Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Roman et politique

Que peut la littérature ?

Interférences

Éditeur : Presses universitaires de Rennes

Lieu d’édition : Rennes

Publication sur OpenEdition Books : 23 septembre 2016

Collection : Interférences

Année d’édition : 2011

Nombre de pages : 372


Présentation

Le présent volume constitue les actes d’un colloque qui s’est tenu à Lorient en novembre 2009. Partant du constat qu’au-delà du roman dit « à thèse », caractérisé par un message clair et univoque, tout roman propose une saisie du monde, qui ne peut rester étrangère aux « systèmes » d’organisation sociale, de gouvernement, de partage des droits et des devoirs, les participants ont voulu interroger les liens variés qui unissent la politique au genre romanesque. Il s’agissait ainsi d’interpréter la visée esthétique des œuvres, les stratégies poétiques qu’elles déploient dans leur interaction permanente avec les affaires de la cité. L’évolution diachronique des rapports entre roman et politique atteste de la persistance de cette perméabilité depuis au moins le XVIIIe siècle. Ainsi, les contributions de ce volume proposent une approche variée des rapports entre roman et politique, dans une perspective diachronique tout d’abord, puis par le biais de problématiques plus spécifiques : le roman historique et ses échos politiques, la question de l’engagement, l’écriture du roman dans un contexte politique totalitaire, le roman post-colonial, la question de la réception politique des œuvres romanesques. Toutes ces contributions s’attachent donc, en définitive, à souligner que le roman, par le recours à la fiction, élabore un monde dont les significations englobent en le débordant largement l’espace plus restreint du politique, entraînant le lecteur vers une expérimentation, une mise en question et une prise de distance. Le texte narratif apparaît ainsi comme un antidote à la tentation de l’univocité et de la simplification dangereuse, éprouvée aussi bien par la politique politicienne que par l’engagement canonique.

Sommaire

Isabelle Durand-Le Guern et Ioana Galleron

Avant-propos

Première partie. Perspectives diachroniques : des Lumières à la littérature contemporaine

Deuxième partie. Politique du roman historique

Maria de Fátima Marinho

Le masque de la politique

Troisième partie. Engagements

Quatrième partie. Le roman face aux totalitarismes

Cinquième partie. Roman postcolonial

Sixième partie. Réception politique


Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.