Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lettre de voyage

 | 
Pierre-Jean Dufief

Cinquième partie. Les écritures du voyage : la lettre, la chronique, le journal de bord

De la lettre de voyage à la chronique de journal

Jean de Palacio

Texte intégral

1Voyageur, épistolier et journaliste, Jean Lorrain n’établit nulle part de frontière entre ces trois fonctions. Les impressions de voyage alimentent la correspondance. Mais la lettre n’est jamais écrite sans arrière-pensée, pour celui qui se disait condamné au bagne de la chronique hebdomadaire dans les grands quotidiens. De sorte que, quelle que soit la fraîcheur des impressions premières, la réutilisation semble de règle, et il n’est pas rare de voir une même lettre servir à trois reprises les desseins de son auteur : fonction épistolaire pure, transposition journalistique, chapitre d’un volume. La lettre devient ainsi la matrice de textes plus élaborés, mais aussi, il faut bien le dire, souvent « alimentaires » et destinés au grand public.

2C’est le cas de la lettre qui va servir de support à la présente étude. Adressée à Fernand Samuel, écrite en été 1894, au cours d’un voyage d’une semaine dans les Pyrénées qui mènera successivement Lorrain à Montréjeau, Lourdes, Pau et Biarritz, elle va être reprise, notablement amplifiée, dans deux chroniques signées Raitif de la Bretonne pour L’Echo de Paris intitulées « Fleurs des Pyrénées » (on est déjà dans le registre littéraire), qui seront à leur tour incorporées beaucoup plus tard dans le volume Poussières de Paris, où elle occupe les pages 55 et suivantes. Faut-il préciser, que Lorrain est parfaitement conscient de cette mise en coupe réglée ? Il termine en effet sa lettre : « Je signe cette chronique Jean Lorrain et suis votre ami J.L. ». La double signature est aussi un double sceau : celui du journaliste professionnel (graphie complète du nom) et celui de l’homme privé (initiales seulement). L’un ne va pas sans l’autre, mais le professionnel a le pas sur le privé.

3C’est, à la vérité, un double travail que Lorrain va effectuer sur le texte de sa lettre : travail d’expansion et d’amplification à caractère littéraire, mais aussi travail de réduction et presque de censure, en éliminant les notations qui pourraient choquer le lecteur.

4On examinera le travail textuel de Lorrain sur quatre exemples, qui constituent le plus clair de la lettre à Samuel :

  1. le déjeuner à Montréjeau ;
  2. la description de Lourdes ;
  3. la description de Pau ;
  4. la description de Biarritz.
  • 1 Chef-lieu de canton de la Haute-Garonne ; 2742 habitants [vers 1906] ; Chemin de fer du Midi.

5Le déjeuner à Montréjeau1 est surtout l’occasion d’un portrait à l’emporte-pièce de l’acteur Le Bargy, alors âgé de trente-six ans.

Texte de la lettre

[…] l’ineffable Le Bargy, ceinture de rose tendre sur chemise rose vif et cravaté d’une de ces innénarrables [sic] cravates que l’Europe nous envie, une cravate du décret de Moscou ! un peu plus de talent ferait mieux notre affaire.

Texte de la chronique

[…] Le Bargy, le prince de toutes les élégances, Le Bargy, dont M. Henri Lavedan s’inspire, à moins que Le Bargy ne s’inspire de M. Lavedan, Le Bargy, ceinturonné de rose clair sur une chemise rose vif, et haut cravaté d’une de ces inénarrables cravates que l’Europe nous envie, une cravate datant du décret de Moscou.
Un peu plus de talent ferait mieux notre affaire.
Mais quand on a le physique, à quoi bon tant de talent ?

6La différence saute aux yeux : la chronique étoffe le portrait (texte deux fois plus long), fait un clin d’œil à la littérature en introduisant une saillie sur l’écrivain dramaturge Henri Lavedan, crée un caractère oratoire en répétant trois fois le nom de Le Bargy, appuie sur les effets de langage (ceinturonné et haut cravaté remplacent ceinture et cravaté), ajoute une pointe finale contre le comédien, supprime la mention aimable de Mlle Reichemberg pour mieux se concentrer sur Le Bargy.

  • 2 Sans aucun doute le Cahen d’Anvers que Lorrain mentionne dans sa chronique du 1er août (Poussières (...)

7C’est lorsque Lorrain aborde Lourdes que la lettre joue le mieux son rôle de témoignage intime et de confidence privée, livrant une humanité que l’auteur s’est plu à cacher tout au long de sa carrière littéraire et que le journaliste atténue ou supprime. Le passage de la lettre consacré à Lourdes réduit presque à zéro la part de description (seul détail, l’ignominie des basiliques thermales, qui d’ailleurs ne sera pas repris sous cette forme violente dans la chronique). Mais tout l’espace du texte est occupé par l’émotion de Lorrain à la vue des malades, exprimée ici avec une sincérité et une force que la chronique va s’efforcer de masquer sous la littérature (Zola), la poésie (Verlaine, peut-être Lorrain lui-même ?) et une charité quelque peu convenue pour les déshérités. Lorrain épistolier note de façon expressive les symptômes physiques de cette émotion : « ces malades dans leur litière, ces extatiques m’ont chaviré les nerfs et un moment j’ai cru que j’allais hurler ». Beaucoup plus de mesure dans la chronique, qui renoue avec le reportage documentaire : « Et les malades gisant là, sur leurs civières ! Des malades plutôt pauvres et d’autant plus touchants dans leurs couvertures élimées, presque tous de la basse classe ». Une préoccupation quasi sociologique apparaît avec le recul de l’observateur. Litières est remplacé par civières, le mot propre. Et le simple très, très ému de la lettre s’allonge et se littérarise en il faudrait ne pas être un homme pour ne pas être ému, notation plus impersonnelle et introduisant même une citation. La participation active de Lorrain à la condition des malades (regard vers Dieu et geste quasi thérapeutique : allumer deux cierges et boire de l’eau) a disparu dans l’article du chroniqueur distancié, destiné aux lecteurs de L’Echo de Paris. « Si Cahen le savait !!! » notait le correspondant. Mais Cahen2 ne le saura pas, puisque Lorrain s’empresse de supprimer ce détail compromettant de son papier public.

8La description de Pau donne lieu, en passant de la lettre à la chronique, à la plus grande extension. Les trois lignes de la lettre deviennent 68 dans une double chronique commencée le 28 août et poursuivie le 29.

texte de la lettre

Pau très beau, un site superbe, une vieille ville, un château historique de toute beauté et tout cela d’une allure… !! on y sent le berceau d’une race – c’est royal.

texte de la chronique

Pau et son splendide horizon de montagnes […] un Pau semblable à une ville morte […] les hautes salles fraîches du château […] le berceau des Bourbons […] La ville de Henri IV.

  • 3 Pierre Loti, La Mort de Philae (Paris, Calmann-Lévy, 1908), p. 41.
  • 4 Ibid., p. 158..
  • 5 Ibid., p. 336.
  • 6 On note même, dans la chronique, une image baudelairienne : « l’horizon couleur de vitre dépolie p (...)

9Mais la chronique est beaucoup plus acerbe que la lettre. La visite du château-musée évoque désormais les Agences Cook, bêtes noires de Loti en Egypte à la même époque, « l’intrusion bruyante d’une bande Cook, le "Baedeker" à la main »3, « cette humanité spéciale qui fréquente chez Thos. Cook and Son »4 ; les touristes anglais, également moqués par Lorrain (« toutes les gueules blondasses et fadasses des Anglais de l’hôtel Gassion ») et par Loti (« Toutes les dames en casque de liège et lunettes bleues s’égrènent dans ces solitudes […] avec autant de sécurité qu’à Trafalgar Square ou à Kensington »5). Lorrain chroniqueur insiste aussi beaucoup, ce qui ne transparaissait pas dans la lettre, sur l’impression de solitude et d’abandon qui se dégage de la ville : « à l’abandon, beau ciel inutile, personne dans les avenues, personne sur les ponts, magnifiques hôtels vides, promenades désertes, pont écroulé. » De façon significative, le syntagme vieille ville (lettre) est remplacé par ville morte (chronique) : Pau s’inscrit sciemment dans la série des villes mortes de la fin du siècle : Bruges, Venise, Aigues-mortes, Pise, Ravenne, Mycènes, Philae… Simple vade mecum optimiste, la lettre le cède désormais à un développement mi-touristique, mi-satirique et à une mélancolie peut-être un peu trop littéraire6.

10C’est dans la description de Biarritz que sont opérés les changements les plus significatifs. Lorrain tire de sa lettre deux chroniques, les 30 août et 10 septembre. Le texte quadruple de volume, mais bien des détails jugés trop crus disparaissent. Ainsi, Lorrain conserve sa piètre estime pour l’Impératrice Eugénie, mais la « dinde espagnole » dans la lettre devient « parvenue de la couronne » dans la chronique. C’est plus convenable. La description de la salle de bal du Casino de Biarritz est à la fois développée et édulcorée. La comparaison avec l’Elysée-Montmartre est gommée, trop canaille, ainsi que le jeu de mots sur « Prince » et « Pince Monseigneur ». Les « choufleurs » à la boutonnière (lettre) deviennent des « gardénias » (chronique), ce qui est évidemment plus présentable. Les jeunes filles sont toujours « très jolies », mais ne sont plus « très respirées » dans la chronique, où elles ont simplement l’air de « poupées de luxe dans de vaporeuses toilettes blanches ». C’est Winterhalter à la place de Manet. Lorrain supprime enfin la notation burlesque sur les femmes « barbues et poilues » : « Le jour, toutes les femmes sont grasses, grosses, barbues et poilues, j’ai peur !!! »

11L’orchestration du passage est devenue très élaborée. Dans la lettre, les moustiques et les puces fournissaient seulement la conclusion ; dans la chronique, ils fournissent également l’introduction, dans une sorte de lyrisme parodique.

texte de la lettre

La nuit, des moustiques et des puces !! les moustiques viennent du jardin et les puces d’Espagne, de chez le voisin !!!

texte de la chronique

Puces et moustiques, moustiques et rastaquouères, rastaquouères et puces, telle peut être l’enseigne de Biarritz.
[…]
Biarritz, station d’été, puces et moustiques, puces et rastaquouères, rastaquouères et moustiques.

12Rythme binaire (lettre) devenu ternaire (chronique), alternance recherchée des termes, perte du caractère purement géographique et local pour devenir, l’adjonction des rastas entre les deux espèces d’insectes aidant, quasiment symbolique. S’il accable, dans la chronique, les Russes, absents de la lettre, Lorrain ménage le voisin espagnol, comme il ménageait l’Impératrice, devenue décidément presque convenable (la dame aux résilles et aux crinolines), préférant désormais appuyer la recherche stylistique et les effets.

13Cette lettre ne sera décidément pas perdue, et son histoire ne s’arrête pas à l’automne 1894. Six ans plus tard, en 1900, un subterfuge permet à Jean Lorrain de la reprendre une dernière fois. Dans la série de chroniques données au Journal sous le titre « Heures de Villes d’Eaux », celle du 1er octobre, intitulée « Une Plage », revient sur Biarritz sous la forme d’une fausse lettre, écrite, cette fois, non par, mais à Lorrain par un « vieil habitué » de la ville. Or, cette fausse lettre réutilise, sous le prétexte d’une citation, la vraie lettre et la vraie chronique antérieures, ce qui offre à l’écrivain une occasion de rédiger sa chronique à peu de frais.

  • 7 « Heures de Villes d’Eaux. Une Plage », Le Journal, 1 octobre 1900.

Puces et moustiques, moustiques et rastaquouères, rastaquouères et puces. Avez-vous assez médit de Biarritz et du factice de ses roches [… ].7

14Lorrain était manifestement satisfait de sa saillie. Mais la chronique de 1900 constitue, par personne interposée, une sorte d’amende honorable.

[…] sur la plage, vous n’avez voulu noter que des robes de mauvais goût et des complets blancs de la maison du coin du quai. Jargonnant, paonnant et bourdonnant, vous n’avez voulu voir que Tout-Orthez, Tout-Mauléon et Tout-Toulouse, et vous avez même écrit : « Pas un Parisien ». Où sont donc les grands d’Espagne signalés dans les chroniques ? Où, les princesses russes et les grands-ducs annoncés dans les feuilles de sport ? Oui, vous avez même écrit cela, volontairement aveugle, buté dans je ne sais quel parti-pris rageur, et têtu comme un sectaire, vous avez eu pour nous toutes les mauvaises fois et toutes les injustices… et moi qui suis un vieil habitué de Biarritz, oui, le fameux vieil habitué, je vous ai tout pardonné, votre crise de foie, et votre épanchement de fiel, parce que j’étais sûr d’avance que vous n’aviez pas vu cela.

15Le procédé est ingénieux. La palinodie se fait par correspondance, par un courrier croisé. La fausse lettre annule la vraie ainsi que la chronique qui l’a suivie. Tout se joue sur le sens de la vue, essentiel, on en conviendra, à qui voyage et veut en faire une transcription épistolaire. Lorrain n’a vu que ce qu’il a voulu voir. En fait, il n’a rien vu, car, volontairement aveugle, il décrit ce qu’il n’a pas vu. Crime contre la lettre de voyage, qui se doit d’être une relation véridique et n’obéit ici qu’à un mouvement d’humeur. Lorrain ébauche même au passage une sorte de philosophie du voyage : « L’antithèse, c’est tout l’art des voyages. Alors, vous ne songez plus au Biarritz des environs de la gare ? Biarritz, que vous avez comparé à une banlieue parisienne, Enghien ou Chatou de l’Océan […] ».

16Mais Lorrain regrette, vient à résipiscence, usant à contre-emploi de sa notation initiale : « Et j’oubliais toutes mes rancunes contre la plage des moustiques, des puces et des rastaquouères ». C’est la cinquième fois que Lorrain l’utilise. Elle signe définitivement la fin du parcours de cette lettre de voyage, du 29 août 1894 au 1er octobre 1900. Rarement lettre de voyage aura eu si longue retombée.

Annexes

A Fernand Samuel

Biarritz ce mercredi 29 août 94

2 heures

en face la mer !

Mon cher ami,

A l’heure qu’il est, le feu doit être dans le camp d’Agramant et la bande à Chanaan de Bruges doit me vouer aux gémonies, avouez qu’il est paru à temps, le Raitif, pour effacer l’impression désastreuse du conte d’hier, cette Araignée du Nethou devenue l’Araignée de Jean Lorrain grâce à un metteur en page absolument ivre ou fou8 !

Quelle cacade ! Quand j’ai ouvert hier l’Echo à Paris, j’ai failli devenir statue de sel… on ne sabote pas ainsi la prose d’un infortuné conteur, heureusement ce Raitif à vous dédié répare tout9.

Je ne serai [sic] pas moi-même si je n’étais extraordinairement curieux de l’effet produit, soyez donc assez ami pour me l’écrire 45, rue d’Auteuil, où j’arriverai dimanche.

Mon voyage s’est chaudement effectué… j’ai eu l’insigne faveur de déjeuner à Montréjeau avec Suzette Reichemberg10, cette enfant !! et l’ineffable Lebargy11, ceinture de rose tendre sur chemise rose vif et cravaté d’une de ces innénarables [sic] cravates que l’Europe nous envie, une cravate du décret de Moscou12 !

Un peu plus de talent ferait mieux notre affaire. Je suis tombé à Lourdes un jour de relâche, pas de pèlerinages, l’ignominie des basiliques thermales m’a outré, mais j’ai été très, très ému à la grotte – ces malades dans leur litière, ces extatiques m’ont chaviré les nerfs et un moment j’ai cru que j’allais hurler. J’ai fait brûler deux cierges et j’ai bu de l’eau des sources.. ! Si Cahen13 le savait !!!

Pau très beau, un site superbe, une vieille ville, un château historique de toute beauté et tout cela d’une allure… !! on y sent le berceau d’une race – c’est royal.

Quant à Biarritz, désillusion.

Pas même joli comme site et gâté par les lourdes et massives constructions de l’Empire, c’est bien la fantaisie de cette dinde espagnole qu’était l’Impératrice ; un monde fou, mais le monde de Dax, des gens de Mont de Marsan et de Bayonne, plus tous les rastas de la terre, espagnols, péruviens, américains du Sud, etc, etc.

Tout ça évolue en smokings fleuris de choufleurs, bostonne avec des raideurs d’automate et cancanne au quadrille !!! très, très – Elysée Montmartre, d’ailleurs des noms ! – tous princes ou prêts à le devenir – les Pinces Monseigneurs n’étant pas ce qu’un vain peuple pense.

Les bals sont on ne peut plus curieux, de très jolies jeunes filles de la haute société madrilène, l’air très-respirées… et qu’on ne voit que le soir. Le jour toutes les femmes sont grasses, grosses, barbues et poilues, j’ai peur !!!

La nuit des moustiques et des puces !! les moustiques viennent du jardin et les puces d’Espagne, de chez le voisin !!!

Je signe cette chronique

Jean Lorrain

Et suis votre ami. J.L.

Mes meilleurs, meilleurs souvenirs à

Mlle Eve Lavallière14

Notes

1 Chef-lieu de canton de la Haute-Garonne ; 2742 habitants [vers 1906] ; Chemin de fer du Midi.

2 Sans aucun doute le Cahen d’Anvers que Lorrain mentionne dans sa chronique du 1er août (Poussières de Paris [Paris, Fayard, 1900], p. 49). Il s’agit apparemment de Raphaël Cahen, dit Cahen d’Anvers, figure de « sportsman » fortuné qui défrayait la chronique mondaine, tué en 1900 dans un accident d’automobile. Lorrain consacrera une chronique à cet événement (Le Journal, 30 octobre 1900).

3 Pierre Loti, La Mort de Philae (Paris, Calmann-Lévy, 1908), p. 41.

4 Ibid., p. 158..

5 Ibid., p. 336.

6 On note même, dans la chronique, une image baudelairienne : « l’horizon couleur de vitre dépolie pèse comme un couvercle » (on a reconnu Fleurs du mal, LXXVII, 1, « Spleen »).

7 « Heures de Villes d’Eaux. Une Plage », Le Journal, 1 octobre 1900.

8 Le conte « L’Araignée du Néthou » est paru dans L’Echo de Paris du mardi 28 août 1894. Le 30 août, le quotidien publiait en première page le communiqué suivant : « Une transposition dans la mise en pages de notre numéro d’hier a jeté quelque confusion dans le texte du conte charmant de notre distingué collaborateur Jean Lorrain. Nos lecteurs s’en seront vite aperçus et auront rétabli aisément le texte ».

9 La chronique de Lorrain « Fleurs des Pyrénées », signée comme d’habitude Raitif de la Bretonne, parue dans L’Echo de Paris du mercredi 29 août 1894, est en effet écrite « Pour Fernand Samuel », destinataire de la lettre. Fernand Samuel était directeur du Théâtre des Variétés depuis 1892.

10 Suzanne Reichemberg ou Reichenberg (1853-1924), actrice, « la reine des ingénues au théâtre » (Henry Lyonnet, Dictionnaire des Comédiens Français [Paris, Librairie de l’Art du Théâtre, s.d. (1904)], p. 593), débute au Théâtre Français en 1868 dans le rôle d’Agnès de L’Ecole des Femmes, Sociétaire en 1872, retirée le 31 janvier 1898. Ses plus grands succès furent le rôle de Suzel dans L’Ami Fritz et de Chérubin dans Le Mariage de Figaro. Banville écrit, à l’occasion de la fête donnée chez Pierre Véron en 1883 pour le cinquantenaire du Charivari : « Voyez sa chevelure blonde, / Son regard de Suzanne au bain / Et son allure vagabonde : / Il a l’âge de Chérubin » (Nous Tous Poésies nouvelles 1883-1884 [Paris, Charpentier, 1884], p. 278).

11 Charles Le Bargy (1858-1936), acteur, sociétaire de la Comédie Française en 1887, professeur de déclamation au Conservatoire en 1897, tint des emplois d’amoureux et de jeunes premiers. Il était célèbre pour son élégance vestimentaire. Catulle Mendès le dit « trop bien frisé » (L’Art au théâtre, 2è année, 1896 [Paris, Fasquelle, 1897], p. 61). Son mariage en redingote fit sensation en 1898. André Picard, dans une chronique intitulée « La Redingote de M. Le Bargy » (Le Gaulois, 21 décembre 1898), écrit : « A la récente première de son mariage, M. Le Bargy, d’un pas ferme, marche vers l’autel en redingote, avec le manifeste d’une cravate violette, lilas ou mauve, les chroniqueurs mondains ne se sont pas encore entendus sur la nuance. […]
Deux ou trois fois par semaine, on parle de ses cravates, qui sont des poèmes. On sait qu’il est un des hommes les mieux mis de Paris ».

12 Décret de Napoléon 1er du 15 octobre 1812, dit « Décret de Moscou », portant dispositions générales qui régissent la Comédie Française (surveillance, organisation, administration, comptabilité, police, discipline).

13 Lorrain mentionne un « Cahen d’Anvers » dans sa chronique du 1er août 1894 (Poussières de Paris, p. 49). Il s’agit apparemment de Raphaël Cahen, figure de « sportsman » fortuné qui défrayait la chronique mondaine. Un « Pall-Mall Semaine » tardif, daté du 20 octobre 1900 et paru dans le Journal du 30 octobre 1900, fait état de « La mort de M. Raphaël Cahen d’Anvers » : « La catastrophe du jour, de la semaine et même de la saison, l’événement parisien par excellence, celui qui révolutionnait, hier, le retour de Chantilly et dont s’entretiendront, pendant huit jours au plus, tous les clubs et tous les boudoirs. […]
Paris donnera-t-il une semaine entière à la mort tragique d’une de ses personnalités les plus en vue et certes une des plus remuantes ? M. Cahen d’Anvers a été tué, hier, sur la route de Signy-l’Abbaye, entre Aubigny et Lepron-les-Vallées, à vingt-deux kilomètres de Charleville. Son automobile, en versant, l’a écrasé […].
Par sa grande fortune, sa situation, ses alliances avec la noblesse, et sa mort toute sportive, M. Cahen d’Anvers occupe aujourd’hui l’attention et l’intérêt de tout Paris ».
Lorrain ajoute : « M. R. Cahen d’Anvers passait tous ses étés à Luchon ». C’est sans doute là qu’il l’a connu.

14 Eve Lavallière (1866-1929), actrice célèbre, la « pécheresse rédimée » de Claudel. L’enthousiasme de Lorrain s’affirme, trois ans plus tard, dans un « Pall-Mall Semaine » où il rend compte de l’apparition de la comédienne aux Variétés, dans la pièce de Monréal et Blondeau Paris qui marche : « […] tout en volant de gaze bleu pâle, dans un tourbillonnement et un déhanchement à damner un vieux prieur, fragile et souple, ce bijou, ce piment, cette cantharide, cette fantaisie et cette artiste qu’est tout simplement devenue Mlle Eve Lavallière.
Grands yeux dévorants de Lorette poitrinaire, gigotements spirituels de trottin de modiste et de rôdeur de barrière, c’est canaille, délicat et d’un art exquis. Le petit chahut sur place à peine esquissé avec, dans l’envol des gazes, la bottine noire et le bas blanc apparus sous le feston du pantalon et suggestif comme une estampe du temps, c’est tout le troisième empire qui ressuscite dans ce cavalier seul de la plus capiteuse pensionnaire des Variétés ; aussi, dans la salle, c’est du délire, les hommes trépignent, les femmes sont vertes et les camarades même applaudissent. Mlle Lavallière vient de se sacrer artiste : on n’est pas plus Dame aux camélias que cette frêle et enragée Lorette […] » (« Pall-Mall Semaine » samedi 30 octobre ; Le Journal, 9 novembre 1897).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540