Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lettre de voyage

 | 
Pierre-Jean Dufief

Première partie. La lettre de voyage et le livre du monde : les choses vues et les impressions de voyage

George Sand et la lettre de voyage

Agnès Kettler

Texte intégral

  • 1 George Sand, Œuvres autobiographiques, éd. G. Lubin, Pléiade, [désormais O.A.], t. II, p. 471 et s (...)
  • 2 Ibid., p. 503 et suiv.
  • 3 Correspondance, éd. George Lubin, [désormais Corr.], t. I, p. 161-167.

1George Sand fut une voyageuse précoce puisque, dès l’âge de quatre ans, elle accompagna sa mère en Espagne, où son père était aide de camp de Murat. On trouve dans ses œuvres autobiographiques des ébauches d’un Voyage en Espagne1, publié de façon posthume et des fragments, également posthumes, d’un Voyage en Auvergne2 effectué en 1827 avec son mari Casimir Dudevant, et où elle donne ses impressions sur le Mont-Dore et les curistes qu’elle rencontre. On peut mentionner aussi un séjour à Cauterets en 1825, où elle relate ses périlleuses excursions à Gavarnie et aux grottes de Lourdes dans une lettre à sa mère3. Mais les deux voyages qui marquèrent sa vie furent, en 1834, le séjour à Venise où elle arriva avec Musset et d’où elle repartit au bras du docteur Pagello ; et pendant l’hiver 1838-1839, le séjour à Majorque en compagnie de Chopin. Dans l’intervalle, elle était allée rejoindre en Suisse Liszt et Marie d’Agoult (28 août au 1er octobre 1836). Et elle reviendra en Italie en 1855 et visitera Rome avec son fils Maurice et son compagnon Manceau pour se distraire du chagrin que lui a causé le mort de Nini, sa petite-fille, qu’elle chérissait.

2George Sand est une voyageuse enthousiaste, qui raconte sans fard ses découvertes et ses désillusions. Ses deux grands voyages en Italie, puis en Espagne, sont des voyages d’apprentissage d’où elle revient plus forte après les épreuves traversées. Mais, comme le disait déjà Sénèque, on voyage toujours avec soi-même, on peut changer de ciel mais non d’âme. Et nous retrouvons dans ces lettres écrites à quelques centaines de lieues de la France, la mère de Maurice et Solange qui craint pour ses enfants les entreprises du baron Dudevant dont elle n’est pas encore officiellement séparée, la propriétaire de Nohant qui s’inquiète de la vente d’une ferme, enfin et surtout l’écrivain qui ne cesse de travailler et fait passer dans son œuvre les enchantements ou les déceptions de son voyage.

  • 4 Corr, t. IV, p. 569.

3Pour mieux expliquer l’enthousiasme ou les désillusions de George Sand, il faut évoquer l’arrière-plan de ces voyages. Alfred de Musset quitte Venise fin mars, laissant derrière lui le couple Sand-Pagello qui fait une excursion dans les environs de Venise et revient en France au mois d’août, après un voyage buissonnier qui permet à Sand de voir d’autres paysages italiens. En 1839, après deux mois d’hiver à Majorque, Chopin, qui a subi les vexations de la population locale épouvantée par sa phtisie, revient en France, toujours aussi malade. "Le pauvre enfant serait mort de spleen à Majorque", écrit G. Sand à Charlotte Marliani, le 15 février 18394.

  • 5 Corr. t. II, p. 527.
  • 6 Corr. t. IV, p. 533-534.

4Venise et Majorque s’opposent du tout au tout dans l’expérience vécue par George Sand. Le 6 mars 1834, elle écrit à Hippolyte Chatiron, son demi-frère : "Après avoir goûté de ce pays-là, on se croit chassé du paradis quand on retourne en France […]"5. Mais le 14 décembre 1838, dans une lettre à Charlotte Marliani, elle constate, un mois après son arrivée à Majorque : "Notre voyage ici est, sous beaucoup de rapports, un fiasco épouvantable"6. Autant Sand est enthousiaste dans son éloge de Venise, autant elle devient féroce dans ses diatribes contre les habitants de Majorque.

5Malgré un carnaval "bien pâle auprès des descriptions fantastiques qu’on nous fait de l’antique Venise et de ses fêtes", Venise est idéalisée :

  • 7 A Hippolyte Chatiron, Corr. t. II, p. 527.

Toute cette architecture mauresque en marbre au milieu de l’eau limpide et sous un ciel magnifique, ce peuple si gai, si insouciant, si chantant et si spirituel, ces gondoles, ces églises, ces galeries de tableaux, toutes les femmes jolies ou élégantes, la mer qui se brise à vos oreilles, des clairs de lune comme il n’y en a nulle part ; des chœurs de gondoliers qui sont quelquefois très justes ; des sérénades sous toutes les fenêtres, des cafés pleins de turcs et d’arméniens, de beaux et vastes théâtres où chantent Mme Pasta et Donzelli ; des palais magnifiques ; un théâtre de polichinelles qui enfonce à dix pieds sous terre celui de Nohant, et les farces de Gustave Malus ; des huîtres délicieuses qu’on pêche sur les marches de toutes les maisons ; du vin de Chypre à vingt sous la bouteille ; des poulets excellents à dix sous ; des fleurs en plein hiver et, au mois de février, la chaleur de notre mois de mai : que veux-tu de mieux ?7

  • 8 Ibid.

6Et elle conclut : "Ce que je cherchais ici, je l’ai trouvé : un beau climat, des objets d’art à profusion, une vie libre et calme, du temps pour travailler et des amis"8. On doute que le séjour italien ait été aussi calme que Sand l’affirme, au moment de la crise que traversaient ses relations avec Musset malade, jaloux, et qui avait raison de l’être puisque George, à peu près sous ses yeux, devenait la maîtresse de Pagello. Mais on pourrait dire aussi que c’est de Venise que Sand était devenue amoureuse. Elle célèbre la ville dans les trois premières Lettres d’un voyageur, publiées en 1834, où elle met en scène, avec verve, le peuple vénitien gai, insouciant et libre, malgré l’occupation autrichienne. Dans cette auto-fiction, elle-même évolue dans un cercle d’amis où des pseudonymes transparents voilent à peine Pagello et sa famille. La deuxième lettre contient une description enchantée de Venise nocturne, qui est une des plus belles pages qu’on ait écrites à la gloire de la cité des Doges :

  • 9 OA, t. II, p. 683-684.

Le soleil était descendu derrière les monts Vicentins. De grandes nuées violettes traversaient le ciel au-dessus de Venise. […]
Peu à peu les couleurs s’obscurcirent, les contours devinrent plus massifs, les profondeurs plus mystérieuses. Venise prit l’aspect d’une flotte immense, puis d’un bois de hauts cyprès où les canaux s’enfonçaient comme de grands chemins de sable argenté.9

  • 10 A Charlotte Marliani, 14 décembre 1838, Corr, t. II, p. 533-34.
  • 11 A Christine Buloz, 12-14 novembre 1838, Corr, t. IV, p. 517.

7La découverte de Majorque et de ses habitants se fait en deux temps. Une euphorie passagère au moment du débarquement où Sand signale "une population excellente"10. Elle s’excuse auprès de Christine Buloz de ne pas avoir achevé Spiridion qui paraît dans la Revue des deux mondes. La rencontre avec l’Espagne, avec "Palma surtout et Mallorque, la plus délicieuse résidence du monde, voilà qui m’écartait péniblement de la philosophie et de la théologie"11.

  • 12 A Louis-Edouard Gauttier d’Arc, [13 et 14 novembre 1838], Corr., t. IV, p. 521.
  • 13 A Charlotte Marliani, 14 novembre [1838], Corr., t. IV, p. 522.
  • 14 A Albert Grzymala, 3 décembre [1838], Corr., t. IV, p. 529.

8On sait que George Sand et Chopin s’installèrent pour l’hiver à la chartreuse de Valldemosa, "le séjour le plus romantique de la terre"12, mais glacial et ouvert à tous les vents. La désillusion succède presque immédiatement à l’enchantement. L’accueil des habitants de Majorque est rien moins qu’engageant. Se procurer un logis et les objets de la vie courante relève du tour de force : "Si l’on veut se permettre le luxe exorbitant d’un pot de chambre, il faut écrire à Barcelone"13. L’arrivée du piano de Chopin qu’il faut arracher aux griffes de la douane est l’objet d’un âpre marchandage. Quant au personnel domestique, il se montre si peu compétent que George se plaint : "Je fais de la cuisine au lieu de faire de la littérature"14. Et elle éclate dans une lettre à Buloz, le 28 décembre 1838 :

  • 15 A Buloz, 28 décembre 1838, T. VI, p. 539.

Je n’aurais jamais cru qu’il y eût, à deux journées de navigation de la France, une population aussi arriérée, aussi fanatique, aussi timide, pour ne rien dire de plus et d’une aussi insigne mauvaise foi. Ils auront de mes nouvelles quand je les quitterai !15

  • 16 A Charlotte Marliani, 14 décembre 1838, Corr., t. IV, p. 530.

9Elle remarque que les Majorquins ont deux amours : le piment et le commerce des cochons. Un seul navire relie Majorque au continent, encore faut-il que les conditions météorologiques soient favorables afin que les pourceaux n’aient pas le mal de mer. Le reste de la cargaison importe peu : "Si un cochon meurt en route, l’équipage est en deuil et donne au diable journaux, passagers, lettres, paquets et le reste"16.

  • 17 A Alexis Duteil, 20 janvier 1839, Corr. t. IV, p. 553.

10Quant aux Majorquins, malgré leurs costumes chamarrés, « ce sont de vrais animaux eux-mêmes, puants, grossiers et poltrons et tous fils de moines et avec cela superbes, très bien costumés, jouant à la guitare et dansant le fandango »17.

  • 18 A Charlotte Marliani, 26 février 1839, Corr. t. IV, p. 577.

11L’acrimonie de G. Sand s’explique par les multiples avanies qu’elle-même et surtout Chopin ont subies de la part des insulaires. Installée à la Chartreuse, avec Chopin et ses deux enfants, elle défraie la chronique : elle ne va pas à la messe et l’œil exercé des Majorquins a reconnu chez Chopin les symptômes de la phtisie. Il est considéré comme un pestiféré et on brûle le lit où il a couché pour désinfecter les lieux. Ce fut le cas à Palma et sur le navire qui ramenait Sand et les siens vers le continent. "Ils m’ont blessée dans l’endroit le plus sensible de mon cœur ; ils ont percé à coups d’épingles un être souffrant sous mes yeux, jamais je ne le leur pardonnerai, et si j’écris sur eux, ce sera avec du fiel"18.

  • 19 Cf. O.A., note 1 de la page 1034, p. 1516.

12La rancune tenace de G. Sand se retrouve effectivement dans Un hiver à Majorque, publié d’abord en 1841 sous le titre Un hiver au midi de l’Europe. L’écrivain y décrit la beauté de l’île, ses ressources naturelles, son climat aux pluies diluviennes pendant l’hiver ; mais tout un chapitre est consacré à l’épisode des cochons et à la paresse des Majorquins. Le livre provoqua une réaction fulminante des insulaires. Dans un article du journal La Palma, du 5 mai 1841, José-Maria Quadrado conclut : "George Sand est le plus immoral des écrivains et Mme Dudevant, la plus obscène des femmes"19.

13Dans ces deux longs voyages, Sand a beaucoup vu et beaucoup appris. Les Lettres d’un voyageur montrent à quel point le séjour italien fut un voyage d’apprentissage dans tous les sens du terme.

  • 20 6 avril [1834], Corr, t. II, p. 556-557.
  • 21 Corr. t. II, p. 676.

14Après avoir quitté Musset à Mestre, G. Sand fait un voyage à pied dans les Préalpes du Trentin avec Pagello (30 mars au 5 avril). Et elle découvre non sans fierté son endurance physique : "J’ai fait à pied presque huit lieues et j’ai reconnu que ce genre de fatigue m’était fort bon, physiquement et moralement", écrit-elle à Jules Boucoiran20. Et à François Rollinat, le 15 août 1834 : "J’ai trois cinquante lieues dans le postérieur et une quarantaine dans les jambes, car j’ai traversé la Suisse à pied"21. Sans doute exagère-t-elle le nombre de kilomètres parcourus de manière aussi sportive, mais cette façon de voyager renoue avec les voyages à pied de Rousseau et, quand ces voyages sont alpestres, avec ceux de Senancour. Le voyage à pied encourage la rêverie, le retour sur soi, ramène l’homme à la nature, qu’elle soit accueillante ou terrifiante, lui donne une indépendance et une liberté que la société lui refuse. La première Lettre d’un voyageur, adressée à Musset à qui elle fait savoir qu’il peut la garder, la déchirer ou la publier, contient des passages qu’on pourrait croire empruntés à Obermann :

  • 22 Lettres d’un voyageur, O.A., t. II, p. 673.

Je traversais ce jour-là des solitudes d’une incroyable mélancolie […] Je choisis les sentiers les plus difficiles et les moins fréquentés. En quelques endroits ils me conduisirent jusqu’à la hauteur des premières neiges ; en d’autres ils s’enfonçaient dans des défilés arides, où le pied de l’homme semblait n’avoir jamais passé. J’aime ces lieux incultes, inhabitables qui n’appartiennent à personne. […] Je fermai les yeux, au pied d’une roche, et mon esprit se mit à divaguer. En un quart d’heure je fis le tour du monde ; et quand je sortis de ce demi-sommeil fébrile, je m’imaginais que j’étais en Amérique, dans une de ces éternelles solitudes que l’homme n’a pu conquérir encore sur la nature sauvage.22

  • 23 Ibid., p. 674.

15Le voyage devient alors une métaphore existentielle qui permet au voyageur de mesurer ses forces et de continuer : "Je sentis ma volonté s’élancer vers une nouvelle période de ma destinée. C’est donc là où tu en es ? me disait une voix intérieure ; eh bien ! marche, avance, apprends"23.

  • 24 Corr. t. II, 6 avril 1834, p. 554.

16Le voyage italien se solde donc par un bilan positif, malgré la rupture avec Musset. "Je me sens de la force pour vivre, pour travailler, pour souffrir", affirme Sand dans une lettre à Boucoiran24. Cette impression de liberté que lui donne le voyage s’exprime par le fantasme d’une escapade à Constantinople, sur lequel elle revient plusieurs fois :

  • 25 A. Musset, 29 avril 1834, Corr., t. III, p. 574.

Pour le moment je serais bien aise de toucher une petite somme de 700 ou 800 francs pour faire ce voyage à Constantinople, ou, au moins pour me sentir le moyen de le faire, ce qui serait pour moi une pensée de liberté agréable.25

  • 26 Corr. t. II, p. 581.
  • 27 Corr, t. II, p. 589.
  • 28 A Musset, 24 mai 1834, Corr, t. II, p. 597.

17Elle a surmonté la crise de Venise et peut écrire à Gustave Papet, le 8 mai 1834 : "Je sais enfin que cet amour de six mois n’a pas tué l’avenir d’Alfred ni le mien"26 ; et à Musset, le 12 mai : "Je m’applaudis d’avoir appris à aimer les yeux ouverts"27. Ce qui ne l’empêche pas de cultiver le fantasme d’une liaison platonique à trois, où Pagello serait le père et Musset l’enfant28 !

18Le voyage est d’abord la révélation d’une liberté autarcique qui s’accommode mal des liens affectifs, si chers qu’ils soient. A son retour d’Espagne, Sand confie à Charlotte Marliani :

  • 29 20 mai 1839, Corr, t. VI, p. 655.

Je n’aime plus les voyages, ou plutôt je ne suis plus dans les conditions où je pourrais les aimer. Je ne suis plus garçon, une famille est singulièrement peu conciliable avec les déplacements fréquents.29

19Pourquoi voyage-t-elle en fin de compte ? Le voyage en Italie, escapade d’un couple amoureux, obéit à une tradition romantique. Mais après Majorque Sand propose aussi une autre explication :

  • 30 Un hiver à Majorque, O.A, t. II, p. 1033.

Je m’adresse la même réponse négative qu’autrefois à mon retour de Majorque : "C’est qu’il ne s’agit pas tant de voyager que de partir : quel est celui de nous qui n’a pas quelque douleur à distraire ou quelque joug à secouer ?30

20Et la correspondance atteste qu’il n’est pas si facile de secouer le joug. La distance matérielle mise entre Sand et les préoccupations de la vie sédentaire, ne l’empêche nullement de songer à ceux qu’elle a laissés en France (ses enfants en 1834), et surtout ne la détourne jamais de son métier d’écrivain. Durant son séjour à Venise, elle publie les quatre Lettres d’un voyageur et Leone Leoni, récit de l’emprise d’un séducteur sans scrupule sur une jeune fille qu’il déshonore. L’héroïne, à la fin du roman, situé à Venise, quitte l’homme qui a voulu la réhabiliter et l’épouser, pour suivre à nouveau Leoni dont elle sait qu’il la mènera à sa perte. Peu après, elle achève Jacques, portrait d’un mari qui se sacrifie pour laisser la place à l’amant de sa femme. Il donne à son suicide l’allure d’un accident survenu dans les Alpes du Tyrol, décor que Sand décrit d’après sa propre expérience dans les Préalpes du Trentin. Elle annonce à Buloz la fin de son travail, sur le mode humoristique, le 4 juillet 1834 :

  • 31 4 juillet 1834, Corr, t. II, p. 653.

Adieu, mon ami, je viens de finir Jacques et le soleil se lève. Je vais aller me promener sur les lagunes, et chanter une hymne à Buloz le grand, à Buloz le généreux, à Buloz le magnifique, toutes les écrevisses répondront Amen.31

  • 32 A Hippolyte Chatiron, 6 mars 1834, Corr., t. II, p. 528.

21La puissance de travail de Sand est prodigieuse : elle travaille en moyenne sept ou huit heures par jour et affirme qu’elle est allée jusqu’à treize heures d’affilée32. Cet effort ne se dément pas à Majorque où elle donne des cours à ses enfants :

  • 33 A Mme Marliani, 14 décembre 1838, Corr, t. IV, p. 536.

Je suis plongée avec Maurice dans Thucidide [sic] et compagnie, avec Solange régime indirect et accord du participe […] Ma nuit se passe comme toujours à gribouiller.33

22A Majorque elle achève Spiridion qu’on peut considérer comme un exposé de ses croyances religieuses, inspirées en partie par Charles Leroux, et qui se déroule dans un cloître où l’on peut retrouver le décor de la chartreuse de Valldemosa. Dans la Revue des deux mondes, elle publie son poème dramatique Les Sept Cordes de la Lyre, inspiré aussi bien de Goethe que de Ballanche. Hélène, la folle au cœur pur, peut seule jouer de la lyre enchantée et délivre ainsi l’esprit de son aïeul Adelsfreit qui y était enfermé.

  • 34 17 mars 1839, Corr, t. IV, p. 607.

23Ces œuvres ne sont pas du goût de Buloz qui hésite à les publier. Et Sand se moque de sa pusillanimité : "Laissez gémir Buloz qui pleure à chaudes larmes quand je fais ce qu’il appelle du mysticisme, et poussez à l’insertion", écrit-elle à Charlotte Marliani34.

  • 35 A Jules Boucoiran, 6 avril 1834, Corr, t. II, p. 558.

24G. Sand, sans doute à cause du voyage, prend ses distances avec son œuvre qui ne serait, s’il faut l’en croire, qu’un travail alimentaire. A propos de ses démêlés avec Buloz, elle affirme : "J’ai au moins ici le bonheur d’être tout à fait étrangère à la littérature et de la traiter absolument comme un gagne-pain"35. Car l’écrivain est aussi une mère de famille qui, en 1834, a laissé derrière elle son fils Maurice âgé de onze ans, pensionnaire au collège Henri IV et sa fille Solange, "la grosse mignonne", de cinq ans plus jeune, à Nohant. Sand tremble toujours de voir Casimir, dont elle n’est pas encore officiellement séparée, réclamer et obtenir la garde de ses deux enfants. Cela explique sans doute le ton courtois de ses lettres à son mari à qui, après des observations sur l’éducation de ses enfants, elle réserve des réflexions sérieuses sur l’histoire contemporaine, faites durant son voyage à pied autour de Venise, en compagnie de Pagello dont, bien entendu, elle ne souffle mot :

  • 36 A Casimir Dudevant, 6 avril 1834, Corr., t. II, p. 568.

J’ai passé en effet sur plus d’un champ de bataille. J’ai vu Vicence, Bassano, Feltre, toutes ces conquêtes qui sont devenues des noms de famille. Les maisons de Bassano sont encore toutes criblées de nos balles et de nos boulets. C’est très glorieux pour nous, mais fort triste pour ces pauvres campagnes qui sont si belles et que nous avons ruinées.36

  • 37 "Ne vois pas mon fils si cela te fait mal", p. 590.

25Mais plus que des séquelles de la campagne d’Italie, on trouve G. Sand préoccupée des conditions de vie de ses enfants. Qui fera sortir Maurice de son collège, le dimanche ? Qui le demandera au parloir pour lui apporter quelques sucres d’orge ? Elle essaie même de réquisitionner Musset qui lui répond qu’il est incapable de voir Maurice car le jeune garçon a les mêmes yeux noirs que sa mère37. Sand mène des pourparlers délicats avec sa mère, Mme Dupin, qui accepte de recevoir Maurice chez elle. Il s’agit de ne froisser personne, ni sa mère ni son ancien précepteur Boucoiran qui promènera le jeune garçon. Et Sand veut à tout prix être rentrée à Paris pour le 16 août, jour de la distribution des prix :

  • 38 A. Buloz, 26 juin 1834, Corr, t. II, p. 641.

Mon fils est un des fameux de sa classe. Jugez quel chagrin pour lui et pour moi, si je n’assistais pas à ses petites gloires.38

26Elle souffre d’être séparée de ses enfants – les billets de Maurice sont aussi rares que laconiques. Et elle lui écrit, le 8 mai 1834 :

  • 39 Corr, t. II, p. 577-578.

J’ai fait bien des rêves où je croyais tenir mes deux enfants dans mes bras, et je me suis bien des fois éveillée en pleurant de me trouver seule et si loin d’eux.39

  • 40 A. Alexis Duteil, [20 janvier 1839], Corr., t. IV, p. 554 ; à Hippolyte Chatiron, 22 janvier [1839 (...)

27Si loin de Nohant, elle est obligée de traiter d’affaires importantes pour le domaine : la vente de la ferme de la Côte-Noire, dont elle parle à plusieurs reprises40. Enfin George Sand éprouve la nostalgie de Nohant même à Venise où, à un moment donné, elle avait rêvé de s’installer. Elle donne ses instructions à Jules Boucoiran, le 27 juin 1834 :

  • 41 Corr., t. II, p. 649.

Auriez-vous la bonté de faire blanchir mes rideaux et de les faire poser dans toutes mes chambres pour le moment de mon retour, afin que je trouve une chambre sombre, un lit frais, des appartements propres, plaisir immense de la civilisation française dont je n’ai pas joui depuis longtemps.41

28George Sand tire de ses voyages une leçon de sagesse qu’elle énonce en introduction à son Hiver à Majorque :

  • 42 Un Voyage à Majorque, O.A., t. II, p. 1033.

Mes plus beaux, mes plus doux voyages, je les ai faits au coin de mon feu, les pieds dans la cendre chaude et les coudes appuyés sur les bras râpés du fauteuil de ma grand-mère.42

  • 43 Sur le cycle vénitien de G. Sand, voir Marielle Caors, George Sand. De voyages en romans, éd. Roye (...)

29Ce serait pourtant une philosophie un peu courte si nous n’avions pas les preuves positives d’une George Sand qui sait goûter l’enchantement vénitien ou l’harmonie d’un paysage italien ou espagnol. Venise surtout lui a laissé un souvenir ineffaçable dont témoigne la présence quasi obsessionnelle de la cité des Doges dans les œuvres à venir. J’ai parlé de Leone Leoni mais il faut citer aussi la nouvelle Mattéa (1835), fantaisie vénitienne sur les amours d’une ingénue, la nouvelle de L’Orco (1838), qui doit son titre au génie protecteur de Venise. Les Maîtres mosaïstes (1837) racontent la rivalité de deux familles qui se disputent l’honneur d’orner la basilique Saint-Marc de ses mosaïques et dans La Dernière Aldini (1838) un chanteur vénitien devenu célèbre renonce à l’amour d’une jeune fille quand il apprend qu’elle est la fille de la femme qu’il avait autrefois aimée. Même quand la période vénitienne semble close, on retrouve Venise dans les premières pages de Consuelo (1842), où la jeune fille étudie le chant à l’église des Mendicanti43.

  • 44 Cité par Marielle Caors, Ouvr. cité, p. 46.

30Il y a donc tout un cycle vénitien qui prouve que George Sand, comme elle le dit dans une lettre de juillet 1837 à Luigi Calamatta, ne peut s’arracher à sa chère Venise44. Le voyage a le pouvoir, même à long terme, de libérer chez la romancière de nouvelles forces créatrices où l’inspiration naît de la symbiose de l’imaginaire avec l’expérience vécue.

Notes

1 George Sand, Œuvres autobiographiques, éd. G. Lubin, Pléiade, [désormais O.A.], t. II, p. 471 et suiv.

2 Ibid., p. 503 et suiv.

3 Correspondance, éd. George Lubin, [désormais Corr.], t. I, p. 161-167.

4 Corr, t. IV, p. 569.

5 Corr. t. II, p. 527.

6 Corr. t. IV, p. 533-534.

7 A Hippolyte Chatiron, Corr. t. II, p. 527.

8 Ibid.

9 OA, t. II, p. 683-684.

10 A Charlotte Marliani, 14 décembre 1838, Corr, t. II, p. 533-34.

11 A Christine Buloz, 12-14 novembre 1838, Corr, t. IV, p. 517.

12 A Louis-Edouard Gauttier d’Arc, [13 et 14 novembre 1838], Corr., t. IV, p. 521.

13 A Charlotte Marliani, 14 novembre [1838], Corr., t. IV, p. 522.

14 A Albert Grzymala, 3 décembre [1838], Corr., t. IV, p. 529.

15 A Buloz, 28 décembre 1838, T. VI, p. 539.

16 A Charlotte Marliani, 14 décembre 1838, Corr., t. IV, p. 530.

17 A Alexis Duteil, 20 janvier 1839, Corr. t. IV, p. 553.

18 A Charlotte Marliani, 26 février 1839, Corr. t. IV, p. 577.

19 Cf. O.A., note 1 de la page 1034, p. 1516.

20 6 avril [1834], Corr, t. II, p. 556-557.

21 Corr. t. II, p. 676.

22 Lettres d’un voyageur, O.A., t. II, p. 673.

23 Ibid., p. 674.

24 Corr. t. II, 6 avril 1834, p. 554.

25 A. Musset, 29 avril 1834, Corr., t. III, p. 574.

26 Corr. t. II, p. 581.

27 Corr, t. II, p. 589.

28 A Musset, 24 mai 1834, Corr, t. II, p. 597.

29 20 mai 1839, Corr, t. VI, p. 655.

30 Un hiver à Majorque, O.A, t. II, p. 1033.

31 4 juillet 1834, Corr, t. II, p. 653.

32 A Hippolyte Chatiron, 6 mars 1834, Corr., t. II, p. 528.

33 A Mme Marliani, 14 décembre 1838, Corr, t. IV, p. 536.

34 17 mars 1839, Corr, t. IV, p. 607.

35 A Jules Boucoiran, 6 avril 1834, Corr, t. II, p. 558.

36 A Casimir Dudevant, 6 avril 1834, Corr., t. II, p. 568.

37 "Ne vois pas mon fils si cela te fait mal", p. 590.

38 A. Buloz, 26 juin 1834, Corr, t. II, p. 641.

39 Corr, t. II, p. 577-578.

40 A. Alexis Duteil, [20 janvier 1839], Corr., t. IV, p. 554 ; à Hippolyte Chatiron, 22 janvier [1839], Corr., t. IV, p. 556-557 ; au même, [Marseille mi-mars 1839], t. IV, p. 602-603.

41 Corr., t. II, p. 649.

42 Un Voyage à Majorque, O.A., t. II, p. 1033.

43 Sur le cycle vénitien de G. Sand, voir Marielle Caors, George Sand. De voyages en romans, éd. Royer, 1993, p. 42 à 48.

44 Cité par Marielle Caors, Ouvr. cité, p. 46.

Auteur

C.N.R.S.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540