Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roman et politique

 | 
Isabelle Durand-Le Guern

Sixième partie. Réception politique

La réception de Neige d'Orhan Pamuk dans la presse turque : la politique et la fiction

Emin Ozcan

Texte intégral

  • 1 Voir le quotidien Hurriyet, le 30 mars 2005, [ tim.asp].

1Dans une lettre officielle, envoyée le 12 février 2005 aux institutions de la sous-préfecture, le sous-préfet de Sütçüler – petit arrondissement lié à la ville d’Isparta de l’Anatolie de l’Ouest –, demandait de brûler les livres de Orhan Pamuk qui, dans ses interviews réalisées à l’étranger, avait porté atteinte à l’honneur national. La demande fut aussi emblématique que son processus d’exécution, les concernés ayant cherché sans succès, dans toute la sous-préfecture, un livre de l’auteur incriminé pour le brûler1. Après avoir continué à chercher dans les écoles et dans l’unique bibliothèque municipale, les employés de la sous-préfecture sont même allés jusqu’à essayer de trouver une jeune étudiante qui, d’après les rumeurs, en possédait un. En vain.

  • 2 Voir Das Magazin, supplément au quotidien Tages-Anzeiger, le 5 et le 26 février 2005.
  • 3 Le mot « pseudo » est devenu une sorte de cliché des insultes contre Pamuk. Voir, entre autres, le (...)

2La demande officielle du sous-préfet coïncidait avec un fameux procès intenté au romancier, le poussant au cœur des débats socio-politiques qui ne cessent, encore aujourd’hui, de hanter la presse et les médias turcs. Bien après la publication de son roman Neige, Pamuk avait donné en 2005 une interview à un journal suisse, Das Magazin, et il avait osé s’exprimer sur une question très marquée par sa portée idéologique et politique. Il avait dit en effet qu’en son pays « un million d’Arméniens et trente mille Kurdes ont été tués2 », touchant au vif une partie de la population qui le traîna devant les tribunaux. Fondées sur la même accusation, ces deux réactions, l’une au niveau régional et l’autre au niveau national, se sont complétées de manière à souligner la « sensibilité nationale » se donnant la tâche de « protéger l’identité et les valeurs de la nation » contre un « pseudo-écrivain3 ». Quoique le préfet d’Isparta ait annulé sans tarder la lettre du sous-préfet et qu’une suite de manœuvres ait forcé le tribunal à acquitter le romancier, ces deux réactions de forme et d’envergure différentes ne sont pas restées sans suite. Elles ont déclenché un processus socio-politique qui a contribué à la formation d’une réception de l’œuvre de Pamuk. Les réactions à l’attribution du prix Nobel en constituent une autre cristallisation. La réception de Neige a été biaisée par la stigmatisation et la contestation des journaux, des institutions et de l’opinion publique en général et par le dénigrement de la personne de Pamuk pendant le procès.

  • 4 Quelques remarques terminologiques s’imposent : le mot utilisé ici pour désigner ces « écrivains » (...)
  • 5 Les écrivains-journalistes Ahmet Hakan (Hurriyet), Ismet Berkan (Radikal), Turker Alkan (Radikal), (...)
  • 6 Voir surtout I. Berkan dans Radikal (13/03/2005 ; 29/05/2005 ; 08/10/2005 ; 23/10/2005 ; 17/12/200 (...)
  • 7 Parmi les menaces proférées, il faut en citer quelques-unes : « La République turque possède la fo (...)

3Nous avons pris ici en considération les chroniques de dix écrivains-journalistes4 dans des journaux turcs à grand tirage, publiés entre janvier 2002, date de la parution de Neige, et janvier 2006, fin du procès ouvert contre Pamuk à la suite de la fameuse déclaration5. La lecture des articles de ces écrivains, représentant différents courants de l’opinion publique (allant de la modération et l’indulgence6 jusqu’à l’insulte et la menace7) permettra d’évaluer la place de la fiction – en l’occurrence, le roman Neige –, dans l’ordre politique de la réalité quotidienne. L’étude des rapports qui se forment entre un roman et sa réception dans l’écriture journalistique paraît fructueuse afin de relever la ramification sémantique d’un texte dans la réalité.

4Une observation générale d’abord, concernant les rapports entre Neige et sa réception : l’atmosphère romanesque particulière et pesante, créée par un texte à multiples facettes, semble se reproduire dans la réalité grâce à l’écriture journalistique. Un tel degré de chevauchement semble montrer que le roman a prédit sa réception, en décrivant sa propre évolution ultérieure dans l’opinion publique. Quelques arguments tirés du roman et des articles tenteront, dans un premier moment, d’illustrer cette hypothèse.

L’intrigue de Neige et l’atmosphère du Procès

  • 8 Pamuk O., Neige, trad. Pérouse J.-F., Paris, Gallimard, 2005 (en turc : Kar, Iletisim, 2002).
  • 9 Renvoi aux événements et manifestations pro-islamistes, ainsi qu’à une représentation théâtrale is (...)
  • 10 Le nom du personnage a plusieurs fonctions, selon la poétique combinatoire qui régit le sens du ro (...)

5L’intrigue du roman s’organise autour d’un jeune poète, Ka, qui, après une longue période d’exil politique en Allemagne, vient à Kars, petite ville de l’extrême Anatolie de l’Est, afin d’enquêter sur plusieurs cas de suicide de jeunes femmes et sur les élections municipales8. Il compte préparer un dossier pour un journal d’Istanbul. Malgré cette simplicité de l’intrigue, le lecteur se perd très facilement dans les méandres de multiples renvois, descriptions d’états imprécis et questions politiques évoquées au fil des pages. Les différents acteurs de la politique locale essaient de rallier Ka à leur cause. L’intrigue se ramifie avec une histoire d’amour entre Ka et Ipek et avec une représentation théâtrale qui se transforme en putsch militaire9. Le poète apparaît dans la narration comme un flocon de neige qui, une fois la neige fondue dans cette petite province isolée, se liquéfie et « coule » vers son exil de départ. Cette structure narrative et thématique pourrait être considérée comme une reprise de la poétique du Procès de Kafka, la ressemblance entre les noms des personnages (Ka et K.10) en constituant l’argument le plus apparent.

  • 11 Un exemple serait suffisant pour illustrer ce rapprochement entre le procès de Neige et celui qui (...)
  • 12 Pour E. Colasan, N. Dogru ou H. Demir, le succès international de Pamuk ne serait salué, en Turqui (...)

6L’atmosphère de Neige, si proche de celle du Procès de Kafka, se reproduit, d’une manière ironique, dans le discours réel. Les articles des écrivains-journalistes créent pour Pamuk ce climat pesant qui entoure le K. de Kafka. Les rapports de cause à effets sont rompus, les points de repères disparus, et, par-dessus tout, la réflexion et l’argumentation reposent totalement sur des clichés intellectuels et culturels11. Les interprétations de Neige ne font que réitérer des idées reçues, les mettant rarement en doute. Comme le K de Kafka et comme le Ka de Neige – qui tâchent chacun de bien faire et de suivre les règles, mais subissent des échecs cuisants – l’écrivain devient la proie d’une animosité universelle et injustifiée. Le titre du dernier chapitre du roman est en cela suggestif : « À présent personne ici n’aime Ka. » (p. 592.) Tel fut bien le cas pour Pamuk lui-même lors de l’attribution du prix Nobel, les écrivains-journalistes relevant avec satisfaction le peu de participation de l’opinion publique à ce moment de gloire, susceptible pourtant de rejaillir sur toute la nation12. Dans Neige, le Procès et la presse critique s’instaure donc une même tension entre un « suspect » et d’innombrables « procureurs » armés de clichés.

Difficulté de lecture : Pamuk « illisible »

  • 13 Voir par exemple N. Dogru : « ils ont fait de ce pseudo-écrivain, que l’on lit difficilement, une (...)
  • 14 Demir V. H. dans Yenicag, 16/10/2006.

7Ce qu’on reproche le plus souvent à Pamuk dans les articles mentionnés est la difficulté de lecture, une difficulté qui serait liée non pas à l’insuffisance du bagage culturel, littéraire et intellectuel du lecteur ou du critique, mais au texte lui-même13. C’est là le cliché le plus répandu dans l’opinion publique, qui incrimine le romancier de ne pas savoir utiliser la langue (insuffisances d’expression, fautes de grammaire, ignorance linguistique...). Le reproche a l’avantage d’expliquer commodément le succès de Pamuk à l’étranger, la traduction étant créditée de la vertu de dissimuler ces graves insuffisances aux yeux d’un public qui ne connaît pas le turc14.

  • 15 L’atmosphère poétique et chaotique qui règne dans le roman est soulignée par Sibel Irzik : « Le ta (...)
  • 16 « Alors que personne ne s’intéressait plus à lui, un nouveau poème vint à Ka. » (p. 150) ; « Il se (...)

8Une fois de plus, le roman anticipe, non sans espièglerie, sur ce reproche d’illisibilité, à forte résonance politique. Renversant dans un premier moment la perspective, c’est la réalité qui apparaît dans Neige comme « illisible », comme c’était déjà le cas dans le Procès de Kafka. Ka et K. ne cessent de se débattre dans un capharnaüm de sens, qu’ils essaient de reformuler en recourant à différentes formes d’expression15. Le personnage de Kafka se crée au fur et à mesure une intériorité qui le transforme en figure lyrique, tandis que celui de Pamuk choisit de s’exprimer par la poésie et d’éclaircir la réalité au moyen d’une suite de poèmes qui « lui viennent comme par miracle16 ». Mais le cahier de poèmes de Ka est réputé perdu dans le roman. Or, il nous donnerait bien la clé de lecture de la situation où le personnage principal se débat pour se faire aimer à la fois d’Ipek, son ancien amour qui l’a poussé à s’aventurer dans cet espace isolé, et des différents acteurs politiques du lieu (Lazuli, militant et chef islamiste, le cheik Serdar Bey, le journaliste, etc.). Ainsi, Ka devient illisible dans le sens le plus fort du terme, parce qu’impossible à lire, à parcourir – comme ce sera, dans le monde réel, le cas de Pamuk lui-même.

  • 17 Le manque d’analyse textuelle peut se comprendre, compte tenu l’espace dont dispose un article de (...)

9En effet, si dans Neige les poèmes de Ka n’existent que par leurs titres, dans les articles de journaux le texte de Pamuk apparaît à son tour comme un titre dépourvu de contenu17. L’illisibilité de l’auteur est totale, radicale, d’autant plus qu’une métaphore récurrente ponctue le roman Neige, celle de l’électricité qui se coupe très souvent. L’absence de lumière renvoie à l’absence de lecture et le noir devient la couleur dominante de l’histoire.

Éclaircir, obscurcir

  • 18 Tout en relevant « l’insuffisance linguistique du romancier », E. Colasan souligne la « noirceur » (...)
  • 19 « Face aux informations que nous sortions alors que les événements ne s’étaient pas produits, de t (...)
  • 20 Il y a dans le roman un renvoi direct au rôle joué par la presse locale pendant les événements sur (...)
  • 21 Le pseudo-journaliste du premier livre de Pamuk à grand succès, Le livre noir (Can, 1990, Iletisim (...)

10Le deuxième argument à l’appui du mépris pour la personne et l’œuvre de Pamuk se révèle avec cette métaphore de l’éclairage. Il ne cesse pas de neiger dans le roman de Pamuk et, comme si l’auteur voulait accentuer encore plus la blancheur, la clarté du flocon, l’intrigue se déroule dans le noir. Le noir devient la couleur de la difficulté de lecture, menant à l’impossibilité de compréhension. Le personnage principal et le lecteur essaient de comprendre les différents agents et les péripéties de l’intrigue, mais ils n’arrivent jamais à une totalité de sens qui leur permettrait d’éclaircir les limites entre la réalité et la fiction. La troisième prédiction du texte concerne donc la manière dont se fera la compréhension du texte littéraire et de son rôle politique18. Dans Neige, la presse, représentée par un journal régional, se distingue par le rôle qu’elle joue dans la création d’une pseudo-compréhension de la réalité politique. L’ironie de l’écrivain se fait sentir à partir du moment où l’exercice du journalisme par le personnage principal à Kars se confronte à celui du journaliste local, Serdar Bey, dont journal « prédit » ce qui se passera le lendemain de la publication19. Là où les activités journalistiques de Ka visent l’éclaircissement, c’est l’obscurcissement que poursuit la presse locale, utilisée par un magnat du coin20. Un clin d’œil du narrateur appuie ce contraste. En effet, chaque fois que Ka s’entretient avec Serdar Bey, le directeur du quotidien la Gazette de la ville frontière, une coupure d’électricité engloutit tout et ils allument une bougie, emblème de la pénombre par excellence21. Or, du point de vue de l’éclaircissement du texte de Pamuk, les articles des chroniqueurs peuvent être considérés comme autant de bougies allumées, qui obscurcissent plus qu’elles n’éclaircissent, le sens à multiples facettes du texte restant toujours dans la pénombre.

  • 22 « Après trois ou quatre pages, voici le flocon qui me tomba sous les yeux. » (p. 385.) Ce passage (...)
  • 23 Voir par exemple E. Colasan : « Il a encore derrière lui l’Union européenne. Les commissaires de l (...)

11Parallèlement au texte littéraire, le discours des journalistes pousse le sens vers le noir, vers le non-sens, afin de prouver la non-valeur de l’auteur. S’il est question d’un peu de lumière, elle apparaît avec un qualificatif dépréciatif : « lumière morbide » (p. 244). Pourtant, l’activité poétique de Ka est une recherche de sens, fondée sur l’équivalence entre « Dieu », « flocon de neige » et « individu ». Les dix-neuf poèmes qui viennent à l’esprit de Ka sont placés sur un cristal de neige, chacun portant un titre qui sous-tend la construction thématique du roman. Le cristal de neige devient la métaphore de la clarté et de l’esprit libre, liés à un lyrisme qui anéantit le noir. L’individu ressent cette plénitude que cherchait Ka depuis le début22. Or, les chroniqueurs considèrent très souvent Pamuk comme un « agent du noir et des forces obscures23 » ; c’est ainsi que l’ironie de la comparaison se déplace sans cesse dans le va-et-vient entre la fiction et la réalité.

Loin, distant : solitude

  • 24 La neige suit le personnage, le pousse en quelque sorte vers l’Est, vers cette ville lointaine con (...)

12La neige qui continue à tomber sans répit tout au long du récit marque en même temps l’éloignement de Ka de son contexte24 ; à l’image d’un flocon, le personnage principal vient d’un exil et repart pour un autre exil. Le rapprochement entre sa situation et celle du Procès de Kafka fonde une autre interprétation du texte dans son contexte politique. L’isolement devient ainsi un thème principal de la fiction et un état d’âme qui ne cesse de hanter le discours journalistique censé interpréter cette fiction.

  • 25 Une phrase qui fait le pont entre deux paragraphes : « Ka se sentit complètement seul et relut l’a (...)
  • 26 « Une femme se suicide non pas parce que son amour-propre a été blessé, mais pour montrer qu’elle (...)

13L’espace de Neige est l’emblème de cet isolement : une ville lointaine, coupée du reste du pays par une chute de neige incessante à la veille des élections locales. L’aspect physique et moral de cet isolement s’étendra sur l’ensemble des personnages, à commencer par Ka, lui-même solitaire, allant vers un endroit isolé et étranger. Au début du récit, le narrateur nous annonce qu’il vient enquêter sur les cas de suicide des jeunes filles et sur les élections locales. Mais à la fin du récit aucune enquête n’est aboutie, aucune conclusion tirée sur l’une ou l’autre des questions. Ka part en réalité pour persuader son ancien amour, Ipek, de venir vivre avec lui en Allemagne. Sa solitude, accentuée encore plus par l’isolement spatial (en Allemagne, puis à Kars, deux espaces où il garde la même situation morale, à savoir d’« isolement du contexte ») le poussera à un jeu politique d’où il sortira encore plus esseulé, rejeté, isolé25. Le destin de Ka tend de cette sorte vers celui des femmes qui se suicident et dont les motifs restent inconnus26.

  • 27 Un des fervents critiques de Pamuk, H. Demir, chroniqueur du journal Yenicag, n’hésite pas à donne (...)
  • 28 Ironie qui se répète dans un contexte tout à fait différent, quand le cinéaste turc, Nuri Bilge Ce (...)

14Cette volonté d’isolement, de mise à l’écart, est très visible dans les articles des écrivains-journalistes. Le rejet du personnage dans la fiction sera suivi du refus de l’auteur par des chroniqueurs. Ka est seul et pourtant entouré par des personnages dont chacun a une raison pour l’éliminer par la violence. Il est un étranger et est considéré comme tel. La réception du personnage fictif comme un étranger suspect se réitère à propos de Pamuk dans le discours politique des chroniqueurs. Ceux-ci considèrent le romancier comme un « élément distant » du contexte, des valeurs nationales du pays, lui-même considéré comme isolé, puisque entouré des ennemis ; toute tentation de briser cette solitude est interprétée facilement comme un acte de traîtrise27. Dans les deux cas, un isolement matériel et sentimental se laisse lire en filigrane dans le discours. En cela aussi, le narrateur de Neige prédit la réception de son ouvrage. La comparaison entre Ka de Neige et de K. du Procès s’étend de la sorte jusqu’à couvrir l’espace national en général. Ville isolée de l’Est, Kars devient, dans la fiction, une sorte de métonymie du pays entier, et cela moralement d’abord, physiquement ensuite28.

Conclusion

15Orhan Pamuk se trouve aujourd’hui au cœur des débats politiques en Turquie qui affectent la réception de la fiction romanesque. L’actualité politique du pays transforme la fiction de Pamuk en un champ de bataille où cristallisent les sentiments d’identité nationale renforcés par les débats autour de la fiction historique. « L’affaire Pamuk », telle qu’elle a été montée par la presse turque, est éclairante en ce sens. Un « cas » littéraire devient un problème d’actualité politique, mobilisant différentes idéologies. Dans ces polémiques, l’œuvre se perd sous un rideau de tulle, et la réception de l’ouvrage attend toujours un travail de critique ne se donnant pour objectif que le texte lui-même. Pour nous servir encore une fois du fait divers médiatique du début, à savoir l’enthousiasme officiel du sous-préfet pour condamner l’œuvre de Pamuk, il nous serait possible de dire que les commentaires de ces dix journalistes cherchent le texte de Pamuk pour le condamner mais qu’ils ne trouvent pas de texte, car ce texte, il est l’absent du discours politique et il est réduit à quelques phrases de son auteur qui ébranlent l’ordre établi du discours politique officiel.

Notes

1 Voir le quotidien Hurriyet, le 30 mars 2005, [ tim.asp].

2 Voir Das Magazin, supplément au quotidien Tages-Anzeiger, le 5 et le 26 février 2005.

3 Le mot « pseudo » est devenu une sorte de cliché des insultes contre Pamuk. Voir, entre autres, les chroniques de Emin Colasan (Hurriyet), des écrivains de Turk Solu, dont Demirtas Ceyhun, de Burhan Ayeri (Aksam), de H. Demir (dans le quotidien Yenicag), etc.

4 Quelques remarques terminologiques s’imposent : le mot utilisé ici pour désigner ces « écrivains » de journaux est problématique. Il s’agit d’une fonction spécifique de la presse turque, leur caractéristique étant de négliger systématiquement le premier objectif du journalisme, afin de favoriser l’interprétation au détriment de l’information. La tâche de l’écrivain-journaliste devient de la sorte non pas « informer » mais « commenter » ; ces écrivains sont des commentateurs qui savent tout et qui sont spécialistes de tout, des « meneurs d’opinion », comme ils se définissent eux-mêmes. La presse turque les désigne par le terme « kose yazari » (écrivain d’à côté de l’article de fonds). D’autres termes comme « correspondant », « rédacteur », « éditorialiste », « reporteur », etc. s’avèrent impertinents pour désigner cette classe de journalistes qui marque pourtant le caractère et « la personnalité » d’un quotidien en Turquie. Un journal est en effet impensable sans quelques écrivains de ce genre qui, pour leurs lecteurs, ressemblent plutôt à des vedettes de football dont les transferts ont des enjeux tactiques, financiers et sociaux. Il existe plusieurs exemples qui concernent les journaux de grand tirage : le cas d’Ertugrul Ozkok de Hurriyet, le débat autour du licenciement d’Emin Colasan (Hurriyet), de Bekir Coskun (Hurriyet, Haber-Turk) sans parler du journal Cumhuriyet avec son ancien écrivain Hasan Cemal (entre 1981 et 1992) et Ilhan Selcuk etc. Cette spécificité du contexte journalistique turc rend difficile le choix d’un terme approprié. Nous allons utiliser les termes « chroniqueurs » et « écrivains-journalistes », tout en gardant à l’esprit cette lacune sémantique liée à la spécificité de la presse turque.

5 Les écrivains-journalistes Ahmet Hakan (Hurriyet), Ismet Berkan (Radikal), Turker Alkan (Radikal), Ertugrul Ozkok (Hurriyet), Fatih Altayli (Haber Turk), Emin Colasan (Hurriyet), Necati Dogru (Vatan), Ozdemir Ince (Hurriyet), Hasan Demir (Yenicag), Demirtas Ceyhun (Aydinlik, revue mensuelle). L’ensemble des articles étudiés ici constitue un corpus de plus de 500 pages.

6 Voir surtout I. Berkan dans Radikal (13/03/2005 ; 29/05/2005 ; 08/10/2005 ; 23/10/2005 ; 17/12/2005 ; 18/12/2005, etc.) et T. Alkan dans le même journal (11/03/2005 ; 02/04/2005 ; 16/10/2007 ; 19/12/2007 etc.)

7 Parmi les menaces proférées, il faut en citer quelques-unes : « La République turque possède la force potentielle la plus considérable au Moyen Orient. Avec ses vieux, avec ses jeunes, avec ses forces armées ou non-armées, elle peut envoyer à l’autre monde beaucoup d’écrivains ayant obtenu ou non le prix Nobel. Que l’on n’oublie pas ! » (Burhan Ayeri Aksam, 22/05/2009). Un rapprochement s’impose entre cette menace « intellectuelle » et celle d’un jeune faisant partie de cette « force non-armée » mentionnée dans l’article, suspecté du meurtre de Hrant Dink, journaliste arménien tué le 19 février 2007, qui transmet : « Dites à Pamuk qu’il soit sage ! » (voir les journaux turcs du 01/10/2007).

8 Pamuk O., Neige, trad. Pérouse J.-F., Paris, Gallimard, 2005 (en turc : Kar, Iletisim, 2002).

9 Renvoi aux événements et manifestations pro-islamistes, ainsi qu’à une représentation théâtrale islamiste qui ont servi de prétexte à un simulacre de coup d’État militaire, connu sous le nom de « processus du 28 février » (1997). C’est la date où un général de l’armée turque avait paradé avec des chars d’assauts dans le quartier qui a été la scène des événements. Le rôle de la presse et de la télévision reste toujours un débat ouvert dans l’opinion publique turque.

10 Le nom du personnage a plusieurs fonctions, selon la poétique combinatoire qui régit le sens du roman. Il s’agit en effet à la fois des initiales du personnage principal, Kerim Alakusoglu, des deux premières lettres du titre du roman en turc (« Kar », c’est-à-dire neige), du début du toponyme où est ancrée l’intrigue (Kars).

11 Un exemple serait suffisant pour illustrer ce rapprochement entre le procès de Neige et celui qui s’instruit dans le roman de Kafka : aucun des écrivains-journalistes ne donne de précision sur l’interview de Pamuk. La seule citation qu’ils en retiennent devient un cliché, brandi comme une preuve d’atteinte à l’identité turque, et dépourvu de toute référence au texte et contexte originaux.

12 Pour E. Colasan, N. Dogru ou H. Demir, le succès international de Pamuk ne serait salué, en Turquie, que par « un certain milieu pro-Américain, pro-européen », pour ne pas dire par « des traîtres ».

13 Voir par exemple N. Dogru : « ils ont fait de ce pseudo-écrivain, que l’on lit difficilement, une icône de Bruxelles » (Vatan, 17/12/2005). F. Altayli : « Je n’aime pas Orhan Pamuk comme “écrivain”. Je ne suis arrivé à lire aucun de ses livres jusqu’à la fin. » (Hurriyet, 11/02/2005.) O. Ince : « J’ai un conseil à donner à ces étranges “écrivants” (en français dans le texte) comme Orhan Pamuk, Nedim Gursel... » (Hurriyet, 26/02/2005.)

14 Demir V. H. dans Yenicag, 16/10/2006.

15 L’atmosphère poétique et chaotique qui règne dans le roman est soulignée par Sibel Irzik : « Le tableau final de tous les renversements et du chaos dans Neige reflète un manque de limites qui empêcherait l’amalgame de l’art, de la politique et de la vie. » (« Orhan Pamuk’ta temsil ve siyaset » in Orhan PamuHun Edebi Dunyasi, Iletisim, 2008, p. 52.)

16 « Alors que personne ne s’intéressait plus à lui, un nouveau poème vint à Ka. » (p. 150) ; « Il sentit qu’un poème était sur le point de surgir » (p. 174) ; « un poème lui vint à l’esprit » (p. 514), etc.

17 Le manque d’analyse textuelle peut se comprendre, compte tenu l’espace dont dispose un article de journal, mais on le retrouve également dans certaines études à prétention « scientifique ». Kaan Arslanoglu, romancier et critique, reprend ainsi sans aucune argumentation le cliché de « la fausse réussite » de Pamuk et soutient que l’écrivain cherche à plaire à tous (« Bir baçari idolu olarak Orhan Pamuk », in 5. Sanattan 5. Kola : Orhan Pamuk, Ithaki, 2007, p. 53-55). Necmiye Alpay, au contraire, se contente d’affirmer que le romancier est un auteur désagréable, qui dérange les lecteurs de tous les milieux (« Kar Tartismasi », in Milliyet Kitap Eki, 08/03/2002). Dans le même débat, Murat Çelikkan soutient le même argument dans son compte rendu qui s’intitule « Islam ve Kar ». Un autre exemple de ce manque de « compréhension textuelle » : Alper Akcam reproche à l’écrivain d’avoir mentionné une espèce d’arbres qui ne pousse pas à Kars à cause du climat, oubliant totalement la différence entre fiction et documentaire. (voir « Kar altinda Tekinsiz Siyaset » in Ecinliler’in Golgesinde, Yordam Kitap, 2009, p. 151).

18 Tout en relevant « l’insuffisance linguistique du romancier », E. Colasan souligne la « noirceur » du sens chez Pamuk, lorsqu’on peut le trouver : « J’ai lu jusqu’à présent un seul livre de ce gars Je crois qu’il s’intitulait Livre noir. Je n’ai rien compris. » (Hurriyet, 20/01/1999.) À relever l’emploi du mot turc « bu arkadas » pour désigner l’auteur : le mot veut dire « ami », mais dans un certain contexte, il connote le mépris et la menace, morale et physique à la fois.

19 « Face aux informations que nous sortions alors que les événements ne s’étaient pas produits, de très nombreuses personnes, nous méprisant et estimant que nous ne faisions pas du journalisme mais de la divination, on a ensuite constaté que les événements se déroulaient de bout en bout comme nous l’avions écrit ; et elles ne purent dissimuler leur étonnement. De très nombreux événements se sont même réalisés uniquement parce que nous les avions anticipés par voie de presse. Le journalisme moderne, c’est ça en fait. » (Pamuk O., op. cit., p. 51.)

20 Il y a dans le roman un renvoi direct au rôle joué par la presse locale pendant les événements survenus début juillet 1993 à Sivas, petite ville de l’Anatolie centrale. Trente-cinq écrivains, poètes et artistes ont été tués dans un hôtel incendié par une foule de fondamentalistes à la suite des manifestations contre un écrivain célèbre, Aziz Nesin, connu par son athéisme. Neige reproduit métonymiquement un article de ce genre en utilisant le même attribut pour Ka : voir tout le chapitre intitulé « Un homme sans dieu à Kars » (p. 431 et sq.).

21 Le pseudo-journaliste du premier livre de Pamuk à grand succès, Le livre noir (Can, 1990, Iletisim, 2006), pratique déjà cet éclairage méprisant et insuffisant du monde fictif.

22 « Après trois ou quatre pages, voici le flocon qui me tomba sous les yeux. » (p. 385.) Ce passage précède la page où l’on voit une figure de cristal de neige, longuement préparée le long du récit par le moyen des poèmes et connotant une recherche de plénitude : « Toute ma vie je l’ai vécue dans la souffrance, tel un animal blessé, avec un intense sentiment de perte et d’incomplétude. » (p. 383.)

23 Voir par exemple E. Colasan : « Il a encore derrière lui l’Union européenne. Les commissaires de la capitulation. »… (Hurriyet, 17/12/2005). H. Demir, à propos du soutien que certaines organisations occidentales et internationales ont donné à l’écrivain pendant le procès : « les États-Unis ont commencé à menacer la Turquie… c’est ainsi que notre nation voit combien l’Occident, combien les sionistes, combien les Croisés sont ignobles et hypocrites. » (Yenicag, 16/10/2006).

24 La neige suit le personnage, le pousse en quelque sorte vers l’Est, vers cette ville lointaine connue par ses longs hivers. Voilà l’incipit du roman : « Le silence de la neige, voilà à quoi pensait l’homme assis dans l’autocar juste derrière le chauffeur [...] sur ce il commença à neigeoter. » (p. 11-12.) Cet éloignement souligné métaphoriquement par la neige ne cesse de hanter toute l’intrigue jusqu’à la fin : « Je m’installai et, regardant entre les flocons de neige les lumières orangées des dernières maisons visibles des faubourgs, les petites pièces de bric et de broc avec la télévision allumée, les fumées fines, fluettes et frêles s’échapper des cheminées basses des toits couverts de neige, je me mis à pleurer. » (p. 625.)

25 Une phrase qui fait le pont entre deux paragraphes : « Ka se sentit complètement seul et relut l’article avec attention » (p. 434) ; ce paragraphe d’une seule phrase unit le champ sémantique du mot « seul » avec celui de « presse » par le truchement du mot « article ».

26 « Une femme se suicide non pas parce que son amour-propre a été blessé, mais pour montrer qu’elle en a. [...] L’instant du suicide est le moment où les femmes réalisent de la manière la plus aiguë qu’elles sont seules et qu’elles sont femmes. » (p. 580.)

27 Un des fervents critiques de Pamuk, H. Demir, chroniqueur du journal Yenicag, n’hésite pas à donner à son recueil d’articles un titre problématique : Orhan Pamuk yalanlari (« les mensonges de Orhan Pamuk », Akasya Kitap, 2007). Titre problématique car parmi les 102 articles réunis sous ce nom, il n’y a que six à traiter du cas Pamuk, les autres étant totalement hors sujet. L’ensemble compte 18 pages, dans un livre de 336 pages. Plusieurs interprétations sont permises de ce choix : la haine contre un traître, Pamuk, un désir de formuler en un seul slogan le problème de Pamuk ou tout simplement un souci de profiter de la « rentabilité » du nom de Pamuk dans le titre.

28 Ironie qui se répète dans un contexte tout à fait différent, quand le cinéaste turc, Nuri Bilge Ceylan, qui a obtenu le palme d’or à Cannes en 2006, a dit, dans son petit discours : « Je dédie cette palme d’or à mon beau pays solitaire que j’aime avec passion. » Son film qui s’intitule « Uzak » (distant, donc loin, éloigné) avait obtenu en 2003 le grand prix à Cannes. Le champ sémantique du titre du film se rapproche ironiquement de celui du cas de Pamuk dans la réalité politique et sociale.

Auteur

Université d’Ankara

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540