Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Première partie. Les partenaires éducatifs : rapports, représentations

Mentor aux visages de femmes : figures d’éducatrices dans quelques romans libertins du milieu du XVIIIe siècle

Morgane Guillemet

Texte intégral

  • 1 La version originale, Fanny Hill or Memoirs of a Woman of Pleasure, parut en 1748.

1Le roman libertin s’est beaucoup préoccupé d’éducation, apportant ses propres réponses à une question qui a obsédé l’ensemble du xviiie siècle. Dans de nombreux romans du genre, qui rappellent, par leurs formes et leurs principes, le roman d’éducation, Mentors et initiateurs éduquent des jeunes gens (le plus souvent des jeunes filles) et leur ouvrent les portes d’une vie de libertinage. Mais les figures les plus révélatrices et les plus significatives sont souvent des Mentors à visages de femmes. Certes, le nom de Mentor est masculin, mais derrière cet homme se cache une déesse, Athéna, une figure féminine. À partir de ces quelques considérations, il apparaît intéressant d’examiner et de comprendre comment le roman libertin met en scène ces figures d’éducatrices et parvient à articuler éducation, mentorat féminin et initiation au corps et à la sexualité. Quatre romans du milieu du siècle, qui offrent des figures variées de ces Mentors au travers de récits d’éducation au féminin, nous serviront de terrain d’étude : Thérèse philosophe de Boyer d’Argens, Psaphion ou la Courtisane de Smyrne de Meusnier de Querlon, tous deux publiés en 1748, Margot la ravaudeuse de Fougeret de Monbron, paru en 1750, et la version quintessenciée de l’anglais par ce même auteur de la Fanny Hill de John Cleland en 17511. Ces quatre récits écrits au féminin permettent en effet de mettre en lumière la relation si particulière entre éducatrice et élève mise en place par le genre libertin du siècle.

  • 2 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, Thérèse philosophe, [1748], éd. R. Trousson, in Romans libertins du (...)
  • 3 Louis-Charles Fougeret de Monbron, Margot la ravaudeuse, [1750], éd. Raymond Trousson, Romans libe (...)
  • 4 John Cleland, Fanny Hill, la fille de joie, récit quintessencié de l’anglais par Fougeret de Montb (...)
  • 5 A.-G. Meusnier de Querlon, Psaphion ou la Courtisane de Smyrne, [1748], Nantes, Le Passeur/Cecofop (...)

2Ces quatre romans sont tous des romans-mémoires (ou récit rapporté pour Psaphion, dans une Antiquité de fantaisie) : une narratrice revient sur sa jeunesse. L’amant de Thérèse lui demande de montrer « les actions des uns et les sages réflexions des autres qui, par gradations, [lui] ont dessillé les yeux sur les préjugés de [sa] jeunesse2 » ; Margot, quant à elle, « expose au grand jour les rôles divers [qu’elle a] joués pendant [sa] jeunesse3 », tout comme Fanny écrit à sa « chère amie » qu’elle va retracer « les égarements de [sa] première jeunesse4 ». Le temps de l’histoire n’est donc pas celui d’une période anodine de la vie de la narratrice ; il est celui de la partie la plus intéressante de sa vie, celui du commencement, le moment « de quitter l’enfance5 » selon les mots de Cynare, l’éducatrice de Psaphion.

  • 6 Que l’on songe à Madame de Mistival, dans La Philosophie dans le boudoir de Sade, dont la torture (...)
  • 7 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 577.
  • 8 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 735.
  • 9 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 624.

3L’apparition des personnages d’éducateurs répond alors à un schéma qui, s’il subit quelques variations, reste relativement équivalent d’un roman à l’autre. Plusieurs conditions semblent en effet nécessaires pour que puissent entrer en scène ces pédagogues. La plus essentielle de ces conditions est sans nul doute la disparition de la figure de la mère6, car la libertine doit être un personnage émancipé, ne dépendant d’aucune autorité supra-individuelle, surtout pas d’une autorité familiale. Or, la sphère maternelle est précisément celle qui constituait son univers de référence – référence morale en particulier : la mère de Thérèse, devenue dévote, lui parle ainsi d’« attouchement », d’« impudicité », de « péché mortel7 ». L’éducation répressive, qui précède l’éducation positive que va s’attacher à peindre tout le roman, est ainsi toujours le fait de la mère : Margot se voit flagellée par sa mère ; Thérèse manque d’être conduite au tombeau, réprimée par elle dans son corps et son esprit. La disparition ou la « désactivation » de l’autorité maternelle est donc la plus significative. Psaphion perd sa mère dès sa naissance et les parents de Fanny meurent de la petite vérole alors qu’elle entre dans sa quinzième année ; si Margot n’est pas orpheline, elle quitte le domicile familial dès l’âge de quatorze ans. À l’inverse, lorsque l’initiation de Margot est achevée, que « l’excès de jouissance [lui] a, pour ainsi dire, blasé le cœur, et engourdi le sentiment8 » et qu’elle met un terme définitif à sa carrière libertine, la petite ravaudeuse devenue courtisane sent aussitôt le besoin de revenir vers sa mère. Thérèse non plus n’est pas orpheline, mais elle devra chercher sa voie, un père et une mère parallèlement infidèles l’ayant abandonnée à un couvent et la mort de sa mère l’ayant laissée seule, à Paris, « livrée à [elle]-même […], instruite à bien des égards mais sans connaissances des usages du monde9 ».

4Ces romans se posent donc nettement dans un refus de toute transmission entre la mère et la fille. Fanny n’écrit-elle pas à propos de sa mère :

  • 10 John Cleland, op. cit., p. 10.

Ma bonne mère avait toujours été tellement occupée de son école et des petits embarras du ménage, qu’elle n’avait employé que bien peu de temps à m’instruire. Au reste, elle était trop ignorante du mal pour être en état de me donner les leçons qui pussent m’en garantir10.

  • 11 C. Reichler, « Le récit d’initiation dans le roman libertin », Littérature, n° 47, octobre 1982, p (...)
  • 12 John Cleland, op. cit., p. 12.

5La mère de Fanny, qui tenait « une petite école de filles dans le voisinage », se montre donc dans l’incapacité d’offrir mieux qu’une « éducation […] des plus communes » à sa propre fille. Se dévoilent alors pour ces jeunes héroïnes les perspectives d’une seconde naissance, bien plus brillante que la première. Ainsi, « l’aboutissement du parcours initiatique se nomme mettre dans le monde, et l’institutrice accomplie que fut Ninon de Lenclos ne s’est pas fait faute de rapprocher l’expression d’une autre, plus troublante : mettre au monde11 » souligne Claude Reichler. Dès lors, la disparition de la figure de la mère, qui a mis au monde, va permettre l’apparition de substituts de cette figure maternelle : une ou plusieurs autres femmes, plus âgées ou du moins plus expérimentées, peuvent ainsi prendre la place de la mère pour mettre dans le monde en singeant, pour mieux les transgresser, les préceptes éducatifs maternels : Fanny écrit qu’Esther Davis lui « servit de mère pendant toute la route12 » vers Londres ; Madame C*** remplit une fonction maternelle auprès de Thérèse, tout comme la Bois-Laurier s’auto-institue explicitement comme substitut de la figure maternelle, avançant son âge et surtout son expérience à sa jeune protégée ; Cynare se charge d’élever Psaphion à la mort de sa mère et lui donne « les meilleurs maîtres de Smyrne » ; sans oublier que le couple de la maquerelle mère et de sa fille est un topos du genre. Ainsi Madame Cole appelle-t-elle ses protégées « ses enfants » et se charge-t-elle de leur éducation jusqu’à « l’établissement de la petite famille », alors seulement elle pourra se retirer :

  • 13 Ibid., p. 82.

[…] elle m’avoua sincèrement que ce qui l’y retenait encore [dans le monde], c’était la tendresse qu’elle avait pour ses enfants (c’est ainsi qu’elle nous appelait) et particulièrement pour moi qu’elle aimait comme sa propre fille ; mais que son dessein étant de se retirer sitôt qu’elle aura pourvu à l’établissement de la petite famille, elle m’exhortait et m’ordonnait même en qualité de mère de ne pas laisser échapper une si belle occasion de faire une honorable retraite […]13.

6Ce transfert des attributs éducatifs de la mère à son substitut est d’autant plus significatif lorsque, comme c’est parfois le cas, c’est la mère elle-même qui confie sa fille à celle qui deviendra son éducatrice au moment de ses débuts dans la carrière du libertinage, mais sans le savoir. La mère de Thérèse recommande ainsi à sa fille de « cultiver l’amitié et les bonnes grâces de Madame C*** », et la narratrice de se réjouir rétrospectivement sur l’erreur de sa mère, mais aussi de la société dans son ensemble :

  • 14 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 598.

Je répondis à ma mère qu’elle ne devait pas douter de ma soumission aveugle à ses volontés. Hélas ! la pauvre femme ne soupçonnait guère la nature des leçons que je devais recevoir de cette dame, qui jouissait en effet de la plus haute réputation14.

  • 15 Nous en avons un exemple dans un roman d’Andréa de Nerciat au titre évocateur, paru en 1792, Mon n (...)

7Que la disparition ou l’effacement de la figure maternelle soit volontaire ou non, la mère ne saurait conserver, dans ces romans, ses attributs traditionnels. Et même lorsqu’elle garde sa place auprès de sa fille15, la figure maternelle se trouve « désactivée », « dénaturée » – si je puis dire –, en ce qu’elle se trouve explicitement niée dans sa fonction éducatrice.

  • 16 John Cleland, op. cit., p. 69.
  • 17 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 688.
  • 18 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 625.

8Vont alors entrer en scène des figures multiples à la fois d’éducatrices et d’élèves, mais toujours liées par la transmission d’une connaissance et l’apprentissage d’un plaisir. Certains types d’éducatrices reviennent ainsi souvent dans les récits libertins : la proxénète, l’entremetteuse, la compagne de couvent, ou encore l’amie expérimentée. Mais il faut souligner qu’il est parfois bien hasardeux de vouloir catégoriser systématiquement les figures d’éducatrices du roman libertin dans une perspective trop strictement et exclusivement typologique. En effet, un personnage comme la Bois-Laurier tient à la fois le rôle de substitut de la figure maternelle, de partenaire sexuelle (dans ces scènes subtiles et diffuses de saphisme) et de maquerelle. Plusieurs aspects se dégagent d’emblée de ces figures, qu’il s’agisse de transmettre les « ficelles » du métier – reprenant ainsi la thématique de l’éducation sur le mode ironique – d’initier la jeune fille à son corps et à la sexualité par le récit ou par la scène érotique, voire de lier apprentissage sexuel et « philosophie » – il s’agira de former la jeune fille, ou plutôt de la « déformer », c’est-à-dire de la défaire de ses préjugés, ce sur quoi se fonde toute la philosophie libertine et qui n’est pas sans rappeler les préceptes des Lumières : Claude Reichler dirait que la jeune novice passe du préjugé à la nature. Éducatrices moitié proxénètes, moitié prêcheuses, qui dirigent bien souvent les premiers pas des héroïnes dans la carrière libertine, des personnages comme Madame Florence, la Bois-Laurier, Cynare ou Madame Cole vont ainsi transmettre les « ficelles » du métier, que ce soit la question de l’hygiène ou celle de l’art de plaire, à leurs jeunes élèves, car « qui que ce soit ne connaissant mieux le fort et le faible de la vie de Londres [ou Paris, voire Smyrne !], [n’est] plus en état de donner de bons avis et de garantir de jeunes prosélytes des dangers du métier16 ». La première citée ci-dessus tient une des plus fameuses maisons closes de Paris et a ébauché l’éducation de nombre de demoiselles parties poursuivre leur carrière de courtisane à l’Opéra ; la seconde, devenue entremetteuse, tente d’« offrir » Thérèse à un financier. La première est « un des grands génies d’ordre et de détail qu’il y eut alors parmi les abbesses de Cythère17 » ; la seconde est « une femme de quarante ans qui a l’expérience d’une de cinquante, [et qui] sait ce qui convient à une fille comme [Thérèse]18 ». Quant à Cynare, ancienne courtisane et éducatrice de Psaphion, qui est ainsi allée à bonne école, elle est présentée comme un modèle du genre. Par son exemple en effet, Cynare donne un modèle incarné de la courtisane caméléon – un exemple, si je puis dire, « pratique », des conseils avisés donnés par Monsieur de G*** M*** et le frère Alexis à Margot :

  • 19 Extrait de l’« Avis à une demoiselle du monde », in Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p (...)

Enfin et pour conclusion, qu’elle n’ait point de caractère à elle ; mais qu’elle étudie avec soin celui de son amant, et sache s’en revêtir comme si c’était le sien propre19.

  • 20 Voir à ce propos Pierre Hartman, « Nature, exemple, éducation : les paradigmes du récit libertin » (...)

9Les discours masculins donnés dans Margot la ravaudeuse se font ainsi pratiques féminines dans Psaphion ou la courtisane de Smyrne. Car c’est par leur exemple que ces figures d’éducatrices forment leurs jeunes élèves – l’exemple étant le lien permanent entre la nature et l’éducation dans le roman libertin20.

  • 21 John Cleland, op. cit., p. 27.

10Dans ses représentations les plus abouties, l’exemple va jusqu’à l’identification, que ce soit par le récit ou par la scène érotique (exhibée ou furtive). Fanny découvre ainsi la volupté notamment durant une scène de vision où c’est la « révérende mère prieure elle-même », ainsi qu’elle nomme Madame Brown, qui est mise en scène : « la vue d’une scène si touchante porta le coup mortel à [son] innocence21 ». L’histoire de Madame Bois-Laurier permet à la jeune Thérèse, par l’identification à son éducatrice, libertine de profession, de s’instruire des manières, des usages du monde, et de connaître un substitut d’expérience sociale qui lui fait encore défaut et qu’elle n’aura à aucun moment à endurer dans son propre corps. Elle pourra également faire découvrir à son corps la sensualité et la volupté pendant ces scènes diffuses de saphisme entre les deux femmes. C’est que le récit d’éducation libertin se plaît à alterner sans cesse discours et scènes voluptueuses : la transmission de la connaissance de l’éducatrice à l’élève ne pouvant se faire par le seul discours, et ce discours devant être quasi systématiquement prolongé et complété par la scène érotique.

  • 22 Ibid., p. 16.

11Le corps et l’esprit sont ainsi sans cesse associés l’un à l’autre dans un accord idéal, à l’image de l’exemple qu’offre Cynare : la courtisane doit être un véritable caméléon afin de conformer son propre être à celui de l’homme qu’elle cherche à séduire ; et ces femmes éducatrices se chargent ainsi de « former le cœur et l’esprit » selon l’expression consacrée dans ces romans. Avant d’envisager les modalités particulières de l’articulation entre apprentissage sexuel et philosophie par ces femmes éducatrices, il est important de comprendre que l’éducation libertine fait du corps et de la sexualité de véritables enjeux de découverte. Thérèse définit son récit comme l’histoire d’un apprentissage, l’acquisition d’une connaissance par étapes fondée sur la découverte du corps et de ses désirs. Les Mentors féminins guident alors les jeunes filles dans ce voyage vers le plaisir à travers le récit, le discours, la scène érotique, ou encore le plaisir saphique. Le saphisme est, en effet, un des nombreux fantasmes dont se nourrit l’écriture libertine, et les scènes de saphisme ne sont pas rares, en particulier entre une éducatrice et son élève, telles que l’allusion discrète mais néanmoins présente, aux « folies » de la Bois-Laurier et de Thérèse. De ce fantasme naît l’apparition d’une figure récurrente de ce Mentor aux visages de femmes : l’amie expérimentée qui va initier la jeune fille au plaisir, à l’image de Phoebé avec Fanny, dont « l’éducation devait être confiée à ses soins, et suivant ce plan [il était] convenu [qu’elles coucheraient] ensemble22 ». Fanny peut ainsi écrire rétrospectivement à son amie :

  • 23 Ibid., p. 18.

Le badinage commençant à me plaire, j’éprouvai pour la première fois un plaisir que j’avais ignoré jusqu’alors23.

12À la fois par la scène de vision et par l’apprentissage du plaisir saphique, ces Mentors au féminin sont donc les premiers à faire accéder la jeune novice aux mystères de la volupté et du plaisir. Mais n’est-il pas significatif que la même Phoebé s’écrie avec dépit :

  • 24 Ibid.

Ah ! s’écriait-elle, en me tenant toujours serrée, que tu es une aimable enfant !… Quel sera le mortel assez heureux pour te rendre femme !… Dieux ! que ne suis-je homme24 !

13Les prérogatives sexuées ne sauraient donc être abandonnées. Au seul comte sera ainsi réservé de faire connaître à Thérèse, qui s’y était pourtant longtemps refusée, « les ravissements » de la jouissance qu’aucune éducatrice, qu’elle eût été proxénète, entremetteuse, compagne de couvent ou amie expérimentée, n’eut pu lui faire éprouver.

  • 25 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 690.
  • 26 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 647.

14Thérèse philosophe : le titre du roman de Boyer d’Argens, tout comme ceux d’autres romans du siècle, se plaît, en effet, à lier ces deux aspects ; mélange des genres qui témoigne aussi du rôle de cette littérature libertine dans la diffusion des idées des Lumières et du siècle dans son ensemble. L’association d’un personnage féminin et de la philosophie recèle une volonté transgressive certaine, dans le sens où ce titre laisse envisager une héroïne émancipée, maîtresse de sa pensée et de son corps. Et en effet, dans ces romans, la libération sexuelle et morale se trouve étroitement liée à l’épanouissement de l’esprit. Il nous est souvent indiqué que l’éducation de ces jeunes filles n’a « point été négligée » ; et chaque scène voluptueuse s’accompagne de l’acquisition d’une connaissance pour la jeune élève, tout comme l’apprentissage par la parole ne vaut que quand il y a acte, pratique. C’est ainsi que les « tirades de morale » sont toujours des moments de profond ennui pour ces jeunes demoiselles, à l’image de Margot à l’écoute des « sentencieux et ennuyeux propos » de Madame Florence sur l’oisiveté25. Par ailleurs, les discours proprement philosophiques tenus par des femmes éducatrices sont assez rares dans ces textes : dans Thérèse philosophe, ils sont surtout le fait de l’abbé T***, même si Thérèse pourra les reprendre à son compte. Point de discours sur la nature ou la religion dans le récit de la Bois-Laurier. Mais le « raisonnement » n’est pas pour autant absent et ses discours, sans prétention philosophique aucune, sont présentés comme des « leçons propres à […] apprendre [à Thérèse] à connaître les différents caractères des hommes26 ».

15Ces éducatrices articulent donc discours et pratiques dans leur projet éducatif transgressif – dans le sens où il va sans contredit à l’encontre de l’éducation « traditionnelle ». L’initiation au corps et à la sexualité offerte à ces jeunes élèves sera ainsi l’occasion d’une découverte épanouissante et libérée de leur propre corps et de celui de l’autre, alors que l’éducation traditionnelle, dont la mère, encore une fois, est l’incarnation même, contraint l’enfant dans des préjugés aliénants. Chez ces jeunes filles, nulle inquiétude n’accompagne la jouissance, et la découverte du plaisir charnel, dans un premier temps saphique, appelle simultanément la fin des préjugés.

  • 27 Ibid., p. 630.
  • 28 Ibid., p. 629.

16Le roman libertin se plaît aussi à jouer habilement parfois sur les inversions, les déceptions et les topoi détournés, remaniant ainsi les relations entre éducatrices et élèves afin de les subvertir davantage encore et de permettre à la jeune initiée de parvenir à la maîtrise ultime de son corps et de son être que lui réserve le genre. Boyer d’Argens, lui, inverse habilement les rôles entre la Bois-Laurier et Thérèse : en effet, il ne s’agit plus d’une « simple » relation d’éducatrice à élève ; il y a réciprocité dans la transmission d’un savoir, et est rendue « confidence pour confidence, leçon pour leçon27 ». Car, si la Bois-Laurier offre à Thérèse un substitut d’expérience, Thérèse lui a transmis ses « lumières dans la morale, la métaphysique et la religion28 », lumières tenues de l’abbé T*** et qu’à son tour elle est prête à transmettre – lumières permettant de justifier le désir et le plaisir. C’est que le libertinage est aussi – et peut-être surtout – à chercher dans le raisonnement qui justifie la jouissance et dissipe l’inquiétude, ce que permet à merveille l’éducation reçue par ces jeunes filles.

  • 29 John Cleland, op. cit., p. 21.
  • 30 A.-G. Meusnier de Querlon, op. cit., p. 41.

17Il est par ailleurs tout à fait significatif que Madame Brown comme la Bois-Laurier se voient déchues de leur rôle d’entremetteuse puisque Fanny déjoue le « beau projet29 » formé par son appareilleuse de la donner à son prétendu cousin et Thérèse se refuse au financier ; de même le jour marqué par Cynare pour l’initiation de Psaphion est précisément celui de la déception des attentes de l’éducatrice. Ainsi les leçons de cette dernière deviennent inutiles puisque Psaphion les a déjà reçues de sa propre expérience et d’une compagne plus expérimentée : elle n’a alors plus aucun mal à « tromper […] la sécurité de Cynare30 », qui ne sait pas que sa protégée a trompé ses plans et qu’elle s’est déjà faite dépucelée par un autre homme que ceux qu’elle avait choisis. C’est que l’émancipation même que permet l’éducation offerte par ces femmes à leurs élèves est le premier signe de la disparition inéluctable de la figure de l’éducatrice, s’effaçant peu à peu de la vie de la jeune élève pour finalement disparaître du roman. Car une fois que la jeune néophyte a pleinement assimilé cette partie de son parcours, la protectrice doit s’effacer pour laisser la place à un autre protecteur. Ainsi assiste-t-on à quelques scènes de séparation, comme entre Margot et Madame Florence, même si la plupart du temps, le nom de l’éducatrice disparaît tout simplement, sans davantage d’explication ni d’effusion. Se dessine alors l’idée d’une émancipation progressive, d’une audace que la jeune élève n’avait pas, que son éducatrice lui a permis d’acquérir et qui est le signe d’une véritable construction identitaire intimement liée à l’acquisition d’une connaissance : passée maître dans l’art de plaire, Psaphion décide seule du moment de son initiation désormais.

  • 31 Ibid., p. 30.

18Car l’éducation doit aussi et surtout être le moment d’une construction identitaire qui doit conduire, à terme, à une maîtrise des codes, des usages, des corps et des discours, ceux de la communauté libertine et de ses « mystères ». Cynare, qui est « fort religieuse », emmène Psaphion au temple de Vénus Pandémie le jour marqué pour l’initiation de cette dernière « dans l’art de Laïs31 ». Le roman libertin reprend, pour mieux la transgresser, l’idée d’une initiation directement liée à la religion, à un culte, mais désormais un culte du corps et du plaisir transmis d’une femme à une jeune fille destinée à devenir femme, sous l’égide de Vénus et des grandes courtisanes qui l’ont précédée, de Laïs à Cynare : les mystères ne sont plus religieux, ils sont charnels.

  • 32 Il faut noter que la comparaison de la maison close avec le couvent est un lieu commun du roman li (...)

19Cette éducation libertine au féminin, qui se fait systématiquement en vase clos – « matérialisé » par un espace intime et/ou fermé, tel que le couvent, le boudoir ou encore la maison close, au nom particulièrement significatif32 – se replie ainsi doublement sur elle-même par la transmission d’une connaissance proprement féminine. Ainsi ces figures d’éducatrices drainent-elles avec elles le fantasme récurrent d’une clôture de l’espace sur les corps féminins et son corollaire, le fantasme d’effraction : saphisme, couvent, boudoir, réciprocité voire circularité d’une transmission des savoirs, autant de figures de l’enfermement au féminin, comme dans ces scènes qui allient subtilement discours « philosophiques » et plaisir saphique :

  • 33 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 647.

Après quelques autres discours de la Bois-Laurier, qui visaient à me servir de leçons propres à m’apprendre à connaître les différents caractères des hommes, nous nous couchâmes et, dès que nous fûmes au lit, nos folies prirent la place du raisonnement33.

20La dimension fantasmatique, toujours très présente dans le genre libertin, préside en effet à cette mise en place d’une chaîne éducative libertine proprement féminine – subversion ultime – et dans laquelle auteur comme lecteur vont pouvoir pénétrer, car cette éducation doit toujours se faire sous le regard de l’homme, que ce regard soit interne au roman ou externe. Car si le roman libertin se plaît à représenter le corps féminin enfermé, c’est afin de rendre possible la violation de l’intimité féminine, de l’observer là où précisément elle est censée être cachée à tout regard masculin. Cette représentation de l’éducation de la femme par la femme, enfermement symbolique redoublé par les lieux dans lesquels elle se tient, participe nettement de ce même fantasme. Phoebé apparaît comme l’incarnation de ce fantasme, en attestent ces quelques lignes du roman de John Cleland qui font de la fonction d’éducatrice le plus court chemin vers le saphisme, mais aussi vers l’insatiabilité – la femme insatiable, autre mythe porté par le roman libertin :

  • 34 John Cleland, op. cit., p. 19.

Phoebé, l’impudique Phoebé à qui tous les genres de paillardises étaient connus, avait pris selon toute apparence ce goût bizarre en éduquant de jeunes filles34.

21Toujours entre libération – par rapport aux codes sociaux – et asservissement – aux fantasmes que draine sans cesse l’écriture libertine –, la femme, dans le roman libertin, passe constamment « de la représentation au mythe », dans une construction de la féminité sur les fondations de l’ambiguïté. La réponse offerte par le roman libertin aux questionnements du siècle autour de l’éducation nous renvoie donc elle aussi à cette ambiguïté féminine essentielle.

22Mais revenons-en à la maîtrise, terme de toute éducation libertine. Dans ses représentations les plus accomplies, cette maîtrise conduit à terme à un aboutissement logique : se faire initiatrice à son tour, transmettre son « savoir » et aider « l’autre » – féminin ou masculin, en soulignant que l’initiation est profondément sexuée dans le roman libertin – à accéder à son tour aux « mystères » et aux codes de cette société libertine. Dès lors, on assiste, dans certains textes à une évolution du statut d’élève, d’initiée, à celui d’éducatrice, d’initiatrice. Maîtriser son plaisir et celui de l’autre en se créant les moyens propres à le réaliser en arrêtant soi-même désormais le moment devient alors le signe par excellence de la maîtrise, en particulier lorsqu’il s’agit d’initier un jeune homme. Ainsi Margot se plaît-elle à éduquer de jeunes et vigoureux laquais pour son propre plaisir, les modelant selon ses désirs :

  • 35 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 731.

Il est vrai que je n’en suis jamais venue à ces extrémités, parce que j’ai toujours eu la précaution de les prendre tout neufs, exactement de la tournure d’esprit et de corps du paysan, que l’ingénieux et élégant Monsieur de Marivaux nous a peint d’un coloris si naïf et si gai. Je me donne la satisfaction de les éduquer moi-même, et de les plier à ma fantaisie35.

  • 36 A.-G. Meusnier de Querlon, op. cit., p. 108.
  • 37 Ibid., p. 110.

23Psaphion, quant à elle, désormais maîtresse de son corps et de son esprit, dit « avoir formé la plupart des jeunes gens de Smyrne36 » et s’occupe « à former des sujets dignes d’orner un ordre dont Smyrne tire aujourd’hui quelque lustre, [elle voit] croître sous [ses] yeux d’aimables élèves, jeunes plantes que [sa] main cultive37 ». C’est par l’évocation de ce projet éducatif que s’achève un récit qui avait commencé par ses premiers pas dans la douce carrière du libertinage, mais son récit lui-même était déjà partie intégrante de ce projet puisqu’il s’adressait à deux de ses plus prometteuses élèves. Que ces pseudo-mémoires au féminin aient pour dessein l’éducation de leurs jeunes lecteurs destinés à entrer dans le monde est d’ailleurs un lieu commun du genre, car en cela réside leur justification :

  • 38 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 737.

Au reste, quel que soit là-dessus le sentiment du lecteur, je me flatte que les traits obscènes de ces mémoires seront rachetés par l’avantage que les jeunes gens qui entrent dans le monde pourront tirer des réflexions que je fais sur le manège artificieux de catins, et le danger évident qu’il y a de les fréquenter. Si le succès répond à mes intentions, tant mieux. Sinon, je m’en lave les mains38.

24Ainsi s’achèvent les mémoires de Margot la ravaudeuse devenue courtisane, avant de revenir auprès de sa mère et de se retirer du monde, dans un aboutissement logique commun à nombre de ces romans.

25Toujours par gradations – ce principe si cher au roman libertin, dans ses représentations les plus raffinées comme les plus excessives – toujours entre discours et pratiques, la jeune fille dans ce parcours éducatif qui est un voyage pour le plaisir, va trouver ces figures d’éducatrices sur son chemin ; des éducatrices qui vont l’accompagner dans son Odyssée vers la jouissance et la maîtrise totale, tout comme Mentor guida Télémaque dans la sienne. Reste que le roman libertin n’abandonne ni ses fantasmes ni les prérogatives sexuées et qu’il reviendra toujours à la figure du parfait amant, figure masculine donc, de faire accéder la jeune fille à l’état de femme, d’opérer cette rupture essentielle qui constituera le moment initiatique proprement dit. Comme souvent dans le roman libertin du xviiie siècle, la représentation et l’écriture de l’éducation au féminin sont doubles : Athéna sous le costume de Mentor, tour à tour s’appropriant les attributs virils et déplorant que ce ne soit finalement qu’un costume…

Notes

1 La version originale, Fanny Hill or Memoirs of a Woman of Pleasure, parut en 1748.

2 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, Thérèse philosophe, [1748], éd. R. Trousson, in Romans libertins du xviiie siècle, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1993, p. 575.

3 Louis-Charles Fougeret de Monbron, Margot la ravaudeuse, [1750], éd. Raymond Trousson, Romans libertins du xviiie siècle, 1993, p. 679.

4 John Cleland, Fanny Hill, la fille de joie, récit quintessencié de l’anglais par Fougeret de Montbron, Paris, Actes Sud, 1993, p. 9.

5 A.-G. Meusnier de Querlon, Psaphion ou la Courtisane de Smyrne, [1748], Nantes, Le Passeur/Cecofop, 2001, p. 23.

6 Que l’on songe à Madame de Mistival, dans La Philosophie dans le boudoir de Sade, dont la torture finale constitue le point culminant de l’éducation de sa fille Eugénie par Madame de Saint-Ange et Dolmancé.

7 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 577.

8 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 735.

9 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 624.

10 John Cleland, op. cit., p. 10.

11 C. Reichler, « Le récit d’initiation dans le roman libertin », Littérature, n° 47, octobre 1982, p. 103.

12 John Cleland, op. cit., p. 12.

13 Ibid., p. 82.

14 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 598.

15 Nous en avons un exemple dans un roman d’Andréa de Nerciat au titre évocateur, paru en 1792, Mon noviciat ou les joies de Lolotte.

16 John Cleland, op. cit., p. 69.

17 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 688.

18 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 625.

19 Extrait de l’« Avis à une demoiselle du monde », in Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 709.

20 Voir à ce propos Pierre Hartman, « Nature, exemple, éducation : les paradigmes du récit libertin », in Du genre libertin au xviiie siècle, Paris, Desjonquères, 2004, p. 123-134.

21 John Cleland, op. cit., p. 27.

22 Ibid., p. 16.

23 Ibid., p. 18.

24 Ibid.

25 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 690.

26 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 647.

27 Ibid., p. 630.

28 Ibid., p. 629.

29 John Cleland, op. cit., p. 21.

30 A.-G. Meusnier de Querlon, op. cit., p. 41.

31 Ibid., p. 30.

32 Il faut noter que la comparaison de la maison close avec le couvent est un lieu commun du roman libertin.

33 J.-B. Boyer, marquis d’Argens, op. cit., p. 647.

34 John Cleland, op. cit., p. 19.

35 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 731.

36 A.-G. Meusnier de Querlon, op. cit., p. 108.

37 Ibid., p. 110.

38 Louis-Charles Fougeret de Monbron, op. cit., p. 737.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540