Version classiqueVersion mobile

Les loisirs en espace agricole

 | 
Yvon Le Caro

Introduction

Texte intégral

Sensation

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds,
Je laisserai le vent baigner ma tête nue !

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien.
Mais l’amour infini me montera dans l’âme ;
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la nature, – heureux comme avec une femme.

Arthur RIMBAUD, Poésies, mars 1870.

1Repenser la manière de vivre la ruralité, ne pas relayer en campagne les excès du fonctionnalisme et du rationalisme, ne pas donner carte blanche à l’économie agricole pour dépersonnaliser les territoires, garder ou redonner aux espaces ruraux leur caractère d’espaces naturels, ouverts et conviviaux, bref éviter à la campagne la « faillite de la symbolique de l’espace dans la civilisation industrielle » dénoncée par Paul-Henri Chombart de Lauwe (1974, p. 240), tel pourrait être le programme cadre d’une loi d’orientation rurale, tel était en tout cas l’esprit dans lequel nous avons formulé le projet de recherche dont cet ouvrage rapporte les principaux résultats.

  • 1 La Charte d’Athènes est un texte fondateur du courant moderne, ou fonctionnaliste, mené par Le Cor (...)
  • 2 En Ille-et-Vilaine, cela correspondait à une exigence de la mesure « Entretien et conseil pour l’i (...)

2Les quatre « fonctions clés de l’urbanisme de la Charte d’Athènes1 (1933) – habiter, travailler, se récréer, circuler – » (Pinchemel P. et G., 1994, p. 149) constituent les points cardinaux d’une démarche d’aménagement de l’espace pour l’homme. Pour les urbanistes fonctionnalistes du xxe siècle, tout l’effort devait tendre vers l’identification et la séparation de ces quatre fonctions dans des lieux spécialisés. La réussite a été totale sur le plan de l’organisation spatiale, avec le triomphe des grands ensembles et des lotissements (habiter), des zones industrielles (travailler), des parcs et bases de loisirs (se récréer) et de la voirie routière (circuler). Le résultat pose manifestement question en matière sociale et environnementale. À la campagne, cette idéologie centrifuge a été mise en œuvre de manière moins spectaculaire, mais tout autant systématique. Le long des voies rapides, les édiles ruraux concentrent les entreprises dans des zones artisanales où l’on trouve rarement un café, tandis que l’espace agricole a été marqué du sceau de la production, unique objet de son aménagement. À l’exception de l’agriculteur, les habitants ont été priés d’aller construire ailleurs, dans les lotissements en périphérie des bourgs ; en l’an 2000, l’agriculteur lui-même est encore fermement invité à « séparer les espaces de vie et de travail » sur sa propre exploitation2.

3Dans la cité médiévale, dans les rues animées du Paris populaire, dans la ville arabe ou dans la campagne paysanne s’observe au contraire un urbanisme centripète conjuguant dans un même lieu les quatre fonctions cardinales. Les récits des voyageurs, les témoignages recueillis par les historiens, la littérature et notre propre expérience, tout nous indique la capacité de ces espaces polyvalents à générer de la convivialité, de la joie de vivre, en un mot du bonheur. Il ne s’agit pas pour nous d’idéaliser un modèle d’aménagement contre un autre. Il est évident que la spécialisation des espaces, comme celle des travailleurs, peut produire des effets positifs en terme d’efficacité. Mais nous postulons un lien entre la variété des expériences vécues dans un espace et sa capacité à faire lieu, à abriter convenablement un moment de la vie d’êtres humains particuliers. Il y a des espaces que l’on consomme, d’où l’on tire certains bénéfices, et des lieux que l’on investit, et où l’on s’investit. En outre la spécialisation comme la multifonctionnalité sont rarement absolues. Chaque individu construit des relations particulières avec les lieux. Le même espace géographique peut donc être vécu comme un lieu de travail par une personne, et comme lieu de vie par une autre. Les groupes sociaux se fabriquent de même des représentations différentes de chaque espace.

4Dans cette complexité, la tension entre spécialisation et polyvalence des espaces et des expériences est partout perceptible, et c’est d’elle que nous traitons. Les loisirs en espace agricole nous ont semblé un objet de recherche capable de mettre en lumière ces enjeux. En un même lieu, l’agriculteur habite et travaille, le promeneur ou le chasseur circulent et se récréent. À l’échelle des parcelles, cela pose la question de la multifonctionnalité de l’espace agricole. Pour les individus, cela entraîne des contacts directs, et ces rencontres entre agriculteurs et usagers peuvent mettre leur tolérance à l’épreuve. Plus généralement, la fonction récréative de l’espace agricole concourt-elle à l’utilité sociale des agriculteurs ? Joue-t-elle un rôle significatif dans la qualité de vie des citoyens ? Nous proposons d’introduire successivement à ces quatre questions.

PRÉCISER LA MULTIFONCTIONNALITÉ DES ESPACES

5L’espace agricole, composante majeure du cadre naturel dans les campagnes d’Europe occidentale, porte une grande responsabilité dans la qualité de la vie à la campagne. Il est sans doute encore temps de lui garder la signification, la valeur sociale qui en résulte, et qui reste ancrée profondément dans notre culture. La France, l’Europe ne peuvent considérer l’espace agricole dans sa seule dimension productive. Le développement urbain ne fait qu’accélérer cette recherche de sens, tandis que les agriculteurs commencent à nettement percevoir les limites du modèle productiviste. Jean Gouhier (1992, p. 409), à la recherche des potentialités sociales des espaces ruraux, montre leur rôle de laboratoire dans la redéfinition des relations de l’homme à son milieu : « Hors de l’hyperconcentration, de la complexité fonctionnelle, de la segmentation et de la ségrégation sociale, de la délégation et de la distorsion des pouvoirs, l’espace rural est disponible pour redonner un sens social et politique aux relations entre l’homme et son cadre de vie : […] pour ainsi dire, se retrouver dans un territoire. »

6L’espace agricole tout particulièrement, à cause des racines paysannes de la culture française, à cause de la localisation en son sein de l’essentiel des maisons et des villes, à cause de sa nature jardinée, peut être le lieu d’une expérience originale de rencontre sociale entre les producteurs et les consommateurs d’espaces naturels. Dans un contexte d’espace fini, dont il faut arbitrer l’affectation, paysans et habitants doivent-ils se répartir l’espace, ou bien doivent-ils partager leur expérience d’un espace commun ? La manière de vivre à la campagne, et la manière de conduire la production agricole dépendent de la réponse…

  • 3 Toutes les traductions de l’anglais dans la suite de l’ouvrage sont de l’auteur.

7Les loisirs peuvent s’exercer sur des espaces spécialisés, mais il existe toute une gamme de loisirs de plein air qui peuvent aussi cohabiter avec la fonction de production agricole. Pour John Jenkins et Evi Prin, « les activités de tourisme et de loisir en espace rural sont souvent extensives en ce qu’elles requièrent de vastes étendues […], mais sont généralement non-consommatrices d’espace et peuvent s’intégrer à des situations de multifonctionnalité du sol. De ce fait, [ces activités] sont souvent compatibles avec d’autres usages du sol comme l’agriculture3 » (Jenkins et Prin, 1998, p. 182). Nous chercherons à vérifier cette affirmation de compatibilité, tout en en montrant les conditions et les limites. Cela nous conduira à observer ce qui se passe à l’échelle de parcelles identifiées sur des exploitations particulières, dans un contexte juridique précis. Cette observation fine nous semble nécessaire, car la multifonctionnalité ne se suffit pas de proclamations. Elle est trop souvent définie sans référence aux expériences qu’en ont les personnes. Elle pose aussi des problèmes concrets auxquels il faut apporter des réponses, sous peine de la voir s’éteindre. Et dans le cas particulier des loisirs, les contraintes matérielles se doublent d’une problématique relationnelle.

CONCEVOIR LA RENCONTRE DE L’AUTRE

8La pratique des loisirs de plein air en espace agricole conduit l’usager à rencontrer des agriculteurs. Réciproquement parmi les fonctions environnementales et sociales de l’espace agricole, seuls les loisirs imposent à l’agriculteur un contact personnel et direct avec les intéressés. Selon Maryvonne Bodiguel (1986, p. 181), la campagne facilite les rapports interpersonnels. « Une spécificité lui reste intacte : elle offre un certain rapport à l’espace qui engendre une sociabilité particulière, différente de celle des grandes villes. C’est elle que cultivent les ruraux à travers les fêtes, associations, groupements de toute sorte qui leur permettent de se sentir intégrés au lieu autrement que par la naissance ou les liens familiaux. » Nous préciserons l’étendue et les limites de cette bonhomie rurale, dans le cas d’agriculteurs qui voient passer chez eux des habitants du village mais aussi des citadins et des touristes.

  • 4 Le terme habiter est utilisé ici dans un sens moins restrictif que la résidence qu’il évoque pour (...)

9À travers l’exemple des loisirs en espace agricole, nous cherchons ainsi à étudier l’habiter ensemble, le vécu collectif et conflictuel d’un espace approprié. C’est un phénomène qui devrait se montrer révélateur des enjeux du défi rural, cette démonstration encore bien timide que l’on pourrait construire des espaces ruraux agréables à vivre, retrouvant une démographie positive. Il faut toutefois admettre qu’il existe aussi la possibilité de non-rencontres, d’incompréhensions et de conflits entre les usagers et les agriculteurs, entre ceux qui travaillent et ceux qui se détendent, entre ceux qui possèdent ou louent la terre et ceux qui en font usage. Dans un domaine où la responsabilité individuelle reste grande, nous souhaitons montrer quelle maturité ou quelle immaturité anime les uns et les autres. Il ne s’agit pas de faire de l’espace agricole un parc d’attractions, mais un ensemble de lieux habités4, aux fonctions plurielles, dans lesquels la loi, le contrat, le jeu, la rencontre auraient à tisser des relations complexes, au risque de l’expérience.

10Il importe de prendre ce risque, de laisser à chacun la possibilité de s’investir dans cet aspect ludique de son existence, et de ne pas faire de l’espace agricole une vaste aire réglementée et désincarnée où aller traîner son ennui, fût-ce dans son bon droit. Les obstacles physiques et les oppositions humaines à la libre circulation dans la campagne ne font-ils pas aussi une partie de son charme ? Parce qu’il est habité d’agriculteurs qui peuvent avoir d’autres soucis que de lui dérouler le tapis rouge, l’espace agricole reste pour l’usager un terrain d’aventures… Est-ce pour autant inutile, de la part des agriculteurs, de prendre en compte et d’accueillir la demande récréative ?

DE NOUVELLES LÉGITIMITÉS PROFESSIONNELLES POUR LES AGRICULTEURS ?

11Au départ de cette recherche, il nous semblait que la polyvalence de leur espace pouvait aider les agriculteurs à dépasser leur crise d’identité actuelle et, peut-être, certains problèmes économiques. Certes les difficultés de l’agriculture à dépasser le productivisme, en particulier pour la prise en compte de la nature, restent aiguës. Mais leur relation avec le reste de la société n’achoppe pas uniquement sur la question environnementale. Pour répondre « au vide qui conduit l’agriculture vers une catastrophe économique et sociale sans précédent », le président du Centre national des jeunes agriculteurs tente en 1993 de briser les tabous : « Reconnaissance de l’agriculture plurielle », fi n du « ghetto agricole. » « L’agriculture aujourd’hui, ce n’est plus seulement l’activité agricole, elle devient productrice de services, […] elle élargit son champ d’action et justifie du même coup sa requête d’une parité économique et sociale avec les autres secteurs d’activité » (Lefebvre, 1993). Quand on le replace dans son cadre, celui d’un responsable professionnel cherchant à convaincre ses troupes, ce discours laisse percer le désarroi d’une profession qui exige depuis la sortie de la Seconde Guerre mondiale la fameuse parité sociale, mais qui la justifiait jusqu’ici par – ou presque uniquement par – sa fonction productive. Les agriculteurs doivent en effet relever un défi nouveau : le pouvoir politique leur échappe, globalement, pour des raisons démographiques et sociologiques. Les décisions favorisant leur profession ne pourront plus, à l’avenir, être prises sans l’aval des citadins. Or ce sont les citadins qui défendent les principaux dossiers déstabilisant la profession agricole aujourd’hui : qualité de l’eau, conditions de vie des animaux, paysage, lutte contre les excédents agricoles, etc.

« Dans un monde où la population agricole diminue très rapidement et où la population rurale n’augmente guère, on peut du moins compter sur la force du nombre pour exprimer ses droits avec force. Les ruraux ont donc besoin d’alliés : soit dans leur stratégie quotidienne […], soit auprès de l’opinion publique, pour que celle-ci, reconnaissant mieux les droits ruraux, insiste moins sur certaines revendications opposées à ces droits » (de Farcy, 1977, p. 12).

12La stratégie du repli, poursuivie par nombre d’organisations agricoles qui défendent pied à pied des positions productivistes et corporatistes, ne peut donc conduire qu’à une impasse. La légitimité ne peut être auto-proclamée, elle se construit dans la relation au reste du corps social, pour acquérir ensuite une résonance politique et déboucher en fin de compte, sur des retombées économiques. C’est donc par leurs actes plus que par leurs discours que les agriculteurs la (re)trouveront.

13Diverses pistes concrètes sont ouvertes pour enrichir les significations du métier d’agriculteur. Par la recherche de l’autonomie dans leur approvisionnement, par la transformation et la vente directe de leurs produits, les agriculteurs peuvent prolonger le processus productif. Au travers des signes officiels de qualité, en particulier l’engagement dans l’agriculture biologique, ils peuvent donner du sens à leurs produits. Ils peuvent aussi s’orienter vers la production de services, comme les travaux forestiers ou le tourisme rural. La mise à disposition de leur espace nous semble une autre orientation possible, à partir de l’analyse des ressources disponibles. Entretenir et valoriser l’espace agricole en tant qu’espace de vie pour les citoyens : c’est cette piste, bien moins défrichée, que nous voudrions explorer.

14En 1974, étudiant le devenir de l’agriculture dans deux communes touristiques de l’Ardenne belge, A. Demeuldre montre déjà la difficulté des agriculteurs à résister à la pression foncière s’ils conservent comme seul objectif d’abaisser les coûts de production. « L’espace et l’habitat de l’agriculteur sont actuellement convoités âprement par les citadins désireux de se replonger dans un milieu rural vivifiant. Cet espace doit être aménagé en fonction de l’espace productif qui s’inscrit dans un cadre régional et non l’inverse. L’espace agricole doit servir de support à l’activité de loisir » (Demeuldre, 1974, p. 201). Dans son esprit, cette utilisation récréative de l’espace agricole est l’alternative à la disparition pure et simple de l’espace agricole au profit d’espaces spécialement dédiés au tourisme et aux loisirs. Nous proposons d’élargir cette analyse à ces espaces agricoles banals que ne menace guère une agression touristique : l’ensemble de l’espace agricole peut être valorisé en cherchant à répondre à la demande d’espace récréatif.

15Les années soixante-dix ont vu beaucoup d’ouvrages s’intéresser à la problématique sociale du territoire. Dans Socialisation de la nature, Philippe Saint-Marc (1971) propose par exemple de relier les composantes sociales, écologiques et économiques du développement. La crise du pétrole de 1974, puis la crise tout court des années quatre-vingt vont mettre toutes ces utopies au placard pour une vingtaine d’années. C’est aujourd’hui, avec la crise de confiance dans une économie incapable d’assurer le plein emploi, créatrice d’inégalités spatiales et de risques écologiques importants que l’on se repose la question du sens. Le cocooning, apparent repli sur soi, peut s’interpréter aussi comme une restauration du lien social au niveau le plus élémentaire : la famille. Abandonnant les idéologies totalisantes, les gens s’investissent dans le concret de la vie. Parallèlement, sans doute l’heure est-elle venue pour une restauration de la convivialité locale, sur des bases sociologiques nouvelles. La construction d’une vie sociale riche dans un bassin de vie s’appuie sur une identification aux lieux et aux paysages. Les agriculteurs peuvent trouver, de manière directe ou plus souvent indirecte, des sources de légitimité et de revenu dans la nécessité d’entretenir ce paysage, support de la cohésion locale. Mais si les contribuables financent l’entretien de l’espace, ils voudront d’autant plus en profiter, d’où la nécessité d’ouvrir davantage l’espace agricole ! « Ces rapports [agriculteurs – usagers] sont aussi une composante importante et immédiate de l’image que l’agriculture donne d’elle à la société et qui conditionne par exemple le niveau de l’effort budgétaire qui lui est accordé » (Thiébaut, 1989b, p. 5).

16Les agriculteurs n’ont donc pas seulement, en matière d’environnement et de loisirs, des opportunités à saisir, des défis à relever, mais ils exercent aussi une responsabilité, comparable à celle qu’ils ont en matière d’approvisionnement alimentaire. « L’agriculture doit répondre aux besoins d’une population urbanisée qui veut un territoire vivant » (Hervieu et Pisani, 1996, p. 15). Edgar Pisani justifie cette attribution cumulative de responsabilités aux agriculteurs : l’évolution de l’agriculture et de l’agriculteur ne peut se concevoir hors du « cadre du problème global que soulève l’évolution des relations de l’homme avec la nature, avec le vivant, et d’une certaine façon avec lui-même. […] Si le monde agricole est le fil directeur de l’analyse […], c’est qu’il apparaît comme le révélateur le plus significatif de la relation qui doit exister entre l’économie d’une part, la vie, le temps, le territoire et les hommes de l’autre, entre le marché et la société » (Pisani, 1993, p. 2-5).

17Depuis cinquante ans, la gestion de l’espace par l’agriculture est passée d’une finalité patrimoniale à une finalité productive, sans supprimer la première. Sans doute faut-il inventer un glissement du même ordre vers des finalités environnementales d’une part et sociales d’autre part. Ceci afin de redonner toutes ses dimensions au métier d’agriculteur, et de sortir de l’impasse actuelle. « Proposer aux consommateurs des paysages, un espace entretenu, accessible, accueillant, correspond à un nouveau produit que l’ensemble de la communauté nationale doit maintenant prendre en compte en concluant avec les agriculteurs de ces régions des contrats de gestion dont les formes restent à définir et le financement à prévoir » (Rousset, 1992, p. 62). Si l’on étend la vision d’Anselme Rousset à tous les citoyens, y compris les agriculteurs eux-mêmes, et non aux seuls consommateurs, et à toutes les régions, même celles dites non-touristiques, on y trouve l’essentiel de notre objet de recherche. En ce début de xxie siècle, cette prise de conscience du rôle de l’agriculture dans la fourniture d’espaces de loisir est loin d’être faite parmi les responsables professionnels agricoles. Leur discrétion générale sur la fonction récréative ne signifie pas qu’elle soit inexistante. Sauf à refuser des usages qui, nous le montrerons, sont largement répandus, les agriculteurs ont tout intérêt, nous semble-t-il, à la revendiquer.

L’ENJEU SOCIAL : UN ESPACE AGRICOLE RÉCRÉATIF POUR QUI ?

18Si la possibilité d’exercer des loisirs en espace agricole constitue globalement une fonction sociale de cet espace, il n’est pas évident que toutes les personnes y aient un accès équivalent. Bernard Kalaora (1981) a pu montrer un usage inégalitaire de la forêt. En est-il de même en espace agricole ? Parallèlement, les loisirs à la campagne, assimilés au tourisme, sont souvent associés à l’expression d’une demande citadine ; doit-on en déduire que les habitants des campagnes se voient confisquer leur espace ? À une autre échelle, les variations dans l’espace disponible peuvent entraîner des disparités régionales : tandis que dans les régions touristiques l’espace agricole peut sembler prédisposé à l’accueil récréatif, la population citadine, largement majoritaire, trouve-t-elle des espaces adéquats à proximité des grandes zones urbaines ? À partir d’une analyse de la répartition dans l’espace français de la demande récréative et des espaces disponibles pour la satisfaire, nous chercherons à montrer que les enjeux ne sont pas identiques pour toutes les agricultures régionales.

  • 5 La valeur des actifs naturels est décomposée par les économistes entre des valeurs d’usage actuel, (...)

19Indépendamment de son accessibilité actuelle, l’espace agricole, en tant qu’espace naturel de proximité, présente aussi une valeur de legs, en prévision d’utilisations récréatives futures. La conservation des chemins ruraux et de certaines structures de paysage relève de cette approche. Et même lorsqu’il n’est pas utilisé, on peut imaginer qu’il ait, dans la civilisation urbaine, une valeur d’existence5, en particulier dans les espaces périurbains ou dans les campagnes densément peuplées : le simple fait que l’on puisse s’échapper à travers champs crée un sentiment de liberté et desserre l’étau des contraintes sociales vécues par les individus.

LES OBJECTIFS DE LA RECHERCHE

20Les quatre axes de questionnement que nous venons d’évoquer sont indissociables pour une juste compréhension du phénomène récréatif et de ses enjeux d’aménagement. Nous les avons donc abordés en parallèle, même si notre recherche est plus aboutie pour certains. Nous souhaitons prioritairement mettre en évidence la réalité des usages récréatifs de l’espace agricole au travers de ses deux conséquences immédiates et incontournables : la coexistence d’usages sur un même espace et les interactions entre usagers et agriculteurs. Concernant les enjeux et les conséquences sociales, tant pour la profession agricole que pour la qualité de vie des citoyens, nous chercherons à établir des bases de réflexion solides, première étape pour des propositions opérationnelles cohérentes.

  • 6 Le Caro Yvon, Usages récréatifs de l’espace agricole, Mémoire de DEA de géographie, Rennes, univer (...)

21Lorsqu’en 1992 nous avons commencé ces travaux6, il n’y avait pas en France de précédent sur lequel nous appuyer. Soit les travaux portaient sur l’un ou l’autre loisir en espace agricole sans aborder la fonction récréative dans son ensemble, soit, le plus souvent, les loisirs étaient assimilés au tourisme (Videcocq, 1988) dans une approche socio-régionale. Certains chercheurs affirment pourtant l’intérêt social d’un accès récréatif à l’espace agricole. Ainsi Jean-Michel Cusset (1975, p. 363-364), visionnaire : « [Les activités agricoles] verront leur importance croître non plus comme productrices de matières premières, orientées par les stratégies des IAA [industries agro-alimentaires], mais comme productrices de services. En tant que modes d’occupation de l’espace, elles assurent des fonctions qui justifient leur maintien : espace ouvert au même titre que les forêts et les grands parcs péri-urbains. » La multifonctionnalité à l’échelle de la parcelle, ainsi que l’accessibilité générale de l’espace agricole sont alors soulignées par la commission Agriculture-environnement du Groupe interministériel d’évaluation de l’environnement (1975). Ces prises de position ne sont hélas appuyées par aucune étude de terrain. Les thèses abordant les loisirs de plein air, comme Les espaces ouverts de récréation urbaine et périurbaine à Toulouse et à Pau (Rabesaotra, 1980) ou Les week-ends des habitants de l’agglomération parisienne (Hénin-Chausy, 1981), oublient même totalement l’espace agricole.

22L’espace agricole, et les agriculteurs eux-mêmes, n’avaient été considérés comme produisant des opportunités récréatives que par des chercheurs anglosaxons, dans des situations sociales et juridiques bien différentes. En 1962, aux USA, l’Observatoire des ressources pour les loisirs de plein air publie déjà son vingtième rapport d’études (Mc Curdy, 1966, p. 631) ! L’étude la plus ancienne qui pointe spécifiquement les relations entre les agriculteurs et les usagers date de 1970 : Brian Duffield et Mike Owen (1970) interrogent des landholders (propriétaires exploitants, fermiers ou gestionnaires salariés) en Écosse. À la même époque R. G. Ironside (1971) pose clairement la problématique dans un article intitulé « Usages agricoles et récréatifs du sol au Canada : un potentiel de conflits ou de bénéfices ? » où il souligne les enjeux géographiques et montre l’enjeu social de l’accès à la campagne pour tous. Dans les années qui suivent, de nombreuses études sont lancées en Grande-Bretagne (Dartington amenity research trust, 1974), au Canada (Jenkins et Prin, 1998), en Australie (Pigram, 1981) tandis que se structurent les méthodologies d’approche de la question (voir par exemple Fischer, Lewis et Priddle, 1974). La Countryside commission britannique, créée en 1968, publie régulièrement des rapports sur la question de l’accès, au sein desquels les négociations avec les farmers sont régulièrement évoquées. Le champ scientifique se structure et cela se traduit par une littérature riche, même si peu d’études reprennent directement l’enquête auprès des landholders commencée par Brian Duffield et Mike Owen (1970). Mais s’appuyer sur ces recherches n’est pas facile. Dans l’ensemble, la littérature anglo-saxonne privilégie, lorsqu’elle s’intéresse aux agriculteurs, les loisirs qui font l’objet de propositions commerciales (voir par exemple Ilbery, 1989). De plus, même lorsqu’elle aborde les loisirs informels, elle s’appuie sur un contexte agricole, juridique et social différent qui interdit de transposer en France les résultats obtenus.

23Dans ce contexte de défrichement, nous avons défini quatre objectifs pour cette recherche. D’abord tenter de constituer un objet de recherches, en précisant les champs, les phénomènes, les concepts mis en jeu : sans prétendre découvrir un nouveau champ de recherches sociales, nous avons essayé de montrer en quoi cet objet d’étude éclaire d’un jour particulier la sociologie et la géographie du loisir et les études rurales. Ensuite élaborer un corpus d’hypothèses et les confronter à la complexité du réel, les affiner suffisamment pour en faire des images crédibles : la recherche doit apporter des connaissances nouvelles, c’est-à-dire qu’elle doit rendre visibles et communicables des phénomènes qui ne l’étaient pas ; chercher, d’une certaine façon, revient à commettre une indiscrétion. Troisièmement proposer, expérimenter et critiquer des outils d’approche de l’objet de recherche, si multiforme et diffus qu’il soit, puis présenter de manière précise les résultats obtenus, afin que l’on puisse encore voir sur leur flanc la marque des méthodes qui les ont produits. Le lecteur se reportera à la thèse (Le Caro, 2002) si ces réflexions méthodologiques l’intéressent, mais nous avons tenté de conserver dans cet ouvrage une présentation critique de nos résultats. Enfin, notre conception de la recherche nous entraîne à tenter de relier les acquis et les questionnements théoriques aux enjeux de terrain, aux débats en cours, aux choix qui sont à faire pour améliorer un aujourd’hui qui n’attend pas : ces perspectives d’aménagement ont été présentes de bout en bout, en filigrane, dans notre travail. Si nous ne présentons pas de propositions d’aménagement dans cet ouvrage, c’est qu’elles ne nous ont pas semblé suffisamment abouties et discutées ; elles en constitueraient pourtant le prolongement naturel, nous l’évoquerons en conclusion. De même l’étude des systèmes d’acteurs au niveau local et régional, très liée à celle des modes de régulation des usages, a été nettement moins développée ; elle trouverait toute sa place au côté de ces mêmes propositions d’aménagement.

24Globalement, les personnes intéressées par la problématique des loisirs en espace agricole trouveront dans le présent ouvrage des notations approfondies sur la manière dont elle se présente à l’échelle nationale et à l’échelle de l’exploitation agricole et des individus, échelles auxquelles se produit, selon nous, l’essentiel de la réalité étudiée. À ces échelles, notre recherche s’articule donc autour de deux ambitions : montrer d’une part l’extension, dans le temps et l’espace, de la récréation en espace agricole, en bref rendre visible un phénomène transparent ; d’autre part explorer méthodiquement les fondements de ces pratiques (pratiques de loisir mais aussi d’accueil ou de tolérance), pour en approcher les significations pour les individus et les groupes sociaux concernés. Sur des bases peut-être autant esthétiques que scientifiques, et transversalement aux objectifs ci-dessus, nous avons donné par priorité la parole aux habitants, aux agriculteurs, plutôt qu’aux représentants des institutions. Nous souhaitions, ce faisant, dépasser les discours convenus ou catégoriels qui appauvrissent le débat autour de l’aménagement du territoire, pour apporter de l’eau au moulin d’une politique tournée vers la qualité de la vie réelle, au quotidien, dans l’espace de travail, de loisir et de socialité qui nous environne. Nous avons en particulier considéré les agriculteurs comme des producteurs d’idées sur les loisirs, et nous ne les avons pas abordés a priori comme des opposants à une demande extérieure. Le lecteur jugera si cette attitude se révèle productive. Elle nous a au moins permis de pratiquer une géographie sensible à la complexité des interactions sociales vécues entre les agriculteurs et les usagers dans l’espace topologique que forme pour eux la plus banale campagne.

LA LOGIQUE D’EXPOSITION RETENUE

25Nous sommes partis de notre propre expérience des usages récréatifs de l’espace agricole pour formuler intuitivement le projet de recherche, avant d’élaborer progressivement une problématique scientifique. C’est de cette construction que rendent compte les deux chapitres de la première partie. Dans le premier nous chercherons à définir l’étendue exacte du champ couvert par la recherche. Dans le second, nous préciserons les apports que l’on peut attendre d’une approche géographique, au sein d’un ensemble de disciplines compétentes pour aborder un objet de recherche aussi complexe. Les principaux choix méthodologiques retenus au terme de cette analyse sont réunis dans l’annexe en fi n d’ouvrage.

26Les usages de loisirs de l’espace agricole mettent en relation, directe ou indirecte, des agriculteurs et des usagers. Cette relation n’est en général ni libre ni choisie, elle est contrainte par l’identité conjoncturelle de leur espace de référence : le même champ fait partie de l’exploitation de l’un et du parcours récréatif de l’autre. La seconde partie aborde cette identité de lieu sous plusieurs angles et à plusieurs échelles. Dans les chapitres III et IV nous cherchons à comprendre les significations attachées à l’espace agricole comme campagne (pour les citadins) et comme espace naturel (dans une civilisation urbaine). Il existe traditionnellement des liens étroits entre ces représentations, la nature étant associée à la campagne, et donc opposée à la ville : pour William Cowper, « Dieu créa la campagne et l’homme fit la ville » (Darby, 1951, p. 377). L’opposition ville-campagne et le débat sur la nature sont pourtant liés, a contrario, par le regard urbain porté sur la nature. François Poret et Danièle Le Pauder (1980, p. 78), ayant montré que l’urbain est un produit de l’industriel, avancent que « sans industrialisation il n’y aurait pas de prise de conscience écologique et que sans urbanisation il n’y aurait pas de mythe rural ». Nous avons cependant choisi de distinguer campagne et nature pour l’analyse, parce que la différence de regard porté sur la nature est loin d’être seule à peser sur les relations ville-campagne, et parce que les relations des hommes à la nature agricole ne sont pas uniquement d’ordre esthétique et écologique. Dans les chapitres V et VI, nous montrons que ce n’est pas seulement de manière accessoire à ses caractères d’espace ouvert et naturel que l’espace agricole doit assumer sa fonction récréative, mais parce qu’il répond aussi de manière spécifique à la nécessité sociale d’accès aux espaces ouverts.

27La troisième partie s’attache aux enjeux qui résultent de la rencontre entre les agriculteurs et les usagers dans cet espace qu’ils partagent. Les chapitres VII et VIII explorent les principaux déterminants de cette interaction sociale. D’une part, les loisirs représentent un mode d’expression, et les exercer en espace agricole conduit les usagers à transmettre aux agriculteurs qui les voient passer un certain nombre de messages autour de la valeur travail, de leur identité de classe, de genre ou de génération. D’autre part les agriculteurs, par les formes de tolérance qu’ils manifestent vis-à-vis de l’usage par le public d’espaces qui font généralement partie de ce que nous appellerons un espace personnel, lieu de leur travail et de leur résidence familiale, expriment le désir plus ou moins explicite d’entrer en relation. Si les usagers s’expriment en venant en espace agricole, si les agriculteurs s’expriment en les y accueillant, dans les deux cas la mobilité de l’usager conditionne cette expression sociale à un questionnement du droit de propriété. Le droit, en codifiant plus ou moins l’accessibilité récréative des espaces agricoles, reflète donc les grandes tendances et les contradictions de ces formes d’expression sociale, et constitue un cadre de référence pour leur pratique. Les chapitres IX et X décrivent les usages et les pratiques observables, et les interprètent en tant qu’éléments d’interaction sociale. L’étude statistique et la cartographie des usages de loisirs d’exploitations agricoles montrent une fréquentation très diffuse, qui pénètre le tissu rural bien au-delà des possibilités offertes par la législation ou encouragées par les aménagements. Les agriculteurs interrogés se montrent actifs dans la régulation de ces usages, et construisent ce que nous appellerons l’assolement récréatif de leur exploitation. Cela passe par des situations d’exclusion, d’adaptation ou de valorisation réciproque entre loisirs et agriculture, qui sont à nuancer selon le loisir particulier en cause, mais qui dans tous les cas s’appuient sur une expérience concrète du partage de l’espace.

Notes

1 La Charte d’Athènes est un texte fondateur du courant moderne, ou fonctionnaliste, mené par Le Corbusier, Walter Gropius ou Ludwig Mies van der Rohe. Simplifiant les formes architecturales, ce courant s’attache à assortir chaque forme à une fonction précise et souvent, c’est l’objet du débat, à une fonction unique.

2 En Ille-et-Vilaine, cela correspondait à une exigence de la mesure « Entretien et conseil pour l’intégration paysagère des bâtiments sur l’exploitation », mesure dite du socle de progrès obligatoire dans le cadre des Contrats territoriaux d’exploitation (CTE).

3 Toutes les traductions de l’anglais dans la suite de l’ouvrage sont de l’auteur.

4 Le terme habiter est utilisé ici dans un sens moins restrictif que la résidence qu’il évoque pour les urbanistes. Il renvoie à l’attachement entre les hommes et le lieu, à leur adaptation réciproque qui se traduit, chez la personne, par un sens du lieu.

5 La valeur des actifs naturels est décomposée par les économistes entre des valeurs d’usage actuel, des valeurs d’usage potentiel et une valeur de non-usage, ou valeur d’existence (Thiébaut Luc, Demandes touristiques et coûts agricoles occasionnés par la faune sauvage. Le cas de la Marmotte, communication à la Journée d’étude sur la marmotte alpine, Lyon, université Lyon-1, 17 novembre 1993).

6 Le Caro Yvon, Usages récréatifs de l’espace agricole, Mémoire de DEA de géographie, Rennes, université Rennes 2, 1994, 231 p. + annexes 188 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search