Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes éducatrices au siècle des Lumières

 | 
Isabelle Brouard-Arends
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Première partie. Les partenaires éducatifs : rapports, représentations

Mères, gouvernantes et livres de conduite : guerre ou alliance ?

Nadine Bérenguier

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Les enseignements d’Anne de France à sa fille vers 1505, L’institution de la femme c (...)

1Au xviiie siècle émergea graduellement ce qu’on appelle aujourd’hui la littérature de jeunesse, c’est-à-dire une littérature expressément conçue pour un public d’enfants et d’adolescents des deux sexes. Il s’agissait, dans ces ouvrages, de donner à ces lecteurs et lectrices encore marginaux des lectures qui répondent à leurs besoins d’instruction et d’éducation. Au sein de ce public en voie de formation, les jeunes filles ne furent pas oubliées, conséquence logique d’une critique générale de l’état déplorable de leur instruction et de leur éducation. Pour étendre leur savoir, apparurent de nombreux manuels d’instruction traitant d’une variété de disciplines (histoire, géographie, grammaire, botanique, zoologie) ; pour améliorer leur conduite se publièrent des ouvrages d’éducation morale décrivant la vie en société et prescrivant des comportements adaptés à ce qu’on attendait d’elles. Même si ces ouvrages prescriptifs – que j’appelle « livres de conduite » bien que le terme n’ait pas eu cours au xviiie siècle – avaient eu des précurseurs notables dans les siècles précédents1, c’est au cours de la seconde moitié du xviiie siècle que leur nombre augmenta avant de grossir encore davantage au siècle suivant.

2Étant donné que ces ouvrages s’adressaient à des mineures par définition en état de dépendance, ils visaient, outre les lectrices en âge d’être guidées, les adultes responsables de leur éducation – mères et gouvernantes, en l’occurrence – qui devaient être convaincues de leur utilité avant de les mettre dans leurs mains. Mais, paradoxalement, ce besoin de justification allait de pair avec des attaques à l’encontre de celles dont l’approbation était nécessaire. Ce sont les paradoxes et contradictions inhérents à ce genre d’ouvrage que nous allons analyser de plus près.

  • 2 Ce traité se distingue des autres ouvrages par sa forme romanesque et son public, constitué de fil (...)

3Les hommes comme les femmes se sont intéressés à l’amélioration de l’éducation des filles mais notre étude se penche exclusivement sur les ouvrages de femmes suivants : l’Avis d’une mère à sa fille de la marquise Anne-Thérèse de Lambert (publié en 1727 à son insu), les Conseils à une amie de Madeleine de Puisieux (publié en 1749 de façon quasi anonyme), le Magasin des adolescentes que Marie Leprince de Beaumont publia en 1760 à la suite du Magasin des enfants (1758), Les conversations d’Émilie dont Louise d’Épinay donna une première édition (anonyme) en 1774 et une édition augmentée en 1782, qui est également l’année de la publication d’Adèle et Théodore, ou lettres sur l’éducation de Stéphanie de Genlis2. Parmi ces auteures se trouvaient des mères soucieuses de l’éducation de leurs propres enfants (mesdames de Lambert et d’Épinay), des professionnelles de l’éducation (mesdames Leprince de Beaumont et de Genlis) et une moraliste quelque peu cynique (Madame de Puisieux). Il ne s’agit certainement d’un échantillon ni homogène ni représentatif de toutes les tendances éducatives de l’époque mais les préoccupations majeures que partageaient ces femmes venues d’horizons divers étaient remarquablement cohérentes.

  • 3 Pour une liste de ces ouvrages, consulter la bibliographie établie par Martine Sonnet dans L’éduca (...)

4À l’origine de ces ouvrages se trouvait le constat que l’éducation sociale et morale des filles avait été trop longtemps négligée et méritait d’être considérée avec plus d’attention. Leur objectif était, d’une part, d’attirer l’attention sur leur situation et, d’autre part, de leur offrir un savoir sur ce qui les attendait dans la vie en société ainsi que des principes de conduite qui leur permettent d’en éviter les écueils. Ce faisant, ces ouvrages contribuaient à la réflexion pédagogique des Lumières, présente dans une myriade d’autres traités proposant de réformer et d’améliorer l’éducation féminine3. Mais alors que ces traités faisaient avant tout de la jeune fille un objet de discours (et au mieux une destinataire seconde), les livres de conduite la positionnaient en destinataire première.

5Qui veut proposer des moyens d’améliorer une situation doit en exposer les problèmes et analyser quelques-unes de leurs causes. Toutes ces femmes s’accordaient pour constater une situation déplorable : la majorité des filles étant élevées dans la vanité avec le seul objectif de plaire, elles ne recevaient pas d’instruction solide et n’étaient pas informées de leurs devoirs. Étant donné que l’éducation des filles des élites sociales de l’époque (l’aristocratie et la bourgeoisie riche) pendant qu’elle se faisait à la maison, était la responsabilité partagée des mères et des gouvernantes, ces femmes occupaient une place centrale dans ces ouvrages : elles y étaient interpellées pour être accusées d’incompétence. Quelles que soient la perspective et l’intensité des accusations, les mères étaient unanimement accusées de négliger leurs filles et les gouvernantes critiquées pour leur ignorance et leurs mauvaises manières, stigmatisées à cause de leur statut social inférieur (par mesdames de Lambert et de Puisieux) ou fustigées pour leur incompétence (par mesdames Leprince de Beaumont et de Genlis).

6Considérons d’abord comment s’articule cette désapprobation dans l’Avis d’une mère à sa fille, les Conseils à une amie et le Magasin des adolescentes, ouvrages où elle s’exprime d’emblée avec le plus de force. Dès le premier paragraphe de l’Avis d’une mère à sa fille, émerge la critique de l’incapacité des mères à servir d’exemple à leurs filles :

  • 4 Anne-Thérèse Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert, « Avis d’une mère à sa fille », Œuvres, (...)

Que veut-on qu’elles [les mères] leur [à leurs filles] inspirent puisque dès l’enfance on les abandonne elles-mêmes à des gouvernantes, qui, étant prises ordinairement dans le peuple, leur inspirent des sentiments bas, qui éveillent toutes les passions timides, et qui mettent la superstition à la place de la religion4.

7En utilisant le pronom impersonnel « on » dans la phrase « on les abandonne », Madame de Lambert dissimule la responsabilité maternelle et se hâte de faire passer le blâme du côté des gouvernantes. C’est dans leur origine sociale qu’elle voit la racine du mal, ne laissant aucun doute sur le préjugé aristocratique qui justifie son opinion défavorable. Madame de Lambert suggère que les gouvernantes « gâtent » la transmission d’un savoir qui devrait être, idéalement, passé de mère en fille. Elle se présente, implicitement, comme une exception dans la mesure où elle prend le temps de composer pour sa fille un texte qui prouve ses préoccupations maternelles. Elle donne peu de détails, toutefois, sur son degré d’implication pendant l’enfance de Monique-Thérèse, ce qui amène à se demander si, par cet avis, elle ne cherche pas à compenser sa propre absence pendant les jeunes années de sa fille.

  • 5 Madeleine Darsant de Puisieux, Conseils à une amie (Paris, 1749). Une réédition de l’ouvrage se tr (...)

8Conseils à une amie, où Madeleine de Puisieux parodie l’Avis de Madame de Lambert, contient les conseils qu’une jeune pensionnaire de couvent reçoit d’une amie plus âgée qui s’y est retirée après s’être séparée de son mari5. Comme Madame de Lambert, Madame de Puisieux s’empresse de mentionner le trop grand rôle que des gouvernantes ni instruites ni éduquées jouent dans l’éducation des jeunes filles nobles :

  • 6 Ibid., p. 425.

Vous avez une Gouvernante assez bonne fille, mais fort peu propre à vous instruire dans les usages auxquels il faudra que vous vous conformiez. L’aveuglement des mères est étrange à l’égard de celles qu’elles choisissent pour élever leurs filles : elles prennent des femmes sans éducation pour faire celle d’une Demoiselle ; elles s’imaginent que des personnes sans mœurs peuvent inspirer de la vertu. Conçoit-on que des femmes, dont les sentimens sont souvent conformes à la bassesse de leur naissance et à la façon dont elles ont vécu, soient propres à former le cœur d’une jeune personne aux bonnes choses, et son esprit aux belles ; à lui donner de la grandeur dans l’âme et de l’élévation dans l’esprit ? Non assurément6.

9Madame de Puisieux associe origines sociales humbles et dépravation morale. Se faisant l’écho de Madame de Lambert, elle critique la pratique de faire éduquer les filles de la noblesse par des femmes de rang inférieur, mais plus ouvertement, elle reproche aux mères leur refus de renoncer à leurs plaisirs pour s’occuper de leurs filles et leur servir d’exemple :

  • 7 Ibid., p. 425.

Les mères d’un certain rang se croiraient déshonorées, si elles élevaient leurs filles auprès d’elles. Les soins qu’elles sacrifieraient à leur éducation leur coûteraient un temps qui leur est trop cher ; elles le doivent au plaisir, et elles n’en ont point de reste. Elles ont donné le jour à des filles, et elles s’embarrassent fort peu si elles auront jamais de la raison, et puis il faudrait prêcher d’exemple, et cela ne se peut7.

10Contrairement à Madame de Lambert, Madame de Puisieux voit dans l’emploi des gouvernantes la conséquence de la répugnance des mères à prendre en main l’éducation de leurs filles, non sa cause. Ces différences dans leur analyse n’enlèvent rien au mépris qu’elles expriment à l’égard de femmes qui se substituent aux mères dont elles sont censées assurer le rôle sans avoir appris les conventions du groupe social auquel mères et filles appartiennent.

  • 8 Jeanne Marie Leprince de Beaumont, « Avertissement », Magasin des adolescentes, ou dialogues entre (...)
  • 9 Ibid., p. 121.

11Cette double animosité est également au cœur de l’« Avertissement » du Magasin des adolescentes que Marie Leprince de Beaumont publia alors qu’elle était gouvernante dans une famille aristocratique londonienne. Elle distingue nettement sa propre méthode de celle suivie par les gouvernantes ordinaires : « Ces leçons sortent de la bouche de la plus imbécile gouvernante qui les répète, sans y penser, à un enfant qui les écoute sans les entendre8. » À plusieurs reprises, elle souligne l’incapacité de « la plus grande partie des gouvernantes » à faire aimer la vertu à leurs pupilles et ne cache pas son mépris pour celles qu’elle juge peu préparées à leur rôle9. Il est clair qu’elle ne veut pas être confondue avec ces femmes qui, bien qu’elles aient le même titre qu’elle, ne remplissent pas leurs obligations avec la même distinction. Au sujet des gouvernantes, Madame Leprince de Beaumont rejoint mesdames de Lambert et de Puisieux, mais elle prend la précaution de ne pas fonder sa critique sur un simple préjugé de classe, perspective compréhensible de la part d’une femme qui occupe elle-même une telle position.

  • 10 Ibid., p. 122.

12Les mères ne sont pas logées à une meilleure enseigne, quand Madame Leprince de Beaumont écrit qu’« il y en a un grand nombre qui sont aussi ignorantes que ces dernières [les gouvernantes], beaucoup plus dissipées, et qui ont moins de mœurs. Leurs exemples sont en contradiction perpétuelle avec leurs maximes10 ». Après avoir fait une liste de différents types de mères (les strictes, les indulgentes, celles dont la sévérité éloigne leurs filles de la piété et celles qui sont incapables de transmettre le respect de la religion), elle s’indigne, comme l’ont fait mesdames de Lambert et de Puisieux avant elle, du décalage entre leurs principes et leur mode de vie :

  • 11 Ibid., p. 122.

Presque toutes enfin livrées au monde, au jeu, aux spectacles, ne peuvent trouver un temps suffisant pour gagner la confiance de leur fille ; ignorent les moyens d’y parvenir, quand bien même elles en connaîtraient la nécessité ; et sont incapables de faire un bon usage de cette confiance, lorsqu’elles ont été assez heureuses pour l’acquérir11.

13En ajoutant « presque », elle autorise des exceptions mais peint néanmoins un tableau bien sombre d’une situation dans laquelle même les meilleures intentions restent futiles. Mères et gouvernantes sont perçues comme de piètres modèles et jugées incapables de transmettre un savoir profitable à court terme et de prendre des initiatives pour améliorer la situation à long terme.

  • 12 L’Avis a un statut quelque peu différent puisque Madame de Lambert n’avait pas prévu la publicatio (...)
  • 13 Pour un survol d’autres manifestations de ce malaise, voir Nadine Bérenguier, « Lectures pour adol (...)
  • 14 Lambert, op. cit., p. 95.
  • 15 Puisieux, op. cit., p. 423.
  • 16 Ibid., p. 425.
  • 17 Leprince de Beaumont, op. cit., p. 122.

14Cette construction négative des personnages de la mère et de la gouvernante est paradoxale dans la mesure où ces auteures mettent au pilori celles dont l’approbation est nécessaire au succès de leur livre. Ce sont elles, en effet, qui sont susceptibles de l’acheter, d’en accompagner la lecture et de s’en inspirer pour mettre ses recommandations à exécution. Le discours critique de ces auteures traite en ennemies celles qui devraient être leurs alliées dans l’entreprise éducative12. Comment expliquer un choix qui va apparemment à l’encontre de leurs intérêts ? On peut y voir une manifestation du malaise qui sous-tend la publication d’ouvrages publiés pour un public considéré comme problématique13. C’est comme si, prévoyant l’animosité dont leurs ouvrages seraient l’objet, ces femmes défendaient leur entreprise en la présentant comme la seule chance de salut pour des jeunes filles exposées aux dangers de la société par la démission des femmes en charge de les élever. Madame de Lambert ouvre son Avis sur l’idée qu’« on les [les filles] abandonne à elles-mêmes sans secours14 ». C’est aussi la position de Madame de Puisieux qui déplore que la seule alternative à la mauvaise éducation domestique – le couvent – soit aussi peu bénéfique et regrette que leur situation marginale rende les religieuses inaptes à parler de la vie en société15. Elle ne voit pas non plus de secours dans les divers maîtres censés compléter l’éducation d’une fille, estimant qu’ils ne lui apprennent rien dans la majorité des cas16. De même, Madame Leprince de Beaumont conclut sa diatribe contre l’ineptie des gouvernantes et des mères sur l’idée du vide que son Magasin va remplir : « J’ai donc raison de regarder les jeunes personnes comme absolument ou presque absolument dénuées des secours nécessaires pour échapper au délire de l’adolescence, puisque rien n’est plus rare que de rassembler dans une gouvernante et même dans une mère, les qualités nécessaires pour former leur esprit et leur cœur17. » Comme ses devancières, elle parle d’abandon, de dénuement et de vulnérabilité afin d’assurer un statut « rédempteur » à la publication des leçons dispensées par son ouvrage.

  • 18 In Isabelle Brouard-Arends, op. cit. Marie-Laure Girou-Swiderski, « Pour ou contre la lecture. L’a (...)

15C’est que la lecture des filles, bien qu’elle gagne du terrain au xviiie siècle, continuait à être une activité controversée, comme le montrent quelques articles publiés dans Lectrices d’Ancien Régime18. Dans son article, Marie-Laure Girou-Swiderski se sert des Lettres du Marquis de Roselle de Madame Élie de Beaumont (1764) et Sainte-Anne de Madame de Charrière (1799) pour illustrer combien cette question était loin de faire l’unanimité et continuait à être débattue tard dans le siècle. Marianne Charrier-Vozel et Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, quant à elles, expliquent combien la valorisation de la lecture des filles allait de pair avec un contrôle strict, auquel elle devait être soumise pour être bénéfique. Toutes trois mettent en évidence la vulnérabilité de l’écrit adressé aux filles, facteur susceptible d’expliquer l’acte paradoxal de ces auteures qui font la promotion de leurs ouvrages en dénonçant le vide éducatif laissé par mères et gouvernantes.

  • 19 Louise Tardieu d’Esclavelles d’Épinay, Les conversations d’Émilie, Studies on Voltaire and the eig (...)

16Cette dénonciation, bien qu’elle sous-tende aussi les ouvrages de mesdames d’Épinay et de Genlis, s’y manifeste d’une manière qui, tout en étant moins flagrante, n’en reste pas moins présente. Comme si elles percevaient les conséquences d’une condamnation trop explicite, elles utilisent des chemins détournés. Dans la préface des Conversations d’Émilie, que Louise d’Épinay destine à sa petite-fille Émilie de Belsunce, il n’est pas question de gouvernantes. Quant aux mères, Madame d’Épinay se garde bien de leur faire ouvertement des reproches. Elle caractérise même la période pendant laquelle elle vit comme « un moment où l’amour maternel semble pénétrer tous les cœurs avec plus d’énergie et de force, et où dans la plupart des jeunes mères, tous les goûts, tous les intérêts ont cédé la place à cette passion impérieuse et touchante19 ». Mais qu’on ne s’y trompe pas, car sa louange suggère non seulement des hésitations – « semble » et « la plupart » en témoignent – mais aussi un clivage entre générations puisque les « jeunes » mères s’intéressent de plus près à leur progéniture. Quelques lignes plus loin, elle est aussi forcée d’admettre les limites de cette nouvelle tendance :

  • 20 Ibid., p. 49.

L’auteur de ces Conversations aura sur toutes les mères un avantage qu’il sera difficile de lui envier. Réduite par le triste état de sa santé à cette unique mais puissante ressource, sans en être jamais distraite que par ses maux, elle a pu donner à l’éducation de sa fille une suite que peu de mères pourront concilier avec les devoirs et les circonstances de leur position20.

17En soulignant le caractère exceptionnel de sa situation, elle informe diplomatiquement la majorité de ses lectrices qu’il s’en faut de beaucoup qu’elles ne soient à la hauteur de la tâche. L’absence de dédain et de mépris sépare, certes, Madame d’Épinay de ses devancières mais elle ne parvient pas à complètement dissimuler le sentiment de sa différence et de sa supériorité. C’est sa dévotion incomparable à l’éducation de sa fille qui lui sert de munitions parce qu’elle s’oppose aux pratiques dominantes et confère à son livre le caractère unique dont il tire sa valeur.

  • 21 Stéphanie-Félicité Du Crest de Saint-Aubin, comtesse de Genlis, Adèle et Théodore, ou Lettres sur (...)

18Un zèle hors du commun caractérise aussi la baronne d’Almane, mère d’Adèle, dans Adèle et Théodore de Stéphanie de Genlis, ouvrage rival des Conversations d’Émilie pour le prix Monthyon de l’Académie française (attribué à Épinay peu de temps avant sa mort). Ce n’est pas la maladie qui en est à l’origine mais le projet mûrement réfléchi de la baronne et du baron d’Almane de quitter Paris pour se consacrer exclusivement à l’éducation de leurs enfants. Mesdames de Genlis et d’Épinay se rejoignent sur l’idée qu’une bonne éducation ne peut avoir lieu que loin des distractions du monde. Comme Madame d’Épinay, Madame de Genlis n’affronte pas agressivement mères et gouvernantes ineptes dans les premières pages de son ouvrage. Elle s’attarde peu sur la question dans sa préface où elle déclare simplement s’adresser aux mères sensibles et non à celles qu’elle appelle, avec mépris, les « autres21 ». C’est dans la trente cinquième lettre du troisième volume qu’une conversation entre Adèle et sa mère donne lieu aux commentaires qui nous sont devenus familiers. Venant d’arriver dans un couvent où, pendant l’absence du baron d’Almane et de Théodore, elle va passer quelques mois avec sa mère, Adèle remarque le comportement désagréable des autres jeunes filles et en demande les raisons. Voici leur échange :

La mère : Peut-être ont-elles beaucoup d’esprit naturel, mais elles ont toute la sottise que peut donner une mauvaise éducation, c’est-à-dire, de la niaiserie, de la sauvagerie, de l’impolitesse, de la grossièreté…

Adèle : Quoi, personne ne les reprend donc de ces défauts ?

La mère : Abandonnées de leurs mères, elles sont livrées à des gouvernantes incapables de les bien élever, et qui d’ailleurs les laissent à elles-mêmes toute la journée, sans se donner la peine de les observer et de les suivre.

Adèle : Oh, les pauvres petites, on ne doit que les plaindre, ce n’est pas leur faute si elles sont ridicules !… si j’eusse été mise dans un couvent, si je n’avais pas la plus tendre des mères, j’aurais tous ces défauts.

  • 22 Ibid., vol. III, p. 207.

La mère : Oui22.

  • 23 Dans son Discours sur la suppression des couvents, Madame de Genlis contraste les statuts de préce (...)

19En les insérant dans le corps narratif du roman, et qui est plus est dans le troisième volume, Madame de Genlis émousse quelque peu l’acuité de ses accusations. Mais son orchestration d’une éducation au caractère unique, en rupture flagrante avec les pratiques d’usage, constitue en soi une arme qui en dit long sur sa frustration face à une situation qu’elle considère inacceptable23.

  • 24 Lambert, op. cit., p. 132.
  • 25 Paule Constant, Un monde à l’usage des demoiselles, Paris, Gallimard, 1987, p. 16.

20Bien que mères et gouvernantes soient assises ensemble sur le banc des accusées, le fardeau pèse plus lourd sur les épaules des mères : dénigrées parce qu’elles négligent leurs obligations ou sont dans l’incapacité de les remplir adéquatement, elles sont aussi couronnées en tant qu’interlocutrices irremplaçables de leurs filles. Cette ambivalence crée pour elles une situation des plus inconfortables. Paradoxalement, l’évocation de leur incompétence témoigne d’une conception qui fait d’elles la source idéale d’un savoir fondé sur de solides principes moraux renforcés par l’exemple. Mais ce savoir où peuvent-elles le puiser ? Aussi démunies que leurs filles, elles n’ont d’autre recours que ces livres qui les malmènent pour éveiller leur conscience maternelle. Cette nécessité n’échappe pas à Madame de Lambert, qui à la fin de son Avis, fait preuve d’une grande lucidité : « Si par malheur, ma fille, vous ne suivez pas mes conseils, s’ils sont perdus pour vous, ils seront utiles pour moi ; par ces préceptes je me forme de nouvelles obligations24. » Si, en tant que substituts, les livres de conduite apparaissent comme un pis-aller dans la formation des jeunes filles, ils sont simultanément le seul remède susceptible de mettre celles qui les élèvent face à leurs responsabilités. En cette période de transition où, selon Paule Constant, se fait le passage « d’une civilisation orale, avec tout ce que cela comporte de traditions et de savoir-faire dont les femmes tiennent le dernier bastion, à une civilisation de l’écrit proprement masculine25 », c’est avec une certaine ambivalence que mesdames de Lambert, de Puisieux, Leprince de Beaumont et d’Épinay investissent leurs écrits du pouvoir de régénérer une relation qu’elles estiment fondamentale.

Bibliographie

Brouard-Arends Isabelle (éd.), Lectrices d’Ancien Régime, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003.

Constant Paule, Un monde à l’usage des demoiselles, Paris, Gallimard, 1987.

Tardieu d’Esclavelles d’Épinay Louise, Les conversations d’Émilie, Studies on Voltaire and the eighteenth-century, vol. 342, Davison Rosena (éd.), Oxford, The Voltaire foundation, 1996.

Marguenat de Courcelles Anne-Thérèse, marquise de Lambert, « Avis d’une mère à sa fille », Œuvres, Granderoute Robert (éd.), Paris, Librairie Honoré Champion, 1990.

Leprince de Beaumont Jeanne Marie, « Avertissement », Magasin des adolescentes, ou dialogues entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction, dans Jeanne Marie Leprince de Beaumont. Contes et autres récits, Kaltz Barbara (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 2000.

Darsant de Puisieux Madeleine, « Conseils à une amie », Studies on Voltaire and the eighteenth-century, vol. 329, Berenguier Nadine (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 1995.

Notes

1 Par exemple : Les enseignements d’Anne de France à sa fille vers 1505, L’institution de la femme chrétienne de Juan Luis Vivès en 1543, L’honnête fille de François de Grenaille en 1639, les Conseils d’un homme de qualité à sa fille du marquis d’Halifax en 1697, le Règlement d’une dame de haute qualité à sa petite fille de Jeanne de Schomberg en 1698.

2 Ce traité se distingue des autres ouvrages par sa forme romanesque et son public, constitué de filles et de garçons ainsi que de princes, comme son titre complet l’indique. Voir note 21.

3 Pour une liste de ces ouvrages, consulter la bibliographie établie par Martine Sonnet dans L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Éditions du Cerf, 1987.

4 Anne-Thérèse Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert, « Avis d’une mère à sa fille », Œuvres, Robert Granderoute (éd.), Paris, Librairie Honoré Champion, 1990, p. 95.

5 Madeleine Darsant de Puisieux, Conseils à une amie (Paris, 1749). Une réédition de l’ouvrage se trouve en annexe à L’infortune des alliances : contrat, mariage et fiction au dix-huitième siècle, Studies on Voltaire and the eighteenth-century, vol. 329, Nadine Bérenguier (éd.), Oxford, The Voltaire Foundation, 1995. La pagination renvoie à cette réédition d’accès plus facile que l’édition originale. Une autre version moderne du texte, sous le titre « Conseils importants d’une amie » et faussement attribué à Madame de Lambert, se trouve dans Réflexions nouvelles sur les femmes : 1727. Anne-Thérèse de Lambert, Milagros Palma (éd.), Paris, Côté Femmes éditions, 1989, p. 126-230. La position parodique de Madame de Puisieux se perçoit en particulier dans la remarque : « Voilà, Mademoiselle, le plus important de tous les avis qu’une amie puisse vous donner. Je souhaite de tout mon cœur que vous en profitiez, et que vous vous ressouveniez que l’amitié, la raison et l’expérience me l’ont dicté. Songez que ce n’est pas une mère qui vous le donne ; que c’est un conseil vraiment désintéressé. », op. cit., p. 448-49.

6 Ibid., p. 425.

7 Ibid., p. 425.

8 Jeanne Marie Leprince de Beaumont, « Avertissement », Magasin des adolescentes, ou dialogues entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction, dans Jeanne Marie Leprince de Beaumont. Contes et autres récits, Barbara Kaltz (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 2000, p. 121.

9 Ibid., p. 121.

10 Ibid., p. 122.

11 Ibid., p. 122.

12 L’Avis a un statut quelque peu différent puisque Madame de Lambert n’avait pas prévu la publication de son texte mais elle n’en utilise pas moins la même argumentation.

13 Pour un survol d’autres manifestations de ce malaise, voir Nadine Bérenguier, « Lectures pour adolescentes et leurs paradoxes au xviiie siècle », Lectrices d’Ancien Régime, Isabelle Brouard-Arends (éd.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 585-595.

14 Lambert, op. cit., p. 95.

15 Puisieux, op. cit., p. 423.

16 Ibid., p. 425.

17 Leprince de Beaumont, op. cit., p. 122.

18 In Isabelle Brouard-Arends, op. cit. Marie-Laure Girou-Swiderski, « Pour ou contre la lecture. L’affrontement de la nature et de la culture dans l’éducation des filles », p. 597-605 ; Marianne Charrier-Vozel, « La lectrice est-elle toujours laide ou vieillissante ? Regards croisés de M. le marquis de Lezay-Marzénia et de Mme Leprince de Beaumont », p. 607-613 ; Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, « Statut et représentation de la lectrice chez Madame Leprince de Beaumont », p. 615-623.

19 Louise Tardieu d’Esclavelles d’Épinay, Les conversations d’Émilie, Studies on Voltaire and the eighteenth-century, vol. 342, Rosena Davison (éd.), Oxford, The Voltaire Foundation, 1996. « Avertissement sur la seconde édition », p. 49.

20 Ibid., p. 49.

21 Stéphanie-Félicité Du Crest de Saint-Aubin, comtesse de Genlis, Adèle et Théodore, ou Lettres sur l’éducation, contenant tous les principes relatifs aux trois différents plans d’éducation des princes, des jeunes personnes, et des hommes, 3 vol., Paris, M. Lambert et F. J. Baudouin, 1782, p. XVII.

22 Ibid., vol. III, p. 207.

23 Dans son Discours sur la suppression des couvents, Madame de Genlis contraste les statuts de précepteur et de gouvernante : « Les parents les moins tendres donnent pour gouverneur à leurs fils des hommes qui ont fait des études et qui ont de l’instruction. Mais qui donne-t-on pour gouvernante à sa fille ? Une femme de chambre, c’est-à-dire une personne qui non seulement n’a pas la moindre notion de littérature, d’histoire, etc. mais qui ne sait ni la langue ni l’orthographe. » Paris, chez Onfroy, 1790, p. 14.

24 Lambert, op. cit., p. 132.

25 Paule Constant, Un monde à l’usage des demoiselles, Paris, Gallimard, 1987, p. 16.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540