Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roman et politique

 | 
Isabelle Durand-Le Guern

Avant-propos

Isabelle Durand-Le Guern et Ioana Galleron

Texte intégral

1À l’heure de la « fin des idéologies », du triomphe de l’individualisme et d’une production romanesque plutôt centrée sur les tourments intimes que sur la sphère collective, il peut sembler inapproprié de s’interroger sur les rapports entre roman et politique. Pourtant, ces rapports furent et sont encore étroits, tant la forme romanesque, du fait d’une part de sa souplesse formelle, d’autre part de son ancrage réaliste, semble apte à rendre compte des grandes questions sociales et politiques qui traversent l’histoire. De fait, au-delà du roman dit « à thèse », caractérisé par un message clair et univoque, tout roman propose une saisie du monde, qui ne peut rester étrangère aux « systèmes » (d’organisation sociale, de gouvernement, de partage des droits et des devoirs, etc.), voire qui, pour certains théoriciens, ne saurait se dire innocente face aux questions qu’ils posent. C’est la raison pour laquelle, sans se limiter au domaine plus largement balisé de l’engagement, nous avons voulu interroger les liens variés qui unissent la politique au genre romanesque.

  • 1 Rancière J., Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007, p. 11.

2La notion de politique a été envisagée dans un sens large, comprenant ce qui concerne la res publica, le gouvernement de l’État, le fonctionnement de la société. Il s’agissait, dans le cadre de ce colloque, de tenter de s’affranchir d’une conception stricte d’une « littérature politique », proche de la littérature engagée conceptualisée par Jean-Paul Sartre, tout en ne perdant pas la spécificité de l’objet. Ainsi, afin de ne pas diluer la notion, la perspective maximaliste « tout est politique » a été écartée ; intentionnalité de l’auteur – au-delà de son idéologie –, sa volonté manifeste de participer à un débat politique restent la pierre de touche des textes analysés dans les pages qui suivent. L’objet de la quête pourrait se définir par la tentative de saisir ce à quoi Jacques Rancière fait allusion lorsqu’il évoque le fait que « la littérature fait de la politique en tant que littérature1 ». Il s’agissait ainsi d’interpréter la visée esthétique des œuvres, les stratégies poétiques qu’elles déploient comme transformées par, et potentiellement porteuses d’un impact sur, les affaires de la Cité.

3L’évolution diachronique des rapports entre roman et politique atteste de la persistance de cette perméabilité depuis au moins le xviiie siècle. Analysant un de ces dialogues qui, à l’époque, essaient de faire fonctionner des mondes alternatifs, Audrey Guitton tente de montrer comment la nature même de l’utopie se trouve transformée de par son inscription dans un discours littéraire. Chez Isabelle de Charrière, dont le roman Henriette et Richard est analysé par Paola Perrazzolo, l’expérimentation générique apparaît en même temps comme un effort de dire, de penser et de mener la Révolution française autrement. Maryse Palante met en évidence de manière originale comment l’étude des afférences sémiques complexifie la signification politique apparemment univoque de La philosophie dans le boudoir de Sade. Dans les trois cas, c’est au plus fin du texte, dans le laboratoire de son appareil lexical et syntaxique, que s’effectue un travail politique unique, irremplaçable par d’autres moyens d’expression et de pression sociale.

4De cette spécificité de l’intervention littéraire, qui fait de l’engagement explicite seulement la partie la plus visible – et, parfois, l’attitude la plus maladroite – de l’œuvre, certains auteurs du xixe siècle semblent pleinement conscients. Dès lors, même si la critique de la trahison des clercs n’est pas loin, leurs conclusions ne vont pas non plus dans le sens d’un appel à préserver la pureté de l’exercice littéraire d’une prétendue souillure politique. Même l’idéalisme d’un Rémy de Gourmont, dans la lecture proposée par Arnaud Vareille de son Désarroi, finit par renouer avec la vie et l’aventure collective. Tout en affichant la prétention d’une écriture « dépolitiquée », Flaubert y retourne par la « participation sensible que le texte construit dans l’effacement de l’instance auctoriale », comme le montre Florence Pellegrini. Enfin, Daniel Long étudie un autre type d’insertion oblique de la politique dans le roman, en s’intéressant à la (dé)politisation du roman historique sous le Second Empire. À travers les exemples de Salammbô, de L’Homme qui Rit, de Cadio et du Capitaine Fracasse, il montre la difficile réintroduction du politique dans ce roman des années 1860, qui débouche sur une « conception comico-tragique de la vie publique, léguée par une histoire fallacieuse ».

5Cette question d’une parole politique inscrite intimement mais douloureusement et difficilement au plus profond de l’œuvre littéraire se trouve au cœur de trois autres contributions, consacrées au roman historique. Maria de Fatima Marinho montre comment, dans le roman portugais du xxe siècle, l’histoire constitue un masque efficace pour aborder obliquement les questions politiques contemporaines, « dans un jeu de simulation et de transposition sémantique ». Rafik Darragi exhibe sa propre pratique d’écrivain, ainsi que celle de ses contemporains, usant du roman historique au Maghreb comme moyen d’expression politique décalée, permettant d’aborder des questions idéologiques et religieuses en échappant à la censure. Cette vision « de l’intérieur » pose de manière intéressante pour les lecteurs que nous sommes la question de l’intention des auteurs et de la réception politique des romans. Isabelle Durand-Le Guern aborde cette même problématique sous l’angle du mythe, en mettant en évidence la manière dont le mythe de l’Apocalypse informe la représentation romanesque des révolutions, induisant certaines lectures politiques de l’histoire. Il apparaît ici que la réflexion politique peine parfois à s’extraire des représentations mythiques qui la contaminent.

6Certains articles se concentrent plus sur la complexité des structures romanesques, s’attachant à montrer qu’elles ont été conçues pour être fondamentalement irréductibles à une lecture politique univoque. Peter Tame montre, à travers l’analyse des Noyers de l’Altenburg que Malraux aboutit au refus des utopies socio-politiques et remplace les utopies territoriales par l’utopie de la pensée. Dans son Essai sur l’aveuglement, José Saramago se plaît à ne pas être là où on l’attendait en accord avec ses engagements publics : à la fin du périple de ses personnages à travers différents systèmes d’organisation sociale, seule la nécessité de la parole, du dire, est proposée comme certitude indépassable au lecteur (Aurélie palud).

7Deux ensembles de contributions, convergentes par leurs thématiques, se détachent dans le cadre de cette démarche. Ainsi, les articles consacrés à la littérature postcoloniale appellent à une lecture nuancée et non réductrice de ces œuvres qu’on aborde souvent en pensant savoir par avance ce qu’elles ont à nous dire. Yves Clavaron s’oppose ainsi à la classification des œuvres de Naipaul et de Kourouma comme romans à thèse, en soulignant la dimension dialogique de l’écriture qui joue de l’ironie pour remettre en cause toute forme d’idéologie. Flávia Nascimento déplace l’interrogation en réfléchissant à la fonction de l’écrivain-témoin dans Allah n’est pas obligé de Kourouma, repensant la notion de politique sous l’angle de la question du témoin-testis, comme juge. Enfin, Abdoulaye Imorou, en menant une analyse comparée des écrits politiques et des écrits romanesques, montre comment l’interdisciplinarité permet une saisie des aspects multiformes du politique en Afrique, et arrive à la conclusion que le politique en Afrique est « avant tout de l’ordre du récit, ailleurs, on dira, du spectacle. ». Ces contributions orientent ainsi la réflexion vers la saisie du roman comme instrument heuristique de compréhension du monde politique.

8Le second ensemble, réunissant des contributions concernant la littérature confrontée au totalitarisme, se rejoint dans la réflexion sur l’usage et la portée de la satire dans les romans qui participent au débat politique. Elle apparaît comme une arme de combat contre le tyran et le système de domination qu’il met en place, chez Mikhaïl Boulgakov (lu par Tatiana Sokolnikova) ou chez Alexandre Soljénitsyne, dont Ioana Galleron analyse la Roue rouge. Mais la remise en question du pouvoir s’effectue bien au-delà de la « simple » représentation satirique des traits des dirigeants, fonctionnaires du Parti communiste chez l’un, Lénine en personne chez l’autre. Elle débouche sur une réflexion humaniste, qui confronte la politique à l’éternel et à l’essentiel, dérobant les romans à la fonction pragmatique de défouloirs contre les intouchables. Frédérique Mengard montre également que la lecture allégorique à laquelle semble initialement inviter La Chute d’A de Friederich Durrenmatt s’avère limitée au regard de « l’exploration des forces à l’œuvre dans l’exercice exclusif et illimité du pouvoir politique » que livre, plus profondément, le texte.

9Traitant la question de la complexité romanesque sous l’angle de la réception, Jean-Baptiste Bruneau, Emin Ozcan et, dans une certaine mesure, Velichka Ivanova et Bilge Ertugrul analysent des malentendus interprétatifs. Ainsi Jean-Baptiste Bruneau avec l’exemple de la réception de Gilles de Drieu La Rochelle, souligne le paradoxe d’une œuvre qui n’a pas été perçue comme porteuse d’un message fasciste par ses contemporains, mais qui pose cependant la question de la responsabilité de l’écrivain. inverse, Bilge Ertugrul évoque les romans de Heinrich Mann, qui posent la question de la responsabilité du public, menant à des phénomènes de rejet de la part des lecteurs et à une découverte tardive de la valeur de ses œuvres. Dans la même veine, Emin Ozcan évoque le cas d’Orhan Pamuk qui, accablé par ses contemporains, rendu responsable d’une supposée « mauvaise image » de la Turquie en Occident, écrit des romans qui se plaisent à jouer de la simplicité des lectures qu’on leur impose, tout en offrant au lecteur attentif d’autres clés, d’autres formes de participation au débat (et au combat) politique. La subversion du sens entreprise par Kundera, analysée par Velichka Ivanova, sa manière de renvoyer dos à dos les tenants des différentes positions politiques, semble participer de la même volonté de re-programmer la réception d’un texte par rapport aux lectures inattentives et potentiellement manichéistes.

10C’est également dans cette direction que nous entraînent trois contributions consacrées à la littérature contemporaine. Clémentine Hougue analyse les romans de William Burroughs sous l’angle de la subversion généralisée opérée par la technique du cut-up, inaugurant une véritable politique de l’écriture. Une subversion plus ciblée est au cœur du travail de Flavia Conti, qui examine les autobiographies fictives de François Mitterrand à l’aide de la notion d’ethos discursif. Elle met ainsi en évidence les implications politiques très contemporaines passant par la mise en fiction et l’usage du pastiche et de la parodie. Gilles Bonnet, proposant une lecture du roman de François Bon, Daewoo, montre comment l’auteur, tout en ne cessant de « se réclamer d’une conception intransitive de la littérature », met en œuvre une réflexion sur la langue comme outil de fragmentation de l’espace social, et construit une œuvre littéraire multigénérique en équilibre entre « politique de la langue » et « éthique du silence ».

11Quelques contributions se situent pleinement dans la problématique de l’engagement : dans quelle mesure l’auteur construit-il une représentation du monde social conforme à ses convictions politiques ? Cependant, l’attention portée aux outils littéraires de cette construction ramène le propos vers l’évaluation de la spécificité politique de ces objets esthétiques d’un type particulier qui sont les romans. L’effort le plus parlant en ce sens, quoique probablement le plus risqué, est celui d’Aurore Peyroles, qui se propose de révéler les stratégies romanesques d’Aragon pour faire des Communistes un roman à thèse lisible. De même, l’analyse de la poétique du réalisme social équatorien, menée par Emmanuelle Sinardet en s’appuyant sur le roman Baldomera de l’écrivain Alfredo Pareja Diezcanseco, est aussi un plaidoyer pour la lisibilité du texte. Enfin, Mariannick Guennec centre sa réflexion sur la tension entre activité politique et création romanesque à travers l’exemple de l’écrivain costaricien Carlos Luis Fallas, et souligne la difficulté pour le romancier à se détacher de l’image de l’homme politique.

12Toutes ces contributions s’attachent donc, en définitive, à souligner que le roman, par le recours à la fiction, élabore un monde dont les significations englobent en le débordant largement l’espace plus restreint du politique, entraînant le lecteur vers une expérimentation, une mise en question et une prise de distance. Le texte narratif apparaît ainsi comme un antidote à la tentation de l’univocité et de la simplification dangereuse, éprouvée aussi bien par la politique politicienne que par l’engagement canonique.

Notes

1 Rancière J., Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007, p. 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540