturelles des parlementaires toulousains », Annales du Midi, t. (...)
  • 8 Clément Tournier, Le Mesmérisme à Toulouse, suivi de Lettres inédites sur le xviii(...)
  • 9 AMT, 5 S 445. Lettre non signée et non datée.
  • 10 AMT, 5 S 449. Lettre de la marquise de Livry, 9 janvier 1763.

5Elle appartient à l’élite cultivée des parlementaires des Lumières, engagée dans les luttes religieuses et politiques de la seconde moitié du xviiie siècle. Valentin Du Bourg et son fils Mathias, tous les deux membres du Parlement, sont des opposants à la réforme Maupeou de 1771. Exilés dans leur château quelques années jusqu’au rétablissement du Parlement, ils sont soutenus par la présidente, qui partage également avec de nombreux parlementaires une profonde aversion pour les Jésuites. Ce milieu aristocratique, perméable aux idées des Lumières, est très amateur de culture. Le jeune peintre Valenciennes, d’origine toulousaine, est un ami de la famille. Les enfants Du Bourg pratiquent tous, comme leur père, la musique. Le fils aîné, Mathias, par ailleurs féru de mathématiques, participe au concours de l’Académie des Jeux Floraux, dont il remporte en 1763 un prix pour un poème, La vengeance de Vénus, puis effectue un voyage de plusieurs mois en Italie. Toute la famille fait preuve d’une belle curiosité intellectuelle, comblée par la lecture, une activité partagée par tous. La botanique, les sciences, les techniques mêmes, sont autant de centres d’intérêt pour les uns et les autres. La bibliothèque familiale, dont l’inventaire est malheureusement perdu, s’enrichit de nombreux achats qui portent le nombre de volumes à 4 594, à la Révolution7. Mme Du Bourg lit des œuvres variées mêlant classiques, Platon, Cicéron, Sénèque et nouveautés, Voltaire, Rousseau, Mably, Helvétius, Smith, Thomas… Dans le cadre urbain et toulousain qui est le sien, elle se tient au courant de l’actualité mondaine, culturelle et politique. Elle se veut en effet une femme éclairée, qui décrit les habitants de la région rurale voisine du Lauragais à un de ses fils comme « des gens qui ne savent que digérer et qui sont, pour les lumières, au moins à un siècle de nous8 ». L’intérêt qu’elle manifeste pour l’inoculation, dont elle est une « apôtre » selon un de ses neveux, est une marque de son ouverture aux idées nouvelles9. Elle cherche à faire inoculer ses enfants dès 1763, sans succès dans un premier temps, faute de trouver un médecin à Toulouse pour le faire10.

  • 11 Clément Tournier, op. cit., lettre à Philippe, 15 mars 1774, p. 94.
  • 12 Ne sont conservées que les lettres de la marquise de Livry. AMT, 5 S 456 et 457 essentiellement.

6Les réseaux tissés par les liens familiaux, amicaux, professionnels et mondains jouent un rôle essentiel dans la diffusion des nouvelles et des idées. La présidente Du Bourg est reçue dans les meilleures maisons et tient salon dans son hôtel ou de manière plus informelle dans son château de campagne. Les discussions, les échanges intellectuels font partie du quotidien. Mais son cercle de relations dépasse le cadre toulousain. De même que des Toulousains rendent visite à Paris à des « compatriotes », elle reçoit des gens de passage, déjà connus ou inconnus présentés par un intermédiaire, qui amènent avec eux idées, expériences, nouvelles. Elle entre ainsi en contact avec Claude de Saint-Martin, le Philosophe inconnu, qu’elle héberge à deux reprises, et envisage d’aller voir Beaumarchais s’il passait par Toulouse11. La correspondance constitue naturellement un outil essentiel pour entretenir des liens réguliers à l’extérieur de Toulouse, notamment avec des Parisiens. Dans ce dispositif, la marquise de Livry, qui vit à Paris, tient une place éminente. Mme Du Bourg et elle s’écrivent en effet pendant près de trente ans, à raison d’une lettre par quinzaine environ12. Fille d’un premier président au Parlement de Toulouse et d’une Lamoignon, Marie-Christine de Maniban, veuve du marquis de Livry et sans enfant, informe très régulièrement son amie toulousaine, dont elle est la gazetière, des nouvelles de la ville et de la Cour. Dans ces échanges épistolaires, les informations culturelles et politiques tiennent une place importante, à côté des problèmes de santé des uns et des autres, des nouvelles mondaines et des commandes de dentelle. Ils sont complétés dans les deux sens par l’envoi de livres, bien souvent interdits par la censure. Ainsi Mme Du Bourg est-elle très vite au courant par l’entremise de la marquise de Livry des dernières parutions de Voltaire, Rousseau, Marmontel… et de l’actualité théâtrale. Un de ses fils, qui réside à Paris pendant plusieurs années, lui envoie également des ouvrages. Signalons aussi la lecture des périodiques, comme la Gazette souvent évoquée. Correspondance, sociabilité et lectures sont donc étroitement liées.

  • 13 AMT, 5 S 450.
  • 14 Ross Hutchinson, Locke in France, 1688-1734, Oxford, Voltaire Foundation, coll. « Studies on Volta (...)
  • 15 AMT, 5 S 456, lettre de Mme de Livry, 3 janvier 1767.

7Sensible aux idées nouvelles de la deuxième moitié du xviiie siècle, il n’est pas surprenant que la présidente Du Bourg se soit intéressée aussi à la pédagogie, non plus seulement par sa pratique quotidienne, mais de manière plus intellectuelle, par la discussion peut-être (nous n’en avons pas vraiment de trace), par la correspondance et évidemment par la lecture. Une lettre incomplète de sa main, dont nous ne connaissons ni le destinataire ni la date, nous révèle ses références, à travers les mentions de plusieurs auteurs13. Elle a peut-être été rédigée en 1763 à l’occasion du concours de l’Académie des Jeux Floraux dont la question portait sur « Quel serait en France le plan d’étude le plus avantageux ? » La source d’inspiration de Mme Du Bourg est Locke qu’elle évoque explicitement. Son De l’éducation des enfants de 1693, traduit en français dès 1695 et réédité à de multiples reprises au xviiie siècle a eu une grande influence en France, dont elle se fait l’écho14. Si Voltaire a été un médiateur important de la pensée lockienne à travers ses Lettres philosophiques des années 1730, nous ne savons pas comment elle-même connaît le philosophe anglais. Ce qu’elle en retient surtout, c’est la place déterminante qu’il donne à la formation morale de l’enfant. Pour reprendre ses termes, Locke traite « de l’art de rendre vertueux en faisant aimer la vertu ». Dans le court extrait dont nous disposons, elle en déduit le refus des châtiments et prône à rebours la patience et la douceur. Elle cite également des auteurs français, dont les ouvrages sont vraisemblablement suffisamment connus alors à ses yeux, pour ne pas avoir à donner leurs titres. Ceux-ci, plus « techniques » que l’œuvre de Locke, concernent le contenu des études et les méthodes à utiliser : Charles Rollin, janséniste, lui-même inspiré par Locke, dont le Traité des Études de 1726 est devenu un classique du xviiie siècle, l’abbé Pluche auteur du Spectacle de la Nature, ouvrage paru en 1732 et destiné à la jeunesse, M. de Chompré dont l’Exposition abrégée de la méthode ou manière d’enseigner à lire par le moyen des cartes imprimées publié en 1751 s’inspire des méthodes les plus modernes de son temps pour l’apprentissage de la lecture. Bref, toutes ses références françaises renvoient à des ouvrages édités au cours des trente années précédentes, qui ont connu un franc succès. Rousseau est absent de l’extrait, ce qui pourrait laisser supposer que la lettre est antérieure à la parution de l’Émile, et donc au concours évoqué plus haut. À moins que Mme Du Bourg ait jugé bon, par prudence, de ne pas mentionner le nom du philosophe à son interlocuteur. Car pour elle, elle apparaît dans les années 1760 comme une fervente rousseauiste. Les lettres de Mme de Livry évoquent souvent Jean-Jacques, au moins dans les années 1760 et 1770. Mme Du Bourg lit les ouvrages du philosophe, prend son parti dans la controverse qui l’oppose à Hume15. La parution de l’Émile en 1762 ne pouvait donc que la toucher et elle adhère avec enthousiasme, semble-t-il, aux idées de Jean-Jacques en matière d’éducation, au moins dans un premier temps. Dans les années 1770, elle mentionne à plusieurs reprises Mme Leprince de Beaumont dans sa correspondance. Elle partage sa religiosité, son côté moralisateur, mais apprécie aussi sans doute l’aspect enjoué et pratique de ses nombreux ouvrages, dont la publication à partir du début des années 1750, rythme sa vie de mère puis de grand-mère.

  • 16 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 21 décembre 1770.
  • 17 AMT, 5 S 449, lettre de la marquise de Livry, 14 octobre 1769.
  • 18 Clément Tournier, op. cit., lettre à Philippe, 3 avril 1773, p. 79.

8Locke, l’abbé Pluche, Rousseau, Mme Leprince de Beaumont : Mme du Bourg se réfère aux auteurs qui rencontrent, on le sait, le plus de succès au cours du xviiie siècle, et en ce sens elle paraît bien représentative des engouements des Lumières, de sa passion de la pédagogie et des nouvelles conceptions qui prônent une éducation individualisée, attrayante, partant des centres d’intérêt de l’enfant, se mettant à sa portée, et s’appuyant sur les faits et les expériences. « On profite toujours mieux des leçons des gens que l’on aime », écrit-elle à un de ses fils16. Sa situation de provinciale, toujours un peu en retard sur Paris, lui vaut quelques moqueries de Mme de Livry. « Je vois que vos enfants sont élevés à la vieille mode », lui écrit-elle en 176917. Quelques années après, la présidente prend la défense de Mme Leprince de Beaumont quand celle-ci semble mal considérée à Paris18. Ainsi elle se forge ses propres conceptions sur l’éducation, qui portent la marque des idées de son temps. Mais, en femme qui se veut « raisonnable », elle ne suit pas toujours l’opinion commune. Ses positions reflètent aussi sa personnalité, ses goûts, ses convictions morales et religieuses, sa longue expérience de mère. Car pour Mme Du Bourg, la pédagogie n’est ni une réflexion théorique, ni un divertissement. Avant tout, il lui faut éduquer ses enfants.

La mise en pratique des idées éducatives

9L’éducation des enfants Du Bourg s’effectue sous un contrôle plus ou moins strict de leur mère. Selon leur âge et leur sexe, ils sont élevés tantôt dans un cadre familial, en présence de leurs parents, tantôt au loin, dans une institution éducative, voire dans un cadre de formation professionnelle comme l’armée. En ce sens, ils se fondent dans les habitudes éducatives de la noblesse du xviiie siècle.

10Telle qu’elle apparaît à travers sa correspondance, la famille Du Bourg semble parfaitement adhérer au nouveau système de valeurs qui s’installe dans le courant du siècle. Dans les lettres des uns et des autres se dessine une véritable défense des liens affectifs familiaux, entre parents et enfants, entre frères et sœurs, beaucoup plus discrètement entre époux. Mais il est vrai que le couple ne se sépare pratiquement jamais, jusqu’à la mort soudaine de Valentin, qui paraît affecter beaucoup Mme Du Bourg. Même si la famille passe une partie de son temps dans l’hôtel toulousain, les sources dont nous disposons insistent surtout sur le château et son parc, havre de paix, lieu d’un bonheur familial paisible auquel tous aspirent. L’actualité politique des années 1770 qui conduit pendant quelque temps le président Du Bourg et son fils parlementaire en exil dans leur domaine de Rochemontès, renforce, dans les lettres, l’exaltation de la vie familiale, associée à la nature et à la simplicité, à l’écart de l’influence délétère de la ville. Mme Du Bourg trouve des accents bucoliques pour vanter les mérites de la nouvelle existence qui les attend :

  • 19 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 7 juillet 1771.

[…] nous travaillerons pour nos habits, j’ai une provision de soye d’ou nous tirerons de quoi nous habiller, nous mènerons la vie des patriarches pourvu que ce ne soit pas moi qui tue les bettes comme faisoit Sara19.

  • 20 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 8 juin 1773.

11Deux ans après, elle décrit en ces termes leur mode de vie campagnard : « la lecture, la musique, la promenade sont le fonds de nos plaisirs20 ». C’est donc au sein d’une famille unie et aimante que se déroule une grande partie de l’enfance et de la jeunesse. Dans ce cadre, Mme Du Bourg peut mener son activité d’éducatrice selon ses goûts et ses principes.

  • 21 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 25 août 1769. Enfant, il a reçu un coup « ches votre nourrice ».
  • 22 AMT, 5 S 456, lettre de la marquise de Livry, 23 février 1765.
  • 23 AMT, 5 S 455, lettre de l’abbé de Resseguier à la Présidente, 21 janvier 1762 : « Dites bien des c (...)
  • 24 AMT, 5 S 447, lettre de Mathias à Philippe, 11 septembre [1773].
  • 25 AMT, 5 S 455, lettre de Philippe, 26 novembre 1767.

12La documentation est malheureusement très lacunaire sur la vie quotidienne des enfants à l’hôtel comme au château. Ils sont confiés à des nourrices, chez qui ils semblent passer leur petite enfance21. Bruno, le dernier enfant survivant, sur lequel nous avons beaucoup plus d’informations, constitue une exception. Il est né en effet en 1761, et Mme Du Bourg s’est sans doute reconnue dans la « bonne mère qui sait penser » à qui s’adresse Rousseau. Elle décide de l’élever en appliquant les principes du philosophe, si l’on en croit Mme de Livry. Celle-ci se désole que le grand homme « ne puisse pas juger par lui-même des progrès de votre Émile », ainsi qu’elle appelle Bruno dans ses lettres22. L’adoption d’une éducation « rousseauiste » semble se traduire par la décision de sa mère de nourrir elle-même son enfant et de ne pas l’emmailloter, peut-être aussi de l’élever davantage à la « dure23 ». Mais on remarquera que la naissance de Bruno précède de quelques mois la parution de l’ouvrage de Rousseau ce qui relativise peut-être l’influence de ce dernier sur les choix de Mme Du Bourg concernant les soins au nouveau-né. Bruno, qui jouit par ailleurs au sein de la fratrie d’un statut de « petit dernier » choyé, grandit donc auprès de sa mère, qui l’appelle son Mimi, jusqu’à douze ans, situation assez exceptionnelle qu’un de ses frères souligne dans sa correspondance24. Elle l’habille de tenues d’enfant à la mode, en « habit de matelot hollandais25 ». Avec ce garçon, qui vient après trois filles et a une place bien à part dans la famille, il semble que Mme Du Bourg peut recréer le lien pédagogique privilégié entre un adulte et un enfant, mis en avant dans les ouvrages comme l’Émile. Bruno n’est donc pas élevé durant sa petite enfance comme ses frères et sœurs, parce que sa mère veut appliquer sur lui les principes les plus nouveaux issus de ses lectures. Les modifications de la pratique éducative peuvent donc apparaître au sein d’une même fratrie, sans attendre la génération suivante.

  • 26 Celle-ci est également utilisée à l’Ecole de Sorèze, située dans la région et à laquelle s’intéres (...)
  • 27 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 26 novembre 1769.

13À l’exception sans doute de leurs premières années, tous les enfants Du Bourg passent une partie de leur enfance près de leurs parents, qui peuvent donc peser fortement sur leur éducation. Les garçons, selon le modèle aristocratique, suivent l’enseignement d’un précepteur issu du clergé, qui vit dans la famille. Pour Bruno, c’est son frère aîné qui remplit au moins partiellement cette tache, lorsque ce dernier se trouve en exil à Rochemontès. Les parents choisissent les maîtres, mais aussi les méthodes d’enseignement dans certains cas et achètent les ouvrages nécessaires. Pour cela Mme Du Bourg s’appuie sur des auteurs pédagogues reconnus tels Rollin et Chompré, dont elle adopte la méthode d’apprentissage de la lecture26. Elle ne semble pas enseigner elle-même à ses enfants, sauf peut-être la lecture, mais elle veille de près à la régularité de la vie enfantine, et au travail scolaire. Elle tente d’empêcher la paresse, réelle ou supposée, de ses enfants, les tire du lit le matin, surveille leur travail, s’intéresse aux disciplines qu’ils apprennent : lecture, écriture, dessin, mathématique, grammaire française, grammaire latine. La musique, par contre, semble le domaine du père. À ce programme un peu austère s’ajoutent des fêtes, lors du Carnaval surtout, qui mettent en scène petits et grands dans un but purement récréatif. Mme Du Bourg est la grande ordonnatrice de ces réjouissances, mêlant danses, musique et théâtre, dont Bruno semble friand puisqu’à l’âge de huit ans il écrit une comédie27.

  • 28 AMT, 5 S 447, lettre de Mathias à Philippe, 11 septembre [1773].
  • 29 AMT, 5 S 447, lettres de plusieurs de ses sœurs à Philippe, 13 février 1771, 7 septembre et 24 oct (...)

14Après une interruption plus ou moins longue selon les enfants, plusieurs d’entre eux retournent vivre, adolescents ou jeunes adultes, auprès de leurs parents. C’est notamment le cas des filles, après un séjour au couvent, parfois écourté pour des raisons financières. La continuité pédagogique est, chez les Du Bourg comme dans de nombreuses familles, beaucoup moins affirmée pour elles que pour les garçons. Mme Du Bourg reprend directement alors auprès de ses enfants, revenus sous le toit familial, son action éducative. Celle-ci se poursuit d’abord dans le domaine de la formation morale qui n’est jamais véritablement achevée. Mais dans ce milieu très cultivé, la lecture, l’étude, font aussi partie des activités de tous, enfants et adultes. Quand ils séjournent à la campagne, filles et garçons, mère et enfants, font de la botanique, une vraie passion maternelle, dont témoigne la série d’ouvrages conservés au château. Son fils aîné s’adonne à toutes sortes de travaux intellectuels ; après ses couches, sa belle-fille apprend l’algèbre28. Sur la question de l’éducation donnée à ses filles, nous ne disposons pas de beaucoup d’éléments précis. Si l’on en croit l’orthographe de certaines de leurs lettres, elle paraît bien en retrait par rapport à celle de leurs frères29. Mais la présidente veille cependant :

  • 30 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 6 juillet 1774.

[…] j’espère d’en faire de bons sujets je ne crois pas que les lumières que je leur done puisse leur nuire au contraire j’espère que ce seront des femmes bien raisonables et très différentes de beaucoup que je vois30

  • 31 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 16 mars 1772.
  • 32 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 6 juillet 1774 : « Je suis charmée de voir que vos sœurs me suive (...)

15Elles apprennent aussi la musique, le dessin, les travaux d’aiguille qu’elles réalisent ensuite auprès de leur mère. Jeunes filles ou jeunes femmes, celle-ci continue à les instruire par des lectures communes commentées : « lorsque nous sommes toutes à l’ouvrage il y en a une qui lit un livre amusant ou instructif et chacune fait les réflexions31 ». Par l’exemple aussi, en les emmenant faire des visites chez des malades, pour en faire des femmes charitables et expertes en médecine32.

16Mais, même pour Bruno, le petit « Émile », l’éducation selon Mme Du Bourg doit préparer à un état, et ne peut rompre avec le modèle aristocratique, qui suppose une séparation.

17Filles et garçons quittent donc le toit paternel, pour un temps plus ou moins long, les unes pour le couvent, les autres pour l’île de Malte où ils sont pages, pour l’armée ensuite, ou pour le collège. Seul l’aîné, Mathias, semble n’avoir jamais vraiment connu d’éloignement durable. Celui-ci est ressenti comme une nécessité douloureuse de la part de la mère et de certains enfants, notamment l’abbé Philippe, qui, adolescent, passe plusieurs années à Paris. La présidente revient à plusieurs reprises dans ses lettres sur ce qu’elle considère comme un sacrifice :

[…] tous nos enfans nous sont chers et nous ne voudrions pas les perdre de vue. Ce n’est que par raison et pour leur bien que nous faisons l’effort de nous en séparer »

  • 33 AMT, 5 S 447, lettres à Philippe, 4 mai et 24 septembre 1773.

[…] je m’accoutume difficilement à la privation de mes enfants, je voudrois les avoir toujours auprès de moi, je ne connais pas de plus grand plaisir je vous aime tous si tendrement que c’est toujours de nouveaux chagrins toutes les fois que je pence à leur absence33.

18Ces séparations provoquent aussi un choc entre deux conceptions pédagogiques, entre l’idéal des Lumières tel que le perçoit Mme Du Bourg qui privilégie la vie familiale, la douceur, l’affection, la proximité, et les nécessités sociales de la noblesse à laquelle elle appartient, l’obligeant à placer ses enfants, selon leurs capacités et leurs goûts, dans un environnement dont les principes et les pratiques sont souvent très éloignés de ceux qu’elle défend. Aux préceptes de Mme Du Bourg s’opposent par exemple frontalement ceux du collège, comme le montre la question des châtiments corporels, dénoncés par son fils Philippe qui en est la victime. Un mois après son installation au collège d’Harcourt, il écrit à sa mère :

  • 34 AMT, 5 S 455, lettre de Philippe, 17 mai 1767.

Vous m’avez ordonné de vous parler à cœur ouvert aussi vais-je le faire. Je commencerai pas vous parler des précepteurs. Si vous voulez sçavoir coment ils s’y prennent pour nous commander vous n’avez qu’à demender au muletier comme il parle à ses mules. Il nous parle à peu près dans le même gout, avec cette différence que pour une faute le muletier lui donne un coup de fouet et qu’il en fait donner cinquante, cent34.

19La correspondance, cette lecture réciproque, est alors essentielle pour maintenir le lien affectif, mais aussi éducatif, surtout lorsque les absences se prolongent, pendant des années parfois. Elle représente une sorte de substitut à la conversation menée dans le cadre familial. Elle est donc suivie, régulière et assez rapprochée, malgré les difficultés de communication. De nombreuses lettres échangées entre certains garçons, plutôt adolescents, et leur mère, sont conservées. Philippe, destiné à la prêtrise, est d’abord pensionnaire dans un collège toulousain, puis à Paris au collège d’Harcourt, où il a pu croiser Talleyrand, entre 1767 et 1772 de 16 à 21 ans, et enfin au séminaire Saint-Magloire. Les difficultés financières de ses parents l’empêchent de rentrer chez lui tous les ans pendant les vacances. Pendant ces années parisiennes, loin des siens, le jeune homme se transforme profondément sur le plan physique, psychologique et intellectuel, au point qu’il éprouve le besoin de faire son autoportrait. Mme Du Bourg attend de son fils des comptes rendus réguliers et assez précis de ses différentes activités. À son égard, elle emploie un ton plus affectueux et utilise davantage le registre de la complicité qu’avec Joseph, son cadet, jeune officier en garnison à Épinal, puis à Malte. Sa mère le trouve dépensier et craint de le voir sombrer dans le vice, ce qui la conduit à lui faire souvent des reproches moralisateurs sur sa conduite.

20Mme Du Bourg adapte le contenu de ses lettres à la personnalité différente de ses enfants et aux situations dans lesquelles ils se trouvent, en fonction de ce qu’elle estime être ses devoirs de mère. Ceux-ci sont d’abord en effet motivés par la « tendresse » qu’elle leur prodigue. Les « nous vous embrassons bien tendrement » terminant ses courriers, et autres protestations d’affection apparaissant au détour d’une missive, sont autant d’expressions d’un amour maternel revendiqué qui rend unique la relation mère/enfants. En tant que mère aimante, son rôle envers ses enfants dépasse très largement les fonctions seulement éducatives et ponctuelles d’un précepteur ou d’une gouvernante. Plusieurs sphères, d’inégale importance, requièrent son attention. La santé et le bien-être constituent une préoccupation première. Elle écrit à Philippe, âgé alors de vingt-et-un ans :

  • 35 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 16 mars 1772.

Pourquoi au lieu de jouer avec un sabot n’essayes vous pas le volant qui n’oblige pas à se tenir courbé ce qui ne vaut rien pour vous. Courir, scier du bois, balayer votre chambre, froter vos meubles, prendre du vin d’acier qui brise le sang et redone du ton aux nerfs… Je suis impatiente que vous soyes ici pour vous soigner et vous renvoyer à Paris dans la meilleure santé35.

  • 36 AMT, 5 S 456, lettre de Madame de Livry, 5 septembre 1765.

21Angoisse devant la maladie, les accidents, soins aux malades, conseils thérapeutiques, recommandations diverses tiennent une place d’autant plus grande, que la présidente a perdu de nombreux enfants, dont deux adolescents emportés par la maladie. Elle adhère ainsi parfaitement à la vision des Lumières d’une mère attentive au bien-être corporel de ses enfants. Mais ce souci se poursuit bien après la petite enfance et rejoint chez elle un intérêt constant pour les questions médicales, qui pousse Mme de Livry à la décrire comme « à moitié médecin36 ». Tandis que ses bonnes œuvres la conduisent à s’occuper des malades, elle se prend dans les années 1780 d’un véritable enthousiasme pour Mesmer et ses méthodes.

  • 37 AMT, 5 S 445, lettre à Joseph, 14 juin 1774.

22Au-delà de ses fonctions maternantes et protectrices, Mme Du Bourg en tant qu’éducatrice donne la priorité à la formation morale, qui constitue le domaine privilégié d’intervention des parents, souhaitant transmettre à leurs enfants leur propre système de valeurs. Ce dernier, enraciné dans une foi religieuse profonde et personnelle, est clairement affirmé au fil des lettres et des conseils ou admonestations qui les ponctuent. Elle rappelle par exemple à son fils Joseph « cette loi sacrée gravée dans tous les cœurs que je vous ai répétée si souvent : ne faites point ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fît. Appliquez-la à toutes vos actions37 ». Elle termine une lettre à Philippe par ces mots :

  • 38 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 25 août 1769.

[…] adieu mon cher fils je vous embrasse bien tendrement et vous recommande la pratique des vertus. Si vous voulez être heureux l’amour du travail est un moyen assuré pour vous garantir des vices38.

  • 39 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 2 août 1774.
  • 40 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 22 octobre 1769.
  • 41 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 22 août 1770 : « Dites lui je vous prie que nous sommes fort cont (...)
  • 42 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 11 avril 1770.
  • 43 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 23 novembre 1770.
  • 44 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 10 décembre 1769.
  • 45 AMT, 5 S 447, lettres à Philippe, 22 octobre et 26 novembre 1769.
  • 46 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 26 novembre 1769.
  • 47 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 19 février et 20 septembre 1774.

23Si la personnalité de Mme Du Bourg, très attachée à son image de femme charitable, renforce son implication personnelle dans l’éducation morale de ses enfants, elle se confond néanmoins avec le modèle dominant dans la seconde moitié du xviiie siècle : celui de la mère enseignant la vertu à ses enfants. Mais ces préoccupations moralisatrices n’excluent pas l’action dans une autre sphère, celle de l’éducation sociale, de la « civilité ». Le grand nombre de ses enfants, l’impécuniosité chronique de la famille, rendent d’autant plus aiguë la question du devenir social et professionnel de chacun d’entre eux. Si Mme Du Bourg s’emploie activement à les établir en faisant jouer ses relations, elle n’est pas non plus avare de conseils sur la manière de se comporter en société, de faire bonne figure. Préoccupations morales et sociales se rejoignent parfois pour inciter les enfants à adopter certains types de comportement qui les feront apprécier de leur entourage et leur donneront de bonnes habitudes : « Je vois tous les jours combien il est nécessaire d’occuper les enfants pour le bonheur de leur vie39. » Plus prosaïquement, une place non négligeable est donnée à travers la correspondance à des enseignements pratiques, voire manuels : prendre soin de ses affaires, savoir gérer son argent, alors qu’elle-même est constamment à court de liquidités. Ainsi recommande-t-elle à Philippe, alors pensionnaire au collège : « Si vous aviez l’atention d’écrire le compte de votre linge lorsque vous le donés à la blanchisseuse et de voir si elle est exacte à le rendre vous en perdriez moins40. » Mais le contact intellectuel est aussi maintenu. Mme Du Bourg reproche à Joseph son orthographe et son écriture41. Elle demande régulièrement à Philippe, à la demande de son mari souvent, des nouvelles de ses résultats et performance scolaire : « dites moi quelle place vous aves eu en classe42 », « rendes nous compte de ce que vous faites dans votre classe43 ». Alors qu’il lui envoie certains de ses travaux qu’elle lit, elle lui en réclame d’autres et donne des conseils pour travailler et progresser44. Elle lit à sa demande un livre qu’elle achète pour lui faire plaisir, car il le lui a recommandé45. Elle lui fait part de ses opinions sur les poètes, Homère, Virgile, Cicéron, Le Tasse, Milton46, tandis que quelques années plus tard ils échangent leurs avis sur certains ouvrages ; elle prend la défense de Bélisaire de Marmontel que son fils condamne47. Massillon, saint François de Sales font l’objet de discussions, puisque Philippe se destine au clergé (ce qui ne l’empêche pas d’être lui aussi bon rousseauiste), ainsi que les moralistes, notamment Cicéron.

  • 48 AMT, 5 S 456, lettre de Mme de Livry, décembre 1764. À propos du Dictionnaire philosophique de Vol (...)
  • 49 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 28 juin 1774.

24Que l’éducation se déroule dans le cadre familial ou à distance, la lecture et les échanges qu’elle permet d’instaurer jouent un rôle essentiel dans le dispositif éducatif. Elle prend des formes multiples : lecture personnelle et silencieuse des enfants et des adultes, lecture à haute voix de la mère à un enfant malade, lecture effectuée en commun entre femmes. Instrument primordial, elle doit être contrôlée et adaptée aux enfants selon leur âge, puisque les livres sont dotés d’un réel pouvoir. À Mme de Livry, elle explique comment elle censure certaines lectures, pernicieuses sur des jeunes influençables48. « Je vous répéterai souvent que vous aves besoin de vous instruire. Lisez de bons livres. » recommande-t-elle à Joseph en poste à Malte49. Lire et faire lire font partie des taches éducatives de Mme Du Bourg.

L’éducation, un idéal social et spirituel

25La présidente ne réduit pas son action éducative à ses seuls enfants. Elle tend à élargir son domaine d’intervention, en jouant de la figure maternelle dans un sens métaphorique.

  • 50 AMT, 5 S 455, lettre à son cousin, sd.

26Son rôle maternel d’éducatrice touche un cercle familial élargi comprenant de manière plus lâche des neveux qu’elle accueille chez elle passagèrement, et certains de ses petits-enfants, issus du mariage de son fils aîné Mathias, qui vit avec ses parents après son mariage. En tant que grand-mère, elle est fière d’annoncer que sa belle-fille renonce à son tour au « préjugé du maillot » une douzaine d’années après la naissance de Bruno, quand son premier petit-enfant vient au monde en 177350. Les changements entrepris par Mme Du Bourg se poursuivent et se confirment donc à la génération suivante, pour laquelle l’implication du père est beaucoup plus marquée. Celui-ci n’hésite pas à détailler les soins donnés à sa fille dans une lettre à son frère :

  • 51 AMT, 5 S 447, lettre de Mathias à Philippe, 11 septembre [1773].

[…] ma fille se porte très bien elle est comme vous juges sans maillot nous l’avons faite laver durant plusieurs jours avec de l’eau fraîche mais des boutons et des rougeurs qu’elle a nous ont forcés à suspendre cette excellente coutume51.

  • 52 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 8 décembre 1772.

27Au sein de sa propre famille cependant, les idées de la présidente en matière d’éducation n’ont qu’un succès limité, par exemple avec une de ses sœurs, dont elle blâme la faiblesse de mère de fils unique, dénonçant « le fol amour » qu’elle a pour lui, alors qu’elle-même n’hésite pas à critiquer vertement ses enfants quand elle le juge utile52. Son prosélytisme en faveur de l’inoculation paraît également peu suivi par ses proches et son milieu. Les réseaux de sociabilité, dans un monde parlementaire profondément divisé en clans, notamment pendant la crise des années 1770, peuvent constituer un frein à la diffusion des idées novatrices, lorsqu’elles sont assimilées à une coterie.

  • 53 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 19 février 1774.

28Selon Mme Du Bourg, l’éducation ne concerne pas que les enfants, mais touche aussi selon des modalités différentes les adultes, pour lesquels elle peut se confondre avec l’action charitable. On connaît la place importante que tient la bienfaisance dans la philosophie des Lumières. Mme Du Bourg en est une bonne représentante, même si, chez elle, le terme de charité garde tout son sens, puisqu’elle est restée profondément croyante : « La prière est ce qui commence et finit toujours ma journée53. » Son activité charitable couvre plusieurs registres : visites aux prisonniers, « aide juridictionnelle » pour les pauvres, en profitant du métier de son mari et de ses contacts dans le milieu parlementaire, soin aux malades, un domaine dans lequel elle est particulièrement active, en particulier lorsqu’elle réside à Rochemontès. Ainsi envers ceux qu’elle nomme « nos bons paysans », les habitants de la paroisse de Seilh où se trouve son château, se comporte-t-elle de manière très paternaliste, maternaliste serait d’ailleurs plus juste. Châtelaine venant au secours des paysans de sa seigneurie, elle adopte une attitude fréquente au sein de la noblesse, répondant à la fois aux exigences de son rang et à la mode de la fin du siècle. Lorsqu’elle laisse des délais à ses fermiers pour régler leur dû, alors même que ses enfants la pressent de leur envoyer de l’argent, elle révèle que sa philanthropie est pourtant plus profonde que l’exigent les convenances sociales. Or la volonté d’agir utilement dans la sphère sociale rejoint la question de l’éducation. Dans les deux domaines se retrouve la conviction qu’il faut répandre la vertu et la raison pour faire le « bien ». La présidente ne se contente donc pas de venir en aide matériellement aux paysans de Seilh, mais développe à leur égard une véritable volonté éducatrice qui s’explique par son sentiment de supériorité culturelle. À la différence de celle que reçoivent ses propres enfants, membres comme elle de l’élite sociale, l’éducation du peuple-enfant se trouve limitée à un seul domaine, celui de l’édification morale et religieuse, qui se déroule surtout pendant la période du Carême et à Pâques.

29Transmettre ses lectures est là encore essentiel, mais plus complexe, et son rôle de médiatrice envers les paysans en est accru. D’une part, elle fait la lecture à un public largement analphabète et donc exclu de l’écrit. D’autre part, elle traduit des textes du français au « gascon », ce qui souligne son bilinguisme, quasiment absent de sa correspondance, à l’exception des « poutous » adressés à Bruno. Elle explique à son fils Philippe, qui se destine à la prêtrise, les raisons de son initiative :

  • 54 Clément Tournier, op. cit., lettre du 3 avril 1773, p. 80.

Sur la fin du Carême je leur ai lu ce que j’ai cru leur être nécessaire du catéchisme de Montpellier pour les instruire et les préparer à faire saintement leur Pâques. Cette semaine je leur ai lu la Passion qu’ils n’avaient jamais entendue qu’en latin ou en français, ce qui est pour eux la même chose. La facilité que je me suis trouvée à traduire m’a fait entreprendre la traduction de très bonnes méditations sur la Passion54.

  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.
  • 57 AMT, 5 S 445, lettre à Philippe, 1er novembre 1774.

30Cet enthousiasme pour la traduction ne se limite aux œuvres proprement religieuses, puisqu’au même moment au printemps 1773, elle agit de même avec un ouvrage de Mme Leprince de Beaumont : « L’envie que j’avais d’en faire [du bien] m’a inspiré de traduire son livre en gascon. Nos paysans m’écoutent avec plaisir55. » Ce n’est pas par hasard qu’elle s’appuie sur Mme Leprince de Beaumont, à la fois auteur d’ouvrages pour la jeunesse et de livres moralisateurs comme le Magasin des pauvres ou L’Américaine. C’est un de ceux-ci sans doute qu’elle fait acheter aux seigneurs, curés et vicaires du voisinage en 1773 et qu’elle traduit56. Elle transmet le désir de communiquer et de surmonter les obstacles du langage à certains de ses enfants. À Paris, Philippe entre en contact avec l’abbé de l’Épée, dont il apprend la langue des signes, qu’il vient tenter d’enseigner à son tour à l’occasion de ses vacances en 177557.

  • 58 Sur ce point voir Michel Taillefer, La franc-maçonnerie toulousaine sous l’Ancien Régime et la Rév (...)

31Si elle est imprégnée d’une foi profonde, Mme Du Bourg est fort éloignée des formes extérieures de la dévotion catholique, dont elle se moque vertement. Son hostilité envers les Jésuites rejoint chez elle l’aversion pour l’intolérance, dont l’Inquisition reste le symbole. Âme mystique pourtant, elle rencontre dans les années 1770 Claude de Saint-Martin par l’intermédiaire de celui qui deviendra ensuite son gendre, Mazade de Percin. Elle l’accueille lors de ses passages à Toulouse, et entretient avec lui une correspondance. Elle adhère en effet pleinement à ce versant illuministe de la franc-maçonnerie et devient une des rares femmes initiées des Élus Cohen58. Elle est également tentée quelques années plus tard par le mesmérisme, malgré les mises en garde de Mme de Livry qui, en bonne rationaliste, ne partage pas ses penchants mystiques. Dans cette démarche qui doit rester secrète, il s’agit toujours en définitive d’éducation dans le sens où les Élus doivent lire, étudier, acquérir des connaissances, méditer, se perfectionner sur les conseils du maître. La stimulation intellectuelle, caractéristique du milieu dans lequel baigne la famille Du Bourg, est transposée dans le domaine ésotérique et mystique. Cette forme de coéducation sous la houlette d’un maître s’effectue dans un cercle très restreint et largement familial, réunissant notamment deux de ses fils, Mathias et Joseph, et son gendre Mazade. Dans ce cadre, elle se retrouve à son tour en position d’élève. Mais, initiée, elle semble conserver une fonction maternelle symbolique. Saint-Martin, qui envisage un moment d’épouser une de ses filles, l’appelle dans sa correspondance sa chère mère. Le petit groupe, auquel ni son mari, ni Philippe, dont elle est si proche, ni ses filles, semble-t-il, n’adhèrent, reste confiné soigneusement dans le secret. En remplaçant l’éducation par l’initiation, Mme Du Bourg se condamne à la clandestinité, une clandestinité voulue et revendiquée, dans laquelle les ouvrages réceptacles d’un savoir supérieur ne sont lus que par un petit nombre d’élus. Cet aspect secret de sa personnalité souligne la complexité d’une femme, qui comme son fils Mathias, conjugue utilité sociale et désir de perfection intérieure.

Conclusion

32L’exemple de Mme Du Bourg montre comment une femme de la noblesse provinciale peut jouer un rôle éducatif très important dans la deuxième moitié du xviiie siècle en investissant pleinement la fonction maternelle, au moment où celle-ci obtient une reconnaissance inédite. Avide d’idées neuves, très bien informée de l’actualité culturelle par ses relations, Mme Du Bourg adopte, au fur et à mesure qu’elles se diffusent au sein de l’élite, conceptions et pratiques éducatives nouvelles. Éducatrice, elle est une médiatrice pour laquelle les lectures jouent un rôle essentiel : lecture des ouvrages de pédagogie porteurs des idées des Lumières dont elle s’inspire et qu’elle utilise comme des outils, lecture de livres de nature très diverse qu’elle effectue pour ses enfants, pour « ses paysans », qu’elle recommande, qu’elle partage, qu’elle contrôle. Mais son cas montre aussi les difficultés engendrées par la volonté de changement, face à des aspirations parfois contradictoires. Entre un idéal pédagogique centré sur les besoins de l’enfant et la vie familiale et une réalité sociale de réussite qui impose des contraintes multiples, entre l’envie de diffuser autour d’elle les nouveautés et celle de partager des connaissances à l’intérieur d’un cercle très étroit et choisi, Mme Du Bourg refuse de choisir.

Notes

1 On trouve l’orthographe Du Bourg, qui sera adoptée ici, mais aussi Dubourg.

2 C’est notamment le cas d’Antoine Du Bourg, La vie religieuse en France sous la Révolution, l’Empire et la Restauration. Mgr Du Bourg, évêque de Limoges, 1751-1822, Paris, Perrin, 1907.

3 L’essentiel des archives familiales a été déposé par les descendants dans des fonds publics toulousains. La partie la plus importante pour le xviiie siècle se trouve aux archives municipales de Toulouse (AMT) dans la sous-série 5 S. Les autres documents sont conservés aux Archives départementales de Haute-Garonne (ADHG) dans la sous-série 63 J, et quelques bribes sont à la Bibliothèque municipale de Toulouse (BMT).

4 Marie-Claire Grassi remarque de la même façon que les correspondances de jeunes filles sont peu nombreuses. Marie-Claire Grassi, L’art de la lettre au temps de la Nouvelle Héloïse et du romantisme, Genève, Slatkine, 1994, p. 84.

5 AMT, 5 S 445, lettre à Mazade (un de ses gendres), 14 juin 1776.

6 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 14 février 1773.

7 François Prêtre, « Les pratiques culturelles des parlementaires toulousains », Annales du Midi, t. 116, n° 248, 2004, p. 453-472. Par le nombre de volumes, la bibliothèque Du Bourg est la troisième des bibliothèques de parlementaires toulousains.

8 Clément Tournier, Le Mesmérisme à Toulouse, suivi de Lettres inédites sur le xviiie siècle d’après les archives de l’Hôtel du Bourg, Toulouse, 1911, lettre du 30 août 1774, p. 103. Certaines lettres citées dans l’ouvrage de C. Tournier qui avait pu consulter les archives Du Bourg avant leur dépôt semblent égarées.

9 AMT, 5 S 445. Lettre non signée et non datée.

10 AMT, 5 S 449. Lettre de la marquise de Livry, 9 janvier 1763.

11 Clément Tournier, op. cit., lettre à Philippe, 15 mars 1774, p. 94.

12 Ne sont conservées que les lettres de la marquise de Livry. AMT, 5 S 456 et 457 essentiellement.

13 AMT, 5 S 450.

14 Ross Hutchinson, Locke in France, 1688-1734, Oxford, Voltaire Foundation, coll. « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, n° 290 », 1991.

15 AMT, 5 S 456, lettre de Mme de Livry, 3 janvier 1767.

16 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 21 décembre 1770.

17 AMT, 5 S 449, lettre de la marquise de Livry, 14 octobre 1769.

18 Clément Tournier, op. cit., lettre à Philippe, 3 avril 1773, p. 79.

19 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 7 juillet 1771.

20 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 8 juin 1773.

21 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 25 août 1769. Enfant, il a reçu un coup « ches votre nourrice ».

22 AMT, 5 S 456, lettre de la marquise de Livry, 23 février 1765.

23 AMT, 5 S 455, lettre de l’abbé de Resseguier à la Présidente, 21 janvier 1762 : « Dites bien des choses de ma part au raisonnable Bruno, je comprends que sa raison consiste à ne sucer sa mere que 12 ou 13 fois par jour, au lieu de 24 et de 30. »
AMT, 5 S 456, lettre de la marquise de Livry, 26 janvier 1766 : « Pour votre Émile vous luy donez une éducation propre pour tous les pays puisqu’il a soutenu le froid de cette année il pourra sans inconvéniens habiter même les pays du nord. »

24 AMT, 5 S 447, lettre de Mathias à Philippe, 11 septembre [1773].

25 AMT, 5 S 455, lettre de Philippe, 26 novembre 1767.

26 Celle-ci est également utilisée à l’Ecole de Sorèze, située dans la région et à laquelle s’intéresse Mme Du Bourg. Marcel Grandière, L’idéal pédagogique en France au dix-huitième siècle, Oxford, Voltaire Foundation, coll. « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century », 1998.

27 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 26 novembre 1769.

28 AMT, 5 S 447, lettre de Mathias à Philippe, 11 septembre [1773].

29 AMT, 5 S 447, lettres de plusieurs de ses sœurs à Philippe, 13 février 1771, 7 septembre et 24 octobre 1774.

30 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 6 juillet 1774.

31 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 16 mars 1772.

32 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 6 juillet 1774 : « Je suis charmée de voir que vos sœurs me suivent avec plaisir ches les malades. »

33 AMT, 5 S 447, lettres à Philippe, 4 mai et 24 septembre 1773.

34 AMT, 5 S 455, lettre de Philippe, 17 mai 1767.

35 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 16 mars 1772.

36 AMT, 5 S 456, lettre de Madame de Livry, 5 septembre 1765.

37 AMT, 5 S 445, lettre à Joseph, 14 juin 1774.

38 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 25 août 1769.

39 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 2 août 1774.

40 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 22 octobre 1769.

41 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 22 août 1770 : « Dites lui je vous prie que nous sommes fort contents de ses lettres si l’orthographe étoit un peu mieux observée et le caractère mieux formé ».

42 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 11 avril 1770.

43 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 23 novembre 1770.

44 AMT, 5 S 449, lettre à Philippe, 10 décembre 1769.

45 AMT, 5 S 447, lettres à Philippe, 22 octobre et 26 novembre 1769.

46 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 26 novembre 1769.

47 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 19 février et 20 septembre 1774.

48 AMT, 5 S 456, lettre de Mme de Livry, décembre 1764. À propos du Dictionnaire philosophique de Voltaire : « Je crois que vous avez fait très prudemment de ne pas le faire lire à tous vos enfants car il est propre à renverser des cervelles plus vieilles que les leurs. »

49 AMT, 5 S 449, lettre à Joseph, 28 juin 1774.

50 AMT, 5 S 455, lettre à son cousin, sd.

51 AMT, 5 S 447, lettre de Mathias à Philippe, 11 septembre [1773].

52 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 8 décembre 1772.

53 AMT, 5 S 447, lettre à Philippe, 19 février 1774.

54 Clément Tournier, op. cit., lettre du 3 avril 1773, p. 80.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 AMT, 5 S 445, lettre à Philippe, 1er novembre 1774.

58 Sur ce point voir Michel Taillefer, La franc-maçonnerie toulousaine sous l’Ancien Régime et la Révolution, 1741-1799, Paris, CTHS, 1984 et Robert Amadou, Lettres aux Du Bourg (1776-1785), Paris, L’Initiation, 1977 (recueil de lettres entre la famille Du Bourg et Saint-Martin).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540