Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Retours à Marcel Schwob

 | 
Christian Berg
, 
Monique Jutrin
, 
Agnès Lhermitte
, 
et al.

Cinquième partie. Filiations et postérité

Un disciple de Marcel Schwob : Yann Gaillard, collectionneur de morts illustres

Agathe Salha

Texte intégral

1L’œuvre de Marcel Schwob n’a jamais cessé d’inspirer la littérature du xxe siècle, malgré l’oubli relatif qu’elle a connu pendant plusieurs années. Écrivain pour écrivains, gloire obscure d’une tradition secrète, Schwob aura nourri des œuvres aussi diverses que celles de Valéry, Borges, Leiris ou Tabucchi. Les Vies imaginaires est sans doute le texte le plus exemplaire de cette influence. En effet, ce recueil de biographies fictives qui ne retient que les êtres singuliers et obscurs de l’histoire universelle, constitue à son tour une œuvre singulière, un hapax littéraire qui défie toute tentative d’imitation. Sans doute cela tient-il au projet que Schwob expose brillamment dans la préface du recueil et qui relève plus de la gageure, voire de l’imposture, que d’une tentative sérieuse pour définir l’art du biographe. L’humour dont ne se départit jamais Schwob est aussi un avertissement : les vies imaginaires telles qu’il les rêve sont impossibles, donc inimitables. Ce paradoxe pourrait expliquer la fortune singulière de ce texte au xxe siècle : s’il ne saurait être question de récrire les Vies imaginaires, elles nourrissent en revanche d’innombrables variations à partir d’une tentative d’autant plus fascinante qu’elle est irréalisable. Les disciples de Schwob s’emparent en effet à leur tour des apories que met au jour la préface : contradiction entre singularité et exemplarité, entre histoire et fiction, entre mémoire et oubli, seront désormais au cœur de l’écriture biographique.

  • 1 Vies des morts illustres, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1968 ; Mémoires des morts illustres : (...)

2Je voudrais évoquer une œuvre contemporaine qui illustre précisément cette fécondité des Vies imaginaires. De 1968 à 1994, Yann Gaillard a publié six volumes recueillant les biographies des morts célèbres des années en 0 et en 5. Cet ensemble résume en quelque sorte la chronique nécrologique des années 1965, 1970, 75, 80, 85 et 90, sous des titres dont l’ironie ne masque pas une forme de mélancolie : Vies des morts illustres, Mémoires des morts illustres, Gloire des morts illustres, Chroniques des morts illustres et enfin Morts des morts illustres puis Reliques des morts illustres pour le dernier volume paru en 19941. Dans cette lancinante litanie des titres, le biographe ou le mémorialiste désigne d’emblée une contradiction insurmontable entre l’éclat de la gloire et la banalité de la mort, l’illusion de la mémoire et l’oubli inéluctable. À cet oubli, il oppose l’obstination, mais aussi la gratuité et l’humour d’une œuvre conçue comme une remémoration, comme une stèle qu’il dresse sans doute moins à la gloire éphémère de ses contemporains qu’à l’époque où il aura vécu. Obstination, car la succession des titres que je viens d’énumérer révèle une œuvre conçue dès l’origine dans son déroulement et son ensemble. Tenir en quelque sorte la chronique nécrologique des vingt-cinq ou trente années à venir, années qui coïncident avec le dernier tiers du xxe siècle, tel a été, en 1968, le pari un peu fou d’un homme jeune qui se projetait ainsi par anticipation vers la maturité, vers l’âge où il rejoindrait la génération de ses biographiés. Le dernier volume de la série s’achève sur un texte intitulé « Clôture de l’exercice », dans lequel Yann Gaillard insère sa propre biographie et qu’il signe de Cayenne, le mercredi des Cendres 1994. Pour l’auteur de ces vies imaginaires, la clôture, le point final mis à son œuvre coïncide avec le retour à la vie réelle, c’est-à-dire avec une forme de mort symbolique.

  • 2 « Extrait d’un dictionnaire de l’avenir », préface de Mort des morts illustres, op. cit., p. 11.

3L’œuvre de Yann Gaillard s’inscrit donc dans la tradition des exercices spirituels et du memento mori. Elle relève aussi du jeu littéraire, par le choix de n’évoquer que les morts des années en 0 et 5. Cette règle, aussi arbitraire que contraignante – l’auteur n’y déroge jamais au risque de laisser échapper de ses filets les personnages les plus illustres, comme le président Mao mort en 76 –, livre les recueils au désordre et à l’aléatoire, comme le montrent les tables des matières où se côtoient indifféremment, présentés dans l’ordre chronologique de leur décès, hommes politiques, écrivains et artistes, vedettes du cinéma, de la chanson ou du sport, héros de faits divers, mais aussi jeunes et vieux que la mort touche également, français ou étrangers, grands hommes d’action inscrits dans l’histoire ou vedettes éphémères, déjà oubliées pour certaines. À travers cette variété et ces contrastes affleure finalement, et comme à l’insu de l’auteur, une vision en coupe de l’époque, une image de la fin du siècle. Cette vision n’a rien d’historique, elle reflète au contraire la discontinuité la série s’interrompt régulièrement –, la confusion et l’indécision d’une perception contemporaine. Ce refus d’une mise en ordre, d’une hiérarchisation des hommes ou des événements, est proche de l’esprit de Schwob qui oppose la science historique à l’art du biographe. Mais cette variété des recueils fait aussi leur ampleur et leur intérêt constant. Il y a un plaisir jubilatoire pour le lecteur à passer sans transition de la vie de Bertrand Russell, à celle du peintre américain Mark Rothko, puis au docteur Schacht, financier de Hitler, à Kerenski, au chanteur Luis Mariano et au dictateur Salazar pour prendre l’exemple du volume intitulé Mémoires des morts illustres, correspondant à l’année 1970. Ce plaisir s’approfondit de résonances biographiques qui modifient inévitablement la lecture. Le défilé des illustres parle intimement, mais aussi différemment à chacun selon son âge, car comme l’écrit Yann Gaillard : « Ils sont à nous, et nous les avons faits. […] À travers eux, nous nous regardons exister. Nous vivons, nous mourons environnés de leur renommée. Il arrive même, et plus souvent qu’on ne pense, que certains événements de leurs biographies servent à dater les nôtres, qui méritent tout au plus le nom de vie, et que personne n’écrira2. »

4La soumission volontaire au désordre de l’aléatoire n’exclut cependant pas le choix : choix des illustres que l’auteur décide de retenir, choix également de l’interprétation et surtout de la forme qu’il donne à leur vie. Cette formalisation se révèle dès la table des matières où chaque biographie est dotée d’un titre qui fonctionne à la fois comme un clin d’œil, comme un résumé et comme un emblème. Citons ici à titre d’exemple la table du dernier volume : « La leçon de ténèbres, Véronique Le Guen », « La marée basse, Ava Gardner », « Le pavillon de complaisance, Philippe Soupault », « Les œufs de Pâques, Malcolm Forbes », « Le marchand de sable, Bruno Bettelheim », « La marée haute, Greta Garbo », « les majuscules, Romain de Terhoff, dit Erté » etc. Ces titres formés de lieux communs ou d’expressions toutes faites sonnent d’abord comme des symboles d’une époque, dans l’esprit des Mythologies de Roland Barthes. Purs signifiants un peu gratuits, ils soulignent en outre l’enjeu des biographies de Yann Gaillard : non pas percer le secret, chercher la clé ou la vérité d’une vie, mais plutôt faire émerger une image, l’image qui succède après sa mort à tout être humain, l’image aussi ou le masque que pose inévitablement la célébrité sur « les hommes illustres ».

  • 3 « La note sensible », Gloire des morts illustres, op. cit., p. 39-40.
  • 4 « Les us et coutumes », Chronique des morts illustres, op. cit., p. 45-46.

5Cette attention à l’apparence explique que Yann Gaillard accorde autant de prix à la vie de vedettes comme le chanteur Luis Mariano, ou les milliardaires Onassis et Marcel Boussac, qu’à celle des hommes d’État ou des artistes : « Quelle puissante machine à rêver […] qu’une vie de milliardaire ! », affirme-t-il au début de la biographie d’Aristote Onassis. Simplifiée par le travail de la presse et des photographes, cette vie offre à l’observateur une analyse presque trop facile : « On pense alors, ajoute-t-il, à ces schémas des écoles de boucherie, avec leurs quartiers en pointillés, leurs morceaux qui n’attendent que le couteau3. » La vie d’Onassis se prêtera ainsi, sous la plume du biographe, au schéma des contes de fée selon Propp. On s’attardera cependant davantage sur celle de Marie Besnard, héroïne du plus célèbre fait divers de l’après-guerre. Accusée d’empoisonnement, au début des années 1950, elle meurt paisiblement en 1980, après trois procès successifs qui auront mené à son acquittement. Sa biographie rend compte fidèlement de cette chronique judiciaire : Marie Besnard est d’abord accusée du meurtre de son premier mari, Léon Besnard, puis de douze de ses proches dont les corps déterrés révèlent la présence d’arsenic. Dix années de procédure font cependant apparaître les faiblesses de l’accusation, alimentée par les rumeurs et les jalousies d’une petite ville, tandis que les progrès de la toxicologie permettent à la défense de démontrer que tout le cimetière de Loudun est imprégné d’arsenic. Marie Besnard est finalement acquittée, mais ce n’est pas son innocence ou sa culpabilité qui intéressent son biographe : « […] comment ont-ils fait de l’affaire Besnard un monument historique ?, demande-t-il. L’explication vaut pour toute gloire, politique, littéraire ou criminelle. C’est la rencontre d’un moment et d’un sujet. À travers Marie Besnard la France congédie une image d’elle-même 4 ». Sous la plume de Yann Gaillard, « la bonne dame de Loudun » incarne une France rurale, terrienne et austère que la génération de l’après-guerre et du boom économique cherche à exorciser. A travers les clichés de ses procès successifs elle s’élève au rang de symbole :

  • 5 Ibidem, p. 41-43.

[…] février 1952. Au palais de Justice de Poitiers, l’accusée n’a pas la sympathie du public. Sa mantille lui donne un air de chauve-souris. Ses grosses lunettes d’écaille lui cachent les yeux, qu’elle lève souvent au ciel. […]
Pauvres morts : vous voici tirés de la tombe, vous dont la vie fut sans histoire. Votre unique aventure aura été posthume.
Avec vous, on déterre un passé provincial : rideaux au crochet, volets, ragots, tisanes (qui peuvent être dangereuses). Loudun-qui-dort a de curieux réveils. […] Les tombes ouvertes, on passe à autre chose. La France va de l’avant : Bendix automatique, slip Kangourou, libération de la femme, arts ménagers. L’appartement idéal mesure 74 mètres carrés. Il comporte salle de bains et cuisine mécanique. Dans l’armoire de toilette, Rasoline, sur la table du petit déjeuner, Phosphatine, au jardin, la rose Meilland. Le rêve s’appelle Dior. « Londres » et « Rome » triomphent au défilé de la mode de printemps. « Londres » est une robe bain de soleil, à plis non repassés et blouson froncé, qu’accompagne une écharpe imprimée vert-doux – (les doublures sont en popeline Boussac) –, « Rome », une jupe de soie plissée à la main, coupée en biais, aux plis du haut plus étroits que ceux du bas, avec chemisier blousant. Poitiers est loin de Rome : l’héroïne du procès porte un manteau de poulain noir, une jupe sombre, un corsage de crêpe Georgette blanc, des souliers de daim marrons, des gants de tricot beige, sans parler de la regrettable mantille5.

6Le deuxième procès qui se déroule à Bordeaux en 54 révèle l’évolution de l’héroïne : elle a changé de lunettes pour des montures plus fines qui rendent « son regard moins inquiétant » ; parallèlement l’accusation flanche et le doute commence à profiter à l’accusée. Le triomphe de Marie Besnard lors de son troisième procès coïncide avec une ultime métamorphose :

  • 6 Ibid., p. 57.

Deux images encore. Marie Besnard mangeant chez ses voisins, « la bonne soupe de la liberté ». Marie Besnard, dans un restaurant parisien, lançant ses Mémoires avec son éditeur. Sur la première elle est égale à elle-même, sur la seconde on nous l’a changée. Elle sourit, elle paraît plus jeune, elle porte un joli chapeau à voilette6.

7On voit donc ici comment les biographies de Yann Gaillard, dont aucun détail n’est inventé et qui s’appuient toujours sur des documents, sont d’abord des vies imaginaires : la gloire des hommes illustres correspond à l’apparition d’une image et c’est cette image que cherche à recueillir le biographe.

  • 7 « Préface, Extrait d’un dictionnaire de l’avenir », in Mort des morts illustres, op. cit., p. 13.

8Plus que la notoriété cependant, c’est la mort qui achève de transformer les illustres, en donnant à leur vie la forme achevée et orientée d’un destin. La mort, affirme Yann Gaillard, c’est « le moment de la sommation », le moment à partir duquel « tout peut être résumé et décrit 7 ». La mort poursuit donc le travail simplificateur de la gloire : livrant définitivement celui qui fut un être de chair et d’os à la mémoire et au discours des vivants, elle le fait accéder à l’existence incertaine et fragile d’un personnage de fiction. La biographie d’Elsa Morante, intitulée « la créatrice », est une méditation sur cette transformation de la personne en personnage. Dans ce texte inspiré du roman Mensonges et sortilèges, Yann Gaillard donne la parole à l’un des personnages créés par Elsa Morante. Celui-ci se livre tout d’abord à une réflexion sur l’existence paradoxale des êtres de fiction :

  • 8 « La Créatrice, Elsa Morante », Mort des morts illustres, op. cit., p. 199.

Il faut bien que le lecteur le sache. Pour un personnage, que je fus […], que nous serons tous, il n’y a pas de différence entre mort et vie. Cette coupure pour nous n’existe pas. Nous ne sommes pas mort-nés (sauf si le roman était mauvais), nous sommes nés morts. […] Notre « mort », n’étant pas un changement d’état, seulement un degré de moins dans la présence, une densité variable d’un chapitre à l’autre, nous autorise à continuer… à « vivre ». C’est bien parce que la vie n’a jamais eu lieu en nous qu’elle continue 8

9Le personnage évoque ensuite la mort de sa créatrice, la romancière Elsa Morante, dont le destin est désormais inséparable de celui des héros auxquels elle a donné vie :

  • 9 Ibidem, p. 208.

Car Elle n’est plus. Elle nous a rejoints dans l’indiscernable, dans l’indicible. Et Elle-même s’est liée à nous. Si Elle revient, c’est avec nous, parcimonieusement. L’oubli, le repos que nous attendons, c’est Son propre nirvâna.
Le voudra-t-elle ? Le demandera-t-elle, et à Qui ? Où aller avec Elle, maintenant ? Dans quel esprit plonger ? Qui retrouver, qui renverser, qui surprendre ? À qui faire don de notre fatalité répétitive ? Qui sauver ou qui perdre9 ?

10Assimilant la créatrice et sa créature dans la mémoire du lecteur, c’est donc la mort qui permet un dialogue outre-tombe entre la romancière et ses personnages. On retrouve ailleurs ces échanges entre la vie et l’œuvre de l’artiste, par exemple dans la biographie de Marc Chagall qui donne la parole au violoniste, figure récurrente de ses tableaux. Ce jeu d’échange entre réalité et fiction montre la proximité de l’œuvre de Yann Gaillard avec les Vies imaginaires qui usent d’un procédé similaire dans les vies de Pétrone, Paolo Uccello ou Cyril Tourneur. Cette filiation est d’ailleurs explicite dans les différentes préfaces écrites par l’auteur pour expliquer son projet. Un récent entretien la confirme et précise exactement sa nature :

  • 10 Ariane Eissen & Agathe Salha, « Entretien avec Yann Gaillard », Ariane Eissen et Denis Mellier (di (...)

Si vous voulez, c’est [mon œuvre] très profondément influencé par les Vies imaginaires de Schwob, qui est pour moi le modèle inégalable, et par Borges. J’ai voulu faire le contraire de Borges, c’est-à-dire qu’il parle de choses imaginaires comme si elles étaient réelles et moi j’ai voulu parler de choses réelles comme si elles étaient imaginaires. C’est au fond ça, la fiction biographique et ç’a été très présent dans mon esprit dès le début. Le deuxième point, c’est l’aléatoire. L’idée était d’imposer un ordre à un désordre qui ne se prêtait pas à une mise en forme. Donc j’ai voulu, à partir du hasard, imposer un ordre littéraire à quelque chose qui ne peut pas être en ordre. Ce sont les deux contradictions intimes qui ont fait mes délices dans toute cette affaire10.

11On reviendra pour finir à la collection évoquée dans le titre de cet article. Ce terme est peut-être celui qui éclaire le mieux la parenté des Vies imaginaires et de l’œuvre de Yann Gaillard car il réunit l’idée d’aléa et celle de choix. L’aléa c’est la rencontre avec l’objet qui répond au principe organisateur d’une collection – principe dont les motifs véritables ne sont pas toujours compris du collectionneur lui-même. Quant au choix, il dépend des goûts personnels du collectionneur, à l’exclusion des considérations sur la valeur marchande, utilitaire ou même symbolique de l’objet élu. Soustraits de même à toute volonté d’exemplarité ou de classification, les morts aléatoires de Yann Gaillard, comme avant eux les étoiles obscures de Schwob, s’apparentent à des objets de collection dont la vie se prête à des jeux formels très nombreux : mémoires fictives écrites à la première personne, faux dialogues ou récit classique à la troisième personne, succession de phrases interrogatives ou infinitives, textes en prose ou en vers libres comme la biographie de John Lennon intitulée « la belle mort ou la complainte de John Lennon », ou encore, entre autres, celles de Joséphine Baker, Jesse Owens ou Mae West. Yann Gaillard joue aussi de la variété des supports documentaires : mémoires ou œuvres du défunt, journaux, magazines ou encore pochettes de disques, catalogues d’exposition. Il affiche plus ou moins nettement le caractère hétéroclite de ses textes qui mettent tous en œuvre la technique du collage et du montage, également omniprésente dans les Vies imaginaires.

12Malgré son humour, souvent noir, et sa virtuosité, l’œuvre de Yann Gaillard n’est pas exempte d’un point de vue sur l’existence. Les héros de Schwob semblaient tous poursuivre une même quête hallucinée, répondant chacun à l’appel impérieux d’une illusion secrète. Les destins illustres évoqués par Yann Gaillard sont quant à eux habités par les figures de l’échec. Ces échecs ne procèdent pas d’une vision tragique ou dérisoire de l’existence, mais révèlent a contrario les rêves et les désirs dont toute vie est porteuse :

  • 11 Préface de Mémoires des morts illustres, op. cit., p. 19.

Et la moralité de ces petites fables, c’est que la mort est un aveu, celui que toute vie fait d’elle-même, en révélant l’échec qu’elle a choisi. Car tout mène à l’échec, et lui seul peut consoler la vie, garant du rêve qu’elle porta. À cet égard, notre mort est notre chef-d’œuvre11.

  • 12 « Le Respirateur, Karen Quinlan », Mort des morts illustres, op. cit., p. 131.

13Cette vision explique la proportion importante des biographies consacrées à des hommes d’État, car « l’action », affirme encore l’auteur, « est plus ouverte que l’œuvre ». Les années 70 et 80 voient ainsi disparaître plusieurs figures politiques issues de la décolonisation et, avec elles, les rêves des peuples non alignés ; dans les années 90, la fin du système communiste s’incarne dans les figures sépulcrales de ses ultimes dirigeants : Constantin Tchernenko, « le temps mort », Enver Hodja, « le secrétaire perpétuel », tandis que l’agonie interminable du président Tancredo Neves prend des allures de sacrifice christique dédié aux souffrances et aux espoirs du peuple brésilien. Mais l’échec c’est aussi celui, purement individuel en apparence, d’une famille américaine exemplaire dont la fille adoptive tombe dans le coma et survit pendant dix ans à l’arrêt du respirateur qui la maintenait artificiellement en vie. « L’histoire de Karen Quinlan est à la fois triste et morale, conclut Yann Gaillard, car, de son malheur, les hommes sont innocents. […] Dans sa vie plutôt courte, le bien et le mal ne s’affrontent pas : on n’y rencontre que le bien. Il s’y heurte tout seul à ses propres limites12. » Chez les artistes ou les intellectuels, Yann Gaillard traque des figures hantées et souvent happées par la mort comme le peintre Mark Rothko, le philosophe Jankélévitch ou Norbert Elias. Il révèle aussi les failles secrètes que dissimulent chez certains les malentendus de la gloire. Ainsi dans « l’eau lustrale », biographie d’Alberto Moravia disparu en 1990, il imagine l’ultime méditation du romancier saisi à l’instant où il s’apprête à entrer dans sa baignoire, au moment symbolique où « le grand écrivain est nu et seul ».

14Le biographe collectionneur égrène les images symétriques des créateurs et des hommes d’action, des oppresseurs et des victimes, de ceux qui survivent à leur propre gloire et de ceux qui disparaissent trop tôt, des morts violentes ou naturelles, brutales ou prolongées, infâmes ou magnifiées. C’est ainsi le principe même de la collection qui impose une vision ironique et pessimiste de l’histoire comme du destin des individus. Je citerai pour conclure sur ce point, dans un autre recueil de biographies, les Vies politiques d’Hannah Arendt, les analyses éclairantes que l’auteur consacre au thème de la collection dans la vie et l’œuvre de Walter Benjamin :

  • 13 « Walter Benjamin, 1892-1940 », in Vies politiques d’Hannah Arendt, Paris, Gallimard, « tel », 197 (...)

« La vraie passion, très méconnue du collectionneur, est toujours anarchiste, destructrice. Car voici sa dialectique : lier à la fidélité envers la chose, envers la singularité qu’elle recèle, une protestation subversive, opiniâtre contre le typique, le classable. » […] La figure du collectionneur, aussi archaïque que celle du flâneur, si elle peut présenter chez Benjamin des traits à ce point modernes, c’est que l’histoire elle-même – en l’occurrence la rupture de la tradition consommée au début de ce siècle – lui a déjà épargné le travail de détruire et qu’il n’a besoin pour ainsi dire que de se baisser pour recueillir dans les décombres du passé ses précieux fragments. En d’autres termes, les choses offraient d’elles-mêmes […], un aspect que l’on pouvait auparavant découvrir seulement du point de vue bizarre du collectionneur13.

15Collection de destins singuliers, tissu érudit de citations glanées dans les textes les plus divers ou au hasard des bibliothèques, les vies imaginaires et les morts illustres semblent ainsi se répondre, de part et d’autre d’un siècle de désenchantement et de désillusion.

Notes

1 Vies des morts illustres, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1968 ; Mémoires des morts illustres : pastiches, Paris, Gallimard, 1973 ; Gloire des morts illustres : journal, Paris, Lettres nouvelles/Maurice Nadeau, 1977 ; Chronique des morts illustres, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1984 ; Mort des morts illustres, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1988 ; Reliques des morts illustres, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1994. En 1987, paraît Choix de morts illustres (Paris, UGE), qui regroupe un certain nombre de biographies reprises des recueils précédents.

2 « Extrait d’un dictionnaire de l’avenir », préface de Mort des morts illustres, op. cit., p. 11.

3 « La note sensible », Gloire des morts illustres, op. cit., p. 39-40.

4 « Les us et coutumes », Chronique des morts illustres, op. cit., p. 45-46.

5 Ibidem, p. 41-43.

6 Ibid., p. 57.

7 « Préface, Extrait d’un dictionnaire de l’avenir », in Mort des morts illustres, op. cit., p. 13.

8 « La Créatrice, Elsa Morante », Mort des morts illustres, op. cit., p. 199.

9 Ibidem, p. 208.

10 Ariane Eissen & Agathe Salha, « Entretien avec Yann Gaillard », Ariane Eissen et Denis Mellier (dir.), Vies imaginaires, Otrante, Paris, éditions Kimé, automne 2004, n° 16, p. 215216.

11 Préface de Mémoires des morts illustres, op. cit., p. 19.

12 « Le Respirateur, Karen Quinlan », Mort des morts illustres, op. cit., p. 131.

13 « Walter Benjamin, 1892-1940 », in Vies politiques d’Hannah Arendt, Paris, Gallimard, « tel », 1974, traduit de l’anglais par Agnès Oppenheimer-Faure & Patrick Levy, p. 298-299. La citation est extraite de la troisième et dernière partie de la biographie de Walter Benjamin, intitulée « Le pêcheur de perles ». Hannah Arendt cite elle-même une phrase de Walter Benjamin sur la collection. Le titre original de l’ouvrage d’Hannah Arendt est Men in dark times. Publié à New-York en 1968, il recueille un certain nombre d’articles antérieurs, parus en anglais et en allemand, dans des revues littéraires ou politiques, de 1955 à 1968.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540