Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lettre de voyage

 | 
Pierre-Jean Dufief

Troisième partie. La lettre de voyage et le monde des livres

Présence de la Belgique dans la correspondance de Charles Nodier

Jacques-Remi Dahan

Texte intégral

1Charles Nodier ne fut pas, hors les frontières de France, un touriste coureur d’aventures comparable à ses contemporains Chateaubriand, Lamartine, Nerval, Gautier ou Dumas : pour lui, nul voyage en Orient ou aux confins de l’Europe ; si l’on met à part le périple peu spontané qui le mena en 1813 dans les Provinces illyriennes, on ne trouve guère à mentionner qu’un voyage en Écosse (1821), un autre en Catalogne (1827), quelques excursions en Suisse (1825, 1826…) et enfin un voyage en Belgique (1835).

2De ces déplacements ne demeurent que des traces peu nombreuses : certes, Nodier tint de son expédition de 1821 un précieux carnet, dont il tira la matière de sa Promenade de Dieppe aux montagnes d’Écosse. Mais c’est là un cas unique, les autres voyages ne nous étant connus que par de très rares lettres de l’écrivain.

3Un sort particulier doit être fait cependant au voyage en Belgique de 1835 ; d’abord parce qu’il constitue l’ultime expédition connue de l’écrivain vieillissant, ensuite parce qu’il revêtit à ses yeux une importance toute particulière, attestée par sa fille :

Ces deux voyages de courte durée [à Rouen et à Montbéliard, au titre de l’Académie française] et un mois passé à visiter la Belgique que ni lui ni ma mère ne connoissoient, composèrent le total de ses jours de vacances pendant les douze dernières années d’une existence dévorée et exténuée par le travail. Le repos qu’il étoit allé chercher dans un pays où il n’avoit eu aucune relation jusque-là, — et c’étoit bien pour cela qu’il l’avoit choisi, — n’y fut cependant pas son hôte. […] Aussi malgré l’extrême fatigue physique qu’il rapportait de son voyage, doublée de celle avec laquelle il étoit parti, sa réception en Belgique lui avoit-elle laissé un souvenir sincèrement ému.

4Ce que fut précisément ce voyage, on doit le déduire de quelques documents ou lettres, et plus encore des échos qu’il engendra dans la presse belge.

  • 1 Ancienne collection Mennessier-Nodier.
  • 2 Nodier à Alexandre Duval ; Péronne, 26 mai 1835.
  • 3 Journal des Flandres, 30 mai 1835 ; Le Belge, 1er juin 1835 ; Le Lynx, 2 juin 1835.

5Les 19, 20 & 22 mai 1835, un passeport pour le Nord et la Belgique est délivré à Paris à Charles et Désirée Nodier1. Le 26 mai, les époux sont à Péronne2 ; et, quoique initialement attendus à Gand3, ils traversent Mons et parviennent le 28 à Bruxelles.

  • 4 Nodier à Taylor ; Bruxelles, 30 mai 1835 : « Mon cher ami, je vous écris pour vous annoncer que no (...)
  • 5 Nodier à Jules Mennessier et Marie Nodier ; Bruxelles, 29 mai 1835.
  • 6 « Adolphe Haumann et sa famille nous ont comblés, presque écrasés de politesses. Ce sont d’excelle (...)
  • 7 Le Courrier Belge, 7 juin 1835.
  • 8 L’Indépendant, 4 juin 1835.
  • 9 Académie Royale de Musique, 27 février 1833.

6« Grande pluie et grand vent. » Malgré le mauvais temps4, et la nécessité d’emprunter un fiacre, « sotte manière de voir les villes5 », les Nodier se comportent en dignes curieux européens, fréquentant la Bibliothèque de Bourgogne, les Archives du royaume, les collections scientifiques, et rendant quelques visites : le 1er juin, le couple est reçu à bras ouverts par le célèbre libraire contrefacteur Adolphe Hauman6 ; Nodier se porte aussi au chevet de son ami lithographe Jean-Baptiste Jobard (1792-1861), « retenu dans son lit par un rhumatisme universel qui le prive de l’usage de tous ses membres7 » ; et n’omet pas d’arpenter consciencieusement, aux confins de la cité, les immenses magasins du bouquiniste Verbeyst8. Le 2 juin, Les Nodier assistent au Théâtre royal de la Monnaie à la reprise de Gustave III ou Le Bal masqué, opéra en cinq actes d’Auber, créé à Paris deux ans plus tôt9.

  • 10 F. de Reiffenberg, « Charles Nodier, membre de la Société des Bibliophiles de Belgique », Annuaire (...)
  • 11 L’Indépendant, 6 juin 1835.

7Au fil de la semaine, la présence de l’écrivain dans la capitale a été dévoilée par les journaux, et Nodier, qui voit affluer les invitations mondaines, ne trouve de salut que dans la fuite : le 4 juin, les Nodier abandonnent précipitamment Bruxelles pour Louvain où les accueille Frédéric de Reiffenberg, qui a dédié à l’écrivain français son plus récent recueil de nouvelles et souhaite lui « exhiber deux ou trois volumes très-rares10 ». Nodier parcourt l’Université et les autres monuments de la ville, et se récrie « sur les ressources et les richesses de la Belgique, qui ne sera jamais un objet de dénigrement que pour les petits esprits et les talents médiocres11 ».

  • 12 Nodier à Taylor ; Malines, 5 juin 1835 : « Mon cher ami, voilà vos feuilles [les épreuves des Voya (...)
  • 13 L’Indépendant, 7 & 8 juin 1835.

8Louvain n’est cependant qu’une étape sur la route de la Flandre maritime. Dès le lendemain 5 juin, les Nodier quittent Louvain pour Malines, où ils descendent à l’Hôtel de la Couronne impériale. Une surprise les y attend : après un après-midi passé à visiter la ville — la tour Saint-Rombaud et ses carillons12 ! —, les époux s’apprêtent à prendre une nuit de repos quand, sous leurs fenêtres, retentit une « brillante sérénade ». C’est là l’hommage présenté à l’académicien français par les notables malinois, magistrats et officiers de la garnison, menés par le commissaire de district Constantin Rodenbach. Ému de cet accueil aussi touchant qu’intempestif, Nodier se rhabille, et descend dans la cour de l’hôtel remercier de la manière la plus civile les musiciens de la garnison et les personnes présentes13. La matinée du lendemain, 6 juin, est consacrée à des visites de politesse, au cours desquelles Nodier reçoit de Rodenbach plusieurs lettres de recommandation à destination de notables et érudits flamands ; les voyageurs s’acheminent ensuite vers Anvers, qu’ils atteignent le même jour et où ils s’établissent à l’Hôtel Saint-Antoine.

  • 14 « Pendant son séjour en notre ville [Anvers], il a été fort peu vu », notent le Journal des Flandr (...)
  • 15 L’Indépendant, 11 juin 1835.

9À Anvers, les Nodier suspendent quelques jours leur marche précipitée. Rendu à un relatif anonymat14, Nodier met à profit son séjour en ce haut lieu de la typographie pour effectuer quelques recherches biographiques sur Christophe Plantin et ses successeurs, qu’il caractérise ainsi, à la plus grande satisfaction patriotique des journalistes autochtones : « l’une des six familles patriciennes, je dirais royales, de l’imprimerie, les Aldes, les Junte, les Estienne, les Plantin, les Elzévirs et les Didot15 ».

  • 16 L’Indépendant, 12 juin 1835.

10Le 9 juin, l’équipée se poursuit en direction de Gand, où l’on arrive dans la soirée, malgré un incident mécanique, et où l’on dépose ses malles à l’Hôtel du Lion d’or. La journée du 10 juin se passe à visiter la cité, sous la conduite de l’historien Auguste Voisin ; Nodier est convié à admirer les églises, le palais de l’université, les cabinets de tableaux et d’antiquités de Scamp et d’Huyvetter. Enthousiaste ou simplement courtois, il clame que Gand lui paraît « l’une des plus intéressantes villes qu’il ait vues et que la cathédrale [Saint-Bavon] peut rivaliser en richesse d’ornements et en beauté d’architecture avec les plus belles églises non seulement de France et d’Angleterre, mais aussi d’Espagne et d’Italie, pays, cependant, où les constructions religieuses sont si imposantes sous tous les rapports16 ». Il se garde en revanche de faire la moindre mention un peu précise des trésors artistiques que recèle la ville.

  • 17 Ibid. : « Dans l’après-midi d’aujourd’hui, M. Nodier, quittera cette ville [Gand] pour se rendre à (...)

11Dans l’après-midi du 11 juin, les Nodier quittent Gand pour Bruges et Ostende. Une nouvelle fois, les hommages pèsent à l’écrivain fatigué et pressent son départ17.

12On est moins bien informé sur la fin du voyage : après Ostende, où sa présence est attestée le 15 juin, le couple regagne probablement la France via Ypres et Lille (où les Nodier s’arrêtent les 16 et 17 juin), puis Saint-Quentin (19 juin). Le 22 juin au plus tard, ils sont de retour à Paris. L’excursion aura duré un mois plein.

13Voilà, dans leur nudité factuelle, les circonstances de cette expédition outre Quiévrain. Les lettres de Nodier connues qui en gardent trace, écrites en cours de voyage, peu avant ou immédiatement après, n’excèdent pas la dizaine ; adressées aux amis de Paris (Alexandre Duval, Taylor, Cailleux, Techener…) ou à la famille, elles précisent au mieux quelques incidents (voiture brisée, parapluie perdu…) mais ne fournissent que de maigres données sur les impressions ressenties par l’écrivain.

14Ces pièces se révéleraient d’une faible ressource à qui tenterait d’en déduire, sous quelque angle qu’on les étudie, la vision de la Belgique particulière à Nodier. Aussi notre investigation eût-elle grandement risqué de se conclure sur un constat de carence si une découverte n’était venue inopinément lui ouvrir une direction nouvelle ; les riches archives des descendants de Marie Nodier recèlent en effet un petit dossier, probablement constitué par l’écrivain lui-même, qui regroupe la quasi totalité des épîtres adressées à Nodier par des relations belges. Enrichies de quelques documents épars — réponses de Nodier, nouvelles lettres à lui adressées ou extraits de correspondances transversales —, ces missives permettent de brosser un panorama typologique des connaissances belges de Nodier, et de s’interroger sur l’importance attachée par lui à des écrits provenant pour une part notable d’assez minces personnages, sur ce qu’il attend ou imagine d’eux.

15Une première tentative d’ordonnancement amène à mettre à part les auteurs de lettres antérieures au voyage de 1835. Ceux-ci sont au nombre de deux.

16Le premier, chronologiquement parlant, est une figure de quelque notoriété : Henri-Florent Delmotte (1798-1836), bibliothécaire de Mons puis notaire au même lieu, président et co-fondateur de la Société des bibliophiles de cette ville.

  • 18 Recherches historiques sur Gilles de Chin et le dragon [par Henri-Florent Delmotte]. Mons, Leroux, (...)

17Dans sa lettre du 4 juillet 1831, Delmotte quémande auprès de son illustre confrère de l’Arsenal des renseignements sur un manuscrit du roman en vers médiéval de Gilles de Chin, censément conservé dans le dépôt parisien ; et, pour appuyer sa requête, y joint ses propres Recherches historiques sur le sujet18.

18Cette missive où Delmotte sollicite ne fut peut-être pas la toute première ; quoi qu’il en soit, elle permet déjà de deviner ce qui devait lier les deux hommes : bibliophilie, goût pour les plaquettes à tirage limité, intérêt pour les langues régionales, mais aussi forme très particulière d’humour.

  • 19 « De quelques dates fausses qui se rencontrent dans les souscriptions d’anciens ouvrages », Bullet (...)

19Une deuxième lettre conservée de Delmotte à Nodier porte la date du 23 novembre 1835. Écrite conjointement avec Renier Chalon, personnage sur lequel nous aurons l’occasion de revenir, elle est postérieure au voyage et contient surtout l’annonce de la fondation, le 4 avril précédent, de la Société des Bibliophiles de Mons, et elle est accompagnée de la première publication de cette société. Ce contenu explicite mis à part, la lettre constitue un véritable serment d’allégeance à Nodier de Chalon, secrétaire de la société montoise, et de Delmotte, son président. À cette date, ceux-ci ne sont plus tout à fait des anonymes pour le Comtois de Paris, puisque Delmotte a récemment publié un petit article19 dans le Bulletin du Bibliophile, et que la revue fondée par Nodier donne dans son numéro de novembre des extraits du règlement de la Société des Bibliophiles de Mons.

  • 20 Nous en avons donné le texte dans Histoires littéraires, n° 2, avril-juin 2000, p. 156.
  • 21 Gouvernement du pays d’Haynnau, depuis le trépas de l’archiduc Albert, d’heureuse mémoire. 1621. [ (...)

20Cette épître est la seule pour laquelle on dispose de la réponse de Nodier20, remerciement assez protocolaire pour l’envoi précédent, dont l’expression hyperbolique nous fit naguère penser à tort que l’ouvrage expédié se confondait avec une plaquette beaucoup plus fameuse que le Gouvernement du pays d’Haynnau21.

21En réalité, c’est une troisième lettre, du 13 janvier 1836, qu’accompagne, avec trois brochures d’intérêt purement montois, une production entièrement due à la plume de Delmotte, le Voyage pittoresque et industriel dans le Paraguay-Roux et la Palingénésie australe, par Tridace Nafé Théobrôme de Kaout t’chouk, modestement présenté par son auteur en ces termes : « C’est un essai dans un genre de facétie dont je n’ai jamais rencontré aucun autre exemple ».

  • 22 Charles Weiss à Ch. Nodier ; s.l. [Besançon], 15 mars 1837 : « Je préfère aux quatre gros volumes (...)
  • 23 On consultera pour une analyse de cette étrange affaire l’article de Lieven D’hulst, « D’une marge (...)

22On sait que cette facétie de Delmotte, très inconnue des lecteurs parisiens, fit l’objet de la part de Nodier d’un texte critique si débridé que ses meilleurs amis le prirent d’abord pour une création originale22, encourageant l’auteur à laisser sa recension couper les ponts avec l’écrit dont elle rend compte, afin de se donner à lire pour elle-même, au tome XI des Œuvres complètes Renduel, Contes en prose et en vers (1837). Quelque valeur littéraire qu’on concède au texte de Delmotte, il mériterait largement aujourd’hui, ne fût-ce que pour avoir été la matrice d’un des écrits les plus curieux de Nodier, d’être tiré de l’oubli et donné à lire aux amateurs contemporains23.

23Après la disparition prématurée de Delmotte, le 7 mars 1836, la correspondance entre Mons et Paris devait se poursuivre par l’entremise de Renier Chalon, et connaître un nouvel épisode extraordinaire, que nous mentionnerons plus bas.

  • 24 Probablement Pierre-Jean Ronse, qui soutint thèse en 1829 à Gand : Dissertatio inauguralis de poss (...)
  • 25 Revue de Paris, t. XLI, livr. du 12 août 1832, p. 81-107.
  • 26 Die Erziehung des Menschengeschlechts, publié anonymement en 1780 : Lessing devait disparaître en (...)

24Le second de ces correspondants d’avant 1835 est en revanche un parfait inconnu. Le 1er novembre 1832, le dénommé Ronse, avocat à Bruges24, réagit à la publication, au mois d’août précédent, du fameux essai de Nodier, « De la Palingénésie humaine et de la Résurrection25 ». Exprimant tout le plaisir éprouvé à la lecture du texte, Ronse esquisse quelques parallèles non dépourvus d’intérêt avec la philosophie de Charles Fourier, et avec L’Éducation du genre humain de Lessing26 : or si ce rapprochement de la pensée de Nodier avec l’idéalisme mystique de Lessing paraît judicieux, il est d’autant plus important de souligner que l’écrit du poète allemand, un des derniers publiés de son vivant, ne fut révélé au public francophone qu’en 1830, par la traduction ouvertement saint-simonienne d’Eugène Rodrigues, qui la joignit au reste à partir de 1831 à ses Lettres sur la religion et la politique.

25À un moment où la plupart des critiques français — Balzac excepté — persistent à confiner le bibliothécaire de l’Arsenal dans son personnage de charmant touche-à-tout, l’obscur Ronse, à la faveur peut-être d’une familiarité avec la pensée métaphysique acquise pendant ses études outre Rhin, montre donc un exceptionnel discernement en percevant dans la pensée du dernier Nodier la dimension utopique qui fait de lui un proche de Ballanche, de Fourier et de Saint-Simon. Sans doute ne faut-il pas chercher plus loin le motif implicite pour lequel Nodier a conservé l’insignifiante missive en question : isolé, méconnu pour ce qui importe vraiment à ses yeux, en porte-à-faux avec l’esprit du temps, le Nodier de 1832 trouve chez ce presque anonyme la compréhension qu’il espère en vain des illustrations contemporaines.

  • 27 Provenant peut-être du fonds Charles de Brouckère, ce document, qui appartenait à la collection de (...)
  • 28 Vienne, Osterreichische Nationalbibliothek, autographe 31/139.
  • 29 Bulletin du Bibliophile, 1860, p. 1560-1562.

26Un deuxième groupe de correspondants pourrait être constitué par ceux avec lesquels les échanges épistolaires eurent lieu pendant le voyage même : ils sont malheureusement peu nombreux. Deux minces billets — plutôt que lettres — de Nodier, rédigés au cours du voyage à l’intention de relations belges, nous sont seuls parvenus : tous deux datables du 3 juin 1835, veille du jour qui voit les Nodier quitter Bruxelles, ils ont pour destinataires, le premier27 un gouverneur qui serait celui de la province de Brabant ; le second28, le libraire d’ancien bruxellois Verbeyst ; d’un intérêt plus marqué, cette dernière pièce établit par la familiarité de son ton que, dès avant le voyage, Jean-Baptiste Verbeyst (1770-1849), correspondant de Chateaubriand, de Walter Scott et des plus illustres bibliophiles d’Europe, n’était nullement un inconnu pour Nodier, et qu’il pourrait conséquemment être rattaché à la catégorie précédente ; la pérennité des relations Nodier-Verbeyst est confirmée par une missive29 de 1839, dans laquelle Nodier dissipe les inquiétudes de son correspondant quant à l’effet produit sur son épiderme par les piqûres de libellistes bruxellois.

  • 30 Ch. Nodier à Adolphe Hauman ; s.l. [Paris], avril 1836 : Il lui demande s’il a toujours l’intentio (...)
  • 31 Arsenal, Rés. 16° p.n. 3146.

27Notre principal regret tient à la perte d’une correspondance Nodier-Adolphe Hauman qui a certainement existé, et eût offert de précieux éléments pour une histoire de la contrefaçon, ou plutôt pour une étude de la façon dont les auteurs français s’accommodèrent de la contrefaçon. La qualité des liens que nouèrent les deux hommes est établie par quelques lignes du second billet à Taylor, par une lettre perdue30 de 1836, et surtout par un exemplaire31 des Méditations poétiques de Lamartine, comportant préface de Nodier et envoi manuscrit du contrefacteur à Marie Nodier !

28Le troisième groupe de correspondants, peut-être le plus riche, représente ceux pour lesquels le commerce épistolaire, quoique postérieur au voyage, renvoie à d’effectives rencontres.

  • 32 Bruxelles, 1829.
  • 33 Bruxelles, Louis Hauman, 1833, in-16, 266 p.

29Le nom le plus marquant, parmi ceux des personnalités en question, est sans doute celui de Constantin Rodenbach (1791-1846) : on se souvient que celui-ci avait reçu les Nodier à Malines au son de la fanfare militaire. Or Constantin Rodenbach, propre grand-père de l’illustre auteur de Bruges la morte, n’est pas le premier venu. Médecin diplômé de la faculté de Paris, ennemi déterminé du régime hollandais, il avait adhéré avec enthousiasme au nouvel ordre issu des journées de septembre 1830, et fut aux élections du 4 novembre envoyé comme député de Roulers au Congrès National. Député du district de Saint-Nicolas à la Chambre des représentants de 1831 à 1839, nommé en 1832 commissaire d’arrondissement à Malines, il devint ultérieurement ambassadeur de Belgique en Suisse (1839-1842) et en Grèce (1842-1846). Auteur de plusieurs brochures et articles médicaux — parmi lesquelles des Considérations sur les Colonies de Fous32— et d’Épisodes de la révolution dans les Flandres33, Rodenbach, homme de cœur, aux connaissances variées, était tout désigné pour rencontrer Nodier.

  • 34 Pierre Maes, « La famille de Georges Rodenbach », Mercure de France, t. CIX, livr. du 16 mai 1914, (...)

30On a retrouvé, échangées par les deux hommes, une lettre de part et d’autre. La lettre de Nodier, datée de Saint-Quentin le 19 juin 1835, n’est pas de celles qu’on adresse à un indifférent34. Visiblement ému de l’accueil que lui a réservé Rodenbach, tant à titre privé que public, Nodier le remercie très chaudement des facilités qu’il lui a ménagées, et le prie de transmettre à son épouse « l’expression de [s]on respect et de [s]a reconnaissance ». Plus anecdotique, la réponse de Rodenbach, du 14 août, appâte le Comtois Nodier, dans la perspective d’un retour en Belgique, en lui apprenant que « le bâtiment où siège le tribunal de 1ère instance [de Malines] faisait partie de l’ancien hôtel de [son] compatriote le cardinal de Granvelle ».

  • 35 La lettre de Rodenbach à Moke (B.N.U. Strasbourg, Ms. 2386, pièce 504) a été publiée par Pierre Ma (...)

31Au travers de ces lettres, Rodenbach apparaît comme le véritable introducteur de Nodier en Flandre. Sur un plan officiel, il a recommandé Nodier auprès du gouverneur de la province d’Anvers, l’avocat et journaliste Charles Rogier (1800-1885) ; et de celui de la province de Flandre orientale, l’homme d’État et diplomate, grand admirateur de Lamennais, Charles-Ghislain Vilain XIIII (1803-1878). Ce faisant, il a certainement aplani pour les voyageurs certaines difficultés administratives ; mais il a fait davantage encore, sur un plan privé, en leur offrant pour cicerones à Bruges l’historien et romancier Henri-Guillaume Moke35 (1803-1862), surnommé l’Augustin-Thierry de la Belgique ; et, selon toute vraisemblance, Octave Delepierre.

32Autre figure d’importance, en effet, que celle d’Octave Delepierre (1802-1879). Ce n’est pas tant, dans son cas, la lettre qu’il adresse à Nodier le 30 juin 1835 qui présente une importance majeure, que l’influence que cette rencontre devait probablement exercer sur l’orientation de sa vie.

33Docteur en droit, Delepierre pratiquait en 1835 à Bruges son métier d’avocat. Il fut nommé en 1837 archiviste de la province de Flandre occidentale, poste mieux approprié à ses goûts, et en 1838 bibliothécaire de la ville de Bruges. N’ayant pu obtenir du gouvernement de la province une amélioration de sa situation, il se démit de ses fonctions et, en 1843, s’établit à Londres, où on lui procura un emploi de secrétaire à la légation de Belgique.

34Déjà connu pour ses premiers travaux dans les domaines de l’histoire et de l’archéologie flamandes, et de la bibliographie, il attira l’attention des savants du monde entier par les découvertes bibliophiliques qu’il fit alors à la bibliothèque du British Museum. Bientôt nommé consul général de Belgique, il ouvrit son salon à toutes les notabilités anglaises du temps.

  • 36 Paris, impr. de Crapelet, 1852, in-8°, 387 p.
  • 37 London, printed by C. Whittingham, 1856-1857. — Voir aussi son Essai biographique sur l’histoire l (...)
  • 38 Le Temps, 29 octobre & 21 novembre 1835 : « Bibliographie des fous. De quelques livres excentrique (...)
  • 39 [S.l.], les frères Gébéodé [Gustave Brunet et Octave Delepierre], 1852-1856, 3 vol. in-16.

35Un des fondateurs de la Philobiblion Society, dont il fut le secrétaire, membre de nombreuses sociétés savantes, Delepierre se présenta souvent comme un disciple de Nodier : n’a-t-il pas, dans ses Macaronéana ou Mélanges de littérature macaronique36, qui constituent l’étude la plus exhaustive consacrée à la littérature macaronique, fait fructifier la semence répandue par Nodier dans sa notice Du langage factice appelé macaronique (1834) ? n’a-t-il pas donné, dans ses Études bio-bibliographiques sur les fous littéraires37, une suite aux travaux fondateurs38 de son maître ? n’a-t-il pas marqué, par la publication de sa Bibliothèque bibliophilofacétieuse39, sa fidélité au goût bien connu de Nodier pour les facéties ?

36Indéniablement, Delepierre connaissait les travaux de Nodier avant 1835 ; mais il n’est pas exclu que leurs conversations de Bruges ne l’eussent définitivement révélé à lui-même, et convaincu d’abandonner le droit pour la littérature et la recherche bibliographique.

37Non content de l’avoir adressé à Moke et Delepierre à Bruges, Rodenbach, on a lieu de le croire, pourvut aussi Nodier d’une recommandation pour un éminent Gantois, l’homme de lettres Auguste Voisin (1800-1843). Ce dernier, dont on connaît deux lettres à Nodier des 24 août 1835 et 1er septembre 1836, fut son guide dans la métropole flamande.

  • 40 Nodier signala l’ouvrage à l’attention des amateurs dans le Bulletin du Bibliophile (2e série, n° (...)

38Docteur ès lettres et philosophie de l’université de Gand, Voisin, après avoir enseigné la rhétorique à Courtrai, était revenu en 1830 s’établir à Gand pour y diriger l’éducation privée de quelques jeunes gens de la bourgeoisie. Bientôt nommé professeur de poésie à l’athénée, puis chargé des cours d’histoire universelle et de littérature grecque à l’université, il devint en 1836 bibliothécaire de l’université de Gand, poste qu’il occupa jusqu’à sa mort. Membre de plusieurs sociétés savantes belges et étrangères, il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels on distingue la Bibliotheca Hulthemiana, ou Catalogue méthodique de la riche et précieuse collection de livres et de manuscrits délaissés par M. Charles van Hulthem à Gand (Gand, 6 vol. in-8°)40.

39Il ne fait pas de doute que celui qui devait devenir l’année suivante le confrère de Nodier, en accédant à la direction de la bibliothèque de l’université de Gand, dut mener avec lui quelques-unes de ces discussions bibliographiques dont il était si friand.

  • 41 Musée de Mariemont, 447/b ; publ. in : Marie-Jeanne Durry, Autographes de Mariemont, Deuxième part (...)
  • 42 Outre l’article cité précédemment, on consultera le Bulletin du Bibliophile belge, t. V, 1848.
  • 43 Une cousine au second degré de Reiffenberg, la baronne Marie de Marches (~1816-1842), épousa Hippo (...)

40Enfin, rappelons, malgré la pauvreté des documents disponibles, le nom de Frédéric de Reiffenberg (1795-1850) : adressée à celui qui accueillit les Français à Louvain, on ne connaît qu’une lettre de Nodier, encore le destinataire en est-il hypothétique41. Les témoignages de Reiffenberg sur Nodier42 ne laissent pas de doute, cependant, sur l’intimité qui s’établit entre eux, au point que Reiffenberg s’efforça de se découvrir une quasi parenté43 avec l’illustre écrivain.

41Précédemment professeur à l’Athénée d’Anvers et à celui de Bruxelles, Reiffenberg avait été nommé en 1821, grâce à la protection du fameux bibliophile Van Hulthem, conservateur et bibliothécaire adjoint à la bibliothèque de Bourgogne et à celle de Bruxelles, puis professeur aux universités de Louvain (1822) et de Liège (1836). Enfin, en 1837, il devint directeur de la Bibliothèque royale de Belgique tout récemment créée.

42Doué d’une inconcevable facilité d’écriture, Reiffenberg est l’auteur d’une œuvre immense et inégale — prose, vers, philologie, histoire, théâtre, articles de journaux, etc. —, qui fait de ce promoteur du bilinguisme un des porte-voix de la renaissance belge. Membre de l’Académie royale de Belgique, membre correspondant de l’Institut de France, il fut agrégé par une foule de sociétés savantes belges et étrangères.

  • 44 Le lundi, nouveaux récits de Marsilius Brunck, […] recueillis par le B[ar]on de Reiffenberg. Bruxe (...)

43Bibliographe, bibliothécaire et écrivain, l’homme ne pouvait manquer de trouver avec Nodier des terrains d’entente ; divers indices, telle la dédicace, plus haut signalée, de son second recueil de nouvelles44, laissent toutefois penser que son admiration allait plus encore à l’auteur de la Fée aux Miettes qu’à celui des Mélanges tirés d’une petite bibliothèque.

44La dernière catégorie de correspondants rassemble ceux qui ne rencontrèrent pas Nodier au cours de son voyage, mais entrèrent en relation avec lui à la suite du mouvement d’intérêt pour l’écrivain suscité par cette expédition touristique qui se mua en tournée triomphale.

45Le Montois Renier Chalon (1802-1889), proche ami de Delmotte, avait joint sa signature à une lettre de ce dernier, et écrivit à Nodier en son nom propre le 5 mai 1836 pour solliciter quelques informations bibliographiques. Receveur des contributions, bibliophile et numismate, Chalon, fondateur en 1846 de la burlesque Société Pantechnique et Palingénésique des Agathopèdes, est passé à la postérité comme auteur d’un des grands chefs-d’œuvre de la mystification livresque, le Catalogue d’une très-riche, mais peu nombreuse collection de livres provenant de la bibliothèque de feu Mr. le comte J.-N.-A. de Fortsas (1841), qui proposait à la vente à Binche, le 10 août 1840, cinquante-deux imaginaires trésors bibliophiliques, suscitant l’émoi des amateurs européens. Sans revenir en détail sur cette affaire bien connue, rappelons toutefois qu’un des cinq exemplaires sur papier vert du catalogue fut offert par Chalon à Nodier, et constitue avec le Voyage pittoresque et industriel de Delmotte l’article 1254 et dernier de la Description raisonnée d’une jolie collection de livres, ultime ouvrage donné par Nodier à l’impression.

46Jules de Saint-Genois (1813-1867), ami d’Auguste Voisin et de Delepierre, écrit le 20 octobre 1836 à Nodier pour lui offrir sa traduction d’un ancien poème flamand, et gémir sur la discrétion qui le retint de se présenter à lui à Gand.

47Littérateur et érudit, archiviste général de la province de Flandre orientale à partir de 1836, élu en 1846 à l’Académie royale de Belgique, Saint-Genois succéda à Voisin en 1843 à la tête de la bibliothèque de l’université de Gand. Directeur pendant trente ans du Messager des sciences historiques de Gand, il est l’auteur, en français et en flamand, de romans historiques, et de nombreux et savants mémoires.

  • 45 Nodier à Frédéric Hennebert ; Lille, 16 juin 1835 : « L’inexplicable accueil que ma modeste public (...)
  • 46 Sur cet aspect particulier, cf. C. Sorgeloos, « Réseaux de bibliophiles et d’érudits à l’époque ro (...)
  • 47 La phrase est de Reiffenberg.
  • 48 Tournai, MDCCCXXXVI, in-8°, [2 ff.]-Lvn-vi p.
  • 49 Frédéric Hennebert à Arthur Dinaux ; Tournai, 9 avril 1836 (anc. coll. Mennessier-Nodier).

48Frédéric Hennebert, quant à lui, s’efforça vainement d’entrer en rapport avec Nodier dès le temps du voyage45 ; malgré cette déconvenue, il lui écrit le 25 octobre 1836, pour lui adresser un opuscule de son ami Saint-Genois, et lui annoncer le décès de Delmotte. Natif de Crèvecœur (Nord) et naturalisé belge, Jean-Baptiste-Joseph-Frédéric Hennebert (1800-1857), bibliothécaire archiviste de la ville de Tournai et auteur de quelques publications d’intérêt tournaisien, bibliophile impénitent46, reste surtout connu pour avoir publié quelques mois plus tôt à 40 exemplaires, « afin de perpétuer en quelque sorte la mémoire du passage de Nodier à travers une partie de la Belgique47 », un ouvrage de Nodier devenu rarissime, Une Corbeille de rognures, ou Feuillets arrachés d’un livre sans titre48. Nodier fut enchanté de cet hommage et en remercia Hennebert par une lettre non retrouvée dont le destinataire écrit à un ami : « Charles Nodier m’a écrit sur l’envoi de son opuscule des choses si charmantes que je n’ose montrer sa lettre49. »

49Enfin, cette galerie se ferme par la lettre du Liégeois Matthieu Lambert Polain (1808-1872), qui, se trouvant à Paris, tint à faire connaître à Nodier le 4 septembre 1836, « la profonde estime [qu’il a] conçue pour son admirable talent ».

50Archiviste de la province de Liège à partir de 1835, Polain remplit ses fonctions avec zèle durant vingt-cinq ans, classant et inventoriant sans relâche les documents du dépôt confié à sa garde. Passionné de littérature, il entra en 1849 à l’Académie royale de Belgique. Ses publications — historiques, philologiques ou littéraires — sont très nombreuses ; on estime particulièrement ses Récits historiques sur l’ancien pays de Liège, et les deux premiers volumes (1844 & 1847) d’une Histoire du pays de Liège.

51C’est ce même Polain qui, quelques années plus tard, accueillit Dumas en voyage vers les rives du Rhin.

52Quels enseignements tirer de ce corpus ?

53Ces lettres, si elles ne sont aucunement, pour la plupart, des lettres de voyage, sont authentiquement néanmoins des lettres autour d’un voyage ; elles encadrent assez étroitement cette parenthèse d’un mois : aucune d’entre elles n’est antérieure à 1830, ni postérieure à 1836 ; elles datent toutes de l’indépendance politique belge, et émanent au reste pour une part de Français naturalisés.

54Par ailleurs, aucun des correspondants repérés n’introduit dans l’univers intellectuel de Charles Nodier d’élément original, sinon étranger : parmi eux, nul poète, nul romancier ; les seuls auteurs de fiction, tels Saint-Genois et Reiffenberg, mettent en forme des données traditionnelles plutôt qu’ils n’en créent de nouvelles.

55Sur douze noms, on compte un politique ami des Lettres (Rodenbach), un éditeur (Hauman), un libraire d’ancien (Verbeyst), huit archivistes, bibliothécaires ou bibliographes ; c’est-à-dire que ces personnages sont, de par les catégories socioprofessionnelles auxquelles ils appartiennent, très exactement superposables à ceux avec lesquels Nodier a coutume d’avoir commerce lorsqu’il se trouve à Paris.

56On est donc amené à s’interroger sur ce que Nodier est venu précisément chercher en Belgique, qu’il n’eût pu découvrir ailleurs.

57Le repos, motif avoué du voyage, se fût peut-être trouvé à moindres frais dans quelque province française bien reculée. Nulle quête non plus du pittoresque, de l’art, dans cette démarche : Nodier n’aura pas un mot pour les trésors de la peinture flamande ; s’il visite à Gand la cathédrale Saint-Bavon, il paraît ignorer Van Eyck et son retable de l’Agneau mystique ; s’il parcourt Bruges, il semble méconnaître totalement les Memling de l’Hôpital Saint-Jean. C’est tout au plus si, en quelques pauvres mots extorqués par les folliculaires, il condescend à s’extasier sur la « richesse d’ornements » et la « beauté d’architecture » des monuments de Belgique.

58Deux constatations s’imposent cependant.

  • 50 « Miscellanées », Revue de Paris, t. XXI, livr. du 19 décembre 1830, p. 158 ; Rêveries, Paris, Ren (...)

59D’une part, dans leur très grande majorité, les correspondants de Nodier résident en Flandre ou dans le Brabant, quand ils n’en sont pas originaires : Nodier ne parcourut pas en Belgique d’autre régions, négligeant en Wallonie les villes au riche patrimoine monumental de Liège et de Namur. En un temps où l’intelligentsia belge est très largement francophone (bilingue tout au moins), Nodier ne court pas de risques. Peut-être cependant faut-il se rappeler que la nation se définit pour lui par la langue plus que par la géographie : « La société, c’est la parole ; la nation, c’est la langue. Tous les hommes qui ont pratiqué une même langue au sortir du berceau forment une famille naturelle. Mes conationaux sont à Genève ; ils ne sont point à Berne50. »

  • 51 Publ. in : Ch. Nodier, Franciscus Columna, Paris, Galeries des Beaux-Arts, J. Techener et Paulin, (...)

60On est en droit, de ce fait, de se demander si, voyageant outre Quiévrain, Nodier a conscience d’avoir quitté la France, ou s’il ne parcourt pas ce qui est à ses yeux une province française ; n’écrit-il pas à Techener de Lille, le 17 juin 1835 : « me voilà de retour en France, chargé de couronnes et de vers comme un acteur de Paris qui vient de faire une tournée en province51 » ?

61Il y a plus. Ces régions, ces cités qu’il visite, encore qu’elles constituent sans doute les étapes obligées d’un voyage littéraire au xixe siècle, sont de toute la Belgique celles où l’empreinte du Saint-Empire est le plus profondément présente sur les plans historique et architectural, situation qui établit une analogie entre elles et une province, bien française cette fois, chère au cœur de Nodier, sa Comté natale, qui depuis le mariage du duc de Bourgogne Philippe-le-Hardi (1369) jusqu’à la reconquête de Louis XIV (1668) partagea le destin de maintes contrées passées du giron bourguignon à celui des Habsbourg. (On aura remarqué au reste que Rodenbach, dans sa lettre du 14 août 1835, ne se fait pas faute de souligner cette proximité.)

62Dans ce voyage, Nodier ne serait donc pas en quête d’un quelconque exotisme, mais au contraire d’une province française imaginée, qui serait un peu sa chère Franche-Comté, d’une province réveillée, qui par sa vitalité culturelle et politique, lui offrirait une revanche sur l’échec de cette renaissance provinciale française des années 1820-1830, à laquelle il prit une large part. Ce que lui tendrait la Belgique, ce serait donc un miroir, un espace spéculatif où il serait enfin possible de recommencer.

63Tout cela est plausible, certes, et ne surprendrait pas de la part du rêveur Nodier. Force est de convenir toutefois que pas un mot, sous la plume de l’écrivain, ne vient avant ou après le voyage confirmer ce qui n’est donc que supputation de notre part, séduisante mais peut-être hasardée.

64En revanche, une seconde constatation ne semble pas refutable. À défaut de se faire dans un pays réel, le voyage de Nodier s’effectua pour une bonne part dans les livres : chacun ou presque des correspondants mentionnés apparaît comme un homme du livre, voire un homme-livre. Tout se passe comme si, quittant l’Arsenal, Nodier ne pouvait envisager de voyager que de bibliothèque en bibliothèque, de livre en livre, à l’instar des héros de son Histoire du roi de Bohême. Le dernier mot revient donc à l’intéressé qui, pour exposer à Techener, dans la lettre déjà citée, les bénéfices qu’il tire de son équipée, ne trouve à évoquer que le remuement de « quatre ou cinq cent mille bouquins dont la poussière n’a pas contribué à soulager [s]es poumons » !

Notes

1 Ancienne collection Mennessier-Nodier.

2 Nodier à Alexandre Duval ; Péronne, 26 mai 1835.

3 Journal des Flandres, 30 mai 1835 ; Le Belge, 1er juin 1835 ; Le Lynx, 2 juin 1835.

4 Nodier à Taylor ; Bruxelles, 30 mai 1835 : « Mon cher ami, je vous écris pour vous annoncer que nous sommes arrivés bien portants, plutôt que pour vous faire part de nos impressions de voyage. Elles se réduiroient à la très simple expression d’une formule de baromètre et d’almanach, grande pluie et grand vent. Nous avons vu cependant beaucoup de belles choses à travers une nappe d’eau qui n’a cessé de tomber à nos côtés. Quant au soleil de ce pays-ci, […] il n’a daigné se montrer à nos yeux qu’aujourd’hui, et si foible, si pâle, si étiolé, le pauvret, qu’il n’y a ni chouette ni Fanny au monde qui n’en supportent facilement les rayons. »

5 Nodier à Jules Mennessier et Marie Nodier ; Bruxelles, 29 mai 1835.

6 « Adolphe Haumann et sa famille nous ont comblés, presque écrasés de politesses. Ce sont d’excellentes gens. » Nodier à Taylor ; Malines, 5 juin 1835.

7 Le Courrier Belge, 7 juin 1835.

8 L’Indépendant, 4 juin 1835.

9 Académie Royale de Musique, 27 février 1833.

10 F. de Reiffenberg, « Charles Nodier, membre de la Société des Bibliophiles de Belgique », Annuaire de la Bibliothèque royale de Belgique, t. VI, 1845, p. 231-232 (reproduit in : Le Bibliophile belge, t. I, 1845, p. 124-128).

11 L’Indépendant, 6 juin 1835.

12 Nodier à Taylor ; Malines, 5 juin 1835 : « Mon cher ami, voilà vos feuilles [les épreuves des Voyages pittoresques] revues au pied de la tour gigantesque de Malines, et au bruit de ses carillons perpétuels. »

13 L’Indépendant, 7 & 8 juin 1835.

14 « Pendant son séjour en notre ville [Anvers], il a été fort peu vu », notent le Journal des Flandres du 11 juin et le Messager de Gand du 12.

15 L’Indépendant, 11 juin 1835.

16 L’Indépendant, 12 juin 1835.

17 Ibid. : « Dans l’après-midi d’aujourd’hui, M. Nodier, quittera cette ville [Gand] pour se rendre à Bruges et Ostende. Les hommages qu’on lui prodigue en tous lieux en Belgique et dont souffre sa modestie, pressent partout son départ. »

18 Recherches historiques sur Gilles de Chin et le dragon [par Henri-Florent Delmotte]. Mons, Leroux, 1825, in-8°, 60 p., pl.

19 « De quelques dates fausses qui se rencontrent dans les souscriptions d’anciens ouvrages », Bulletin du Bibliophile, n° 19, juillet 1835, p. 13-14.

20 Nous en avons donné le texte dans Histoires littéraires, n° 2, avril-juin 2000, p. 156.

21 Gouvernement du pays d’Haynnau, depuis le trépas de l’archiduc Albert, d’heureuse mémoire. 1621. [Publié d’après le manuscrit des Archives de Mons par Henri Delmotte et Renier Chalon.] Mons, Hoyois-Derely, 1835, in-8°, viii-94 p. (Société des Bibliophiles de Mons. N° 1.)

22 Charles Weiss à Ch. Nodier ; s.l. [Besançon], 15 mars 1837 : « Je préfère aux quatre gros volumes des œuvres complettes du romancier bourguignon [Cazotte], la Fée aux miettes et ce digne monsieur Kaout-Chouk qui a vu de si drôles de choses dans l’île de la Civilisation. Tu ne nous as donné qu’un extrait de son voyage ; mais puisqu’il a eu la bonté de te confier ses manuscrits, tu devrais bien les publier sans en retrancher le moindre alinéa. Tout est précieux de la part d’un observateur comme celui-là. Tu me ferais grand plaisir d’y songer. »

23 On consultera pour une analyse de cette étrange affaire l’article de Lieven D’hulst, « D’une marge à l’autre. Nodier imitateur-émulateur de Delmotte », in : Les Oubliés du romantisme, sous la direction de Marie-André Beaudet, Luc Bonenfant et Isabelle Daunais (Convergences, n° 32), s.l., Éditions Nota Bene, 2004.

24 Probablement Pierre-Jean Ronse, qui soutint thèse en 1829 à Gand : Dissertatio inauguralis de possessione rei mobilis, ex codice juris civilis, quam […] publice solemni examini submittit Petrus Joannes Ronse, […] die 21 Decembris 1829 […]. Gandavi, apud M. A. Mahne, s.d. [1829], in-8°, 79 p. [B.N. : 8-F-3082 (857).]

25 Revue de Paris, t. XLI, livr. du 12 août 1832, p. 81-107.

26 Die Erziehung des Menschengeschlechts, publié anonymement en 1780 : Lessing devait disparaître en 1781 ; l’écrit a donc presque valeur testamentaire.

27 Provenant peut-être du fonds Charles de Brouckère, ce document, qui appartenait à la collection de notre regretté ami Albert Kies, fut reproduit en fac-similé par Claude Pichois dans son précieux opuscule, L’image de la Belgique dans les Lettres françaises, Paris, Nizet, 1957, face à la p. 33.

28 Vienne, Osterreichische Nationalbibliothek, autographe 31/139.

29 Bulletin du Bibliophile, 1860, p. 1560-1562.

30 Ch. Nodier à Adolphe Hauman ; s.l. [Paris], avril 1836 : Il lui demande s’il a toujours l’intention de se rendre à la foire de Leipzig en compagnie d’Alexandre Bixio. (Lettres et manuscrits, autographes historiques et littéraires [catalogue de la vente Paris, Drouot, Andrieux expert, 2 & 3 avril 1962], art. 155/2.)

31 Arsenal, Rés. 16° p.n. 3146.

32 Bruxelles, 1829.

33 Bruxelles, Louis Hauman, 1833, in-16, 266 p.

34 Pierre Maes, « La famille de Georges Rodenbach », Mercure de France, t. CIX, livr. du 16 mai 1914, p. 311.

35 La lettre de Rodenbach à Moke (B.N.U. Strasbourg, Ms. 2386, pièce 504) a été publiée par Pierre Maes, Georges Rodenbach, 1855-1898, Gembloux, Duculot, 1952, p. 23, note 1. — Elle n’est malheureusement recoupée par aucune lettre Moke-Nodier.

36 Paris, impr. de Crapelet, 1852, in-8°, 387 p.

37 London, printed by C. Whittingham, 1856-1857. — Voir aussi son Essai biographique sur l’histoire littéraire des fous, London, printed by C. Whittingham, 1857-1858.

38 Le Temps, 29 octobre & 21 novembre 1835 : « Bibliographie des fous. De quelques livres excentriques. »

39 [S.l.], les frères Gébéodé [Gustave Brunet et Octave Delepierre], 1852-1856, 3 vol. in-16.

40 Nodier signala l’ouvrage à l’attention des amateurs dans le Bulletin du Bibliophile (2e série, n° 20, octobre-décembre 1837, p. 621), en rendant un hommage particulier à Voisin, « jeune, modeste et profond érudit, qui soutient dignement la haute renommée des vieux bibliographes belges ».

41 Musée de Mariemont, 447/b ; publ. in : Marie-Jeanne Durry, Autographes de Mariemont, Deuxième partie, Paris, Nizet, 1959, t. II, p. 660.

42 Outre l’article cité précédemment, on consultera le Bulletin du Bibliophile belge, t. V, 1848.

43 Une cousine au second degré de Reiffenberg, la baronne Marie de Marches (~1816-1842), épousa Hippolyte Mennessier, frère du gendre de Nodier.

44 Le lundi, nouveaux récits de Marsilius Brunck, […] recueillis par le B[ar]on de Reiffenberg. Bruxelles, L. Hauman, 1835, in-18, 331 p.

45 Nodier à Frédéric Hennebert ; Lille, 16 juin 1835 : « L’inexplicable accueil que ma modeste publicité m’a valu en Belgique n’a rien eu d’aussi doux pour moi que la lettre dont vous venez de m’honorer. Elle m’est parvenue hier à Ostende, au moment où des considérations pressantes me forçoient d’abréger mon voyage, et de quitter votre admirable pays, sans visiter des villes vers lesquelles j’étois attiré par mes études, et peut-être par l’instinct secret qui m’avertissoit que j’aurois à vous connoître et à vous aimer. »

46 Sur cet aspect particulier, cf. C. Sorgeloos, « Réseaux de bibliophiles et d’érudits à l’époque romantique : les exemplaires d’auteur, tirés à part et papiers de couleur distribués par Frédéric Hennebert à Tournai », Le Livre et l’estampe, n° 160, 2003.

47 La phrase est de Reiffenberg.

48 Tournai, MDCCCXXXVI, in-8°, [2 ff.]-Lvn-vi p.

49 Frédéric Hennebert à Arthur Dinaux ; Tournai, 9 avril 1836 (anc. coll. Mennessier-Nodier).

50 « Miscellanées », Revue de Paris, t. XXI, livr. du 19 décembre 1830, p. 158 ; Rêveries, Paris, Renduel, 1832.

51 Publ. in : Ch. Nodier, Franciscus Columna, Paris, Galeries des Beaux-Arts, J. Techener et Paulin, 1844, in-12, p. 104-106 ; Nouvelles, Paris, Charpentier, 1853, p. 285-286, note 1 ; Bulletin du Bibliophile, 1859, « Correspondance de Charles Nodier et de Gabriel Peignot », p. 85-86.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540