Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Paroles de faux président : les journaux fictifs de François Mitterrand

p. 109-120


Texte intégral

Introduction

1L’élection du sixième président de la Ve République française a donné lieu à un déferlement de publications relatives à la vie politique nationale. Ce phénomène éditorial a vu non seulement la prolifération d’essais socio-politiques de tout genre, mais aussi la production d’œuvres de fiction qu’on pourrait, à juste titre, qualifier de romanesques1. La personnalité de N. Sarkozy a été au centre de cette effervescence, inspirant des fictions singulières dont le roman François Mitterrand 2008. Il revient...2, publié dans l’anonymat par Bruno Roger-Petit, journaliste de radio et de télévision. Dans cet ouvrage, l’auteur s’essaye à peindre le portrait de l’actuel président par l’entremise d’un autre, un F. Mitterrand revenu parmi les vivants afin de leur livrer un journal où il commente les démarches du « nouvel élu3 » et de son entourage.

2Or, ce n’est pas là le seul exploit littéraire d’un faux F. Mitterrand : précédé d’un journal en ligne, jrancoismitterrand2007 (http://www.francoismitterrand2007.hautetfort/), rédigé anonymement par le même journaliste, François Mitterrand 2008 n’est que le dernier des écrits autobiographiques fictionnels4donnant la parole à l’ancien président. Il s’agit d’œuvres marquées par un agencement complexe de renvois interdiscursifs que j’ai voulu examiner à l’aide des instruments de décryptage textuel mis au point par l’analyse du discours française, en recourant notamment à la notion d’ethos discursif telle qu’elle a été définie par D. Maingueneau à l’égard de l’étude du texte littéraire5.

Les journaux fictifs de François Mitterrand

3Quelques pages d’un faux journal de F. Mitterrand, datant du mois de juillet d’une année non indiquée, figuraient déjà, du vivant du président, dans un recueil de parodies intitulé La Farce des choses, publié en 1982, chez Balland, par Michel-Antoine Burnier et Patrick Rambaud, journalistes et écrivains. En 1993, avant la fin du deuxième septennat mitterrandien, un autre journal allographe paraissait, datant de la période 1981-1992 : J’allais vous dire... Journal apocryphe d’un Président6, d’abord publié anonymement, ensuite signé par son auteur, Philippe Barret, essayiste. Ces deux textes possèdent la même structure calendaire scrupuleusement datée qui caractérise les ouvrages de B. Roger-Petit, en version papier aussi bien qu’en ligne, le blog n’étant que la traduction numérique du support diaristique traditionnel.

4La trame textuelle de tous les journaux fictifs mentionnés alterne les libres réflexions du président au récit des faits menus ou saillants dont il est le témoin. Ce qui suppose, forcément, un témoignage in absentia dans le cas du F. Mitterrand revenant de B. Roger-Petit, commentateur fictif des événements réels arrivés au cours de la campagne présidentielle 2007 – dans le blog francoismitterrand2007 – et pendant la première année de présidence Sarkozy – dans le livre François Mitterrand 2008.

5Quoique ces autobiographies fictionnelles n’entrent pas à plein titre dans le cadre de la littérature “cultivée”, pour différentes raisons, qui vont des supports utilisés (le texte numérique est instable et éphémère) jusqu’au statut de leurs auteurs (des écrivains non reconnus pour la plupart), en passant par les intempérances stylistiques que le blog cautionne, elles traitent des thèmes chers à la culture de masse contemporaine – la rumeur politique, la psychologie des nantis – par des procédés bien enracinés dans la tradition littéraire de tout temps, tels que la parodie et le pastiche.

Chronique vraie, chronique fausse : formes et buts du dialogisme

6L’écrit parodique de M.-A. Burnier et P. Rambaud affiche son appartenance générique au moyen du sous-titre « chronique ». Or, cette étiquette paratextuelle, dont la caractérisation est plutôt floue7, n’est pas le fruit d’un choix arbitraire, mais constitue un renvoi explicite aux journaux du vrai F. Mitterrand portant le même sous-titre : La Paille et le grain8 et L’Abeille et l’architecte9. Ces œuvres relèvent d’une compétence littéraire qui implique aussi la connaissance des distinctions de genre dont l’homme politique fait ostensiblement preuve dans l’Avertissement de La Paille et le grain, afin de mieux revendiquer l’hybridité de sa démarche stylistique :

Je n’ai pas l’intention d’écrire des « Mémoires » et je ne tiens pas un journal des événements que je vis ou approche. [...] Ce livre n’a d’autre plan que celui du hasard, et d’autre obligation que d’en traduire la nécessité. J’y pratique un genre hybride, ni exactement un journal ni précisément une chronique, bien que ces deux mots soient déjà venus sous ma plume. [...] je fais le tri qu’imposent mon peu de goût pour l’indiscrétion et mon dégoût de l’exhibition10.

7L’Avertissement de l’auteur présent dans la chronique fictive de M.-A. Burnier et P. Rambaud parodie ces considérations métatextuelles par l’introduction d’une métaphore qui puise dans le champ lexical du floral, en soulignant le caractère frivole de l’écriture : « Je livre au lecteur une nouvelle brassée de chroniques, cueillies au fil des jours et de mon humeur, où il puisera, je le souhaite, quelques raisons d’espérer11. »

8Ce passage permet de reconnaître aisément, au-dessous de la voix du sujet parodieur, celle, à la fois cachée et montrée, du sujet parodié. Les mêmes mots subissent de subtiles variations grammaticales d’où découlent des glissements sémantiques significatifs : là où, par exemple, le pluriel « chroniques » remplace le singulier du texte source, la connotation mondaine du terme s’impose sur la dénotation du genre. En effet, si le vrai Mitterrand traite, de préférence, les grands événements politiques dont il est l’acteur, en relatant rarement les petits faits de sa vie quotidienne, le faux Mitterrand de M.-A. Burnier et P. Rambaud ne narre que de menus épisodes de son existence (un dîner à l’Élysée avec des écrivains, l’échange avec un chauffeur de taxi, une distribution de prix à Angoulême) d’où il tire des considérations prétendument universelles :

Ce chauffeur me raconte que l’avant-veille, au sortir de la rue de Marignan, il a pris Valéry Giscard d’Estaing qui fuyait sous les slogans une foule de mécontents. Je suis frappé de cette vicissitude du hasard humain par laquelle, à deux jours de distance et dans la même voiture, un homme politique échappe à la poursuite, l’autre au triomphe12.

9Il en résulte un tissu textuel marqué par des expressions hyperboliques et des solutions lexicales soutenues, qu’agencent des constructions syntaxiques peu usitées – les inversions rhétoriques abondent. Du reste, c’est l’élocution fleurie du président qui est avant tout visée par le « réinvestissement13 » parodique, comme le suggère l’erratum conclusif :

On nous signale que des paragraphes entiers de Jules Renard, Lamartine, Jean Jaurès et Maurice Barrès se seraient glissés dans le texte ci-dessus. Malgré notre excellente connaissance du style de François Mitterrand, nous avouons qu’à notre grande honte cette fâcheuse substitution nous avait échappé14.

10La disqualification ironique15touche donc ici au style du président et par là, éventuellement, à son auctoritas culturelle, sans jamais entacher l’autorité politique émanant de sa parole. Cela explique la place privilégiée que le sujet parodieur consacre à la description du paysage français16, un objet d’observation non militante, illustré par les termes choisis d’un fin observateur qui se voudrait visionnaire :

Je voudrais un cabinet de travail dont la fenêtre ouvrirait sur une ferme. Je verrais chauffer au soleil le café de la mare, se dandiner les canes, et les oies dresser leurs têtes aux ouïes fines comme des trous d’aiguilles. [...] Et j’aurais une casquette avec ces mots en lettres d’or : INTERPRÈTE DE LA NATURE17.

11Dans J’allais vous dire... Journal apocryphe d’un Président la description du paysage ne donne lieu qu’à de brèves digressions qui se terminent par un brusque retour à l’actualité, marqué par le passage abrupt d’un registre élevé à un registre standard :

Je suis venu à Lacoste, chez mes amis L., qui ont pris leur retraite loin des embarras de Paris, dans la moyenne vallée de l’Hérault. [...] Les bergers d’ici se contentent de l’essentiel : une cabane de pierres solidement amoncelées pour se protéger de la pluie et du froid. [...] J’aime cette construction qui donne la mesure du temps, celle du temps qui s’arrête et celle du temps qui passe. Sur le chemin du retour, je songe à la mauvaise humeur des députés socialistes18.

12Du reste, chez P. Barret, le discours du faux Mitterrand vire décidément au politique, entraînant un réinvestissement valorisant du style pastiché qui est donc évalué de manière positive – l’auteur se réclame avec orgueil de l’art littéraire du pastiche dans la préface à l’édition de poche19. Le pasticheur utilise l’autorité culturelle émanant du modèle discursif au profit de sa propre parole : l’appropriation des règles de production des énoncés mitterrandiens lui permet de déployer la compétence d’un fin analyste politique. Les traits expressifs propres au style de F. Mitterrand – incises, parenthèses, interrogations et inversions rhétoriques20– sont ici au service d’une peinture désabusée du panorama politique contemporain, ciblé par des attaques ironiques mordantes. Il s’agit d’une ironie qui s’exerce au détriment de discours autres qui sont, notamment, ceux des leaders autres que F. Mitterrand :

Tout cela [les pourparlers du sommet de Versailles] ne pouvait déboucher que sur un communiqué de fausse unanimité, chacun proclamant qu’il était disposé à mettre à l’étude ce que lui demandaient ses partenaires, en jurant, par-devers soi, qu’au grand jamais il n’en ferait rien21.

[...] les maximalistes (les communistes bien sûr, et aussi quelques socialistes) [...] transforment tout débat en affrontement dramatique, et la plus petite variation qui s’écarte de ce qu’ils ont adopté pour la vérité vous fait aussitôt un ennemi du peuple, un réactionnaire fieffé, avéré ou pire, caché22.

13De même, chez B. Roger-Petit, l’énonciation ironique vise les actes et les paroles des gouvernants français et étrangers, ouvrant la voie à une satire politique tranchante qui fait largement appel au discours médiatique. La fiction littéraire autorise effectivement l’adoption d’un point de vue paradoxal, celui d’un président fantôme qui surveille l’actualité par le biais de la presse écrite et de la télévision. L’irruption du surnaturel dans un cadre réaliste (la course à l’Élysée dans le blog et la présidence Sarkozy dans le livre) entraîne ainsi des effets non négligeables au niveau expressif : la voix de l’ancien président s’approprie des tournures et des tics linguistiques typiquement journalistiques, qui peuvent être signalés par des marques explicites de dialogisme (des guillemets et/ou des verbes introducteurs).

Ethos de Présidents

14Les particularités stylistiques propres aux textes examinés ne sont pas sans conséquences sur l’élaboration de l’Ethos discursif orientant la représentation que le lecteur peut se faire de l’énonciateur.

15Dans la parodie de M.-A. Burnier et P. Rambaud, le « je » garant de l’énonciation se trouve caractérisé par le comportement langagier d’un intellectuel au-dessus de la mêlée, dont la pensée procède du particulier à l’universel, par des abstractions prétentieuses, relevant d’un savoir qui s’appuie sur des repères culturels hétéroclites : sa contemplation inspirée du paysage mêle, par exemple, le stéréotype romantique du sentiment de la nature au cliché barrésien de la beauté du territoire national. Cet ethos méditatif occulte toute référence à la pratique politique, par une ellipse significative qui en dit long sur le propos désengagé des auteurs, dont le positionnement ambigu passe par une stratégie d’évitement des prises de position idéologiques – ce qui peut aisément s’expliquer, du point de vue extradiscursif, par une autocensure face au pouvoir, La Farce des choses étant parue au début du premier mandat présidentiel de F. Mitterrand (10 mai 1981).

16En revanche, la manière de dire du F. Mitterrand de P. Barret renvoie essentiellement à une manière d’être en politique. Les voix autres dont la voix de ce F. Mitterrand est imprégnée concourent à stigmatiser les contradictions de la vie publique nationale et internationale. De nombreux passages métalittéraires se plient à une analyse lucide et avertie des manœuvres dont F. Mitterrand est le spectateur perspicace. Les citations de Chamfort, Michelet, Péguy fournissent autant de clés interprétatives de la conduite des gouvernants :

« Je comprends, dit quelque part Péguy, qu’on fasse son examen de conscience : c’est un excellent exercice. Il ne faut pas en abuser. » Cela s’applique à la suite de l’excellent exercice, c’est-à-dire à la contrition. En politique, ce n’est pas seulement l’abus qui est à rejeter. Le simple usage n’est pas recommandé. Le Premier ministre n’a pas lu Péguy. Son commentaire du référendum sur la Nouvelle-Calédonie m’en apporte la preuve23.

17La Rochefoucauld et Saint-Simon sont cités dans ce même but : un ethos de moraliste classique, associé au goût de la maxime et du portrait, se construit au fil des pages, en s’inscrivant toujours dans l’optique d’un calcul politique :

Ils m’épient, ils me guettent et, s’ils le peuvent, ils me poignarderont. Dans le dos, évidemment ; c’est la seule manière qu’ils connaissent. La Rochefoucauld, je crois, disait qu’un sot n’a pas assez d’étoffe pour être méchant. Il n’était pas assez sévère avec les sots24.

18Lorsque ce machiavélisme abreuvé de littérature25se retourne sur lui-même, l’énonciateur rapporte le discours de Machiavel, bouclant ainsi la boucle :

Dans son commentaire de la première Décade de Tite-Live, Machiavel relève que, lorsqu’une nation est au fond du gouffre et se débat dans d’insurmontables difficultés, il se trouve toujours des hommes de grande qualité, [...] pour sauver leur patrie. Il prend ses exemples dans l’histoire romaine. On pourrait en trouver beaucoup d’autres dans l’histoire de l’Europe moderne. Mais il ajoute qu’il faut, même dans ces circonstances extrêmement périlleuses, où les dirigeants légitimes ont fait faillite, être attentif au choix de leurs remplaçants : éviter ceux qui ont été trop humiliés, ceux qu’on a trop longtemps tenus à l’écart des responsabilités [...], parce qu’alors ceux-là risquent de n’avoir qu’un objectif en tête, se venger. J’ai garde de me ranger dans cette catégorie26.

19Des traits psychologiques d’analyste subtil – qu’aucune caractérisation corporelle n’accompagne, en dehors de vagues références à des souffrances physiques – pourvoient l’énonciateur d’une clairvoyance singulière qui, puisant dans la connaissance du passé, lui permet d’interpréter le présent mieux que les autres – au-delà de leur appartenance politique27 – et de pressentir l’avenir – d’où le recours fréquent au futur de l’indicatif :

Tout ou presque tout est désormais joué : je quitterai la scène de l’Histoire à la façon des habiles, sur la pointe des pieds. [...] Demain, je nommerai Edouard Balladur Premier ministre. Je coexisterai sans peine avec cet homme courtois pendant deux ans28.

Pierre Bérégovoy est honnête et maladroit. Je devrai me porter à sa défense, quitte à prendre sur moi un peu de la boue qui le salit. Il n’aura pas séjourné un an à Matignon et, dans ce court laps de temps, il aura connu la défaite politique et l’infamie29.

20C’est là un ethos surplombant qu’explique, à un niveau extratextuel, l’entendement d’après coup dont l’auteur peut jouir – ce journal fictif étant publié deux ans avant la fin du deuxième mandat de F. Mitterrand par un normalien, docteur en sciences politiques.

21Dans François Mitterrand 2008, le garant de l’énonciation incarne la norme langagière et comportementale face à N. Sarkozy, incarnation de l’« anti-ethos30 » présidentiel. L’ethos de ce texte s’esquisse en creux par opposition au caractère et à la corporalité de l’actuel président français, qui font l’objet de sévères réprimandes. Le corps et la parole du « nouvel élu » sont montrés à travers l’amplification de leurs défaillances devant la solennité de la fonction exercée :

Lors d’un point de presse faisant suite à un entretien avec le président russe Poutine, le Président de la République française ne présentait peut-être pas toutes les garanties de sobriété qu’impose la fonction. Le monde entier a découvert ces étranges images qui dévoilent mon lointain successeur juché sur une estrade, accroché à son pupitre, le souffle court, la voix blanche, titubant, hébété, la mine décomposée. Fort heureusement, les chaînes de télévision françaises ont épargné à leurs téléspectateurs la diffusion de cette séquence douloureuse31.

22Ses rythmes frénétiques sont ridiculisés par des portraits caricaturaux, que clôturent des jugements acérés :

Il gouverne, au gré des coups de fil qu’il donne ou reçoit. Un bureau lui est superflu. L’essentiel à ses yeux est de pouvoir ordonner à tout instant. [...] un homme qui ne sait pas occuper un espace pour y poser son esprit est un homme inquiétant en ce que cela révèle de son désir d’omnipotence. Celui qui n’est nulle part entend être partout. Tout voir, tout entendre, tout contrôler, tel est le grand dessein de ceux qui ne sont point enclins à s’enchaîner à un bureau. Ceux-là ne sont point conscients des limites de l’homme d’État et de son pouvoir32.

23Ses relations avec les médias sont également discréditées par le recours à des compte rendus polémiques qui stigmatisent la complaisance des journalistes en cause par des allusions moqueuses et des épithètes railleurs : « Mon lointain successeur était ce soir encore de passage à la télévision. Cette fois-ci, il avait accordé audience à ces deux bonnets de nuit que sont devenus Arlette Chabot et Poivre d’Arvor33. »

24Le discours de presse joue un rôle crucial et, en même temps, double : si, d’un côté, il est la cible de violents réquisitoires dans une perspective métadiscursive, de l’autre côté il est la source incontournable d’un savoir partagé dans le cadre d’une « scène de parole34 » sui generis, qui met en relation un revenant avec des interlocuteurs vivants, n’ayant pas accès direct à la scène politique. Exilé par la mort dans un monde autre, le fantôme tire des discours médiatiques les instruments d’analyse de ce monde. Par là un glissement s’opère : la voix qui commente la politique au moyen de la presse acquiert mimétiquement les spécificités stylistiques de la presse politique. Titres à effet assignés à chaque fragment daté, petites phrases, goût des métaphores et des jeux de mots, compositions nominales Nprl + Npr35sont autant de procédés journalistiques particulièrement présents dans le blog, où figurent aussi de nombreuses solutions linguistiques empruntées au registre familier (« bichonner », « braillard », « boulette » et ainsi de suite). Cette contamination formelle est certainement favorisée par les spécificités du support numérique, qui comporte une modification de statut des énoncés rendant possible toute sorte d’hybridations. Les incohérences expressives du blog s’accompagnent d’une fluctuation thématique très accentuée. Les commentaires d’actualité voisinent avec les indiscrétions relatives au privé des leaders et avec les révélations concernant les coulisses d’émissions télévisées et radiophoniques dont les animateurs sont les protagonistes d’anecdotes savoureuses. Ce goût du piquant aboutit, à l’occasion, à des vengeances personnelles que l’auteur du bloc-notes perpètre, sous la fausse identité de Mitterrand, contre d’autres commentateurs – la polémique avec le journaliste et blogueur Jean-Michel Apathie, sollicité à propos d’un bruit qu’il aurait répandu au sujet de Laurent Fabius36en est un exemple remarquable.

25Ce n’est pas par hasard si, dans un post du blog, l’énonciateur revendique une « liberté d’auteur » aussi générique qu’absolue qui est étrangère à tout devoir de prudence et d’objectivité :

À partir du moment où l’on éprouve l’envie d’écrire, il ne faut plus se soucier de la bienséance ou d’intérêts très généraux. [...] J’écris ce que je ressens et laisse le lecteur user de sa liberté première, le droit de lire ou de ne pas lire. Écrire participe d’un double mouvement, solliciter le jugement d’autrui tout en le réfutant pour mieux affirmer sa liberté d’auteur37.

26L’univers virtuel de la Toile est, du reste, l’espace où n’importe qui peut publier ses écrits, en l’absence des filtrages que l’univers réel de l’édition impose. Le cyber-espace permet de mettre en discours le moi de tout internaute par une nouvelle forme de textualité qui rend possible les expérimentations identitaires les plus disparates. Il constitue donc le « non-lieu38 » le plus apte à la construction intertextuelle de l’ethos instable associé à l’instance énonciative du blog francois-mitterrand2007. Lorsque le blog trouve sa continuation dans le livre François Mitterrand2008, son jeu ambigu d’identités discursives est ultérieurement légitimé par un anonymat qui ne sera dévoilé qu’à un niveau épitextuel.

Conclusion

27L’analyse de trois journaux fictifs de F. Mitterrand a d’abord comporté l’examen des divers procédés de nature dialogique que les textes pris en compte actualisent. Si, chez M.-A. Burnier et P. Rambaud, la parodie entraîne une disqualification qui touche au style de l’ancien président et par là à son auctoritas culturelle, chez P. Barret et B. Roger-Petit le réinvestissement positif de l’autorité du discours source est mis au profit d’une âpre critique des mœurs politiques françaises que des indices ironiques viennent disqualifier.

28Ce sont là des spécificités expressives qui concourent à la mise en scène d’ethé aux traits hybrides, entremêlant stéréotypes, savoirs et compétences discursives hétérogènes : lyrisme romantique et rhétorique nationaliste, classicisme humaniste et machiavélisme, norme comportementale et rumeur médiatique.

29Le jeu littéraire qui fonde ces ethé implique un jeu identitaire que l’imprimé scelle par l’anonymat et le Net libère au moyen de la relâche expressive cautionnée par le blog. L’artifice fictionnel qui permet à un écrivain anonyme de s’approprier l’identité discursive d’un homme public célèbre – mort ou même encore vivant – en la reconstruisant librement de l’intérieur, par l’entremise de discours autres, pourrait relever d’une mutation axiologique en cours. La contamination entre domaine politique et littéraire que les journaux fictifs de F. Mitterrand opèrent au niveau discursif s’accompagne effectivement d’un processus de désacralisation qui affecte ces deux sphères de l’existence collective, dans le cadre de l’effacement progressif des distances symboliques propre à l’époque postmoderne39.

Bibliographie

Amossy R., L’Argumentation dans le discours, Paris, A. Colin, 2006.

Augé M., Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, 1992.

Charaudeau P. et Maingueneau D. (éd.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil, 2002.

Labbé D., Le Vocabulaire de François Mitterrand, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1990.

Maillard M., L’Autobiographie et la biographie, Paris, Nathan, 2001.

Maingueneau D., Linguistique pour le texte littéraire, Paris, A. Colin, 1986-2005.
L’Analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette, 1991.
Analyser les textes de communication, Paris, A. Colin, 1998-2007.
Le Discours littéraire, Paris, A. Colin, 2004.

Mercier-Leca F., L’Ironie, Paris, Hachette, 2003.

Perrin L., L’Ironie mise en trope, Paris, Kimé, 1996.

Robin R., Le Golem de l’écriture. De l’autofiction au Cybersoi, Montréal, XYZ, 1997.

Schoentjes P., Poétique de l’ironie, Paris, Le Seuil, 2001.

Notes de bas de page

1 Dans ces fictions, N. Sarkozy joue le rôle du héros, comme dans les deux Chroniques de Rambaud P. (Chronique du règne de Nicolas Ier, Paris, Grasset, 2008 ; Deuxième Chronique du règne de Nicolas Ier, Paris, Grasset, 2008) et dans le roman Dans la peau de Nicolas d’Angevin D. (Paris, Éditions du Rocher, 2009) ou bien du simple personnage, comme dans le cas des textes publiés par Leuwen G. (pseudonyme adopté par l’auteur de Seul après l’Élysée, Paris, Mercure de France, 2008) et B. Roger-Petit.

2 Roger-Petit B., François Mitterrand2008. Il revient., Paris, Ramsay, 2008.

3 Ibid., p. 17.

4 À côté des journaux fictifs, on retrouve aussi des mémoires fictifs : en 1995 les Éditions du Rocher publient Mon Testament (Paris, Éditions du Rocher) dont l’auteur, à ma connaissance, n’a jamais été identifié. Un autre livre de faux mémoires de F. Mitterrand paraît en 2009 : Pitte L., François Mitterrand. « Ma mort tous les jours », Paris, Éditions Télémaque, 2009.

5 « La prise en compte de l’ethos est d’une grande conséquence pour l’étude des textes littéraires. Loin d’être réservée aux orateurs, elle est constamment impliquée dans l’écrit même : les textes sont inséparables d’une “voix”, d’un “ton” particuliers. Depuis qu’il existe des commentaires sur la littérature on s’est attaché à caractériser cette dimension, fût-ce de manière allusive. Ce sont, rappelons-le, autant de propriétés attribuables à la figure de l’énonciateur, nullement à l’auteur. » (Maingueneau D., Linguistique pour le texte littéraire, Paris, A. Colin, 2005, p. 96).

6 Barret P., J’allais vous dire... Journal apocryphe d’un Président, Paris, Lattès-Poche, 1993.

7 La chronique est une typologie générique hybride, à mi-chemin entre littérature et journalisme. Considérée comme un genre journalistique canonique de la presse au xixe siècle, elle est aussi une étiquette paratextuelle exploitée par les romanciers de cette époque (B. d’Aurevilly, Sthendal, Mérimée). Par ailleurs, elle est perçue comme un sous-genre de l’autobiographie fictive dans la mesure où son énonciation à la première personne relève, à la fois, de « la subjectivité de l’expérience vécue et [de] l’objectivité du recul historique » (Maillard M., L’Autobiographie et la biographie, Paris, Nathan, 2001, p. 78).

8 Mitterrand F., La Paille et le grain, Paris, Flammarion, 1975.

9 Mitterrand F., L’Abeille et l’architecte, Paris, Flammarion, 1978.

10 Mitterrand F., La Paille et le grain, op. cit., p. 5-6.

11 Burnier M.-A. et Rambaud P., La Farce des choses et autres parodies, Paris, Balland, 1982, p. 231.

12 Ibid., p. 233.

13 Maingueneau D., L’Analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette, 1991, p. 155.

14 Burnier M.-A. et Rambaud P., op. cit., p. 234.

15 Cf. Charaudeau P. et Maingueneau D. (éd.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil, 2002, p. 331-332.

16 La description du paysage est un exercice littéraire auquel tous les faux F. Mitterrand se livrent, car elle représente, autant que la narration des souvenirs d’enfance, une pratique d’écriture immanquable chez le vrai F. Mitterrand.

17 Burnier M.-A. et Rambaud P., op. cit., p. 231-232.

18 Barret P., op. cit., p. 67.

19 « Quelques politiques ont un style, François Mitterrand est de ceux-là. Il m’a paru qu’une bonne manière de le comprendre, lui-même, sa pensée et son action, consisterait à le pasticher dans ses écrits. Le pastiche est une copie d’une espèce particulière ; c’est un genre littéraire. Une bonne copie d’un tableau de maître n’est pas sans intérêt. » (Ibid., p. IV.)

20 Ce sont là les principales marques stylistiques relevées par D. Labbé dans son essai consacré au vocabulaire de François Mitterrand (Labbé D., Le Vocabulaire de François Mitterrand, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1990).

21 Barret P., op. cit., p. 54.

22 Ibid, p. 45.

23 Ibid.., p. 254-255.

24 Ibid, p. 83.

25 Ce Mitterrand fictif place la connaissance de la littérature parmi ses atouts d’homme politique : « Dans la partie que je joue pour jeter la confusion chez les gens d’en face, j’ai une certaine supériorité sur tous les socialistes [...]. Mieux qu’eux tous, je sais et je comprends ce que les autres pensent. Le nimbe du prestige de la fonction présidentielle et, en ce cas particulier, la réputation de l’amateur des belles-lettres donne au plat son arôme. » (Ibid., p. 229.)

26 Ibid.., p. 229-230.

27 Le Mitterrand de P. Barret aime se démarquer des socialistes à l’aide de choix pronominaux significatifs. Le « nous » collectif marquant l’appartenance politique partagée est repoussé ou mis à distance.

28 Barret P., op. cit., p. 409.

29 Ibid, p. 401.

30 Maingueneau D., Le Discours littéraire, Paris, A. Colin, 2004, p. 209.

31 Roger-Petit B., op. cit., p. 18.

32 Ibid, p. 45-46.

33 Ibid, p. 70.

34 Maingueneau D., Le Discours littéraire, cit., p. 201.

35 Ces compositions syntagmatiques peuvent étiqueter des alliances politiques (« M. Sarkozy-Guaino », « Méhaignerie-Barrot ») ou des face-à-face médiatiques (« Giscard-Mazerolle »).

36 Dans le billet du 1/06/2007, le Mitterrand blogueur de B. Roger-Petit s’adresse à ses lecteurs en les invitant à interpeller J.-M. Apathie au sujet de ce qu’il a vu dans les toilettes du Conseil Régional de Haute-Normandie en 1992. Il s’agirait des larmes versées par L. Fabius à l’occasion d’une défaite – ce qui est révélé dans le billet de 10/06/2007. Apathie déclare ne pas se rappeler cet épisode – qu’il est accusé d’avoir largement diffusé – et critique âprement l’auteur anonyme du blog Mitterrand 2007 depuis son propre blog.

37 [http%20:/francoismitterrand2007.hautetfort.com/], post du 21/04/2007.

38 Augé M., Non-lieux, Paris, Le Seuil, 1992, p. 101.

39 Cf. Robin R., Le Golem de l’écriture. De l’autofiction au Cybersoi, Montréal, XYZ, 1997, p. 34-35.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.