Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lettre de voyage

 | 
Pierre-Jean Dufief

Troisième partie. La lettre de voyage et le monde des livres

Ernest Renan. Lettres d’Italie1

Maurice Gasnier

Texte intégral

  • 1 Toutes les citations des lettres de Renan renvoient au tome III de sa Correspondance générale, (18 (...)
  • 2 Cf. M. Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la République, Paris, Seuil, 1992, pp. 106-107.

1Comme d’autres écrivains de son temps, E. Renan a fait le voyage en Italie, mais c’est une Italie politiquement bouleversée qu’il a visitée pour effectuer la mission scientifique qui lui avait été confiée par le ministre de l’Instruction publique F. de Falloux le 2 octobre 1849. La France qui, au début de la seconde République, voulait empêcher la restauration de Pie IX va, après l’élection de Louis Napoléon Bonaparte à la présidence de la République, favoriser son retour. L’armée française attaquera Rome, et les Républicains italiens capituleront le 3 juillet 1849.2

  • 3 Voir sa lettre à Henriette Renan du 13 août 1849.
  • 4 Ernest Renan, Bibliothèque nationale, 1974, p. 41.

2« Renan, qui désapprouvait l’expédition3, hésita à profiter de l’occasion ainsi offerte, mais les raisons scientifiques de sa mission levèrent ses scrupules. »4

3Chargé d’explorer les principaux dépôts littéraires de l’Italie, il joint, comme il le fera plus tard en Phénicie, un travail personnel à sa mission officielle : ce sera la collation des documents nécessaires à l’élaboration de sa thèse sur Averroès et l’averroïsme, dirigée par V. Le Clerc. Ses lettres, adressées principalement à son ami M. Berthelot, à sa soeur Henriette et à sa mère témoignent de son séjour qui s’étend d’octobre 1849 à juin 1850.

4Cette correspondance apparaît comme un document pour la connaissance de l’Italie de cette époque et des travaux de recherche de Renan. Elle est aussi une mise en oeuvre de sa culture littéraire, et elle scande les étapes d’une évolution psychologique fondamentale et durable qui débouche sur l’écriture de soi.

Un document

5De l’automne 1849 au printemps 1850 Renan fera trois séjours à Rome, résidant à l’hôtel de la Minerve, quartier général du corps expéditionnaire français, dirigé par le général Oudinot.

  • 5 A H. Renan, 12 novembre 1849.
  • 6 A Alain Renan, 19 décembre 1849.

6Les jeudis soirs il trouve, dans les salons de M. Visconti « toute la société artistique et littéraire de Rome, et par-dessus tout une musique incomparable ».5 Il nous livrera dans ses lettres ses observations sur la religion, comme nous le verrons plus loin, et sur la société et les moeurs romaines. Il juge l’Italie comme le pays « le plus mal gouverné d’Europe. […] Les sciences usuelles, celles qui servent à former l’ingénieur, le mécanicien, le navigateur, le médecin même y sont à l’état d’enfance. La terre est possédée tout entière par le clergé et quelques grandes familles papales et livrée à des paysans, espèces de serfs, qui la cultivent sans aucun zèle. […] Toutes les administrations sont dans un état déplorable ; le vol est à l’ordre du jour et à peine poursuivi. […] De tous les abus de ce pays, les plus criants sont sans contredit ceux de la justice. Elle est tout arbitraire. »6

  • 7 Voir à ce propos le livre de Mme A.-C. Faitrop-Porta, Rome au xixe siècle, vue par les grands comp (...)
  • 8 A M. Berthelot, 7 janvier 1850, et à H. Renan, 10 janvier 1850.

7Si Naples le séduit par la beauté de ses paysages, les Napolitains eux-mêmes lui resteront incompréhensibles, comme d’ailleurs à bien d’autres de ses contemporains7. Et Salerne, ultime étape de son voyage vers le sud lui semble « la limite de la civilisation au midi. »8

  • 9 A H. Renan, 17 janvier 1850 et à M. Berthelot, 20 janvier 1850.
  • 10 A M. Berthelot, 20 janvier 1850.

8L’abbaye du Mont-Cassin, en revanche, dont il décrit les vicissitudes – de la liberté à l’oppression par le roi de Naples9 –, représente pour lui le « centre le plus actif et le plus brillant de l’esprit moderne »10 en Italie.

  • 11 A Mme Vve Renan, 9 février 1850.

9La Toscane également, qui « est peut-être de tous les pays de l’Europe le mieux cultivé, celui où respire le plus un air général de bien-être, d’aisance et de gaîté » suscite son engouement. « Les mœurs douces et faciles des Toscans, la sage administration de ce petit gouvernement, la mansuétude toute paternelle du grand-duc Léopold ont fait de ce charmant petit pays une des plus heureuses et plus belles contrées du monde. A chaque pas on rencontre des villes considérables. »11

  • 12 A H. Renan, 8 mai 1850.

10Après la Toscane, il parcourt l’Ombrie et l’Emilie-Romagne. Assise, ville du « second Christ du Moyen-Age », lui causera une émotion profonde. »12

11Il visite ensuite Bologne ainsi que Venise et Padoue, qui furent les centres de l’averroïsme à la Renaissance.

  • 13 Cf. la lettre à H. Renan du 5 juin 1850 : « Et cette école vénitienne… Comment aimer ce réalisme s (...)

12La Lombardie avec Milan et Monza marquera le terme de ce voyage de plus de huit mois, qui sera aussi l’occasion d’une découverte de l’art, accompagnant la transformation psychologique de Renan. Sensible aux écoles toscane, pérugine et bolonaise,13 il rejettera l’école vénitienne, et en particulier Titien ou le Tintoret. De surcroît les représentations d’Averroès par les peintres du Quattrocento, d’Orcagna spécialement, l’intéresseront particulièrement.

  • 14 Ibid.

13L’alacrité de l’atmosphère italienne qui transparaît dans les lettres d’Italie rompt certes avec l’austérité saint-sulpicienne, mais la soif de savoir reste toujours la même chez un Renan qui se révèle au fil de sa correspondance dans toute la fougue de sa jeunesse, et doué d’une force de travail rare, dont témoignent les résultats de sa mission qui lui valent à son retour à Paris de recevoir à la soirée du ministre de l’Instruction publique, le 10 juillet, « l’accueil le plus flatteur. »14

14Le bilan de la mission est difficile à établir. Il apparaît principalement dans le rapport qu’E. Renan adresse au ministre F. Esquirou de Parieu, et dans ses lettres à J. T. Reinaud, E. Burnouf, V. Cousin et A. Maury. Ses recherches le conduisent à étudier des oeuvres appartenant aux littératures de l’ancien Orient, aux littératures indiennes et arabes, sans omettre bien sûr la littérature française. Il témoigne là entre autres de son intérêt pour l’orientalisme fort en vogue à son époque (il avait d’ailleurs suivi les cours d’arabe de J. T. Reinaud à l’Ecole des langues orientales et les cours de littérature indienne d’E. Burnouf au Collège de France).

  • 15 V. Cousin élaborait alors une édition des oeuvres complètes de ce philosophe. Cf. Petri Abaelardi (...)

15Il fera part de plus à V. Cousin de ses découvertes relatives à Abélard au Mont Cassin.15

  • 16 Cf. la lettre à F. Esquirou de Parieu du 15 février 1850.

16Enfin la bibliothèque laurentienne de Florence lui fournira pour sa thèse un manuscrit d’Averroès renfermant « le grand commentaire sur les 5 parties de l’Organon, sur la Rhétorique et la Poétique, c’est-à-dire sur les preuves logiques d’Aristote, dont ces deux derniers ouvrages font partie dans la classification des Arabes »16 et il trouvera en Italie une riche iconographie qui lui sera utile pour son travail de recherche.

  • 17 Cf. la lettre à V. Leclerc du 15 juin 1850. E. Renan avait en 1848 reçu un prix de l’Institut pour (...)

17De surcroît il recueillera à Brescia et Ravenne beaucoup d’informations pour son « Essai sur l’étude du grec au Moyen-Age. »17

  • 18 Cf. C. Lubrano di Siccone, « Renan, les langues orientales et la Société asiatique de Paris », Etu (...)

18On le voit, E. Renan sait à la fois travailler pour ses maîtres dont le prestige est considérable et peut lui ouvrir bien des portes – il construit ainsi méticuleusement sa carrière – et poursuivre ses propres travaux. La lettre devient un moyen de les valoriser, c’est le cas de la lettre au ministre F. Esquirou de Parieu qui dresse un bilan de la mission, ou de la lettre à J. Reinaud du 27 février 1850. Renan écrit en effet à son ami C. Daremberg à propos de celle-ci le 23 février 1850 : « J’ai reçu aujourd’hui une lettre de M. Reinaud, où il m’apprend qu’il va insérer dans le Journal asiatique la 1e lettre que je lui ai écrite, et qui n’était guère faite pour cela. » Cette réserve est cependant de pure forme : J. Reinaud permettait ainsi à Renan de « publier pour la première fois dans une revue scientifique et par conséquent de se faire connaître. »18

Fiction et réalité

19Après cette connaissance de l’Italie, et cette reconnaissance de Renan, voyons le rôle joué par la littérature dans ce voyage. Au cours de son périple, E. Renan va voir l’Italie à travers le prisme de sa culture littéraire. Allusions, citations, influences littéraires diverses apparaissent en effet dans ces missives. Quelles influences ces réminiscences littéraires ont-elles sur Renan ? Elles concourent, semble-t-il, sans qu’il en soit d’ailleurs la dupe, à lui donner une vision de l’Italie qui le conduise à la découverte de lui-même. Trois exemples retiendront notre attention, ceux de Lamartine, de Dante et de Sand.

  • 19 Cf. la lettre à H. Renan, 12 novembre 1849.
  • 20 Cf. la lettre à sa mère, 29 octobre 1849.
  • 21 Cf. la lettre à sa mère, 9 janvier 1850.
  • 22 Cf. la lettre à C. Daremberg, 14 février 1850.

20Plaisamment comparé à l’Odyssée – Phéaciens et Lestrygons, Sirènes et Lotophages apparaissent à plusieurs reprises dans ses lettres – l’itinéraire de Renan, est semé de textes. Parcourt-il la Provence, c’est « toute la littérature gallo-romaine, toute la poésie des chansons de gestes » qui passe sous ses yeux.19 Lors de la traversée de la Méditerranée, le rocher conique de Monte Christo évoque bien sûr le roman d’Alexandre Dumas20. A Frascati, il songe à Cicéron. Le lac Lucrin suscite Horace21 et, invité à séjourner à Pise au palais Lanfranchi, il songe à Byron, qui composa là plusieurs des chants de Don Juan…22

  • 23 A Henriette, 17 avril 1850.

21Ces allusions sont parfois indirectes : lors de son séjour à Ravenne, il évoque la Pineta, la célèbre forêt de pins qui est le lieu de l’une des nouvelles du Décaméron de Boccace. (Cf. l’histoire de Nastagio degli Onesti, V, 8.) ; et méditant sur ce qu’il appelle la populace romaine, il conclut que « Les hommes n’admirent et n’aiment que ceux qui les ont le plus maltraités, (Napoléon, etc.) comme Griselidis23 reconnaît son mari, quand il l’a battue », histoire de Grisélidis qui forme le sujet du Lai de Frêne de Marie de France.

22A côté des allusions littéraires obligées cette correspondance italienne montre aussi les influences subies par Renan.

  • 24 Lettre à M. Berthelot, 7 janvier 1850.
  • 25 Dans une lettre à Henriette du 10 janvier il revient sur le même sujet, mais, l’expression « insti (...)

23Lors de son séjour à Naples, il fait d’abord part de ses réflexions mêlées à propos de cette ville à ses correspondants. La religion de Naples lui apparaît comme « une curieuse variété des perversions de l’instinct sexuel. Vous êtes assez psychologue pour comprendre ceci par analogie »24 dit-il à M. Berthelot.25

  • 26 Lettre à M. Berthelot, 7 janvier 1850 ; même réflexion à Henriette, 10 janvier 1850.

24De surcroît, il considère que l’art n’existe pas à Naples : « il n’y a pas de trace d’art26 ; rien qui puisse s’appeler de ce nom […] l’instinct de la jouissance est […] nécessaire pour la grande sensibilité artistique ; mais s’il l’emporte, si la juste proportion, la formule mystérieuse est violée, il n’y a plus que la matière, la jouissance brutale, l’avilissement, la nullité. Voilà Naples. »

  • 27 Cf. la lettre à A. et F. Renan, 15 janvier 1850.

25Cependant il est sensible au paysage napolitain, vu à travers le prisme des souvenirs de la poésie de Lamartine : « Quand M. de Lamartine vogue avec son Elvire sur ces belles mers où Nisida, Ischia et Caprée semblent dormir sur les flots, et exhale son délire dans ces beaux vers, les plus harmonieux peut-être qu’ait murmuré [sic] sa lyre, ils ne faisaient que répéter comme un écho les suaves harmonies de cette enivrante nature, qui ne sauraient laisser personne froid ou indifférent. Lors même que ces rivage ne rappelleraient pas les plus beaux et les plus poétiques souvenirs, on ne saurait visiter Pouzzoles et Baïa, Portici, Sorrente et Pausylippe sans une vive et profonde émotion. »27

26Ces souvenirs poétiques seront pour Renan ceux des Nouvelles Méditations poétiques (1823), particulièrement cinq poèmes de ce recueil : Ischia, Elégie, Tristesse, Le Passé, Chant d’amour, qui datent d’époques diverses : Elégie et Tristesse ont été composés en 1815, Ischia, Chant d’amour, Le Passé en 1820. Deux de ces poèmes Elégie et le Passé développent le thème de la fuite du temps et du carpe diem ; Tristesse est inspiré par le souvenir de Graziella, la première Elvire, Ischia et Chant d’Amour par la troisième Elvire, Mary-Ann Birch, la femme de Lamartine, et sont nés du séjour de celui-ci à Naples.

  • 28 E. Renan cite de mémoire ces vers, en altérant quelque peu le texte original. « Elégie : "Cueillon (...)
  • 29 Cf. la lettre à H. Renan, 10 janvier 1850.
  • 30 Cf. la lettre à sa mère, 9 janvier 1850.

27Renan cite de mémoire des extraits de ces poèmes dans une lettre à Henriette. « Ischia ; – Élégie : Cueillons, cueillons la rose au printemps de la vie. – Tristesse : Ramenez-moi, disais-je, au fortuné rivage. – Combien de fois sur le rivage Où Nisida dort sur les mers. – Adieux à la mer. – L’Elégie : Si tu pouvais jamais égaler, ô ma Lyre…) »28. Mais sitôt après les avoir cités, il écrit ces mots : « Ce n’est pas là ma manière. »29, brisant ainsi le charme de cette poésie, comme s’il craignait de succomber à sa sensualité. Double mouvement de rejet et d’attirance qui traduit bien l’état d’esprit de Renan à ce moment. Mais l’imprégnation lamartinienne est telle qu’elle transparaît à son insu dans une lettre à sa mère, comme le montre la comparaison des deux textes suivants : « La mer, enfin, oh ! comment décrire, chère mère, cette mer admirable, calme comme les eaux d’un lac, qui toujours immobile dans son lit, ne fait que lécher ses bords et semble presser amoureusement ses rives ? »30

28Et dans les quatrième et cinquième strophes du poème Ischia on peut lire :

29« L’Océan amoureux de ces rives tranquilles/ Calme, en baisant leurs pieds, ses orageux transports,/ Et pressant dans ses bras ces golfes et ces îles, / De son humide haleine en rafraîchit les bords.

  • 31 Lamartine, Méditations poétiques, Nouvelles Méditations poétiques, éd. de M.-F. Guyard, Paris, Gal (...)

30Du flot qui tour à tour s’avance et se retire/ L’oeil aime à suivre au loin le flexible contour : / On dirait un amant qui presse en son délire/ La vierge qui résiste et cède tour à tour ! »31

31Notons enfin, si besoin était, que ces descriptions des sites napolitains relèvent bien de la littérature, Renan visitant Naples par un temps maussade, comme il le précise à A. Maury dans une lettre du 16 février 1850 : « le temps ne nous a guère permis d’apprécier le charme de cette belle nature. »

  • 32 Cf. la lettre à M. Berthelot, 10 février 1850.
  • 33 Cf. la lettre à H. Renan, 8 mai 1850.
  • 34 A H. Renan, 17 mai 1850.
  • 35 A sa mère, 4 mai 1850.
  • 36 Henriette connaissait les Fioretti de saint François, ouvrage que lui avait offert M. Berthelot.
  • 37 E. Renan écrira d’ailleurs : « Seul en mon siècle j’ai aimé la pauvreté. »… B.N.F., NAF 14200, 176
  • 38 Cf. Dante, La Divine Comédie, Paradis, XI, 49-54.

32Un voyage en Italie ne saurait ignorer Dante, que Renan connaissait depuis 1845, grâce à la thèse de F. Ozanam Dante et la philosophie catholique au xiiie siècle. Il l’évoquera à plusieurs reprises, d’abord à propos des représentations de la Divine Comédie par les peintres de la renaissance italienne32 et lors de sa visite d’Assise33 « point d’un si haut intérêt pour l’histoire de l’art et du développement italien »34. Et le charme d’Assise opèrera comme celui de Rome ; les vieilles églises de cette ville l’ont ravi, transporté, écrit-il à sa mère35 et surtout la basilique de saint François, basilique incomparable, une merveille, un monument unique et extraordinaire, décorée par les fresques de Giotto et de Cimabue. Et il rajoutera à l’adresse de M. Berthelot le 11 mai que « La teinte mystique et peu rationaliste de l’esprit ombrien (en quoi est son infériorité à l’égard de la Toscane, si intellectuelle) est surtout sensible en ce lieu, plein encore du second Christ du Moyen-Age », ce saint François36, dont il exaltera la pauvreté37, et à propos de qui il écrit : « j’ai suivi à la trace ce second Christ du Moyen-Age, cet homme qui à mes yeux marque une période dans le christianisme, et qui faisait dire à Dante, interprète de l’enthousiasme de son siècle : "Ici est né un soleil, comme autrefois cet autre sortit du Gange. Que celui qui veut donner à ce lieu son véritable nom, ne l’appelle point Assise, mais qu’il l’appelle Orient !"38 Il m’a fallu voir deux fois ce lieu admirable. Une 1e visite avec mes artistes ne m’avait pas satisfait. Revenant de Pérouse, j’ai laissé ma malle me devancer à Foligno, et quittant la voiture à Sta Maria degli Angeli près de là, j’ai gravi à pieds l’illustre montagne, ne portant avec moi que mes papiers toujours suspendus à mon cou, et lisant le 11e chant du Paradis, le poème de ce lieu :

  • 39 L’édition de J. Risset donne pende et non appende. Cf. Dante, La Divine Comédie, texte original, t (...)

Intra Tupino e l’acqua che discende
Del colle eletto dal beato Ubaldo
Fertile costa d’alto monte s’appende
Onde Perugia sente freddo e caldo.39

33J’ai passé là un jour délicieux : on n’a rien vu en Italie, si on n’a pas vu Assise. »

  • 40 Ernest Renan, Histoire des Origines du Christianisme, t. I, édition établie et présentée par L. Ré (...)
  • 41 Vie de Jésus, ibid.

34C’est bien la trace de saint François que suit ici Renan, la Divine Comédie à la main, et, pourrait-on dire, au sens le plus prosaïque du terme. Le lieu ancre saint François dans la réalité et Dante fournit une référence de prestige indiscutable pour celui qui est, comme on l’a fait remarquer, une « figure essentielle à la pensée de Renan. »40 Il lui permet de prouver la personne de Jésus : si on ne doute pas de l’existence de saint François, alors que dans les récits auxquels il donne lieu « le surnaturel se rencontre à chaque pas »41, pourquoi douterait-on de l’existence de la personne de Jésus ? Toute légende comporte une part de vrai.

35Mais c’est sans conteste le Mont-Cassin qui symbolise le mieux l’union de la fiction et du voyage.

  • 42 A H. Renan, 17 janvier 1850.

36Ce Mont Cassin que visite Renan avec ses deux compagnons C. Daremberg et Bussemaker représente une vision idéalisée de la vie monastique : « l’impression morale s’est jointe à celle des beautés de la nature. […] Mais c’est là le miracle ; c’est là ce qui fait en ce moment du Mont-Cassin un des lieux les plus curieux du monde, et celui où l’on peut mieux connaître l’esprit italien dans ce qu’il a de poétique et d’élevé. Le Mont-Cassin est le centre le plus actif et le plus brillant du mouvement moderne dans ce pays, et offre l’étonnant spectacle de moines persécutés par l’autorité séculière pour leur libéralisme et l’élévation de leur sentiment religieux. […] Les doctrines qui dernièrement ont été condamnées sous le nom de Rosmini, de Gioberti, de Ventura avaient envahi toute cette école, et avaient un de leurs plus brillants organes dans le P. Tosti, un des grands écrivains de l’Italie contemporaine, l’auteur de la Liga [sic] Lombarda, de la Vie de Boniface VIII, du Salterio del Pellegrino, du Veggente del Secolo XIX, espèce de Lamennais italien, dont la poétique imagination avait exercé sur tout ce monde monastique une véritable fascination. »42

  • 43 D’après J. Pommier, E. Renan lit Spiridion dans l’édition de 1842 et non celle de 1839.

37Si l’abbaye du Mont-Cassin est un foyer de libéralisme, elle est, profondément, pour Renan, la réalisation du roman de G. Sand, Spiridion, comme il le précise dans les lettres à A. Maury : « Avez-vous lu Spiridion43 de George Sand ? Je l’ai retrouvé là en toute réalité », ou à Henriette : « jamais je n’aurais rêvé une réalisation plus parfaite de la situation intellectuelle si bizarre que G. Sand a peinte admirablement dans Spiridion, un de mes livres les plus chers. Je l’ai retrouvé ici tout entier, non plus dans la fiction, mais dans la réalité. »

38De nombreux points rapprochent en effet E. Renan, l’abbaye du Mont-Cassin et le couvent de Spiridion : le Mont-Cassin est fondé par Saint Benoît, le couvent de Spiridion est bénédictin, saint Benoît a une soeur, Scolastique, qu’il ne voit qu’une fois par an mais qui lui est proche en esprit, tout comme Henriette l’est de Renan ; Alexis, qui fut l’élève de Spiridion, est en rupture avec l’église officielle, comme Renan.

  • 44 A Daremberg, 18 mars 1850.

39Dans une lettre à C. Daremberg, son ami catholique, Renan écrivait : « Non, rien ne vaudra jamais nos soirées du n° 82, avec M. Bussemaker ; je me rappelle pourtant avec un extrême plaisir celles de Florence quand vous me lisiez Corinne, et que vous me tanciez si vigoureusement de sympathie avec Spiridion. J’aurais voulu que vous eussiez entendu, il y a quelques jours, le Père Tosti [relégué à Rome où Renan le rencontra en mars] me dire mot pour mot les tirades qui soulevaient vos plus rudes colères : "Ne vois-tu pas, Angel, que nous sommes les derniers moines, etc." »44

  • 45 George Sand, Spiridion, éd. Slatkine, p. 291.
  • 46 Cf. J. Pommier, op. cit., p. 98.

40Les tirades dont parle Renan renvoient au passage de Spiridion, où Alexis apostrophe ainsi Angel : « Tu vois bien, dit-il, que c’en est fait de nous. Nous sommes une race finie, et Spiridion a été, à vrai dire, le dernier moine. »45 (Précisons cependant, comme le soulignait J. Pommier, que la vision que Renan donne du couvent de Spiridion est idyllique, car il oublie les confrères d’Alexis, « ignorants, incrédules et superstitieux, sensuels, imposteurs, délateurs. Il ne se souvient que des amis de l’Esprit. »46)

  • 47 Voir la lettre à H. Renan du 17 janvier 1850. Les phénomènes météorologiques auxquels il assiste d (...)
  • 48 Cf. la lettre à M. Berthelot du 5 février 1850.

41Enfin il n’est pas jusqu’au fantastique du roman de Sand (le cauchemar d’Alexis) que Renan n’emprunte, en le détournant, dans sa correspondance, où l’on retrouve des images analogues à celles de Spiridion47 : mêmes dimensions gigantesques de l’abbaye, même figuration du labyrinthe (évoquée dans une lettre à sa mère : « C’est une vraie ville, chère mère, un labyrinthe où l’on se perd, avec des portiques, des cloîtres, et une église comme je n’en ai pas vu depuis Rome. »48)

  • 49 Spiridion, op. cit., p. 209.

42Alexis dans son cauchemar, descendant dans le caveau de Spiridion, son maître, tente d’échapper aux statues qui s’animent : « les figures de marbre s’animèrent tout à coup ; et agitant leurs bras, qu’elles tendaient vers moi avec frénésie, elles voulurent me saisir pour me dévorer. »49

  • 50 Cf. note 47.

43Renan, de la bibliothèque du Mont-Cassin, évoque, dans une lettre à Henriette les nuages et voit « ces grandes masses s’avancer, étendre leurs bras, métamorphoser leurs formes, et […] plonger [ses compagnons et lui-même] dans l’ombre pour quelques instants. » La même description se retrouve dans une lettre à sa mère : « C’est un spectacle admirable, de les voir s’avancer, étendre leurs grands bras, embrasser le monastère, et nous plonger pour un temps dans l’obscurité. »50

  • 51 Spiridion, op. cit., p. 209.

44Enfin si Renan évoque la mer de nuages, la métaphore marine se retrouve aussi à maintes reprises dans Spiridion : « Je fus donc rejeté par la peur au milieu de la galerie, où leurs bras ne pouvaient m’atteindre, et la foule vint, et l’espace fut rempli de voix, le pavé inondé de pas. Ce fut comme une tempête dans les bois, comme une rafale sur les flots ; ce fut l’éruption de la lave. Il me sembla que l’air s’embrasait et que mes épaules pliaient sous le poids de la houle. Je fus emporté comme une feuille d’automne dans le tourbillon des spectres. »51.

45Mais dans les deux lettres c’est la notion de plaisir qui l’emporte, (« J’éprouve une jouissance très vive », « J’éprouve un extrême plaisir à voir cet étrange phénomène »), et non pas la terreur, qui s’empare d’Alexis. Le Mont-Cassin, transfiguré par Spiridion, offre à Renan une version sublimée de la vie monastique.

  • 52 Cf. la lettre à M. Berthelot du 9 novembre 1849.

46On voit là l’usage que Renan peut faire de ces réminiscences littéraires. Il utilise ces citations, dans le cas de Lamartine, pour masquer une sensualité qu’il n’ose reconnaître encore ; Dante lui permet de donner tout son poids d’authenticité à François d’Assise, et Sand lui présente le reflet d’une vie monastique qu’il eût voulu connaître. Il n’est cependant pas la dupe de cette transfiguration de la réalité : « Je sais très-bien, cher ami, écrit-il à M. Berthelot, et je m’en soucie peu, que la plupart des sentiments que j’éprouve en ce pays sont fondés sur une connaissance fautive de la réalité. Je m’en soucie peu, dis-je, car le sentiment a sa valeur, indépendamment de la réalité de l’objet qui l’excite. »52

De la correspondance à l’écriture de soi

47Cette correspondance italienne va peu à peu déboucher sur une métamorphose de Renan et conduire à l’élaboration d’une écriture autobiographique.

  • 53 Cf. la lettre à H. Renan du 12 novembre 1849.
  • 54 Cf. la lettre à sa mère, 29 octobre 1849.
  • 55 Ibid.

48Dès Lyon, où, dit-il « je ne sais quel vent tiède m’apportait déjà des parfums tout nouveaux pour moi. »53, le voyage de Renan apparaît empreint d’un sensualisme qu’approfondissent les paysages de Provence : « il faut lever les yeux, regarder le ciel, la mer, l’horizon, pour comprendre comment l’éternelle beauté de cette nature a de tous temps enchanté les âmes sensibles et les organisations poétiques »54, et la traversée de la Méditerranée s’effectuera sans « une vague, à peine quelques rides, et un léger soulèvement, comme celui d’une jeune poitrine qui se gonfle et s’abaisse tour à tour. »55

  • 56 Ibid.
  • 57 A M. Berthelot, 9 novembre 1849.
  • 58 A A. Maury, 28 novembre 1849.
  • 59 Ibid.

49Si la dégradation morale de l’Italie frappe E. Renan56, Rome agit sur lui comme un charme : « Je serais inexcusable d’avoir tardé si long temps à vous en entretenir, écrit-il à M. Berthelot, si la foule des impressions qui assiègent l’étranger sur cette terre enchanteresse n’enlevait durant les premiers jours toute autre faculté que celle de sentir. Ce changement a été chez moi prompt comme l’éclair. »57 Ou encore : « Rome est « une enchanteresse ; elle endort, elle épuise ; il y a dans ces ruines un charme indéfinissable, dans ces églises qu’on rencontre à chaque pas une quiétude, une fascination comme surnaturelles » ; « je n’y avais pas passé une journée que la séduction opérait déjà » ; « cette ville exerce sur moi une fascination vraiment étrange »58 ; « ce charme a opéré sur moi d’une façon comme surnaturelle »59

  • 60 A sa mère, 24 novembre 1849.
  • 61 Cf. la préface de l’Avenir de la science : « Le côté de l’art, jusque-là presque fermé pour moi, m (...)

50La langue italienne participe d’ailleurs de ce charme « langue sonore et harmonieuse, qui ressemble plus au chant qu’à la parole. »60 A cela il faudrait ajouter la révélation de l’art que nous évoquions plus haut.61

  • 62 A H. Renan, 12 novembre 1849.

51Dès lors l’attitude de Renan peut se résumer ainsi : « sentir plutôt que penser et critiquer : recevoir plutôt que réagir. »62

  • 63 A H. Renan, 16 décembre 1849.
  • 64 A sa mère, [Vers le 19 décembre 1849].
  • 65 Ibid.

52Cette métamorphose prend parfois une coloration prosaïque, comme lors de l’épisode de la vigne de l’Oratoire sur le Monte Mario où Renan se voit invité par le père Theiner à des libations en compagnie de novices et d’élèves de l’Oratoire63, ou encore lorsqu’il écrit à sa mère : « Je pense à vos pluies, à vos neiges, à vos brouillards, à vos glaces, à vos tempêtes, en me reposant sur l’herbe au bord du Tibre, à l’ombre des oliviers ou des orangers »64, dans un pays qui est « un vrai paradis terrestre »65, attitude d’abandon qui est sans doute unique dans la correspondance de Renan.

  • 66 Cf. la lettre à C. Daremberg du 18 février 1850.
  • 67 Cf. la lettre à C. Daremberg du 23 mars 1850. Voir aussi les femmes évoquées lors de l’entrée de P (...)
  • 68 Cf. la lettre à C. Daremberg, 21 avril 1850.
  • 69 Cf. la lettre à sa mère, 21 avril 1850.
  • 70 Cf. la lettre à H. Renan, 8 mai 1850.

53Les femmes aussi font, pour la première fois, leur apparition sous sa plume, femmes rencontrées lors de promenades66, chez ses hôtes67, ou lors de ses déplacements. Partant pour Pérouse il trouve une occasion de voyager à moindres frais en compagnie de trois peintres de l’école française et de leurs épouses respectives68, épouses qui d’ailleurs disparaissent dans les lettres à sa mère69 et à Henriette70

  • 71 A Henriette, 12 novembre 1849.

54Fondamentalement, cette transformation, on l’a souvent fait remarquer, le conduit à renouer avec une religion perçue dans ses manifestations instinctives, comme il l’écrit à Henriette : « Tout ce que j’ai vu m’inspire une plus grande aversion que jamais pour tout le troupeau noir ; mais cette aversion ne s’étend pas au système intellectuel de ce pays, à ses institutions, à ses mœurs. J’assistai le jour de la Toussaint à une prédication au Colysée : là tout était populaire, depuis le capucin qui grimpé sur les planches, parcourait en gesticulant sa tribune, jusqu’à cette foule vaguement attentive, qui recevait cette parole comme un rythme donné, chacun vaquant cependant à ses affaires, les hommes dormant assis sur les futs [sic] de colonnes, les mères allaitant leurs enfants sur les marches de la croix, les autres assis par terre, et imitant machinalement les gestes du prédicateur. […]Jamais je n’ai mieux perçu dans sa grande universalité cette loi éternelle de la nature humaine, dont la philosophie moderne a trop peu tenu de compte : L’humanité est religieuse. »71

  • 72 Cf. la lettre à M. Berthelot, 9 novembre 1849.
  • 73 A Maury, 28 novembre 1849.

55Même réflexion à l’adresse de M. Berthelot72 ou d’A. Maury à qui il écrit : « Cette religion méridionale, que je croyais m’être si antipathique, me plaît et m’enchante. La religion de ce peuple est vraiment grande et poétique, parce qu’elle est naïve. Chose étrange ! toute religion positive, toute pratique de culte me révolte en France ; car là elle ne m’apparaît que comme une pure superstition. Au contraire tout ce que le culte méridional a de plus plastique ne se montre à moi que comme poétique, comme expression originale et pittoresque du grand instinct religieux de la nature humaine. […] La religion de ce pays fait sur moi la même impression que celle du Moyen-Age : elle est grande car elle est vraie et populaire. »73

  • 74 Patrice, O.C. IX, p. 1530.

56La pointe de cette réflexion apparaît dans Patrice, où il écrit : « Le temps est venu où le christianisme doit cesser d’être un dogme pour devenir une poétique […] le christianisme restera notre mythologie et notre topique poétique, alors qu’il ne sera plus notre règle de foi. »74

  • 75 Cf. aussi la lettre à A. Maury, 28 novembre 1849 : « Jai presque cessé d’être français, les choses (...)
  • 76 A M. Berthelot, 9 novembre 1849.
  • 77 Ibid.

57La lecture des lettres de Renan montre une volonté de s’immerger dans cet univers italien dont il pressent qu’il peut être pour lui un révélateur. Il témoigne du désir de briser net, temporairement du moins, avec toute préoccupation étrangère à son moi : « Le croiriez-vous, cher ami ; je suis tout changé, je ne suis plus français75, je ne critique plus, je ne m’indigne plus, je n’ai plus d’opinion »76 ou encore : « Je m’aperçois que je ne vous ai pas dit un mot de politique ; je n’y pense plus ; je ne lis plus le journal. »77

  • 78 Cf. la lettre à A. Maury, 28 novembre 1849.
  • 79 Lettre à M. Berthelot, 9 novembre 1849. Cf. aussi les lettres à Henriette 12 novembre 1849, et Man (...)
  • 80 O.C. IX, 1543.
  • 81 Cf. la lettre à H. Renan, 12 novembre 1849.
  • 82 A H. Renan 16 décembre 1849.

58Ce repli sur soi est le signe du changement profond dont Renan prend conscience sans pour autant pouvoir agir sur lui. D’abord apparaît un trouble : « j’ai bien assez à faire à mettre au net avec moi-même ce que je sens en ce pays »78, et la nécessité d’autrui pour se comprendre comme il l’écrit à M. Berthelot : « que ne puis-je vous interroger sur mes propres sentiments, m’éclaircir mes sensations par les vôtres ! »79, phrase que l’on retrouvera telle quelle dans Patrice80, montrant d’ailleurs ainsi l’insuffisance de l’échange épistolaire. Puis vient le dédoublement, dont Renan est le témoin impuissant, comme en témoignent les formes pronominales : « un immense changement s’est opéré dans toute ma manière de sentir »81 ; « il s’est fait en moi une réaction singulière. »82

  • 83 A C. Daremberg, 23 février, 23 mars, 31 mars, 19 avril 1850, à E. Burnouf, [4 avril 1850].
  • 84 L’alliance de la religion et de l’amour y est précisé : « Les impressions religieuses ont toujours (...)

59L’examen de soi conduit naturellement Renan vers des formes de l’écriture autobiographique auxquelles il fait allusion dans sa correspondance. Ernest et Béatrix, et Patrice apparaissent ainsi au détour de plusieurs de ses lettres83. Le premier texte, écrit en 1848, est l’ébauche d’un roman par lettres, situé à l’époque de la Révolution, où Renan retrace l’évolution spirituelle de son héros éponyme et raconte un amour idéal entre celui-ci et l’héroïne qui emprunte évidemment à Dante, le lien entre amour et religion apparaissant là clairement.84 Le second texte, également fragmentaire, relate, dans un roman par lettres aussi, situé un peu avant la Révolution, l’amour de Patrice et Cécile, et fait une large part au voyage romain de Renan. Il est écrit à Rome en 1849-1850.

  • 85 A M. Berthelot, 10 février 1850.

60A propos de Béatrix, Daremberg brocardait d’ailleurs Renan, alors qu’il rentrait à Paris pour retrouver sa femme : « Vous avez votre Béatrice, ce n’est encore que Rome, moi j’ai la mienne, non moins aimable et non moins chère ; quand vous aurez connu, autrement qu’en idée, une réelle Béatrice, vous comprendrez qu’il faut bien savoir lui sacrifier quelque chose. »85

  • 86 Allusion à la Béatrice de Dante. E. Renan a écrit en 1848 l’ébauche d’un roman intitulé Ernest et (...)
  • 87 Gentucca Morla. Cf. Dante, Purgatoire, XXIV, 37.
  • 88 A C. Daremberg, 19 avril 1850.

61A quoi Renan pouvait répondre : « [je n’ai qu’une vie] et je l’ai vouée au christianisme, à Béatrix86. Si elle tança si vertement Dante pour avoir eu à Lucques quelques sourires pour Gentucca87, que me dirait-elle là-haut si je lui étais infidèle pour ma vie entière. Si pourtant elle m’apparaissait pour me dire de ne faire que du sanskrit, ah ! il faudrait bien lui obéir. »88

  • 89 A V. Cousin, 17 février 1850.

62Et à propos de Patrice, le même Daremberg disait à Renan le 22 février 1850 : « Oh ! en présence de l’avenir scientifique qui vous est réservé, quand je vous vois rêver un Patrice et une Cécile, je serais tenté de vous arracher les yeux. Songez au pali, au sanscrit, songez au grec, au moyen âge ; je veux vous persécuter sans cesse et vous répéter chaque matin : Homme, sache que tu n’es pas fait pour Patrice et Cécile, mais que tu dois aspirer à de plus hautes destinées. »89

  • 90 A C. Daremberg, 18 février 1850.

63L’écriture ce texte est pourtant une nécessité pour Renan, qui « brûle de retourner à Patrice »90 dès qu’il a terminé ses tâches officielles.

  • 91 Cf. les lettres à Maury, 28 novembre 1849, à Cousin, 10 décembre 1849, à Reinaud, 10 décembre 1849 (...)

64On retrouve dans Patrice des passages entiers des lettres que Renan adresse à ses correspondants (à Maury, à Cousin, à Reinaud, à M. Berthelot, ou à sa mère)91. Abandonnant sa correspondance, il utilise immédiatement le contenu de ses lettres pour composer cette oeuvre.

  • 92 O.C. IX, p. 1523.

65Le fragment consacré à Rome commence ainsi : « Rome produisit d’abord sur Patrice une impression très vive. Il n’en écrivit à personne, par suite de cette répugnance qu’il éprouvait à communiquer aux autres ses sensations actuelles et personnelles. Il haïssait d’ailleurs, dit-il quelque part, ceux qui, en visitant le Capitole ou le Colisée, seraient mécontents d’eux-mêmes, s’ils n’y pouvaient accoucher de quelque pensée remarquable, ou trouver l’occasion d’une lettre emphatique. Les fragments qui suivent marquent seulement les progrès de la pensée de Patrice durant ces premiers jours qui furent décisifs dans l’histoire de sa vie intérieure. »92 On ne trouvera en effet dans ce texte aucune des allusions, des citations repérées dans la correspondance. Le narrateur de Patrice récuse bien toute lettre emphatique.

  • 93 Il rejette le catholicisme comme système scientifique mais l’accepte comme forme religieuse de la (...)
  • 94 Ibid., p. 1535.
  • 95 Ibid., p. 1559.
  • 96 Ibid.
  • 97 A C. Daremberg, 23 mai 1850. Cette solitude disparaît d’ailleurs de la lettre que Renan adresse à (...)
  • 98 Cf. la lettre précédente à sa mère.

66Le roman tout entier est une longue réflexion de ce personnage sur son évolution intellectuelle, l’écriture de soi permettant le recul impossible dans la correspondance. On retrouve là de nombreuses pages sur la religion populaire de l’Italie, sur la religion conçue comme une poétique. S’il montre les impossibilités du christianisme93, et critique cette religion avec une virulence à laquelle on n’est pas habitué – il propose de conserver les églises, nous dit-il, mais comme effet de paysage94 -, l’essentiel de son propos est dans la double postulation qu’il ressent entre l’esprit critique qui conduit justement à rompre avec la religion, et le regret de l’innocence et de la naïveté passées, reflet de l’évolution de Renan lui-même. Cet esprit critique conduit d’ailleurs Patrice à la solitude : « Le soir, quand je regagne ma couche froide et solitaire, le sentiment d’un vide infini s’empare de moi, et je maudis la fatalité qui a défleuri mon existence, en rendant impossible la sympathie entre un être simple [i.e. Cécile] et moi »95, et à cet aveu : « Ainsi c’en est fait : jamais, jamais une femme ne m’aimera. »96 Cette solitude de Patrice trouve son analogue dans celle exprimée par Renan dans une de ses lettres de Venise : « Le soir, je fais au clair de lune de bien douces promenades dans une barcarole : mais hélas ! je suis seul !… »97, solitude affective amplifiée par la nostalgie de l’agitation passée de Venise qui n’est plus qu’une ville cadavre, toute emplie de silence…98

67L’opposition de valeurs morales se retrouve du reste à maintes reprises et dans Patrice et dans la correspondance.

  • 99 Il écrit la même lettre avec quelques variantes à M. Berthelot (14 avril 1850) et à Henriette (17 (...)
  • 100 Cf. supra.

68Assistant à l’entrée de Pie IX à Rome Renan décrit99 l’effroi que lui cause le fanatisme de la foule romaine en état de transe, les femmes surtout apparaissant comme de vraies bacchantes, assimilées à des bêtes féroces. La leçon qu’il retire de cet épisode est intéressante : il se montre sensible à ce peuple, hideux dans la manifestation de son enthousiasme et gracieux dans les fêtes qu’il organise pour le pape. La conclusion de sa lettre à Henriette est analogue à celle de sa lettre à M. Berthelot : une nuance imperceptible sépare le bien et le mal, Lamartine et Sade, Jésus et l’inquisition, Laure, Béatrix, Elvire et les plus monstrueuses perversions100. Cette leçon ne sera pas oubliée : on songe bien sûr à la Prière sur l’Acropole : « Une philosophie, perverse sans doute, m’a porté à croire que le bien et le mal, le plaisir et la douleur, le beau et le laid, la raison et la folie se transforment les uns dans les autres par des nuances aussi indiscernables que celles du cou de la colombe. »

69Et il en arrivera ainsi à accepter la religion de Naples : « J’ai vivement exprimé sur quelques feuilles l’indignation qu’excitait en moi la religion sensuelle et grossière de Naples. C’était un enfantillage : cette infâme religion est des plus originales ; elle est ce qu’elle est ; l’expression naïve d’un peuple sensuel et incapable d’abstraction. Eh bien ! cela, c’est une physionomie comme une autre, les choses ne peuvent être que ce qu’elles sont. »

  • 101 O.C. IX, p. 1562. Cf. aussi même page : « la déviation a tant de charme, et la droiture est si enn (...)

70Patrice s’achèvera par une réflexion sur l’architecture grecque et la chrétienne, sur la Grèce et le christianisme, et cette phrase : « Un temple ancien est incontestablement d’une beauté plus pure qu’une église gothique ; et pourtant je resterai des heures en celle-ci, et ne pourrai durer cinq minutes dans celui-là sans bâiller. Cela prouve que je suis perverti, dit ironiquement Patrice, mais qu’y faire ? »101 On reconnaît là les accents que l’on retrouvera bien plus tard dans la Prière sur l’Acropole…

71La lettre de voyage apparaît ainsi comme un genre polymorphe, jouant à la fois le rôle du rapport, de la découverte de soi par la littérature et de l’écriture de soi.

  • 102 O.C.IX, p. 1545.

72Elle est aussi une germination. Nous avons cité la Prière sur l’Acropole, qui date de 1876 ; nous aurions pu citer aussi une phrase de Patrice à propos de légendes chrétiennes : « Le pesant érudit venant à feuilleter de son doigt rustique ces roses délicates et légères ressemble au paysan qui avalerait d’une gorgée le parfum qu’on lui donnerait à sentir »102, phrase que l’on retrouvera dans L’Abbesse de Jouarre : « Je ne suis pas responsable de la sottise d’un rustique à qui on donnerait un parfum exquis à sentir et qui, au lieu de le sentir, l’avalerait. », drame qui date de 1886. Enfin il faudrait rappeler la préface de l’Avenir de la science, rédigée en 1890, deux ans avant sa mort, où Renan se penche sur son séjour à Rome, et les lignes fameuses : « une sorte de vent tiède détendit ma rigueur… » ces allusions montrant assez quelle fécondation de l’oeuvre de Renan permit la mission en Italie.

  • 103 Cf. Ovide, Caelum non animum mutant, qui trans mare currunt…

73Oscillant entre la découverte d’un monde vu à travers le filtre de la littérature et la découverte de soi, les deux démarches se croisant et se nourrissant l’une l’autre, cette correspondance italienne dont l’efficace aboutit à changer d’esprit en changeant de cieux103, témoigne de la passion autobiographique de Renan.

Notes

1 Toutes les citations des lettres de Renan renvoient au tome III de sa Correspondance générale, (1849-1855), à paraître aux éditions Champion.

2 Cf. M. Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la République, Paris, Seuil, 1992, pp. 106-107.

3 Voir sa lettre à Henriette Renan du 13 août 1849.

4 Ernest Renan, Bibliothèque nationale, 1974, p. 41.

5 A H. Renan, 12 novembre 1849.

6 A Alain Renan, 19 décembre 1849.

7 Voir à ce propos le livre de Mme A.-C. Faitrop-Porta, Rome au xixe siècle, vue par les grands compositeurs pensionnaires à la Villa Médicis et par leurs contemporains, Torino-Moncalieri, Centro Interuniversitario di Ricerche sul Viaggio in Italia, 1996.

8 A M. Berthelot, 7 janvier 1850, et à H. Renan, 10 janvier 1850.

9 A H. Renan, 17 janvier 1850 et à M. Berthelot, 20 janvier 1850.

10 A M. Berthelot, 20 janvier 1850.

11 A Mme Vve Renan, 9 février 1850.

12 A H. Renan, 8 mai 1850.

13 Cf. la lettre à H. Renan du 5 juin 1850 : « Et cette école vénitienne… Comment aimer ce réalisme si cru, ces têtes si vulgaires du Titien, si laides du Tintoret après le ravissant idéal des écoles toscane et pérugine, après la suave et correcte beauté de l’école bolonaise ? »

14 Ibid.

15 V. Cousin élaborait alors une édition des oeuvres complètes de ce philosophe. Cf. Petri Abaelardi Opera hactenus seorsim edita… recensuit, notas, argumenta, indices adjecit Victor Cousin, adjuvantibus C. Jourdain et E. Despois…, Parisiis, A. Durand, 1849-1859. 2 vol. In-4°. Cette référence figure dans Averroès et l’Averroïsme d’E. Renan, O. C. III.

16 Cf. la lettre à F. Esquirou de Parieu du 15 février 1850.

17 Cf. la lettre à V. Leclerc du 15 juin 1850. E. Renan avait en 1848 reçu un prix de l’Institut pour un mémoire consacré à l’étude de la langue grecque.

18 Cf. C. Lubrano di Siccone, « Renan, les langues orientales et la Société asiatique de Paris », Etudes renaniennes n° 100bis, 1995, p. 13.

19 Cf. la lettre à H. Renan, 12 novembre 1849.

20 Cf. la lettre à sa mère, 29 octobre 1849.

21 Cf. la lettre à sa mère, 9 janvier 1850.

22 Cf. la lettre à C. Daremberg, 14 février 1850.

23 A Henriette, 17 avril 1850.

24 Lettre à M. Berthelot, 7 janvier 1850.

25 Dans une lettre à Henriette du 10 janvier il revient sur le même sujet, mais, l’expression « instinct sexuel » a disparu : « une perversion, pour prendre le terme physiologique, des instincts inférieurs, qui ne se nomment pas, et qui sont si habiles à se transformer pour se satisfaire. »

26 Lettre à M. Berthelot, 7 janvier 1850 ; même réflexion à Henriette, 10 janvier 1850.

27 Cf. la lettre à A. et F. Renan, 15 janvier 1850.

28 E. Renan cite de mémoire ces vers, en altérant quelque peu le texte original. « Elégie : "Cueillons, cueillons la rose au matin de la vie".
Tristesse : "Ramenez-moi, disai-je, au fortuné rivage".
Le Passé : "Combien de fois, près du rivage / Où Nisida dort sur les mers".
Chant d’amour : "Si tu pouvais jamais égaler, ô ma lyre". »

29 Cf. la lettre à H. Renan, 10 janvier 1850.

30 Cf. la lettre à sa mère, 9 janvier 1850.

31 Lamartine, Méditations poétiques, Nouvelles Méditations poétiques, éd. de M.-F. Guyard, Paris, Gallimard, 1981, p. 158.

32 Cf. la lettre à M. Berthelot, 10 février 1850.

33 Cf. la lettre à H. Renan, 8 mai 1850.

34 A H. Renan, 17 mai 1850.

35 A sa mère, 4 mai 1850.

36 Henriette connaissait les Fioretti de saint François, ouvrage que lui avait offert M. Berthelot.

37 E. Renan écrira d’ailleurs : « Seul en mon siècle j’ai aimé la pauvreté. »… B.N.F., NAF 14200, 176.

38 Cf. Dante, La Divine Comédie, Paradis, XI, 49-54.

39 L’édition de J. Risset donne pende et non appende. Cf. Dante, La Divine Comédie, texte original, traduction, introduction et notes de J. Risset, Paris, Flammarion, 1990, p. 110. « Entre Topino et l’eau qui descend / de la colline élue par l’heureux Ubaldo, / une côte fertile descend d’une montagne / où Pérouse sent le chaud et le froid. »

40 Ernest Renan, Histoire des Origines du Christianisme, t. I, édition établie et présentée par L. Rétat, Paris, Laffont, 1995, pp. CCXLII-CCLIII.

41 Vie de Jésus, ibid.

42 A H. Renan, 17 janvier 1850.

43 D’après J. Pommier, E. Renan lit Spiridion dans l’édition de 1842 et non celle de 1839.

Malgré ce qu’il écrit à G. Sand en août 1863 : « Votre Spiridion que je lus au séminaire Saint-Sulpice » (O.C. X, p. 380), E. Renan ne fait allusion à Lélia et à Spiridion qu’après 1847. Dans l’Avenir de la Science ces deux romans sont cités. Cf. J. Pommier, George Sand et le rêve monastique, Spiridion, Paris, Nizet, 1966, p. 96-97.

44 A Daremberg, 18 mars 1850.

45 George Sand, Spiridion, éd. Slatkine, p. 291.

46 Cf. J. Pommier, op. cit., p. 98.

47 Voir la lettre à H. Renan du 17 janvier 1850. Les phénomènes météorologiques auxquels il assiste de la bibliothèque du Mont-Cassin lui inspirent les lignes suivantes, adressées à sa soeur : « Le matin, toutes les vallées sont couvertes d’épais nuages, dont on voit la surface supérieure inégale comme celle d’une mer agitée : on ne voit alors que le sommet des montagnes environnantes ; et on jouit d’un soleil brillant, tandis que les régions inférieures sont plongées dans les brouillards. C’est vers les 10 heures du matin que le spectacle est admirable, quand ces vapeurs se déchirent, qu’on voit apparaître à travers leurs déchirures de larges pans de la campagne, et les cimes des arbres percer çà et là. Quand le temps est nébuleux, le monastère est plongé dans les nuages. J’éprouve une jouissance très-vive à voir ces grandes masses s’avancer, étendre leurs bras, métamorphoser leurs formes, et nous plonger dans l’ombre pour quelques instants. » (Dans une lettre à sa mère du 21 janvier 1850 se retrouve presque mot pour mot la même description : « Le matin, toutes les vallées environnantes paraissent remplies de vapeur ; on dirait une mer ; les régions inférieures sont plongées dans l’obscurité, pendant que nous jouissons sur le mont du plus beau soleil. Vers 10 heures, le voile se déchire ; on voit apparaître de larges pans de la campagne, les arbres et les maisons montrent leurs cimes, quelques vapeurs flottent encore çà et là, suspendues au-dessus de la vallée. Quand le temps est nébuleux, nous sommes ici dans les nuages. C’est un spectacle admirable, de les voir s’avancer, étendre leurs grands bras, embrasser le monastère, et nous plonger pour un temps dans l’obscurité. J’éprouve un extrême plaisir à voir cet étrange phénomène. »)

48 Cf. la lettre à M. Berthelot du 5 février 1850.

49 Spiridion, op. cit., p. 209.

50 Cf. note 47.

51 Spiridion, op. cit., p. 209.

52 Cf. la lettre à M. Berthelot du 9 novembre 1849.

53 Cf. la lettre à H. Renan du 12 novembre 1849.

54 Cf. la lettre à sa mère, 29 octobre 1849.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 A M. Berthelot, 9 novembre 1849.

58 A A. Maury, 28 novembre 1849.

59 Ibid.

60 A sa mère, 24 novembre 1849.

61 Cf. la préface de l’Avenir de la science : « Le côté de l’art, jusque-là presque fermé pour moi, m’apparut radieux et consolateur. »

62 A H. Renan, 12 novembre 1849.

63 A H. Renan, 16 décembre 1849.

64 A sa mère, [Vers le 19 décembre 1849].

65 Ibid.

66 Cf. la lettre à C. Daremberg du 18 février 1850.

67 Cf. la lettre à C. Daremberg du 23 mars 1850. Voir aussi les femmes évoquées lors de l’entrée de Pie IX à Rome, (lettre à sa mère du 12 avril 1850), et l’allusion à la marquise Guiccioli (lettre du 8 mai 1850).

68 Cf. la lettre à C. Daremberg, 21 avril 1850.

69 Cf. la lettre à sa mère, 21 avril 1850.

70 Cf. la lettre à H. Renan, 8 mai 1850.

71 A Henriette, 12 novembre 1849.

72 Cf. la lettre à M. Berthelot, 9 novembre 1849.

73 A Maury, 28 novembre 1849.

74 Patrice, O.C. IX, p. 1530.

75 Cf. aussi la lettre à A. Maury, 28 novembre 1849 : « Jai presque cessé d’être français, les choses qui auraient dû révolter le plus profondément mes sentiments d’homme moderne me choquent à peine, car je n’ai pas le temps de penser à elles. »

76 A M. Berthelot, 9 novembre 1849.

77 Ibid.

78 Cf. la lettre à A. Maury, 28 novembre 1849.

79 Lettre à M. Berthelot, 9 novembre 1849. Cf. aussi les lettres à Henriette 12 novembre 1849, et Manon, 24 novembre 1849.

80 O.C. IX, 1543.

81 Cf. la lettre à H. Renan, 12 novembre 1849.

82 A H. Renan 16 décembre 1849.

83 A C. Daremberg, 23 février, 23 mars, 31 mars, 19 avril 1850, à E. Burnouf, [4 avril 1850].

84 L’alliance de la religion et de l’amour y est précisé : « Les impressions religieuses ont toujours été en moi très fortes, et par suite des habitudes de mon enfance, elles se mêlent dans une proportion indéfinissable aux instincts les plus intimes de ma nature. » O.C.IX, p. 1529.

85 A M. Berthelot, 10 février 1850.

86 Allusion à la Béatrice de Dante. E. Renan a écrit en 1848 l’ébauche d’un roman intitulé Ernest et Béatrix. Cf. O. C. IX.

87 Gentucca Morla. Cf. Dante, Purgatoire, XXIV, 37.

88 A C. Daremberg, 19 avril 1850.

89 A V. Cousin, 17 février 1850.

90 A C. Daremberg, 18 février 1850.

91 Cf. les lettres à Maury, 28 novembre 1849, à Cousin, 10 décembre 1849, à Reinaud, 10 décembre 1849, à sa mère, 26 décembre 1849, à M. Berthelot, 26 décembre 1849.

92 O.C. IX, p. 1523.

93 Il rejette le catholicisme comme système scientifique mais l’accepte comme forme religieuse de la société. O.C. IX, pp. 1532-1533.

94 Ibid., p. 1535.

95 Ibid., p. 1559.

96 Ibid.

97 A C. Daremberg, 23 mai 1850. Cette solitude disparaît d’ailleurs de la lettre que Renan adresse à sa mère le 24 mai…

98 Cf. la lettre précédente à sa mère.

99 Il écrit la même lettre avec quelques variantes à M. Berthelot (14 avril 1850) et à Henriette (17 avril 1850) ; la lettre à Berthelot est plus directe.

100 Cf. supra.

101 O.C. IX, p. 1562. Cf. aussi même page : « la déviation a tant de charme, et la droiture est si ennuyeuse qu’en vérité, si j’étais à recommencer, je la préférerais peut-être encore. »

102 O.C.IX, p. 1545.

103 Cf. Ovide, Caelum non animum mutant, qui trans mare currunt…

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540