Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roman et politique

 | 
Isabelle Durand-Le Guern

Cinquième partie. Roman postcolonial

Le récit politique africain à la confluence du roman et des sciences politiques

Abdoulaye Imorou

Texte intégral

  • 1 « Le politique » s’entend ici dans le sens que lui donne Georges Balandier : « Le politique se tro (...)
  • 2 Mbembe A., De la postcolonie : Essai sur l’imaginaire politique de l’Afrique contemporaine, Paris, (...)

1Cette contribution se propose de réfléchir, à partir de l’exemple des textes romanesques et des travaux de sciences politiques qui traitent de l’Afrique, sur les modalités et la pertinence d’une approche interdisciplinaire du politique1. Le choix de ce continent se justifie dans la mesure où la saisie du politique en Afrique passe pour être des plus problématiques : « Tenir un discours raisonnable sur l’Afrique subsaharienne n’est jamais allé de soi2. » Quant aux sciences politiques et au roman, ils obéissent, à première vue, à des politiques d’écriture que tout oppose, puisque l’un relève du discours fictionnel et les autres du discours scientifique. Dès lors la question se pose de savoir s’il est possible et souhaitable de les rapprocher dans une perspective interdisciplinaire, si la saisie du politique gagne d’une telle démarche. Il faut pour y répondre, revenir dans un premier temps, sur les caractéristiques propres aux langages romanesque et scientifique, sur la nature et la qualité de la saisie du politique que chacun d’entre eux autorise. Il conviendra, par la suite, de considérer la portée d’une réception croisée des textes.

Un objet, des langages

  • 3 Lopes H., Le Pleurer-Rire, Paris, Présence Africaine, 1982.
  • 4 Vian B., L’écume des jours, Paris, Gallimard/NRF, 1947.
  • 5 Efoui K., Solo d’un revenant, Paris, Le Seuil, 2008.
  • 6 Monenembo T., Les crapauds-brousse, Paris, Le Seuil, 1979.

2Le langage romanesque peut, comparativement au langage scientifique, sembler peu qualifié à saisir le réel. Les romanciers mettent cependant en place toute une série de stratégies chargées de dire qu’il n’en est rien. Parmi ces stratégies, on peut citer un certain usage de l’exergue. Henri Lopes, dans Le Pleurer-Rire3, cite Boris Vian qui dans L’écume des jours4 écrivait : « Les quelques pages de démonstration qui suivent, tirent toute leur force du fait que l’histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre. » Dans le même ordre d’idée, Kossi Efoui ouvre Solo d’un revenant5 par ces lignes : « Les personnages de ce livre sont des fictions comme nous tous. Toute ressemblance, même fortuite, avec les vivants, les morts et les morts vivants, est donc réelle. » Il faut encore citer Tierno Monénembo dans Les crapauds-brousse6 : « Les lieux et les personnages de ce roman ne devraient exister que dans ma seule imagination. » Ces quelques mots suffisent à fragiliser l’idée d’une frontière étanche entre la fiction et le réel.

  • 7 Kourouma A., En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Le Seuil, 1998.
  • 8 Monenembo T., Peuls, Paris, Le Seuil, 2004.

3Le choix du narrateur est également, le plus souvent, significatif. Il participe à la mise en place d’un effet de réel et de vérité. C’est particulièrement le cas lorsque le narrateur est homodiégétique. Le lecteur a alors l’impression que le récit de ce narrateur-personnage, témoin direct de l’histoire qu’il raconte, ne peut qu’être véridique. En faisant de l’ancien maître d’hôtel, aujourd’hui en exil, du président Bwakamadé Na Sakkadé, le narrateur de Le Pleurer-Rire, Henri Lopes garantit, en quelque sorte, l’authenticité de tout ce qui est rapporté dans le roman. Du fait de son métier, le narrateur a pu entendre les conversations les plus privées, assister aux transactions les plus secrètes, voir le président tel qu’il est lorsqu’il ne porte pas son masque officiel. En outre, la sécurité de l’exil lui procure le courage de tout révéler sans fard, lui permet d’être irrévérencieux. Or, dans le cas particulier de l’Afrique, où le récit du politique est un exercice délicat et soumis à une forte censure, l’irrévérence passe pour gage de vérité. L’auteur choisit donc son narrateur de manière à lui garantir la marge de manœuvre la plus large possible. Ce procédé permet d’aborder, sous couvert de fiction, les sujets les plus sensibles et les plus tabous. Ainsi, dans En attendant le vote des bêtes sauvages7, Ahmadou Kourouma prétexte un donsomana, cette cérémonie purificatoire à laquelle le président Koyaga est contraint de se soumettre et au cours de laquelle le narrateur-griot et son répondeur se doivent de lui dire toutes ses vérités, pour dénoncer les exactions et les crimes des principaux dictateurs africains. On peut encore citer l’astuce de Tierno Monénembo qui dans Peuls8, choisit son narrateur parmi la parentèle à plaisanterie des Peuls. Ce dernier est alors libre de se montrer aussi impertinent qu’il le souhaite, occasion pour l’auteur de s’affranchir des règles de l’épopée et de montrer les Peuls dans leurs forces comme dans leurs faiblesses.

  • 9 Il s’agit, évidemment, d’une liberté toute textuelle qui, le nombre d’écrivains contraints à l’exi (...)

4À travers ce type de procédés, les romanciers parviennent donc à blanchir leurs textes du soupçon qui voudrait qu’ils soient peu qualifiés à dire le politique. Mieux, ils démontrent que l’usage de la fiction ouvre un certain nombre de perspectives, libère des contraintes de la censure9 et autorise par là une saisie d’autant plus efficace du politique. Bernard Mouralis écrit ainsi à propos de Peuls :

  • 10 Mouralis B., « Du roman à l’histoire : Tierno Monénembo », p. 141-142, Mouralis B., L’illusion de (...)

En outre, cette réflexion sur l’histoire de l’Afrique de l’Ouest et la question du politique s’opère avec un art du récit qui nous fait entrer dans le point de vue des multiples acteurs – Noirs et Blancs –, dans la logique de leurs discours, si souvent marquée par l’illusion, la mauvaise foi, le calcul retors, le formalisme. De tout cet ensemble se dégage ainsi une version de l’histoire qui n’est conforme ni à l’historiographie coloniale, ni non plus, à l’historiographie nationaliste, qui toutes deux ont longtemps prévalu. Une version en quelque sorte non « autorisée », iconoclaste sur bien des points, et qui n’est pas sans rappeler la vision que donnait en 1968 Yambo Ouologuem dans Le devoir de violence10.

  • 11 Gatore G., Le passé devant soi, Paris, Éditions Phébus, 2008, p. 11.
  • 12 Gatore G., op. cit., p. 136.

5Les perspectives ouvertes par la fiction ne se limitent, cependant, pas à la liberté d’écriture, à la mise en récit d’une version non autorisée du politique. La fiction participe activement à la fabrique de sens. À ce niveau, le texte revendique son statut de fiction et affirme sa volonté de s’éloigner de l’ambition de fidélité au réel propre au texte scientifique. Dans le même temps, il indique qu’il ne fait pas moins sens, que l’espace fictionnel n’a pas une simple fonction de divertissement : « Si la logique et le sens te paraissent une seule et même chose ; si enfin, l’anticipation est la condition de ton intérêt, ce voyage te sera peut-être insoutenable11 ». Le roman fait donc clairement le choix de privilégier la fabrique de sens au détriment de la fidélité au réel. Il se donne ainsi toute licence pour puiser dans les ressources offertes par la fiction. Parmi ces ressources, les formes de l’humour et la mise en place de mondes oniriques sont particulièrement sollicitées. Le roman de la satire politique s’est ainsi plu, dans les années 1980, à brosser des portraits de présidents bouffons et mégalomanes. Cette stratégie lui a permis de refléter, avec efficacité, les modalités de l’arbitraire des pouvoirs africains. Quant aux mondes oniriques, ils interviennent essentiellement comme des révélateurs de sens. Le plus souvent, ils partagent un savoir qu’ils sont seuls à détenir. Dans Le passé devant soi, roman qui porte sur le génocide des Tutsi, Isaro, le personnage principal vient à s’évanouir peu de temps avant le début des massacres. Il pénètre dans un monde souterrain peuplé d’oiseaux. Ceux-ci, jugeant que les hommes doivent savoir, le préviennent du génocide qui se prépare. L’un d’entre eux ajoute cependant : « Moi, je vous dis que cela ne sert à rien12. » À travers cette remarque, l’oiseau suggère que savoir ne suffit pas toujours, il faut encore vouloir agir en conséquence. Et en effet, l’expérience onirique n’empêchera pas Isiro de devenir un génocidaire des plus efficaces.

6Le roman se révèle donc habile à user des ressources de la fiction pour inviter le lecteur à rechercher autre chose que le divertissement, pour suggérer des univers de signification et proposer, au même titre que les travaux scientifiques, des lectures du réel.

7De leur côté, les sciences politiques ne sont pas tout à fait à l’abri d’une forme de soupçon. Il semble que celle-ci trouve son origine dans les critiques généralement adressées aux africanistes de l’ère coloniale. Parce que ces derniers avaient partie liée avec le pouvoir colonial, leurs travaux n’auraient aucune validité scientifique ; ils n’auraient d’autre objectif que de fournir les éléments, les repères nécessaires au bon fonctionnement du système de domination. Certes, ces critiques ne sont pas tout à fait infondées. À cet égard, on se rappelle comment, dans En attendant le vote des bêtes sauvages les renseignements fournis par les ethnologues furent décisifs à l’armée française lorsqu’elle chercha à soumettre les hommes nus des montagnes, les paléos :

  • 13 Kourouma A., En attendant le vote des bêtes sauvages, op. cit., p. 17.

Les ethnologues citèrent aux militaires un proverbe paléo qui dit que l’homme patient parvient à faire cuire une pierre jusqu’à ce qu’il la boive en bouillon. Ils suggérèrent aux militaires de tranquillement et simplement bivouaquer et d’attendre l’harmattan. Ils affirmèrent que rien au monde ne parvenait à faire renoncer les montagnards aux luttes initiatiques des bonnes saisons. Le commandement de l’armée coloniale eut raison d’écouter les ethnologues13.

8Cependant si cet épisode romanesque atteste des connivences qui ont pu lier le commandement colonial et les chercheurs, force est d’admettre qu’il indique également que cela n’autorise pas pour autant à disqualifier ces derniers sur le plan scientifique. En effet, si les conseils des ethnologues sont efficaces, c’est bien parce que leurs travaux ont quelque valeur. Le fait est que la plupart des chercheurs ont toujours tenu à ce que leurs textes soient reconnus et validés par leurs pairs :

  • 14 Mouralis B., « Orientalisme et africanisme : réflexions sur deux objets », p. 208, Mouralis B., L’ (...)

Les chercheurs africanistes profitent des facilités que l’administration peut leur offrir pour travailler sur un terrain mais s’efforcent en même temps d’acquérir de plus en plus une légitimité proprement scientifique. On le voit par exemple avec l’itinéraire de Delafosse qui, à partir de 1919, abandonne toute activité administrative et n’a plus qu’une activité scientifique, au demeurant largement reconnue au plan national et international14.

  • 15 Balandier G., Anthropologie politique, op. cit., p. VIII.
  • 16 Balandier G., « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologi (...)

9On le voit, le soupçon quant à la légitimité des africanistes de l’ère coloniale à dire le politique en Afrique demande à être relativisé. À plus forte raison, ce serait exagérer que de vouloir se baser sur ces considérations pour disqualifier la recherche contemporaine qu’elle soit d’origine occidentale ou africaine. Les résultats auxquels les chercheurs parviennent parlent d’ailleurs d’eux-mêmes. À cet égard, il convient de garder en mémoire que c’est un africaniste, Georges Balandier, qui a vulgarisé, en France, l’inscription de l’Afrique dans l’Histoire et le politique. Il rompait alors avec toute une tradition qui n’hésitait pas à considérer que des sociétés entières pouvaient être « extérieures à l’histoire et en dehors des contraintes du politique » sous prétexte qu’elles étaient sans État15. Il a également, à travers la notion de « situation coloniale16 », insisté sur le fait que les sociétés africaines n’ont pas passivement subi la colonisation et invité à les considérer dans leur globalité, dans leur actualité, selon une approche pluridisciplinaire à même de mieux révéler les tensions en jeux. Dès lors, ces sociétés se devaient d’être considérées dans leur dynamisme, et non plus comme étant figées dans un temps cyclique des traditions.

10L’exemple de Georges Balandier met en avant une caractéristique essentielle du langage scientifique qui consiste en l’élaboration d’outils conceptuels destinés à rendre plus intelligible la saisie du politique. Ce sont des outils de ce type qui invitent à lire le politique en Afrique autrement qu’en termes de corruption, de pathologie voire de carence du pouvoir ou encore d’oppositions ethniques. Au début des années 1980, avec la notion de « politique par le bas », Jean-François Bayart et ses collègues nuancent la lecture des relations entre le pouvoir et les masses. Le peuple cesse d’être une masse inactive entièrement soumise à un pouvoir coercitif. Il apparaît qu’il module à sa manière l’espace politique :

  • 17 Bayart J.-F., Mbembe A., Toulabor C., Le politique par le bas en Afrique noire : Contribution à un (...)

Révoltes, refus de certaines cultures ou sous productivité, grèves, abstentionnisme électoral, migrations, recours à la sacralité pouvant aller jusqu’à la création de véritables communautés théocratiques hors l’État, contrebande, bourgeonnement d’un secteur économique informel, [...] la liste est longue des pratiques populaires qui limitent et relativisent le champ étatique, assurant ainsi une certaine revanche de la société sur celui-ci et contribuant à sa faillite économique17.

  • 18 Chabal P., Daloz J.-P., L’Afrique est partie ! Du désordre comme instrument politique, Paris, Econ (...)

11Pour donner un autre exemple, la théorie de « l’instrumentalisation du désordre » de Patrick Chabal et Jean-Pascal Daloz18 démontre qu’il est nécessaire d’aller au-delà du paradigme du joug lorsqu’on cherche à expliquer le sous-développement africain. Ce continent loin de plier sous les politiques occidentales de domination aurait toujours été habile à tirer profit de sa situation, à instrumentaliser le désordre de manière à convaincre les bailleurs de fonds : instrumentalisation de la guerre froide, des processus de démocratisation et de gestion des conflits. Quant à Achille Mbembe, sa théorie de l’« esthétique de la vulgarité » soutient que dominants comme dominés se rejoignent et valident ensemble un univers de signification qui accorde une importance particulière aux signes extérieurs de la puissance. Or ces signes empruntent pour l’essentiel au domaine du vulgaire. En l’occurrence, être puissant c’est bien manger, c’est être viril, le tout de manière théâtrale :

  • 19 Mbembe A., De la postcolonie : Essai sur l’imaginaire politique de l’Afrique contemporaine, Kartha (...)

Commander, c’est en outre, éprouver publiquement un certain contentement à bien manger et à bien boire ; et, comme l’affirme Sony Labou Tansi, passer le plus clair de son temps « à pisser le gras et la rouille dans les fesses des fillettes ». La fierté de posséder un pénis actif doit, par ailleurs, être théâtralisée (droit de cuissage, polygamie, entretien des concubines…)19.

12Le recours à ce type d’outils conceptuels permet aux sciences politiques de dessiner une image de l’Afrique moins mécaniste, plus dynamique, une image qui montre que chacun, qu’il soit du peuple ou du pouvoir, participe à la vie politique dont il valide les orientations. Au final, les langages romanesque et scientifique parviennent, chacun à sa manière, à des lectures complexes et nuancées du politique en Afrique. Si les méthodes diffèrent, il semble qu’en revanche, sur le plan de la qualité, les résultats se valent. Dès lors, il paraît logique d’accorder la même attention aux deux types de textes.

Lire le roman dans le souvenir des textes scientifiques et réciproquement

  • 20 Toulabor C., « Jeux de mots, jeux de vilain : Lexique de la dérision politique au Togo », Bayart J (...)
  • 21 Ibidem, p. 129.
  • 22 Labou Tansi S., La vie et demie, Paris, Le Seuil, 1979, p. 60. Le terme « payondi » renvoie à l’et (...)
  • 23 Bayart J.-F., L’État en Afrique, op. cit., p. 99.
  • 24 Hampate Ba, L’étrange destin de Wangrin ou les roueries d’un interprète africain, Paris, Éditions (...)

13D’un autre côté, le fait que ces types de textes se révèlent tous deux capables de saisir le politique, pourrait conduire à penser que la lecture de l’un ou de l’autre est amplement suffisante, qu’une lecture croisée n’est pas particulièrement indispensable. Et en effet, dans bien des cas, le lecteur retrouve les mêmes analyses d’un type de texte à l’autre. Une bonne partie des thèses défendues par Jean-François Bayart et ses collègues dans le cadre de la théorie du politique par le bas sont présentes sous d’autres formes dans le roman de la satire politique. Dans La vie et demie, le peuple se livre à une dérision du pouvoir par jeux de mots interposés qui n’est pas sans rappeler l’attitude des Togolais face à Eyadéma telle que Comi Toulabor l’étudie dans « Jeux de mots, jeux de vilains20 ». Dans les deux cas, le sigle du parti unique n’est pas épargné : le RPT (Rassemblement du peuple togolais) devient le « Rassemblement des profiteurs togolais21 », et le PPUDT (Parti pour l’unité, la démocratie et le travail), le « Parti payondi pour l’unité des dettes et des tueries22 ». Dans L’Etat en Afrique, Jean-François Bayart déconstruit la représentation selon laquelle les intermédiaires autochtones de l’administration coloniale étaient formés et sélectionnés de manière à ce qu’ils restent dociles et évitent de prendre des initiatives. Lorsqu’il démontre qu’en réalité ceux-ci « ont abondamment utilisé leurs prérogatives d’auxiliaires de l’administration pour s’enrichir23 », il aurait tout aussi bien pu citer à titre d’exemple des extraits de L’étrange destin de Wangrin24. Chacun se rappelle sans doute, entre autres stratagèmes, le trafic de bœufs que l’interprète avait imaginé et qui consistait à demander aux villageois davantage de pièces que n’avait réclamé l’administration coloniale et à garder le surplus pour son compte personnel.

14Cependant, l’existence de ces points de rencontre, loin d’indiquer que la lecture d’un seul type de textes suffit, plaide, au contraire, en faveur d’une lecture croisée. Elle est la preuve que les textes peuvent, selon le principe de l’intertextualité, s’éclairer et se cautionner les uns les autres. Alors que le lecteur de L’étrange destin de Wangrin pouvait penser qu’un interprète jouissant d’une telle liberté de mouvement ne peut qu’être fictif, le texte de Jean-François Bayart vient lui rappeler que les comportements de ce type étaient, au contraire, usuels. De même, la peinture romanesque des agissements du peuple vient illustrer les analyses colportées par la théorie du politique par le bas et leur donner davantage de relief.

  • 25 Kundera M., L’insoutenable légèreté de l’être, trad. François Kerel F., Paris, Gallimard, coll. «  (...)

15Il existe, en outre, d’autres éléments qui plaident en faveur d’une réception interdisciplinaire des textes. En premier lieu, l’intertextualité ne repose pas sur les seuls points de rencontre. Il joue tout autant, sinon davantage, lorsque les analyses divergent. Cependant, il faut, pour prendre la pleine mesure de ce phénomène, prendre garde à ne pas interpréter les différences de point de vue uniquement en termes de qualité de l’analyse, de capacité à dire la vérité du politique. Il faut dépasser la démarche qui consiste à vouloir démontrer de manière systématique que tel type de textes est plus efficace que tel autre. En effet, le politique est, par nature, complexe, multiforme et paradoxal dans ses manifestations. Il réalise tout et son contraire de sorte que sa vérité est sans cesse fuyante. L’écriture romanesque de Kundera l’illustre parfaitement. Dans L’insoutenable légèreté de l’être25, par exemple, les différents personnages ne cessent d’aller de certitude en certitude, chaque certitude venant révéler la vanité de celle qui l’a précédée. Le roman suggère ainsi que mesurer le monde nécessite d’accepter, dans un premier temps, qu’il n’y a pas une Vérité du politique mais des vérités :

  • 26 Kundera M., L’art du roman, Paris, Gallimard, coll. « Folio », [1986] 1995, p. 17.

Quand Dieu quittait lentement la place d’où il avait dirigé l’univers et son ordre de valeurs, séparé le bien du mal et donné un sens à chaque chose, don Quichotte sortit de sa maison et il ne fut plus en mesure de reconnaître le monde. Celui-ci, en l’absence du juge suprême, apparut subitement dans une redoutable ambiguïté ; l’unique Vérité divine se décomposa en centaines de vérités relatives que les hommes se partagèrent. Ainsi, le monde des Temps modernes naquit et le roman, son image et modèle, avec lui.
Comprendre avec Descartes l’ego pensant comme le fondement de tout, être ainsi seul en face de l’univers, c’est une attitude que Hegel, à juste titre, jugea héroïque. Comprendre avec Cervantes le monde comme ambiguïté, avoir à affronter, au lieu d’une seule vérité absolue, un tas de vérités relatives qui se contredisent (vérités incorporées dans des ego imaginaires appelés personnages), posséder donc comme seule certitude la sagesse de l’incertitude, cela exige une force non moins grande26.

16Les différences de point de vue sont donc susceptibles de présenter autant de vérités dont il importe de tenir compte. Toutes ces vérités viennent nuancer la saisie du politique, affiner l’interrogation. Et justement, la visée de toute lecture du politique, de toute mesure du monde se situe là : non pas dans la recherche de la Vérité, mais dans l’exercice qui consiste à affiner sans cesse l’interrogation. Cet exercice suppose de tenir compte des différents textes, indépendamment de leur appartenance en termes de genre, de lire chaque texte dans le souvenir des autres. Il peut difficilement en être autrement étant donné, une fois de plus, la nature du politique :

  • 27 Pouchepadass J., Ferme M, Chouala Y. A., Obarrio J. et Mbembe A., « Autour d’un livre : De la post (...)

Parce qu’elle participe, sur le plan psychique, de la logique de la défécation, cette nouvelle économie politique ne peut être analysée de manière isolée. Elle fait partie intégrante de ce que Bataille nommait l’« économie générale » et doit être appréhendée comme telle. À ce titre, elle requiert une lecture qui puise aussi bien dans les disciplines classiques des sciences sociales que dans la psychanalyse appliquée aux faits sociaux, voire dans la littérature, la philosophie et les arts27.

17Comme Achille Mbembe le fait remarquer, le politique, parce qu’il est multiforme, envoie des signaux à toutes les disciplines. Il en résulte que sa saisie, si elle veut être efficace, doit s’opérer à la confluence, non seulement du roman et des sciences politiques, mais encore de toutes les disciplines. Elle requiert une réception résolument interdisciplinaire des textes.

  • 28 Voir entre autres titres : Beti M., Main basse sur le Cameroun, Paris, Maspero, 1972 ; Remember Ru (...)
  • 29 Ndiaye P., La condition noire : Essai sur une minorité française, Préface de Ndiaye M. : Les sœurs (...)
  • 30 Miano L., Les aubes écarlates : « Sankofa cry », Paris, Plon, 2009.
  • 31 Etoke N., Melancholia aficana : L’indispensable dépassement de la condition noire,Paris, Editions d (...)
  • 32 Kabasele M., « Après Fanon : commentaires sur l’ouvrage d’Achille Mbembe », [En ligne], H-Net : Hu (...)

18À cet égard, le fait que nombre d’auteurs naviguent d’un genre à l’autre est particulièrement significatif. Le plus souvent, ils cherchent, par là, à nuancer leur propos, en l’abordant sous des angles variés. C’est le cas notamment de Mongo Beti ou encore de Valentin Yves Mudimbe dont les œuvres comprennent aussi bien des romans que des essais28. De telles pratiques viennent confirmer la nécessité et la pertinence d’une réception interdisciplinaire des textes. D’autres auteurs adoptent des démarches beaucoup plus explicites. C’est le cas de Pap Ndiaye qui insère en guise de préface à La condition noire, une nouvelle de sa sœur29. C’est également le cas de Léonora Miano qui, dans la postface de Les aubes écarlates30, cite longuement Nathalie Etoké, une universitaire dont les travaux sur la Melancholia Africana31 rejoignent ses préoccupations quant à la gestion par les Africains de la mémoire et de la conscience diasporique. Cependant c’est Achille Mbembe qui semble le mieux traduire la nécessité d’une approche interdisciplinaire. Ainsi dans De la postcolonie, il renvoie sans cesse son lecteur à un certain nombre de romans. En outre, il opte pour une écriture qui emprunte à la fois au langage romanesque et au langage scientifique, qui procède par images en même temps qu’elle mobilise des outils conceptuels, qui théorise en même temps qu’elle suggère ; une écriture scientifique qui est « elle-même un art de la représentation32 ». Avec cet auteur, il ne s’agit plus seulement de lire chaque texte dans le souvenir des autres mais de lire tous les textes en même temps. Son écriture reflète, en quelque sorte, la nature complexe et multiforme du fait politique.

19De ce qui précède, il ressort donc que la saisie du politique demande une approche ouverte des textes aussi bien au niveau de leur production qu’à celui de leur réception. Une telle approche est efficace en cela qu’elle a le mérite, d’une part, de rappeler que le sens du politique est multiple, fuyant et en constant renouvellement, d’autre part, de conduire au point de confluence de toutes les vérités qui disent le politique. Dans ces conditions, la lecture concomitante du roman et des travaux scientifiques ne peut qu’être enrichissante. Comme il a été vu, ces textes s’éclairent et se cautionnent les uns, les autres. Ils offrent surtout, lorsqu’ils sont pris ensemble, une image plus complète et plus fine du politique. À défaut d’en livrer la Vérité, ils en libèrent toutes les vérités, des vérités tantôt jumelles, tantôt complémentaires, tantôt opposées. Le lecteur dispose ainsi de tous les éléments nécessaires en vue de procéder à sa propre synthèse.

  • 33 Mbembe A., De la postcolonie, op. cit.
  • 34 Chabal P., Daloz J.-P., L’Afrique est partie !, op. cit.
  • 35 Bayart J.-F., L’État en Afrique : La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.
  • 36 Mbembe A., De la postcolonie, op. cit., p. 112.
  • 37 Bayart J.-F., Ellis S., Hibou B., La criminalisation de l’Etat en Afrique, Paris, Éditions Complex (...)
  • 38 Voir entre autres, l’épisode de l’exploitation de la « tauxite » dans Monénembo T., Les écailles d (...)

20C’est ainsi qu’en ce qui concerne l’Afrique, le texte romanesque et le texte savant révèlent quelques caractéristiques essentielles du politique. En premier lieu, ils illustrent parfaitement le caractère polysémique du politique et préviennent, à juste titre, contre la recherche d’une vérité unique. Les thèses défendues par des politologues tels que Achille Mbembe33, Patrick Chabal et Jean-Pascal Daloz34 ou encore Jean-François Bayart35, bien que très proches en apparence, ne parviennent pas tout à fait aux mêmes conclusions. Elles reconnaissent toutes que les gouvernements africains sont engagés dans des économies de prédation et non de production. Elles insistent sur le fait que les ressources sont ensuite redistribuées par ceux qui y ont accès de manière à développer des loyautés verticales. Elles se rejoignent encore dans le constat que dominés comme dominants accréditent ce système. En revanche, elles se positionnent différemment quant aux conséquences que peut avoir un tel système dans un contexte de tarissement des ressources de la prédation. Patrick Chabal et Jean-Pascal Daloz insistent sur le fait que, quel que soit le contexte, les États africains sont habiles à manipuler les bailleurs de fonds. Pour Achille Mbembe, l’État postcolonial n’a d’autre assise, d’autre légitimité que celles que lui assurent les loyautés verticales et la relation de connivence entre dominés et dominants. Dès lors qu’il n’a plus les moyens d’entretenir ces loyautés, le système est destiné à sombrer dans le vide institutionnel qui le caractérise36. Quant à Jean-François Bayart, il conclut que du fait du tarissement des ressources classiques, l’État tend, en dernier recours, à devenir criminel en vue d’accéder à de nouvelles ressources37. Le lecteur retrouve aussi bien chacune de ces conclusions dans le roman de la satire politique. À cette occasion, le texte romanesque suggère que chacune de ces conclusions a sa pertinence, que les processus qu’elles décrivent coexistent et se combinent38.

  • 39 Lopes H., Le Pleurer-Rire, op. cit.

21À un autre niveau, ces textes pris ensemble, rendent particulièrement manifeste le fait que le politique en Afrique se réalise essentiellement sous le mode du récit. Il est affaire de communication et de mise en scène. Sur ce point, le roman de la satire politique est particulièrement intéressant en cela qu’il dévoile l’envers du décor. Dans ce type de roman, il apparaît que les institutions et manifestations politiques n’ont d’autre fonction que de permettre au pouvoir de se raconter, de faire étalage des signes de sa puissance, de resserrer les liens de connivence avec le peuple. Dans Le Pleurer-Rire, le président organise à grand frais une conférence internationale des agrumes, non pas pour réfléchir aux conditions d’une exploitation plus rentable de ces fruits, mais pour en imposer, devant son peuple, à ses confrères39, pour exposer ses titres et médailles et faire la preuve de sa virilité et de son endurance physique. La récurrence dans le roman de personnages de président grotesques de mégalomanie prend une tout autre dimension lorsqu’elle est lue à la lumière de notions telles que celle de « l’esthétique de la vulgarité ». Il apparaît alors que le roman n’est pas gratuitement satirique, qu’il donne à voir le politique tel qu’il se raconte sous le masque officiel. Il devient alors évident que lorsque Tierno Monénembo précise en exergue de Les crapauds-brousse que « les lieux et les personnages de ce roman ne devraient exister que dans [sa] seule imagination », il ne se contente pas de faire de l’esprit. Il indique que les situations décrites dans son texte sont malheureusement beaucoup plus vraisemblables qu’il n’y paraît.

  • 40 Schwartzenberg R.-G., L’État spectacle, Paris, Flammarion, 1977 et L’État spectacle 2 : Politique, (...)

22En définitive, la réception interdisciplinaire des textes dévoile clairement que le politique en Afrique n’est que théâtre. Il se déploie en signes davantage qu’en actions, il se raconte plus qu’il ne se construit. C’est dans ce sens qu’il est avant tout de l’ordre du récit, ailleurs, on dira du spectacle40.

23Cette contribution a voulu rappeler ce qui, somme toute, n’est qu’une évidence, à savoir que le politique ne peut être saisi qu’à travers une approche résolument interdisciplinaire. Pour ce faire, elle s’est appuyée sur l’exemple de l’Afrique pour rappeler que, sur ce continent comme partout ailleurs, le politique relève avant tout de l’ordre du récit. Cette caractéristique ouvre, au moins, à deux conséquences. La première suppose que le politique soit, comme tout récit, polysémique, sans cesse en mouvement, qu’il emprunte pour se raconter aussi bien au réel qu’à la fiction, voire à l’affabulation. Quant à la seconde, elle implique, en toute logique, que pour saisir le politique, on recourt à toutes les formes du récit, mais également qu’on garde constamment en mémoire que la vérité du politique est fuyante par nature. Elle ne peut donc être approchée qu’en se situant à la confluence des différentes formes du récit, qu’en mettant en commun et en confrontation les suggestions romanesques et plus largement fictionnelles et artistiques et l’ensemble des théories scientifiques qu’elles émanent des sciences politiques ou d’autres disciplines.

Notes

1 « Le politique » s’entend ici dans le sens que lui donne Georges Balandier : « Le politique se trouve situé sur son véritable terrain, non plus celui des institutions formelles, mais celui des actions qui visent le maintien ou la modification de l’ordre établi. » Balandier G., Anthropologie politique, [1967], Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1984, p. IX.

2 Mbembe A., De la postcolonie : Essai sur l’imaginaire politique de l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000.

3 Lopes H., Le Pleurer-Rire, Paris, Présence Africaine, 1982.

4 Vian B., L’écume des jours, Paris, Gallimard/NRF, 1947.

5 Efoui K., Solo d’un revenant, Paris, Le Seuil, 2008.

6 Monenembo T., Les crapauds-brousse, Paris, Le Seuil, 1979.

7 Kourouma A., En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Le Seuil, 1998.

8 Monenembo T., Peuls, Paris, Le Seuil, 2004.

9 Il s’agit, évidemment, d’une liberté toute textuelle qui, le nombre d’écrivains contraints à l’exil en témoigne, ne met nullement le romancier à l’abri des poursuites.

10 Mouralis B., « Du roman à l’histoire : Tierno Monénembo », p. 141-142, Mouralis B., L’illusion de l’altérité : Études de littérature africaine, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 133-142.

11 Gatore G., Le passé devant soi, Paris, Éditions Phébus, 2008, p. 11.

12 Gatore G., op. cit., p. 136.

13 Kourouma A., En attendant le vote des bêtes sauvages, op. cit., p. 17.

14 Mouralis B., « Orientalisme et africanisme : réflexions sur deux objets », p. 208, Mouralis B., L’illusion de l’altérité : Études de littérature africaine, op. cit., p. 195-213.

15 Balandier G., Anthropologie politique, op. cit., p. VIII.

16 Balandier G., « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, XI, 1951, p. 44-79. Le texte est ensuite remanié pour être intégré dans Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, PUF, [1955] 1982.

17 Bayart J.-F., Mbembe A., Toulabor C., Le politique par le bas en Afrique noire : Contribution à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala, 1992, p. 74-75.

18 Chabal P., Daloz J.-P., L’Afrique est partie ! Du désordre comme instrument politique, Paris, Economica, 1999.

19 Mbembe A., De la postcolonie : Essai sur l’imaginaire politique de l’Afrique contemporaine, Karthala, 2000, p. 152.

20 Toulabor C., « Jeux de mots, jeux de vilain : Lexique de la dérision politique au Togo », Bayart J.-F., Mbembe A., Toulabor C., Le politique par le bas en Afrique noire, op. cit., p. 109-130.

21 Ibidem, p. 129.

22 Labou Tansi S., La vie et demie, Paris, Le Seuil, 1979, p. 60. Le terme « payondi » renvoie à l’ethnie du président.

23 Bayart J.-F., L’État en Afrique, op. cit., p. 99.

24 Hampate Ba, L’étrange destin de Wangrin ou les roueries d’un interprète africain, Paris, Éditions 10/18, [1973] 1992.

25 Kundera M., L’insoutenable légèreté de l’être, trad. François Kerel F., Paris, Gallimard, coll. « Folio », [1984] 2005.

26 Kundera M., L’art du roman, Paris, Gallimard, coll. « Folio », [1986] 1995, p. 17.

27 Pouchepadass J., Ferme M, Chouala Y. A., Obarrio J. et Mbembe A., « Autour d’un livre : De la postcolonie. Essai sur l’imaginaire politique dans l’Afrique contemporaine », p. 193, Politique africaine, n° 91, octobre 2003, p. 171-194.

28 Voir entre autres titres : Beti M., Main basse sur le Cameroun, Paris, Maspero, 1972 ; Remember Ruben, Paris, Union générale d’éditions, 1974 [roman]. Mudimbe V.-Y., L’écart, Paris, Présence africaine, 1979 [roman] ; L’odeur du père, Paris, Présence africaine, 1982.

29 Ndiaye P., La condition noire : Essai sur une minorité française, Préface de Ndiaye M. : Les sœurs, Paris, Gallimard, 2008.

30 Miano L., Les aubes écarlates : « Sankofa cry », Paris, Plon, 2009.

31 Etoke N., Melancholia aficana : L’indispensable dépassement de la condition noire,Paris, Editions du Cygne, 2010.

32 Kabasele M., « Après Fanon : commentaires sur l’ouvrage d’Achille Mbembe », [En ligne], H-Net : Humanities and Social Sciences, 23 août 2001, [http://www.h-net.org/], consulté le 03/01/2009.

33 Mbembe A., De la postcolonie, op. cit.

34 Chabal P., Daloz J.-P., L’Afrique est partie !, op. cit.

35 Bayart J.-F., L’État en Afrique : La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.

36 Mbembe A., De la postcolonie, op. cit., p. 112.

37 Bayart J.-F., Ellis S., Hibou B., La criminalisation de l’Etat en Afrique, Paris, Éditions Complexe, 1997.

38 Voir entre autres, l’épisode de l’exploitation de la « tauxite » dans Monénembo T., Les écailles du ciel, Paris, Le Seuil, 1986.

39 Lopes H., Le Pleurer-Rire, op. cit.

40 Schwartzenberg R.-G., L’État spectacle, Paris, Flammarion, 1977 et L’État spectacle 2 : Politique, casting et médias, Paris, Plon, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540